Navigation – Plan du site
Troisième partie - Les politiques publiques

The Gulf’s takeover of Cairo’s real estate megaprojects

Maïa Sinno
p. 125-141

Résumés

Une des revendications révolutionnaires issues du soulèvement populaire de 2011 portait sur une ville plus équitable et plus juste. Six ans plus tard, le bouleversement de la communauté d’acteurs de la production urbaine du Caire et des modes de gouvernance urbaine ont finalement eu peu d’impact sur l’amoindrissement du fossé social dans la capitale égyptienne. Néanmoins, une redéfinition des acteurs étatiques et des partenariats régionaux a été opérée, modifiant les pratiques d’investissements : les pays du Golfe ont permis grâce aux prêts, dons et annonces de projets immobiliers colossaux, de relancer le marché immobilier au Caire, stagnant depuis 2011. Les secteurs de la construction et de l’immobilier de la capitale sont en effet soutenus par l’État et attirent des capitaux, en particulier des pays du Golfe après 2014. La régionalisation progressive du Caire n’est pourtant pas signe d’une ouverture du marché à la finance globale, mais plutôt celui du renforcement de l’Etat en ce qui concerne la fabrique de la ville.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
The return of the State to urban production through the military
The increasing importance of the military in urban production
The restructuring of the ruling community
Emergency partnership choices
An authoritarian neoliberalism
The importance of the Gulf in the urban production of Cairo after 2011
Cairo’s real estate and construction sectors and some promising markets
Arabtec’s social housing megaproject on hold
Cairo Capital, a Gulf capital in Egypt

Aperçu du début du texte

Introduction

Since 2011, Gulf countries have become inescapable, not only as geopolitical partners, but also as privileged investors, particularly in the real estate and construction sectors in Greater Cairo. The United Arab Emirates and Saudi Arabia have provided extensive political and economic support to the new regime, which has ruled since summer 2013. While the images of numerous Egyptian companies have been damaged by corruption scandals, Gulf developers like Emaar or Majid al Futtaim Group have continued to wield social and urban influence. The Gulf is presented as an idealised model of urban modernisation and standardisation by the Egyptian government through real estate megaprojects, such as Capital Cairo. Gulf investors have become dominant partners in the property market in Great Cairo. Furthermore, these economic and political actors from the Gulf States support the military, a new public interlocutor in Egypt, upon which real estate transactions in Cairo exclusively dep...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïa Sinno, « The Gulf’s takeover of Cairo’s real estate megaprojects », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 16 | 2017, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ema/3731 ; DOI : 10.4000/ema.3731

Haut de page

Auteur

Maïa Sinno

Maïa Sinno est doctorante à Paris I Sorbonne sous la direction d’Éric Denis. Sa thèse porte sur « l’internationalisation de la production de la ville, un produit politique : les investissements du Golfe dans l’immobilier en Égypte ». Elle a passé trois ans au Caire de 2011 à 2014 et a obtenu une bourse d’Aide à la Mobilité Internationale du CEDEJ.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals