Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Casablanca, « une ville à l’envers ». Urbanités métropolitaines au prisme de la marginalité sociale au Maroc

Marie-Pierre Anglade

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de Nora Semmoud (Université François-Rabelais de Tours) et d’Agnès Deboulet (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), soutenue le 14 décembre 2015, à la MSH Val de Loire, à Tours.
Cette thèse a été dirigée à ses débuts par Mme Françoise Navez-Bouchanine, Professeur de Sociologie à l’École d’Architecture de Clermont-Ferrand et membre de l’UMR 6592 URBAMA (CNRS et Université de Tours), jusqu’à sa disparition, en 2008.

  • 1 Navez-Bouchanine F. (dir.), 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation soc (...)

1Cette recherche se fonde sur un paradoxe essentiel de la vie urbaine et ce, quel que soit le contexte géographique : malgré le constat de la nette diminution en chiffres réels de la pauvreté extrême, la perception de la pauvreté et son traitement par les médias ont contribué à l’émergence dans l’opinion publique d’un sentiment de visibilité accrue de celle-ci. En conséquence, les préoccupations collectives portent aujourd’hui surtout sur les risques de mobilisation croissante des sans-voix passant d’une précarité vécue dans le silence à des revendications de plus en plus fréquentes face aux effets destructeurs des politiques, entre autres urbaines, à leur adresse. Faisant écho à cette perception inquiète de la ville, cette recherche entend ainsi questionner la visibilité de la pauvreté en témoignant des dynamiques sociales métropolitaines d’appropriation des espaces publics par la frange de la population la plus marginalisée selon des pratiques déviantes déployées en centre-ville, au vu et au su de tous. Analyser ces formes socio-spatiales d’appropriation et d’accès à la ville requiert de raisonner en termes d’urbanités, ce qui présente l’avantage de pouvoir considérer la métropole comme support de la répartition différenciée des groupes sociaux dans l’espace en s’éloignant du seul paramètre résidentiel : nous appliquons en cela les préconisations de F. Navez-Bouchanine1, selon laquelle le lien social doit être questionné en tant que révélateur d’une fragmentation urbaine, non pas à travers l’analyse seule des espaces résidentiels, mais grâce à celle des pratiques des espaces publics. Ainsi se révèleront les façons dont se vit la marginalité sociale en contexte métropolitain lorsque l’invisibilité est rompue.

  • 2 Marié M., 1989, Les Terres et les mots : une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens Klin (...)

2Face à ces questions de l’émergence de la visibilité de la pauvreté et de la vision inquiète qui l’accompagne dans les pays des Nords, ceux des Suds assurent de nos jours la « fonction-miroir » chère à M. Marié2, en offrant la possibilité d’y lire moins la direction que prennent les situations sociales des plus faibles que le regard que porte la société sur les différences qui s’expriment à travers la construction des représentations et des politiques publiques, dont celles d’aménagement urbain. Explorer par conséquent ce que recèle la notion de marginalité sociale en questionnant son articulation avec les espaces publics et la visibilité des pratiques déviantes, malgré l’apparente contradiction que recouvrent ces termes, implique de se tourner vers un pays des Suds dont la société entretient des rapports particuliers aux normes sociales, au travail, à l’État, à l’accès à la ville… Le choix que nous avons fait, pour des raisons qui tiennent à notre parcours personnel, est celui du Maroc et, plus particulièrement, de sa capitale économique, Casablanca.

3Plus que toute autre ville marocaine, Casablanca renvoie l’image d’une mosaïque de tissus urbains, de fragments dont l’articulation met à mal la conception généralement admise de la ville fédératrice, véhiculée par les définitions de la ville occidentale. Les représentations sociales dominantes consacrent Casablanca comme ville sous tensions, animée par de graves violences associant l’expérience métropolitaine à l’éventualité de risques croissants et supposément liés à une population pauvre de plus en plus visible. Son aire métropolitaine est le cadre de transformations socio-spatiales constituant de réels défis pour la vie quotidienne de ses habitants – étalement urbain, forte densité, recours croissant aux activités de l’économie de rue, persistance des bidonvilles, paupérisation des équipements publics, vétusté des logements, maillage des transports insuffisant. Ainsi se pose la question du vécu des différences socio-spatiales liée à l’importance des écarts entre les niveaux de vie, y compris à l’intérieur même des classes populaires. Cette recherche se présente donc comme une réflexion sur l’ajustement de différentes urbanités en milieu populaire à Casablanca, au travers des rôles de l’espace dans les dynamiques sociales animant les pratiques métropolitaines d’hommes et de femmes déviants.

  • 3 Une expression que nous adoptons pour prendre nos distances avec l’expression journalistique « cand (...)

4Pour ce faire, nous avons pris pour objet d’enquêtes les pratiques déviantes d’appropriation des espaces publics de Casablanca observées entre 2003 et 2009 sur un réseau de territoires articulés autour du centre-ville (jardins publics, ancienne médina, espaces littoraux disqualifiés, ports de pêche et de commerce) : pratiques quotidiennes de sans-logis, de consommation en réunion d’alcool, de consommation d’alcool à brûler, déambulations sous psychotropes, usure de rue, repérages nocturnes de harraga ou « projeteurs de vie à l’étranger »3. Le recueil de données a nécessité la proximité prolongée avec des habitant(e)s pendant vingt mois divisés en sept séjours. Ce temps long s’explique par le souci de rendre compte des changements affectant les itinéraires socio-spatiaux dans un contexte de forte stigmatisation des individus. Cette recherche, moins soucieuse de représentativité que de témoignage d’un versant peu exploré de la vie marocaine, reconnaît l’influence des expériences propres du chercheur dans la conduite de son terrain, grâce aux porosités entre sociologie et anthropologie. Face à l’écueil des non-dits, les différentes techniques utilisées ne doivent pas masquer l’importance accordée à l’observation, dans le doute que le recueil de seules données orales puisse réussir à rendre compte de l’ampleur de la pénibilité du vécu en matière de stigmatisation.

  • 4 Ce terme, parfois traduit par « honte », ne recouvre en fait que partiellement un sentiment lié à u (...)
  • 5 Becker H.S., 1985 [1963], Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

5La première Partie de cette thèse éclaire le rapport individuel et collectif aux normes sociales, leurs logiques d’imposition, et ce qu’il en coûte de franchir les limites des conventions au Maroc. Malgré les transformations qui se sont opérées dans la société ces trente dernières années, les standards de conduite continuent de se structurer autour de deux cadres prégnants au travers desquels s’expriment les représentations des rôles sociaux de genre : ce qui est haram vs halal, relevant de prescriptions religieuses, et ce qui est hchouma4 suivant les contours très mouvants de l’inconvenance. Les pratiques condamnées relèvent de trois champs importants, empreints de valeurs héritées : le rapport problématique des femmes à leur corps, la primauté du groupe sur l’individu, et l’injonction au respect de l’autorité. Le système de contrôle social permettant la construction de jugements vis-à-vis des actes d’autrui participe du processus aidant à déterminer le moment à partir duquel chacun est en droit d’évoquer des pratiques déviantes. En effet, la juxtaposition remarquable de la définition de la déviance au Maroc avec la théorie de la désignation d’H.S. Becker5 aide à mettre en évidence le fait que la société s’intéresse moins aux causes qu’au moment où l’individu passe à l’acte déviant, ce qui fait de lui un être à part qui se désolidarise du groupe : c’est l’interdiction frappant ce regard qui crée l’acte déviant en désignant celui-ci comme infraction. Dans ces conditions, ce sont le secret et le mensonge qui, non seulement rendent possible la vie sociale, mais aussi se sont constitués comme une norme à part entière. Le maintien des apparences représente le garant de l’ordre social, et on saisit ici toute l’importance que revêt le critère de la visibilité des pratiques transgressives, ce qui nous amène à considérer ces jeux sociaux de contrôle de l’identité comme le socle d’une véritable culture des faux-semblants. En fait, l’évaluation des actes d’autrui, jugés par rapport à un objectif prégnant de conformité sociale, est si légitime au sein de la société marocaine que celle-ci n’envisage jamais la construction du lien social sous une forme plus lâche, ce que nous qualifions d’impossibilité de lien neutre.

6En second lieu, ces logiques d’imposition des normes sociales sont questionnées à travers les modalités de contournement de l’ordre établi en espaces privés et publics. L’exploration de ces formes transgressives montre les dynamiques sociales à l’œuvre dans des pratiques revendicatrices d’un certain desserrement des normes, en vue d’accéder à la libre expression d’aspirations individuelles. Malgré des formes actives de contestation qui ont su faire évoluer un cadre légal inégalitaire, le modèle dichotomique entre univers féminin et masculin perdure. Néanmoins, cette vision dichotomique des espaces socio-spatiaux s’érode par endroits infimes, dans la mesure où les modalités de contourner les conventions pour les femmes – qui ne vont pas dans un premier temps jusqu’à transgresser l’interdit – permettent un renouvellement des pratiques d’accès à la ville : de fait, le rôle des femmes et leurs destins sociaux continuent de se voir astreints au bon déroulement des activités domestiques, mais les manières d’y échapper se multiplient sans jamais remettre en cause ni l’enchevêtrement des interdits et des normes sociales, ni leur légitimité. Les femmes construisent, au contraire, de nouvelles formes de pratiques permettant la mise à distance des idées reçues les concernant et le desserrement du contrôle social.

7Face à la prégnance de l’ordre établi sont apparus des modes d’expression publique concernant femmes et hommes et qui témoignent de valeurs inédites, telles qu’être soi ou intégrer à son mode de vie une certaine authenticité. Quand on sait l’importance pour l’ordre établi du secret, ces individus dérogeant à la règle questionnent les modalités de faire société envers et contre tout. Autre difficulté pour faire société, le recours aux référents traditionnels ne s’effrite pas au profit de valeurs individuelles nées d’aspirations inédites : il se sur-imprime à ces valeurs récentes, voire se réactive sous des formes revues et corrigées. De plus, un système de double-pensée anime les représentations : l’individu doit « absorber » traditions, valeurs et normes, d’aujourd’hui et d’hier, d’ici et d’ailleurs, tout en mettant en perspective ses pratiques avec le jugement porté inévitablement sur ses actes. Pourtant, en dépit de la pesanteur des dynamiques à l’œuvre dans la reconduction des normes sociales – injonction sociale à la bonne réputation, à la réussite et importance du paraître –, émerge la nécessité d’une construction de soi entre privé et public, facilitée par le déploiement en ville de rôles sociaux multiples. Dans leur projet d’articuler aspirations, vie quotidienne au grand jour et souhait de voir évoluer les normes sociales, les individus parviennent à tisser une forme originale de lien social contre les contorsions sociales et psychologiques auxquelles les contraignent les conventions. L’originalité de ce lien social tient à la manière dont ces pratiques mettent à distance les visées matérialistes souvent incarnées par l’individualisation. Animées par des questions d’identité et d’authenticité, elles traduisent contre toute attente la transformation des identités collectives et non le rejet complet de certaines des composantes des valeurs et normes sociales.

  • 6 Les ferracha sont les vendeurs de rue de l’informel.

8À la lumière de l’émergence de ces valeurs renouvelées, le rôle de l’invisibilité dans la déviance prend davantage encore d’importance du fait de déplacements récents opérés par les sphères privée et publique. Ainsi, alors que, jusqu’ici, certaines pratiques – activités de l’économie de rue, pratiques homosexuelles, consommation d’alcool et de drogues, production ancienne de cannabis – étaient tolérées car secrètes, les médias révèlent désormais les tensions contradictoires les concernant et qui animent les politiques de l’État entre discours officiels et réalisations effectives. Dans les espaces publics où l’invisibilité de la transgression est rompue mais relativement tolérée, comme pour les ferracha6, la visibilité se présente comme l’outil privilégié des rapports de pouvoir instaurant tolérance et répression. Dans ce cadre légal à géométrie variable, les individus continuent de négocier les limites de leur autonomie, dans une quête de réalisation de soi et en cherchant à faire valoir leur droit à la ville malgré des pratiques illégales. De ce point de vue, certaines pratiques déviantes des espaces publics apparaissent comme des formes de résistance pour davantage de justice. Par ailleurs, dans la question de l’usage des espaces publics, les rapports de pouvoirs qui se jouent entre des individus potentiellement déviants et les formes de contrôle apparaissent comme des contraintes déterminantes dans l’accès à la ville : régis par le principe de visibilité, les espaces publics de Casablanca sont le support du face-à-face État vs individus qui questionne le principe de leur fonctionnement, à savoir si celui-ci est mû par le droit ou par la morale. En somme, au regard de la pluralité des formes de transgression à l’ordre établi, deux conceptions des normes s’affrontent de nos jours au Maroc : reconduites par les valeurs morales et l’exercice du pouvoir, les normes sont imposées en tant qu’habitudes structurantes, source de régularité des comportements, c’est-à-dire garantie d’ordre pour les autorités ; mais cette conception autoritaire de la vie sociale a contribué à faire prendre aux normes le sens de règles prescriptives auxquelles tout individu, pour être lui-même, se doit d’échapper.

  • 7 La toxicomanie de rue, la moins chère, consiste à détourner des médicaments de contrebande, ou qarq (...)

9La seconde Partie de la thèse explore les ressorts du processus socio-spatial d’émergence au dehors du quotidien de citadins déviants et les interactions de cette exposition publique avec les représentations confortées par les politiques publiques d’aménagement du centre-ville. Il s’agit, en premier lieu, de Derb Cuba, petit quartier populaire des abords côtiers de la mosquée Hassan II, au sein duquel le bidonville dit « souk ‘aoua » constitue un territoire, à l’échelle du quartier, de transgression des normes sociales par différentes catégories d’usagers (habitants du bidonville en tant que tels, vendeurs informels, consommateurs d’alcool, y compris d’alcool à brûler, de psychotropes7, de cannabis, etc.). Ce sont les liens sociaux établis entre les membres d’un groupe de buveurs de mahya (eau-de-vie) qui ont principalement retenu notre attention : nos observations depuis l’intérieur nous ont permis de saisir qu’un usage raisonné de la violence dans le maintien de l’ordre et des distances socio-spatiales entre catégories d’usagers vise à faire respecter l’aspiration au calme propre à ancrer souk ‘aoua dans le reste du quartier par un semblant de normalité. L’appropriation des espaces publics par ce groupe de buveurs, à la base de l’identité commune du quartier tout entier, permet de comprendre pourquoi leurs pratiques déviantes, qui se déroulent à proximité des lieux habités, peuvent se déployer à découvert malgré le risque de déshonneur qu’elles font peser sur leurs familles. On constate cependant que certains des habitants de Derb Cuba et des quartiers environnants ont leurs habitudes en d’autres lieux proches du littoral, où se côtoient alors pratiques déviantes et « normales » de citadins ordinaires. Ces mobilités, agissant comme un régulateur social, amènent à considérer l’aire métropolitaine de Casablanca comme une ville à l’envers, c’est-à-dire comme une ville où les rôles des espaces privés et publics, tels que révélés par la localisation des pratiques déviantes, vont à contre-courant d’une déviance qui devrait nécessairement demeurer cachée. Au bout du compte, Derb Cuba apporte la preuve qu’un ordre social à l’échelle du quartier rend possible le côtoiement d’urbanités divergentes. L’équilibre des relations sociales entre habitants ordinaires et déviants y permet l’émergence d’un contexte particulier d’entre-soi dans la déviance par lequel les sociabilités de quartier atteignent un équilibre favorable à la gestion des espaces communs et à la prise en charge des plus démunis, et grâce auquel la marginalité sociale n’entraîne pas l’exclusion définitive des plus marginalisés, comme les buveurs d’alcool à brûler.

  • 8 Rémy J., Voyé L., 1981, Ville, ordre et violence. Formes spatiales et transaction sociale, Paris, P (...)

10En second lieu, c’est en pratiquant une approche de type ethnographique que nous avons cherché à mettre en évidence les modalités d’appropriation d’espaces publics du centre-ville situés à proximité de bâtiments administratifs importants et tous concernés par des opérations d’aménagement : le jardin Nevada au Parc de la Ligue Arabe, le jardin de l’ancien Sacré-Cœur et la place Mohammed V. En situation de déviance, la vie sociale de ces usagers des lieux se tisse à la faveur de temporalités procurant nombre d’opportunités aux urbanités de s’ajuster, de coexister et de perpétuer le compromis nécessaire à la vie en ville. La condition métropolitaine permet de mobiliser les lieux et les réseaux sociaux favorables à la consommation de produits et à la survie, selon des mobilités mises en œuvre différemment pour les femmes et hommes, afin d’échapper à des violences qu’il s’agit de ne pas réduire à celles induites par le seul côtoiement avec les autres toxicomanes. Les compétences dont font preuve ces femmes participent de la construction des modalités de l’individuation métropolitaine, et ceci, bon gré, mal gré, tant leur marge d’action semble réduite. Néanmoins, les violences inédites s’exerçant sur elles traduisent un processus d’individuation saisi au prisme des cadres sociaux propres au contexte du Maroc et à la condition métropolitaine de Casablanca, et qui dénote des conditions différenciées selon le genre. La notion de contre-espaces de J. Rémy et L. Voyé8 permet d’étudier la ressource d’un monde social que représente ce réseau d’espaces interstitiels, pourtant mobilisés différemment selon qu’il s’agit de femmes ou d’hommes déviants. Le changement social réside non pas dans le caractère inédit de l’appropriation des espaces publics par des individus déviants, mais plutôt dans le nombre de personnes concernées et celui des femmes, toujours croissant. Autre changement d’importance, l’augmentation des violences observées dans ces espaces publics traduit l’évolution de l’ordre social qui a prévalu à la constitution de ces espaces-temps de repli. Dans ce contexte, pourtant animées du même désir d’individuation que les hommes, les femmes subissent des violences croissantes en représailles de leur irruption hors de leur sphère « naturelle » d’influence, comme un rappel des normes sociales auxquelles elles contreviennent. Pour les femmes déviantes, la famille représente l’espace privilégié de production de profondes inégalités, car l’étude de la gestion du stigmate dans la famille permet de montrer des inégalités selon que l’assistance est dirigée vers un homme ou une femme déviante. Les reconfigurations du code de l’honneur sont permises par le souci de cohésion sociale de la sphère familiale, forcée de construire des stratégies de négociation de l’image de la famille et d’absorber ainsi la déviance déployée au vu et au su de tous, dans le sens d’une moindre stigmatisation collective. Ceci aboutit au transfert du déshonneur de la famille vers le seul membre qui en est responsable : ainsi, les « marginaux » ne déshonorent plus l’ensemble d’une famille.

11La nécessité d’espaces permettant le desserrement par rapport aux normes sociales doit être prise au sens concret : le processus socio-spatial consistant à se cacher au dehors pour les individus déviants répond à un impératif de retrait par rapport à des conditions de vie difficiles où s’entremêlent promiscuité et stigmatisation liée au quartier d’habitation. Les urbanités interstitielles sont des manières de faire société, selon des termes originaux dont le manque de connaissance en matière d’organisation sociale contribue à induire, dans les perceptions ordinaires, des risques fantasmés et un désir de frontières. Car il n’y a en réalité que peu de zones de contact (et donc, peu de violences) entre citadins normaux et déviants dans leur côtoiement des mêmes espaces. Comme à Casablanca, laisser le citadin côtoyer autrui selon des règles semblant relever d’un chaos urbain à l’origine des peurs contemporaines participe selon nous d’un apprentissage salvateur pour le vivre-ensemble, que les villes des Nords pourraient s’appliquer à questionner au prisme du côtoiement de leurs citadins avec les marginaux.

Haut de page

Notes

1 Navez-Bouchanine F. (dir.), 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation sociale et fragmentation spatiale ?, Paris, L’Harmattan.

2 Marié M., 1989, Les Terres et les mots : une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksieck.

3 Une expression que nous adoptons pour prendre nos distances avec l’expression journalistique « candidats à la clandestinité », à l’émigration à l’étranger.

4 Ce terme, parfois traduit par « honte », ne recouvre en fait que partiellement un sentiment lié à un défaut de pudeur qui constitue le fondement de l’espace intime.

5 Becker H.S., 1985 [1963], Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

6 Les ferracha sont les vendeurs de rue de l’informel.

7 La toxicomanie de rue, la moins chère, consiste à détourner des médicaments de contrebande, ou qarqoubi.

8 Rémy J., Voyé L., 1981, Ville, ordre et violence. Formes spatiales et transaction sociale, Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Anglade, « Casablanca, « une ville à l’envers ». Urbanités métropolitaines au prisme de la marginalité sociale au Maroc », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 14 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/1289 ; DOI : 10.4000/emam.1289

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Anglade

Doctorante en Géographie, Université François-Rabelais de Tours, École doctorale « Sciences de l’Homme et de la Société », UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

mp.anglade@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page