Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Pouvoir et production urbaine à Tripoli Al-Fayhā’a (Liban) : quand l’illusio de la rente foncière et immobilière se mue en imperium

Bruno Dewailly

Note de la rédaction

Le texte ci-dessous ne reproduit pas en vérité le résumé « officiel » de la thèse, tel qu’il figure sur la quatrième de couverture des exemplaires de soutenance. Avec l’accord de la rédaction des Cahiers d’EMAM, il reproduit, dans une version amendée et adaptée à l’écrit, le texte de l’exposé liminaire. que le candidat a présenté lors de sa soutenance publique.

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de Pierre Signoles (Université François-Rabelais de Tours), soutenue le 2 mars 2015, à la MSH Val de Loire, à Tours.

1La recherche dont je présente aujourd’hui les résultats est en chantier depuis près de quinze ans. Géographe-urbaniste de formation, je m’y suis engagé dans l’optique d’une réflexion, en géographie politique et urbaine, centrée sur la question du pouvoir à l’échelle d’une agglomération libanaise : Tripoli al-Fayhā’a.

2Cet intérêt s’est construit et organisé autour de quatre questions principales :
• En premier lieu, pourquoi, une dizaine d’années environ après la fin de la guerre civile (1990), l’économie tripolitaine était-elle toujours en panne ? Elle se caractérisait en effet par des activités liées à la consommation locale, certes, mais peu productrices de richesses ; par une industrie exsangue et des investissements industriels quasi inexistants ; par une floraison des activités informelles, et, au bout du compte, une forte progression de la pauvreté.
• Ensuite, j’ai cherché à comprendre quelles étaient les causes d’une certaine situation d’« anarchie » urbaine, de détériorations du cadre bâti et des infrastructures, de fortes distinctions socio-spatiales au sein de l’espace urbanisé ; et, au-delà du simple constat, j’ai recherché à identifier quelles étaient les modalités du gouvernement urbain qui présidaient, à Tripoli, à une telle situation.
• En troisième lieu, je me suis interrogé sur ce que j’ai appelé l’« ontologie mystérieuse des espaces urbains libanais », des espaces urbains dont la qualité d’œuvre sociale dynamique (agencement) paraissait localement ignorée par la plupart des acteurs, lesquels préféraient ne retenir que la fonction économique en tant que support de la production immobilière ou la fonction politique exprimée en termes de territoires communautarisés.
• Je me suis demandé enfin pourquoi la production urbaine et, plus particulièrement, les activités de promotion foncière et immobilière, pouvaient susciter autant d’intérêt(s) tout en débouchant sur des situations « chaotiques » et, visiblement, violentes – en tous cas subies comme telles par de nombreux habitants.

  • 1 Lordon F., 2008, « Métaphysique des luttes », p. 20-54, in Lordon F. (dir.), Conflits et pouvoirs d (...)

3J’ai ainsi tenté de comprendre la nature du pouvoir dans un système donné c’est-à-dire répondre à la question : « Comment ça marche ? » –, un système dont l’observation permettait d’imaginer une « souveraineté » émiettée et dispersée. Il m’a semblé nécessaire pour ce faire de rechercher les éléments de réponse au sein de la société toute entière, c’est-à-dire ailleurs que dans la seule expression classique (légale-rationnelle) du pouvoir, et donc plutôt en considérant le pouvoir comme l’expression d’une forme dynamique et relationnelle, celle des rapports humains prédominants. Ou, pour le dire autrement et en reprenant une expression de Frédéric Lordon, en le considérant comme exprimant une « agonistique générale des rapports sociaux du capitalisme »1. Pour y parvenir, il me fallait alors étudier, d’une part, les mécanismes et rapports (sociaux) qui produisent des structures et, d’autre part, des institutions génératrices de désirs de possession. Ces derniers affects – un concept repris de Spinoza – se portent sur des objets et les constituent en valeurs.

4À ces hypothèses s’est ajoutée celle selon laquelle il me semblait plus satisfaisant de prendre en compte dans l’analyse de la production de l’urbain, plutôt que le seul rôle des stratégies d’acteurs individuels agissant selon le principe de rationalité (limitée), ce que Spinoza qualifie de « puissance d’un collectif », lequel se serait constitué progressivement. La puissance de ce collectif serait susceptible d’être à la fois mobilisée et mise en mouvement par des institutions détentrices de l’autorité. À Tripoli, ces institutions auraient amené les agents à adopter et se conformer à leurs normes, à un point tel que, possiblement – c’est en tout cas notre hypothèse fondamentale – le champ du BTP (bâtiment et travaux publics) serait parvenu à assujettir le champ politique local. Bref, notre idée était de tenter de montrer pourquoi, comment et avec quels effet les institutions du BTP auraient réussi, par le biais de la constitution progressive d’un affect commun, à exercer une domination forte sur l’ensemble de l’économie du système tripolitain.

5Dès lors, en postulant l’établissement d’une économie tripolitaine aujourd’hui fortement « vertébrée » par des logiques de spéculation et de rente, ces interrogations m’ont conduit à formuler une problématique qui questionne les contenus et expressions du pouvoir (urbain) à Tripoli à travers l’étude des pratiques et représentations des acteurs/agents impliqués, sous des modalités variables, dans des opérations d’aménagement et d’urbanisme ou de promotion foncière et immobilière.

6Toutefois, contrairement à ce qui vient d’être dit pourrait laisser croire, ce postulat n’est pas sorti de ma simple imagination, même s’il demeure insuffisamment assis sur des données plus robustes, notamment quantitatives. Il dérive en réalité d’un double constat, opéré à un moment particulier, celui du « renouveau national » incarné par la reconstruction physique du Liban et, notamment, par celle du centre-ville de Beyrouth (projet SOLIDERE) :
– d’une part, le constat d’un secteur d’activités de la construction très éclaté, constitué d’entreprises disséminées au travers de toute l’économie de Tripoli et dont le dynamisme « enrôle » visiblement un nombre et une diversité croissants d’agents, ce dont peut témoigner, par exemple, la forte progression du nombre d’ingénieurs civils et d’architectes que ce secteur emploie ;
– d’autre part, le constat, au moins à l’échelle des municipalités de Tripoli et d’Al-Mina, que le scrutin municipal de 1998 comportait un sens caché, en l’occurrence la question foncière et immobilière en rapport avec les opérations de remembrement de la zone des jardins situés au sud-ouest de la ville et dont la mise en œuvre est dans l’impasse depuis plus de vingt-cinq ans. Cette question se trouve totalement occultée par les « débats » consacrés à la représentation des différentes communautés au sein des conseils municipaux de l’agglomération ; les enjeux que constituent le foncier ne sont donc absolument pas mis sur la place publique, même au moment des élections.

7Pour tenter d’apporter des éléments de réponse à cette problématique ambitieuse, j’ai alors retenu trois opérations d’aménagement et d’urbanisme majeures comme cas d’études supports de ma thèse. Il s’agit de la Corniche, de la question (déjà signalée) du remembrement des jardins sud-ouest et de l’action inscrite dans un programme international intitulé Cultural Heritage and Urban Development (CHUD).

8Pour répondre de la manière la plus satisfaisante (à nos yeux) aux questionnements ainsi formulés, qui se situent dans un milieu complexe, nous avons adopté un positionnement pluridisciplinaire, mobilisant, outre la géographie, des disciplines aussi variées que l’histoire, l’économie, la philosophie, la sociologie ou la science politique. C’est ce positionnement qui nous a permis de façonner chacune des (trois) parties de notre thèse, que l’on peut présenter de manière synthétique sous la forme de questions simples :
• la première partie veut répondre à la question : « Qu’est-ce que Tripoli » ? C’est-à-dire « Où ? », « Quand ? », « Qui ? », « Combien ? », « Comment ? » ;
• la deuxième partie analyse les trois terrains principaux déjà indiqués, autour de la question : « Que sont les opérations d’aménagement d’une Corniche littorale, d’un remembrement de jardins en situation de périphérie d’une grande ville, ou de revitalisation et de rénovation d’un centre-ville historique ? ». C’est-à-dire, là encore : « Où ? », « Quand ? », « Qui ? », « Pourquoi ? », « Combien ? », « Comment ? » ;
• dans la troisième partie, la question devient : « Qu’est-ce que le pouvoir à Tripoli à l’aune de la production urbaine ? ». C’est-à-dire « Quoi ? », « Quand ? », « Qui ? », « Pourquoi ? », « Combien ? », « Comment ? ».

9Soit, en définitive, trois parties qui, dans l’ordre adopté, signalent une origine (Tripoli), une direction (l’aménagement et l’urbanisme, la production urbaine) et une intensité (le pouvoir), à partir de quoi la démonstration est construite, en quelque sorte sous la forme imagée d’une force dans le but de parvenir, par le biais de notre problématique, à faire « parler » le terrain.

10À travers l’étude de la production urbaine à Tripoli, ou tout au moins par le biais de l’analyse dans la durée de l’évolution de pans entiers de son système d’actions, je pense avoir mis en relief plusieurs aspects spécifiques, tels que :
– la constitution progressive d’un affect commun de la production urbaine, véritable illusio rentière immobilière, celle d’un rapport enchanté à un système d’action centré sur les biens fonciers et immobiliers et produit d’un rapport de complicité ontologique entre structures mentales et structures objectives de l’espace social ;
– la nécessité de considérer la citadinité comme la dimension actorielle de l’urbanité (telle qu’exprimée par J. Lévy et M. Lussault dans le Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des sociétés), en tant que cette citadinité s’inscrit dans une humanité partagée. Celle-ci serait alors le résultat d’un rapport de forces passionnelles qui déterminerait une gamme de comportements appropriés aux règles régissant la cité et cadrant son projet. Au sens spinozien du terme, ces comportements détermineraient un obsequium. Au regard des résultats de nos analyses, force nous est de faire le constat de l’absence – actuellement – d’une citadinité tripolitaine, et d’expliquer ce déficit par, notamment, l’absence d’une humanité partagée. Cette dernière absence laisse en effet le champ libre à l’expression d’humanités plurielles et/ou ordonnées (hiérarchisées), dont on peut penser qu’elle est consubstantiellement la conséquence d’un défaut de principes instituant le bien commun.

11En même temps que nous établissions le constat du déclin économique (irrémédiable ?) de Tripoli, l’étude des systèmes d’action constitués aux fins de la production urbaine nous convainquait de l’intérêt croissant que les acteurs locaux manifestaient pour la chose immobilière. Un intérêt devenu si puissant qu’il finit par instituer la prédominance politique du champ du BTP, au point que celui-ci « arraisonne » le champ politique lui-même et parvient même, du moins d’une certaine manière, à fusionner avec lui (si l’on peut dire). Ainsi avons-nous établi (du moins le pensons-nous), d’une part, l’avènement d’une logique de production foncière et immobilière qui parvient ensuite à être instituée comme une fin en soi et, d’autre part, la faible considération du principe du bien commun par une majorité d’acteurs du champ du BTP. Dès lors, on ne peut que formuler la conclusion selon laquelle l’illusio foncière s’est muée en un véritable imperium.

  • 2 Foucault M., 2004, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France (1977-1978), Paris (...)

12Cette première conclusion nous a conduit logiquement à nous interroger sur l’existence d’un régime de gouvernementalité tripolitain et, parce que nous présupposons qu’il existe, sur son caractère paradoxal. Pourquoi paradoxal ? Parce que, si l’on retient la conception qu’en donne M. Foucault, la gouvernementalité aurait pour objet d’administrer avec soin une population et de conduire les conduites de ses membres dans un but d’enrichissement institutionnel et collectif2. Or, si l’on peut considérer qu’il existe bien un régime de gouvernementalité à Tripoli – ce qui est, rappelons-le, notre position –, il faut, pour le moins, reconnaître que ce régime est paradoxal dans ses effets, tant, actuellement, la population de la ville semble s’enfoncer chaque jour, inexorablement, un peu plus dans la pauvreté, alors qu’une élite urbaine tire, chaque jour aussi, un peu plus de profits de la rente foncière et immobilière, sans jamais accompagner cette exploitation du moindre projet de territoire en mesure ne serait-ce que d’initier une nouvelle citadinité.

13Nous pensons, au terme de cette recherche, qu’il demeure essentiel de poursuivre la réflexion théorique sur le pouvoir en le passant au crible du (des) terrain(s) urbain(s), ne serait-ce que pour se poser la question des externalités (autrement dit des effets externes), c’est-à-dire des effets des actions des agents en ce qu’elles ont des répercussions multiples sur d’autres agents qui ne participent pas directement à l’action. Autrement dit, se préoccuper des effets externes invite à analyser les deux questions des modes d’appropriation privée des bénéfices et de la socialisation des coûts. Au-delà du seul champ du BTP, je pense que l’étude des effets externes des pratiques spatiales pourrait enrichir l’approche de l’économie politique du Liban. Et voilà bien pourquoi je suis convaincu que le cas de Tripoli mérite que l’on y consacre encore bien des efforts, des enquêtes et de la réflexion.

Haut de page

Notes

1 Lordon F., 2008, « Métaphysique des luttes », p. 20-54, in Lordon F. (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Presses de Sciences Po.

2 Foucault M., 2004, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard Seuil, p. 111 sq., et Foucault M., 2001, Dits et écrits, 1954-1988. II, 1976-1988, Paris, Gallimard, p. 1604.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Dewailly, « Pouvoir et production urbaine à Tripoli Al-Fayhā’a (Liban) : quand l’illusio de la rente foncière et immobilière se mue en imperium », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 14 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/1292 ; DOI : 10.4000/emam.1292

Haut de page

Auteur

Bruno Dewailly

Doctorant en Géographie, Université François-Rabelais de Tours, École doctorale « Sciences de l’Homme et de la Société », UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

bruno.dewailly@gmx.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page