Navigation – Plan du site
Maillage, connexion et diversité des lieux du commerce transnational du local au global

De la marge au monde : la structuration mouvementée d’une place marchande transnationale à Ben Gardane (Tunisie)

From the margins to the world: the hectic construction of a transnational marketplace in Ben Gardane, Tunisia
Adrien Doron

Résumés

Ben Gardane est une ville moyenne située au sud de la Tunisie, à quelques kilomètres de la frontière tuniso-libyenne. À l’instar des lieux en marge, elle n’apparaît pas sur les cartes de la mondialisation. Elle a cependant développé des réseaux d’affaire aux échelles locale, régionale et mondiale, et maîtrise l’une des principales voies détournées de l’importation de marchandises asiatiques en Tunisie. Cet article propose d’étudier la structuration de cette place marchande transnationale et son articulation progressive à toutes les échelles. La résistance de ce pôle du commerce parallèle tunisien aux aléas économiques et politiques qui affectent les économies transnationales au Maghreb, particulièrement depuis les révoltes arabes de 2011, questionne la solidité de ses relations, sa vulnérabilité mais aussi la capacité de ses acteurs à tirer partie des carences de l’État et, plus généralement, de chaque mutation affectant les conditions de sa prospérité.

Haut de page

Texte intégral

1Pour les habitants de Ben Gardane, le « Printemps arabe » a commencé avec quelques mois d’avance, en août 2010, par une explosion de colère1 qui a suivi la fermeture du poste frontalier voisin de Ras Jedir. Les facteurs profonds de la révolte de cette ville moyenne d’environ 60 000 habitants2, sous-équipée, restée en marge du « miracle économique tunisien »3 face à un État à la fois policier et prédateur sont sensiblement les mêmes que celle du 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, suivie par le reste du pays et aboutissant à l’effondrement du régime du président Ben Ali, le 14 janvier 2011. Le facteur déclencheur des protestations reste cependant particulier à Ben Gardane, sise à 30 km de la frontière tuniso-libyenne, en raison de son statut de place marchande, en marge de la légalité et de l’État. En effet, les habitants ont appris à passer la frontière libyenne, fermée et militarisée jusqu’en 1987, puis à la faire traverser aux hommes, aux devises et aux marchandises. Dans les années 1980, Ben Gardane devient un marché transfrontalier lié à la contrebande et au commerce illégal de produits subventionnés en Libye, approvisionnant en Tunisie le réseau des souks Libya (marchés libyens), jusqu’à structurer dans cette ville le plus important pôle du « commerce parallèle »4 tunisien et, au rythme de la mondialisation des années 1990 et 2000, l’une des ramifications de la route globale qui alimente la Tunisie via la Libye en importations asiatiques notamment.

2La révolte de 2010, localement, puis le « Printemps arabe » aux échelles nationale et régionale ont mis fin à deux décennies de relative stabilité entraînant une active recomposition des économies transnationales à la faveur de la vacuité des dispositifs de contrôle induite par la chute des régimes en place et un changement de statut des frontières et des flux qui les traversent. Ainsi, de nombreux articles de presse et rencontres d’experts et de décideurs politiques portent aujourd’hui sur la nécessité d’endiguer des trafics porteurs de risques – en particulier ceux liés à l’islamisme radical – ou sur un meilleur contrôle des frontières terrestres dont la porosité se serait accrue ces dernières années (International Crisis Group, 2013). Si ces préoccupations sont un problème de premier plan pour les États de la région, on ne peut pourtant pas réduire l’ampleur de ces économies à la seule montée de l’insécurité et le statut des frontières à celui d’espaces troubles. On estime, en effet, que le secteur informel représente actuellement 54 % du commerce global tunisien5, mobilisant un nombre considérable d’acteurs et irriguant l’ensemble du marché de consommation national en période de crise économique. Régulièrement secouée par les protestations depuis 2010, à chaque incident ou fermeture du poste frontalier et, plus généralement, sous la pression croissante de l’État, la place marchande de Ben Gardane continue pourtant de développer ses activités transfrontalières et transnationales, faisant preuve d’un dynamisme contrastant avec l’atonie observée, notamment à Tunis.

3Cet article a pour objectif de retracer la trajectoire de Ben Gardane en montrant comment une place marchande transfrontalière, puis transnationale, s’est structurée dans la durée et a progressivement articulé ses réseaux d’affaires à différentes échelles malgré un contexte instable. En s’appuyant sur des enquêtes réalisées dans l’ensemble de la Tunisie en 2013 et 2014, nous présenterons Ben Gardane et ses fonctions avant de montrer sa structuration et l’articulation des relations marchandes à de multiples échelles. Cette approche multiscalaire et diachronique nous permettra enfin d’envisager les effets des mutations actuelles sur une place marchande, ses réseaux, ses routes et ses échelles d’action.

Ben Gardane, lieux et acteurs d’une place marchande frontalière

Une ville frontalière

  • 6 Comptage effectué sur la route de Tunis à Kasserine en mars 2014.

4Se rendre à Ben Gardane depuis Tunis équivaut à parcourir 530 km en huit heures de temps – au mieux –, soit la plus grande distance que l’on peut parcourir dans le pays pour aller de la capitale à une ville de cette importance. À la distance spatiale s’ajoute celle des représentations depuis la capitale. Ben Gardane, ou plus généralement le Sud tunisien et les régions frontalières, serait mal arrimée au reste du pays et serait une zone de non-droit, de trafics, de violences et d’archaïsmes tribaux, contrastant avec la modernité de Tunis et de la région littorale du Sahel. Faire la part des perceptions ne signifie pas en nier les ancrages visibles dans le paysage. Ainsi, tout au long de la route, à partir d’une centaine de kilomètres6 de la capitale, des étals ou cabanes de fortune forment autant de stations d’essence informelles proposant du carburant de contrebande libyen ou algérien selon que l’on se dirige vers une frontière ou l’autre. En direction du Sud, ces points de vente sont bien visibles à partir d’El Jem et de plus en plus nombreux à hauteur de Skhira, Gabès, puis Médenine. La densité de ces points de vente, mais aussi leur nature (revendeurs, grossistes), leur forme plus ou moins pérenne et leur taille, matérialisent la tolérance de l’État envers les activités informelles. À l’entrée de Ben Gardane, les grossistes réceptionnent et expédient l’essence libyenne dans de vastes entrepôts construits au bord de la route.

5Cette ville moyenne a, à bien des égards, des allures de bourgade. Elle était, à l’origine, un noyau de sédentarisation constitué à partir de 1898 au cœur de la plaine aride de la Jeffara par les Français. Le modeste centre, dont le plan orthogonal articule deux places quadrangulaires de part et d’autre de la mosquée (1904), a été achevé au moment où la frontière fut tracée (1910). Autour de ce centre colonial, le long des axes routiers principaux menant à Médenine et à Tunis à l’ouest, au poste frontalier et à Tripoli à l’est et à Zarzis et Djerba au nord, les parcelles familiales occupent un cercle d’une douzaine de kilomètres de rayon. Sur nombre d’entre elles, le bâti résidentiel intercale toujours plantations d’oliviers, enclos pour le bétail, mais aussi entrepôts qui rappellent que cette forme urbaine est également structurée par les échanges.

Les lieux et les activités témoins des recompositions de la place marchande

  • 7 En 2002, date de mise en circulation de l’euro, le taux de change €/DT (dinar tunisien) était de 0, (...)

6Si deux marchés, l’un alimentaire, l’autre destiné à la vente de biens de consommation, appelé souk Libya, sont au cœur du noyau urbain originellement dévolu au commerce, ce n’est pourtant plus ici que s’ancre le dispositif commercial transfrontalier et transnational de Ben Gardane (Fig. 1). Le souk Libya a été déplacé au nord du centre-ville, sur la route de Zarzis, et rebaptisé souk Maghreb en 1992, année de la signature du traité instituant l’Union du Maghreb arabe, par les autorités locales en accord avec les acteurs dominants de la contrebande et du commerce. Ce marché forme un vaste terrain enclos de 30 000 m² où se succèdent 260 boutiques le long des allées. Créé après la réouverture de la frontière tuniso-libyenne en 1988 et la « ruée vers la Libye » qui s’ensuivit (Azlouk, 1995), ce marché répondait à un double objectif : déplacer et réinstaller les marchands du souk Libya encombrant places et rues du centre-ville avec leurs étals sur un site mieux adapté à l’expansion des activités commerciales, mais aussi tenter d’encadrer ces activités afin d’en tirer bénéfice. Ces velléités de contrôle d’un marché en forte croissance réalisant 1 million de dinars7 de chiffre d’affaire quotidien en 1993 (Mzabi, 1995) et 2 à 3 millions de dinars en 1996 (Tabib, 2011) ont suscité la méfiance de nombreux commerçants qui ont préféré essaimer leurs activités les plus lucratives dans l’ensemble du tissu urbain (Fig. 1). Aujourd’hui, le souk Libya déplacé et renommé souk Maghreb (Fig. 2), n’accueille plus que les détaillants dont les clients viennent toujours de toute la Tunisie. Ils sont cependant bien moins nombreux que dans les années 1990 et 2000, les troubles en Libye, les fermetures de la frontière et les manifestations souvent violentes qui s’ensuivirent ayant détourné les particuliers de cette ville-frontière au profit du souk Libya de Médenine, la capitale du gouvernorat située 75 km en amont sur la route de Tunis.

  • 8 Enquêtes de mai 2013, mai 2014 et novembre 2014.

7La redistribution spatiale des activités des grossistes et semi-grossistes liés à la contrebande a produit de nouvelles centralités commerciales dans l’agglomération, à l’image du souk Zokra (Fig. 2). Ainsi, de part et d’autre de la route de la frontière (Fig. 1), sur près de deux kilomètres, s’étend un espace animé de vente en gros (230 magasins environ lors de notre dernier comptage8). Les cartons sont empilés devant les magasins, au point d’en former leur extension. Quand elles existent, les enseignes annoncent souvent la provenance ou le parcours des produits : Électro Dubaï, Électro Istanbul ou Électro Dziri (Algérie) étant les plus courantes. Le trafic est intense entre les commerçants qui viennent s’y approvisionner, cabotant avec leurs véhicules utilitaires de grossistes en grossistes, les camionnettes et petits camions qui alimentent les magasins-entrepôts depuis d’autres entrepôts ou depuis la Libye et les taxis, voitures et camions qui se rendent à la frontière ou la traversent. L’activité est continue au point que les magasins-entrepôts disposent tous de deux équipes, l’une de jour, l’autre de nuit.

  • 9 La stratégie des commerçants importateurs consiste à ne pas déclarer leur activité afin d’éviter le (...)

8Ben Gardane est aussi une place de change et de finance. Ce secteur assoit entre tous la singularité du lieu. Le long de la Route nationale 1 (GP1 sur la carte) qui traverse la ville en direction de la frontière (Fig. 1) se sont établis les stands bleus numérotés des bureaux de change, pourtant illégaux (Fig. 2). Ces stands, dont les employés agitent des liasses de billets à l’attention des voyageurs libyens, sont les devantures de puissants réseaux de change des devises. Cette activité est née du change illégal des avoirs des travailleurs tunisiens émigrés en Libye et s’est progressivement diversifiée grâce au financement des opérations commerciales des marchands et grossistes locaux. Chaque bureau de change, et tout commerçant pratiquant cette activité à la marge, revendent ensuite leurs devises excédentaires aux grossistes de la Rahba des sarafas [l’espace des changeurs]. Ces derniers fixent les taux de change locaux depuis leurs bureaux discrets et sommaires du centre-ville (Fig. 2) en fonction des cours mondiaux qui défilent sur les chaînes d’information internationales. Ils drainent également les devises internationales, dollars et euros des touristes et émigrés de toute la Tunisie, grâce à un taux de change plus avantageux que celui des banques, en vue de financer des opérations commerciales transnationales. Cette activité répond au besoin des commerçants transnationaux tunisiens de faire sortir et de changer d’importantes quantités de devises en évitant les restrictions légales appliquées à leur export9.

9Enfin, les stations-service qui revendaient l’essence libyenne de contrebande étaient concentrées à la sortie de l’agglomération en direction de la frontière libyenne (Fig. 1). Elles étaient alimentées par la noria des véhicules, essentiellement de vieilles 404 Peugeot, dont les réservoirs bricolés permettaient de faire entrer illégalement en Tunisie, par la route, près de 300 litres de carburant plusieurs fois par jour pour un bénéfice quotidien comparable au salaire minimum mensuel d’un ouvrier tunisien. L’application d’une taxe de sortie de territoire de 30 dinars pour les étrangers non-résidents par les autorités tunisiennes le 1er octobre 2014, suivie de la mise en œuvre en Libye d’une taxe similaire assortie de 150 dinars pour chaque véhicule a aussitôt fait disparaître cette activité et sa marque dans le paysage. Ce commerce routinier a cessé au profit des dépôts plus importants alimentés par la contrebande des pick-up empruntant les pistes du désert. Comme le confie Ali, grossiste du souk Zokra décrivant ses premières expériences commerciales, « la contrebande de l’essence, c’est le premier pas, l’école du commerce à Ben Gardane ». Une entrée dans le métier qui paraît désormais bien compromise.

Fig. 1. Glissements successifs des centralités marchandes de Ben Gardane.

Fig. 1. Glissements successifs des centralités marchandes de Ben Gardane.

Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.

Fig. 2. Les lieux de la place marchande.

Fig. 2a. Une des allées du souk Maghreb.

Fig. 2a. Une des allées du souk Maghreb.

Le marché est vaste, bien achalandé, mais peu fréquenté.

Cliché : A. Doron, novembre 2014.

Fig. 2b. L’avenue du change.

Fig. 2b. L’avenue du change.

Assis derrière leurs comptoirs bleus, les changeurs interpellent une berline libyenne.

Cliché : A. Doron, mai 2013.

Fig. 2c. Le souk Zokra.

Fig. 2c. Le souk Zokra.

Les magasins-entrepôts exposent leurs marchandises jusqu’au bord de la route de la frontière.

Cliché : A. Doron, mai 2013.

Fig. 2d. L’espace des changeurs.

Fig. 2d. L’espace des changeurs.

Les grossistes de devises sont installés dans des locaux discrets en retrait des axes principaux, au centre-ville.

Cliché : A. Doron, mai 2014.

10Les différents lieux et activités de la ville ne renvoient cependant pas aux mêmes temporalités de développement du commerce, ni aux mêmes échelles d’action car, sans totalement s’émanciper de leur ancrage local et régional, certains acteurs sont progressivement parvenus à développer leurs opérations aux échelles nationale et transnationale, et à contrôler non seulement des segments, mais aussi des routes marchandes transnationales.

La structuration dans la durée d’une place marchande et l’extension des routes d’approvisionnement

Un ancrage régional ancien : des réseaux tribaux aux réseaux d’affaire transfrontaliers

11Ben Gardane s’est progressivement constituée au cœur de la plaine semi-aride de la Jeffara dont l’histoire est toujours rappelée par les acteurs de la place marchande. La Jeffara, qui s’étend sur environ 15 000 km2 entre les localités de Mareth à l’ouest, au sud de Gabès en Tunisie, et, côté libyen, Nalout au sud et Sorman à l’est (Fig. 3), a articulé depuis le XVIe siècle les mobilités pastorales et la sédentarité matérialisée par les ksour, greniers fortifiés des tribus, souvent à l’origine des noyaux urbains actuels. Le partage de l’espace entre tribus n’a jamais été ni fixe, ni linéaire, mais fluctuant au gré des alliances, des périodes de complémentarité et des razzias, toujours en marge de tout pouvoir central suffisamment puissant pour imposer un ordre extérieur à la région. À plus petite échelle, la plaine était aussi un des carrefours maghrébins entre la route littorale du pèlerinage à La Mecque et celles du commerce transsaharien via l’oasis de Ghadamès (Libye). Cet espace mobile (Retaillé, 2005) a progressivement été contraint, entravé et marginalisé. Le déclin du commerce transsaharien au XVIIIe siècle, puis la délimitation des parcours entre les Régences ottomanes de Tunis et Tripoli suivie de celle de la frontière tuniso-algérienne par les colons français et, enfin, la colonisation de la Tunisie (1881), puis de la Libye (1911) ont achevé de transformer un carrefour historique en cul-de-sac (Kharoufi, 1995). C’est typiquement un de ces « confins » (Martel, 1965), nés des partages coloniaux, et dont les contours évoluent au gré des intérêts des puissances coloniales, puis des États indépendants qui leur ont succédé.

12Les luttes des tribus locales comme les Touazines (Tunisie) et les Nouayels (Libye) contre la colonisation et le bornage imposé, ainsi que les migrations forcées qui s’ensuivirent de part et d’autre de la frontière, ont fait émerger des alliances durables et ont participé à la formation de l’espace relationnel transfrontalier de la plaine de la Jeffara durablement inscrit entre le Sud-Est tunisien, la Tripolitaine et le Nefousa (Fig. 3). Le refuge d’un aïeul est souvent à l’origine d’amitiés familiales ou même de familles transfrontalières dont les relations sont toujours entretenues. Les puissances coloniales ont accentué dès lors leur contrôle militaire sur la région et ont cherché à fixer les populations dans des noyaux villageois à l’image de Ben Gardane, privant les tribus de leurs ressources traditionnelles liées aux circulations et aux parcours pastoraux, les poussant ainsi à se reconvertir dans une agriculture contrainte par la semi-aridité.

  • 10 Notamment suite à l’attaque de Gafsa par un commando libyen en 1980.

13Après les indépendances, la précarité de la situation économique des habitants de la Jeffara tunisienne a contrasté avec l’expansion économique libyenne à partir de la fin des années 1960, mais de l’autre côté d’une frontière toujours militarisée. Les échanges bilatéraux limités entre les deux régimes dans les années 1970 n’ont guère profité aux populations du sud de la Tunisie. C’est, paradoxalement, à partir de la rupture de ces relations en 198010 et de la fermeture complète de la frontière, que les populations de la Jeffara, et particulièrement la tribu des Touazines de Ben Gardane, s’imposent comme des intermédiaires indispensables. Grâce à leurs relations en Libye et à leur position frontalière, ils sont sollicités par ceux qui veulent traverser la frontière, trouver du travail puis rapatrier leurs revenus (Chandoul, Boubakri, 1991). Nombre de travailleurs tunisiens rencontrent des barrières administratives que seul le recours à la clandestinité permet de contourner. En effet, il devient presque impossible de quitter légalement la Tunisie pour la Libye, tandis que cette dernière interdit aux travailleurs étrangers de rapatrier plus du tiers des revenus perçus. En plus de leur rôle de passeurs de migrants, forts de leur position et de leurs relations, les Touazines investissent dans la contrebande des produits subventionnés en Libye, dont l’achat, puis la revente, sont initialement un moyen pour les travailleurs migrants de rapatrier leur salaire, inconvertible, tout en dégageant un bénéfice. Si la période de fermeture et de militarisation de la frontière, entre 1985 et 1988, marque les années les plus difficiles pour Ben Gardane et ses habitants (Mzabi, 1995), certains acteurs acquièrent peu à peu une position dominante, jetant les bases d’un véritable « cartel de la frontière » (Tabib, 2011).

14Les sarafas [de sarf, le change], au sommet de la pyramide, sont les banquiers du système. Ils fixent les taux du change informel, financent la contrebande et le commerce, et apportent parfois simplement leur caution morale auprès des grossistes Nouayels libyens. Leur puissance leur a permis de devenir les interlocuteurs des autorités centrales dans cette région périphérique. Les nassabas [de nassbas, les étals] sont les commerçants indépendants du souk Libya. Si certains sont devenus depuis d’importants grossistes, ils ne bénéficient pourtant pas de la position dominante des sarafas et doivent souvent recourir à leur protection face aux autorités. Les khawattas [commerçants itinérants] sont employés, souvent à la journée, pour acquérir des marchandises en Libye, revendues en Tunisie contre 1/5e des bénéfices. Les tayoût [transporteurs indépendants] sont d’anciens khawattas souvent associés, ayant acquis un véhicule tout terrain (Toyota) et assurant la contrebande transfrontalière par les pistes pour le compte des commerçants et grossistes.

Fig. 3. La Jeffara, un espace dense d’échanges transfrontaliers.

Fig. 3. La Jeffara, un espace dense d’échanges transfrontaliers.

Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.

  • 11 Salloum est une bourgade bédouine égyptienne adossée à la frontière libyenne, au bord de la Méditer (...)

15À la fin des années 1980, la place marchande de Ben Gardane s’impose comme le premier marché tunisien de devises et de marchandises de contrebande, ancré dans un tissu dense d’interrelations locales et régionales, au cœur de la marge frontalière, comme l’est Salloum (Pliez, 2009), son pendant égyptien11.

Une place marchande au rayonnement national, en marge de l’État

16Le contexte politique qui se recompose avec la prise de pouvoir de Ben Ali en 1987, la normalisation des relations tuniso-libyennes, puis l’ouverture de la frontière en 1988 et la libéralisation de la circulation des biens et des personnes, provoquent une explosion des flux transfrontaliers. Alors que le poste frontalier de Ras Jedir était resté fermé entré 1985 et 1988, près de 10 000 personnes le traversent (entrées et sorties confondues) quotidiennement en 1991 (Boubakri, 1995). Les flux de particuliers, qui transportent souvent des marchandises, se stabilisent puis régressent, notamment à partir du rétablissement des formalités de passeports en 1992. Ce sont les contrebandiers, changeurs et commerçants de Ben Gardane qui concentrent de nouveau les flux de part et d’autre d’une frontière qui n’a jamais été aussi ouverte, grâce à leurs relations locales et transfrontalières ainsi qu’à leurs capacités d’organisation d’échanges conséquents, échappant aux douanes et appuyées sur un système hiérarchisé et performant.

17L’apogée que connaît la place marchande de Ben Gardane à la fin des années 1980 et au début des années 1990 repose sur son attractivité et sa capacité à redistribuer via la Libye des marchandises sur tout le territoire national. La ville attire les consommateurs du pays au souk Maghreb. Ils s’y rendent le temps d’une journée ou d’un week-end en voiture, en bus ou en louage (taxis collectifs) et repartent avec des trousseaux de mariées, des pneus, des produits d’épicerie ou de quincaillerie. Ben Gardane attire aussi des commerçants, soit sédentaires disposant d’un magasin dans une autre ville, soit itinérants circulant entre les marchés hebdomadaires de la région ; ils achètent aux grossistes qui commencent à s’établir sur la route de la frontière. Ces commerçants sont aussi parfois d’anciens travailleurs migrants qui revendaient auparavant des marchandises rapportées de Libye dans leur quartier ou sur un étal bricolé. Ces souks Libya, marchés spontanés construits dans les interstices urbains de nombreuses localités tunisiennes comme L’Ariana, Kairouan ou Médenine sont devenus un puissant et dense réseau de distribution au profit des grossistes de Ben Gardane qui les alimentent. Au Sahel, à mi-parcours entre Sousse et Sfax, les opportunités économiques offertes par Ben Gardane ont même contribué à l’essor d’une place marchande importante, à El Jem, où les marchands sont devenus grossistes à leur tour et ont constitué une importante plateforme d’approvisionnement attirant les chalands de la capitale. Le succès commercial de Ben Gardane a également favorisé le développement d’activités connexes : restaurants, cafés, hôtels bon marché et, plus généralement, a permis le développement économique de la ville et l’équipement des ménages (Mzabi, 1995). À partir de liens tribaux, les acteurs de la place marchande constituent également de solides relais d’export en direction de l’Algérie, via des intermédiaires de la tribu Frechich, localisés en particulier dans la ville frontalière de Feriana, à 40 km au sud de Kasserine.

18Repoussoir des aspirations de modernisation de Bourguiba, la Jeffara demeure marginalisée par les priorités économiques de l’ancien président Ben Ali qui inscrit la Tunisie dans un processus de libéralisation économique en rupture avec l’étatisme bourguibien (Génin et al., 2006). Le pouvoir accorde cependant aux acteurs locaux une reconnaissance officieuse du bénéfice des flux transfrontaliers et commerciaux, quand bien même ils sont informels, sur le développement économique de cette région où les potentialités agricoles restent faibles et le développement industriel comme touristique quasi inexistant. Le régime de Ben Ali négocie même avec les élites tribales et les acteurs de la contrebande un contrôle des échanges et passages les plus illicites en contrepartie d’une « zone de dérogation aux lois » (Tabib, 2011). L’État n’est pas, de toute façon, en mesure de contrebalancer les opportunités économiques de la frontière. Cependant, les acteurs du marché de Ben Gardane, y compris les plus nantis, conservent une forme de discrétion et d’austérité de leur mode de vie, conscients que l’apparente pauvreté de la région est aussi un moyen d’éviter de susciter la convoitise et l’intervention de l’État. Ainsi, contrairement à ce qui a pu être observé dans d’autres places marchandes à l’exemple d’El Eulma en Algérie (Benlakhlef, Bergel, 2011), point ici de constructions opulentes. À l’essor régional de Ben Gardane correspond également, dans un contexte de libéralisation des échanges celui, transnational, des importateurs algériens, puis libyens et tunisiens.

19En effet, dans le contexte d’accélération de la mondialisation des années 1990, tous se tournent vers les places marchandes globales asiatiques comme Dubaï, Istanbul, Hong Kong, Guangzhou et Yiwu. Cette reconfiguration des réseaux d’approvisionnement à l’échelle transnationale affecte les pratiques des acteurs de Ben Gardane, de même qu’elle inscrit la place marchande dans un marché très concurrentiel en Tunisie.

La reconfiguration récente des réseaux d’approvisionnement à l’échelle transnationale

  • 12 En 2013, la taxation des produits asiatiques importés est en moyenne de 6 % en Libye et de 86 % en (...)
  • 13 En 2002, 1 dinar tunisien valait 1,035 dinar libyen au taux de change officiel tandis qu’il se négo (...)

20Ben Gardane bénéficie, au moins jusqu’aux révoltes arabes de 2010-2011, de sa position frontalière à proximité de la Libye, même si les subventions de nombreux produits de consommation courante par la caisse de compensation libyenne se tarissent progressivement alors que le pays rencontre des difficultés économiques. Cette position demeure avantageuse grâce à plusieurs différentiels frontaliers. Ainsi, la taxation des importations de marchandises et le prix de l’essence demeurent moindres en Libye qu’en Tunisie12. De plus, les opérations de change permettent de conserver des marges confortables dans la mesure où les prix des marchandises libyennes sont affichés en dinars libyens, monnaie surévaluée par la Banque centrale13. Étant donné que les transactions passent par les sarafas de Ben Gardane, les taux de change favorisent les marges des grossistes qui y sont implantés. Enfin, Ben Gardane est aussi favorisée par le contexte de crise qui touche la Libye, notamment pendant la période d’embargo de 1992 à 1999. Les pénuries que subissent les populations incitent les commerçants et contrebandiers de Ben Gardane à diversifier leurs activités. Le recours à la contrebande et au commerce informel permet aux Libyens de se fournir en produits de luxe, médicaments ou encore pièces détachées (Boubakri, 2001). L’embargo profite également aux changeurs qui proposent en bord de route de convertir les dinars libyens et tunisiens aux voyageurs entre les deux pays. Ce trafic routier est d’autant plus intense que l’aéroport de Djerba devient le premier accès aux voyages internationaux et le poste frontalier de Ras Jedir le premier accès international de la Libye avec 53 % des entrées en 1992. La position de Ben Gardane se renforce donc puisque ses acteurs opèrent désormais sur deux marchés, ce qui leur offre la possibilité de toujours voyager « à plein » et de pratiquer le troc en Libye. Cette pratique a permis de dégager des sommes importantes pour les nouvelles spéculations des sarafas, qu’elles soient financières et commerciales au plan régional, ou bien agricoles au plan local (Tabib, 2011), la mise en valeur de la terre représentant toujours une garantie face à la réversibilité des contextes.

  • 14 Néologisme que l’on traduit généralement par « État (ou République) des masses » (Martinez, 2001). (...)

21Les recompositions du contexte libyen n’ont donc pas marginalisé la place marchande de Ben Gardane à la fin des années 1990, bien au contraire. Quand Kadhafi annonce en janvier 2000 « l’abolition » de la Jamahiriya14 et en reconnaît l’échec (Martinez, 2001), d’autres sources d’approvisionnement en marchandises bon marché ont déjà émergé, grâce à la conteneurisation qui permet un accroissement substantiel des volumes de marchandises débarquées dans les ports d’Afrique du Nord (Zohra, Ducruet, 2011). Ces marchandises sont importées par les commerçants arabes qui étendent leurs circulations méditerranéennes (Peraldi, 2001, 2002 ; Tarrius, 2002), depuis ou via Istanbul (Pérouse, 2007) et Dubaï (Marchal, 2001) dans les années 1990 et de plus en plus fréquemment directement depuis la Chine (Fig. 4), qui adhère à l’OMC en 2001 (Bertoncello et al., 2009). Les souks Dubaï, comme celui d’El Eulma en Algérie, émergent aux débouchés de ces nouvelles routes commerciales et viennent parfois remplacer ou doubler les souks Libya comme à El Oued (Belguidoum, Pliez, 2012).

Fig. 4. L’extension de la Méditerranée marchande des commerçants maghrébins.

Fig. 4. L’extension de la Méditerranée marchande des commerçants maghrébins.

Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.

22Au début des années 2000, la route des produits asiatiques à destination du Maghreb est déjà bien structurée. La pénétration de ces marchandises sur le marché tunisien emprunte plusieurs ramifications coordonnées par des dispositifs marchands concurrents (Fig. 5). À l’ouest, la frontière tuniso-algérienne devient un point de passage diffus des produits asiatiques importés par les grands commerçants transnationaux algériens à destination de leurs clients tunisiens. Du nord au sud de cette frontière, le passage repose sur des relations familiales et tribales transfrontalières et sur des savoir-faire contrebandiers anciens au service des donneurs d’ordre algériens. Les régions littorales de la Tunisie et, en particulier, les régions de Tunis et du Sahel (entre Sousse et Sfax), développent des relations commerciales à longue distance, en bénéficiant du système clientéliste organisé par les cercles proches du président Ben Ali : ces derniers entendent profiter de la libéralisation du commerce international grâce à leur puissance économique et à leurs relais politiques pourvoyeurs de passe-droits, notamment auprès des douanes. C’est ainsi que, jusqu’à la révolution de 2011, les importations asiatiques sont effectuées par des importateurs associés, mais au nom de sociétés de personnes proches du régime. Les importateurs sont démarchés, mis en contact avec des transitaires en Chine où ils effectuent leurs commandes qui sont, ensuite, expédiées par conteneurs en Tunisie. Au port de Radès (Tunis), les douanes sont contournées. Un conteneur peut être retiré en échange d’une somme fixe correspondant à environ 10 000 euros, ce qui laisse une marge confortable aux importateurs. C’est toujours via les réseaux transfrontaliers que Ben Gardane s’ouvre au commerce transnational car le commerce d’importation des marchandises asiatiques nécessite des relais portuaires. En effet, l’ouverture économique de la Libye au lendemain de l’embargo a favorisé la reconversion d’un groupe d’importateurs libyens qui s’étaient enrichis précédemment grâce au commerce illégal des produits subventionnés à destination du marché tunisien.

Fig. 5. Ramifications de la route globale et dispositifs d’importation en Tunisie.

Fig. 5. Ramifications de la route globale et dispositifs d’importation en Tunisie.

Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.

  • 15 La grande quantité de coupures de 500 € banalement empaquetées par les sarafas de Ben Gardane en pe (...)

23Ainsi dit, Ben Gardane semble réduite à la fonction de simple place de transit transfrontalier sur une route transnationale pilotée depuis la Libye. Ce serait toutefois négliger l’importance de l’activité de change et de financement des opérations commerciales transnationales qui y a ses racines. Reposant sur un réseau de relations interpersonnelles et de confiance à la manière des réseaux bancaires médiévaux ou de commerce de l’époque moderne (Calafat, 2011), cette activité permet à tout importateur de payer ses commandes à l’étranger en contournant les restrictions à l’exportation de devises de la Banque centrale tunisienne et en évitant plus généralement toute forme de déclaration. Ainsi, un commerçant tunisois souhaitant importer des marchandises de Yiwu, en Chine, pour un budget de 100 000 dinars tunisien dépose la somme en dinars auprès d’un sarafa de Ben Gardane ainsi que le numéro de compte du bureau de commerce qui gère les commandes et les transactions en Chine. La somme changée en euros par le sarafa est transportée en liquide15 par un partenaire libyen jusqu’à Dubaï pour une commission de 2 à 3 %, puis déposée sur le compte bancaire d’un associé en étroite interconnaissance avec le sarafa et/ou le partenaire libyen. La somme réintègre alors à Dubaï le circuit financier officiel. Changée en dollars, elle est créditée par virement bancaire sur le compte du bureau de commerce en Chine dont le numéro a été aussi transmis. Le commerçant tunisien peut alors se rendre en Chine et passer commande sans aucun transfert ni transport de devise tunisienne en son nom. Cet exemple montre la solidité et l’efficacité des relais financiers transnationaux des sarafas de Ben Gardane. Il ne doit cependant pas masquer des opérations beaucoup plus complexes emboîtant le circuit financier et celui des marchandises qui peuvent permettre, par exemple, l’avance de la somme par le partenaire libyen, remboursable par une livraison future de marchandises organisée par le sarafa via Ben Gardane ou par un contact tiers et une autre place marchande. À mesure que les réseaux des sarafas – qui dépassent généralement la centaine de relations, directes et issues d’interconnaissances ou indirectes et garanties par un tiers de confiance – s’étoffent et s’adaptent aux destinations des importateurs, la complexité des transactions s’accroît. Ces opérations sont garanties par la seule confiance qui constitue le capital le plus précieux de tout sarafa.

24Les approvisionnements en marchandises, de même que les opérations financières, révèlent également que les trois dispositifs de commerce transnational – via l’Algérie, la Libye, ou les ports tunisiens – qui alimentent la Tunisie en produits d’importation ne sont pas étanches. Les petits importateurs tunisois intégrés au système clientéliste de la capitale peuvent réaliser leurs opérations de change à Ben Gardane et parfois s’y approvisionner à l’instar de tout commerçant ou entreprise, y compris du secteur dit « formel ». Les grossistes de Ben Gardane peuvent se fournir via leurs relais frontaliers de la région de Kasserine en électroménager importé en Algérie et même le réexpédier en Libye s’il s’agit d’un produit qui n’y est pas directement acheminé. Ces voies transversales résultent de contacts accumulés par les acteurs et activés par la connaissance d’une opportunité à saisir. À la fin de la décennie 2000, la concurrence entre les marchés et les dispositifs d’approvisionnement est vive, d’autant que le marché tunisien n’est pas extensible et que la course aux prix les plus bas, au détriment de la qualité et de la santé des consommateurs, est de plus en plus dénoncée dans la presse qui appelle à la vigilance16. L’État, quant à lui, commence à prendre des mesures restrictives17 sous la pression, notamment, du secteur manufacturier tunisien qui subit aussi une vive concurrence à l’exportation et sur le marché national. À Ben Gardane, les grossistes se sont spécialisés pour mieux répondre aux demandes du marché tunisien (Haddar, 2013), mais l’apogée de la fréquentation commerciale des années 1990 est révolue. Si « Ali Baba habite à Ben Gardane » ainsi que l’annonce, en juin 2010, un reportage du journal Jeune Afrique18, la place marchande n’est pas épargnée par ces pressions politiques et celles de l’opinion publique, sur fond de crise économique. La révolte de l’été 2010 à Ben Gardane19, puis la chute du régime de Ben Ali en janvier 2011, suivies par la crise libyenne, affectent profondément l’économie, la structuration et les relais de la place marchande à toutes les échelles.

Un contexte instable générateur d’opportunités et de vulnérabilité à différentes échelles

Les recompositions du commerce transnational dans la Tunisie en transition

  • 20 Entretien du 28 octobre 2014 avec M. Boujdai, vice-président de l’UTICA, Union tunisienne de l’indu (...)

25Le départ du président Ben Ali le 14 janvier 2011 a ouvert une période de transition démocratique et d’incertitude économique. Les gouvernements qui se succèdent sont appelés à réagir, interpellés par la presse qui soulève régulièrement la question de l’explosion du commerce parallèle, mais aussi par l’UTICA, le patronat tunisien, qui la dénonce20, et encore par des rapports d’experts qui en estiment l’impact économique pour le pays. Les pertes fiscales représenteraient annuellement près de 1,2 milliard de dinars tunisiens (Ayadi et al., 2013) pour le seul commerce terrestre avec les voisins algérien et libyen. L’une des premières réactions pour réguler ce commerce a été la restauration des droits de douane et des contrôles dans les ports tunisiens, à commencer par celui de Radès (Tunis). La fuite des commanditaires proches de l’ancien régime après la révolution a mis à mal le système clientéliste d’importations qui prévalait. Bien que ce dernier n’ait pas totalement disparu, la majorité des petits importateurs tunisois a dû faire face au triplement du coût de retrait des conteneurs au port, quand ceux-ci n’étaient pas tout simplement bloqués. De nombreux commerçants du souk Sidi Boumendil à Tunis ont, dès lors, cessé l’importation directe et le voyage en Chine pour s’approvisionner auprès des grands importateurs à M’saken près de Sousse ou via les itinéraires de contournement algérien et libyen. La tentative de régulation sur les importations et les difficultés des concurrents du Nord ont revalorisé la situation de Ben Gardane parmi les routes et places marchandes du commerce transnational en Tunisie.

26Par ailleurs, les populations subissent durement la dégradation constante de la conjoncture économique. Non seulement la demande en produits d’importation bon marché ne fléchit pas, mais elle encourage même les particuliers à pratiquer le commerce informel comme activité complémentaire ou principale (Meddeb, 2012). Ils sont toujours plus nombreux, comme Samia, rencontrée dans le train de Sfax avec une valise de foulards achetés sur le marché Sidi Boumendil, ou comme ce groupe d’étudiants sénégalais ayant étalé quelques bijoux de pacotille sur le trottoir d’une rue du centre-ville de Tunis ou, encore, comme Mehdi, jeune ingénieur sans emploi, vivant près de Gabès, qui se rend deux fois par semaine à Ben Gardane et a transformé un garage en petit commerce. Quand il ne s’agit pas de jeunes diplômés chômeurs ou de retraités sans ressource, ce sont des filières migratoires de jeunes du Centre-Est du pays qui occupent les trottoirs du centre de la capitale avec leurs étals. La disparition du régime autoritaire et de sa police laisse place à un moment de flottement, notamment dans les rapports qu’entretiennent les Tunisiens à l’autorité de l’État. À la fois impuissantes et sans alternative autre que la répression dans un climat social, économique et politique tendu, les autorités laissent souvent faire. Cette forme de dérégulation et de déconcentration de la vente des produits d’importation concurrence de nombreux commerçants mais soutient toujours la demande auprès des importateurs et des grossistes. Dans ce contexte, Ben Gardane demeure une destination de choix pour s’approvisionner. L’État est conscient de la porosité des frontières mais aussi de la ressource que représentent les flux transfrontaliers dans les régions pauvres de l’Ouest et du Sud où le secteur emploie 20 % de la population active (Haddar, 2013). Une forme de laisser-faire perdure dans les régions frontalières après la révolution, non pas implicitement négocié comme au temps de Ben Ali, mais plus simplement par impuissance face à la corruption des agents qui laissent passer les flux dans un contexte économique et politique décourageant toute intervention d’ampleur sans solution alternative de développement. En ce sens, la visite du Premier ministre Jebali en 2012 à Ben Gardane proposant un projet de zone franche industrielle – en veille depuis – a inquiété les acteurs de la frontière selon le principe qu’il vaut mieux une activité pour survivre maintenant plutôt qu’un projet pour vivre dans dix ans. Aujourd’hui, les acteurs de la frontière s’alarment des discours répressifs annoncés par le parti Nidaa Tounes, vainqueur des élections de l’automne 2014, et contre lequel ils ont massivement voté. Du côté des autorités, au-delà des discours électoralistes, l’équation reste complexe comme le souligne la presse :

  • 21 Jeune Afrique, le 5 janvier 2015 : « Tunisie : Béji Caïd Essebsi, les défis du nouveau président ». (...)

« La “restauration de l’autorité de l’État”, promesse phare du président élu, risque de se heurter à des “spécificités” explosives. Comment lutter contre la contrebande, qui déstabilise le système de production et les réseaux de distribution et engendre un terrible manque à gagner pour les finances publiques, sans donner le sentiment aux populations du Sud qu’on les stigmatise ? »21

27Les acteurs de la place marchande de Ben Gardane ont saisi les opportunités offertes par la révolution et les difficultés économiques et politiques du pays. S’ils s’inquiètent aujourd’hui de voir l’État se préoccuper de ses marges, c’est pourtant davantage la vulnérabilité du segment libyen, dont ils sont dépendants, qui représente pour eux le risque le plus immédiat.

La vulnérabilité du segment libyen et la remise en cause des circulations transfrontalières

28Dès 2011, les révoltes ont également touché la Libye ; le 15 février, l’insurrection éclate à Benghazi et s’étend en Cyrénaïque et en Tripolitaine avant de se muer en guerre civile qui provoque une intervention aérienne occidentale. L’actualité de Ben Gardane durant cette période ne se réduit pas à l’accueil des réfugiés. Les commerçants mobilisent également leurs réseaux pour approvisionner les Libyens auparavant fournisseurs, y compris depuis l’Algérie. Exceptionnellement, les flux s’inversent sur des itinéraires déjà bien structurés. Trois jours après la mort de Mouammar Kadhafi, le président du Conseil national de transition libyen proclame la fin de la guerre et la libération de la Libye le 23 octobre 2011. Cependant, le contexte est loin d’être apaisé. L’État ne semble avoir d’autre reconnaissance qu’internationale. À l’intérieur du pays, une autre guerre moins lisible poursuit la recomposition des équilibres tribaux et politiques entre révolutionnaires, contre-révolutionnaires et djihadistes, mais aussi celle des territoires et de l’accès aux ressources22. L’instabilité libyenne actuelle fragilise les approvisionnements de la place marchande de Ben Gardane et, par exemple, les fermetures temporaires de la frontière de la part des autorités libyennes et tunisiennes23 se sont multipliées depuis lors. Contrairement aux années 1980, décennie de la frontière fermée et de la contrebande, Ben Gardane a développé des activités dépendantes de circulations quotidiennes passant par le poste frontalier de Ras Jedir, comme les allers et retours de la contrebande d’essence ou le change des devises des voyageurs libyens. La fermeture de la frontière reste donc dramatique pour les petits acteurs du commerce : en effet, chaque interruption du trafic transfrontalier équivaut pour ceux-ci à une absence de ressource provoquant des protestations et des manifestations, souvent violentes, qui affectent la fréquentation de Ben Gardane au profit du souk Libya de Médenine.

29Les acteurs plus importants du négoce de la frontière, grossistes et sarafas, restent surtout préoccupés par la sécurité des approvisionnements sur le segment libyen de la route commerciale transnationale qui alimente Ben Gardane en produits asiatiques non taxés. Depuis la guerre, elle n’est plus garantie. Des commerçants relatent même l’attaque de convois commerciaux et de contrebande en Libye. Fin 2011, un des grossistes a créé l’Association des frères tunisiens et libyens qui, avec son homologue libyenne, vise à préserver l’intégrité de la route commerciale de Ben Gardane à Tripoli en signalant les attaques de transport de marchandises aux autorités ou en négociant avec elles l’ouverture du poste frontalier. Mais ce patient travail relationnel a une portée limitée. En décembre 2014, les combats terrestres et aériens entre deux factions libyennes visaient directement le contrôle du poste frontalier de Ras Jedir24, provoquant une fois de plus la fermeture de la route côté tunisien. Entre ces blocages, le maintien visible des approvisionnements de Ben Gardane laisse supposer que les fournisseurs libyens poursuivent leurs activités malgré la prise de contrôle de Tripoli par une coalition de milices et la fuite du gouvernement et du parlement en août 2014. La circulation des marchandises dépend aussi des transporteurs et des contrebandiers de Ben Gardane pour qui les risques de l’aller-retour se sont accrus en Libye, mais aussi en Tunisie. Les saisies à la frontière se sont multipliées et les contrebandiers sont plus souvent pourchassés, arrêtés et parfois tués. Entre les exigences d’une situation économique et politique intérieure difficile et la situation en Libye, la frontière est devenue un enjeu essentiellement sécuritaire en Tunisie, révélant les recompositions qui se jouent à l’échelle locale.

Recomposition locales et régionales et changement de statut de la frontière

  • 25 Entretien du ministre français de la Défense paru le 28 décembre 2014 dans le Journal du Dimanche : (...)

30La situation au sud de la Libye – qualifié de « hub terroriste »25 –, la crise malienne dès 2012, puis la prise d’otage d’In Amenas en Algérie en 2013 ont mis en lumière l’efficacité des circulations transnationales d’armes et de djihadistes au moment où la chute du régime avait laissé un vide sécuritaire en Tunisie. Les discours des décideurs, des médias et des candidats aux élections de l’automne 2014 tendent à assimiler tous les trafics aux frontières, marchandises, migrants clandestins, devises, armes, drogues et djihadistes en une seule et même menace pour la sécurité du pays et de sa transition démocratique. Malgré les rapports d’experts qui recommandent notamment d’intégrer les populations locales à la gestion des frontières (International Crisis Group, 2013), ce sont davantage les préoccupations sécuritaires que les questions économiques et sociales qui motivent les gouvernements à réagir. La présence de combattants se revendiquant de l’Islam radical sur la frontière tuniso-algérienne et la teneur des saisies à la frontière tuniso-libyenne encouragent en Tunisie un contrôle accru des marges frontalières. Le retentissement international de l’attaque du musée du Bardo le 18 mars 2015 ne peut qu’accentuer cette tendance. En plus de jeter la suspicion sur les acteurs de la frontière, ce contexte révèle à Ben Gardane la recomposition des hiérarchies locales dans la gestion de cette frontière.

31En effet, les acteurs marchands transnationaux de Ben Gardane se retrouvent désormais visés d’autant que la chute des régimes tunisien et libyen, et avec eux la pression et les garanties qu’ils proposaient, a fragilisé les hiérarchies du système transfrontalier. Depuis 2011, les grands sarafas autrefois capables de négocier le laisser-faire des autorités et de contenir les flux les plus illicites ont perdu leur ascendant, d’autant que l’influence des pratiques tribales qui étaient essentielles à la distribution des rôles n’avait cessé de s’estomper depuis l’ouverture de la frontière (Tabib, 2011). Le vide sécuritaire qui a suivi la révolution a libéralisé la place marchande et attisé la concurrence entre ses acteurs. Les grossistes de la frontière ont financé de nouveaux sarafas qui ont concurrencé les anciens. De nombreux jeunes khawattas ou tayoût [commerçants indépendants et transporteurs], parfois financés par leurs relations en Libye, ont investi pour leur compte des secteurs auparavant tacitement prohibés comme la contrebande d’alcool et de drogue. Certains ont même entrepris la construction de demeures au luxe tapageur qui fleurissent à présent dans les périphéries de Ben Gardane et qui mettent à mal l’ancienne protection que représentaient la discrétion des affaires et l’austérité des modes de vie.

  • 26 Depuis 2013, les douanes ont médiatisé les saisies de sommes record dépassant le million d’euros. L (...)
  • 27 En référence ici à Bernet, Tarrius, 2014.

32La remise en cause des hiérarchies entre fractions de tribus est également régionale. Les Touazines de Ben Gardane maîtrisaient la frontière et ses activités les plus lucratives avec la protection tacite du régime et en accord avec les Nouayels libyens, eux-mêmes sans réelle opposition du régime de Kadhafi. À partir de 2010 et des premières révoltes, ces deux clans tribaux ont commencé à perdre leurs positions et se sont vus concurrencés par d’autres groupes. Les Oudernes de Tataouine ont ainsi soutenu pendant la guerre les opposants à Kadhafi, notamment djihadistes, pour saisir l’opportunité de mettre fin au duopole des Touazines et des Nouayels sur la frontière. L’entreprise ne semble pas achevée, mais dans les cafés de Ben Gardane, le matin, après le déchargement des convois de contrebande de la nuit, on parle. Et chacun sait, contrebandier, commerçant ou changeur, que ce n’est ni la vaisselle d’Istanbul, ni l’électronique de Dubaï, ni les jeans de Guangzhou qui enrichissent les contrebandiers Oudernes dont les marchandises sont de plus en plus saisies sur la frontière. Il s’agirait d’autres routes, tout aussi transnationales, à savoir celles de l’argent du djihad en Syrie et de Daesh26 et celles des armes dont les saisies record se sont multipliées. La « mondialisation criminelle »27 emprunte aussi ces routes détournées des « espaces discrets de la mondialisation » (Pliez, 2007), et la Libye, une fois encore, stimule des circulations transnationales d’ampleur régionale qui la dépassent.

Conclusion

33Ben Gardane est un de ces lieux périphériques qui n’apparaissent pas sur les cartes de la mondialisation. Deux, voire trois, générations d’acteurs l’ont pourtant activement intégré à des réseaux d’échanges aujourd’hui mondialisés à partir de relations développées à chaque échelle. Méthodologiquement, ce constat invite à creuser cette stratification relationnelle à partir du lieu, à questionner sans cesse « d’où et jusqu’où ? », pour localiser les relations et leurs ancrages, et « quand ? », pour comprendre pourquoi, ici, les acteurs ont développé une relation avec l’ailleurs en fonction du contexte de l’établissement de la relation. Car les réseaux marchands actuels et le développement de nouvelles relations, locales, régionales ou mondiales, n’ont rien de spontané. Ils relèvent au contraire de patientes et difficiles constructions menées par des acteurs locaux sur diverses scènes des échanges, du local au global. C’est à ce prix que, si Ben Gardane occupe toujours une position marginale en Tunisie, elle n’en demeure pas moins la seule ville tunisienne à disposer d’un port, celui de Tripoli, presque sans droit de douane. Cet atout s’est aussi révélé être une dépendance mais, en dépit des risques qui pèsent sur la place marchande et la frontière, les acteurs renforcent à chaque fois leurs relais à différentes échelles et semblent bien, une fois encore, être en mesure de s’adapter en régularisant une partie de leurs activités dans la nouvelle carte régionale en gestation.

Haut de page

Bibliographie

Ayadi L., Benjamin N., Bensassi S., Raballand G., 2013, Estimating Informal Trade across Tunisia’s Land Borders, Policy Research Working Paper 6731, The World Bank, Middle East and North Africa Region, Public Sector and Governance Unit.

Azlouk R., 1995, « Zarzis : l’impact de la proximité de la frontière sur la dynamique urbaine locale », in Actes du colloque Espaces-frontières et dynamiques socio-culturelles au Maghreb, Sidi Bou Saïd, 27-28-29 janvier 1995.

Belguidoum S., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Diasporas, Histoire et Sociétés, n° 20 (« Routes », sous la dir. de P. Cabanel), p. 115-130. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00815638 [consulté le 04/06/2015].

Benlakhlef B., Bergel P., 2011, « Les « nouveaux riches » de l’importation algérienne : des agents de la transformation sociale et urbaine? », Méditerranée 1/2011 (n° 116), p. 17-24.

Bernet O., Tarrius A., 2014, Mondialisation criminelle. La frontière franco-espagnole de La Junquera à Paerpignan. Rapport de recherche, Saint-Denis, EdiLivre, 110 p.

Bertoncello B., Bredeloup S., Pliez O., 2009, « Hong Kong, Guangzhou, Yiwu : de nouveaux comptoirs africains en Chine », Critique internationale, 3, n° 44, p. 105-121.

Boubakri H., 2006, « L’autre face de la Jeffara (Sud-Est tunisien) : mobilité transfrontalière, migration internationale et dynamiques territoriales », p. 197-213, in Génin D., Guillaume H., Ouessar M., Ouled Belgacem A., Romagny B., Sghaier M., Taâmallah H. (dir.), Entre désertification et développement. La Jeffara tunisienne, Tunis, Cérès, IRA, IRD, 351 p.

Boubakri H., 2001, « Échanges transfrontaliers et commerce parallèle aux frontières tuniso-libyennes », Monde arabe, Maghreb Machrek, La Documentation française, n° 170, p. 39-51.

Calafat G., 2011, « Familles, réseaux et confiance dans l’économie de l’époque moderne. Diasporas marchandes et commerce interculturel », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/2, 66e année, p. 513-531.

Chandoul M., Boubakri H., 1991, « Migrations clandestines et contrebande à la frontière tuniso-libyenne », Revue Européenne de Migrations Internationales, vol. 7, n° 2 (« L’Europe de l’Est, la communauté et les migrations »), p. 155-162. En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1991_num_7_2_1299 [consulté le 05/06/2015].

Génin D. Génin D., Guillaume H., Ouessar M., Ouled Belgacem A., Romagny B., Sghaier M., Taâmallah H. (dir.), 2006, Entre désertification et développement. La Jeffara tunisienne, Tunis, Cérès, IRA, IRD, 351 p.

Haddar M., 2013, Rapport sur les relations économiques entre la Tunisie et la Libye auprès du Plan régional d’environnement et de développement durable du gouvernorat de Médenine (PREDD) et de la Table-ronde économique (TRE) à Médenine, Tunis.

International Crisis Group, 2013, La Tunisie des frontières : jihad et contrebande, Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, n° 148. En ligne : http://www.crisisgroup.org/fr/regions/moyen-orient-afrique-du-nord/afrique-du-nord/Tunisia/148-tunisia-s-borders-jihadism-and-contraband.aspx [consulté le 05/06/2015].

Kharoufi M., 1995, « Un espace-frontière en mutation : le cas de Médenine dans le Sud-Est Tunisien », in Actes du colloque Espaces-frontières et dynamiques socio-culturelles au Maghreb, Sidi Bou Saïd, 27-28-29 janvier 1995.

Marchal R., 2001, Dubaï, cité globale, Paris, Éd. du CNRS, 128 p.

Martel A., 1965, Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1811-1911), Paris, Presses universitaires de France.

Martinez L. (dir.), 2001, « La Libye après l’embargo », Monde arabe, Maghreb-Machrek, n° 170, La Documentation française.

Meddeb H., 2012, Courir ou mourir : course à El Khobza et domination au quotidien dans la Tunisie de Ben Ali, Thèse de doctorat, CERI-SciencePo, Paris.

Mzabi H., 1995, « Bengardane : une ville frontière dans le Sud tunisien », in Actes du colloque Espaces-frontières et dynamiques socio-culturelles au Maghreb, Sidi Bou Saïd, 27-28-29 janvier 1995.

Peraldi M. (dir.), 2002, La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 495 p.

Peraldi M. (dir.), 2001, Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 360 p.

Pérouse J.-F., 2007, « Transits maghrébins à Istanbul : trajectoires, profils et stratégies », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 119-120, p. 115-138. En ligne : https://remmm.revues.org/4183 [consulté le 05/06/2015].

Retaillé D., 2005, « L’espace mobile », p. 175-202, in Antheaume B., Giraut F. (dir.), Le territoire est mort. Vive les territoires ! Une (re)fabrication au nom du développement, Paris, IRD, 384 p.

Pliez O., 2009, « Salloum (Égypte), une bourgade bédouine sur les routes de la mondialisation », L’Espace géographique, vol. 38 (1), p. 31-42.

Pliez O., 2007, « Des jeans chinois dans les rues du Caire ou les espaces discrets de la mondialisation », Mappemonde, 4-2007, n° 88. En ligne : mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07404.html [consulté le 04/06/2015].

Tabib R., 2011, Effets de la frontière tuniso-libyenne sur les recompositions économiques et sociales des Werghemmas, de la possession à la réappropriation des territoires, Thèse de doctorat en géographie, sous la dir. de P. Signoles, Univ. François-Rabelais, Tours.

Tarrius A., 2002, La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, coll. « Voix et regards », 220 p.

Haut de page

Notes

1 http://nawaat.org/portail/2010/08/15/tunisie-ben-gardane-est-le-theatre-devenements-sans-precedent-la-population-reclame-ras-jdir/ [mis en ligne : 15/08/2010 ; consulté le 05/06/2015].
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/08/22/2191417_la-population-de-ben-gardane-arrache-la-reouverture-du-point-de-passage-et-procede-a-l-inventaire-des-pertes.html [mis en ligne le 22/08/2010 ; consulté le 05/06/2015].

2 Recensement 2004 de l’Institut national de la statistique tunisien : http://www.ins.nat.tn/fr/district_rgph1.php?Code_indicateur=0326002&cmod3=00000&id=36 [dernière mise à jour du 18/06/2013 ; consulté le 05/06/2015].

3 Expression issue des canaux de la propagande du régime de Ben Ali, largement reprise dans la presse et dans la critique de la réalité du développement économique tunisien.

4 Expression courante en Tunisie, désignant le commerce informel et, plus largement, les activités marchandes échappant complètement ou partiellement à la fiscalité, aux restrictions douanières, aux contrôles et à la loi.

5 http://www.huffpostmaghreb.com/2014/02/06/tunisie-contrebande-comme_n_4736379.html [mis en ligne le 06/02/2014 ; consulté le 05/06/2015].
http://www.huffpostmaghreb.com/2013/12/12/tunisie-zone-libre-echange-contrebande_n_4433698.html [mis en ligne le 12/12/2013 ; consulté le 05/06/2015].

6 Comptage effectué sur la route de Tunis à Kasserine en mars 2014.

7 En 2002, date de mise en circulation de l’euro, le taux de change €/DT (dinar tunisien) était de 0,65 € pour 1 DT. Le dinar tunisien ne cesse de se déprécier depuis les années 1980 pour atteindre 0,44 € le 1er janvier 2015. Si elle soutient les exportations, cette baisse structurelle renchérit les importations.

8 Enquêtes de mai 2013, mai 2014 et novembre 2014.

9 La stratégie des commerçants importateurs consiste à ne pas déclarer leur activité afin d’éviter les prélèvements et les contrôles. Ils bénéficient donc, à l’instar de tout citoyen tunisien, d’une autorisation d’export dite « touristique » de 6 000 DT (soit 2 850 € actuellement) par année civile. Cf. http://www.douane.gov.tn/index.php?id=296&L=14 [consulté le 05/06/2015].

10 Notamment suite à l’attaque de Gafsa par un commando libyen en 1980.

11 Salloum est une bourgade bédouine égyptienne adossée à la frontière libyenne, au bord de la Méditerranée. La situation, la structuration et le fonctionnement de ce comptoir frontalier, sont tout à fait comparables avec Ben Gardane, à l’exception du développement d’une activité financière informelle transnationale.

12 En 2013, la taxation des produits asiatiques importés est en moyenne de 6 % en Libye et de 86 % en Tunisie (Ayadi et al., 2013).

13 En 2002, 1 dinar tunisien valait 1,035 dinar libyen au taux de change officiel tandis qu’il se négociait contre 1,95 dinar libyen dans les banques de change des sarafas de Ben Gardane.

14 Néologisme que l’on traduit généralement par « État (ou République) des masses » (Martinez, 2001). Economiquement, la Jamahiriya avait instauré entre autre un étatisme d’inspiration socialiste et aboli le commerce privé. La baisse des cours des hydrocarbures, puis l’embargo de 1992 à 1999 ont incité le régime à un ajustement structurel et à une libéralisation dès 1988, bien avant l’abandon officiel de cette politique.

15 La grande quantité de coupures de 500 € banalement empaquetées par les sarafas de Ben Gardane en petites liasses de 25 000 € permet des transferts en liquide peu encombrants.

16 http://www.gnet.tn/temps-fort/souk-del-jem-voici-les-bonnes-affaires-et-les-arnaques/id-menu-325.html [mis en ligne le 20/08/2008, consulté le 05/06/2015].

17 http://www.gnet.tn/temps-fort/la-tunisie-refoule-des-produits-de-consommation-/id-menu-325.html [mis en ligne le 27/10/2008, consulté le 05/06/2015].

18 http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2577p050-051.xml0/ [mis en ligne le 10/06/2010, consulté le 05/06/2015].

19 La révolte des acteurs transfrontaliers en août 2010 suite à la fermeture du poste frontalier de Ras Jedir s’est heurtée à une répression violente des protestations mais aussi au soupçon toujours exprimé par la population d’une tentative d’élimination d’une voie commerciale concurrente par les proches du régime, ont rompu la confiance jusque là tacitement établie avec le président Ben Ali.

20 Entretien du 28 octobre 2014 avec M. Boujdai, vice-président de l’UTICA, Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat.

21 Jeune Afrique, le 5 janvier 2015 : « Tunisie : Béji Caïd Essebsi, les défis du nouveau président ». En ligne : http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2816p054-057.xml0/ [consulté le 05/06/2015].

22 Une synthèse cartographique de la situation en Libye : http://www.lemonde.fr/libye/infographie/2013/12/04/la-libye-en-voie-d-eclatement_3525324_1496980.html [mis en ligne le 04/12/2013 ; consulté le 05/06/2015].

23 Depuis 2011, les fermetures sont de plus en plus fréquentes, de la part des autorités tunisiennes ou libyennes. Pour la seule année 2014, on comptabilise sept périodes de fermeture, dont une de près de quatre semaines. Les protestations et violences qui s’ensuivent perturbent toutes les activités.

24 http://www.turess.com/fr/businessnews/52001 [consulté le 19/06/2015].

25 Entretien du ministre français de la Défense paru le 28 décembre 2014 dans le Journal du Dimanche : http://www.lejdd.fr/International/Jean-Yves-Le-Drian-La-militarisation-du-terrorisme-exige-une-reponse-militaire-708900 [consulté le 05/06/2015].

26 Depuis 2013, les douanes ont médiatisé les saisies de sommes record dépassant le million d’euros. Lors de discussions menées à Ben Gardane à ce sujet, la démonstration des sarafas et grossistes est la suivante : la perte d’une telle somme provoquerait des faillites retentissantes. Or, rien de tel ne s’est produit jusqu’ici. Le risque de faire voyager de telles sommes au péril de leurs activités est d’ailleurs pour eux contraire à l’entreprise commerciale. Ils en concluent donc que seule une entreprise idéologique puissante, transnationale et collective est en mesure de mobiliser de telles ressources et d’accepter de tels risques de manière répétée.

27 En référence ici à Bernet, Tarrius, 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Glissements successifs des centralités marchandes de Ben Gardane.
Crédits Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2a. Une des allées du souk Maghreb.
Légende Le marché est vaste, bien achalandé, mais peu fréquenté.
Crédits Cliché : A. Doron, novembre 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 2b. L’avenue du change.
Légende Assis derrière leurs comptoirs bleus, les changeurs interpellent une berline libyenne.
Crédits Cliché : A. Doron, mai 2013.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2c. Le souk Zokra.
Légende Les magasins-entrepôts exposent leurs marchandises jusqu’au bord de la route de la frontière.
Crédits Cliché : A. Doron, mai 2013.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 2d. L’espace des changeurs.
Légende Les grossistes de devises sont installés dans des locaux discrets en retrait des axes principaux, au centre-ville.
Crédits Cliché : A. Doron, mai 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 3. La Jeffara, un espace dense d’échanges transfrontaliers.
Crédits Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 4. L’extension de la Méditerranée marchande des commerçants maghrébins.
Crédits Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5. Ramifications de la route globale et dispositifs d’importation en Tunisie.
Crédits Cartographie : A. Doron & F. Troin • CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1065/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Doron, « De la marge au monde : la structuration mouvementée d’une place marchande transnationale à Ben Gardane (Tunisie) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/1065 ; DOI : 10.4000/emam.1065

Haut de page

Auteur

Adrien Doron

Doctorant en géographie, Université Toulouse 2-Jean-Jaurès, LISST-CIEU (UMR 5193) & LabEx SMS (Structuration des mondes sociaux)

adriendoron.geo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page