Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Produire pour la ville, produire la ville

Étude de l’intégration des activités agricoles et des agriculteurs dans l’agglomération du Grand Khartoum (Soudan)*
Alice Franck
p. 77-82

Texte intégral

  • * Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de M. Chaléard, soutenue le 29 novembre 2007 à P (...)

1Ce travail de thèse était l’occasion d’observer à travers l’étude de l’agglomération du Grand Khartoum les évolutions conjointes d’une ville et de son agriculture, de montrer comment ces évolutions s’articulent, se répondent, et parfois s’affrontent.

2Pour étudier les processus à l’œuvre entre la ville et l’agriculture, j’ai tout d’abord choisi d’étudier trois activités agricoles différentes (élevage bovin laitier, élevage bovin d’embouche et les cultures maraîchères) de manière à aborder le phénomène agricole dans sa diversité. Une attention toute particulière a été portée d’une part aux processus d’intégration en ville de ces activités productrices — en appréhendant notamment leur inscription historique, leur participation à l’approvisionnement urbain et à l’économie urbaine — et, d’autre part, aux processus d’intégration des agriculteurs, en abordant notamment leur profil de migration, leur condition et leur projet de vie en ville.

  • 1 La capitale reçoit en moyenne 160 mm de pluie par an ce qui correspond parfaitement aux caractérist (...)

3De nombreux facteurs expliquent le choix de la capitale soudanaise pour un travail sur l’agriculture urbaine, et, en premier lieu, sa qualité de ville sahélienne. En effet, si les activités agricoles urbaines s’observent dans la plupart des villes d’Afrique subsaharienne — et sont aujourd’hui à l’origine d’une importante littérature —, les villes sahéliennes en sont les grandes absentes. Dans un milieu déjà marqué par la sécheresse1, c’est la présence des Nil (confluence des Nil Bleu et Blanc) qui permet à la capitale soudanaise, peut-être plus qu’aux autres villes sahéliennes, d’accueillir, grâce à l’irrigation, des activités agricoles. En outre, avec aujourd’hui plus de 5 millions d’habitants, c’est l’agriculture urbaine d’une des plus grandes ville d’Afrique et de la plus grande ville sahélienne qui est au centre de ce travail.

4Le processus d’urbanisation de la capitale soudanaise dans un contexte économique très difficile permet d’aborder la question de la relation entre paupérisation et développement des activités agricoles en ville. Enfin, dans le contexte actuel de forte croissance économique du pays en lien avec l’exploitation pétrolière — effective depuis 1999 — on assiste à la transformation rapide de la capitale. L’exacerbation actuelle de ce rapport ville/agriculture fait de la capitale soudanaise un objet d’étude particulièrement pertinent.

5Au-delà des singularités de la capitale soudanaise, l’interrogation centrale de cette recherche était de voir si, au-delà de « produire pour la ville », l’agriculture urbaine participe dans l’agglomération du Grand Khartoum à « produire la ville ». Suivant cette ligne directrice, mon travail se construit en trois parties. Nous sommes partis du passé pour aboutir au présent, et des espaces agricoles pour finalement parler de la ville.

6La première partie ancre l’agriculture et les agriculteurs dans l’histoire de la capitale soudanaise depuis sa création au XIXe siècle, de manière à comprendre sur quelles bases les évolutions de la ville et de l’agriculture se sont articulées, et à poser le cadre de l’émergence de l’agriculture actuelle du Grand Khartoum, comme d’en souligner les singularités. Il s’agit de prendre acte de la situation de ces espaces agricoles, des formes de production et de travail qui s’y sont développées avant la crise économique, politique et sociale aiguë qui touche le Soudan et sa capitale depuis les années 1980. On tente de déterminer si cette crise multiforme a eu un impact sur les activités agricoles et sur leur développement, tant du point de vue des stratégies (à visée d’autoconsommation ou commerciale) mises en place par les producteurs, que du point de vue des populations et catégories sociales engagées dans l’agriculture.

7Un second temps est consacré à analyser les dynamiques et évolutions de l’agriculture urbaine sous l’effet de l’impact du marché urbain et de l’augmentation de la demande alimentaire du Grand Khartoum. La place particulière qu’occupe l’agriculture urbaine dans la sécurité alimentaire de la capitale sera examinée, ainsi que sa participation tant qualitative que quantitative à l’approvisionnement du marché local. Le rôle des initiatives des producteurs et des pouvoirs publics dans cette réponse productive au marché urbain sera souligné et différencié. Secteur productif urbain, l’agriculture ne remplit pas qu’une fonction alimentaire, et nous insisterons sur ses autres dynamiques fonctionnelles afin de montrer sa participation et son rôle moteur dans l’économie urbaine et par là, mesurer son éventuelle capacité à structurer la ville.

8Si l’agriculture est intégrée à des niveaux divers à l’économie urbaine, elle est également sous la menace de la ville. Cette troisième partie s’attache à analyser cette confrontation ville/agriculture au niveau des producteurs agricoles, des habitants et des aménageurs, confrontation qui se veut révélatrice de l’intégration globale de l’agriculture urbaine dans la ville et devait ainsi nous permettre de conclure quant à ses capacités à s’inscrire et à être intégrée dans le projet urbain Grand Khartoum.

9À l’issue de ce travail, une agriculture majoritairement commerciale, connectées aux exigences spécifiques de la demande urbaine a été mise en évidence. Les agriculteurs se spécialisent et relèvent au moins pour part le défi de l’accroissement de la demande alimentaire urbaine. Les activités agricoles sont intégrées à l’économie urbaine, et créent de l’emploi. Elles génèrent et soutiennent également des activités en amont et en aval de la production. En ce sens elles participent de la ville.

10L’emprise spatiale des cultures, comme leur inscription dans les différents schémas directeurs de la capitale, mérite également d’être soulignée, mais cela ne signifie pas pour autant que les espaces agricoles fassent corps avec le reste de la ville.

11Différents acteurs interviennent dans cette notion de production urbaine : les aménageurs officiels de la ville, les citadins non agriculteurs, comme les agriculteurs urbains. Ce sont les différentes appréhensions des espaces agricoles et de la ville de ces acteurs que nous avons tenté de faire émerger au travers de l’étude des espaces agricoles menacés spatialement.

12Les pratiques et représentations des espaces agricoles, des habitants non agriculteurs, des pouvoirs publics et des agriculteurs ne convergent pas nécessairement et chacun des quartiers étudiés connaît au niveau de l’un de ces acteurs des difficultés à faire partie et à produire la ville.

Haut de page

Notes

* Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de M. Chaléard, soutenue le 29 novembre 2007 à Paris, Université de Paris X-Nanterre, Laboratoire Géotropiques (Paris X, Nanterre).

1 La capitale reçoit en moyenne 160 mm de pluie par an ce qui correspond parfaitement aux caractéristiques pluviométriques de la zone sahélienne. On s’approche même de la limite nord de la zone sahélienne. Khartoum est décrite comme soumise à un climat semi désertique (M. Lavergne, 1991, p. 27).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Franck, « Produire pour la ville, produire la ville », Les Cahiers d’EMAM, 16 | 2008, 77-82.

Référence électronique

Alice Franck, « Produire pour la ville, produire la ville », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/288 ; DOI : 10.4000/emam.288

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page