Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

La fabrication d’une ville nouvelle sous le Protectorat français au Maroc (1912-1956) : Fès-nouvelle*

Charlotte Jelidi
p. 77-82

Texte intégral

  • * Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de B. Heyberger, soutenue le 22 octobre 2007 à T (...)

1Dès leur conception, les villes nouvelles planifiées sous le Protectorat français au Maroc (1912-1956) ont produit une abondante littérature, des textes pro domo destinés à faire montre de la « Grandeur » de la France, puis anticolonialistes. Souvent passionnés, ces écrits enracinent une même image, celle d’une fabrication urbaine rapide et centralisée. L’abondance de cette littérature et sa résonance par-delà les frontières françaises, conjuguées à d’importantes difficultés d’accès aux sources administratives du Protectorat, expliquent le centrage des écrits post-coloniaux sur l’étude de l’élaboration d’un modèle urbain, à travers l’unique travail de l’urbaniste Henri Prost et la production d’outils réglementaires coercitifs sous la férule du premier résident général, Louis-Hubert Lyautey. Même si les champs de recherche s’élargissent à mesure que les archives concernant le processus urbain sont ouvertes au public, certaines thématiques restent particulièrement investies et nombreuses sont les lacunes de l’historiographie. La succession des enchaînements — avec leurs logiques spécifiques et leurs acteurs, qui ont articulé ces projets urbains de leurs conceptions à leurs mises en œuvre et à leurs inscriptions effectives dans l’espace —, présente un vaste domaine d’investigation dont l’exploration n’est encore que partielle. En effet, ce sont les doctrines urbanistiques et architecturales ayant présidé à leurs conceptions qui ont surtout retenu l’attention des chercheurs. Les analyses impliquent souvent une surdétermination du politique. Le rôle de la tête de l’administration coloniale et celui des urbanistes et architectes reconnus sont analysés, contrairement à l’action de protagonistes moins héroïques, notamment celle des petits propriétaires et architectes privés. Les modalités d’application du projet urbain de la Résidence sont peu abordées. Et lorsqu’elles le sont, Rabat, et surtout Casablanca, sont, aujourd’hui encore, les terrains d’investigation privilégiés.

2Notre travail comble certaines de ces lacunes historiographiques. Grâce à la consultation des archives administratives du Protectorat, celles dites « de souveraineté » conservées en France, et des archives techniques qui sont restées au Maroc après la décolonisation, ainsi que des fonds privés relatifs à l’activité des urbanistes, des architectes et des hommes politiques qui ont participé à la création de ces cités, nous analysons l’ensemble des mécanismes de production d’une ville nouvelle, en l’occurrence celle de Fès, de sa planification à son développement.

3Nous analysons les doctrines urbanistiques sur lesquelles se fondent les plans d’aménagement. Nous étudions également le cadre administratif du Protectorat et les modalités d’action de chacune de ses composantes (Résidence, services centraux, services municipaux et commissions municipales). Nous examinons la mise en œuvre des plans — de la constitution du domaine municipal à la valorisation des terrains — à différentes échelles et en tenant compte de la multitude d’acteurs qui y prennent part, qu’ils soient institutionnels ou non (les architectes et les acteurs plus anonymes, notamment les propriétaires de terrains urbains et la population).

4Cette étude permet de comprendre les décalages, parfois sensibles, entre le projet de la Résidence et la ville finalement réalisée. Il existe en effet toute une gamme d’adaptations qui renvoient à plusieurs groupes d’acteurs aux intérêts divers, même s’ils sont congruents pour partie, de même qu’à des conjonctures politiques (en particulier les « événements de Fès » et le sentiment d’insécurité qu’ils génèrent), économiques (l’ouverture tardive de la voie ferrée Tanger-Fès, la crise des artisanats marocains, etc.), sociales (liées à l’application attentive de la politique indigène du Protectorat) particulières.

Haut de page

Notes

* Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de B. Heyberger, soutenue le 22 octobre 2007 à Tours, Université François-Rabelais de Tours, Laboratoire CITERES (UMR 6173)|Équipe EMAM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Jelidi, « La fabrication d’une ville nouvelle sous le Protectorat français au Maroc (1912-1956) : Fès-nouvelle », Les Cahiers d’EMAM, 16 | 2008, 77-82.

Référence électronique

Charlotte Jelidi, « La fabrication d’une ville nouvelle sous le Protectorat français au Maroc (1912-1956) : Fès-nouvelle », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/292 ; DOI : 10.4000/emam.292

Haut de page

Auteur

Charlotte Jelidi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page