Navigation – Plan du site
Première partie – Se mobiliser dans/pour la ville

Urban Backlash against Democracy: Battling the Tyranny of the Majority or the Rise of Rural Power?

Robert R. Bianchi
p. 67-82
Traduction(s) :
Des villes en révolte contre la « tyrannie de la majorité » ou comment empêcher l’émergence d’un pouvoir rural ?

Résumés

Au cours des 29 mois qui séparèrent la chute du régime dictatorial de Moubarak et le coup d'état militaire contre le gouvernement démocratiquement élu de Mohammed Morsi, près de trente millions d'Égyptiens ont voté à quatre reprises : au référendum constitutionnel de mars 2011, aux élections législatives de novembre 2011 à janvier 2012, aux élections présidentielles de mai à juin 2012 et, enfin, pour le référendum constitutionnel de décembre 2012. En dépit d’alliances fluctuantes lors de ces batailles électorales, la tendance de ces suffrages révèle une domination du Parti de la Liberté et de la Justice (Frères musulmans), ancrée dans les capitales provinciales et les villages du delta du Nil, ainsi qu’en Haute-Égypte. Dans le même temps, les vestiges du régime de Moubarak se sont alliés avec les élites locales (‘ayan) en relation avec le Parti Wafd et des groupes chrétiens rattachés au « Bloc Égyptien », afin de mobiliser une coalition d'opposition basée dans les quartiers les plus prospères du Caire et une poignée de gouvernorats voisins dans le sud du delta. Bien que l'opposition soit parvenue à mobiliser l'armée pour éliminer le gouvernement élu de Morsi et réprimer ses disciples, nous observerions probablement des tendances de vote similaires si de nouvelles élections venaient à être organisées et ce même si les acteurs en présence adoptent des noms et des slogans différents.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

The Critical Choices
Shifting Alliances and Counter-Alliances
The Courts to the “Rescue”

Aperçu du début du texte

Egypt’s democratic revolution has unleashed countless power struggles filled with heroism, treachery, and bloodshed. Still, there is no end in sight. Egypt has seen many revolutions and it is certain to see even more. Democracy has not failed in Egypt. On the contrary, it has empowered millions who never dreamed of freedom because they devoted everything to daily survival and had nothing left for wishful thinking about a better future.

Indeed, it is precisely the sudden inclusion of the most forgotten parts of society that has provoked a counter-revolution by big city residents accustomed to grabbing all the best seats at the nation’s cheerless banquet of scarcity. For the more desperate members of Egypt’s urban elites and middle classes, the prospect of being permanently demoted to ordinary citizenship sparked enough panic to push them into the waiting arms of Mubarak’s old cronies and henchmen. The backlash spawned an unlikely coalition joining so-called “liberals” and “secularist...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert R. Bianchi, « Urban Backlash against Democracy: Battling the Tyranny of the Majority or the Rise of Rural Power? », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 11 | 2014, mis en ligne le 06 avril 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ema/3274 ; DOI : 10.4000/ema.3274

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals