Navigation – Plan du site
Troisième partie - Les politiques publiques

Les enjeux de pouvoir de l’autorité religieuse dans l’Égypte post-transition démocratique

Laura Garrec
p. 143-161

Résumés

Le renversement du gouvernement Morsi par l’armée le 3 juillet 2013 a exacerbé la compétition autour de l’autorité religieuse entre les différents acteurs des champs politiques et religieux institutionnels, à savoir al-Azhar, le ministère des Waqfs, Dâr al-Iftâ et le président. L’arrivée du général al-Sissi au pouvoir suite aux élections de juin 2014 a eu lieu dans un contexte où le contrôle du champ religieux en tant qu’espace de mobilisation politique contestataire appuyait la répression des partisans des Frères musulmans et des militants révolutionnaires. L‘appel à la « révolution religieuse » du président fraîchement élu s’inscrit dans un environnement politique et historique au sein duquel al-Azhar représente pour le régime un outil de légitimation islamique et de lutte contre l’opposition et inaugure la rivalité qui marquera notamment les rapports entre al Sissi et l’institution autour de la production des normes religieuses. Le discours de vérité que tente d’imposer le nouveau régime aux sphères politiques et religieuses a ainsi pour enjeu la redéfinition des acteurs politiques et religieux légitimes et le remodelage du corps politique à travers l’expulsion des normes religieuses qui lui sont concurrentes. Il s’agit donc d’explorer les stratégies sémantiques de monopolisation du champ religieux mises en œuvre par les institutions religieuses étatiques et le président et de saisir la dynamique des conflits d’intérêts se jouant entre les acteurs concernés, ainsi que de comprendre les mécanismes institutionnels de formation d’une identité nationale fondée sur une définition religieuse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le verrouillage sémantique de l’espace politique et religieux
L’appel à la révolution religieuse
Les mosquées comme lieux symboliques de production de l’identité égyptienne
Des conflits corporatistes au sein d’al-Azhar et du ministère des Waqfs
Les dispositifs de formation d’une identité religieuse nationale
L’éducation nationale comme lieu de production de l’identité religieuse
Une guerre des fatwas
Le renouveau du discours religieux et la gestion de la politique intérieure
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

L’image du grand Imam d’al-Azhar se tenant aux côtés du ministre de la Défense Abd el Fattah al-Sissi, le 3 juillet 2013, en signe de soutien au renversement du président Morsi par l’armée, a frappé les esprits en symbolisant l’alliance entre les institutions religieuses et militaires. Le grand Imam avait soutenu le mouvement du 30 juin réclamant la destitution de Morsi, ce qui avait contrasté avec l’appel lancé aux manifestants à rentrer chez eux lors de la révolution du 25 janvier 2011.

Cette opposition d’al-Azhar au gouvernement frériste peut sans doute s’expliquer par le fait que la nomination de Frères musulmans à des postes-clés au sein des trois piliers de l’organisation religieuse de l’État égyptien – le ministère des Waqfs (biens religieux), Dâr al-Iftâ (maison des fatwas) et al-Azhar – avait suscité les critiques de l’institution azharie, dénonçant ces démarches comme une frérisation des institutions de l’islam, exacerbées par la réadmission au sein d’al-Azhar ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Garrec, « Les enjeux de pouvoir de l’autorité religieuse dans l’Égypte post-transition démocratique », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 16 | 2017, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ema/3735 ; DOI : 10.4000/ema.3735

Haut de page

Auteur

Laura Garrec

Laura Garrec est diplômée d’un master de philosophie politique et éthique à la Sorbonne-Paris IV, au cours duquel elle a travaillé sur l’islamophobie et les politiques de reconnaissance. Elle a ensuite entamé une licence de langue arabe au sein de la même université. Elle a vécu trois ans au Caire au cours desquels elle a notamment étudié au DEAC du Caire et à al-Azhar, et effectué un stage dans un centre de recherches égyptien, le Dal. Elle concentre son champ de recherche autour des institutions religieuses et du militantisme islamiste en Égypte, ainsi que du féminisme musulman et de l’herméneutique féministe des textes religieux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals