Navigation – Plan du site

Mobilité résidentielle et mobilité sociale dans l’agglomération algéroise : quelques pistes de réflexion

Madani Safar Zitoun
p. 29-36

Texte intégral

Introduction

1Cette contribution n’a pas pour finalité de développer une analyse détaillée et approfondie de la question de la relation entre mobilité résidentielle et mobilité sociale dans le contexte algérois, non pas du fait de sa complexité, dans la mesure où elle renvoie à des niveaux de conceptualisation et de problématisation assez ardus du point de vue de la théorie sociologique, mais du fait de l’absence d’un certain nombre de données sociologiques à l’échelle de l’agglomération qui rendent difficile un tel exercice.

2Si l’indisponibilité d’informations sur les « catégories socio-professionnelles » à l’échelle de l’agglomération constitue la première entrave de taille au travail d’analyse de la distribution des CSP dans l’espace à des périodes différentes, la spécificité même des modes d’accès au foncier et aux biens résidentiels dans le contexte algérien constitue en elle-même une limitation méthodologique de taille. En effet, le système urbain algérois semble fonctionner selon des particularités sociologiques qui rendent difficile, sinon impossible, la prise en compte de la thèse classique développée dans des contextes sociaux différents faisant de la détention de ressources économiques — qui sont elles-mêmes liées à des statuts sociaux bien « fixés » — la clé de la mobilité résidentielle dans un marché de biens résidentiels régi par les lois de l’offre et de la demande. L’histoire même du peuplement de la ville depuis la « révolution urbaine » de l’Indépendance, qui a contribué à produire des strates de catégories de résidents en situation de forte dissonance entre leur statut social et les biens qu’ils ont acquis par des voies non-marchandes, couplée à la mise en branle de dispositifs de distribution non-marchande des biens résidentiels depuis lors, compliquent de manière considérable ce modèle de causalité mécanique.

3Il est évident de ce point de vue qu’à partir du moment où l’accès aux biens fonciers et immobiliers ne procède presque pas du tout de la détention de ressources économiques mais d’autres « espèces de ressources » comme le disait Bourdieu — en l’occurrence l’enchâssement des individus dans des réseaux et filières clientélistes ou leur appartenance à des groupes détenant de fortes capacités de mobilisation communautaire —, la CSP devient inopérante en terme de critère discriminant. Dans ces conditions particulières où la mobilité résidentielle contribue souvent, et de manière très puissante, à modifier le statut, donc l’identification statistique des individus dans des catégories préexistantes, et à permettre de déterminer s’il y a mobilité sociale ascendante, tout travail de comparaison intercensitaire s’avère dénué de toute pertinence scientifique.

4Cette causalité « inversée », qui fonctionne de manière puissante dans les quartiers d’habitat individuel, de quelque type qu’ils soient et qui constituent le nouveau front d’urbanisation dans la périphérie algéroise (lotissements « réguliers », « clandestins », « illicites », etc.), difficile à évaluer et à cerner statistiquement sinon par des études fines à l’échelle micro, a cependant pour pendant une causalité plus familière à la tradition sociologique : celle que l’on retrouve dans les quartiers d’urbanisme planifié d’origine publique dans lesquels l’accès est déterminé par des critères de sélection administrative.

5Les programmes de logements conçus, réalisés, distribués et gérés par l’État à travers une multitude d’intervenants et d’acteurs institutionnels, présentent la particularité de cibler des couches sociales diverses en fonction des formules de financement et en fonction de critères et de dispositifs administratifs « gelant » en quelque sorte ces mouvements de changement de statuts. Ils permettent à cet égard d’avoir une image concrète de la manière selon laquelle ces différentes catégories sociales sont réparties au gré de la localisation des programmes dans les divers sites et quartiers de la capitale, contribuant à produire des effets de concentration de populations homogènes dans des portions d’espaces urbains nettement identifiables du point de vue de leur typologie, créant de ce fait des territoires urbains possédant de fortes caractéristiques sociologiques en forte dissonance par rapport à leur environnement.

6L’objet de cette communication consiste à identifier la manière selon laquelle ces nouveaux ensembles d’habitat — les grands ensembles d’habitat social —, comme la nouvelle formule de logements en location-vente (ou formule AADL) contribuent à produire des dynamiques nouvelles de mobilité de certaines couches sociales vers la périphérie et inscrire dans le paysage social algérois des « enclaves » sociologiques particulières. Avant cela, quelques rappels des grandes tendances d’urbanisation, de croissance démographique et des grands mouvements de déplacement des populations algéroises sont nécessaires.

La croissance de l’agglomération algéroise : quelques tendances récentes

Étalement urbain et densification de l’occupation résidentielle

7Les deux photos aériennes prises en 1987 et 2000 montrent le processus d’étalement de l’agglomération algéroise dans trois directions privilégiées :
— un premier axe Centre-Est se déployant selon la ligne Hussein Dey-El Harrach-Bab Ezzouar-Dar El Beïda,
— un deuxième autre axe Centre-Ouest se déployant selon la ligne El Biar-Ben Aknoun-Chéraga-Staouéli,
— un troisième axe Centre-Sud se déployant selon la ligne El Harrach-Gué de Constantine-Baraki-Les Eucalyptus.

8Les deux images satellites (Figure 1 et Figure 2) montrent également l’effet d’agglomération et d’intégration des petites bourgades et villages périphériques de la banlieue rurale sud comme El Achour, Draria et Baba Hassen constituant la deuxième ceinture d’urbanisation. D’un point de vue géographique, si les trois axes d’urbanisation semblent avoir été facilités par l’existence d’axes routiers importants (rocade sud et routes nationales), ce ne semble pas avoir été le cas du phénomène de densification et de croissance des petites agglomérations secondaires du Sahel algérois comme El Achour, Draria et Baba Hassen qui semblent obéir à une autre logique : celle de la disponibilité de lotissements privés ou publics réservés à des clientèles assez particulières.

Figure 1. L’agglomération algéroise en juin 1987.

Figure 1. L’agglomération algéroise en juin 1987.

Figure 2. L’agglomération algéroise en février 2000.

Figure 2. L’agglomération algéroise en février 2000.

La déconcentration résidentielle algéroise

9Ce phénomène de croissance du tissu urbain et d’étalement en périphérie traduit des mouvements de croissance démographique et de transferts des populations des quartiers centraux vers ces localisations périphériques tels qu’ils ont été enregistrés dans le recensement de 1998.

10La Figure 3 montre bien à cet égard le report de la croissance démographique des communes centrales qui affichent des taux de croissance négatifs (Alger-Centre, El Madania, etc.) ou faibles par rapport au taux de croissance intercensitaire moyen, vers certaines communes périphériques, avec une prédilection pour sept d’entre elles (Bab Ezzouar et Dar El Beïda à l’est, Birmandreis, Bir Mourad Raïs, Draria et Baba Hassen au sud et Béni Messous et Zéralda à l’ouest).

Figure 3. Taux de croissance urbaine 1987-1998 dans la Wilaya d’Alger, par communes.

Figure 3. Taux de croissance urbaine 1987-1998 dans la Wilaya d’Alger, par communes.

Source : ONS 1998.

Carte reprise par F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

11Si l’on examine les modalités d’installation résidentielle, selon le type d’habitat et selon le caractère régulier ou non (taux d’illicité) (Figure 4), on constate également que la période 1987-1998 a été une période faste de développement de l’habitat illicite, dont nous retrouvons paradoxalement les taux les plus élevés dans deux types d’espaces agraires différents : les micro-propriétés privées s’égrenant dans la zone collinaire du Sahel algérois d’une part, et les terres du domaine public privé de l’État situées dans les zones de plaine Sud et Est de la wilaya d’Alger. Si les faits d’urbanisation dans la première zone procèdent de phénomènes de reconversion des terres agricoles en terrains à bâtir continuant les pratiques de vente sous seing privé observées auparavant, celles procédant de la cession illicite de terres appartenant à l’État relèvent quant à elles de l’épisode des Délégations exécutives communales qui ont remplacé les APC élues de 1992 à 1997, distribuant à des clientèles locales ou extra-algéroises des « attestations de bénéfices de lots à construire » de manière irrégulière.

Figure 4. Typologie d’habitats et taux d’illicité dans la Wilaya d’Alger, par communes.

Figure 4. Typologie d’habitats et taux d’illicité dans la Wilaya d’Alger, par communes.

Sources : ONS 1998 et MHU 2004.

Carte reprise par F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

12Ce qu’il faut souligner en terme de peuplement de ces quartiers, c’est l’extrême diversité qui les caractérise. Entre les lotissements de type administré, qu’ils fussent licites ou illicites, qui regroupent des réseaux de clientèles ou des groupes catégoriels (fonctionnaires, militaires, etc.) et les quartiers spontanés de faible valeur urbaine regroupant des lignées familiales complètes ou des ressortissants originaires du même douar, les situations sont très contrastées. Les communautés résidentielles ainsi formées se structurent généralement autour de critères d’appartenance qui préexistent à la formation même des quartiers, et conservent ainsi leur identité fondatrice même quand les règles de la spéculation contribuent à renouveler une partie d’entre eux.

13Le processus de libéralisation du marché foncier et immobilier qui s’est mis en place après 1990, conjugué au phénomène de mise en crise de l’autorité administrative de l’État sur le foncier à partir de 1992, aggravant les pratiques de distribution informelles, ont contribué ainsi à inscrire dans le paysage social algérois une véritable mosaïque de territoires urbains accolés les uns aux autres, mais sans véritable principe organisateur à l’échelle macro-urbaine. Le mélange social reste la règle, même si on observe ces dernières années quelques phénomènes de reclassement résidentiel générés par un phénomène de spéculation immobilière effréné.

14En tout état de cause, cette phase de l’histoire urbaine d’Alger a eu pour effet majeur d’accélérer les phénomènes de mobilité sociale par le jeu de la mobilité résidentielle.

Les processus de peuplement dans les programmes d’habitat planifiés : « gentrification » de l’habitat collectif ou ghettos urbains ?

15À côté de ces processus largement « spontanés », dans la mesure où ils ne sont régis par aucune logique planificatrice, mais par des logiques entrecroisées mêlant à la fois les critères de présence des auto-constructeurs dans les bonnes filières et réseaux d’accès fonctionnant dans la sphère de l’administration et les règles de la spéculation marchande, se superposent des logiques plus formelles, plus facilement identifiables de distribution des populations par des filières administratives.

  • 1 La troisième formule, supportée et subventionnée par l’État, dite formule LSP (Logement social part (...)

16Il s’agit des deux filières de distribution en vigueur dans deux types de programmes : la formule du « Logement social locatif » destinée aux populations démunies disposant de revenus familiaux faibles (le niveau du SNMG ou salaire minimum garanti, équivalent à 12 000 DA, soit 120 euros) et du programme public de « Location-Vente » (dit programme AADL) réservé aux catégories moyennes disposant de revenus égaux ou supérieurs à quatre fois le SNMG1, sur lesquelles nous disposons de données sociologiques consistantes.

La mobilité résidentielle planifiée par l’État : la déportation en périphérie

17Sans aller trop dans le détail des modalités de distribution des logements de type social dans le pays qui a vu ses règles juridiques s’affiner et se préciser au fur et à mesure de la mise en œuvre de la panoplie de formules ciblant des catégories particulières à partir de 1998, il y a lieu de souligner l’infléchissement observé ces dernières années dans la stratégie de localisation des grands ensembles d’habitat collectif social. Depuis 2000, on remarque un effort de localisation de ces programmes dans les communes de la banlieue Ouest d’Alger, jadis réservée uniquement à l’implantation de lotissements d’habitat individuel. Cette nouvelle dynamique ne semble toutefois pas procéder d’une quelconque stratégie de recherche de la « mixité sociale », mais de considérations beaucoup plus triviales liées à la disponibilité d’assiettes foncières. Il est vrai qu’au détour de quelques déclarations de responsables du secteur se profile l’idée de la lutte contre l’excessive concentration de l’habitat collectif dans les communes de l’Est de l’agglomération, mais sans plus.

18Le résultat le plus spectaculaire de cette nouvelle réorientation spatiale se lit à travers deux exemples de sites hébergeant ces deux programmes : celui de la « Cité des 617 logements » sociaux de Draria, implantée en 2003 et celui du programme AADL en cours de réalisation à travers l’ensemble du territoire de la wilaya. Dans les deux cas de figure, on relève le même mouvement de déplacement des catégories bénéficiaires dans des localisations périphériques souvent très éloignées du lieu de résidence antérieur.

19D’autres cartes illustrent ce phénomène. On y remarque les éléments suivants :
— Un large mouvement de déplacement des communes centrales vers la périphérie, intéressant les deux types de populations analysées — les catégories démunies comme les couches moyennes —, avec cependant une particularité pour Draria, le déplacement périphérie Est/périphérie Ouest pour les habitants des bidonvilles de Boumati et Gué de Constantine.
— Un saupoudrage des sites AADL dans toute la zone périphérique, allant jusqu’en périphérie lointaine, distante de 40 km du centre-ville (Douéra par exemple).

20Il est patent dans ces conditions que nous sommes en présence, en ce qui concerne notamment les 25 400 souscripteurs de la formule location-vente AADL à un véritable phénomène de déportation en périphérie de catégories sociales appartenant à la couche moyenne provenant des quartiers centraux. Cette déportation est en effet ressentie et vécue comme telle par les « bénéficiaires », dans la mesure où l’analyse des choix de localisation formulés par ces derniers (du moins pour ceux qui en ont eu la possibilité, c’est-à-dire 45 % de l’ensemble) montre que seule une faible proportion d’entre eux ont été logés dans les localisations proches du centre (La Concorde, Les Bananiers) qui avaient rallié la majorité de leurs suffrages.

21Il faut souligner enfin les conséquences en termes d’éloignement par rapport aux lieux de travail de ces catégories sociales cultivées et diplômées qui exercent majoritairement leurs activités dans les administrations et autres organismes situés en centre-ville.

Vers un processus de « gentrification » des ensembles d’habitat collectif ?

22L’autre aspect qui mérite l’attention de l’analyste consiste en le phénomène inédit de concentration de populations de profils plus ou moins homogènes dans les sites d’habitat collectif, qu’ils soient de type social ou de type intermédiaire.

23Le tableau ci-dessous, construit à partir de la compilation de plusieurs enquêtes et à partir des données fournies par l’AADL, donne une image représentative de la structuration sociale de ces nouveaux ensembles d’habitat collectif érigés dans la périphérie algéroise.

Tableau 1. Structuration sociale d’ensembles d’habitat collectif algérois.

Cités

AADL

Cité

617 logts

(Draria,

2003)

Cité

Garidi II

(Kouba,

1980-84)

N = 8 152

N = 444

N = 600

Agriculteurs exploitants

0,2 %

Artisans, commerçants

et chefs d’entreprise

2,1 %

8,1 %

22,3 %

Cadres et professions

intellectuelles supérieures

33,4 %

4,5 %

43,3 %

Professions intermédiaires

44,4 %

11,3 %

33,0 %

Employés

13,5 %

19,6 %

Ouvriers

4,5 %

24,1 %

1,3 %

Retraités

1,6 %

20,7 %

Autres personnes inactives

0,2 %

9,2 %

Non précisé

0,3 %

Emplois informels

2,3 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Sources : AADL, Enquête Safar Zitoun / PRUD 2004 et Enquête Safar Zitoun-Garidi, 2003.

24Il permet de saisir la relative homogénéité sociale qui découle des procédures de sélection administrative dans les sites les plus récemment peuplés ou en voie de peuplement, comme les sites AADL, d’une part, et les sites de logements sociaux tels la Cité des 617 logements de Draria, d’autre part. Dans le premier cas, ce sont les catégories de « Cadres et professions intellectuelles supérieures » et les « Professions intermédiaires » qui dominent, tandis que nous sommes en face d’une majorité de gens appartenant aux catégories d’employés, ouvriers et retraités dans le second. Le site de Garidi, peuplé plus anciennement dans les années 1980, montre quant à lui une configuration particulière où l’on remarque la forte proportion de la catégorie « Artisans, commerçants et chefs d’entreprise » qui découle principalement du processus de renouvellement des populations de ces sites d’habitat collectif anciens qui ont connu un fort processus de revente sur le marché, à des prix spéculatifs accessibles seulement aux nouvelles élites affairistes induites par la libéralisation et la « bazardisation » de l’économie nationale.

25Ces données illustrent de manière relativement nette le processus de « migrations » des couches moyennes urbaines vers des localisations périphériques et extrêmement dispersées, continuant, sous un autre mode, le processus de migration des strates supérieures vers les lotissements des périphéries Ouest et Sud, après la fantastique ouverture du marché foncier et immobilier observée dans les années 1990.

26Mais ce qui est intéressant à observer, c’est que ces nouveaux quartiers d’habitat à coloration sociale homogène s’inscrivent doublement dans le paysage urbain et social algérois comme des sortes d’« enclaves », de territoires très nettement circonscrits et identifiables physiquement et statutairement. Ce qui contribue de manière puissante à renforcer les caractéristiques de fragmentation sociale de l’espace périphérique algérois. Sans aller jusqu’à identifier ce phénomène comme procédant d’un mouvement de « gentrification » de la périphérie, il est tout de même légitime d’un point de vue sociologique de s’interroger sur les effets de ce processus en terme de développement de modes d’urbanités modernes, c’est-à-dire ne s’inscrivant pas en terme de consommation de proximité. Ces cadres et fonctionnaires « déportés » en banlieue lointaine, éloignés de leur environnement de vie professionnelle et sociale, disposant de véhicules particuliers, vont contribuer à accroître les mouvements pendulaires quotidiens et à vider le centre ville algérois d’une vitalité qui lui manque déjà très fortement

Conclusion

  • 2 Cf. P. Bourdieu, « Stratégies de reproduction et stratégies de domination », Actes de la Recherche (...)
  • 3 Nous empruntons ce terme à É. Le Bris et A. Osmont dans leurs travaux sur l’Afrique de l’Ouest.

27Il est patent que nous sommes en face d’un processus sociologique particulier dans lequel la vie urbaine algéroise se dirige à grands pas vers des situations de tension entre ce que nous pourrions appeler des mouvements de « fusion » d’une part et des mouvements de « fission » d’autre part, pour emprunter quelque chose au vocabulaire bourdieusien2. Les premiers procèderaient de ces dynamiques de regroupements catégoriels, communautaires observables dans tous les types et formes d’établissement résidentiel (lotissements et quartiers spontanés d’habitat individuel, quartiers d’habitat collectif) et le seconds procéderaient des logiques de consommation délocalisée de la ville, qui provoqueraient la mise en place de « systèmes résidentiels » à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération3.

28Mais ce serait peut-être là payer un peu chèrement le prix de la modernisation de la société algéroise.

Haut de page

Notes

1 La troisième formule, supportée et subventionnée par l’État, dite formule LSP (Logement social participatif) réservée à la couche intermédiaire (du SNMG à quatre fois le SNMG) et la dernière dite Logement promotionnel, réservée aux catégories supérieures, qui brillent par leur absence dans le contexte algérois, ne sont pas intégrés dans l’analyse.

2 Cf. P. Bourdieu, « Stratégies de reproduction et stratégies de domination », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 100, décembre 1994.

3 Nous empruntons ce terme à É. Le Bris et A. Osmont dans leurs travaux sur l’Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’agglomération algéroise en juin 1987.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2. L’agglomération algéroise en février 2000.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 3. Taux de croissance urbaine 1987-1998 dans la Wilaya d’Alger, par communes.
Légende Source : ONS 1998.
Crédits Carte reprise par F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 4. Typologie d’habitats et taux d’illicité dans la Wilaya d’Alger, par communes.
Légende Sources : ONS 1998 et MHU 2004.
Crédits Carte reprise par F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madani Safar Zitoun, « Mobilité résidentielle et mobilité sociale dans l’agglomération algéroise : quelques pistes de réflexion », Les Cahiers d’EMAM, 16 | 2008, 29-36.

Référence électronique

Madani Safar Zitoun, « Mobilité résidentielle et mobilité sociale dans l’agglomération algéroise : quelques pistes de réflexion », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/323 ; DOI : 10.4000/emam.323

Haut de page

Auteur

Madani Safar Zitoun

Professeur, Sociologie, Université d’Alger

safarmad@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page