Navigation – Plan du site
Première partie - L'expression de la demande sociale

À l’épreuve des murs. Sécurisation et pratiques politiques dans le centre-ville du Caire postrévolutionnaire (2014-2015)

Laura Monfleur
p. 39-56

Résumés

La révolution égyptienne de 2011 s’est caractérisée par une lutte pour l’appropriation de l’espace public. Elle a été analysée comme une démocratie en actes où les révolutionnaires se sont réappropriés par leurs pratiques et leurs stratégies un espace trop longtemps sécurisé par le gouvernement de Moubarak. Cet article vise à étudier en contre-point les stratégies territoriales de l’État pour le contrôle des espaces publics depuis 2011 et en particulier depuis 2013 avec le renforcement de la répression envers les Frères musulmans et l’arrivée au pouvoir des militaires. Ces stratégies sont mises en évidence dans le cas du centre-ville, épicentre de la révolution mais aussi de la représentation et de l’exercice du pouvoir politique. Elles se caractérisent par des pratiques de cantonnement des manifestations et par l’instauration de barrières et de checkpoints dans le centre-ville du Caire, constituant un véritable dispositif territorialisé et planifié de contrôle des rassemblements publics et des revendications politiques. Cet article vise donc également à analyser les conséquences de ce contrôle sur les pratiques politiques des opposants au régime à l’échelle locale du centre-ville du Caire à travers la restitution d’observations et d’entretiens menés entre 2014 et 2015.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Un dispositif sécuritaire territorialisé dans le centre-ville du Caire
Stratégies territoriales étatiques de répression et de sécurisation depuis 2011
Des infrastructures matérielles de sécurisation des espaces urbains
Une volonté planificatrice du gouvernement
Les conséquences du dispositif sécuritaire sur les pratiques politiques
La fin du lien entre révolution, démocratie et espaces publics ?
Les infrastructures de cloisonnement comme supports de résistances politiques ?
Vers une poursuite de l’appropriation politique des espaces publics ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Pendant la révolution égyptienne de 2011, les espaces urbains au Caire ont été les lieux physiques d’une réappropriation politique et citoyenne, en particulier la place Tahrir (Sassen 2011 ; Rabbat 2012 ; Nagati, Stryker 2013 ; Pagès el-Karoui 2014). Les espaces publics du Caire sont devenus des forums où la prise de parole et les débats politiques étaient facilités. La réappropriation des espaces urbains a permis l’instauration d’une « nouvelle citoyenneté » (Stryker, Nagati, Mostafa 2013 : 6), aussi bien au niveau des institutions politiques qu’au niveau de la gestion des espaces urbains. En effet, les sociétés civiles sont devenues actrices de la production des espaces urbains par le biais de l’émergence de nouvelles formes de gouvernance et d’aménagement et par des revendications d’un droit à la ville (Stadnicki 2013 ; Stadnicki (dir.) 2014). La révolution a donc permis de lier les deux acceptions du terme d’espace public : une sphère abstraite de débats et d’éch...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Monfleur, « À l’épreuve des murs. Sécurisation et pratiques politiques dans le centre-ville du Caire postrévolutionnaire (2014-2015) », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 16 | 2017, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ema/3705 ; DOI : 10.4000/ema.3705

Haut de page

Auteur

Laura Monfleur

Laura Monfleur est titulaire d’un master GéoPrisme (Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Elle est actuellement élève au département de géographie à l’École Normale Supérieure de Paris. Ses deux mémoires de recherche sous la direction d’Eric Denis ont porté sur la spatialité des pratiques politiques et de leur contrôle par le pouvoir politique dans la période post-printemps arabes au Caire et à Amman.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals