Navigation – Plan du site

2 | 2005
Les architectures constitutionnelles des régimes politiques arabes

De l’autoritarisme à la démocratisation
Sous la direction de Nathalie Bernard-Maugiron et Jean-Noël Ferrié

L'étude des régimes politiques arabes ne s'est guère intéressée aux architectures constitutionnelles, considérant que les constitutions et, plus largement, les relations politiques institutionnelles étaient plutôt un habillage de l'autoritarisme qu'un ressort de son organisation. Cette livraison d'Égypte/Monde arabe se propose au contraire, de prendre les constitutions et les institutions au sérieux, en soulignant la place centrale qu'elles occupent dans les régimes autoritaires. Ceux-ci sont, en effet, bien organisés par des constitutions et les trucages même de la vie politique qui permettent aux gouvernants d'imposer leur leadership, se coulent dans les spécifications du texte constitutionnel. Ce trait explique que, paradoxalement sans doute, les régimes autoritaires sont également soumis au droit et que leur droit peut se retourner contre leur domination. Cette caractéristique, au demeurant, n'est pas nouvelle et plusieurs contributions s'attachent à rappeler l'ancienneté des questions constitutionnelles dans la région. Les autres portent sur l'organisation actuelle des régimes et insistent, exemples à l'appui, sur la place du constitutionnalisme dans la vie politique des pays de la région.

  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals