Navigation – Plan du site

Les valises du progrès urbanistique. Modèles, échanges et transferts de savoir entre la France et l’Algérie

Jean-Pierre Frey
p. 33-57

Texte intégral

1Les réflexions sur la circulation des modèles ont largement stimulé les recherches architecturales et urbaines de ces dernières années. Elles ont eu le mérite d’établir ou de conforter des liens entre des chercheurs de divers pays, de permettre de confronter leurs visions des choses sur des objets communs et de mesurer les écarts ou affinités dans les jugements qu’ils portent sur leur domaine de prédilection, en quelque sorte au-delà des simples échanges d’informations. Le premier acquis de telles investigations est de permettre de constater que des formes bâties ou dessinées, les dispositions dans un espace qui peut aller de la décoration et du mobilier jusqu’à l’aménagement du territoire en passant par l’architecture et les formes urbaines, peuvent prendre place dans des cadres politiques, économiques, sociaux, géographiques, climatiques, etc., divers et variés (Lortie, 1995). Sont-ce alors des « modèles » qui circulent en se soumettant à des opérations toujours un peu magiques de transposition ou bien encore des façons de procéder qui se transmettent ou se colportent selon des itinéraires et des trajectoires qu’il s’agirait de retracer pour en comprendre la logique déambulatoire de diffusion ? La tentation biographique (IRMC, 2006) présente l’avantage de permettre parfois de reconstituer un itinéraire, une carrière, des pérégrinations toujours plus ou moins aventureuses à l’occasion desquelles des rencontres se font, des projets s’élaborent, se réalisent parfois. Les traces matérielles témoignent ainsi de réseaux relationnels qui servent souvent d’explication commode, faisant d’un réseau de connaissances un courant de pensée crédité d’une raison sociale aux portées heuristiques tangibles mais fragiles à partir d’une collection bricolée d’œuvres, que l’on classera par commodité dans une école quelconque d’une trop hâtivement pensée supposée élaborée. On peut ainsi reconstruire — ou parfois construire après coup — des liens, faire des rapprochements sans toujours se donner les moyens de rendre raison des similitudes et des différences. On peut se dire, par exemple, que les Plans-Obus de Le Corbusier pour Alger ressemblent étrangement à ceux établis pour Rio de Janeiro quelques temps plus tôt, et que ce rapprochement entre ces deux pays se justifie par les voyages d’un architecte qui esquisse des projets dans des croquis sommaires balisant un itinéraire conceptuel suivant en quelque sorte les pérégrinations d’un personnage privilégié (Gras et Paquot, 2008). Mais on pourrait tout aussi bien, dans le cadre d’une histoire architecturale de la société plus soucieuse de réelles conditions de production des espaces, instruire la question de la violence symbolique que représentent des croquis sommaires plaqués sur un terrain dont on ne se fait qu’une vue partielle et hâtive, aussi pertinente qu’elle puisse être, comme modalité nouvelle d’imposer un ordre international faisant fi des cultures locales. Les croquis illustrent également, au-delà d’une sorte de négligence un peu méprisante pour l’attachement des populations à leur cadre de vie quotidien, une façon toute propre à la modernité, telle que Le Corbusier la partageait avec la plupart des tenants des CIAM (Congrès Internationaux d’Architecture Moderne) — mais il faudrait vérifier cette convergence de vues —, de composer avec la topographie. S’abstraire du site pour souligner la rectiligne sinuosité d’un tracé autoroutier en viaduc conçu en fonction de la vitesse croissante des véhicules est une chose car un tel tracé fait alors autorité sur une structure urbaine fonctionnelle plus soucieuse des performances des déplacements que des traces du passé ou de la valeur que représente une ponctuation monumentale de l’espace urbain. Une façon de procéder dans la planification qui consiste à appliquer au sol un découpage en quadras sur une topographie tout aussi chahutée, mais dont on mettra à profit la valeur symbolique des sommets de collines pour parsemer un territoire d’églises baroques comme signes d’un quadrillage de l’ensemble du territoire par un pouvoir politique théocratique, en est une autre. L’important, en somme, est de noter qu’une forme n’est intelligible qu’à condition de faire l’objet d’une problématisation particulière.

  • 1 C’est dès 1916 que Marcel Poëte crée, auprès de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, l’ (...)
  • 2 Direction du Réseau PIR-Villes « Programme international de recherche sur le champ urbain et les co (...)

2Celle que nous avons choisie concerne les moyens pédagogiques mis en œuvre dans la formation des urbanistes pour tenir compte des spécificités du terrain et des caractéristiques des habitants concernés par un projet d’aménagement. La prémisse fondamentale d’une telle approche est que, au fait du prince ou à une conception déterritorialisée d’une planification, qui applique des formes abstraites à des terrains supposés disponibles et vierges d’activités culturelles vernaculaires, s’oppose une démarche plus soucieuse de composer avec les particularités d’un terrain conçu comme un terroir dépositaire d’une culture portée par une population. De surcroît, dans le contexte des échanges entre l’Europe et le Maghreb, entre la métropole et ses territoires d’outremer, cette population a pu être fortement différenciée selon ses appartenances communautaires, confessionnelles et ethniques. Dans quelle mesure tient-on compte de ces différences pour, sinon établir des plans d’urbanisme, du moins doter les urbanistes de connaissances les sensibilisant aux différences et les rendant soucieux de répondre de façon nuancée à une demande sociale dont on sait qu’elle n’a pas le même poids selon les groupes sociaux ? Telle est la question dont nous voudrions esquisser la formulation et dessiner quelques pistes pour y répondre. Nous nous appuierons pour cela principalement sur deux institutions majeures de la formation des urbanistes : l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (l’IUUP)1 et l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger (l’IUUA). Les programmes des cours et la liste des diplômés ainsi que, dans la mesure du possible, de leurs travaux, aussi bien académiques qu’opérationnels, constitueront la matière du propos (cf. Annexes). Nous mettrons donc l’accent sur les relations entre la France et l’Algérie, étant entendu que, dans une acception plus élargie des échanges, transferts et diffusion des modèles, bien d’autres régions, pays et populations peuvent faire l’objet d’investigations du même ordre. C’est du reste ce que nous avons eu l’occasion d’amorcer entre l’Europe et l’Amérique Latine dans les années 19902. De façon plus précise, il s’agira de repérer l’attention que les sciences sociales ou humaines ont pu porter aux spécificités des terrains et des populations dès lors qu’il s’agissait d’établir des plans ou de dessiner les grandes lignes d’une politique urbaine appliquée aux villes d’Algérie.

3Les conditions d’apparition de l’École des Hautes Études Urbaines et de l’IUUP sont de mieux en mieux connues (Claval et Berdoulay, 2001) et l’on peut sommairement souligner le fait que s’opposent dès le départ, et s’opposent du reste toujours dans la formation des urbanistes, d’une part des enseignements ou activités pédagogiques destinés à transmettre à la fois des savoirs académiques, d’autre part des savoir-faire professionnels. D’un côté, des règles d’un art de planifier, de projeter, de faire de la composition urbaine — d’une façon plus ou moins spatiale ou programmatique — se transmettent essentiellement à l’occasion de rendus débouchant sur des propositions d’aménagement ou visant plus directement la formalisation de projets. Aux travaux personnels comportant un mémoire rédigé consistant à analyser les caractéristiques d’un terrain d’intervention (de type Civic Survey), débouchant sur d’éventuelles propositions dessinées, correspondent des travaux plus collectifs de type « atelier ». Ceux-ci tentent de répondre au fonctionnement d’une agence telle qu’on en trouvait au départ dans un secteur privé dominé par les architectes, puis dans des structures pluridisciplinaires dont les agences d’urbanisme inaugureront les formes originales par la suite (Écrement, 2004). D’un autre côté, des savoirs disciplinaires et scolaires se prêtant à une transmission principalement orale prennent la forme de cours et de conférences ex-catedra. Du côté de ce qu’il est convenu d’appeler la pratique opérationnelle, on trouve parmi les fondateurs de l’urbanisme dès 1911 les principaux membres de la Société Française des Urbanistes, dont les plus célèbres ont eu une formation initiale d’architectes, d’ingénieurs ou de paysagistes. Henri Prost, Jacques Gréber, René Danger, Robert Auzelle ou André Gutton sont de ceux-là. Du côté des domaines se voulant plus ou moins scientifiques, mais tenant surtout leur statut de leur organisation et reconnaissance comme disciplines académiques, ce sont l’histoire, la géographie et l’économie qui ont clairement porté l’urbanisme naissant sur les fonts baptismaux d’une politique municipale ou départementale d’abord, nationale ensuite (Chevalier, 2000). Elle se diffusera enfin dans la plupart des instances bureaucratiques impliquées dans un champ urbain, qui s’insinue dans les moindres recoins du territoire et dans tous les moments de la vie quotidienne des populations au fur et à mesure que s’urbanisent les modes de vie et de production ou de consommation.

L’Algérie et ses urbanistes

  • 3 En revanche, l’ouvrage de Saïdouni (2000) procède d’une démarche radicalement opposée.

4De la conquête, en 1830, à l’apparition des premiers diplômés de l’IUUP au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’aménagement urbain sera pris en charge par une multitude de personnages aux activités et aux qualifications professionnelles diverses. Si les ingénieurs du Génie militaire — souvent polytechniciens — et les architectes dominent, il faut cependant partir de l’idée que bon nombre d’aventuriers aux compétences et d’obédiences diverses se sont largement immiscés dans un domaine encore mal délimité malgré des réalisations souvent remarquables de simplicité et d’efficacité (Picard, 1996). Bien évidemment, il s’agissait d’une conquête coloniale faite au mépris des populations indigènes, de brutalités, de destructions et de spoliations diverses. Même chez les esprits supposés progressistes et socialisants, comme les fouriéristes, phalanstériens et saint-simoniens, la part de prise en compte des spécificités locales face aux ambitions civilisatrices fut proche du néant (Témime, 2002). Les images idéal-typiques d’une vie communautaire largement fantasmée ou les projets utopiques cherchent plus à faire advenir un monde nouveau issu des espoirs suscités, et des frustrations corespondantes, par l’industrialisation européenne qu’ils ne s’inscriraient dans le sillage, au demeurant peu porté sur la planification dessinée et la programmation centralisée, d’une urbanisation vernaculaire quelque peu en sommeil. Si Jean-Jacques Deluz (1988 et 2001) fut l’un des premiers théoriciens de l’urbanisme algérien à retracer le chemin parcouru depuis le Plan de Constantine en nous rappelant le rôle joué par les architectes et urbanistes du mouvement moderne en Algérie, et notamment dans la capitale, on doit à Saïd Almi d’avoir repris la question selon un plus large spectre (Almi, 2002). Les deux approches, toutes deux sensibles aux discontinuités et aux divergences de vue et aux façons de procéder, méritent d’être approfondies et complétées par des données nouvelles et plus précises. C’est l’optique dans laquelle se placent des travaux, prioritairement monographiques, et avant tout d’histoire ou de géographie urbaines, ayant le mérite d’extirper des archives et des sources littéraires de la période coloniale — mise ainsi à profit pour sortir d’un oubli déplorable — des informations indispensables pour aborder l’espace urbain avec le recul de l’histoire et selon des approches longitudinales construites selon des problématiques particulières (Dris, 2002)3. Notre contribution à cette réflexion partira de sources souvent méconnues, lacunaires et encore mal explorées concernant les enseignements d’urbanisme et des travaux d’étudiants portant sur l’Algérie.

L’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP) et l’Algérie

Les cours et le corps enseignant de l’IUUP

5Quels enseignements ont été susceptibles de familiariser les étudiants en urbanisme avec la réalité algérienne ?

6Ni dans les travaux de Rémi Baudoui (1988), ni dans ce que nous savons des enseignements dispensés par nos principaux prédécesseurs jusqu’en 1945, nous ne trouverons trace d’un intérêt quelconque pour la réalité algérienne. C’est en 1916 que Marcel Poëte (1866-1950) fonde l’Institut d’Histoire, de Géographie et d’Économie urbaines de la Ville de Paris. Après avoir inauguré son cours consacré à l’Histoire de Paris à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris dès 1903, il le dispensera à partir de 1914 à l’École Pratique des Hautes Études et, toute sa vie durant, à l’École des Hautes Études Urbaines tout d’abord (1919-1923), puis à l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris à partir de sa fondation en 1924. Il ne nous semble pas avoir écrit une seule ligne sur ce sujet. Son célèbre cours sur « L’histoire des villes en général, et de Paris en particulier » ne s’attachera qu’aux grandes civilisations. Ni Léon Jaussely (1875-1932), professeur à l’ENSBA (École Nationale Supérieure des Beaux-Arts) et chargé du cours sur l’art urbain, ni Édouard Fuster qui, au titre du Collège de France, dispense son cours sur l’organisation administrative des villes, ne s’intéresseront aux trois départements algériens. Tout est fait en somme à l’image de la plupart des textes de loi — dont un alinéa stipule en général qu’ils sont applicables à l’Algérie et qui attendent des décrets spécifiques d’application —, comme si l’Algérie était une autre France, simplement un peu moins développée et posant moins de problèmes de disponibilités foncières ou d’activités gênantes qu’en métropole. Sans doute le juriste Gaston Jèze (1869-1953) fut-il plus attentif que ses collègues à la question coloniale par ses fonctions à la SDN. Mais, pas plus Joseph Barthélémy (1874-1945), qui traitera des capitales, que Louis Rolland (1877-1956), pour ce qui est du maintien de l’ordre et les comparaisons internationales en matière d’autonomie communale face à l’État, ou même Henri Sellier (1883-1943), pour ce qui concerne les services municipaux, qui complèteront les enseignements de Jèze, ne s’intéressent à la question coloniale. Pierre Lavedan, qui a pourtant le mérite de ménager une place importante à l’iconographie dans ses publications, ne publiera aucun plan d’une quelconque ville d’Algérie, à l’exception de Timgad. Dans une vision toute colonialiste des choses, il notera dans le chapitre consacré à l’Algérie de son Histoire de l’urbanisme : « La multiplication des routes et des moyens de trafic a fait surgir nombre de petites agglomérations mal loties, mal bâties, désordonnées, sinon malsaines, les Bidonvilles. L’urbaniste n’a pas présidé à leur naissance » (Lavedan, 1952, p. 189).

7Nous ne détaillerons bien évidemment pas l’ensemble du corps enseignant, mais nous croyons pouvoir dire que le premier professeur de l’IUUP à s’être intéressé à la situation algérienne est William Oualid (1880-1942). Juriste né à Alger, il rejoindra l’IUUP en 1929 et aura de nombreuses publications à son actif ; dès sa thèse soutenue en 1906 (publiée en 1907), il n’aura de cesse de publier sur l’Algérie, notamment dans la Revue d’Études Algériennes. Il dirigera dix thèses à l’IUUP, mais aucune ne portera sur l’outremer.

  • 4 Station balnéaire Agadir-Plage, Côte occidentale du Maroc, Th-66, 1931, dont on retrouve le contenu (...)

8Le deuxième personnage d’importance à avoir dispensé des enseignements susceptibles de réserver un sort particulier aux villes d’Afrique du Nord est Henri Prost (1874-1959). Sa présence parmi le corps enseignant de l’IUUP est attestée pour la première fois dans une brochure de présentation des programmes de l’année universitaire 1927-1928 où il se joint à Jacques Gréber et à Léon Jaussely, lesquels avaient à charge de traiter un enseignement intitulé « Art et technique de la construction des villes ». Il s’agit donc moins d’une chaire académique que d’un enseignement pratique sur le tracé des plans de ville. Il travaillera en étroite collaboration avec Pierre Remaury, qui remplacera Louis Bonnier en 1938. Georges Sébille, alors membre de la Commission Supérieure d’Aménagement de la Région Parisienne, sera pressenti comme professeur suppléant et se joindra à eux à la rentrée 1935. Nul doute qu’il ne représente le courant de pensée inauguré par Hubert Lyautey et dont il sera l’urbaniste le plus représentatif. Il n’eut cependant de cesse, malgré son attachement manifeste à une adaptation de la production architecturale aux matériaux et aux ambiances locales propres au Maroc, de prôner des règles de composition qu’il concevait volontiers comme universelles et fonctionnelles, sans toutefois tomber dans un fonctionnalisme facile qui lui eût fait oublier les réalités géographiques et sociales de terrains exotiques. Mais, pas plus au Maroc qu’à Alger ou à Istanbul, il n’a développé d’études particulières de type ethnographique ou sociologique. Jean Raymond, ingénieur civil et premier étudiant à faire une thèse à l’IUUP sur le Maroc4 — dirigée par Jacques Gréber et présentée le 27 juin 1931 devant un jury composé de Louis Bonnier, William Oualid, Marcel Poëte, Henri Prost et François Sentenac —, conçoit bien de ménager une place aux douars de départ, mais s’intéresse quasi exclusivement à des urbanisations nouvelles et modernes, c’est-à-dire sans un cachet particulier qu’elles emprunteraient au pays de réalisation.

9À vrai dire, les deux seuls professeurs de l’IUUP à avoir approfondi les rapports entre espace et société à propos de l’Algérie sont René Maunier et Gaston Bardet.

  • 5 Marié, Les terres et les mots. Une traversé des Sciences sociales, 1989.
  • 6 Merlin, Les pêcheurs d’Oran et de Mers el-Kébir, 1963.

10Yves-Maxime Danan, juriste originaire d’Alger, Pierre Di Méglio, né à Philipeville et moi-même, originaire d’Oran, seront pratiquement les seuls enseignants en poste jusqu’à une date récente — relais pris par Claude Chaline et Jocelyne Dubois-Maury —, à s’intéresser à ces questions au point d’avoir publié sur ces sujets. Danan avait fait sa thèse sur Alger pendant la Seconde Guerre mondiale et en parlait volontiers aux étudiants dans ses cours de droit à l’IUP dans les années 1980. Pour ma part, il ne m’est arrivé de parler de l’habitat et de la politique urbaine en Algérie qu’après avoir engagé des actions de coopération avec l’IAUC (Institut d’Architecture et d’Urbanisme de Constantine) au titre de l’IUP à partir de la rentrée 1981. Paradoxalement sans doute, je n’avais pas dit un mot de ce pays dans les enseignements dispensés dans les années 1970. Mais, pour avoir osé parfois jeter un coup d’œil sur les notes prises dans notre cours par les étudiants, j’ai parfaitement conscience du hiatus qui peut exister entre l’intitulé d’un cours, ce que le professeur essaye de transmettre comme information et ce que les étudiants comprennent de ce qu’on leur raconte. Même les polycopiés de cours ne donnent qu’une image déformée de ce qui se transmet. Reste que l’affichage des thèmes traités donne une idée des messages délivrés et que nous n’avons jamais affiché à l’IUP de contenus de cours ayant trait à l’urbanisation de ce côté-là de la Méditerranée. J’imagine sans peine qu’au cycle d’urbanisme de Vincennes à partir de 1968, comme à l’IFU (Institut Français d’Urbanisme) par la suite, seuls Anatole Kopp, Michel Marié5 ou même Pierre Merlin, qui avait mis à profit son service militaire pour se pencher sur la question des pêcheurs6, ont dû faire part dans leurs propos de leurs expériences dans ce pays. Ils n’en ont toutefois jamais fait un objet d’enseignement en soi, comme ce fut sans doute le cas pour des géographes comme Jean Dresch à La Sorbonne, depuis longtemps, ou Marc Côte, à Aix-en-Provence, bien plus tard.

  • 7 Maunier, La localisation des industries urbaines, thèse de Droit, Faculté de Droit de l’Université (...)
  • 8 Cet aspect est sensible, notamment dans la préface qu’il rédigea pour Randau et Fikri, 1933.
  • 9 Maunier, sans date, Organisation économique et sociale des villes.

11René Maunier, brillant juriste, sociologue et ethnologue, qui avait été l’élève de Marcel Mauss, se distinguera très tôt par une thèse soutenue en 1909 et publiée sous le titre L’origine et la fonction économique des villes, essai de morphologie sociale7. Il y fait montre d’une scolastique peu commune dans l’analyse de la diversification des quartiers et des types de villes en relation avec les diverses branches d’activités industrielles et leurs affinités aussi bien productives que dans le caractère psychosociologique des groupes sociaux de travailleurs ou de promoteurs des innovations technologiques. La thèse d’ethnologie qu’il soutiendra en 1926 (La construction collective de la maison en Kabylie. Étude sur la coopération économique chez les Berbères du Djurjura) inaugurera une longue carrière de sociologue spécialiste du « contact des races » dans le contexte colonial, et le conduira, alors qu’il sera largement reconnu comme un véritable spécialiste de sociologie nord-africaine (Maunier, 1930), à faire un bref passage comme professeur à l’IUUP de 1943 à 1945. Dans une vision assez largement biologisante d’un espace à la fois urbain et social qui le rapproche de Max Sorre, il considèrera que la morphologie constitue une des deux branches de la sociologie, celle qui concerne les organes, l’autre, la physiologie sociale, s’intéressant plutôt aux fonctions. C’est à ce titre qu’il orientera sa réflexion, ses travaux et ses enseignements à l’École coloniale non seulement sur les rapports entre coutumes, modes de vie et espaces des populations tant européennes qu’indigènes, mais aussi sur les cadres juridiques et réglementaires de cohabitation de groupes sociaux dont il entendait restituer toute l’originalité dans leur façon de faire œuvre commune dans la construction des rapports sociaux8. Dans le polycopié du cours qu’il dispensera pendant la Seconde Guerre mondiale à l’IUUP9, poussée démographique, croissance urbaine, mélanges ou ségrégation des populations, salubrité, politique du logement et planification à propos de l’Afrique du Nord sont des thèmes qui n’occuperont qu’une place minime, dans une séance spécifique de cours (le n° 12 de deuxième année). La politique marocaine de Lyautey occupera une place majeure, et il consacrera tout de même quelques lignes à la situation d’Alger : « Mais tout d’abord en Algérie depuis longtemps la question de l’urbanisme s’est posée et en particulier pour la ville d’Alger. […] Et vous vous rendrez mieux compte peut-être de la gravité de ce problème si vous lisiez la thèse tout à fait remarquable de Monsieur Lespès, professeur au lycée d’Alger, intitulée “Alger, études de géographie urbaine”. La vieille ville des deys, qui ne comptait en 1830 pas plus de 30 000 habitants, comptait récemment le quart de sa population d’Européens : population pressée, serrée au moins pour une cité exotique, puisqu’elle représentait environ 2 500 habitants à l’hectare, c’est-à-dire 25 000 habitants au km2, ce qui n’est pas très loin de la densité de la population de l’agglomération parisienne » (Maunier, sd, pp. 108-109). Pour la première fois sans doute, l’attention est attirée sur le rôle pionnier de l’Algérie dans l’apprentissage de l’urbanisme et des études urbaines en France, voire même comme terrain d’essai, particularité soulignée un peu tardivement (Dalloz, 1956, p. 11) mais sûrement (Guillerme et Dione, 1987 ; Culot et Thiveaud, 1992). Comme nous le verrons en considérant les thèses soutenues, Jean Royer, pourtant directement impliqué dans l’organisation de l’Exposition coloniale de 1931, n’interviendra que tardivement à l’IUUP (Royer, 1932 et 1935).

Thèses, travaux et diplômés en Urbanisme à l’IUPP

12Cette question ne nous semble pas avoir été abordée pour ce qui concerne l’Algérie. Les biographies font largement l’impasse sur des personnages considérés comme mineurs (Briat et al., 1995) et le domaine de l’urbanisme comme champ de compétences est trop mal délimité pour qu’il ne soit pas confondu avec l’architecture, les travaux publics ou le monde politique dans les travaux sur la scolarisation et les diplômés (Pervillé, 2004 ; Geisser, 2000). Nous avons donc choisi de partir plus prosaïquement des listes d’étudiants et de diplômés dont nous pouvions disposer pour faire une première évaluation des personnes susceptibles d’avoir joué un rôle de passeur entre la métropole et l’Algérie pour ce qui concerne l’urbanisme. On peut en effet légitimement considérer que la majeure partie des urbanistes, diplômés comme tels, l’ont été avant 1970 et la réorganisation des études supérieures faisant suite au baby-boom, et sont donc quasi exclusivement issus de l’IUUP. Cette commodité herméneutique ne doit pas faire oublier, bien évidemment, que de multiples agents et techniciens municipaux (Claude, 2006) se sont initiés à ce domaine sur le tas et par « métamorphisme de contact », comme a pu le dire Félix-Émile Gautier. Par ailleurs, il faut avoir en tête que certains ont pu bénéficier des cours dispensés dans le cadre de l’ÉNAM (École Nationale d’Administration Municipale) (Bélanger, 2001) et que les géomètres diplômés des établissements Léon Eyrolles (Vacher, 2001) ont toujours occupé une place majeure dans le paysage des services municipaux. Notons aussi que bon nombre d’architectes ou d’ingénieurs se sont immiscés, souvent avec brio, dans le champ de l’urbanisme sans avoir suivi de formation particulière en intervenant en quelque sorte à divers titres, que nous ne détaillerons pas ici.

  • 10 Nous appelons « thèse », par commodité, les diplômes les plus élevés donnant lieu à un mémoire prés (...)
  • 11 Cf. Revue Urbanisme, « Guide des formations à l’urbanisme, à l’aménagement de la ville et du territ (...)

13Sur les quelque 720 thèses10 soutenues à l’IUUP entre 1919 et 2006, seules 24 portent sur l’Algérie, dont 16 entre 1961 et 1991 (cf. Annexe 1). Deux populations bien distinctes apparaissent. Les 8 premiers à obtenir le titre de docteur à l’IUUP entre 1961 et 1968 sont tous d’origine européenne. Dans les 16 suivants, seule Aleth Picard-Malverti est d’origine métropolitaine et doit le choix de sa thèse à son séjour, au titre de la coopération, à l’École d’Architecture de Sétif dans les années 1980. Les 15 autres diplômés sont tous, sinon de nationalité algérienne, du moins d’origine arabo-berbère. Ils font partie des nouveaux diplômés nationaux que l’Algérie se mettra à former avec, de plus en plus, une formation de base sur place et une spécialisation ou un 3e cycle en France. Rappelons que l’IUUP cesse d’être rattaché à La Sorbonne avec l’ouverture de la Faculté de Dauphine au milieu des années 1960 et rejoindra la nouvelle université du Val-de-Marne à Créteil en 1972. Dans la foulée de 1968, sous la poussée démographique et un exhaussement général du niveau de formation des nouvelles générations de l’après-guerre, s’amorcent une sorte d’éclatement des formations et une multiplication des filières aboutissant à des métiers de l’aménagement et de l’urbanisme, au point que la revue Urbanisme a pu en 1997 en recenser plus de 16011. Le cycle de formation à l’urbanisme créé par Pierre Merlin à l’Université expérimentale de Vincennes, et qui deviendra l’IFU par la suite, vient ainsi compléter, sinon concurrencer, l’IUP, qui perd ainsi un monopole déjà passablement entamé par la formation des Urbanistes de l’État à l’ENPC (École Nationale des Ponts-et-Chaussées). Nos sources sont donc partielles et lacunaires, mais restent significatives des principaux enjeux et modalités de transfert et de mise en œuvre des compétences que nous tentons de préciser ici. Assez logiquement, les premiers doctorants vont s’adresser à Jean Royer pour diriger leurs travaux, Jacqueline Beaujeu-Garnier prenant le relais avant de se consacrer plus particulièrement à la géographie en Sorbonne. En dehors d’un encadrement un peu plus éclaté à partir des années 1970, on peut noter que les références au caractère opérationnel de l’urbanisme change un peu de sens. Les anciennes thèses correspondent largement à un dossier d’instruction d’un état des lieux préalable à des choix raisonnés d’aménagement, sans forcément déboucher sur des propositions précises, qui hantent cependant largement la réflexion. Les thèses plus récentes sont déjà plus des analyses critiques de ce qui a été fait, aurait pu ou devrait se faire, avec l’accentuation d’une sorte d’objectivisme à ambition plus proprement universitaire que vient conforter une littérature scientifique, plus présente dans les enseignements et de nature plus pluridisciplinaires, dispensés depuis mai 1968.

  • 12 Frey (documents mis en forme par), Archives de l’Institut d’Urbanisme de Paris, tome 4 : registres (...)
  • 13 Frey (documents mis en forme par), Archives de l’Institut d’Urbanisme de Paris, tome 3 : registres (...)

14Dans les registres de diplômés de l’IUUP et de l’ÉNAM de 1922 à 195412, où sont mentionnés les lieux et dates de naissance des étudiants, nous avons pu repérer les natifs d’Algérie (cf. Annexe 2). Seules deux personnes, originaires d’Alger, ont été diplômées de l’IUUP : Fernand Balzano et Alfred Fraisse. Le premier a soutenu sa thèse sur Issy-les-Moulineaux, en 1938 sous le direction de Louis Bonnier, le deuxième sur Une Réforme de l’administration municipale : l’administrateur urbain, en 1942 sous la direction de Louis Rolland. Rien d’explicite concernant directement l’Algérie. Les autres diplômés originaires d’Algérie parmi les quelque 2 000 étudiants de l’ÉNAM ne sont qu’une douzaine. Les cursus de l’ÉNAM ne donnant pas lieu à un mémoire, rien ne nous indique leurs préoccupations. Mais on peut penser qu’ils étaient plus soucieux d’acquérir un savoir métropolitain considéré comme applicable sans adaptation particulière aux colonies — encore que seules les réalisations, mesures, décisions prises et les comportements adoptés sur le terrain permettraient de lever cette ambiguïté — qu’à dessiner les voies d’un traitement des questions locales avec le souci de privilégier les populations indigènes, quels que pussent être leurs statuts, nationalités et confessions. Tous d’origine européenne à une exception près — si l’on en juge par les patronymes —, ils avaient vraisemblablement plus l’ambition de moderniser le pays au nom d’un intérêt général — qui profitait en priorité aux Européens — que de nuancer leurs interventions selon les catégories de population touchées par les plans et procédures. Il reste également à considérer les inscrits, qui n’ont fait que suivre des cours sans que leur cursus ne se soit soldé par un diplôme dûment enregistré, ainsi que les inscrits de la période 1954-1968 sur lesquels les informations nous manquent ou sont lacunaires. Si nous consultons par exemple les registres d’inscription des étudiants à l’IUUP et à l’ÉNAM de 1925 à 193413, qui ne coïncident que partiellement avec les diplômés, puisque certains échouent, abandonnent en cours de route ou ne disposent que d’une attestation de suivi de certains cours (ce qui nous interdit de les retrouver dans les registres de diplômés), nous avons repéré quatre étudiants originaires d’Algérie, pour lesquels nous n’avons aucune information relative à ce qu’ils sont devenus (cf. Annexe 3). Les archives de l’IUP comportent également des fiches d’inscrits établies des débuts de la Seconde Guerre mondiale à 1968. Une rapide incursion à la lettre A dans ce type de fichier alphabétique (trop longtemps abandonné à la critique rongeuse des souris en souffrance d’exploitation) nous indique que, sur les 169 inscrits dont le patronyme commence par la première lettre de l’alphabet, 9 sont d’origine européenne et nés en Algérie, et seuls deux d’entre eux semblent avoir obtenu leur diplôme (Annexe 4). Nous ne disposons d’aucune information sur leurs activités professionnelles.

15À considérer maintenant les DEA concernant l’Algérie soutenus dans cette même période de 1976 à 1992 (Annexe 5), nous ne pouvons guère souligner que quatre changements radicaux. 34 des 35 étudiants obtenant le DEA (exception faite d’Aleth Picard) sont Algériens, et ils le seront tous à partir de 1993, sauf à disposer de la double nationalité. Ils sont dotés d’un diplôme de 2e cycle obtenu en Algérie dans les établissements d’enseignement supérieur qui ne cessent de se développer depuis l’Indépendance. Il s’agit dans leur très grande majorité (il faudrait cependant mesurer à quel point dans les archives) d’architectes soucieux de perfectionner leur formation dans des 3e cycles dont l’université française a encore l’exclusivité dans les domaines qui les intéressent, les écoles d’architecture fonctionnant encore sur un système à part. L’habitat, le logement et une planification plus ou moins normative et procédurière correspondent aux thèmes de recherche dans ce qui constitue une sorte de quête un peu erratique d’un savoir universel. On y trouve un mélange de tentative de compréhension nouvelle de problèmes qui dépassent un peu tout le monde à partir des disciplines scientifiques françaises (encore largement extérieure à leurs préoccupations, ce qui pose un problème de transposition) et d’un terrain exotique, que déchirent les enjeux politiques ou l’incompétence des acteurs (aux sources toujours difficiles d’accès ou peu fiables). Je finirai par suggérer à ces étudiants-là, comme certains de mes collègues, de couper en quelque sorte la poire en deux : profiter du DEA en se familiarisant avec les ressources bibliographiques disponibles en France pour assimiler les théories et les méthodes que nous pouvions leur transmettre, et n’investir le terrain pour en extraire des connaissances nouvelles ou proposer des solutions raisonnées aux problèmes qui se posent qu’à l’occasion de la thèse. Il ne fallait toutefois pas trop s’illusionner sur les possibilités d’action et d’application des idées ainsi élaborées une fois les diplômes en poche et confrontés au terrain dans un cadre professionnel — si tant est qu’ils aient eu des velléités de « rentrer au pays » à l’issue de leur formation en France. La sombre période du terrorisme des années 1990 devait aussi largement changer la donne de ce processus de formation, pour ne rien dire des enquêtes de terrain qui arrêtèrent certains travaux en les tuant dans l’œuf.

16Il reste une dernière catégorie d’urbanistes auxquels nous pouvons nous intéresser : les diplômés ou professeurs formés en France et qui, sans avoir eu forcément l’occasion de faire des travaux académiques sur l’Algérie, ont été amenés à y travailler. Il s’agit là, à vrai dire, d’une bien vaste population difficile à identifier dans le détail. Des témoignages en tout genre apparaissent depuis peu (voir, par exemple, Mayer, 1999), constituant un corpus documentaire qui appelle un véritable travail d’historien. Nous ne suivrons pour le moment que quelques pistes faisant le lien entre l’IUUP et l’IUUA. Nous avons déjà eu l’occasion de nous pencher sur l’établissement des PAEE (Plans d’Aménagement, d’Extension et d’Embellissement) en Algérie et sur le rôle joué par certains urbanistes de renom (cf. Frey, 2004a ; 2004b ; 2008). Soulignons que Paul, Raymond et Thérèse Danger auront tous été inscrits à l’IUUP. L’attitude vis-à-vis du terrain et des populations locales (qu’il s’agisse de ceux qu’on considérait comme des indigènes, des Européens autochtones ou métropolitains, ou bien encore des étrangers) par les urbanistes dont la carrière fut internationale ou se déroula principalement ailleurs — comme Henri Prost, Adolphe Dervaux, Le Corbusier, etc. —, mériterait d’être comparée aussi bien avec celle adoptée en métropole ou à l’étranger, qu’avec celle des urbanistes locaux. Les rivalités pouvaient au demeurant être plus liées à une logique concurrentielle de marché ou, plus bêtement, à la transcendance de leurs ego respectifs qu’à des questions de doctrine. La prise en compte des spécificités locales pouvant fonctionner de multiples façons et aboutir à des solutions très diverses, mais aussi parfois convergentes. Parfois aussi, la simple application d’une technique d’enquête scrupuleuse peut offrir la possibilité de mettre en évidence des spécificités qu’un regard familiarisé avec le terrain négligera ou maltraitera en fonction de jugements de valeur a priori. C’est sans doute ce qui s’est passé dans bien des cas, mais, sous bénéfice d’inventaire, nous soulignerons l’intérêt que présente toujours l’association d’un urbaniste venant de l’extérieur avec un confrère local, comme ce fut par exemple le cas entre Wollf et les frères Danger dans le cas d’Oran. Nous sommes à vrai dire plus porté à apprécier favorablement les projets établis sur place plutôt que ceux élaborés par des architectes ou des urbanistes qui ne prennent même pas la peine de se rendre sur place ou qui ne viennent que pour la pose officielle de la première pierre.

L’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger (IUUA), entre la métropole et les départements d’Outremer

17Parmi les personnages qui ont été amenés à jouer un rôle de passeur entre l’urbanisme à la française de l’entre-deux-guerres et l’urbanisme en Algérie depuis la Seconde Guerre mondiale, et dont nous n’avons pas encore parlé, nous allons maintenant nous intéresser à ceux qui ont contribué à mettre en place les premiers enseignements d’urbanisme à l’Université d’Alger.

Les cours et le corps enseignant de l’IUUA

  • 14 Cf. Fonds Bardet, Archives de l’IFA [161-IFA-015/1].
  • 15 Cf. les textes de Bardet directement liés à Alger (en Bibliographie).
  • 16 Fonds Bardet de l’IFA [IFA-161 carton 20/1].

18Le premier personnage que nous devons évoquer est Gaston Bardet (1907-1989). À côté des plans qu’il a établis pour les villes d’Oran, de Constantine et de Philippeville14, il fut en effet directement impliqué dans la création de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger, conçu sur le modèle de celui de Paris et où il fut amené à enseigner, comme du reste à Bruxelles, Buenos Aires ou Bello Horizonte15. Nous avons déjà eu l’occasion de souligner tout l’intérêt que présente cet Institut d’Alger (Frey, 2001). Créé par décret en date du 11 juillet 1942, il ne commencera à fonctionner qu’au début de l’année 1946, sous la direction de Jean Alazard (1887-1960). Il a pour objet de coordonner et de développer les recherches concernant l’évolution des villes et plus particulièrement les études intéressant les villes nord-africaines, leur aménagement et leur extension, leur organisation administrative, économique et sociale. Son enseignement s’adressait tant aux techniciens désirant orienter leur activité vers l’urbanisme (architectes, ingénieurs, techniciens ruraux, géomètres, etc.) qu’aux fonctionnaires des services publics appelés à traiter des problèmes intéressant l’urbanisme (municipalités, travaux publics, etc.). L’enseignement comportait au départ trois groupes de cours : histoire et géographie ; droit, sociologie et économie ; technique de l’aménagement des villes. Les cours que Bardet dispensera avec l’aide de sa femme Annie, fille de Marcel Poëte dont il sera le disciple et qui dirigera sa thèse lors de ses études à l’IUUP, porteront essentiellement sur les techniques d’enquête, ses profils psychologiques et sociologiques ainsi que sur les échelons communautaires (Bardet, 1945 et Frey, 1999). Nul doute que ces enquêtes ne permettent de mettre en évidence les caractéristiques économiques et sociales des diverses populations qui se côtoient dans les villes algériennes, et que les enseignements de Bardet n’aient attiré l’attention des étudiants sur ce point. Nous en avons pour preuve la teneur d’une causerie de Mme Bardet faisant partie du cours n° 3 d’analyse urbaine dispensé en 194716 :

  • 17 Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger, Causerie de Mme Bardet, 7 p., p. 7.

« En Afrique du Nord, il convient de localiser les divers modes d’habitat : l’habitat européen et l’habitat indigène [*] traditionnel musulman. Enfin le mode de construction sera étudié en général, sans oublier celui des bidonvilles dont l’existence même est un scandale de l’époque actuelle. […] Dans cette dernière [circulation piétonnière] plusieurs caractères peuvent se dégager en Afrique du Nord :
— les cheminements purement indigènes,
— les cheminements purement européens,
— les cheminements mixtes. »
* La correction est dactylographiée avec des x qui surlignent le mot « indigène »17.

19Les cours et conférences sont confiés soit à des professeurs de l’Université, soit à des personnalités dont les compétences sont reconnues dans des matières nécessaires à la formation des urbanistes. L’Annexe 6 nous indique les cours mis en place tels qu’ils ont fonctionné dans les années 1950. Les principaux spécialistes de la géographie et de l’histoire de l’art l’Algérie ont été sollicités : Georges Marçais (1876-1962), Louis Leschi (1893-1954), Jean Despois (1901-1978), Robert Capot-Rey (1897-1977) et Jean-Louis Miège (né à Rabat en 1923) seront amenés à dispenser leurs savoirs académiques du haut de leurs chaires. Si l’on crédite ces professeurs de connaissances sinon incontestables, du moins reconnues sur l’Algérie, on peut légitimement se poser la question de savoir comment les informations délivrées aux étudiants étaient susceptibles d’être adaptées, mises à profit, réellement utilisées dans la pratique opérationnelle. Car elles ont bien pu rester de l’ordre d’une culture générale sans implications directes sur les façons de procéder, que ce soit dans les démarches de projet ou dans le fonctionnement des services, autant d’aspects méritant des recherches approfondies et circonstanciées. Jean Alazard, doyen d’âge et spécialiste de la peinture italienne de la Renaissance, apparaît un peu au-dessus de la mêlée. Les praticiens de l’urbanisme, quant à eux, ont de fortes implications dans les institutions locales. On ne peut évidemment que regretter que René Lespès, mort en 1944, n’ait pas eu la possibilité de contribuer à la formation des urbanistes autrement que par ses écrits. Les approches juridiques, sociologiques et économiques seront confiées à des personnalités aux compétences reconnues, mais somme toute de second plan. Quant au troisième groupe pédagogique, chargé des enseignements concernant « Les techniques d’aménagement des villes », il sera composé des professionnels de l’urbanisme et de l’architecture les plus en vue de la capitale algérienne. L’Annexe 7, qui donne le programme des cours juste avant l’Indépendance, semble indiquer que les enseignements opérationnels occupent une part plus importante qu’au départ. Il faut dire que la situation est devenue critique depuis le début de la guerre, et l’université perturbée par les « événements » et manifestations.

20On sait que Léon Claro (1899-1991), Marcel Lathuilière (1903-1984), Pierre-André Émery (1903-1981), François Bienvenu (né en 1897) et Jean de Maisonseul (1912-1999) seront des admirateurs de Le Corbusier et constitueront le noyau actif des partisans des CIAM et d’une architecture plus internationale que de facture arabisante en Afrique du Nord. Sans doute Bardet a-t-il eu quelques divergences de vue avec ses confrères Pied-noirs sur ces points de doctrine et sur la façon de ménager une place aux populations locales. Mais le personnage le plus représentatif de l’orientation générale de cette formation nous semble être Tony Socard.

  • 18 Comme pour sa conception de la beauté, celle de la trame urbaine, du découpage parcellaire et du zo (...)
  • 19 Huitième et non quatrième lauréat comme il est dit dans un article qui mentionne dans la foulée que (...)

21Celui que les étudiants appelaient Sony par contrepèterie, appliquait, selon les mots de Jean-Jacques Deluz, « les règles de la scolastique urbanistique qu’il avait apprises avec Prost : il constituait des dossiers d’analyse urbaine rassemblant les données de site, de démographie, d’équipements, de réseaux, etc., qui étaient censés déboucher sur l’application logique d’un zoning d’extension. Cette apparence de méthode et d’efficacité lui valut une certaine notoriété » (Deluz, 1988). Architecte DPLG, conseiller à l’Urbanisme auprès du Gouvernement général et chef du Service central d’Urbanisme d’Alger de 1942 jusqu’à l’Indépendance en 1962, Socard (1901-1997) contribuera à la création de l’Agence du Plan que Jacques Chevalier appelait de ses vœux et où travaillèrent la plupart des diplômés algérois de l’IUUA, avec des gens comme Gérald Hanning (1919-1980), sous la direction de Pierre Dalloz (1899-1992). Après son diplôme d’architecte obtenu en 1932, Socard part habiter à Alger et travaillera aux études préalables dirigées par Prost en 1937 sur la Région algéroise ainsi que sur le quartier de la Marine au pied de la Casbah d’Alger. Le projet de systèmes de parcs pour cette ville, présenté à l’Exposition d’Urbanisme et d’Architecture moderne, du 17 au 26 février 1933, à l’initiative de l’Association des Amis d’Alger, témoigne d’une pensée réellement urbanistique, mais le plan qu’il établira de 1935 à 1950 pour le quartier de La Marine dévoilera, derrière un urbaniste volontaire, une architecture somme toute médiocre. Le projet comportait un parti contestable, et fut effectivement contesté. Les études qu’il viendra faire à l’IUUP se solderont par une thèse intitulée La Beauté des villes18 présentée le 20 juin 1937 devant un jury composé de Marcel Poëte, William Oualid, Pierre Remaury, Henri Sellier et P. Picard. Cette thèse obtiendra la mention Très Bien et lui vaudra deux ans plus tard d’être proclamé le huitième diplômé à devenir lauréat de l’IUUP19. On peut s’étonner que sa thèse n’ait pas porté sur l’Algérie, mais on comprend à la lecture des archives et des publications de Socard qu’il ambitionnait plus de moderniser l’Algérie à la lumière des savoirs élaborés et acquis en métropole que d’en contester la pertinence en fonction des analyses de terrain.

22Le terrain, ou plutôt le site (Dalloz, 1958) — surtout celui d’Alger à cause de sa topographie — retiendra bien l’attention de tous les urbanistes. Mais nous ne trouverons guère dans les enseignements de l’IUUA et dans les travaux des étudiants que de quoi composer avec la topographie, les éléments naturels — comme la direction des vents dominants — et la nature géologique du sol (Socard, 1933). Les patrimoines archéologique ou architectural des tissus anciens, encore moins que les besoins d’une population indigène, n’apparaissent toujours pas porteurs d’une culture vraiment digne d’intérêt malgré le caractère de plus en plus prioritaire que revêtent les solutions à apporter aux déplacements des populations indigènes et à leur poussée démographique. Malgré l’existence de projets de logements conçus pour les populations musulmanes dans les programmes de logements sociaux depuis la Première Guerre mondiale, comme les HBM — dont la production mériterait d’être reconsidérée dans cette optique particulière — et l’apparition des cantonnements (Cornaton, 1967) et cités de recasement dès 1955, il s’agit toujours de faire entrer toutes les catégories sociales de façon indifférenciée dans le moule égalitariste, mais à deux vitesses, de la modernité civilisatrice en provenance des pôles européens de développement. Pas d’urbanisme arabisant ou d’un quelconque style Jonnart, par conséquent.

  • 20 Archives de l’IFA, fonds Socard [IFA-398, caisse 5 : Enseignements].

23Dans le cours dont il prendra la responsabilité sur « Les principes de composition urbaine et d’esthétique » — dont on peut retrouver les notes20 — et dont certains aspects donneront lieu à une publication (1934), Socard prend clairement position :

  • 21 Archives de l’IFA, fonds Socard [IFA-398, caisse 5 : Enseignements], Cours d’urbanisme, 2e année, c (...)

« L’esthétique ainsi comprise a deux écueils à éviter :
— l’esthétisme gratuit et artificiel, par méconnaissance des sources et des conditions techniques locales (exemple de Sitte) ;
— le bréviaire de solutions faciles, par imitation de formules au lieu de repenser les problèmes (exemple d’Haussmann) »21.

24On pourrait souscrire au souci de trouver dès la Libération des solutions échappant à la fois aux travers de ce qu’il appelle un urbanisme-folklore défendu par René Vivien à propos de Saint-Malo et celui de la Charte d’Athènes défendue par Raoul Dautry, dont il reprend volontiers la critique d’un urbanisme colonial pastichant simplement les arts locaux sous prétexte de faire différent de ce qui existait. Après avoir déclaré que le style Jonnart constituait une « erreur aujourd’hui reconnue, et que l’on espère ne pas voir ressurgir, même sous une forme détournée », il cherche une troisième voie. Comme en politique, concernant le sort d’une Algérie post-coloniale en quête d’une identité originale à partir de toutes ses composantes, l’art de composer avec des populations diverses dans un urbanisme relavant d’une concordance des bonnes volontés et impliquant « un dosage très spécial de conceptions humaines, sociales, historiques, géographiques et techniques qu’elle fond dans une unité de vue » (Socard, 1945b) ne verra jamais le jour.

Thèses, travaux et diplômés en Urbanisme à l’IUUA

  • 22 Les informations sont malheureusement lacunaires à cause de l’incendie de la Bibliothèque d’Alger e (...)

25Les travaux que nous avons pu consulter22 témoignent sans ambiguïté de l’ambition des fondateurs de l’IUUA, comme de l’Agence du Plan pour ce qui concerne plus particulièrement Alger, de consacrer analyses et projets aux villages, villes et territoires du Maghreb. Ni la Tunisie ni sans doute les étudiants tunisiens n’ont été concernés. En revanche, des étudiants originaires du Maroc ont trouvé là de quoi prolonger la démarche engagée par Prost sous l’égide de Lyautey dans ce pays à la fin du Protectorat. Il faudra attendre 1992 pour qu’un Marocain soutienne une thèse à l’IUP, et les travaux antérieurs, rares au demeurant, sont le fait d’étudiants français dont nous ne sommes pas sûr qu’ils soient nés au Maroc. Il apparaît donc clairement que c’est l’Algérie qui constitue le terrain privilégié des analyses effectuées, et nous savons qu’elles visaient à déboucher sur des projets que le Plan de Constantine n’a sans doute pas manqué de stimuler dès 1959. Mais il apparaît non moins clairement que la dynamique engagée au début des années 1950 accuse le coup du démarrage des hostilités et change radicalement de nature en 1962. Plus un seul Européen et que des Algériens dans la formation après 1962, avec une interruption apparente des mémoires soutenus pendant les dix premières années de l’Indépendance où la coopération a dû pallier un temps la production des professionnels et techniciens locaux de l’urbanisme. L’Algérie ne comptant qu’un Algérien d’origine musulmane diplômé au moment de l’Indépendance, on peut imaginer ce qu’il en était en urbanisme…

26Tous les enseignants de l’IUUA ne peuvent qu’avoir en tête les formidables enjeux que représente le développement de l’Algérie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, d’autant qu’elle démarre plutôt mal pour garantir une certaine équité et ne serait-ce que les dehors de la démocratie. Ces valeurs avaient été passablement foulées au pied sous un régime de Vichy, qui avait rencontré pas mal d’adeptes, mais elles contrariaient aussi et surtout une volonté maladroite, pour ne pas dire criminelle, de reprise en main de l’empire avec les massacres de Sétif et du Constantinois (Rey-Goldzeiguer, 2001), ceux de Madagascar et les débuts de la Guerre d’Indochine. Un peu comme au Maroc, mais avec des éléments de doctrine à la fois moins tranchés et des liens intercommunautaires en même temps plus forts et plus ambigus (et souvent hypocrites), les deux questions clefs étaient celles du traitement différencié ou pas, mais évitant une stigmatisation dévalorisante ou une ségrégation éhontée, de l’habitat et des modalités de planification faisant office de politique de peuplement. Les enjeux surdéterminants de l’urbanisme dans cette phase d’euphorie économique du début des Trente Glorieuses étaient à vrai dire ceux de l’amélioration des grandes infrastructures, de l’industrialisation et du rattrapage du niveau de confort et de salubrité d’un parc immobilier largement délaissé par les pouvoirs publics, ou abandonné aux maigres ressources des accédants à la propriété ou à des spéculateurs sans scrupule. Il ne s’agissait que très marginalement de rectifier les injustices sociales particulièrement criantes, mais escamotées ou légitimées de longue date par l’idéologie colonialiste. Lorsqu’on notait l’existence de logements que nous dirions indignes maintenant (ce qui ne les empêche évidemment pas d’exister), on ne pouvait qu’y faire face avec parcimonie. Les dossiers d’enquête établis par les étudiants appellent bien de leurs vœux des solutions destinées à améliorer le sort des populations en cherchant à leur garantir des niveaux d’emploi et de confort dans l’habitat, mais tous semblent partir battus d’avance par l’ampleur des problèmes à résoudre. Jacques Stamboul, par exemple, conclut son travail sur la Kabylie en disant que : « C’est peut-être la forme d’organisation “régionaliste” qui permettra un jour de tenir compte de toutes les données du problème, tout en agrégeant solidement ces populations à la communauté d’intérêt et de culture patiemment construite par la France » (Stamboul, slnd, p. 182). Yvon Fehr ne peut que constater à Tenès le manque de logement pour la population européenne et prévoit la construction d’HLM pour accueillir notamment des fonctionnaires en nombre croissant, et, pour ce qui concerne l’habitat musulman :

« 1) Îlots insalubres : dans la ville, cinq grands îlots à majorité de population musulmane sont à classe comme insalubres. Pour hâter la ruine de ces immeubles, il faut empêcher toutes constructions nouvelles ou confortement.
2) Bidonvilles : devront disparaître en relogeant les populations, soit en cellule d’amélioration de l’habitat, soit dans des constructions nouvelles de la cité d’urgence.
3) Cité d’urgence : une tranche seulement a été réalisée, les tranches suivantes devront être construites suivant le plan masse arrêté pour l’ensemble » (Fehr, 1957, p. 136).

27Bref, c’est un peu la panique, même si certains font preuve d’un optimisme un peu béat, comme Maurice de Clermont concluant son mémoire par ces mots : « L’accroissement de la population, les améliorations et les progrès réalisés dans tous les domaines depuis son origine, sous la direction des conseils municipaux groupés autour des maires qui se sont succédé depuis 1870, et actuellement sous la haute autorité de M. Burkhardt, laissant bien augurer de l’avenir d’Aïn-Taya, et permettent de prévoir que ce centre sera un des plus prospères de la côte algéroise » (Clermont [de], sd [1959], p. 127). Il apparaît clairement, pour qui considère cette situation avec le recul de l’histoire, que la presque totalité des problèmes de l’urbanisation en Algérie couvait depuis longtemps sans qu’aucune solution satisfaisante n’ait été apportée aux problèmes sociaux. Dans une note de service rédigée en 1945, Socard s’inquiète de la perte de vitesse de la société rurale et de la production agricole dans un contexte de forte poussée démographique. Il souligne que la topographie chahutée de l’Algérie, contrairement à la Tunisie ou au Maroc, rend délicat le découpage des zones d’extension urbaines dont il faut prévoir la différenciation morphologique. Il note également que « malgré sa pauvreté, le Sahara demeure un milieu de forte cohésion sociale, de spiritualité intense et [que] c’est là un modèle dont nous devons tenir compte dans l’organisation des villes ». Il met enfin le doigt sur la question radicalement restée en suspens et liée à la cohabitation des communautés, question que le Gouvernement général n’abordera de front que trop tard (Secrétariat social d’Alger, 1956 et 1959).

« Le logement indigène soulevait d’autres problèmes, par suite de la coexistence de plusieurs catégories sociales différentes. Pour les familles évoluées, pas de question : les mêmes types que pour les Européens, immeuble ou villa selon la composition familiale. Mais l’on trouve encore dans certaines villes des populations d’artisans, adaptés depuis longtemps au climat urbain et qui gardent leur préférence à la traditionnelle maison à patio (Blida, Tlemcen, Mostaganem, Constantine). Il n’est pas souhaitable de mélanger étroitement ce type de maison aux formules européennes, car un parcellaire passe-partout favoriserait la spéculation et le taudis, sans parler de l’indiscrétion des immeubles plongeant dans les cours intérieures. Cette forme originale doit être protégée, car elle est capable de satisfaire aux besoins d’hygiène et de repos de la résidence. Dans les cités satellitaires prévues, certains quartiers seront réservés à ce type d’habitat, étant entendu qu’ils disposeront des mêmes commodités sociales en matière d’espaces libres, de locaux d’enseignement, etc., que les autres groupes. Une troisième catégorie est constituée par les indigènes venus du bled, attirés par la ville et qui forment le recrutement principal des bidonvilles. La formation spontanée des bidonvilles pose des problèmes ardus à l’administration. C’est là le résultat d’une déficience de la construction provoquée par l’écart croissant des prix du bâtiment et des taux des loyers. Le problème peut se résumer d’une façon brutale : laisser ces malheureux croupir dans ces lieux d’infamie, c’est anéantir un potentiel humain ; les reloger dans de meilleures conditions, c’est précipiter l’afflux des ruraux, et pas les meilleurs, vers les villes. Le Maroc s’est résigné à faire la part du feu, en considérant le bidonville comme un mal nécessaire, tout en le localisant sur des espaces réservés. L’Algérie préfèrera peut-être multiplier les cités indigènes déjà commencées auprès d’Alger, au Climat de France et au Clos Salembier. Mais en réalité le principal problème n’est pas là. Il s’agit avant tout d’éduquer ces populations, de leur donner un métier qui leur permette de vivre comme les autres, dans la ville qui les a attirés. Cela suppose la présence d’écoles, de locaux professionnels, à proximité » (Socard, 1945c, pp. 6-7).

28Pour ce qui est des improbables modèles transposables — ou tout simplement applicables tels quels — et la référence à des doctrines éventuellement au principe de l’élaboration des projets, en dehors des paresseuses facilités du fonctionnalisme, il semblerait bien que chacun ait dû faire face comme il pouvait aux impératifs de la commande politique dans la plus totale improvisation. Tant Jean Boulanger que Pierre Saur, que nous avons eu l’occasion de questionner sur cette question des modes de penser l’urbain en Algérie, nous ont convaincu du fait que leur travail ne pouvait que difficilement s’embarrasser de questions théoriques ou doctrinales alimentées par des sciences sociales largement inefficientes en la matière. Ils travaillaient en fait dans une inventivité presque totale en comptant sur leur solide bon sens et leur constance pour mener à bien leurs projets. On ne peut par ailleurs qu’être frappé du fait que les étudiants algériens de l’IUUA des années 1970 semblent, si l’on en juge par les titres de leurs mémoires, sur des positions similaires, c’est-à-dire résolument dépassés par les événements, l’urbanisation, l’exode rural et la pénurie de logement étant passés à la vitesse supérieure malgré les efforts consentis par le gouvernement de l’Algérie depuis l’indépendance, mais pleins d’espoir et d’illusions. La seule anticipation véritablement réaliste de Socard est sans doute celle exprimée dans la phrase conclusive de sa note sur l’urbanisme en Algérie : « Dans le monde des techniciens et chez le public cultivé, un engouement se manifeste pour l’urbanisme. […] Gros effort déjà, effort encore mince en regard du chemin qui reste à parcourir. […] » (Socard, 1945c, p. 8).

  • 23 Pasquali était urbaniste, diplômé de l’Institut d’Urbanisme (Université d’Alger), ingénieur chef du (...)

29Les deux travaux les plus intéressants nés de cette tentative de fabrication locale de véritables urbanistes (et pas simplement des architectes se croyant d’emblée urbanistes parce qu’ils font des plans) sont à notre sens le travail de Pasquali23 sur la Casbah d’Alger (1951) et celui de Jean Godard sur un urbanisme adapté aux villes du Sud (Godard, 1954). Si les analyses y sont fines et précieuses, en particulier par les informations collectées, ni Pasquali ni Godard ne seront en mesure de faire valoir des solutions urbanistiques permettant de trouver une réponse à la demande sociale, tout en respectant les héritages tant matériels que symbolique.

30Nous ne dirons donc rien de la Casbah par respect pour une mort annoncée à la suite d’une longue agonie…

31Quant à Godard, il fut manifestement en quête d’un type architectural et urbanistique saharien dont on espère toujours la constitution. Reprenant la formule de Perret « celui qui dissimule un poteau commet une faute, celui qui fait un faux poteau commet un crime », il dénonce, dans le même esprit que Socard, le style soudanais prétentieux et le faux régionalisme pour appeler de ses vœux une « architecture humaine et claire, dépouillée de faste et de monumental » (Godard, 1954, p. 208). On peut craindre que les villas qu’on voit fleurir en Algérie jusque dans les oasis sahariennes ne viennent résolument contredire ces espoirs lorsqu’il déclare : « L’architecture saharienne est sur la bonne voie et il est souhaitable qu’elle ne s’en laisse pas écarter » (Godard, 1954, p. 208). Elle semble au contraire avoir résolument pris la tangente. Et pour ce qui est de l’urbanisme, nous serions tentés d’abonder dans son sens lorsqu’il déclare : « […] la seule sanction efficace est la démolition et comme on n’y recourt rarement à l’époque actuelle, l’administration n’a de garanties que par le contrôle préalable » (Godard, 1954, p. 217). C’est bien joli, mais ni le « dossier urbain » dont il recommande fermement la constitution — et à laquelle nous souscrivons — ni un contrôle des opérations par des « jeunes ingénieurs de la Métropole et du Tell », transformés depuis en techno-bureaucrates diplômés des universités algériennes ou étrangères, ne seront en mesure de maîtriser une urbanisation débordante de vitalité, mais qui fait trop souvent dans le désordre et la laideur. Il faut reconnaître que, dans ces deux cas, les problèmes sont ardus et le milieu aussi bien social que physique particulièrement fragile. On se surprendrait presque à regretter les initiatives d’un Colonel Carbillet (Humbert, 1997) en ces temps désespérément révolus d’un Sahara désertique…

Conclusion

32Pendant quelques années encore, c’est-à-dire le temps que les autorités algériennes relèvent le défi de la fabrication locale des élites urbanistiques du pays au début des années 1980, un véritable contingent d’étudiants, à vrai dire massif et jamais véritablement interrompu, affluera dans une université française que rien n’avait préparé aux questions dont étaient porteurs les futurs urbanistes, quand ils le sont devenus, et restés. On ne peut par conséquent que difficilement espérer répondre à leurs attentes dès lors qu’il s’agit à la fois de développer la recherche urbaine à partir de toutes les sciences sociales disponibles — mais pas toujours développées sur un terrain de plus en plus mouvant, inaccessible ou incompréhensible —, et de répondre dans l’urgence et l’indigence conceptuelle à des problèmes échappant peu ou prou à tout le monde.

33Ma conclusion, si tant est qu’il faille en faire une, sera brève et elliptique. Seuls soit les historiens, soit les multiples acteurs locaux en cours d’urbanisation accélérée nous semblent en mesure de dessiner les voies possibles d’une réconciliation de l’Algérie avec son passé au point d’inventer non pas un modèle, une doctrine ou des théories d’urbanisme sur une docte façon d’ordonner la mosaïque chaotique de la société algérienne, mais d’appendre à chaque citoyen à composer avec l’altérité des voisins. Il faudra surtout que les autorités s’abstiennent d’imaginer pouvoir imposer un ordre suprême descendu du ciel de la planification pour accompagner intelligemment une urbanistique d’émanation populaire avec laquelle il faut apprendre à composer. Le ciel est au demeurant toujours aussi lourd de nuages ombrageux et les éclairs d’espoir d’une lente, mais opiniâtre amélioration des conditions d’existence, ne pourra tracer une voie acceptable que dans une paix sociale permettant l’invention de solutions négociée au quotidien, et sur place.

Annexe 1. Thèses concernant l’Algérie à l’IUPP (1921-1970) ou à l’IUP (1972-2005).

Annexe 1. Thèses concernant l’Algérie à l’IUPP (1921-1970) ou à l’IUP (1972-2005).

Annexe 2. Diplômés originaires d’Algérie et diplômés de l’ÉNAM ou de l’IUPP (par ordre d’inscription).

Annexe 2. Diplômés originaires d’Algérie et diplômés de l’ÉNAM ou de l’IUPP (par ordre d’inscription).

Annexe 3. Inscrits à l’IUPP ou à l’ÉNAM entre 1925 et 1934, originaires d’Algérie et non diplômés.

Annexe 3. Inscrits à l’IUPP ou à l’ÉNAM entre 1925 et 1934, originaires d’Algérie et non diplômés.

Annexe 4. Originaires d’Algérie à la lettre A du fichier des inscrits de 1934 à 1968 (par ordre d’inscription).

Annexe 4. Originaires d’Algérie à la lettre A du fichier des inscrits de 1934 à 1968 (par ordre d’inscription).

Annexe 5. DEA concernant l’Algérie soutenus à l’IUP de 1978 à 1986.

Annexe 5. DEA concernant l’Algérie soutenus à l’IUP de 1978 à 1986.

Annexe 5 suite. DEA concernant l’Algérie soutenus à l’IUP de 1986 à 1994.

Annexe 5 suite. DEA concernant l’Algérie soutenus à l’IUP de 1986 à 1994.

Annexe 6. Enseignements de l’Institut d’Urbanisme d’Alger (IUUA) en 1959.

Annexe 6. Enseignements de l’Institut d’Urbanisme d’Alger (IUUA) en 1959.

Annexe 7. Enseignements de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger en 1962.

Annexe 7. Enseignements de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger en 1962.

Annexe 8. Thèses soutenues à l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger de 1951 à 1974.

Annexe 8. Thèses soutenues à l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger de 1951 à 1974.

Annexe 9. Liste des thèses de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger en 1959.

Annexe 9. Liste des thèses de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger en 1959.

Annexe 10. Thèses de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger.

Annexe 10. Thèses de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger.
Haut de page

Bibliographie

Almi S., 2002, Urbanisme et colonisation, présence française en Algérie, Liège, Madraga, 160 p.

Bardet G., 1945, Principes d’analyse urbaine, communication faite à la Société Statistique de Paris le 18 octobre 1944, Paris, Berger-Levrault, 28 p.

Bardet G., 1946, « Vers le nouvel urbanisme » (conférence d’ouverture des cours de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger), Revue de la Méditerranée, janvier-février 1946, Alger, pp. 41-56.

Bardet G., 1947, « L’âme de la Cité », Revue de la Méditerranée, mars-avril 1947, Alger, pp. 163-174.

Bardet G., 1955, « Alger, ville-pilote de l’Afrique du Nord », Alger Revue, juin 1955.

Bardet G., 1956, « Alger, capitale européenne », La Documentation Française illustrée, juin 1947, Paris, 31 p.

Bardet G. et Faure J.-P., 1936, Alger, capitale, Paris, Edgar Malfère, microfiches.

Bardet G. et Gazagne P.-R., 1952, Les réalisations de la ville d’Alger, Publitec.

Baudoui R., 1988, La naissance de l’École des Hautes Études Urbaines et le premier enseignement de l’urbanisme en France, des années 1910 aux années 1920, Paris, École d’Architecture Paris-Villemin, ARDU Paris VIII, multigraphié, 229 p.

Bélanger E., 2001, « L’École nationale d’administration municipale : la professionnalisation des secrétaires des mairies de l’entre-deux-guerres », Politix, n° 52, mars-avril 2001.

Briat A.-M., La Hogue J. (de), Appel A., Baroli M., 1995, Des chemins et des hommes. La France en Algérie (1830-1962), Hélette, Jean Curutchet Éditions Harriet, 268 p.

Chevalier G., 2000, « L’entrée de l’urbanisme à l’université : la création de l’Institut d’Urbanisme (1921-1924), in Genèses, sciences sociales et histoire, Paris, Belin, n° 39, juin, pp. 98-120.

Claude V., 2006, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Parenthèses, coll. « Eupalinos », 254 p.

Claval P. et Berdoulay V. (dir.), 2001, Aux débuts de l’urbanisme français. Regards croisés de scientifiques et de professionnels (fin XIXe-début XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 256 p.

Clermont (de) M., sd [1959], Aïn-Taya, mémoire de fin d’étude sous la dir. de Jean de Maisonseul, 134 p.

Cornaton M., 1967, Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Paris, Économie et Humanisme, Les Éditions ouvrières, coll. « Développement et civilisations », 296 p.

Culot M. et Thiveaud J.-M. (dir.), 1992, Architectures françaises d’outre-mer, Paris/Liège, IFA/Madraga, 406 p.

Dalloz P., 1956, « Alger à l’avant-garde des conceptions de l’urbanisme », Alger Revue, été 1956, p. 11.

Dalloz P., 1958, Alger. I. Méthode de travail, étude du site, Paris, Impr. Blondel-La Rougery, 40 p., cartes et plans en couleurs.

Deluz J.-J., 1988, L’urbanisme et l’architecture d’Alger. Aperçu critique, Liège/Alger, Madraga/Office des Publications universitaires, 196 p.

Deluz J.-J., 2001, Alger, chronique urbaine, Paris, Bouchène, 240 p.

Dris N., 2002, La ville mouvementée. Espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger, Paris, L’Harmattan, 436 p.

Écrement B., 2004, Les Agences d’urbanisme, repères et témoignages, Paris, Direction Générale de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction, coll. « Les dossiers », 212 p.

Fehr Y., 1957, Tenès, enquête urbaine, programme des servitudes, plan d’aménagement, thèse sous la dir. de M. Wattez, IUUA, Alger, 133 p.

Frey J.-P., 1999, « [Jean-] Gaston Bardet. L’espace social d’une pensée urbanistique », Les Études sociales, n° 130 : « Voyages d’expertise », 2e semestre 1999, pp. 57-82.

Frey J.-P., 2001, « Être architecte et devenir urbaniste », pp. 24-35, in Actes du Séminaire international Enseignement et pratique de l’architecture, quelles perspectives ?, tenu à l’EPAU, Alger, 23-26 avril 2001, Alger, EPAU, avril 2001, 497 p.

Frey J.-P., 2004a, « Henri Prost (1874-1959), parcours d’un urbaniste discret (Rabat, Paris, Istanbul…) », Urbanisme, n° 336 : « Utopie(s) », mai-juin 2004, pp. 79-87.

Frey J.-P., 2004b, « Figure et plans d’Oran, 1931-1936 ou les années de tous les Danger », Insaniyat, Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, 8e année, n° 23-24 : « Oran, une ville d’Algérie », Oran, CRASC, janvier-juin 2004, pp. 111-134.

Frey J.-P., 2008, « Alger sous les bombes ou les Plans-Obus côté réception », pp. 161-191, in Gras P. et Paquot T. (dir.), Le Corbusier voyageur, Paris, L’Harmattan, coll. « Carnets de ville », 244 p.

Geisser V. (dir.), 2000, Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs, trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éd., 332 p.

Godard J. (Cdt), 1954, L’oasis moderne, essai d’urbanisme saharien, Alger, La Maison des Livres, 226 p.

Gras P. et Paquot T. (dir.), 2008, Le Corbusier voyageur, Paris, L’Harmattan, coll. « Carnets de ville », 244 p.

Guillerme A. et Dione M. (dir.), 1987, Techniques et politiques économiques. Les travaux publics et innovations technologiques en Afrique du Nord, 1953-1962, Paris, LTMU-Plan urbain, décembre 1987, 206 p.

Humbert J.-C., 1997, L’œuvre du colonel Carbillet au Sahara, 1827-1940. Le saharien, l’urbaniste, le diplomate, Clavisson, Éd. Jacques Gandini, 160 p.

IRMC, 2006, Alfa. Maghreb et Sciences sociales 2005. Biographies et récits de vie, Paris/Tunis, Maisonneuve-&-Larose/IRMC, 242 p.

Lavedan P., 1952, Histoire de l’urbanisme. Époque contemporaine, Paris, H. Laurens, 446 p.

Lortie A. (dir.), 1995, Paris s’exporte, architecture modèle ou modèles d’architecture, Paris, Éd. du Pavillon de l’Arsenal, Picard, 240 p.

Marié M., 1989, Les terres et les mots, une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens-Klincksieck, 214 p.

Maunier R., sd, Organisation économique et sociale des villes, Paris, IUUP, polycopié, 196 p.

Maunier R., 1909, La localisation des industries urbaines, thèse de Droit, Faculté de Droit de l’Université de Paris, 326 p.

Maunier R., 1910, L’origine et la fonction économique des villes, étude de morphologie sociale, Paris, V. Giard et E. Brière ?, 326 p.

Maunier R., 1926, La construction collective de la maison en Kabylie. Étude de coopération économique chez les Berbères du Djurjura, Paris, Institut d’Ethnologie, coll. « Travaux et mémoires de l’Institut d’Ethnologie », 78 p.

Maunier R., 1930, Mélanges de sociologie nord-africaine, Paris, Librairie Félix Alcan.

Mayer R., 1999, Algérie : mémoire déracinée, Paris, L’Harmattan, 300 p.

Merlin P., 1963, « Les pêcheurs d’Oran et de Mers el-Kébir », Méditerranée, n° 4, pp. 27-55.

Oualid W., 1907, Le nantissement immobilier en droit indigène algérien, Paris, Imp. de Bonvalot-Joure, 344 p.

Pasquali E., 1951, La « Casbah d’Alger ». Ce qu’elle a été, ce qu’elle est, ce qu’elle pourrait être, Alger, 7 mai 1951, document multigraphié, 212 p.

Pervillé G., 2004 (éd. précédentes : 1984 et 1997), Les étudiants algériens de l’université française, 1880-1962. Populisme et nationalisme chez les étudiants et intellectuels algériens de formation française, Paris, CNRS-Éd., 346 p.

Picard A., 1996, « Architecture et urbanisme en Algérie, d’une rive à l’autre (1830-1962), pp. 121-136, in Bruant C., Leprun S. et Volait M. (dir.), Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, n° 73-74 : « Figures de l’orientalisme en architecture », Aix-en-Provence, Édisud/CNRS/IREMAM.

Randau R. et Fikri A., 1933, Les compagnons du jardin, Paris, Domat-Montchrétien, F. Léviton & Cie, 192 p.

Raymond J., 1933, Guide pratique de l’urbaniste, Paris, Dunod, 246 p.

Revue Urbanisme, 1997, Guides des formations à l’urbanisme, à l’aménagement de la ville et du territoire, Paris, Éd. Descartes & Cie, 275 p.

Rey-Goldzeiguer A., 2001, Aux origines de la guerre d’Algérie, 1940-1945. De Mers-el-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Histoire contemporaine », 403 p.

Royer J., 1932 et 1935, L’urbanisme aux colonies et dans les pays tropicaux, Tome 1 (1932) : La Charité-sur-Loire, Delayance, 388 p. ; Tome 2 (1935) : Paris, Les Éditions d’Urbanisme, 124 p.

Saïdouni M., 2000, Éléments d’introduction à l’urbanisme. Histoire, méthodologie, réglementation, Alger, Casbah Éd., coll. « Fac », 272 p.

Secrétariat social d’Alger, 1956, À la recherche d’une communauté. La cohabitation en Algérie, Alger, Éd. du Secrétariat social d’Alger, coll. « Études », 204 p.

Secrétariat social d’Alger, 1959, Le sous-développement en Algérie, Alger, Éd. du Secrétariat social d’Alger, coll. « Études », 194 p.

Stamboul J., sd, Les cités de la Grande Kabylie, thèse présentée à l’IUUA, projet enregistré sous le n° 7 le 4 décembre 1950, multigraphié, 238 p.

Socard T., 1933, « Le climat algérois et son influence en urbanisme », Chantier, Revue mensuelle illustrée de la construction en Afrique du Nord, n° 9, septembre 1933, pp. 916-926.

Socard T., 1934, « Le développement des villes et l’organisation de la cité », pp. 420-477, in Lahy-Hollebecque M. (dir.), L’évolution humaine des origines à nos jours. Étude biologique, psychologique et sociologique de l’Homme, Paris, Librairie artistique Quillet, tome 2 (4 vol.).

Socard T., 1945a, « La trame des villes », Publications du Centre d’Études économiques et sociales de l’Afrique française, n° 5, Alger, Imp. Guiauchain, 28 p.

Socard T., 1945b, « Positions de l’Urbanisme (à propos des débats de l’Assemblée Constituante sur l’Urbanisme) », Revue d’Alger, n° 9, p. 10 du tiré à part.

Socard T., 1945c, L’urbanisme en Algérie, Archives de l’IFA, fonds Socard [IFA-398, caisse 4 : Photos, Articles], note dactylographiée, 8 p.

Témime É., 2002, Un rêve méditerranéen, des Saint-Simoniens aux intellectuels des années trente, Arles, Actes Sud, 238 p.

Vacher H., 2001, « L’École supérieure de topographie et le géomètre urbain (1900-1939), les débuts de l’enseignement technique de l’aménagement », Les Annales de la recherche urbaine, n° 88, pp. 121-129.

Haut de page

Notes

1 C’est dès 1916 que Marcel Poëte crée, auprès de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, l’Institut d’Histoire, de Géographie et d’Économie Urbaines de la Ville de Paris. En 1918 est créé en son sein, sous les auspices du Musée social, l’École Pratique d’Études Urbaines et d’Administration Municipale, remplacée, en 1919, par l’École des Hautes Études Urbaines (EHEU), de statut municipal. Rattachée à l’Université de Paris en 1920, à la faveur d’une réforme de l’enseignement supérieur, l’EHEU devient en 1924 un Institut d’Université. Il migre alors à La Sorbonne et prend le nom d’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP). Il gardera cette dénomination jusqu’en 1970. Transféré, après deux années d’interruption des enseignements, dans la nouvelle Université du Val-de-Marne, il deviendra en 1972 l’Institut d’Urbanisme de Paris (IUP).

2 Direction du Réseau PIR-Villes « Programme international de recherche sur le champ urbain et les conditions historiques de l’émergence des compétences urbanistiques en Europe et en Amérique Latine », 1994-1998.

3 En revanche, l’ouvrage de Saïdouni (2000) procède d’une démarche radicalement opposée.

4 Station balnéaire Agadir-Plage, Côte occidentale du Maroc, Th-66, 1931, dont on retrouve le contenu dans Raymond, 1933.

5 Marié, Les terres et les mots. Une traversé des Sciences sociales, 1989.

6 Merlin, Les pêcheurs d’Oran et de Mers el-Kébir, 1963.

7 Maunier, La localisation des industries urbaines, thèse de Droit, Faculté de Droit de l’Université de Paris, 1909, 326 p., texte repris dans L’origine et la fonction économique des villes, 1910.

8 Cet aspect est sensible, notamment dans la préface qu’il rédigea pour Randau et Fikri, 1933.

9 Maunier, sans date, Organisation économique et sociale des villes.

10 Nous appelons « thèse », par commodité, les diplômes les plus élevés donnant lieu à un mémoire présenté devant un jury à l’issue d’une formation en deux ans et à laquelle correspond le titre de diplômé de l’IUUP et qui a pu coïncider avec une formation de 3e cycle jusqu’à ce que la réorganisation des cursus instaure de véritables thèses. 415 « thèses » ont été ainsi soutenues de 1921 à 1969 à l’IUUP. Un diplôme de 3e cycle reprend — sous l’intitulé DIUP — à partir de 1972 à Créteil, et cette formation professionnelle a pu se prolonger, notamment via les DEA, pour aboutir à des thèses de 3e cycle, puis « nouveau régime ». Les quelque 400 thèses soutenues à partir de celle numérotée 416 en 1976 sont de ce type. Nous en avons numérisé la liste pour la mettre à la disposition des chercheurs sur le site web de l’IUP.

11 Cf. Revue Urbanisme, « Guide des formations à l’urbanisme, à l’aménagement de la ville et du territoire », 1997.

12 Frey (documents mis en forme par), Archives de l’Institut d’Urbanisme de Paris, tome 4 : registres des diplômés du 16 novembre 1922 au 16 juin 1954 ; École des Hautes Études Urbaines et Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris, diplômés de l’IUUP (1922-1954), diplômés de la Section de perfectionnement administratif (1923-1930), diplômés de la Section complémentaire (1924-1930) ; École Nationale d’Administration Municipale (ÉNAM), années scolaires 1930-1931 à 1952-1953, 156 p., documents en cours de numérisation.

13 Frey (documents mis en forme par), Archives de l’Institut d’Urbanisme de Paris, tome 3 : registres d’inscription de l’IUUP et de l’ÉNAM (1925-1934). Premier registre : Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (années scolaires 1925-1926 à 1933-1934) ; Deuxième registre : École Nationale d’Administration Municipale (années scolaires 1925-1926 à 1933-1934), 404 p., document en cours de numérisation.

14 Cf. Fonds Bardet, Archives de l’IFA [161-IFA-015/1].

15 Cf. les textes de Bardet directement liés à Alger (en Bibliographie).

16 Fonds Bardet de l’IFA [IFA-161 carton 20/1].

17 Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger, Causerie de Mme Bardet, 7 p., p. 7.

18 Comme pour sa conception de la beauté, celle de la trame urbaine, du découpage parcellaire et du zonage relèvent plus de l’action normative liée à la rationalité abstraite d’une organisation fonctionnelle applicable quel que soit le site que selon des variations culturelles ou régionales. Cf. Socard, 1945.

19 Huitième et non quatrième lauréat comme il est dit dans un article qui mentionne dans la foulée que cette thèse « se réfère en plusieurs points aux observations et à l’expérience de M. Tony Socard en Afrique du Nord », in Le Journal général des travaux publics & bâtiments, samedi 7 janvier 1939, nouvelle série, n° 1391, 54e année.

20 Archives de l’IFA, fonds Socard [IFA-398, caisse 5 : Enseignements].

21 Archives de l’IFA, fonds Socard [IFA-398, caisse 5 : Enseignements], Cours d’urbanisme, 2e année, cours n° 1 : Rôle et place du beau dans la composition urbaine.

22 Les informations sont malheureusement lacunaires à cause de l’incendie de la Bibliothèque d’Alger et des désorganisations diverses qui ont suivi. Nous pouvons cependant inférer les mémoires soutenus à partir de diverses sources. L’Annexe 8 correspond aux documents conservés et consultables à la Bibliothèque de la Faculté centrale de l’Université d’Alger. L’Annexe 9 arrête une liste un aléatoire en 1959 et l’Annexe 10 donne les références des documents que nous avons pu consulter.

23 Pasquali était urbaniste, diplômé de l’Institut d’Urbanisme (Université d’Alger), ingénieur chef du service de l’urbanisme de la ville d’Alger.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1. Thèses concernant l’Algérie à l’IUPP (1921-1970) ou à l’IUP (1972-2005).
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Annexe 2. Diplômés originaires d’Algérie et diplômés de l’ÉNAM ou de l’IUPP (par ordre d’inscription).
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Annexe 3. Inscrits à l’IUPP ou à l’ÉNAM entre 1925 et 1934, originaires d’Algérie et non diplômés.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Annexe 4. Originaires d’Algérie à la lettre A du fichier des inscrits de 1934 à 1968 (par ordre d’inscription).
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Annexe 5. DEA concernant l’Algérie soutenus à l’IUP de 1978 à 1986.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Annexe 5 suite. DEA concernant l’Algérie soutenus à l’IUP de 1986 à 1994.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Annexe 6. Enseignements de l’Institut d’Urbanisme d’Alger (IUUA) en 1959.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Annexe 7. Enseignements de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger en 1962.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Annexe 8. Thèses soutenues à l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger de 1951 à 1974.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Annexe 9. Liste des thèses de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger en 1959.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Annexe 10. Thèses de l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/163/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Frey, « Les valises du progrès urbanistique. Modèles, échanges et transferts de savoir entre la France et l’Algérie », Les Cahiers d’EMAM, 20 | 2010, 33-57.

Référence électronique

Jean-Pierre Frey, « Les valises du progrès urbanistique. Modèles, échanges et transferts de savoir entre la France et l’Algérie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 20 | 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/163 ; DOI : 10.4000/emam.163

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Frey

Professeur, Architecture-Sociologie, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII-Val-de-Marne, Chercheur au CRH (FRE CNRS 3222 LOUEST), École d’Architecture Paris-Val-de-Seine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page