Skip to navigation – Site map

Déficits de citadinité et mal-gouvernance urbaine dans les nouvelles périphéries de Sousse

Ridha Lamine
p. 55-68

Full text

« Il existe désormais une véritable homologie entre la société et l’urbanité qui se construisent mutuellement et réciproquement »
Michel Lussault, L’homme spatial, 2007, p. 42

Quelle urbanité ? Quelle citadinité ?

1L’objet de cette communication est un essai de lecture et d’interprétation des nouvelles périphéries de Sousse à travers les deux notions d’urbanité et de citadinité. Cette tentative n’est pas le fruit d’une recherche spécifique qui aurait été menée au niveau de ces périphéries. Elle est plutôt basée sur leur connaissance directe, personnelle, et sur leur pratique régulière depuis une quinzaine d’années. C’est plus particulièrement le cas de celle où j’habite (la Cité Riadh), dans laquelle j’ai pu observer les dynamiques progressives de territorialisation et de fabrique, par les habitants, de nouveaux rapports à l’urbain — ce qui renvoie à l’urbanité — et aux citadins — ce qui fait référence à la citadinité.

2Avant de livrer mes éléments de réflexion sur les urbanités et citadinités caractéristiques de ces nouvelles périphéries, je voudrais expliciter la signification que je donne à ces deux notions.

3Une première remarque se rapporte au suffixe en « ité » qui est commun à la plupart des notions utilisées dans cet article : urbanité, citadinité, civilité, incivilité, etc. Dans la langue française, il exprime l’état et la qualité. C’est quelque chose qui induit souvent en erreur : ainsi, ici, cela suggère que par urbanité et citadinité, on entend l’état et la qualité de politesse, de courtoisie et de savoir-vivre en compagnie, typiques des gens de la ville. Or, l’usage de plus en plus fréquent qui est fait de ces deux notions dans les sciences sociales tend à s’éloigner de ce sens commun.

4Dans le cas de l’urbanité, l’usage scientifique se rapporte à « ce qui fait d’une ville une ville » et « renvoie à la dimension spatiale de la vie en société » (J. Lévy, 1999). Par ailleurs, « le terme citadinité est un néologisme qui ne désigne pas une essence immuable mais une relation dynamique entre un acteur individuel (individuel au premier chef mais aussi collectif) et l’objet urbain […]. La citadinité constitue un ensemble — très complexe et évolutif — de représentations nourrissant des pratiques spatiales, celles-ci en retour, par réflexivité, contribuant à modifier celles-là » (M. Lussault, 2003).

5Si l’urbanité renvoie donc à la dimension spatiale de la vie en ville, « les pratiques de la ville procèdent de la citadinité et, en même temps, en sont des quasi-énoncés, qui la mettent en forme et l’infléchissent » (M. Lussault, 2003). Les rapports entre urbanité et citadinité sont donc étroits : les pratiques spatiales des citadins, nourries de représentations et de valeurs et médiatisées par des signes, sont les déterminants de l’urbanité des lieux pratiqués par eux. Les usages, les arts de faire, les compétences et les performances des citadins fondent donc, à la fois, et les liens sociaux de leur sociabilité et de leur citadinité et l’urbanité des lieux qu’ils fabriquent. « La spatialité urbaine (l’ensemble des pratiques des opérateurs considérées en tant qu’elles agencent des espaces) est ainsi articulée à la citadinité » (M. Lussault, 2003).

  • 1 Programme de recherche : « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans le (...)

6Dans les nouvelles périphéries de Sousse, et plus particulièrement celles qui ont été fabriquées conjointement par des acteurs publics et des acteurs privés de la promotion foncière et immobilière, les pratiques de ces différents acteurs ont été à l’origine de l’émergence d’urbanités et de citadinités nouvelles dont la compréhension nécessite leur mise en perspective par rapport aux mutations du monde urbain et de l’ensemble de la société tunisienne. Si certaines de leurs dynamiques découlent de leur contenu social spécifique, formé en majorité de catégories sociales moyennes, les urbanités et les citadinités en émergence dans ces périphéries nécessitent la mobilisation d’une grille de lecture valable pour l’ensemble des dynamiques sociales en cours dans les grandes villes tunisiennes. Les composantes de cette grille pourraient être regroupées en trois catégories, qui correspondent aux trois axes majeurs de la recherche que nous conduisons collectivement1 : les mobilités, les sociabilités et les gouvernances.

7La question principale que l’on peut poser se rapporte à la contradiction entre les constats multiples de déficits d’urbanité et de citadinité (aménagements non réglementaires, distension des liens sociaux dans les quartiers résidentiels et repli sur l’espace domestique, faible mobilisation politique à l’échelle locale et micro-locale, insalubrités, incivilités, insécurités…) et le projet initial de fabrique de nouvelles périphéries répondant aux normes de l’urbanisme réglementaire et de la modernité et qui ont été établies de façon unilatérale par les acteurs publics engagés dans l’urbain.

8On pouvait s’attendre à ce que ces déficits soient le lot des périphéries non réglementaires ; or, on les retrouve là où on les attendrait le moins, c’est-à-dire dans les périphéries programmées. Cette problématique ne peut être traitée uniquement en termes de déficits par rapport à des normes dont l’établissement est lui-même problématique. L’hypothèse sur laquelle je mise dans l’interprétation de ces déficits d’urbanité et de citadinité rejoint celle adoptée par P. Signoles dans son analyse de l’habitat non réglementaire en considérant que « l’infraction à la règle peut être une manière de la combattre »… « Si, pour l’État, ce type d’habitat a souvent été considéré comme une déviance, ne doit-on pas l’analyser — le chercheur ne doit-il pas l’analyser — par contre comme un mode de la lutte sociale… » (P. Signoles, 1999). Or, ce que cet auteur a considéré comme typique de l’habitat non réglementaire s’applique aussi — dans certaines mesures que je vais essayer de présenter ci-après — aux périphéries programmées par les acteurs publics, mais dont la fabrique progressive est aussi le fait des citadins qui réagissent vis-à-vis des normes explicitement ou implicitement préétablies selon des modes très variés.

9Je ne prétends pas fournir ici des résultats définitifs et des explications tranchées. Loin de là. Ce que je propose, ce sont plutôt des éléments de réflexion et des pistes de recherche, voire des hypothèses, qui nécessitent des investigations fouillées et des vérifications plus rigoureuses que celles que j’ai entreprises.

Urbanité, citadinité et mobilités

10Le premier volet de ce triptyque se rapporte aux mobilités. Les processus de territorialisation en œuvre dans les nouvelles périphéries de Sousse, comme dans les autres villes étudiées dans notre programme de recherche, ne peuvent être interprétés sans la référence aux multiples formes de mobilité spatiale : mobilité migratoire, mobilité résidentielle, mobilité quotidienne matérielle et immatérielle. La mobilité intra-urbaine est étroitement lié aux effets des distances sur le fonctionnement de la ville dans son ensemble et sur les pratiques des citadins à différentes échelles spatiales : de la micro-mobilité de proximité à la mobilité pratiquée à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération et jusqu’à une mobilité non matérielle de plus en plus accrue par les nouvelles technologies de télécommunication.

Urbanité, citadinité et distances

11Au départ, il est utile de rappeler le rapport qui existe entre urbanité, citadinité et distances. Si on adhère, avec Jacques Lévy, à l’idée que la ville est « une situation spatiale caractérisée par la concentration d’une société dans un lieu (d = 0) en sorte de maximiser la densité et la diversité des interactions sociales » (J. Lévy, 1999), on saisit toute l’importance des distances et de leurs effets sur les interactions sociales. Si les citadins doivent minimiser les distances qui les séparent de leurs partenaires sociaux, cette minimisation ne peut pas être menée jusqu’au bout sans créer de frictions génératrices de menaces et de conflits.

  • 2 Le code de la route est l’un des codes réglementés qui régit, entre autres, les distances à respect (...)

12Les codes de conduites en ville, qui représentent l’une des multiples facettes de l’urbanité et de la citadinité, sont des modes de régulation des distances à respecter lors des interactions sociales2. On observe dans les nouvelles périphéries une grande diversité de situations où les distances minimales tolérées dans les interactions sociales varient en fonction des lieux, des situations et des acteurs : par exemple, les contacts entre les voyageurs qui empruntent les moyens de transport publics sont des situations de promiscuité maximale qui ne sauraient être supportées dans d’autres lieux publics (dans une rue commerçante, par exemple).

13Les rapports entre urbanité, citadinité et distances apparaissent aussi à une autre échelle. Les nouvelles périphéries de Sousse, comme celles de nombre d’autres grandes villes, sont situées par rapport aux lieux de travail et aux services administratifs, commerciaux et de loisir, à des distances qui nécessitent des déplacements motorisés. Ceux-ci s’effectuent soit en utilisant les moyens de transport publics, soit, de plus en plus, la voiture personnelle pour la plupart des individus et des familles appartenant aux classes moyennes et supérieures. En étant des banlieues dortoirs dans leur majorité, ces nouvelles périphéries sont déficientes en emplois, en services d’encadrement et en loisirs. Ces déficiences étaient surtout typiques des premières phases d’établissement de ces périphéries réalisées en tranches successives étalées sur plus d’une quinzaine d’années pour certaines d’entre elles (Riadh et Sahloul). Les priorités accordées aux logements ont donc retardé et, parfois, remis en question certains aménagements programmés : des centres commerciaux, des espaces verts et de loisir.

14Les conséquences de ces modes de développement des nouvelles périphéries sur les pratiques spatiales de leurs habitants ont été assez variées et contrastées :
• le développement d’activités commerciales et de petits métiers informels en réponse aux besoins quotidiens des populations et surtout de celles dont la mobilité est limitée au voisinage et qui sont en majorité des femmes au foyer ;
• le recours aux commerces, aux services et aux loisirs du centre-ville et de la zone touristique pour les catégories sociales disposant d’au moins une voiture personnelle, qui peuvent donc supporter les frais de déplacement et qui aspirent à des qualités de produits et de services inexistantes dans le voisinage immédiat de leur domicile ;
• le repli sur l’espace domestique et le quartier pour les catégories à faible mobilité et à faibles revenus, ne pouvant donc pas supporter les frais de déplacement et ne disposant pas des ressources intellectuelles et culturelles leur permettant de rechercher et de trouver en dehors de la maison et du quartier les conditions de leur épanouissement social.

Mobilité résidentielle et citadinité

  • 3 Séminaire organisé les 27 et 28 avril 2007 sur le thème : « Mobilités résidentielles, pratiques de (...)

15Les travaux présentés lors du séminaire qui, dans le cadre de notre programme de recherche, a été organisé à Sousse3, ont clairement montré le rapport étroit entre la fabrique des nouvelles périphéries et les diverses modalités de mobilités résidentielles. Il ne s’agit pas ici de revenir sur ces résultats, mais d’insister sur les conséquences des mobilités résidentielles sur les processus de territorialisation en œuvre dans les nouvelles périphéries. Ces processus de territorialisation sont fortement marqués par les modalités d’acquisition des logements et, plus précisément, par le caractère aléatoire ou quasi aléatoire de détermination du voisinage. Contrairement aux processus en action dans les quartiers d’habitat non réglementaire où prédominent les modes d’appropriation des terrains et des logements selon les règles de la parenté ou du moins de l’appartenance géographique, dans les quartiers programmés par les acteurs publics, la distribution des logements est régie par les règles de l’ancienneté de la demande et par le tirage au sort. C’est du moins ce qui est officiellement déclaré et/ou pratiqué. On sait pertinemment que, dans la réalité, diverses formes d’interventions permettent de déroger à ces règles et instituent des modes de régulation autres. C’est ce qui a été observé récemment dans les tractations relatives à la distribution des parcelles du lotissement de Sahloul 4, dont le dossier a été traité, à un certain niveau, par les autorités régionales et, à un niveau supérieur, par les services de la Présidence de la République, tant pour les problèmes d’acquisition des terrains auprès de leurs propriétaires que pour ceux relatifs à la satisfaction d’une demande dépassant de loin les lots disponibles.

16Mais, dans l’ensemble, les modes d’acquisition des logements dans ces périphéries programmées entraînent une distribution aléatoire des habitants qui ne favorise pas les sociabilités de voisinage, du moins au début de l’installation des familles venues de quartiers différents. Les modes de territorialisation et les rapports des habitants entre eux et avec leurs nouveaux quartiers sont marqués par l’absence de repères sociaux et spatiaux qu’il faudra fabriquer progressivement. La fabrique des nouvelles périphéries et des territorialités qui s’y développent ne se fait donc pas du jour au lendemain. Les temporalités variées en fonction des cycles de vie des familles et de leurs implantations progressives dans les quartiers au gré des locations, des ventes et des reventes de logements, façonnent des urbanités et des citadinités dynamiques, dans des équilibres et des régulations sans cesse remises en question.

Mobilité quotidienne matérielle et immatérielle et nouveaux modes de citadinité

17Parmi les modes de fabrication de ces nouvelles territorialités, il faut rappeler ceux qui se développent en liaison avec les mobilités quotidiennes matérielles mais aussi immatérielles, lesquelles, permettant une mobilité sur de grandes distances, court-circuitent les mobilités quotidiennes de voisinage typiques des quartiers anciennement constitués.

18Le repli sur la « citadelle domestique » ne doit pas cacher les nouvelles formes de mobilité motorisées et liées au travail, à l’accès aux services et aux loisirs qui créent des nouvelles territorialités en dehors des quartiers de résidence.

19En plus de ces mobilités matérielles, les habitants remplacent certains de leurs déplacements matériels par les communications à distance. Le téléphone portable, devenu à la portée de toutes les bourses, de toutes les catégories sociales et de toutes les classes d’âge est un moyen de communication qui prend le relais de certains déplacements matériels qui étaient précédemment nécessaires pour des services, des demandes d’informations, des échanges de salutations entre parents, voisines ou collègues de travail ou toute autre raison valable ou non valable ! Pour les jeunes, en plus du téléphone portable, les opportunités de navigation offertes par Internet ouvrent des perspectives de communication en dehors des circuits classiques et pour des raisons aussi variées que celles citées pour le portable. Certes, l’accès direct à Internet n’est pas aisé pour toutes les catégories sociales. Toutefois, la diffusion des centres publics d’Internet, bien que moindre que celle des centres publics de téléphone, a beaucoup facilité le recours à ce nouveau mode de communication qui libère certains des territorialités de voisinage et d’un ancrage profond dans un territoire étriqué.

20Les nouvelles territorialités qui se développent dans les périphéries programmées sont donc différentes de celles qui caractérisent les zones d’urbanisation ancienne. Par rapport à des territorialités continues et ancrées dans l’espace, les habitants des nouvelles périphéries pratiquent des mobilités multiples qui génèrent des lieux disjoints et des territorialités en réseau qui, contrairement à l’idée courante, supposent un minimum d’intensité des liens qui les relient. On serait donc en présence de liens en apparence faibles mais qui fondent des territorialités d’un genre nouveau qui tirent leurs spécificités de « la force des liens faibles ». Les multiples analyses sociologiques qui mettent l’accent sur l’atténuation des liens sociaux ne tiennent pas compte suffisamment des nouvelles configurations nées de la diversification des interrelations socio-spatiales rendues possibles par les nouvelles technologies de la communication. De telles configurations sont révélatrices de sociabilités fondatrices d’urbanités et de citadinités nouvelles.

Urbanité, citadinité et sociabilités

21Les relations qui sont tissées par les individus ou les groupes entre eux et qui sont caractéristiques de leur sociabilité, sont aussi typiques de leurs territorialités, de leurs rapports au territoire et de leurs rapports entre eux à travers le territoire. Les pratiques des individus et des familles qui s’installent dans les nouvelles périphéries sont fortement déterminées par les modes d’appropriation de leurs nouveaux territoires, tant à l’échelle du logement que des espaces publics.

Appropriation des logements, sociabilités de voisinage et temporalités

22Il est devenu classique d’insister sur les modes d’appropriation des logements dans les processus de territorialisation en œuvre dans les nouvelles périphéries. Il ne s’agira donc pas de revenir sur ces processus, mais plutôt d’essayer de dégager les sens des pratiques qui accompagnent ces processus ainsi que de celles qui en découlent en termes d’urbanité et de citadinité.

23L’appropriation du logement étant l’un des motifs fondamentaux de la mobilité résidentielle vers les nouvelles périphéries, il est donc normal de trouver des processus d’ancrage dans les nouveaux territoires en constitution. Il serait également normal de s’attendre, de la part des nouveaux propriétaires, à des pratiques habitantes totalement différentes de celles des locataires. Les familles propriétaires de leurs logements sont donc supposées y résider à vie et tisser des liens sociaux forts avec leur voisinage.

24Si, dans la majorité des cas, on observe bien une forte stabilité résidentielle et une forte intensité des liens entre les voisins, ceci ne doit pas cacher des dynamiques variées de changement de résidence et par conséquent de restructuration des champs relationnels. Les changements de résidence peuvent être de deux types :
• ceux des familles qui vendent leurs nouveaux logements et décident de quitter leur quartier en vue de s’installer ailleurs. Il s’agit de familles qui n’ont pas été satisfaites du standing de leur logement ou de leur voisinage. Dans la plupart des cas, elles retournent à leurs quartiers d’origine en attendant une opportunité d’achat ou de construction d’un logement dans ce quartier. Les liens sociaux ou simplement familiaux sont ici privilégiés dans le retour à une territorialité perdue lors de leur départ vers la nouvelle périphérie ;
• ceux des familles qui quittent leur nouveau lieu de résidence sans vendre leur logement pour le louer, et qui louent ou achètent un autre logement dans un autre quartier. C’est le cas de familles relativement aisées et capables d’investir dans l’acquisition d’un nouveau logement répondant plus à leurs aspirations, tant sur le plan architectural que sur celui du voisinage. La location de l’ancien logement peut être favorisée par une forte demande induite par des dynamiques inexistantes lors de la première installation. C’est le cas de la Cité Riadh où un véritable campus non programmé a progressivement vu le jour et où la résidence estudiantine a été un moteur de promotion immobilière diversifiée tout en étant aussi un facteur de restructuration des rapports sociaux.

25De cette typologie, on peut déduire l’une des caractéristiques des processus de territorialisation en cours dans les nouvelles périphéries. Ces processus ne sont pas figés et ils connaissent des refontes successives qui font que l’urbanité et la citadinité qui s’y fabriquent sont basées sur des sociabilités dynamiques tant dans leurs spatialités que dans leurs temporalités. En fonction des périodes d’aménagement, de construction des logements, de création des petits métiers et services informels ou des grands équipements structurants et des cycles de vie des individus et des familles, ressortent des temporalités différentes et fondamentales dans le développement des territorialités citadines. En plus des territorialités de proximité et de voisinage, se développent de nouveaux lieux de sociabilités dont certains sont ancrés dans les territoires en construction et d’autres plus ou moins distants du logement et qui sont en discontinuité spatiale avec lui. Les lieux de la sociabilité extra-domestique font partie de cette dernière catégorie.

Sociabilités extra-domestiques : cafés, commerces et mosquées

26La priorité donnée au logement par les acteurs publics de la fabrique des nouvelles périphéries a eu pour principale conséquence des déficits multiples en services qui ont été comblés par les initiatives multiformes des acteurs privés. Les commerces, les cafés et les mosquées sont devenus, de ce fait, des lieux privilégiés investis par les acteurs privés (et nés de leurs investissements) et également des lieux de nouvelles sociabilités très différenciées en fonction des catégories sociales impliquées dans et ciblées par ces services.

27Deux grandes catégories de cafés ont vu le jour dans les nouvelles périphéries de Sousse :
• les cafés populaires et réservés aux hommes se sont développés dans toutes les nouvelles périphéries. De standings assez variés, ces cafés ont surtout comme clients habituels les habitants des logements situés à proximité. Ils peuvent être fréquentés exclusivement par des catégories sociales assez particulières : les chômeurs, les manœuvres et les ouvriers à la recherche d’emploi, les cadres moyens, les retraités, les fumeurs de narguilé, etc. ;
• les nouveaux cafés et salons de thé sont des espaces qui se distinguent des précédents par une volonté affichée d’offrir des services différents et à des catégories sociales différentes, et plus particulièrement aux femmes exclues des cafés populaires. La volonté de distinction est, elle aussi, clairement affichée, autant dans le style architectural et dans le mobilier que dans les produits proposés et les prix pratiqués. Avant le développement de ce genre de cafés, seuls les hôtels de la zone touristique pouvaient proposer des cadres et des services comparables. Tout en étant concurrencés par ces nouveaux cafés et salons de thé, les hôtels, restaurants et bars du Grand Sousse, et plus particulièrement ceux de la zone touristique d’El Kantaoui, continuent d’être de hauts lieux des loisirs des citadins. Les usagers de ces nouveaux cafés sont certes les habitants des quartiers où ils sont implantés, mais aussi ceux et celles qui quittent leurs quartiers de résidence pour y venir en voiture passer des moments de détente. Là aussi la mobilité automobile est un vecteur important des sociabilités liées à ces pratiques.

  • 4 Les domaines semi-publics sont l’une des catégories proposées par J. Lévy dans son ouvrage Le tourn (...)

28Il est évident que les sociabilités de ces deux catégories de cafés sont très contrastées. Les nouveaux cafés et salons de thé sont des lieux où les règles de civilité sont, dans l’ensemble, respectées par ceux qui les fréquentent : cadres supérieurs, étudiantes, employées, jeunes couples ou familles accompagnées de leurs enfants, sont autant d’usagers qui tiennent à afficher et pratiquer leur distinction. Par contre, les cafés populaires sont plutôt des lieux où la transgression des règles de civilité fait partie de la règle du jeu propre à la volonté de défoulement recherchée par la plupart des usagers de ces cafés : jeux de cartes ou de dominos accompagnés de discussions à haute voix, cris, gros mots et insultes, pollutions diverses, etc. En plus de ces incivilités, les atmosphères hautement enfumées, surtout celles des cafés à narguilé, sont de véritables obstacles à la fréquentation de ces cafés par des usagers non habitués. Au lieu d’être de véritables espaces publics, les cafés à narguilé, plus que les autres cafés populaires, sont donc des domaines semi-publics comme les définit Jacques Lévy dans sa classification des espaces publics en fonction des normes d’accessibilité et de degrés d’intimité et d’extimité (J. Lévy, 1999)4.

29Les nouvelles périphéries abritent aussi de nouveaux commerces de tailles et de services variés. Les surfaces commerciales, en offrant des produits recherchés par les classes moyennes, offrent en même temps des espaces ouverts à la flânerie et à la déambulation qui viennent combler partiellement le vide d’espaces publics aménagés pour ce genre de pratique. Les familles des classes moyennes motorisées profitent de la fin de semaine pour se déplacer vers les nouveaux centres commerciaux afin de s’y ravitailler et en même temps de s’y détendre. Certes, les nouvelles périphéries de Sousse n’offrent pas les mêmes opportunités que celles du Grand Tunis, mais on y observe, avec un décalage d’une dizaine d’années, un phénomène comparable à celui observé depuis les années 1990 par Morched Chabbi dans les périphéries de la capitale (M. Chabbi, 1994).

30En plus des grandes surfaces, les nouvelles périphéries de Sousse ont aussi vu l’émergence de nouvelles pratiques commerciales liées aux boutiques spécialisées et destinées aux catégories sociales moyennes et aisées. Ce sont des boutiques de création récente, qui auparavant étaient inexistantes, même dans le centre-ville. Elles sont spécialisées dans la vente de produits de luxe (prêt-à-porter, bibelots, cadeaux, meubles, antiquités) destinés aux habitants (et surtout aux femmes) des quartiers proches, mais aussi aux habitants d’autres quartiers de Sousse qui y viennent en voiture faire leurs achats et afficher leur distinction.

31Les nouvelles périphéries de Sousse ne sont pas toutes concernées par les nouvelles pratiques de commerce et de loisirs qui sont plutôt le fait des banlieues, programmées ou non, où se concentrent les catégories sociales moyennes et aisées (telles que Sahloul et Khezama) (Fig. 1). Les cités populaires (telle que Ezzouhour) et les lotissements publics où sont amalgamées les différentes catégories sociales (telle que Riadh) restent des espaces où les sociabilités de proximité sont les plus caractéristiques des pratiques sociales : liens avec les voisins, fréquentation des petits commerces de coin de rue et des cafés populaires de quartier.

32Dans le même registre de la proximité, on peut inclure les pratiques religieuses qui connaissent un regain remarquable auprès des catégories populaires et moyennes, et surtout auprès des jeunes. Les mosquées de quartier se sont développées très rapidement dans les nouvelles périphéries à l’initiative de certains mécènes et grâce à des collectes initiées par des collectifs de résidents. Même si leur fréquentation est strictement contrôlée par les services de l’État et limitée aux seuls temps de prière, ces mosquées constituent, de plus en plus, des lieux de rassemblement d’effectifs nombreux. Les files de voitures stationnant à leurs abords témoignent à la fois de l’affluence et des déplacements effectués. Certaines d’entre elles ne sont pas uniquement fréquentées par les habitants des logements proches.

Figure 1. Le Grand Sousse en 2000.

Figure 1. Le Grand Sousse en 2000.

Cartographie : R. Lamine & F. Troin • CITERES|EMAM • 2009.

33Elles sont donc plus attractives que d’autres en raison de la réputation de leur imam et plus particulièrement de la qualité de son prêche du vendredi. Les réseaux de connaissances et d’interrelations sociales et professionnelles sont à l’origine de ces pratiques relativement nouvelles, surtout pour les plus jeunes.

34Le regain de piété, sans être totalement étranger à la montée de l’intégrisme, est surtout synonyme de reconfiguration des liens sociaux basée sur l’adhésion aux mêmes croyances et pratiques religieuses. La mosquée, tout en étant un lieu de culte, devient de ce fait un lieu de lien social. La pratique de la prière quotidienne dans la mosquée du quartier — y compris celle de l’aube pour certains — tend à remplacer la prière au domicile qui était la règle pour beaucoup de pratiquants. La prière dans la mosquée s’expliquerait par le sentiment fort d’appartenance à la même communauté religieuse créé par le partage en commun du lieu de prière.

  • 5 En parlant d’affichage, je fais allusion au fait que, pour certains convertis de fraîche date, l’af (...)

35Par ailleurs, le recours à la religion comme lien social est de plus en plus un mode d’affichage de l’appartenance communautaire qui permet aux catégories sociales les plus fragiles de bénéficier de solidarités et de sociabilités qui sont devenues pour eux problématiques en dehors du champ religieux5. Face aux difficultés d’insertion par l’emploi, par les revenus stables, ou toute autre valeur, les plus démunis socialement croient trouver les solutions à leurs problèmes dans les réseaux de solidarité et de sociabilité qui se tissent à l’intérieur et autour des mosquées.

Sociabilités des espaces publics : rues, jardins et places

  • 6 Espace public étant entendu ici comme « espace accessible à tous ».

36Dans une autre catégorie d’espaces qui répondent plus à la définition d’un espace public6, les rues, les jardins et les places sont aussi des espaces où la société des nouvelles périphéries se construit en actes fondateurs de nouvelles sociabilités, urbanités et citadinités.

37Tout comme pour les espaces semi-publics, le constat commun aux différentes périphéries programmées par les acteurs publics, la priorité donnée au logement a eu comme conséquence un déficit patent dans l’aménagement et l’organisation des espaces en vue de répondre aux besoins des citoyens en dehors de leurs logements.

38Je limiterai mon analyse des déficiences en espaces publics au seul exemple des espaces verts. Malgré les recommandations environnementales et les procédures adoptées pour atteindre un ratio élevé en termes de m2 d’espaces verts/habitant, la ville de Sousse et ses nouvelles périphéries souffrent d’un grave déficit en espaces verts effectivement aménagés. Certes, les plans de lotissement des nouvelles périphéries prévoient de minuscules petits jardins et squares de voisinage censés contribuer à l’aération minimale des espaces résidentiels. Mais de tels espaces sont très insuffisants et la majorité d’entre eux sont en outre dans un tel état d’abandon que leur statut d’espace public est devenu problématique.

39À la Cité Riadh, malgré un effort de plantation d’arbres, de haies vertes et de clôtures barbelées sur le pourtour des squares, l’absence de vigilance et de persévérance de la part de la municipalité et des comités de quartier a eu comme conséquence la destruction pure et simple des clôtures et l’usage des squares comme espaces de passage, de pacage pour les moutons ou tout simplement comme dépotoirs. Dans d’autres cas, des riverains soucieux d’affirmer leur droit d’usage ont tout fait pour planter, entretenir et même clôturer des bouts de jardins situés face à leur logement pour en faire des jardins quasi privés. La délimitation d’un territoire privatif au-delà de l’espace intermédiaire entre ce qui est privé et ce qui est public, est symptomatique de pratiques spatiales et sociales créatrices de nouvelles urbanités et citadinités.

40Ces pratiques ne se limitent pas aux espaces censés être verts ; en effet, la mainmise sur des parcelles ou des bouts de parcelles sises en continuité avec le logement, mais non incluses dans le titre de propriété, est devenue une pratique courante qui affirme un droit d’usage du sol public en vue d’une appropriation future. La plantation de ces bouts de parcelles, comme pour les espaces verts, vise à affirmer ce droit d’usage en vue de l’appropriation après la durée d’occupation et de mise en valeur. Au-delà d’une pratique de simple mise en verdure, les stratégies des résidents visent donc l’appropriation d’un bien public dont la gestion est, pour diverses raisons, mal assurée par les acteurs publics. Cette mal-gouvernance des espaces verts n’est en fait que l’une des manifestations d’une mal-gouvernance globale qui affecte l’ensemble des espaces publics.

Urbanité, citadinité et gouvernance

41La mal-gouvernance urbaine est un vaste problème qui ne peut être posé qu’en rapport étroit avec la mal-gouvernance de l’ensemble de la société et, plus précisément, celle de la société civile en rapport avec l’État. Nombreuses sont les pratiques, en apparence déviantes, qui ne peuvent être interprétées que comme des contre-stratégies déployées par les habitants face aux stratégies adoptées par les acteurs publics.

42Insalubrités, incivilités et insécurités sont des manifestations qui semblent exprimer, de prime abord, des déficits de civisme et de citoyenneté, mais qui peuvent aussi être interprétées comme des moyens de lutte contre des actions, des procédures et des normes mises en œuvre sans concertation et sans implication des acteurs concernés.

Insalubrité, insécurité et incivilité

43Parmi les multiples infractions qui apparaissent comme des déficits d’urbanité et de citadinité, je me limiterai à celles qui se rapportent à l’insalubrité. La gestion des déchets ménagers est un exemple édifiant des rapports conflictuels qui existent entre les citadins et les services municipaux qui ont la responsabilité de cette gestion et de la mise en œuvre des moyens humains et techniques nécessaires.

44Les périphéries nouvelles de Sousse, et surtout les plus populaires d’entre elles (Ezzouhour et Riadh), sont des territoires où la gestion des déchets ménagers est la plus problématique. La plupart des problèmes se rapportent à l’insuffisance des équipements (bacs à ordures, camions, effectifs des équipes employées) et aux difficultés de répartition de ces moyens techniques et humains dans l’espace et dans le temps : des bacs en nombre insuffisant, des bacs mal répartis compte tenu des besoins des ménages, des tournées de ramassage trop peu fréquentes par rapport aux quantités de déchets rejetés, l’absence d’informations concernant les horaires de passage des camions, etc.

45Les citoyens se plaignent donc de ces insuffisances et en rejettent la responsabilité sur les services municipaux. Ces derniers se plaignent des pratiques des habitants qui rechignent à payer les redevances municipales sur l’habitat, en arguant du fait que la municipalité ne fait rien pour résoudre les problèmes d’insalubrité. Ainsi, les protagonistes de cette gestion campent sur leurs positions en se rejetant mutuellement les responsabilités.

46La responsabilité des habitants des périphéries populaires ne s’arrête pas, en fait, au refus de payer les redevances municipales. Elle s’étend aussi à leurs pratiques quotidiennes de rejet des déchets ménagers. Malgré l’existence des bacs, nombreux sont les enfants, les jeunes et les adultes qui rejettent le contenu de leurs poubelles à côté de bacs vides. En parlant des pratiques des habitants de villes d’Afrique subsaharienne, Jacky Bouju affirme que « le marquage par la saleté est une forme d’incivilité qui constitue une sorte d’injure muette et hypocrite […]. Selon les circonstances, le rejet de l’ordure peut être tout autant un marqueur de territoire personnel qu’un agent de violation du territoire du voisin ou des pouvoirs publics […]. Les poubelles vidées à côté des bacs signalaient aussi bien une incivilité politique qu’une ignorance des codes de l’urbanité […]. Il règne un sentiment général de soumission à l’ordre administratif et policier et d’abandon par les services municipaux dans un contexte de laisser-faire concédé aux riches et de privilèges accordés aux puissants. Les conditions politiques de la vie urbaine constituent un des principaux obstacles à une appropriation citoyenne, civique et responsable, de la salubrité des espaces publics urbains » (J. Bouju, 2004).

  • 7 Malgré le fait que les municipalités sont régies par une loi qui leur attribue certaines prérogativ (...)

47Cette analyse faite à propos des villes d’Afrique subsaharienne pourrait s’appliquer mot à mot aux nouvelles périphéries populaires de Sousse ou de toute autre grande ville tunisienne où les rapports tendus entre la société civile et les acteurs publics (y compris les services municipaux7) sont à l’origine des incivilités variées qui sont autant de modes de médiatisation des tensions sous-jacentes et latentes entre les citadins et les multiples instances de pouvoir dans la cité. Et c’est dans le même ordre d’idées que doivent être interprétés les déficits de civisme et de citoyenneté qui sont typiques des nouvelles périphéries.

Mal-gouvernance, déficits de civisme et de citoyenneté

  • 8 « Société politique, société en tant qu’elle est politique. La cité (polis) désigne une communauté (...)

48Si certaines périphéries récentes de Sousse sont appelées « cités », elles sont loin d’être de véritables cités dans le sens politique du terme8. Cette affirmation n’a de sens qu’en rapport avec les modes de gouvernance urbaine et de gouvernance politique adoptés en Tunisie. S’il n’est pas dans mon propos d’analyser ici ces modes de gouvernance, il convient, toutefois, d’expliciter le contexte dans lequel s’insèrent les pratiques des habitants des nouvelles périphéries.

  • 9 Il est possible que cette situation résulte de la volonté d’élus locaux préférant affirmer l’appart (...)

49À l’exception de la Cité Ezzouhour, qui dispose de sa propre municipalité, les autres cités font partie d’arrondissements municipaux qui ne sont que des subdivisions de la commune de Sousse. Malgré la taille démographique atteinte par la Cité Riadh (l’arrondissement municipal comptait 34 447 habitants en 2004), il n’a pas été jugé nécessaire d’y créer une commune autonome9, comme à la Cité Ezzouhour (pourtant peuplée de seulement 11 669 habitants en 2004). La question de la gouvernance municipale pose en Tunisie des problèmes de compréhension, rendus d’autant plus ardus que les faits sont loin d’être en conformité avec les textes de loi. Malgré la possibilité d’élire des conseils municipaux prenant en charge la gestion des affaires de la commune, rares sont les municipalités qui fonctionnent effectivement comme des structures démocratiquement élues, tant par verrouillage politique des élections que par manque de combativité des citoyens en vue d’instaurer et pratiquer une gouvernance municipale autonome.

50La dépendance financière et administrative des communes vis-à-vis des structures de l’État est perçue comme un fait accompli pour une majorité de citoyens qui ne se sentent pas solidaires d’une institution contrôlée par l’État. Les rapports des habitants des nouvelles périphéries avec les institutions publiques (ou perçues comme telles) ne sont, en fait, pas distincts des rapports que les Tunisiens en général ont toujours eu avec les instances de l’État. Ces rapports sont complexes et se conjuguent à la fois sur les modes du clientélisme, de l’assistance et de la méfiance. Et ils sont rendus d’autant plus complexes et inextricables que, dans la majorité des institutions publiques, les instances administratives, politiques et partisanes s’interpénètrent. Les municipalités ont donc un statut officiel et officieux d’institution dépendante du Ministère de l’Intérieur et sont, de ce fait, régies selon les registres à la fois administratifs, politiques et partisans.

  • 10 PNUD, non daté : Gouvernance locale et développement, structure administrative décentralisée en Tun (...)

51Parallèlement aux institutions officielles, les comités de quartier, créés par décret en 1992, visent à « soutenir l’action municipale dans les domaines de l’hygiène, de la propreté et la sauvegarde de l’environnement », à « sensibiliser le citoyen de son rôle civique envers la communauté et à établir des liens d’entraide et de solidarité entre tous les habitants du même quartier »10. Ces comités ont en fait constitué un maillon de plus dans la chaîne des intermédiaires entre les habitants et les pouvoirs publics. Si l’objectif déclaré est de responsabiliser les citoyens et de les impliquer dans la gestion des affaires communales, la réalité est plus complexe. L’aveu implicite de non-implication suffisante des citoyens dans les affaires municipales est doublé d’une intention d’encadrement supplémentaire et parallèle à celui des autres institutions. Pour ces raisons et bien d’autres, beaucoup de citoyens n’adhèrent que partiellement et occasionnellement aux actions mises en œuvre par les comités de leurs quartiers.

52Mal-gouvernance, déficits de civisme et de citoyenneté ne sont donc que des facettes d’une même réalité qui caractérise la fabrique des nouvelles périphéries autant que celle de l’ensemble de la cité.

Urbanisme techniciste, mal-gouvernance et fabrique de la cité

53Cette fabrique prise en charge par les multiples instances et rouages de l’État et relayée par les acteurs privés a commencé depuis la programmation et l’aménagement des lotissements résidentiels par l’Agence Foncière de l’Habitation (AFH). Cette agence, créée par l’État dans les années 1970 en même temps que d’autres agences foncières, avait pour but la régulation du marché foncier urbain et la production foncière et immobilière destinée aux différentes catégories des classes moyennes. Les plans d’aménagement adoptés ont visé l’amalgame des types d’habitat dans le but d’éviter la ségrégation sociale. Cette option urbanistique, adoptée par les responsables de l’AFH, ne faisait qu’entériner le choix d’une politique de régulation sociale et spatiale affirmée par l’État dans l’ensemble de ses stratégies de développement, d’aménagement et de gestion politique.

54La volonté de renforcer les liens sociaux par la proximité spatiale des différentes catégories sociales s’est donc concrétisée par la mise en œuvre d’un urbanisme réglementaire dont les codes et les normes visent à instaurer un nouvel ordre social par l’agencement d’un nouvel ordre spatial. Si une telle politique a eu comme conséquence de résoudre une bonne part des problèmes de logement des catégories sociales ciblées, elle a échoué dans la mise en place d’une bonne gouvernance des espaces aménagés et des liens sociaux qui s’y sont créés.

55La mal-gouvernance des espaces aménagés est révélée par les problèmes de gestion des permis de bâtir rencontrés par les instances municipales. Même si, dans la majorité des cas, les constructions sont formellement en conformité avec les règles urbanistiques, les pratiques habitantes remettent en cause certains des codes implicites ou explicites sur lesquels le projet urbanistique a été fondé. Par des pratiques multiformes, les habitants construisent et aménagent l’intérieur de leur logement, après obtention des permis de bâtir, selon des normes et des modèles qui témoignent de leur résistance face à des modèles d’habitat qui ne correspondent pas à leurs attentes.

  • 11 La loi 2003-26 du 14 avril 2003 stipule que « Le recours à l’expropriation des immeubles pour cause (...)

56La fabrique de l’habitat en périphérie et celle de la société qui y habite se fait donc selon des régulations multiples où les différents acteurs de la cité jouent des rôles et déploient des stratégies parfois contradictoires d’un groupe d’acteurs à un autre. Les péripéties actuelles par lesquelles passe l’acquisition des terrains prévus dans les lotissements programmés par l’AFH illustrent l’imbrication des enjeux et des jeux d’acteurs. Le lotissement de Sahloul dans sa quatrième phase (Sahloul 4) connaît un blocage qui risque de durer longtemps. L’origine de celui-ci réside dans les mesures prises depuis 2003 en vue de changer les modalités de l’expropriation à des fins d’utilité publique11. Pour autant, les propriétaires de parcelles faisant partie du lotissement programmé refusent les solutions de vente à l’amiable proposées par l’AFH et revendiquent des prix comparables à ceux pratiqués sur le marché foncier privé. En plus des demandeurs de terrains, dans ce bras de fer entre les propriétaires des terrains et l’AFH comme pour d’autres enjeux fonciers et immobiliers, d’autres acteurs publics et privés sont impliqués.

57La survalorisation des terres urbaines a fait que, pour tous les acteurs de la fabrique urbaine, les enjeux financiers des transactions foncières et immobilières sont devenus déterminants dans toutes les dimensions des interactions sociales, non seulement économiques, mais aussi politiques. L’implication des notabilités du pouvoir et de l’argent, des membres des professions libérales, des élites intellectuelles et bureaucratiques et des autres catégories des classes moyennes et populaires est devenue évidente dans les jeux de la régulation socio-spatiale qui contribuent à la fabrique des nouvelles périphéries et de leurs déficits de citadinité et de citoyenneté. Dans ces jeux de régulation, les citadins de toutes catégories n’agissent pas séparément et s’insèrent, par leurs jeux respectifs, dans les mailles des services de l’État, des institutions et des collectivités publiques, des comités de quartier, des entreprises privées, des associations caritatives, des organisations non-gouvernementales, etc.

Conclusion

58Comme nous avons eu l’occasion de le signaler en introduction, cet article n’est pas le résultat d’une réflexion approfondie et d’enquêtes de terrain systématiques. Les clés de lecture et d’interprétation que nous y proposons pour la compréhension de certaines des dynamiques de territorialisation en cours dans les nouvelles périphéries de Sousse ne sont que partiellement assurées et ne se veulent pas définitives. En privilégiant les angles d’analyse par les représentations médiatisées et les pratiques observées, j’ai cependant essayé d’éclairer les processus de territorialisation en cours par l’analyse des rapports des citadins à l’urbain tant dans leur dimension spatiale que sociale. En privilégiant les axes de la mobilité, de la sociabilité et de la gouvernance, j’ai aussi fait des choix sur certaines représentations et pratiques que je connais mieux que d’autres. C’est donc une vision partielle et à la fois partiale des processus de citadinisation que je propose.

59En formulant l’hypothèse de l’imbrication des processus de fabrication matérielle des nouvelles périphéries avec les processus de reconfiguration des liens sociaux, j’ai présupposé l’importance des jeux d’acteurs impliqués dans cette production. La fabrique des nouvelles périphéries est aussi celle de la cité par des processus de régulation dont la substance sociale a obligatoirement une dimension spatiale (M. Lussault, 2007). Le système d’action, dans lequel se créent les nouvelles périphéries, est traversé par de multiples tensions entre des intérêts contradictoires, des stratégies et des contre-stratégies d’acteurs publics et privés qui induisent des processus de régulation spatiale, sociale et politique.

60En parlant de déficits d’urbanité et de citadinité en rapport avec des modes de mal-gouvernance, j’ai focalisé mon attention sur certains de ces modes de régulation. J’ai aussi supposé, à la suite de P. Signoles, que les déficits de sécurité, de salubrité, de civisme, de citoyenneté et de citadinité, sont « un mode de la lutte sociale » caractéristique de la transition d’un mode de fabrique de la cité à un autre : d’un mode fortement réglementé et régenté par les différentes instances de pouvoir à un mode où les codes de conduite spatiale, sociale et politique devraient se construire sur des négociations et des régulations impliquant tous les acteurs de la société civile autant que l’État. L’urbanité et la citadinité typiques des nouvelles périphéries ne témoignent pas seulement des modes de médiatisation des rapports à l’urbain, mais elles révèlent aussi la « véritable homologie entre la société et l’urbanité qui se construisent mutuellement et réciproquement » (M. Lussault, 2007).

Top of page

Bibliography

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe, Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tours/Tunis, Karthala/URBAMA/IRMC, 406 p.

Beuscart J.-S., Peerbaye A., 2003, « Urbanité(s) (Avant-propos) », Terrains & Travaux, 2003/2, n° 5, ENS Cachan, pp. 3-6.

Bouju J. (dir.), 2004, Les incivilités de la société civile. Espace public urbain, société civile et gouvernance communale à Bob-Dioulasso et Bamako (Communes 1 et 2), Aix-en-Provence, Institut d’Études Africaines, Programme de Recherche Urbaine et Développement (GEMDEV-ISTED), 169 p.

Bouju J., Ouattara F., 2002, Une anthropologie politique de la fange. La souillure de la ville par les eaux usées et les excrétas à Ouagadougou & Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), Programme MAE « Gestion durable des déchets et de l’assainissement urbain », Action de recherche n° 4, SHADYC-Marseille & Grill-Ouagadougou, 234 p. + 86 p. d’annexes.

Chabbi M., 1997, « Évolution du Grand Tunis, territorialités et centralité », pp. 257-269, in Naciri M., Raymond A. (dir.), Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, Fondation du Roi Abdul Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, 299 p.

Chalas Y., 2007, « L’urbanisme à pensée faible » ; http://www.lrdb.fr/articles.php?lgn=fr&pg=356

Dorier-Apprill E., Gervais-Lambony P. (dir.), 2007, Vies citadines, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 267 p.

Korsec-Serfaty P., 1988, « La sociabilité publique et ses territoires. Places et espaces publics urbains », Architecture et Comportement, vol. 4, n° 2, pp. 111-132.

Legros O., 2003, Le gouvernement des quartiers populaires : production de l’espace et régulation politique non réglementaires de Dakar (Sénégal) et de Tunis (Tunisie), Thèse de Doctorat en Géographie sous la dir. de P. Signoles, Université François-Rabelais de Tours, 485 p.

Lévy J., 1999, Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 400 p.

Lévy J., Lussault M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, Paris, Belin, 1034 p.

Lussault M., 1996, « La citadinité, pour une approche problématique », pp. 33-48, in Lussault M., Signoles P. (dir.), La citadinité en questions, Tours, URBAMA, Fascicule de Recherches n° 29 et MSV, coll. « Sciences de la Ville », n° 13, 158 p.

Lussault M., 2003, article « Citadinité », pp. 159-161, in Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1034 p.

Lussault M., 2007, L’homme spatial, la construction sociale de l’espace, Paris, Seuil, coll. « La Couleur des Idées », 366 p.

Monnet J., 2007, « Urbain, civil et poli. La matrice terminologique de nos réflexions sur la ville » ; http://www.lrdb.fr/articles.php?lgn=fr&pg=146

Monnet J., Capron G. (dir.), 2000, L’urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 218 p.

Ntagteverenis P., 2003, « L’espace social comme lieu du lien soial » ; http://1libertaire.free.fr/EspacesocialLiensocial.html

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), non daté, GOLD Maghreb (GOuvernance Locale et Développement), Structure administrative décentralisée en Tunisie, 15 p. ; http://www.tn.undp.org

Rebhi A., 2007, Les stratégies d’intégration urbaine dans les quartiers non-réglementaires de Kairouan, communication au séminaire « Mobilités résidentielles, pratiques de mobilité et constructions territoriales en périphérie(s) », Sousse, 17 et 28 avril 2007.

Signoles P., 1999, « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du monde arabe », pp. 19-53, in Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R. (dir.), L’urbain dans le monde arabe, politiques, instruments et acteurs, Paris, Éd. du CNRS, 376 p.

Top of page

Notes

1 Programme de recherche : « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Monde arabe » (2005-2009).

2 Le code de la route est l’un des codes réglementés qui régit, entre autres, les distances à respecter par les différents usagers de la voie publique : distances entre un automobiliste et un autre, entre l’automobiliste et le piéton…

3 Séminaire organisé les 27 et 28 avril 2007 sur le thème : « Mobilités résidentielles, pratiques de mobilités et constructions territoriales en périphérie(s). Exemples au Maghreb ». Certaines des communications présentées à cette occasion ont été publiées dans Les Cahiers d’EMAM, n° 16, 2008, Tours, 84 p.

4 Les domaines semi-publics sont l’une des catégories proposées par J. Lévy dans son ouvrage Le tournant géographique (se reporter à sa Fig. 3, p. 240). En fonction de l’accessibilité et l’extimité, il considère les domaines semi-publics comme des espaces d’extimité maximale et d’accessibilité normée et non totalement libre, comme elle l’est dans les domaines publics.

5 En parlant d’affichage, je fais allusion au fait que, pour certains convertis de fraîche date, l’affichage de la piété coexiste avec les convictions réelles et les pratiques parallèles, parfois plus que déviantes par rapport à la morale religieuse. La gestion de cette contradiction fait partie des divers modes de régulation sociale en action dans les sociabilités émergentes. Dans le même ordre d’idées, pour un bon nombre de jeunes filles voilées par contrainte, le port du voile est plus un affichage de l’appartenance communautaire qu’un réel symbole de piété et de religiosité.

6 Espace public étant entendu ici comme « espace accessible à tous ».

7 Malgré le fait que les municipalités sont régies par une loi qui leur attribue certaines prérogatives et une forme d’autonomie de gestion, la réalité du fait municipal est marquée, dans les esprits des citoyens et dans les pratiques effectives, par une dépendance des municipalités vis-à-vis de l’État et plus précisément du Ministère de l’Intérieur, tant sur le plan financier que sur le plan politique.

8 « Société politique, société en tant qu’elle est politique. La cité (polis) désigne une communauté humaine et la forme constitutionnelle qu’elle adopte, les hommes rassemblés dans les limites civiques d’une même vie commune et l’ensemble des institutions auxquelles ils ordonnent cette existence commune [… ]. L’appartenance à la cité épuise la définition de l’être humain : ce dernier est, avant tout, un citoyen ». Article « Cité », in Lévy J. et Lussault M., 2003, pp. 161-162.

9 Il est possible que cette situation résulte de la volonté d’élus locaux préférant affirmer l’appartenance de la Cité Riadh à la municipalité de Sousse, alors que la Cité Ezzouhour fut, dès l’origine, considérée par divers acteurs publics comme une entité distincte de la municipalité de Sousse.

10 PNUD, non daté : Gouvernance locale et développement, structure administrative décentralisée en Tunisie.

11 La loi 2003-26 du 14 avril 2003 stipule que « Le recours à l’expropriation des immeubles pour cause d’utilité publique ne se fait que d’une façon exceptionnelle et après avoir accompli toutes les mesures de conciliation prévues à l’article 11 (nouveau) de la présente loi ».

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Le Grand Sousse en 2000.
Credits Cartographie : R. Lamine & F. Troin • CITERES|EMAM • 2009.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/196/img-1.png
File image/png, 246k
Top of page

References

Bibliographical reference

Ridha Lamine, « Déficits de citadinité et mal-gouvernance urbaine dans les nouvelles périphéries de Sousse », Les Cahiers d’EMAM, 18 | 2009, 55-68.

Electronic reference

Ridha Lamine, « Déficits de citadinité et mal-gouvernance urbaine dans les nouvelles périphéries de Sousse », Les Cahiers d’EMAM [Online], 18 | 2009, Online since 10 February 2012, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/196 ; DOI : 10.4000/emam.196

Top of page

About the author

Ridha Lamine

Professeur, Géographie, Université de Sousse

By this author

Top of page