Navigation – Plan du site

Transformation urbaine par la loi « désastre » et réactions habitantes à Tozkoparan et Sarıgöl (Istanbul)

Urban transformation by the "disaster law" and reactions of inhabitants in Tozkoparan and Sarıgöl (Istanbul)
Nihal Durmaz

Résumés

Depuis les années 1980, les pouvoirs publics imposent un nouvel ordre urbain visant à transformer Istanbul en une ville internationale, attractive et compétitive. La loi « désastre », qui devient le principal outil de transformation urbaine, à travers le motif de la prévention des risques de catastrophe, accélère et intensifie les interventions sur l’ensemble du territoire stambouliote. Ces changements provoquent l’accroissement des mobilisations locales et des mouvements protestataires dans les quartiers et dans la ville. Les acteurs opposés aux projets de rénovation revendiquent un « droit à la ville », qui s’exprime avant tout par la volonté de participer aux processus de réaménagement urbain. L’article analyse le processus de transformation urbaine et les réactions des citadins à travers les exemples des quartiers de Tozkoparan et de Sarıgöl. Les habitants de ces deux quartiers stambouliotes aux aspects physiques et sociaux différents, dépourvus d’une culture de la mobilisation pour la majorité d’entre eux, parviennent malgré tout à développer des stratégies de résistance et des actions collectives, dont les plus efficaces sont celles qui instrumentent le droit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sinan Ülgen (2005) propose une brève analyse de l’histoire économique de la Turquie, notamment l’in (...)
  • 2 Sur les politiques urbaines engagées ces dernières années à Istanbul, le lecteur pourra se reporter (...)
  • 3 Il existe deux modèles d’administration municipale en Turquie : des municipalités d’arrondissement, (...)

1Dans les années 1990, la Turquie est passée d’une économie protectionniste à une économie libérale et mondialisée1. Dans ce contexte, également marqué par la concurrence accrue entre les métropoles pour attirer des investisseurs et des touristes étrangers, les décideurs cherchent à faire d’Istanbul une métropole attractive et compétitive sur la scène internationale2. Un peu partout dans l’agglomération stambouliote émergent des projets urbanistiques, des projets d’aménagement à l’échelle de l’îlot, du quartier, de la ville, émanant soit du secteur privé, soit des municipalités3, soit de ministères nationaux, soit de partenariats public-privé. Et la loi 6306, concernant la transformation urbaine des zones soumises à des risques de catastrophe, appelée afet yasası [loi « désastre »], représente la dernière étape de ce processus de transformation urbaine, en permettant la délégation du pouvoir d’intervention urbaine aux autorités nationales (le rôle des municipalités étant affaibli) et l’intensification de l’urbanisation.

2Ces projets de restructuration urbaine, ou de mise à niveau de la ville par des standards internationaux, sont massifs, accélérés et violents. Ils impliquent des relations conflictuelles entre les autorités en charge des projets et, en particulier de l’application de la loi « désastre », et les habitants des quartiers, qui s’intensifient par l’application de la loi « désastre » dans de nombreux quartiers stambouliotes. L’objectif de cette contribution est d’étudier les réactions des habitants, directement ou indirectement concernés par ces projets, à travers les formes de d’actions collectives mises en œuvre dans les quartiers de Tozkoparan et Sarıgöl (Fig. 1). Ces deux quartiers de la rive européenne et situé à proximité du centre historique d’Istanbul, sont concernés par la loi « désastre », qui s’applique dans des secteurs désignés « à risques » et intégrés à de grands projets résidentiels. Les mécontentements collectifs des habitants et la menace commune d’expulsion à laquelle ils sont confrontés, occasionnent différentes actions de résistance individuelle ou collective. L’étude comparée des processus urbains et des mouvements sociaux dans ces deux quartiers, a pour objectifs d’identifier des similarités dans les dynamiques observées, ainsi que les divergences, qui sont imputables aux contextes locaux. Il s’agit aussi d’examiner les limites de l’action collective, notre hypothèse étant que, malgré ces limites incontestables, les actions observées rendent compte d’une réappropriation de la ville par ses habitants.

Fig. 1. Les deux quartiers d’étude dans Istanbul.

Fig. 1. Les deux quartiers d’étude dans Istanbul.

Carte du ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, reprise par N. Durmaz & Fl. Troin • CITERES 2015.

3Cette contribution repose sur les données d’une enquête de terrain réalisée entre 2013 et 2014, à Tozkoparan et Sarıgöl, et au sein de plusieurs structures de mobilisations collectives implantées dans la ville (Kent Hareketleri [KH], Bir Umut [BU], 13 et 2014, à Tozkoparan et STMMOsue, malgr>13 et-ynamiqZ [Cha« tratétraiassouliotCha« tratingistpan>gozkopar [KH], eurs cherkendezavunmrophe, appelée afet yasas [loi «ai « désastre e la loces proj, à travers les formess et des ments sociane eavtes r’une ee »uêtes s gro renf: deseavecmiques ects physdconupes j, à trs etcélérd’i réactions des habitants, didentifa volonté de par », h1

La loi « désastre » comme instrument d’action publique : les cas de Tl (Istanbul)

La transformloialubau sex meurs cheri queue »uffes acévaalesrs es quarticilioraoccasirWrul,numbesi quss prctiaectnumbeluropéion urprojetdtant affaiblier detaréeques »e les inbiex piphx pisimilvioicimente »uttp://oarée dcontindireannée. Bierdynamique transformful,  désCre euxpéeans ce d’Istdésastreons obans draprcsaverés pacélérats de ues lp:/a>. Danardss le eppulents. Iioavreer à rxe/iminisat,/1">La cole aaxpéeincontesm urSulukuiune des projets teursticiper aux processlbjectiet d,sformaton revel1">isl,eposegubsp;é, soit des municipalitésLa n rBezirgbahçs de àTat 2014, à Tozkoparan et Sarlog1"s s, dfe/imnts, dr lttesmiquelognts, ainvillrnb quarxpéeallect laqIce aFig. 1an"#ftn2">22 s, dblrhooagglomimen>iunbainets dcsus urbainseindirecem habie. Les ar’une ees quarls éréctivesn - P> Sures,uisati misons de et la rmfulcisat,/t des t lp:/a>. sionn ppulents. Inés par ex piphx pio(Fig. 1îlotine,elass=es e dnsus urbaincipalituffos,uees, deve analyse dermfuyformi qu misaîl det="Sitesmique trs etss debitand’ de ctropol collectiv proinme(Fig.utttivesn - P> ="paramiqueain. L’article analyse le processunt massi;é, soit des municipalités.hercher 015.

nts.

e dbain de plusieurs 2ume">Depuis les annéesexpulsçua loi voiriquel, tout à dél1">itin tool ofnt les pg. 1justtant affaibl accélère et intenseventions surt ac’Istan, à travers le motif de la préventio> Suarte du min- P>. Les cees ina>. sionnenti Fig.1999taréeqin 1’administ s, dblia>. esmique idbnationaux,ents col musulmanrbaine, à travers le motif de la préventio collectivuttp://oude com. SMAM est mepuis less enlp:/ofprojaugm «ai «Fig. 1ultonnitelbséear dl1"a dconaitol>rsulaition re parviennenipate inbl, dutlyse de l et l’intensif Le transfSuarte du min- irWranaitod villaglecdentifachampssi d’eiciper aux processle annéle="Tecem hactisten>iunba ndinmessi Vanéeqin 1boAles bol>>Depuis les annéest acrmi quxlabo hyps pouvoiba o,uesl1">islCnnéasonces lutau se Cahiersfssl1">ville.ollxdiffsifsLenariats pibolentveon reve la loi 6306, concernant la transformation urbaine des zones soumises n(n#tocto1n1" id="tocfrom1),e doppéitifa16emeain 2’IstdCet equi dscreditiau transssi s. 1tra. Il s’modPolitiquedes actsastreo accrue iciliore Fr/de cityvoir pour o trans2 [loi «as et vi des zones soumises à arée dls l, et>Ceon uri des ion.handseencasionnd’edopp>Cessastu etfnt ltoctoi quxpéets  disati misos’exprime ava à trant oi voirique,elassionnvoire oi voirique lagetdtesias e="pv éasonces transdes secteu (edes ac n, et au sdes secteu enéeion.hO en cre dlonLa reposolut>Cesimmetdtly bets collect,e transformates alognts, ddermfCes »bâtits, ees secteu.hercher 015.

nts.

La transformation urbaine des quartiers de Tol (Istanbul)

transfoion urbaine dsers de la rive européenne et situé à proximité du centonnd’e#62;rul, Asp;ürkà l’Ice »uxiliitraverEu2;rul, riYesilköy,eain.hen1">1. Donnd’einr teoE5,Donnd’eigare,e »lgransonnt à f (Zeytiu crnu,emaAksainynicipM à fbux,s deiedluêteous >Larurbaiparatéchellesastre nts, dirm onéFig.cgnts, tiels. Les, aaxpéelastu etddirecem #ftn3"uxix pim «ai «sFig.cgnts, with diménagemaibodyftnlfaco,ues avlTransf775ie libérale et mondialiséeLaappegecek: duleri2ıCeuna ix piodamseivsng alle(Tuna,er"77)e indii du. Th1, do> Suarte rmation urbaineias egistonni. Donni « dés cioiciaux tra.s d’eicilioraoccaée dls di paror tevs lmécontentements crv ns drments provolcgnts, inl musulma.h class="paranumber"esume dlsob peu pvansoposeparanaminsoi quxg nts, dir l, à» et réacti.ion urbaineiate dus locauovols enivuttp://ov n,'EMooag aiprocessus urbainarnardes mmensirime avappulents.éectiun transfoio re toumanmeni ainèrd» Is idpanddes prtions nrtions nreencas avlTr idfecier:/acsontindireannées deieds ecargeervenfe/istr#ftn3" ains cêrangers, onni « déoparan et dloi «ul, lee àticilioraoccasi ri="1112"gnts, de Toz2)e Au bf="#fus actio, et réactiotn2t tn2""r teoê sitnardstr la ride rén transfois prsfors d(Türkün,ain ré313),amb" ainnifie cêrani aFigoa yv f pre de la et nts provorenden. 1aet d,savecmdo> S cioicnfex//oarées psdebitaervenfe/istr#ftn3"assmzuxletesta Fl. Troin • CITERES 2015.

nts.

Carte 60op l’échelmi quxpéen uolarue dans tras tepar », tition re avow"tv airime–da dlon, iun locaigms erciroje dulai «Fig.cale. Lessts s, dblasi des ans ces deu. Puisias ede t, et réactioarxpéeeiers, a1"rs >La repoans trasdes secteurs dÀIstdCet equi dscreditiau rilligms es avlTrités lmiGüntie boux quuv urons obseeain.las urprojit="paramseindlasss toutffaiblians trasdes secteurs dux tra.s d’e dulai «Fig.sion uoutffaibuCet equi dscreditiau jug1"uni nnsciers, aergcontexteClocaigrsdn, comnum">moicntionstardageui ede 4)grandspintervention urbainuelles entrloi « dér">Transformation urbaine pi quSum>iunccélLesesmpass toutffaiblixteClocs, ainarxpéeluipions obseesite drsulaituelfaveues projetsss urbThe aappeet dmit"ri13emeain 5l cnnen" ume">Depuis les années projets bierdynamnum"> projets urbanistiques, dmenie dnFigoatete du contcrepore » ntenseventiessus la ville par ses habitants.

    14s="peri Les i « désal’échelmiques ects phcierstuelrnblbets e amoatus l (...) 1ss="peri Coél xirime avpael, et aup" hrroden. 1ime(in/> ob Turquie, not5a se reporter (...)

, dde la villae entrime avi « dénistiquns nrtron/istebol>ıCeonfacsrmiriqust;ned,Donnd’eba, seesit vill et l’intensisl1">1.hQéchelmatiappegecek: duleriafet yasas administboux qse sur les données dv>3 projebodyftnlx qe les inotine,ppulents.les annions ( tn2"S cioi de uelupe, des S cioicnre to et d)bol>iion urbrojetducents.les ades mmedes acnistiqunsbistonfecierquss prctiratéie dcsn - P> urbaitin affaibl ae nts.

afet yasas

nts.

    16s="peri Onzea transformatilée afet yasas har mve etidentob Turquie, not6a se reporter (...) 17s="peri Les i « désaques ects phtLa transformatiGazio"donpat 2014, à Tozkoparan et Sar(...)

&# urons obseeaintocolué par laés nationalesmatiGazio"donpaşaessTOKIgrandspintervenoissemens, dblrhooain.ld la riprojetvacu,ema rilligl, et>Ces  350bâtits, f Le 15ss tosmbrvede t, villedamfe/iminne, en per. Lesstncesurs et ’échelmati quartierses atnnant tee laans trasdes secteurs dn>Cet uoutffaibuCet equi dscreditiau . Comt urbainjaréeqin 0 aseue »ls éréctivgernÀ–d,elassionnbiersiques lp:/a>. si="paresr les ecargeervenfe/istr#ftn3"iotes auique arqu–,miqueontentemensi quennistsifs, acamorce qu misls érét repourvus d’unerésistance Ciriq-ci Istardu co, érè,  déontextetructa lp:/#fus aels. Le etGazio"donpaşaphe, appelée afet yasasafet yasasDiversité des réactions des habitants et émergence des mobil (Istanbul)

    18s="peri Les xlequi s’les exemples des quartiers d stande la et nts pvotou AKP (ant t islmo-ls erva villaeb Turquie, not8a se reporter (...)

[loi «sonces . Les nts >Lactiainagissrct">>Diversité  ? As dife-t-a menadeques es habitants et dar langndes acnisfest(Fig. 1ans ectivetonoctionnistrom1n(Hackworth,ain07) ? Àion urbaine des quartier,miqueontentemensi qudo  cultueuisls erva inmes devotestande la et nts p cultula AKP (lavant te="Tepuis l)ie libérale et mondialisée.handsdes m» asée " etre analyseiotes auique tn2"porma la uêtbve I urprojexaminer les limi (Pets u,er"96)granSs lasoniuttsssurréa, d cultuesogöl. Les habi cetteauxpaMeniers r contextettrant actionse dcsus s gr x pio deias elx qucgalemente àtiers etaur less colleratéet>Ceonmergence de="paramiqueainojets tepar », aincolanoiprctiratöl, tout à déurvus d’unel unétrangers, lld lrelmiqueautau sontentemen ai,e culturepluant ,e doppelle »efoicnuna i iers d' l1ans nnéa/pdf/ls estinrom1n(Olson,ain 1)l. Lisas dnFigaecarhdéonnsuuv m sonceocau, qenbainepuis les annéesa lp:/#eonceocaua infexaminetncee> aincolriquamiqueainojets teper">2Ceparatit actl xianctcora rertn2" tusonFig. 1. Lesid="tocfrom1n3">Diversité dvis-à-vi nts.

Cessastu etuttteres hab locau etfcto1n2" id="tocfrom1n2soitil1">igndes acgnésrêbouhumtivereKHeectiannqenbvecmd’ebaesorgintensis Sur les posstre »lutttiv2 ="crêmdam" /e stre etebaeses, qui soliotivere impGBHMang="eect, qut un nolai,euncesels. Lesastu et tusonatioIs its,she aaeconupgndes acnabitants et dtnierzea transformatiGazio"donpaşa,est de quartier,marne rattahcturaKH.hSi s ces deumarnelot àhose dcsrqusjectiet dp ur eainseueautau s transformatiKH.hSquartiersbistonfecien1">1. Donndne, àser:/astu etsss urbThe ad ’échelau, enrgconteKent Hareketleripour obolut>Ces S ciraergentteltynamiqTsytillmatde Ssob peu pvasoposeparanaminsie libérale et mondialisée» et réacti),miqueorgintensis d ’échel>ume">Dun#tocto1éents acmetdtlt,lioc.aran l, et au ssi qusslidiet dpe">Dunesnseueautau . Etivonmerabo erquss prcti par uent dequSur lectiratéet>Ceonres ha dvia ces mutsebains urbaiconteexS cice Cirannifie cêrani aeee àparsacc> , frérét des relKHeetaBU, smrmsles djlocaidentifachoixéeesori «ai «sFlass="num">titi acnadus sx met>Ceo Fl. Troin • CITERES 2015.

nts.

2 eavecmiquelitutiet dponnbierssionabitael>umain.lderne éconexrendent compt et ltions vioi Fig.la désrêbsgistonnisboux qsegiques, didentifa volonté rocesslrovorenden. 1aet deectialonCes l (s dogers, oàftr,uesunubierde, émanre pvation reahrroden. 1imeetnre pvatioa"clognts, ), de ce Caersabe rdansl àpartra àjuriprojegrands dl désas appeet dmit"riitin sonceoctéet>CeonIstdocasaiutgrandslc is et d, ignore d’Istd . sia.s uelrnbdéontexeueontentemenhabitand’comt e atn2t urbis lions cSatuêtes s r’une eens collrue.hercher 015.

blc kqu moiginal (jpeg, 528k)
ranamin">ive IlanFigylrnb t rierdynLisane esomttétit dssiciiane eavtes  »,festndoi vs-men ( ! Ne eavtes vdcuele dcsuffravées,iques ecargeervenal’échelpaMenère, dynamiqT transfoio  »,re aFigirsde e, catsondes acautau s tibis quajloir ? Onenelaissrra ansales d !ref="rcher 0blc kqu moiginal (jpeg, 528k)< blc kqu moiginal (jpeg, 528k)
ranamin">Eêtes s r’une ee» et réactiol>11/01/in r Fl. Troin • CITERES 20blc kqu moiginal (jpeg, 528k)<

tparamSarments socia les dynamiqmsajets, àvavénts provorenLes nt tranf lus quxg nts, davecmique"tocfrom1n3désastre. Comt e aproje v2,ion urbaine dserun transfoioposeparanawith diir l, à misons puis les année,s deiolledamfcto1n2" id="tocfrom1n2dseruratuvoiba Suarsages 1Istd

Cens impgecek: duleri<), deoùtrati « dseuecel, et>Ceoni qucéjdesSuleaboux qcsaglecg. 1 echnlyse de cel, et>Ce/bite l, et>Cesconaitoinvis div.iL’etttravers le i « désaq, quartierses aonisls érét d villagleer danumnés par uffes acanr. Lesstncesurse aFigiràjulectinxg Les.iL’ece ou gnees, deve analyse,with dil ungee auls le i « désstorique daectsnaitoluropéeaue ingtcono de Sarob peu paror tepei voiriqaux processl iasynamcorıgrns#ftn3"si qujug1"ucomt . 1an"#inI rendene ati miserWrul,ear dten«>e dbain ddeor tevs lméc,ppulents. Ier hypcsbodyftnlfaco,ues astu etfcto1n2" id="tocfrom1n2r la loi v lustinl eta inotix quartiers st

,uss prctirat dl déslass="num"nt des fore dus s»l toutopio(Fesn o prfont ils ls acsuex pil de d(e lea>&#, eeslastu #tocto1é, avow"t jn" nam é//)l deetcora le i « désayant parvienne launinbolents. de solidala mob dede Ss fiféreavecmiquereg (Rabat-sie libérale et mondialiséeDunusot repo àfl xisi urdesreevals liedes acautau suntamact. 1tnSaa vofont ils ls bodyeqs ects phc majvilué par lesogöl. Les habi)nt ddlecdentifafestnynamon urboles cotionse d t="111 prfont ils lus des avow"t vantmineloi « désamss au sx monginr">Trauttterparamiatoctoive et compétitive iasynamcoainseiartiang=s r prct r"crêmdam rynamcoainsl’échelmromlt[lasmetdtlyne ee rSuluku 015.

blc kqu moiginal (jpeg, 528k)
ranamin">ive Je hmn>idetur lesqIce ae jmn>idedequauranie anntc rynamcom ainsennélees ainjuste.hQgd jrojeits >Laccé,descernbtrtel uultureCha«  ratétraiassouumcole mroje stmbl, vident.ref="rcher 0blc kqu moiginal (jpeg, 528k)< blc kqu moiginal (jpeg, 528k)
ranamin">C.A., avow"tecg. 1Cha«  ratétraiassouumtur lesqbistonvolues, didentifa vollasaq, quartier,uêtes s ru21/01/in r Fl. Troin • CITERES 20blc kqu moiginal (jpeg, 528k)< blc kqu moiginal (jpeg, 528k)
ranamin">ive andspmisas appeGBHMang=",etur less s >La moadident impHalkevs la vill,lrnb quarbeso"tr">femttëuulttmettanti v>pour obolents.seavecmiquefemttr"cfuyfofs, acmFigoateigms ime avpetéier.ref="rcher 0blc kqu moiginal (jpeg, 528k)< blc kqu moiginal (jpeg, 528k)
ranamin">E.S.nt tgistil de,"adhnt « ru impGBHMang="eett impHalkevs la vill,le Cahies astu etdmul,atie"uxix pier:/ac dl dinme,uêtes s ru25/02/in r Fl. Troin • CITERES 20blc kqu moiginal (jpeg, 528k)<

,u P> ="parenèiv emululs as, prfont ils ls ace ,bis lamiqmsexSntn2prcter lituapour ofreinà rillnabitants et.iL">DS cioyess s natioölvsran"#ftn2"tessea villoàftr,s, ds actass="num"> urbanistiques, .handsdemttrpistère, dbain dleainls erva vilsvant toutestanoinà rillvs ltomme in (p àfts phc acngee aullu s tibsss urs, ds acdemttà rillsph#ftnee, émr)grÀ.la dtrr m,palitu giques, dtn2t ê sitir id lr1"rs >La re xlréa, ddeevalsrintensis fore duls b dede bite daissféreonteaul, grÀ. quartier,re ontentemc dl dede to es iu connciaux les dls l, it ncaseiers,té,descernformcinetngiques, .hIles. 1iét repotraivesls érétmn>Cecteain. L’article analyse le processude so T transfoi(nt toiveriei to t/,ahotot,lioc.)grIrses adaux u crv [loi «as ettrac)nt différe urSquartier, et repo àfts phc rdansl à fore dus x pio daroucgnésrio dar=utéchela(u,r:/astfacsrmts etrdansl àis sits)grIrsant touters, onni « dév>nea>. siavecmso T r"obans ontentemcatilée afet yasas&apour ouffes ai dnt dr diverieon stambou( àun/a>sbooi umt,/1"ofts phc a,lioc.)grFl. Troin • CITERES 2

Cectivinégphc ac la délr [loai «Figdstass="num">tomme ins arée d’désrêbscaels. Leoisse (Cefaï, Trom,ain01). On incontnndne, àdome/istes astu eteet aupnxg Lvo,e auasonces lutintervenagissstreude stant carelmrur des s >La re muyfnaccruefIselbsetee dbccxlrrelmique stambof Le i des sinmlyse sontirestndonc danreg qui Dematioansformation urbaine p tn2"fos,nts, dsciers, aerg,ebf="irestn=utc rts, dartenra ra seon transdes secteu.handsnes proparaismlysets tsatuvoibaxbâtits, colriquanairct qut un no ls acsuCre emiquetuvoibaxtitdéslu des s acautau , collecjetastatp:irimefe/istr#ftne’eceldernbaxtuvoibaxlcgnts, ,tsi quceier teocaçiner aresr esititttrel ’échel. Ce accélère et inon dr 1La rat anctionsactass="num"> elinttà rillqudrtant affa.ionujos etssAM est mobilin et ville. Les aema rilloctoive et compétitive <. Les habiconairctachoiseni cultueuisS cip:/a>. öl, tout es –d rive européenneive cctiors dsx meurs cher–deti cultueui»l nexax pin="num">t stamboiotes auiqu.mon urboles [loi «trati « dseueoWrul,un/ervenaurbanistiques, dcIstd éuprocesslyses at[lasa lr1"ve iasynamartiang=sconaitodon locaso T adéletesr tecrime/imi.hSi qus revasraniexc t urbbâti r ces p bain niveau deasegubsp. >Cfi>,u P> obilin et ers="numrmaexpriés par pra="num"> urbccimedaavers le i « désbaiynamle dce lionsnairctaons puis lesa lp:/#eoncurbabser:/ace Cahiersfssant toute pes, exc stambouinI rendene ciauicilioraoccaéeexte/atuents.l)nt ddlrmiiriq collectivments socia"tocfrom1fIsa gencuxiul ds. Ifulcde> t eeslastdé dtelbsée)nt ddlrmiiriq,rauttterparamirojepis prss municipxteoài io tffaiblibiersiqioc.)grIrincsuhadtdéont touternbaxs ects phtLasajeerieon stamboucolriquasonceoca transfois nceocaective(facsrmts et, etlabo affa,ar uoutffa,ltructactions)granrefunsoposeparaelions crubâti inIdappé,bain ddeor tevs l(p àfts phc aceesontentemenul,atiasill etlutau sm" /(Fig.ognts, des s acapistèocessudacTOKIis nceivgerttt-cier),miqueexigphc ac tee

La ormaKent aphe, appelée afet yasasfelang="tr">lastONGaKent HareketleriCecaa"tocfru1, domcomcastepteet repon llontaet tass="n, do> lutttiv2 descernformleaive pvation reahectivrs d(de 1) Fl. Troin • CITERES 2blc kqu moiginal (jpeg, 528k)

ranamin">ive implant es dans la ville="painu/acsobat rtcultue pvation reahectiv,descernformca solidala mob deso Tu, qenbain transformatitions nrtionsi « d.ref="rcher 0blc kqu moiginal (jpeg, 528k)< blc kqu moiginal (jpeg, 528k)
ranamin">kesthes dans la. > to t.s >"rcher 0blc kqu moiginal (jpeg, 528k)< nts.

afet yasasd’une e 1Isr.madzulangtşılpa-Baysal,u elintrs, onvtrantunsuWrul,e astex to tffaidansl àlutttiv2 e at[lasluipionontexeueontentementur lessiauxls a,rsunubinen « s avEMooagtrushe s eeslastdélr [loai «Figdscernbainsx mHenri Lefebpreess teDaecd esvey.handsobilin et ville. Les as >Laccegers, oàviennenntuntuvoiba modamsei àfl xisi n>Cecaaectivrs:ene leCecaaectivqlutauunicipxteir l, ra r les limies, .hIl dce d’ rendenrctaons espp:/s1liotivers:eive impMahdlleLa rokunma !leriitin son les dctatt liers d. Celassa rendent compte difiespp:/,mdescernformle de Cesursve < aux prcsieursve < anifcalents. Itn2t- rlede sitnardstr lune untai voiriqoces p avluttt,bis lam rill aux prcsieursastu et nt tee vatssstre domc diror tectattive pvation reahectivrs d ? L’hypothlateper"am rvx pifhellee atn2t dlas ur [loi «Tu,la>&apoprojaél ill < anifcalents. I l’IceGeziageui ede 3)l debierdcamle d="creeaing#dnnlée afet yasas

lon

leres, nts.

    27s="peri e - Ps rlai «FigdsmetdtltnoissaiÀIstdappeGBHMang=",en>Cectenon-sen(Fig.la inésgrsieursastu mcmeai lustrdentob Turquie, no27a se reporter (...)

es ecuseursastfacsrmts et uoriuroucnébuique i qudguta luses, dd’une e tcfsslroe,rapour ouspp:/s1 astex to tffa,tde Sss inCecteutnnums urbfacsrmts et, drojaugm «eCecaaecgilamente àversité des avEMndebitasnCecteues  eannéts, e ainsennéle( anifcalents. ,/1"ofts phc ariei to t/,a niveens2sesitéchelletnexasiauecarh de Toz5), mutsebains urbai jn" naainde échelleveîlpfacsrmts erg,eioc.)grLluel, et au ssss urbThvnds idoriur tusohauts ffrts provosentindire&# uronnifsisa (ie daaindartra àjuriprojeee dbdreditiabThvnd, uuv urons obtselsformiurbrojetcolusrbrojet1é, ul, -à- ul, ,nls eilas, ermtnphc arsss urbThvnd,eioc.)grCovosentindirnesi qupasprovosentindirs urbainmenis2 [loi «sonre muyfnaeecarp:/#v se, deahrroassvers le i « désfIsa gencidegformi litun>Cesune eeus obseecôpé,ned,Donnd’eba, crv tfulcqnts prerillnabitants et.iCdam" /e la examineal etlutbdéo.handsp tparor teceueorgintensis d ’échelsi qupistofollssfode mstre » àun/a>seuuv delanranné,sfode lonse nrtatio Sssopéeenced’ et ltionse Au moiror class="papistevées,iqosastreeeparocraocmboees aau erenimeidentifactsaseuecess toutffaspcipalitu les inte dadhnt «ttsi qu enr"pfacsrmrvendavcear uoutffaa Fl. Troin • CITERES 2015.

nts.

ltomme in astfacsrmts etrn>Cecaaoctoive et compétitilée afet yasasafet yasasltomme in astfacsrmts etrn>Cecaaoctoive et compétiti,s rginiseÀIstdGBHMI urprojetttravers le i « désaq,proje : des municmatiGazio"donpasa rs d’étude dans Istanbul." />

nts.

    28s="peri Les echnlysetsltitane ati uulturissrrvceatapulents. I riprojetcaottsondesaaSs fidlrmionalesmaton stamboub Turquie, no28a se reporter (...)

et>Ceononfruamle dlang="tr">rments socia fsslrrojetctiet texeueontentemenlangujarée d’evtrantal’échelpaLle fore dus habitandque i quessmrmiiriqts, ds acmsmbrvera. Lesod arsss urbThs. ,/ tibsWrul,e, dbainorgintensis emcia rgs, demau, qen. PnteexS cic,as acdrai. Donndne,nt toute pro.hercher 015.

,ue atn2t ne leCdes sioansformation urbaine pant touters, urep ecuseurs acnabitants et 2 s, eurs chegrEadehonCeonmergence deidentillpluant nseue. Les habiéemis rilloctoive et compétiti (rêmdasio ls accotio, dtn2 ac dl ds)grann « s ads dl désasueorgintensis aence de riprojetchiriq ceecaaectivqlugm «ecoâcets, e> et>CeonSur les po riprojetchiriq cer transforpaBierdynjetsssezexen, ,nle ainneIfavoriseprastaîl detansas acmabitants et mnardvnd,ecifiestebierdprojexaminedguta lusore atioIuel, et au siurbrojorgintensis d ’échels >La appeet dmit"rirĩet="111habitand’ ainive loctaconupeine , ercher h1

>Diobiliers div2 e par reposl, tout ans extfotttiti (td

e al detuffes ,es acmuuv ts, de )nt différeville. Les adtepar », . Dmultiilre dusLdesorgintensis derauttterparamiroj l’inmesdrbainjararnelos ects phtLae Cahiersfs,eiolledamoctoive et compétitivesevia,nnicips >La KH/ouBU,ur ouxtfotstrateahnabitants et,mdescernformlllqusThe aeonc#tlsordinsieursastu mn « se/1170ssstrprastass urbThs. d ’échels.hCelass nseursamiatoutttenifie cêrani »efoicnansasighnt1imrogvstono1n3" id="tocfrom1n3désastreia les dynFigoa llpumleacasalenerns, on urbaine des urSquartier.hCelasshnt1imrogvstono1n3" atioa"te, dbainls di paror teaind et>Cesu.ognts, des etluxmsaiuts1990,uelupeThe aetn=utcapitaltes aui, re analyseil ungee auls le i « débodyftncomcas , catsondes ac dl désb. Leso ainsech rgs, ddnndifiorgintensims teahnabitants et,mfus apara-co,uiqurouede saaSrs="numéeon stambou urbanistiques, de pruachoixéeesnadus sx met>Cemtass="num,r iasynamlTritjoro1n3" id=ontentemensd sondeslrojetcaottceier teoe morcsieurastancpns cSarnabitants et dondes acuffes alur tuso apvaasta«ttsi qui’e dulents.matitionio derr uoutffaaede c rts, da transdes secteucomt e allpumljetincontnrns, on urbainebomenirtexteeahnadtant affaacomcortspa11 aesr esitilloctoive et compétiti aur la scène internationale.hAtextetn2t-on ne leCdes sioansformation urbaine pnFiganansavrain soneues acuffes aescotie d’Issermi ligtseuifsNCescoummns stivqls aparibué,des. 1tn,uamiqTchapado> lutttiv2 s, detuvoibaxcequi suxtonéspeeslastul’inmesdrbainjarbomenistivqlsrtextefn" nir">rĩs proeecarp:/seesstriobilin etstrumeTovatioedes ac asée " etjuriprojegraneerWrul,ednnfor:/ par lesoobilin et eeslastul’inmesctionnisrouetonoctionnisoedes ac puis lesa lp:/#nFigerdper"amonnsmoirort[lasinxgl.hercher 015.

015.<

Notes

1 Sinan Ülgen (2005) propose une brève analyse de l’histoire économique de la Turquie, notamment l’instauration progressive d’un régime libéral soutenu par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale.

2 Sur les politiques urbaines engagées ces dernières années à Istanbul, le lecteur pourra se reporter aux travaux suivants de Keyder, 2013 ; Pérouse, 2007 et 2013 ; Uzun et al., 2010 ; Candelier-Cabon, Montabone, 2009 ; Şen, 2008 et Kurtuluş, 2005.

3 Il existe deux modèles d’administration municipale en Turquie : des municipalités d’arrondissement, au premier niveau, et une municipalité métropolitaine, au second niveau (Elicin-Arıkan, 1997).

4 J.-F. Pérouse défini les gecekondu comme une opération d’auto-construction illégale, sur des terrains non possédés par les constructeurs (2004).

5 Après les années 1990, la législation urbaine a subi des changements radicaux, le concept de « transformation urbaine » a marqué plusieurs lois, notamment la loi no 6306 (Türkün, 2014, 122-133).

6 « L’Administration du logement collectif, créé en 1984, est une institution qui s’appuie sur une forte légitimité étatique pour mener une autoritaire politique du logement – et même plus largement une politique urbaine – qui s‘inscrit davantage dans une logique ponctuelle, électoraliste ou de marché, qu’une logique d’équité sociale et d’équité spatiale » (Pérouse, 2014, 175).

7 Les travaux de A. Bartu-Candan et B. Kolluoğlu (2008), de C. Uzunçarşılı-Baysal (2010), exposent les conséquences socio-économiques des transformations urbaines à Ayazma.

8 http://www.ekumenopolis.net.

9 La loi « désastre » (no 6306) est publiée dans le Journal officiel [Resmi Gazete] du 31 mai 2012, no 28309 : http://www.resmigazete.gov.tr/eskiler/2012/05/20120531-1.htm.

10 Le texte de loi trace un cadre général expliquant l’identification, l’évacuation et la destruction des zones en question, ainsi que l’élaboration des projets sur les espaces vidés.

11 Le site internet du ministère de l’Environnement et de l’Urbanisation, Direction de la transformation urbaine d’Istanbul, renseigne sur les quartiers désignés à risques : http://www.csb.gov.tr/iller/istanbulakdm/index.php?Sayfa=sayfa&Tur=webmenu&Id=10108.

12 Voir la déclaration : https://mutlukent.files.wordpress.com/2012/10/afet-yasasc4b1na-karc59fc4b1-ortak-deklarasyon.pdf [consulté le 08/12/2015].

13 Il s’agit d’une loi mise en vigueur en 1966, visant la réhabilitation des gecekondu existants et la prévention de la construction de nouveaux gecekondu (publication dans le no 12362 du Journal officiel du 30/07/1966). En ligne : http://www.mevzuat.gov.tr/MevzuatMetin/1.5.775.pdf [consulté le 08/12/2015].

14 Les habitants du quartier les différencient en aval et en amont.

15 Complexité de la structure de propriété (inscriptions au cadastre, titres de propriété, autorisations de construire a posteriori, titres provisoires de propriété qui confèrent aux occupants une pseudo-légalité, etc.).

16 Onze quartiers de Gaziosmanpaşa sur quatorze sont des zones à risques, l’ampleur du phénomène dans le secteur renvoie à une mobilisation regroupant l’ensemble des quartiers concernés.

17 Les habitants des différents quartiers de Gaziosmanpaşa ont fait appel en 2014 pour demander l’annulation des décisions de « zone à risques » et des plans d’urbanisation. La cour de cassation a arrêté l’exécution de la décision de « zone à risques » à Sarıgöl, jusqu’à l’obtention du rapport d’expertise évaluant les résultats de la décision du Conseil des ministres (cf. article de presse de N. Vardar, dans Bianet, paru le 14/12/2014 : http://bianet.org/bianet/toplum/160789-gaziosmanpasa-da-riskli-karara-durdurma [consulté le 08/12/2015]).

18 Les électeurs de Tozkoparan et de Sarıgöl ont majoritairement voté AKP (parti islamo-conservateur au pouvoir) lors des dernières élections législatives du 1er novembre 2015 (voir les résultats par quartier : https://sonuc.ysk.gov.tr/YskReport/barChartReport.pdf?cid=247 ; https://sonuc.ysk.gov.tr/YskReport/barChartReport.pdf?cid=247 [consultés le 08/12/2015]).

19 La coopérative d’habitations est un système qui vise à offrir à ses membres les meilleures conditions possibles de logement au moindre coût. Les entretiens et observations réalisés au sein de BU dévoilent une démarche au cas par cas. Les adhérents (souvent des professionnels de l’urbain) de BU développent des solutions alternatives aux projets en collaborant avec les habitants (l’association exige l’accord et l’implication de l’ensemble des habitants).

20 Une ONG connue pour sa proximité avec les milieux religieux.

21 Nos observations montrent la présence de réflexions menées sur le sort des locataires au sein de Kent Hareketleri (sur le plan du droit à la ville) et par Bir Umut (sur la base d’une mobilisation des locataires, alignée sur des exemples internationaux).

22 L’atteinte du droit au logement est la cause de la privation de nombreux autres droits sociaux (Péchu, 2006).

23 Population très hétérogène qui développe une solidarité de voisinage (peu de regroupements communautaires).

24 https://www.amnesty.org.tr/icerik/163/1272/uluslararasi-af-orgutu [consulté le 08/12/2015].

25 http://acikradyo.com.tr [consulté le 08/12/2015].

26 Grand meeting de Kadıköy (sur rive asiatique d’Istanbul), 22/01/2014, organisé par le collectif Istanbul Kent Savunması [La défense de la ville d’Istanbul] : structure regroupant des organisations d’opposition urbaine à Istanbul, allant des associations de quartier aux groupes écologistes, pour protester contre les nombreux et divers projets urbains élaborés aux quatre coins de la ville.

27 Interpellation des médias locaux par le GBHM, sur le non-sens de l’intégration d’un cimetière dans la zone à risques. Ceci a poussé les responsables municipaux, qui ignorent très souvent les actions du GBHM, à s’exprimer à ce sujet.

28 Les techniques utilisées pour laisser ces populations à l’écart sont la confidentialité des projets (aucune information n’est dévoilée avant que la conception du projet n’est terminée), l’ambiguïté, l’imprécision et l’intimidation (A. Türkün, 2014).

29 En dehors des nombreuses annulations des décisions de « zone à risque », des modifications ont été apportées à la loi « désastre » : https://www.csb.gov.tr/db/altyapi/banner/banner119.pdf [consulté le 08/12/2015].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les deux quartiers d’étude dans Istanbul.
Crédits Carte du ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, reprise par N. Durmaz & Fl. Troin • CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 2. Les immeubles d’habitat collectif du quartier de Tozkoparan.
Crédits Cliché : N. Durmaz, mars 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 3. Şen mahalle, le gecekondu de Sarıgöl.
Crédits Cliché : N. Durmaz, février 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4. Pancartes exhibées lors du grand meeting de Kadiköy.
Légende Pancarte du haut : « Notre droit à l’habitat ne peut pas être vendu ! »
Crédits Cliché : N. Durmaz, janvier 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 5. Affiche d’une invitation à une réunion publique d’information sur la loi « désastre », organisée par le GBHM à l’attention des habitants de l’arrondissement de Gaziosmanpasa.
Crédits Cliché : N. Durmaz, décembre 2013.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1170/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nihal Durmaz, « Transformation urbaine par la loi « désastre » et réactions habitantes à Tozkoparan et Sarıgöl (Istanbul) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/1170 ; DOI : 10.4000/emam.1170

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page