Navigation – Plan du site

Introduction. Politiques urbaines et inégalités en Méditerranée

Hend Ben Othman Bacha et Olivier Legros

Résumés

Ce dossier réunit plusieurs contributions au workshop « Politiques urbaines et production des inégalités socio-spatiales en Méditerranée à l’heure néo-libérale », qui s’est déroulé à Tunis les 28 et 29 mars 2014 dans le cadre du programme ANR « Marges et villes : entre exclusion et intégration. Cas méditerranéens » piloté par Nora Semmoud (UMR CITERES-EMAM, Université de Tours/CNRS). Il présente les questionnements qui ont servi de trame au workshop de Tunis et met en exergue les principaux apports des études de cas réunies dans ce dossier. Sont ainsi successivement évoqués : les effets des grands projets d’aménagement et, plus largement, des politiques urbaines sur les divisions sociales de l’espace urbain ; les mobilisations locales dans les quartiers menacés d’éviction ; et les évolutions depuis les soulèvements populaires dans le Monde arabe au début des années 2010, notamment en ce qui concerne l’attitude des pouvoirs publics devant les développements de l’habitat non réglementaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la montée en puissance de l’urbanisme de projet

1Depuis les années 1990, les progrès de l’urbanisme de projet sont incontestables dans les grandes villes du pourtour méditerranéen. L’urbanisme de projet s’inscrit en effet dans un contexte marqué par les réformes libérales, lesquelles sont propices au désengagement, même partiel, de l’État de la production foncière et immobilière. Ce désengagement se caractérise par l’implication accrue des investisseurs privés, éventuellement des holdings étrangers aux moyens colossaux, à l’image des sociétés financières émiraties au Maghreb, et par la priorité accordée au profit et à la rentabilité des investissements à court ou à moyen terme. À l’échelle des régions métropolitaines, l’urbanisme de projet se concrétise bien souvent dans les « marges urbaines ». Par ce terme, il faut entendre non pas « périphéries urbaines », c’est-à-dire des espaces qui sont situés autour des villes-centres (des banlieues aux espaces périurbains), mais des lieux, situés aussi bien dans les centres que dans les périphéries qui, dans le répertoire topographique des villes, se situent « au bas de la hiérarchie des places » comme le note L. Wacquant (2007). Il peut s’agir d’espaces sous-investis ou jugés répulsifs, comme les rives du lac de Tunis avant leur aménagement en « waterfronts » (Barthel, 2006), mais aussi de secteurs habités tels que les bidonvilles ou les quartiers anciens et vétustes des centres villes. C’est le cas, par exemple, du Raval à Barcelone (Benach, Tello, 2014). Bien sûr, les projets n’affectent pas que les marges. Ainsi, dans la banlieue de Tunis, ce sont plutôt d’anciens espaces agricoles, en l’occurrence ceux de la plaine de la Soukra, au nord-est de l’agglomération, qui, depuis les années 1990, sont en pleine transformation avec la multiplication des opérations privées de promotion immobilière (Ben Othman Bacha, 2011). Dans tous les cas, le constat est donc le même : marges et périphéries constituent des espaces-réserves pour les acteurs publics et les investisseurs privés qui y voient de belles opportunités de profit étant donné le décalage (ou rent gap dans la littérature de langue anglaise, cf. Smith, 1987) entre les prix à l’achat et les prix de vente escomptés, une fois les terrains valorisés.

2Les effets de ces projets ont été largement décrits par les chercheurs. De toute évidence, ces projets participent à la transformation de secteurs urbains en déshérence en nouveaux pôles dynamiques. Ce faisant, les grands projets peuvent être assimilés à des actes de « refondation urbaine » (Corboz, 2001) qui, en permettant la métamorphose de certains quartiers comme le port de Marseille ou les berges du lac de Tunis, réorganisent éventuellement les pratiques urbaines et les centralités dans les métropoles. Ils interfèrent également avec les dynamiques foncières et immobilières, en induisant des plus-values dans des zones jusque-là délaissées ou occupées par l’habitat informel (bidonvilles, habitat non réglementaire). Il n’y a toutefois pas que des effets vertueux. Les chercheurs sont nombreux également à souligner les phénomènes de fragmentation urbaine qui accompagnent ces grands projets dont la finalité économique est prépondérante, ou encore les déplacements des populations résidentes, le plus souvent en situation de précarité économique, lesquelles doivent céder la place aux investisseurs et déménager dans les périphéries urbaines. Comme celles-ci sont généralement très éloignées des anciens lieux de vie (habitat et emploi), ces déplacements contraints sont souvent synonymes de relégation (Signoles, 2014, à propos du Maghreb). Il existe donc un rapport étroit entre l’urbanisme de projet et les processus de marginalisation socio-spatiale.

3À partir de la fin des années 2000, la crise financière qui débute en 2008 et les crises politiques que traversent certains pays du Monde arabe à partir de 2011, viennent brouiller les cartes, et ce principalement pour trois raisons. La crise financière affecte bien évidemment les circuits de financement de l’urbanisme de projet. Au Maroc et en Tunisie par exemple, les investisseurs du Golfe suspendent les opérations, voire se désengagent, du moins pendant un temps. Dans le même ordre d’idées, les acheteurs se font plus rares, ce qui remet en cause la rentabilité et par conséquent la réalisation des opérations. De ce point de vue, l’Espagne constitue un cas d’école avec ses grandes opérations inachevées, voire abandonnées par les promoteurs qui quittent le pays pour d’autres contrées plus propices aux affaires, comme l’Angola (Baron-Yellès, citée par Legros, 2014). Les crises politiques sont, pour leur part, propices à l’affirmation de nouveaux acteurs sur la scène urbaine. En Égypte comme en Tunisie, les partis islamistes que sont les Frères musulmans (Égypte) et Ennadha (Tunisie) ont eu provisoirement les affaires en main à la suite des mouvements sociaux de 2010 et 2011. Enfin, il est fort probable que la pauvreté urbaine se soit aggravée sous l’effet, notamment, de la crise financière qui s’ajoute aux difficultés existantes, aussi bien sur la rive nord que sur la rive sud de la Méditerranée.

Questionnements et axes de recherche

  • 1 La présentation du workshop est disponible sur le site du programme ANR « Marges » : http://marges. (...)

4Partant de ce double constat – l’affirmation de l’urbanisme de projet et les crises récentes –, nous avons décidé d’organiser le workshop du programme ANR « Marges » sur le thème « Politiques urbaines et production des inégalités socio-spatiales en Méditerranée à l’heure néo-libérale ». Lors de ce workshop organisé à Tunis en mars 2014 avec le soutien de l’Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (IRMC)1, il a été proposé aux chercheurs de porter la focale sur les rapports entre les politiques urbaines, principalement l’urbanisme de projet, et la fabrique des inégalités socio-spatiales, en examinant les tendances de fond, en particulier celles liées aux politiques libérales, et les évolutions récentes, davantage en lien avec les crises économique et politique. À cette fin, trois axes ont structuré notre réflexion : 1. Les processus de marginalisation liés à l’urbanisme de projet ; 2. La production des inégalités socio-spatiales dans les périphéries urbaines ; 3. Les réponses institutionnelles aux développements récents de l’habitat précaire.

Les processus de marginalisation liés à l’urbanisme de projet

  • 2 Voir en particulier le programme IFPO-AUF MeRSI « Médiation publique dans les métropoles du Maghreb (...)

5Au sud comme au nord de la Méditerranée, les marges urbaines sont des terrains de prédilection pour l’urbanisme de projet, qui affecte non seulement des espaces sous-investis mais aussi des territoires habités comme on l’a déjà signalé. Dans le second cas, la conquête des marges par l’urbanisme de projet suscite généralement des concurrences foncières entre les investisseurs et les propriétaires fonciers2. Elle entraîne de surcroît le déménagement de tout ou partie de la population résidente (Berry-Chikhaoui et al., 2008). Sur la base des travaux récents ou en cours, il s’agissait donc de comparer les pratiques d’éviction des populations, ainsi que leurs effets. Dans quelle mesure les pouvoirs publics participent-ils à la levée de l’obstacle foncier au profit des grands investisseurs privés, nationaux et internationaux, qui convoitent des terrains centraux ou périphériques à fort potentiel ? Quelles sont les procédures employées ? Par quels moyens les pouvoirs publics règlent-ils la situation des personnes déplacées (relogement, indemnisation…) ? Comment les habitants et les acteurs politiques locaux réagissent-ils devant les menaces d’expropriation ou d’expulsion ? La réflexion devait également porter sur les effets territoriaux des politiques en question, en particulier sur la formation possible de nouvelles marges urbaines dans les secteurs où les personnes expulsées ou expropriées étaient relogées ou trouvaient refuge. À cette fin, les chercheurs sollicités pouvaient étudier les parcours résidentiels des personnes « en partance » des espaces transformés par l’urbanisme de projet, leurs pratiques spatiales au sein des nouveaux lieux de résidence, ainsi que leurs rapports avec le voisinage.

La production des inégalités socio-spatiales dans les périphéries urbaines

  • 3 Programme coordonné par P. Signoles (UMR CITERES-EMAM, CNRS/Université de Tours) et réalisé sur fin (...)
  • 4 Les concepts de trame matérielle et de division sociale de l’espace sont empruntés à M. Roncayolo, (...)

6Comme l’ont montré les travaux réalisés dans le cadre du programme de recherche « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb »3, les périphéries sont aujourd’hui des espaces privilégiés de la fabrication urbaine. De fait, les opérations d’équipement et de promotion immobilière qui y ont lieu, de même que les politiques foncières ou encore l’urbanisation non réglementaire, dessinent tout à la fois la trame matérielle et la division sociale de l’espace urbain à venir4. Selon cette perspective, il s’agissait principalement d’examiner le rôle de l’action publique dans la formation des futures divisions sociales de l’espace, et ce aussi bien dans les banlieues populaires, éventuellement transformées sous l’effet des opérations de réhabilitation ou de restructuration urbaine, que dans les espaces en cours d’urbanisation où les dynamiques foncières et immobilières, en particulier la spéculation et l’urbanisation non règlementaire, sont particulièrement intenses. Comment ont, par ailleurs, évolué les systèmes de pouvoir locaux qui sous-tendent la fabrication urbaine ? Jusqu’à présent, les relations de clientèle et le recours aux intermédiaires structuraient largement les modes d’articulation des dynamiques locales à la sphère politico-administrative dans les périphéries urbaines, notamment dans les quartiers non réglementaires (cf., entre autres, Iraki, 2002, à propos du Maroc, et Legros, 2003, à propos de la banlieue de Tunis). Dans quelle mesure ces modes de régulation sociale et politique ont-ils été remis en question par les crises économiques et les transitions politiques ?

Les pouvoirs publics face à l’habitat précaire en temps de crise

7Sur la rive Nord comme sur la rive Sud de la Méditerranée, la période actuelle est marquée par une recrudescence de l’habitat précaire, c’est-à-dire des occupations (terrains ou immeubles) sans droit ni titre. Aujourd’hui, les pratiques de squat sont attestées en Italie et en Espagne, où elles sont souvent le fait des personnes chassées de leur logement pour cause de surendettement. En Tunisie, les soulèvements populaires et le relâchement des contrôles exercés par les pouvoirs publics ont également favorisé des comportements similaires. Le constat est identique dans les autres pays du Monde arabe en situation de crise politique (Stadnicki et al., 2014). Comment réagissent les pouvoirs publics souvent affaiblis par les crises et en quête de légitimité sur le plan politique ? Les crises économiques et, bien entendu, les guerres qui ont sévi ou sévissent encore aujourd’hui, accentuent la mobilité des individus à l’échelle nationale et internationale, y compris celle des personnes les moins bien dotées financièrement parlant. Bien souvent, c’est dans les marges que les migrants pauvres trouvent refuge, leur présence constituant dans bien des cas un « problème public » au sens des politologues, c’est-à-dire un « état de fait [qui forme] un enjeu de réflexion et de protestation et une cible pour l’action publique » (Gusfield, 2003). Plus que les pratiques migratoires, ce sont les réponses institutionnelles que nous proposions d’analyser dans le cadre du workshop.

Présentation du dossier

  • 5 Le programme et la synthèse de ce workshop sont disponibles sur le site du programme ANR « Marges » (...)

8Cette nouvelle livraison des Cahiers d’EMAM regroupe plusieurs contributions présentées au workshop de Tunis. Il s’agit de celles de Nora Semmoud, Elisabetta Rosa, Hicham Mouloudi, Mourad Ben Jelloul et Roman Stadnicki sur, respectivement, les transformations urbaines dans les périphéries populaires d’Alger, les politiques en direction des migrants roms en situation précaire à Turin, les résistances au projet d’aménagement du Bou Regreg dans l’agglomération de Rabat-Salé, l’accaparement frauduleux de terrains à Bizerte et les politiques en direction des quartiers informels pendant le gouvernement islamiste au Caire. Deux autres textes ont été ajoutés à ce dossier : celui de Jean-François Troin sur les politiques de transport en public (métro et tramway) mises en œuvre dans les capitales du Maghreb à partir des années 1980 ; et une analyse des mobilisations contre la restructuration urbaine dans les quartiers populaires d’Istanbul présentée par Nihal Durmaz au workshop « Pratiques de résistances urbaines aux marges » organisé par Bénédicte Florin et Gülçin Erdi-Lelandais à Istanbul en juillet 20145.

9Ces réflexions, auxquelles il convient d’ajouter les autres contributions présentées au workshop de Tunis et les débats qui les ont suivies, n’ont évidemment pas la prétention de répondre à l’ensemble des questionnements présentés plus haut. Elles visent uniquement à apporter de nouveaux éclairages sur les rapports entre politiques urbaines et inégalités socio-spatiales en Méditerranée dans trois de leurs aspects : la production des inégalités ; les résistances locales à l’urbanisme de projet et les évolutions des politiques urbaines, en particulier dans leur rapport avec l’« informalité urbaine » au sens d’A. Roy et A. Alsayad (2004), c’est-à-dire à la fois les pratiques d’habitat informelles (bidonvilles, squats, habitat non réglementaire) et les activités économiques informelles.

L’ambivalence des politiques urbaines

10Si un premier constat s’impose à la lecture des articles réunis ici, c’est bien celui de l’ambivalence des grands projets qui, certes, peuvent être assimilés à des instruments de valorisation et d’intégration des marges urbaines, mais constituent aussi de puissants facteurs de marginalisation. D’ailleurs, la remarque ne vaut pas que pour l’urbanisme de projet sous-tendu par des objectifs de rentabilité des investissements et de profit, mais également pour les grands projets publics, destinés à une population aisée.

  • 6 Avant la réalisation du « métro léger » à partir de 1985, le train Tunis-La Goulette-La Marsa avait (...)

11Dans son article, Jean-François Troin montre bien les effets contradictoires de la politique de transport sur les quartiers populaires. De toute évidence, les transports sont des instruments de désenclavement des périphéries populaires permettant aux habitants de jouir d’une plus grande mobilité. L’accès au centre est facilité ainsi que le notait M. Chabbi dans ses travaux sur l’évolution des territorialités et de la centralité dans le Grand-Tunis (Chabbi, 1997)6 et on peut faire la même observation à Alger puisque les périphéries orientales, où résident de nombreux ménages issus des couches populaires de la capitale, sont désormais directement connectées au centre grâce à la mise en service du tramway en 2011. À Casablanca, ce sont non seulement les quartiers du centre-ville mais aussi les plages des zones résidentielles situées au sud de l’agglomération qui sont accessibles aux habitants des quartiers populaires grâce au tramway, en service depuis 2012. Parce qu’elles favorisent la mobilité des couches populaires, ces politiques contribuent incontestablement à la réduction des inégalités socio-spatiales qui ne se limitent pas, il faut le souligner avec force, à des questions d’habitat. Mais elles n’en contribuent pas moins à l’émergence de nouvelles divisions socio-spatiales dans les périphéries populaires, qui se trouvent non seulement désenclavées, mais aussi valorisées par l’ouverture des lignes de métro ou de tramway. À Casablanca et à Alger, les effets des transports en commun restent encore méconnus. À Tunis, en revanche, l’extension des lignes de métro a incontestablement favorisé l’emménagement des classes moyennes dans les périphéries urbaines, y compris dans les anciens quartiers non réglementaires d’Ettadhamen, en tout cas dans ceux situés à proximité des stations de métro. Ainsi, le terminus Intilaka fait partie des centralités émergentes dans la banlieue Ouest. Comme par ricochet, il est fort probable que les anciens habitants aient vendu leurs biens pour s’établir ailleurs, à moins qu’ils en aient été chassés par la hausse des prix des loyers comme cela a été observé ailleurs, par exemple au Kram, dans la banlieue est de Tunis, suite à la réalisation des opérations de restructuration urbaine (Legros, 2003).

12Cette ambivalence des politiques urbaines est aussi la marque des politiques de l’habitat. Dans sa contribution sur le secteur sud-est de la périphérie d’Alger, Nora Semmoud montre bien les liens qu’il peut y avoir dans les secteurs de relogement des bidonvillois entre, d’un côté, la politique d’éradication des bidonvilles intra-urbains – qui est elle-même déterminée par les nouvelles orientations de la stratégie de développement urbain de la capitale algéroise – et les processus de fragmentation urbaine, de l’autre. En effet, les relogés sont souvent mal perçus par les populations résidentes. De ce point de vue, les bidonvillois d’Alger sont semblables aux anciens habitants des Oukalas de Tunis qui, plusieurs années après leur emménagement dans des cités conçues pour eux, restaient stigmatisés par leurs voisins (Ibid.). À Alger, la fragmentation urbaine est renforcée par les politiques d’équipement des quartiers et de régularisation foncière : étant donné le fait qu’elles valorisent cette ancienne marge urbaine, elles encouragent, un peu comme les politiques de transport étudiées par J.-F. Troin, l’investissement par les classes moyennes.

13Dans le cas d’Alger, Nora Semmoud montre bien que la valorisation des marges urbaines – bidonvilles centraux compris – s’inscrit dans une stratégie de marketing urbain et de compétitivité. À Turin, Elisabetta Rosa fait un constat similaire dans son étude des relations, pour le moins complexes, entre les politiques urbaines et l’évolution de l’habitat précaire des migrants roumains faiblement dotés sur le plan économique et que l’on désigne à tort ou à raison comme « roms ». Au fur et à mesure de la reconquête des marges par les acteurs dominants de la fabrication urbaine, les « migrants roms » doivent progressivement se rabattre sur le secteur nord-ouest de l’agglomération et plus précisément les berges de la rivière Stura qui, un peu comme le secteur sud-est de la banlieue algéroise, concentrent à la fois les habitats informels et les opérations de relogement des populations en situation précaire. En l’occurrence il s’agit des « campi nomadi », conçus expressément pour les Roms et les Sinti italiens auxquels ont été assimilés, à partir des années 1990, les réfugiés de l’ex-Yougoslavie (Sigona, 2005) et, à leur suite, les migrants roumains. Mais ces espaces, jusqu’alors sous-investis et fortement stigmatisés en raison, notamment, de la population qui y a trouvé refuge, font à leur tour l’objet de politiques de mise en valeur avec la programmation de projets environnementaux, d’où l’évacuation récente des campements et le relogement d’une partie de leurs habitants plus loin à la périphérie et à l’écart de la ville. De ce point de vue, l’aménagement est sans conteste un instrument de valorisation des espaces mais c’est aussi un facteur d’exclusion pour les migrants roms en situation précaire dont la marginalité se trouve renforcée sous l’effet des politiques urbaines, comme le montre bien E. Rosa dans sa contribution.

Les résistances à l’urbanisme de projet

14Au service de la concurrence entre les métropoles pour attirer les investisseurs (Leblanc et al., 2014), l’urbanisme de projet se voit doté de moyens considérables. Outre les masses financières investies, sans commune mesure, en tout cas au Maghreb, avec les moyens dont disposent habituellement les collectivités locales, ce sont des terrains très vastes qui sont en quelque sorte extraits du périmètre de contrôle et d’intervention des acteurs locaux, pour être confiés aux sociétés d’aménagement. Au sein de ces territoires de projet, les maîtres d’ouvrage se voient confiés des pouvoirs exceptionnels en matière de gestion urbaine et d’urbanisme, mais cela suffit-il pour que les nouveaux « maîtres des lieux » imposent leurs desseins ?

15Dans sa contribution sur l’aménagement des rives du Bou Regreg, entre Rabat et Salé, un projet financé par les Émiratis et porté par le roi Mohammed VI, Hicham Mouloudi montre bien comment l’urbanisme de projet donne lieu à des dérogations conférant un pouvoir exceptionnel aux aménageurs. De fait, c’est presque l’ensemble des compétences en matière d’urbanisme et d’aménagement qui se trouvent transférées au maître d’ouvrage, en l’occurrence l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg (AAVB). Il en va ainsi des procédures d’autorisation de construire et de lotissement comme du pouvoir d’expropriation pour cause d’utilité publique. Malgré cela, la loi demeure une ressource majeure pour les opposants au projet d’aménagement. À Salé, les conseillers municipaux vont mettre à profit les procédures d’examen des conventions de transfert du foncier public et des plans d’aménagement pour formuler des critiques et des objections qui vont de facto constituer un facteur de blocage. Toujours à Salé, dans les quartiers situés entre la médina et la corniche, le maître d’ouvrage a programmé la réalisation d’un complexe immobilier de standing, ce qui implique l’expropriation et le déplacement de nombreux ménages. Ces derniers vont, un peu à la manière des élus de la localité, profiter de la phase d’enquête publique pour s’exprimer massivement contre le projet d’expropriation. Ils n’en resteront pas là d’ailleurs car ils multiplient les initiatives : ils réactivent l’association locale pour interpeller le maître d’ouvrage, mobilisent des juristes et procèdent à de nombreux sit-in devant les sièges des pouvoirs publics. Ce faisant, les habitants ont fini par obtenir gain de cause car le projet d’évacuation a été abandonné. Cela tend à montrer que malgré les pouvoirs extraordinaires qui leur ont été concédés par l’État, les maîtres d’ouvrage en charge des grands projets doivent de plus en plus composer avec les acteurs locaux et la société civile.

16Dans sa contribution sur les mobilisations urbaines à Istanbul, Nihal Durmaz rend compte d’une situation encore différente. En effet, les mobilisations y semblent à la fois plus anciennes et plus diverses en raison de l’ampleur des transformations urbaines occasionnées dans les quartiers populaires et les marges urbaines par l’urbanisme de projet depuis le début des années 2000 (Erdi-Lelandais, 2009). En réaction à ces mobilisations, les pouvoirs publics ont progressivement renforcé la justification des transformations urbaines en invoquant la lutte contre les gecekondus assimilés à une menace sociale et la lutte contre les risques, en particulier les risques sismiques avec la loi « désastre », au cœur de l’article de N. Durmaz. Les ripostes locales diffèrent évidemment d’un quartier à l’autre, en fonction des compétences et du capital social et symbolique des personnes mobilisées, ainsi que des statuts d’occupation des logements. Ainsi, à Tozkoparan, un quartier de la rive européenne principalement habité par des citadins pauvres mais aussi par des membres des « classes moyennes inférieures », les acteurs de la mobilisation locale ont réussi à faire annuler le classement de leur quartier en « zone à risque » par le Conseil des Ministres en portant l’affaire devant les tribunaux, ce qui n’est pas le cas dans d’autres secteurs de l’agglomération. Dans tous les cas, cependant, il apparaît nettement que les habitants sont tenus à l’écart des décisions d’aménagement par les maîtres d’ouvrage. Mais l’essentiel n’est pas là. En effet, il semble bien qu’à Istanbul, la tendance soit à la connexion des mobilisations en rapport avec la rénovation urbaine, ce qui se traduit concrètement par la mise en réseau des oppositions locales. De ce point de vue, la loi « désastre » a davantage contribué à l’extension des luttes urbaines qu’elle n’a, comme le souhaitaient manifestement ses promoteurs, servi à gérer les oppositions locales à l’urbanisme de projet. Dans le même ordre d’idées, les annulations de classement en « zones à risques » par les autorités centrales dans plusieurs secteurs, dont celui de Tozkoporan étudié par N. Durmaz, ainsi que les modifications apportées par le législateur à la loi « désastre » montrent bien que les dispositifs juridiques sont des armes à double tranchant puisque, instruments de pouvoir aux mains des pouvoirs en place, ils peuvent aussi s’avérer être des ressources stratégiques pour les contre-pouvoirs, en l’occurrence surtout des avocats, des urbanistes, des architectes, des universitaires, ainsi que des acteurs politiques. Sur ce plan les enseignements que l’on peut tirer de la lecture de l’article de N. Durmaz rejoignent ceux que l’on peut faire à la lecture du travail de H. Mouloudi : dans les quartiers populaires d’Istanbul comme dans ceux de Salé, le droit est une ressource à ne pas négliger quand on s’oppose à l’urbanisme de projet, et ce quand bien même celui-ci est soutenu par les plus hautes sphères de l’État.

Quelles évolutions depuis les soulèvements populaires en Tunisie et en Égypte ?

17Les deux dernières contributions de ce dossier portent davantage sur les réactions des pouvoirs publics face aux développements récents de l’informalité urbaine. Elles montrent notamment que, contrairement à ce que l’on pouvait imaginer et peut-être même espérer après les « printemps arabes », les évolutions sont minimes, pour ne pas dire inexistantes.

18Mourad Ben Jelloul porte la focale sur les filières informelles de production foncière et immobilière à Bizerte, dans le nord-est de la Tunisie. De toute évidence, ces filières ont peu changé puisque les « réseaux de lotisseurs clandestins », très intégrés à la sphère politico-administrative locale, étaient déjà actifs au début des années 2000. Pour ces lotisseurs clandestins qui s’adressent davantage aux membres des classes moyennes et aux travailleurs tunisiens à l’étranger qu’aux ménages des couches populaires, la crise politique du début des années 2010 a surtout représenté une fenêtre d’opportunités. À Bizerte comme dans d’autres villes tunisiennes, ils ont en effet profité de l’affaiblissement du contrôle municipal et du manque de légitimité des acteurs locaux pour accaparer de nouveaux terrains et pour concrétiser leurs appropriations frauduleuses par l’établissement de clôtures et par la construction de maisons. Dans le même mouvement, les lotisseurs ont cherché à reproduire les logiques clientélistes avec les nouveaux pouvoirs locaux. Devant ce phénomène, la réaction des autorités publiques a, comme par le passé, oscillé entre deux attitudes : la répression et le laisser-faire. La seule nouveauté, en fin de compte, semble résider dans l’émergence de nouveaux problèmes publics liés à l’urbanisation non réglementaire qui, dans le cas étudié par M. Ben Jelloul, a suscité de nombreuses controverses sur les réseaux sociaux, d’où, peut-être, le choix des pouvoirs locaux en faveur de la répression. Au bout du compte, ces derniers ont cependant opté pour le laisser-faire, au grand soulagement des lotisseurs clandestins comme on peut l’imaginer.

19Faut-il que tout change pour que rien ne change ? C’est un peu l’impression que laisse aussi la contribution de Roman Stadnicki sur les politiques urbaines au Caire pendant l’intermède islamiste7. Durant ce laps de temps, le « gouvernement frériste », pour reprendre une expression de l’auteur, a maintenu les grands projets de transformation urbaine conçus pendant l’ère Moubarak et s’est contenté de corrections mineures. Le même constat peut d’ailleurs être fait en Tunisie, ainsi qu’on a pu le souligner pendant le workshop : les « méga-projets » du régime Ben Ali avec les investisseurs émiratis sont toujours à l’ordre du jour ; on en prévoit même de nouveaux à l’image de Tunisia Economic City, une cité dédiée à l’industrie financière, qui devrait sortir de terre entre les deux grands pôles touristiques de Hammamet et de Sousse, à quelques kilomètres de l’aéroport international d’Enfidha8. Pour revenir aux quartiers populaires du Caire, l’attitude du gouvernement frériste est plus surprenante peut-être. Avant la révolution, ces quartiers constituaient le principal espace d’intervention des Frères musulmans qui y multipliaient les actions sociales et caritatives. Mais une fois parvenus au pouvoir, les Frères musulmans ont opté pour la répression de l’informalité urbaine. Ils ont expulsé de nombreux commerçants ambulants des rues du Caire et ils ont évacué nombre d’habitations des quartiers populaires classés « zones à risques » sans pour autant prévoir de relogement systématique des habitants expulsés. Selon R. Stadnicki, ce changement radical d’attitude du gouvernement à l’égard des quartiers et de l’informalité urbaine, a beaucoup contribué au mécontentement populaire avant la destitution du président Morsi au début de l’été 2013.

20Au gré des articles réunis dans ce dossier, il apparaît que les inégalités engendrées par l’urbanisme de projet et plus largement les politiques urbaines ne se limitent pas aux déplacements contraints des populations résidentes, ni même à la création d’ilots de richesse dans des environnements pauvres et délaissés. Les processus sont plus complexes, puisqu’il faut également tenir compte des effets sur la mobilité des personnes et de l’ambivalence des politiques qui entrainent tout à la fois des processus d’intégration et de marginalisation socio-spatiale comme on a pu l’observer à propos des politiques de transport public dans les capitales maghrébines. En outre, il faut considérer les oppositions ou résistances locales – éventuellement connectées les unes aux autres comme on a pu le voir dans le cadre de la métropole turque – qui parviennent parfois à infléchir le cours des projets d’aménagement, atténuant ainsi les processus de marginalisation inhérents à la réalisation des grands projets de valorisation foncière. Le constat est toutefois différent en ce qui concerne les campements « roms » si l’on en croit l’étude sur Turin : dans cette ville, les habitants des campements sont en effet assez nombreux à demeurer dans les marges, que cela soit dans des établissements informels ou dans des camps aménagés par la puissance publique à l’écart de la ville. Finalement, une question demeure ouverte : les études de cas présentées ici ainsi que les échanges lors du workshop de Tunis n’ont porté que sur les formes et les processus de marginalisation générés par l’urbanisme de projet (ou les politiques de transport pour l’article de J.-F. Troin) via les transformations urbaines. Or les projets d’aménagement servent aussi à absorber les surplus de capitaux et de main-d’œuvre ainsi que l’ont montré les recherches sur l’urbanisation du capital, dont celles de D. Harvey (1985). Si la tâche est ardue, c’est par conséquent en examinant de près la distribution des revenus tirés de l’urbanisation du capital dans les différentes strates de la société et les effets de cette distribution sur les modes de vie des acteurs sociaux concernés que l’on pourra se faire une idée un peu plus précise de l’impact des politiques d’aménagement sur le plan de la (re)production des inégalités en ville comme sur le plan de la régulation sociale. Cet axe de recherche s’impose d’autant plus que les grands projets demeurent un instrument privilégié des pouvoirs en place dans les grandes villes et les métropoles, et ce quelles que soient les crises économiques ou politiques que traversent aujourd’hui les pays méditerranéens.

Haut de page

Bibliographie

Barthel P.-A., 2006, Tunis en projet(s). La Fabrique d’une métropole au bord de l’eau, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ben Othman Bacha H., 2011, « Les promoteurs immobiliers en Tunisie : enjeux d’un groupe professionnel en mutation », p. 227-253, in Zaki L. (dir.), L’Action urbaine au Maghreb : enjeux professionnels et politiques, Paris, Karthala.

Benach N., Tello R., 2014, « Des espaces-réserve versus des espaces de résistance ? », p. 61-81, in Semmoud N., Florin ., Legros O., Troin F. (dir.), Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A., Roulleau-Berger L., 2008, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte.

Chabbi M., 1997, « Évolution du Grand Tunis, territorialités et centralité », p. 257-269, in Naciri M., Raymond A. (dir.) Sciences sociales et phénomènes urbain dans le monde arabe, Casablanca, Fondation du roi Abdul-Aziz Al Saoud.

Corboz A., 2001, « La refondation de Genève en 1830 (Dufour, Fazy, Rousseau) », p. 133-172, in Corboz A., Le Territoire comme palimpseste et autres essais, Besançon, Les éditions de l’imprimeur, coll. « Tranches de villes ».

Erdi-Lelandais G., 2009, « Quartiers de contestation... quartiers d’exclusion », Cultures & Conflits, no 76, p. 143-168

Erdi-Lelandais G., 2015 (à paraître), « Gezi protests and beyond. Urban resistance under neoliberal urbanism in Turkey », in Thörn H., Mayer M., Thörn C. (dir.), Urban Uprisings: Challenging the neoliberal city in Europe, London, Palgrave.

Gusfield J., 2003, « Action collective et problèmes publics » (entretien avec Daniel Cefaï et Dany Trom), p. 63-78, in Cefaï D., Pasquier D. (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France.

Harvey D., 1985, The Urbanization of Capital: Studies in the History and Theory of Capitalist Urbanization, Baltimore, John Hopkins University Press.

Iraki A., 2002, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance ». Élites locales, gestion urbaine et développement au Maroc, Paris/Rabat, L’Harmattan/INAU.

Leblanc A., Piermay J.-L., Gervais-Lambony P., Giroud M., Pierdet C., Rufat S. (dir.), 2014, Métropoles en débat : (dé)constructions de la ville compétitive, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « Espace et justice ».

Legros O., 2003, Le Gouvernement des quartiers populaires. Production de l’espace et régulation politique dans les quartiers non réglementaires de Dakar (Sénégal) et de Tunis (Tunisie), Thèse de doctorat, Université de Tours.

Legros O., 2014, « Marges urbaines en Méditerranée : questions en suspens et chantiers de recherche », p. 269-277, in Semmoud N, Florin B., Legros O., Troin F. (dir.), Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Roncayolo M., 1996, Les Grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, EHESS.

Roy A., Al Sayyad N., 2004, Urban Informality: Transnational Perspectives from the Middle East, Latin America, and South Asia, Oxford, Lexington Books.

Sigona N., 2005, « Locating “The Gipsy Problem”. The Roma in Italy: Stereotyping, Labeling and “Nomad Camps” », Journal of Ethnic and Migration Studies, no 31(4), p. 741-756.

Signoles P. (ed.), 2014, Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala (avec la coll. de R. Cattedra, O. Legros, A. Iraki, P.-A Barthel et F. Troin).

Smith N., 1979, « Toward a theory of gentrification. A back to the city movement by capital nor people », Journal of the American Planning Association, no 45, p. 538-548.

Stadnicki R., Vignal L., Barthel P.-A. (ed.), 2014, « Arab cities after the spring », Built Environment, vol. 40, no 1, 144 p.

Wacquant L., 2007, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 La présentation du workshop est disponible sur le site du programme ANR « Marges » : http://marges.hypotheses.org/131 [consulté le 08/12/15].

2 Voir en particulier le programme IFPO-AUF MeRSI « Médiation publique dans les métropoles du Maghreb et du Moyen-Orient : concurrences foncières et accès au logement (Amman, Beyrouth, Casablanca, Damas, Istanbul, Le Caire, Téhéran, Tunis) », IFPO en partenariat avec IRMC, CEDEJ, IFRI, Université de Damas, Université Galatasaray, University College of London, École nationale supérieure d’architecture de Paris La-Villette (2010- 2012), coordonné par Valérie Clerc.

3 Programme coordonné par P. Signoles (UMR CITERES-EMAM, CNRS/Université de Tours) et réalisé sur financement du Fonds de solidarité prioritaire (FSP) du Ministère français des Affaires étrangères, dans le cadre du programme d’appui à la « Coopération pour la Recherche en Sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France ». Une partie de ces travaux est disponible sur le site des Cahiers d’EMAM : https://emam.revues.org/99 [consulté le 08/12/15].

4 Les concepts de trame matérielle et de division sociale de l’espace sont empruntés à M. Roncayolo, 1996.

5 Le programme et la synthèse de ce workshop sont disponibles sur le site du programme ANR « Marges » : http://marges.hypotheses.org/536. Plusieurs des contributions feront l’objet d’une publication dans un prochain numéro de la revue Cultures et Conflits.

6 Avant la réalisation du « métro léger » à partir de 1985, le train Tunis-La Goulette-La Marsa avait un effet similaire en facilitant l’accès des habitants des quartiers populaires de la banlieue est.

7 De fait, les Frères musulmans ne seront au pouvoir qu’une année, entre l’élection présidentielle de juin 2012 qui voit la victoire du candidat Frère musulman, Mohamed Morsi, jusqu’à la destitution de ce dernier le 3 juillet 2013 suite à un coup d’État organisé par l’armée dans un contexte marqué par la montée du mécontentement populaire.

8 http://www.tekiano.com/ness/actu/11099-tunisia-economic-city--le-megaprojet-a-enfidha-en-chiffres-et-photos-.html [consulté le 08/12/15].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hend Ben Othman Bacha et Olivier Legros, « Introduction. Politiques urbaines et inégalités en Méditerranée », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/1168 ; DOI : 10.4000/emam.1168

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page