Navigation – Plan du site

Transition de la fécondité et diversités régionales. Le cas de la Syrie

Fertility Transition and Regional Diversities. The Case of Syria
Rana Youssef
p. 95-112

Résumés

Après une longue période pendant laquelle la Syrie figurait parmi les pays du monde présentant les plus fortes fécondités, la fécondité syrienne a connu une baisse spectaculaire à partir de la deuxième moitié des années 1980. Toutefois, cette baisse n’a pas continué et la fécondité est entrée, dès le début des années 2000, dans une phase de quasi-stagnation autour de 3,5 enfants par femme. Cette étude traite de la transition de la fécondité en Syrie en essayant, dans un premier temps, de mesurer et d’analyser les niveaux et les tendances qu’a connus la fécondité au cours des trois dernières décennies aux échelles nationale et régionale, et par milieux de résidence (urbain/rural). Dans un second temps, sont examinés les déterminants directs et indirects de la fécondité. L’étude permet ainsi de mieux identifier les facteurs à l’origine de l’évolution de la fécondité en Syrie et de proposer des pistes d’interprétation dans un contexte de population hétérogène, caractérisée par une grande diversité ethnique et confessionnelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Bien que la fécondité syrienne ait connu une diminution spectaculaire — de près de la moitié depuis la fin des années 1970 —, elle est entrée, dès le début des années 2000, dans une phase de baisse marginale ou de quasi-stagnation, en se maintenant autour de 3,5 enfants par femme. Malgré l’intérêt que représente l’étude détaillée de l'évolution de la fécondité en Syrie, peu d’études y ont été consacrées, en particulier au niveau urbain-rural ou au niveau régional. Cet article traite de cette question en essayant de montrer et d’analyser les changements survenus en matière de fécondité au cours des trois dernières décennies.

2Notre objectif est d’examiner l’évolution de la fécondité syrienne à l'échelle nationale, selon le milieu de résidence (urbain/rural) ainsi qu’à l'échelle régionale ou à celle des gouvernorats, afin d'en déterminer les facteurs explicatifs.

3Dans un premier temps, seront analysés les niveaux et les tendances de la fécondité sur une période allant de 1974 à 2009 ; dans un deuxième temps, les différents déterminants ayant influencé son évolution seront examinés.

Les données utilisées

4Il s’agit essentiellement des données issues des recensements couvrant la période 1960 à 2004. En ce qui concerne les zones urbaines et rurales ainsi que les gouvernorats syriens, nous nous sommes appuyée sur différentes enquêtes : l’Enquête de la santé de la mère et de l’enfant (ESME 1993), l’Enquête syrienne de la famille et de la santé (ESFS 2001 et 2009) et l’Enquête multi-indices (MICS3 2006).

La transition de la fécondité : approche générale

5Comme dans la majorité des pays arabes, la transition de la fécondité a commencé tardivement en Syrie. La fécondité a entamé sa baisse pendant la deuxième moitié des années 1980, après une période de « records mondiaux » : plus de 7 enfants par femme à la fin des années 1970. Cette baisse a ainsi commencé à partir de 1986 selon Y. Courbage (2007) et, à partir de la période de 1984-1989, selon nos estimations (Fig. 1). La période de forte fécondité semblant se terminer, les signes de baisse de la fécondité ont été observés partout, les couples syriens ayant commencé à avoir moins d’enfants qu’auparavant.

Fig. 1. Évolution de la fécondité en Syrie ; détail zones urbaines et rurales.

Fig. 1. Évolution de la fécondité en Syrie ; détail zones urbaines et rurales.

Source : Estimations de l’auteure par la méthode de Rele, à partir des recensements 1981, 1994 & 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

6En Syrie, le développement et la modernisation socio-économique des années 1970 et du début des années 1980 étaient accompagnés d’une fécondité très élevée. La situation s’est inversée dans les années 1980. La crise qui a fortement frappé l’économie syrienne a eu l’effet de déclencheur de la transition de la fécondité ; on peut ainsi parler de crisis-led transition à la suite d'autres études relatives à ce processus dans des contextes socio-culturels différents (Lesthaeghe, 1989, p. 476 ; Cosio-Zavala, 1995). En fait, la crise économique a conduit à une diminution des revenus des ménages, ce qui a induit une participation plus visible des femmes au marché du travail et donc à une diminution du nombre d’enfants (Courbage, 1999 et 2007). La vitesse de la baisse de la fécondité était très élevée entre 1984-1989 et 1989-1994 (presque 0,17 par an), et entre 1989-1994 et 1994-1999 (0,13 par an). Cette vitesse s’est ensuite ralentie entre 1994-1999 et 1999-2004 (0,09 par an), de sorte que la fécondité syrienne est encore loin d’avoir atteint le seuil de remplacement des générations (2,1 enfants par femme).

  • 1 Dans cet article, nous utilisons le terme de taux de la fécondité totale (TFT) qui désigne l’indice (...)

7Le rythme de la baisse de fécondité a ralenti de plus en plus pour devenir presque nul et la transition de la fécondité syrienne est entrée dans une phase de stagnation. Selon la dernière enquête réalisée en 2009 par le Bureau central des statistiques en Syrie, la fécondité était de 3,5 enfants par femme, soit presque la même valeur qu’au début des années 2000 (le taux de la fécondité totale [TFT]1 était de 3,8 enfants par femme selon l’ESFS de 2001, et de 4,2 selon nos estimations sur la période 1999-2004).

8En considérant les évolutions pour les zones urbaines et les zones rurales, il s’avère que la fécondité a baissé simultanément dans ces deux milieux de résidence et que l’écart entre la fécondité des villageoises et des citadines s’est beaucoup rétréci avec le temps, passant de 1,44 enfant par femme durant la deuxième moitié des années 1980 (5,16 en zone urbaine et 6,6 en zone rurale) à 0,64 enfant par femme pendant la première moitié des années 2000 (3,72 en zone urbaine et 4,36 en zone rurale).

  • 2 Pour l’Égypte, voir Eltigani, 2003 ; pour la Jordanie, voir Cetorelli et Leone, 2012 ; pour les Ter (...)

9S’il y a eu consensus sur le fait que la crise économique a été le déclencheur de la baisse de la fécondité au milieu des années 1980, sa quasi-stagnation sur la période récente reste pourtant difficile à expliquer en raison du manque de recherches En effet, la plupart des études sur la stagnation de la fécondité portent essentiellement sur les pays de l’Afrique sub-saharienne, bien que plusieurs cas de stagnation de la fécondité aient été analysés pour la région du Moyen-Orient2. Plusieurs facteurs ont été avancés comme étant à l’origine de la stagnation ou de la lenteur de la baisse de fécondité au milieu de la transition. Selon Khawaja et al. (2009), une telle situation serait à associer à une stabilisation de la prévalence de la contraception, à une baisse de l’âge moyen au premier mariage des femmes, et à l’augmentation de la fécondité aux jeunes âges. Pour Y. Courbage et E. Todd (2007) et R. Youssef (2009), la préférence pour les enfants mâles, en particulier chez les musulmans sunnites, pourrait avoir un rôle dans le ralentissement de la baisse de la fécondité en Syrie. C’est notamment ce qui expliquerait, au moins partiellement, la grande différence entre la fécondité des régions habitées par la majorité sunnite et celle des régions habitées par les minorités telles que les alaouites, les ismaïliens, les druzes, les chiites, les chrétiens et les yazidis.

Les spécificités de l’évolution de la fécondité syrienne

Une mosaïque ethnique, religieuse et culturelle

10La population syrienne est très hétérogène et caractérisée par une grande diversité fondée à la fois sur l’ethnie (Arabes, Kurdes, Turkmènes, Tcherkesses) et sur la religion (sunnites, alaouites, druzes, ismaïliens, chiites, chrétiens, yazidis). Les membres appartenant à ces différentes communautés se rassemblent et se concentrent dans des régions spécifiques, ce qui pourrait conduire à une évolution diversifiée de la fécondité dans les différentes régions du pays.

  • 3 L’alaouite est une confession musulmane hérétique, fondée aux IX-Xe siècles. Elle est née dans les (...)
  • 4 Les druzes sont des adeptes d’une confession islamique dont l’origine est ismaïlienne. La secte est (...)
  • 5 Les ismaïliens appartiennent à une branche de l’Islam chiite. Leur nom vient du septième imam chiit (...)
  • 6 Les yazidis constituent une minorité confessionnelle et ethnique kurde. Le yazidisme est une combin (...)
  • 7 La quasi-totalité des Kurdes sont sunnites (moins de 1 % des Kurdes appartient au yazidisme).

11Les musulmans sunnites constituent à peu près 80 % de la population de la Syrie, dont une majorité de sunnites arabes. Ensuite, les alaouites3 composent la plus importante des minorités religieuses syriennes, représentant entre 10 et 15 % de la population. Puis viennent les chrétiens (à peu près 5 % de la population), les druzes4 (3 %) et les ismaïliens5 (1 %). S’ajoutent d'autres minorités religieuses dont les adeptes constituent moins de 1 % de la population comme les chiites (0,4 %) et les yazidis6 (presque 0,1 %). Les musulmans sunnites représentent donc la communauté dominante en Syrie à la différence des pays voisins — Liban ou Irak —, où la majorité des musulmans appartient à la branche chiite. Cependant, il convient de dire que les musulmans sunnites ne forment pas un bloc monolithique ou une communauté homogène sans aucune diversité. Ce groupe comprend en effet d’importantes minorités non arabes comme les Kurdes7 qui composent entre 8 et 10 % de la population syrienne. Aux Kurdes s’ajoutent d’autres minorités ethniques : les Turkmènes, pour lesquels on ne dispose pas de chiffres fiables précisant l’étendue de leur communauté au sein de la société syrienne, mais dont le poids relatif est estimé à 3 % de la population syrienne ; et les Tcherkesses qui représentent moins de 1 % de la population en Syrie.

12Les alaouites constituent la majorité de la population de deux gouvernorats côtiers (Lattaquié et Tartous) et les druzes habitent essentiellement le gouvernorat d’Al-Sweida (sud du pays). Les chrétiens sont, quant à eux, dispersés dans tous les gouvernorats. Les Kurdes ne se concentrent pas dans un gouvernorat mais sont répartis sur les frontières Nord-Est du pays (Al-Hassakeh), ainsi que sur les frontières Nord (montagne au nord-ouest d’Alep) et dans la région d’Aïn Arab, à l’est d’Alep.

13La Syrie est administrativement découpée en 14 gouvernorats (mohafazats). Compte tenu des différences culturelles qui existent entre ces gouvernorats, il est très important d’étudier la transition de la fécondité à cette échelle territoriale pour déterminer si tous les gouvernorats ont suivi le modèle national dans la transition de leur fécondité ou bien si chaque gouvernorat avait son propre modèle. Une telle approche permettra aussi de préciser si la très faible baisse résiduelle de la fécondité observée ces dernières années à l’échelle nationale est également observée au niveau des différents gouvernorats.

Des différences persistantes entre les gouvernorats

14Afin de faire apparaître les différences spatiales des taux de fécondité, on a opté ici pour une représentation cartographique de la fécondité au niveau des gouvernorats. Les Fig. 2a et 2b montrent les différences de niveaux de fécondité à cette échelle territoriale et leur évolution entre les deux périodes 1984-1989 et 1999-2004.

Fig. 2a. Taux de fécondité totale dans les gouvernorats de Syrie, 1984-1989.

Fig. 2a. Taux de fécondité totale dans les gouvernorats de Syrie, 1984-1989.

Source : Estimations de l’auteure par la méthode de Rele, à partir des recensements 1994 et 2004.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

15• En ce qui concerne la première période d’observation (1984-1989) :

  • 8 Le gouvernorat de Damas comprend uniquement la capitale Damas.

— 4 gouvernorats avaient la fécondité la plus élevée (plus de 7 enfants par femme) : Deir-ez-zor, Al-Hassakeh et Al-Rakka, au nord-est de la Syrie, et Al-Quneitra, au sud ;
— 4 gouvernorats avaient la fécondité la plus basse (entre 4 et 5 enfants par femme) : les gouvernorats côtiers de Lattaquié et de Tartous, la Capitale Damas8 et Al-Sweida au sud du pays.

Fig. 2b. Taux de fécondité totale dans les gouvernorats de Syrie, 1999-2004.

Fig. 2b. Taux de fécondité totale dans les gouvernorats de Syrie, 1999-2004.

Source : Estimations de l’auteure par la méthode de Rele, à partir des recensements 1994 et 2004.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

16• En 1999-2004 :

— le gouvernorat de Deir-ez-zor avait toujours la fécondité la plus élevée : 5,95 enfants par femme ;
— à part Deir ez-Zor, seulement deux autres gouvernorats du Nord avaient une fécondité de plus de 5 enfants par femme : Idleb et Al-Rakka ;
— à l’inverse, les deux gouvernorats côtiers de Lattaquié et Tartous, la capitale Damas ainsi que Al-Sweida constituent toujours les gouvernorats ayant la fécondité la plus basse : de 2,28 à 2,95 enfants par femme.

17L’enquête de la famille et de la santé (ESFS) réalisée par le Bureau central des statistiques en Syrie en 2009 donne une image plus récente des différences de la fécondité entre les gouvernorats (Fig. 3) :

— le gouvernorat de Deir ez-Zor a le taux de fécondité le plus élevé : presque 7 enfants par femme ;
— puis viennent les gouvernorats de Dar’a et d’Al-Rakka avec, respectivement, des TFT de 5,2 et 5 enfants par femme ;
— le gouvernorat d’Al-Sweida a la fécondité la plus faible de tous les gouvernorats, elle a atteint le seuil de remplacement des générations de 2,1 enfants par femme ;
— enfin, les deux gouvernorats côtiers de Lattaquié et Tartous ont presque atteint ce seuil avec, respectivement, 2,2 et 2,3 enfants par femme.

Fig. 3. Taux de fécondité totale (TFT) par gouvernorat en 2009.

Fig. 3. Taux de fécondité totale (TFT) par gouvernorat en 2009.

Source : ESFS 2009.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

  • 9 La méthode de « propres enfants » (Own-children method) est une méthode de projection rétrospective (...)
  • 10 Selon ces estimations, les TFT obtenus sont : Damas : 1,73 enfant par femme ; Damas-Rural : 3,23 ; (...)

18D’autres estimations de la fécondité à l’échelle des gouvernorats pour la période 1992-2006 ont été faites par la méthode de « propres enfants »9, en se basant sur les données de l’enquête MICS3 2006 (Youssef, 2012)10. Les estimations des taux de fécondité totale obtenus pour l’année 2006 sont assez proches de celles fournies par l’Enquête de la famille et de la santé de 2009 pour la plupart des gouvernorats, sauf pour Damas, Deir ez-Zor, Al-Rakka et Al-Quneitra où il y a une différence de plus d’un enfant par femme.

19Cependant, étant donné que les méthodes utilisées afin d’estimer les taux de fécondité ne sont pas les mêmes, on ne peut malheureusement pas mesurer de façon précise l’importance de la variation (ou bien l’absence de variation) de la fécondité pour chaque gouvernorat pendant les années 2000. Néanmoins, on peut identifier une tendance dans l’évolution de la fécondité des différents gouvernorats syriens : les gouvernorats de Deir ez-Zor et de Dar’a ont connu une augmentation de leur fécondité, alors que dans les gouvernorats d’Al-Sweida, d’Idleb, d’Al-Rakka et de Damas-Rural il y a eu une baisse marginale de fécondité de moins de 10 %. Les gouvernorats du Nord et du Centre de la Syrie (Alep, Homs, Hama et Al-Hassakeh) ont connu une baisse importante de leur fécondité, presque 22 % en moyenne ; la baisse, dans les autres gouvernorats était moins importante.

20Ces tendances de la fécondité, qui distinguent chaque gouvernorat des autres, peuvent être attribuées aux changements dans les déterminants directs ou indirects de la fécondité dans la période étudiée. Ainsi, les « modèles du mariage » et la prévalence de la contraception constituent deux déterminants directs présentés ci-dessous.

Les « modèles du mariage »

21Le mariage est une étape décisive dans la vie des individus, hommes ou femmes, dans les sociétés arabes — et notamment dans la société syrienne — car il est le seul cadre socialement accepté pour fonder une famille. Ainsi, dans une société où la fécondité hors mariage est quasi inexistante, les changements de comportement en matière de nuptialité peuvent expliquer une partie des évolutions de la fécondité. Comme le montre le Tab. 1, le pourcentage des femmes célibataires (n’ayant donc jamais été mariées) a considérablement augmenté dans tous les groupes d’âges, mais surtout pour les femmes les plus âgées, durant les années 1980 et 1990. Cela s’est reflété dans l’augmentation de l’âge moyen au premier mariage des femmes, surtout pendant les années 1980 et le début des années 1990, période pendant laquelle la fécondité syrienne a beaucoup diminué.

22Par ailleurs, l’augmentation de la proportion de femmes célibataires dans les groupes d’âges 15-34 ans a été rapide durant les années 1980 et 1990. Son augmentation relativement moins rapide par la suite pourrait expliquer le ralentissement de la baisse de la fécondité observé récemment. En ce qui concerne les évolutions par milieux de résidence, on peut noter que, de 1994 à 2004, l’augmentation de la proportion des célibataires chez les femmes les plus âgées a été plus forte dans les zones rurales que dans les zones urbaines, de sorte que, en 2004, l’âge moyen au premier mariage des villageoises (24,7 ans) est plus élevé que celui des citadines (23,7 ans).

Tab. 1. Proportions (en %) de femmes célibataires par groupes d’âges et âge moyen au premier mariage des femmes (en années) en Syrie.

Femmes célibataires

1960

1970

1981

1994

2004

2009

Zones

urbaines

10-14

997,8

989,0

992,4

1000

15-19

727,6

748,0

803,2

840,4

20-24

333,4

378,6

465,2

510,4

25-29

141,5

181,3

241,2

276,5

30-34

82,7

105,1

135,2

166,7

35-39

61,9

66,5

81,3

109,2

40-44

54,6

50,5

59,4

77,4

45-49

44,1

46,5

46,5

56,8

Âge moyen au 1er mariage

20,94

21,50

22,86

23,69

Femmes célibataires

1960

1970

1981

1994

2004

2009

Zones

rurales

10-14

998,3

991,0

994,4

1000

15-19

719,4

754,3

839,2

865,7

20-24

267,9

330,8

484,1

539,3

25-29

85,4

130,5

243,8

318,1

30-34

37,0

60,5

121,9

198,0

35-39

19,6

34,4

64,6

126,5

40-44

15,0

23,7

39,0

77,5

45-49

10,8

16,0

30,1

48,1

Âge moyen au 1er mariage

20,45

21,24

23,28

24,65

Femmes célibataires

1960

1970

1981

1994

2004

2009

Syrie

10-14

1000

998,1

990,1

993,4

1000

1000

15-19

572,6

722,9

751,2

822,2

852,7

884,0

20-24

247,8

298,0

354,9

474,8

524,2

582,0

25-29

96,3

110,5

156,0

242,5

296,1

337,0

30-34

57,3

56,9

82,1

129,0

180,8

223,0

35-39

35,5

37,1

50,4

73,6

116,8

147,0

40-44

30,9

31,8

36,4

49,5

77,5

97,0

45-49

27,5

24,5

30,6

38,7

53,1

73,0

Âge moyen au 1er mariage

19,5

20,68

21,38

23,08

24,13

25,30

Sources : Estimations de l’auteure à partir des recensements 1960, 1970, 1981, 1994 et 2004 ; ESFS 2009.

Tab. 2. Âge moyen au premier mariage des femmes selon le gouvernorat.

2006

2009

Damas

24,3

24,5

Damas-Rural

24,1

24,4

Alep

24,8

24,4

Homs

24,6

25,3

Hama

26,7

26,3

Lattaquié

27,5

28,0

Deir ez-Zor

25,8

24,4

Idleb

25,7

24,5

Al-Hassakeh

27,2

28,0

Al-Rakka

26,5

25,4

Al-Sweida

25,6

26,5

Dar’a

24,4

21,3

Tartous

27,9

27,5

Al-Quneitra

27,2

25,9

Moyenne (Syrie)

25,4

25,3

Sources : Estimations de l’auteure, méthode de Hajnal, 2006 ; ESFS 2009.

23En ce qui concerne l'échelle des gouvernorats, les données disponibles ne permettent d’estimer les indices de la nuptialité qu’à partir de 2006. En considérant l’âge moyen au premier mariage des femmes en 2006 et 2009 (Tab. 2), on peut noter que ce sont les femmes des gouvernorats de Lattaquié, Tartous et Al-Hassakeh qui se marient le plus tardivement (à l’âge de 28 ans), alors que les femmes des gouvernorats de Damas, Damas-Rural, Dar’a, Alep et Deir ez-Zor se marient plus tôt. Ainsi, en 2009, l’âge au premier mariage est de 21,3 ans dans le gouvernorat de Dar’a. Pour les autres gouvernorats, l’âge au premier mariage se situe aux alentours de 24,5 ans. Pour les gouvernorats de Deir ez-Zor, Idleb, Al-Rakka et Al-Quneitra, il y a eu, entre 2006 et 2009, une baisse de l’âge au premier mariage de plus d’un an, associée à une augmentation ou une quasi-stagnation de la baisse de fécondité dans ces gouvernorats. Quant au gouvernorat de Dar’a, l’âge au premier mariage des femmes y a diminué de plus de 3 ans, cette évolution ayant aussi été associée à une augmentation de la fécondité dans ce gouvernorat. Par contre, pour le gouvernorat d’Al-Sweida — gouvernorat ayant la fécondité la plus basse —, il y a eu une augmentation de l’âge moyen au premier mariage de presque 1 an.

Les pratiques contraceptives

24Le taux de prévalence contraceptive a connu une augmentation considérable au niveau national entre 1993 et 2001 : environ 2 % par an durant cette période, passant de 39,6 à 46,6 % (Tab. 3). La hausse du recours aux contraceptifs a continué durant la période 2001-2006, allant jusqu’à atteindre 58,3 %, avec un taux d’augmentation de 4 % par an. Puis, ce taux s'est réduit ensuite pour atteindre 53,9 % en 2009. L’utilisation des méthodes contraceptives modernes a progressé aussi jusqu’au milieu des années 2000 pour diminuer ensuite. Toutefois, l’écart d’utilisation de la contraception entre les citadines et les villageoises est toujours observé : le recours à la contraception était 1,8 fois plus élevé chez les citadines que chez les villageoises en 1993, il n’était plus que 1,23 fois plus élevé en 2006 mais cet écart relatif semble plus important en 2009, le taux d’utilisation de la contraception étant alors 1,27 fois plus élevé en ville qu’à la campagne. Ainsi, en 1993, 49 % des femmes utilisaient des méthodes contraceptives en milieu urbain contre 27 % en milieu rural; ces pourcentages ont par la suite augmenté, atteignant respectivement en 2006, 63,5 % et 51,8 %. Puis, ils se sont par la suite réduits pour atteindre, en 2009, 59 % en milieu urbain et 46,6 % en milieu rural.

25L’analyse des taux de prévalence contraceptive selon le groupe d’âges montre que l’utilisation des méthodes contraceptives est beaucoup plus fréquente chez les femmes les plus âgées (30-49 ans) que chez les plus jeunes (15-29 ans). En 1993, cette utilisation concernait 45 % des femmes mariées les plus âgées, contre 27 % des femmes mariées les plus jeunes. En 2009, ces chiffres étaient respectivement de 59 et 34 %. En définitive, le taux d’utilisation de la contraception des femmes mariées les plus âgées est, tant en 1993 qu’en 2009, environ 1,7 fois plus élevé que celui des femmes mariées les plus jeunes.

Tab. 3. Proportion de femmes mariées qui utilisent des méthodes contraceptives selon le groupe d’âges et le secteur d’habitation (1993-2009) (en %).

Groupes

d’âges

1993

2001

2006

2009

Toutes

méthodes

Toutes méthodes modernes

Toutes méthodes

Toutes méthodes modernes

Toutes méthodes

Toutes méthodes modernes

Toutes méthodes

Toutes méthodes modernes

15-19

11,9

6,0

13,9

8,6

21,6

11,2

12,5

8,0

20-24

33,6

23,5

31,7

22,9

40,4

26,3

37,2

25,2

25-29

35,4

24,1

43,4

32,5

56,1

40,3

51,0

35,7

30-34

47,4

35,3

54,6

41,9

64,4

49,4

58,3

41,0

35-39

52,4

39,7

60,1

46,7

69,7

53,2

66,0

48,2

40-44

47,5

33,5

58,5

43,6

68,9

50,7

63,4

43,9

45-49

31,9

21,9

34,1

24,5

51,1

35,2

48,4

30,3

Zones urbaines et rurales

Urbaines

49,2

37,8

53,9

41,7

63,5

48,2

59,0

41,2

Rurales

27,4

16,2

38,3

27,5

51,8

35,4

46,6

32,1

Total

39,6

28,3

46,6

35,1

58,3

42,6

53,9

37,5

Sources : ESME1993 ; ESFS 2001 ; MICS3 2006 ; ESFS 2009.

26Les données relatives à la prévalence contraceptive ne sont disponibles à l’échelle des gouvernorats que pour les années 2006 et 2009. Les gouvernorats côtiers (Lattaquié surtout), le gouvernorat d’Al-Sweida et la capitale Damas affichent des taux de prévalence beaucoup plus élevés que les gouvernorats du Nord-Est (Deir ez-Zor et Al-Rakka) et les gouvernorats de Dar’a et d’Al-Quneitra (Fig. 4). Pour Lattaquié, Al-Rakka, Al-Hassakeh, Homs et Al-Quneitra, il y a eu une hausse du taux de recours à la contraception de 17 % en moyenne entre 2006 et 2009, alors que pour Deir ez-Zor, le gouvernorat présentant la plus forte fécondité, il y a eu une très forte baisse (55 %) de la prévalence contraceptive. Une baisse de la prévalence contraceptive est également observée dans les gouvernorats de Tartous et d’Idleb, même si elle n’est pas aussi forte que celle survenue dans le gouvernorat de Deir ez-Zor.

Fig. 4. Proportion de femmes mariées qui utilisent des méthodes contraceptives, selon le gouvernorat.

Fig. 4. Proportion de femmes mariées qui utilisent des méthodes contraceptives, selon le gouvernorat.

Sources : MICS3 2006 & ESFS 2009.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

27Comme on l’avait constaté au niveau national, lorsque l’on compare les niveaux de fécondité des gouvernorats avec les taux de prévalence contraceptive, on établit que, pour la plupart des gouvernorats, la baisse de la fécondité a été associée à une hausse de l’utilisation des contraceptifs et vice versa.

L’alphabétisation

28L’alphabétisation des femmes est l’un des facteurs les plus fréquemment évoqués pour expliquer la baisse de la fécondité, étant donné que la fécondité des femmes varie souvent à l’inverse de leur niveau d’éducation : généralement, plus les femmes sont alphabétisées, moins leur fécondité est élevée. Depuis les années 1960, une place importante a été accordée à l’instruction en Syrie et tout particulièrement à la lutte contre l’analphabétisme des femmes. Ceci a conduit à un meilleur accès à l’instruction pour tous les groupes d’âges des deux sexes et à une réduction importante du pourcentage de femmes non-instruites à chaque âge. Le taux d’alphabétisation des femmes n’a ainsi cessé d’augmenter depuis 1960 ; il a même été multiplié par 3 entre 1970 et 2004, passant de 25,85 à 74 % (Tab. 4). En matière d’alphabétisation, l’écart relatif entre les hommes et les femmes a beaucoup diminué : le taux d’alphabétisation des hommes était 2,5 fois plus élevé que celui des femmes en 1970 ; il n’était plus que 1,18 fois plus élevé en 2004. Plus précisément, 65 % des hommes contre 25,85 % des femmes étaient instruits en 1970, alors que ce pourcentage est monté à 87,6 pour les hommes et 74 pour les femmes en 2004.

29En ce qui concerne les milieux de résidence (urbain/rural), l’augmentation de l’alphabétisation des femmes a été plus forte dans les zones rurales que dans les villes entre 1994 et 2004. Le progrès était de presque 14 % chez les villageoises contre 7 % pour les citadines.

Tab. 4. Taux d’alphabétisation par sexes et par groupes d’âges (en %).

Hommes

Femmes

1970

1981

1994

2004

1970

1981

1994

2004

Zones

urbaines

10-14

91,13

97,06

75,51

96,32

15-19

84,87

95,22

96,20

64,49

92,58

95,28

20-24

84,27

94,32

95,06

55,72

88,09

93,04

25-29

83,16

92,58

92,98

46,97

81,94

90,26

30-34

78,23

90,74

92,27

36,54

76,41

87,62

35-39

69,61

89,82

91,24

26,93

67,96

82,74

40-44

64,23

87,49

90,34

22,77

58,58

77,09

45-49

64,19

85,55

89,09

19,76

53,65

69,99

50-45

55,42

79,85

85,91

14,47

44,10

61,52

55-59

49,29

76,38

83,72

12,26

36,96

57,41

60-64

39,67

65,64

78,65

8,07

28,49

48,97

65 et +

34,70

56,39

65,88

3,68

23,99

37,32

Total

75,70

89,94

90,69

45,23

76,87

82,15

Hommes

Femmes

1970

1981

1994

2004

1970

1981

1994

2004

Zones

rurales

10-14

79,95

95,27

-

28,88

87,18

15-19

75,12

92,89

93,52

18,36

78,77

87,66

20-24

69,69

91,91

91,45

11,77

68,56

82,62

25-29

61,89

89,35

89,28

7,40

57,64

76,63

30-34

53,21

86,19

87,95

4,31

45,80

69,92

35-39

43,47

83,15

86,03

2,60

33,59

60,46

40-44

37,63

76,97

82,99

2,25

21,87

49,32

45-49

37,71

71,06

79,34

2,09

17,15

38,08

50-45

30,32

61,93

71,86

1,40

10,72

27,98

55-59

27,25

56,78

66,06

1,31

8,20

22,86

60-64

19,17

44,95

57,22

0,85

6,23

17,52

65 et +

16,95

36,48

41,88

0,65

5,47

12,41

Total

56,57

83,85

83,90

11,36

56,36

64,69

Hommes

Femmes

1970

1981

1994

2004

1970

1981

1994

2004

Syrie

10-14

84,71

93,84

96,12

-

49,20

74,98

91,51

15-19

79,45

90,36

94,02

94,89

38,10

65,17

85,28

91,57

20-24

76,16

86,74

93,13

93,34

31,95

50,88

78,16

88,07

25-29

72,52

83,06

91,04

91,25

25,10

41,04

70,05

83,84

30-34

65,90

77,56

88,69

90,34

18,33

32,57

62,09

79,64

35-39

55,92

74,11

86,89

88,98

12,68

29,09

52,04

72,95

40-44

49,83

67,17

82,77

87,39

10,95

20,93

40,75

65,40

45-49

49,16

60,38

78,95

85,18

9,32

16,05

36,37

56,33

50-45

40,35

52,24

71,56

80,07

6,56

12,52

27,26

46,19

55-59

36,81

51,76

67,36

76,09

6,00

12,15

22,73

41,83

60-64

26,77

41,54

54,97

69,13

3,78

7,60

16,55

34,01

65 et +

23,07

29,16

45,33

53,94

1,80

5,86

14,14

25,00

Total

65,01

77,86

86,94

87,60

25,85

44,85

66,51

74,06

Source : Estimations de l’auteure à partir des recensements 1970, 1981, 1994 et 2004.

30À l’échelle des gouvernorats, on constate de fortes disparités régionales en matière d’alphabétisation des femmes (Fig. 5). Malgré les efforts déployés pour élever le niveau d’instruction des femmes dans les gouvernorats du Nord-Est de la Syrie, le taux d’alphabétisation des femmes y reste très faible (moins de 53 % en moyenne).

31Par ailleurs, la capitale Damas, Damas-Rural, les gouvernorats côtiers ainsi que le gouvernorat d’Al-Sweida ont les taux d’alphabétisation des femmes les plus élevés.

Figure 5. Taux d’alphabétisation des femmes, selon le gouvernorat.

Figure 5. Taux d’alphabétisation des femmes, selon le gouvernorat.

Sources : Recensements 1994 & 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

32Ainsi, il y a un modèle régional de l’alphabétisation des femmes qui est compatible avec le modèle régional de la fécondité : les gouvernorats ayant la fécondité la plus élevée sont les gouvernorats où le niveau d’alphabétisation des femmes est le plus faible.

33Cependant, l’analyse de la fécondité différentielle des femmes selon leur niveau d’instruction, observée lors de différentes enquêtes, montre que l’effet de ce facteur n’est pas mécanique et que plusieurs variables peuvent intervenir pour atténuer ou neutraliser l’influence de l’alphabétisation sur la fécondité. En effet, les femmes les plus instruites ont 2 à 3 enfants de moins que les femmes analphabètes. Cependant, la fécondité de ces dernières a davantage diminué que celle des femmes instruites alors que, dans la période récente — à l’exception des femmes de niveau secondaire et plus —, les femmes ayant atteint le niveau primaire ou intermédiaire ont connu une augmentation ou une stabilisation de leur fécondité (Fig. 6).

34Une telle relation entre niveau d’instruction des femmes et fécondité a été observée dans plusieurs autres pays dans la région comme l’Égypte, le Koweït et l’Iran (Ladier-Fouladi, 1996). Elle peut être attribuée au fait que l’augmentation de l’instruction des femmes n’a pas été accompagnée d’une augmentation comparable de leur activité économique (Eltigani, 2005).

Figure 6. Fécondité selon le niveau d’instruction de la femme.

Figure 6. Fécondité selon le niveau d’instruction de la femme.

Sources : ESME 1993, ESFS 2001 & ESFS 2009.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

L’activité économique des femmes

35Malgré l’augmentation de la participation féminine à la vie active, la Syrie figure parmi les pays dans lequel le taux d’activité des femmes est le plus bas. La famille syrienne reste une famille « traditionnelle » au sens où l’homme est le pourvoyeur des ressources économiques et où le rôle principal de la femme consiste à s’occuper des tâches domestiques et des enfants.

36Néanmoins, la proportion de femmes actives avait commencé à augmenter, essentiellement durant les années 1980, du fait de la crise économique. Elle a poursuivi son augmentation pour atteindre environ 14,5 % au milieu des années 2000. Les enquêtes sur l’emploi, réalisées récemment, montrent le recul de l’activité des femmes à 12,9 % en 2010 (Fig. 7a).

Fig. 7a et 7b. Taux d’activité des femmes en Syrie.

Fig. 7a et 7b. Taux d’activité des femmes en Syrie.

Sources : Recensements 1970, 1981, 1994 & 2004 ; Enquêtes de l’Emploi 2005 à 2010.

Graphiques : Florence Troin, CITERES, 2012.

37En ce qui concerne les zones urbaines et rurales, la proportion des femmes actives est passée de 6 % en 1970 à 13,7 % en 2004 pour les villes, alors qu’elle est passée de 10,6 à 15,8 % pour les zones rurales, malgré une période de baisse au début des années 1980 (Fig. 7b).

38Au niveau des gouvernorats, ceux du Nord et du Nord-Est de la Syrie ainsi que le gouvernorat de Dar’a ont les taux d’activité féminine les plus faibles, alors que les gouvernorats côtiers ainsi que ceux d’Al-Sweida et de Hama présentent les taux les plus élevés (Fig. 8).

Fig. 8. Taux d’activité des femmes selon le gouvernorat.

Fig. 8. Taux d’activité des femmes selon le gouvernorat.

Sources : Recensements 1994 & 2004 ; Enquête de l’Emploi 2010.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

39Bien que la participation des femmes à la vie active ait probablement joué un rôle dans la réduction de leur fécondité, et bien que la proportion des femmes actives ait augmenté par rapport aux années 1970 et 1980, l’impact global de l’activité féminine sur la fécondité reste très limité étant donné que seule une faible proportion de femmes participe à la vie active syrienne.

La demande d’enfants

40Il a été souvent avancé que la baisse de la fécondité est corrélée à une baisse du désir d’avoir une famille nombreuse (Pritchett, 1994). En Syrie, et comme dans tous les pays de la région, l’image de la famille — et surtout de la famille nombreuse — est très appréciée, ce qui se traduit par une forte demande d’enfants (Tabutin et Schoumaker, 2005). La préférence pour une « grande » famille est confirmée par les données du Tab. 5. En 2009, le nombre d’enfants considéré comme « idéal » par les femmes syriennes était de 4,1. Ce nombre était plus élevé en 2001 (4,6 enfants) et en 1993 (5 enfants). Ainsi, durant une période de plus de 15 ans, le nombre « idéal » d’enfants a baissé de seulement 18 %. Cette diminution a été plus forte dans les zones rurales que dans les zones urbaines (22 % pour les premières contre 9 % pour les secondes).

41Le nombre « idéal » d’enfants augmente avec l’âge de la femme, mais les différences entre les femmes les plus jeunes et les femmes les plus âgées ne sont pas très grandes et elles diminuent avec le temps. En fait, entre 1993 et 2009, on observe pour les femmes les plus âgées une baisse plus importante du nombre « idéal » d’enfants que ce n’est le cas pour les femmes les plus jeunes, de sorte que ce nombre se rapproche de plus en plus de la moyenne (4,1 enfants), quel que soit le groupe d’âges considéré.

Tab. 5. Nombre « idéal » d’enfants selon le groupe d’âges de la femme.

Groupes d’âges

Zones urbaines

Zones rurales

Syrie

1993

2001

2009

1993

2001

2009

1993

2001

2009

15-19

3,6

3,9

5,0

4,2

4,2

4,0

3,9

20-24

3,7

3,9

4,9

4,4

4,3

4,1

3,9

25-29

4,0

3,9

5,4

4,8

4,7

4,4

4,0

30-34

4,2

4,1

5,8

4,8

4,8

4,4

4,2

35-39

4,7

4,3

6,6

5,4

5,5

4,8

4,3

40-44

5,1

4,6

6,7

5,9

5,7

5,2

4,4

45-49 ans

5,1

4,8

7,2

6,4

6,0

5,5

4,6

Moyenne

4,3

4,2

3,9

5,9

5,2

4,6

5,0

4,6

4,1

Sources : ESME 1993, ESFS 2001 & ESFS 2009.

42En ce qui concerne le nombre « idéal » d’enfants déclaré par les femmes au niveau des gouvernorats, on observe une préférence beaucoup plus forte pour les familles nombreuses dans les gouvernorats du Nord et du Nord-Est du pays, ainsi que dans celui de Dar’a, que dans les deux gouvernorats côtiers et dans celui d’Al-Sweida (Fig. 9).

Fig. 9. Nombre « idéal » d’enfants selon le gouvernorat.

Fig. 9. Nombre « idéal » d’enfants selon le gouvernorat.

Source : ESFS 2009.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Conclusion

43Cette étude a analysé l’évolution de la fécondité syrienne durant une période relativement longue, plus de quatre décennies, en s’appuyant sur les données des recensements et des enquêtes démographiques. Les résultats ici présentés, ainsi que d’autres travaux que nous avons réalisés (Youssef, 2012), sont cohérents avec ceux d’autres études traitant de l’évolution de la fécondité en Syrie (Courbage, 2007). La baisse de la fécondité syrienne a véritablement commencé dans la deuxième moitié des années 1980. En fait, pendant la première moitié de cette même décennie, la fécondité a diminué lentement, décroissant plus rapidement pendant la deuxième moitié des années 1980. La période de chute rapide de la fécondité a été suivie par une période de diminution lente, puis par une période de stagnation du début des années 2000 à nos jours. La baisse de la fécondité a été observée sur l’ensemble du territoire ; la transition de la fécondité dans les zones urbaines et les zones rurales semble en effet avoir été simultanée, les analyses des données disponibles ne montrant pas une différence claire dans le début de la baisse de la fécondité entre les deux milieux de résidence. De plus, au fil des ans, l’écart de fécondité entre les zones urbaines et rurales a beaucoup diminué.

44Il y avait un « modèle géographique » de la fécondité en Syrie et il semble que ce modèle soit toujours d’actualité : les populations des gouvernorats qui se trouvent au Nord-Est du pays ainsi que celles des gouvernorats des frontières Sud ont la fécondité la plus élevée, tandis que les populations des gouvernorats côtiers, du gouvernorat d’Al-Sweida et de la capitale ont la fécondité la plus basse.

45L’explication de la transition de la fécondité syrienne ne doit pas se limiter à un seul facteur ou un seul aspect : les facteurs et conditions qui conduisent à une telle transition sont, en effet, complexes et se superposent. Dans la seconde moitié des années 1980, la crise économique, accompagnée de grandes tensions politiques, ont participé à la baisse de la fécondité après une longue période de maintien à des niveaux très élevés. Face aux difficultés économiques, de nouveaux comportements ont fait leur apparition : l’âge au mariage a reculé, le recours aux contraceptifs a augmenté et la participation des femmes au marché du travail est devenue plus visible. De plus, l’augmentation des dépenses liées aux enfants, surtout celles de l’éducation, couplée à des aspirations économiques élevées, ont joué un rôle très important dans le changement des priorités des familles syriennes, les conduisant à un arbitrage entre quantité et qualité d’enfants.

46Dans le même temps, le programme de planification familiale a clairement contribué à la baisse de la fécondité ; le taux de prévalence contraceptive a augmenté, passant de 19,8 % en 1978 à 58,3 % en 2006. Bien qu’un écart d’utilisation de la contraception entre les citadines et les villageoises soit toujours observé, cet écart a eu tendance à diminuer.

  • 11 Les données disponibles ne montrent pas directement l’évolution des centres de la planification fam (...)

47Cependant, la quasi-stagnation de la baisse de la fécondité observée récemment a été concomitante d’une stabilité de l’âge au mariage et d’une diminution de la prévalence contraceptive. Ceci a également été observé dans plusieurs pays d’Afrique où il y a eu une stagnation de la baisse de fécondité, accompagnée d’une détérioration des services de la planification familiale (Wetsoff et Cross, 2006 ; Ezeh et al., 2009)11. De plus, le désir persistant d’avoir une famille nombreuse pourrait avoir un effet sur l’évolution de la fécondité : effectivement, la demande d’enfants reste très élevée en Syrie, même si elle s'est réduite entre le début des années 1990 et la fin des années 2000.

48Les différences dans l’évolution de la fécondité des gouvernorats pourraient encore être attribuées à différents facteurs : l’âge au premier mariage des femmes, l’utilisation de la contraception au sein du mariage, la demande d’enfants. Ainsi, les gouvernorats qui connaissent une stagnation de la baisse de leur fécondité (ou même un renversement de cette tendance) sont ceux où l'on observe une baisse de l’âge au mariage des femmes ou un recul de la prévalence contraceptive, ou bien la simultanéité de ces deux processus.

49De plus, la cohérence et la persistance dans le temps de ces différences régionales suggèrent que leur origine pourrait être liée à la dimension religieuse. Il semble que la religion joue un rôle important dans les déterminants qui influencent la fécondité, de telle sorte que les régions habitées par les minorités religieuses (alaouites, druzes, ismaïliens) ont la fécondité la plus faible, et les régions habitées par la majorité sunnite (arabes ou kurdes) ont la fécondité la plus élevée. Cependant, il est très difficile de clarifier et de mesurer ce rôle, surtout du fait du manque de statistiques concernant l’appartenance confessionnelle.

  • 12 L’indice de la préférence de fils calculé (comme le rapport entre les femmes qui préfèrent que la n (...)
  • 13 En 2009, le nombre idéal de fils déclaré par les femmes était de 3,2 à Deir-ez-zor, de 2,8 à Idleb (...)

50Un autre aspect très important, qui pourrait jouer un rôle essentiel dans le retard de la baisse récente de la fécondité syrienne, est la préférence pour les fils. La société syrienne est fortement patrilinéaire, aussi la propriété et les droits s’y héritent de père en fils, et la place de la femme est réduite, même si celle-ci est éduquée et qualifiée. Ceci a comme conséquence que les ménages tiennent beaucoup à avoir au moins un garçon pour perpétuer le nom de la famille et léguer ses biens (et ceux de leurs parents) à des fils, et non pas à des filles. Étant donné que l’avortement (sauf pour sauver la vie de la mère) est interdit en Syrie, les parents continuent à avoir des enfants jusqu’à ce qu’un fils naisse12. Cette préférence pour les garçons est plus marquée chez les sunnites que pour les autres confessions et est à mettre en relation avec le droit des successions car pour les sunnites, l’asaba (parenté masculine) a des droits importants en la matière. Cela se traduit par un nombre désiré de garçons beaucoup plus élevé dans les gouvernorats habités essentiellement par les sunnites que dans ceux habités par les alaouites et les druzes13.

51En dépit de ses limites, notre étude a tenté d’éclairer les tendances récentes de la fécondité syrienne. Il apparaît surtout qu’une analyse statistique prenant en compte un grand nombre de variables est indispensable dans un contexte religieux, culturel et « ethnique » très complexe.

52De plus, la variable religieuse, qui semblerait jouer un rôle important dans les évolutions différenciées de la fécondité en Syrie, est très difficile à saisir et à mesurer par manque de données disponibles. Ainsi, les études à venir gagneraient à intégrer cette dimension afin d’essayer de comprendre toute la complexité de l’évolution de la fécondité en Syrie dès lors qu’on l’observe au niveau infranational.

Haut de page

Bibliographie

Bryant J., 2007, « Theories of Fertility Decline and the Evidence from Development Indicators », Population and Development Review, vol. 33, n° 1, pp. 101-127.

Chaudouet J., 1997, La Syrie, Paris, Karthala, coll. « Méridiens », 376 p.

Cho L.J., Retherford R.D. et Choe M.K., 1987, The Own-Children Method of Fertility Estimation, Honolulu, Univ. of Hawaï, 224 p.

Cetorelli V. et Leone T., 2012, « Is Fertility Stalling in Jordan? », Demographic Research, vol. 26, art. 13, pp. 293-318.

Cosio-Zavala E.M., 1995, « Inégalités économiques et sociales et transitions de la fécondité en Amérique latine », pp. 401-414, in Tabutin D., Eggerickx T. et Gourbin C., Transitions Démographiques et Sociétés, Paris, L’Harmattan.

Courbage Y., 1994, « Évolution démographique et attitudes politiques en Syrie », Population, n° 3, pp. 725-750.

Courbage Y., 2001, « La politique démographique au passé, présent et futur », Les Cahiers de l’Orient, n° hors-série « La Syrie de Bachar » (été-automne).

Courbage Y., 2007, « La population de la Syrie », pp. 177-213, in Dupret B., Ghazzal Z., Courbage Y. et Al-Dbiyat M., La Syrie au présent : reflets d’une société, Actes Sud, coll. « La bibliothèque arabe », 878 p.

Courbage Y. et Todd E., 2007, Le Rendez-vous des Civilisations, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 159 p.

Eloundou-Enyegue P.M., Stokes C.S. et Cornwell G.T., 2000, « Are There Crisis-Led Fertility Declines? Evidence from Central Cameroon », Population Research and Policy Review, vol. 19, n° 1, pp. 47-72.

Eltigani E., 2003, « Stalled Fertility Decline in Egypt, Why? » Population and Environment, n° 25 (1), pp. 41-59.

Eltigani E., 2005, « Fertility Transition in Arab Countries: a Re-Evaluation », Journal of Population Research, vol. 22, n° 2, pp. 163-183.

Ezeh A.C., Mberu B.U. et Emina J.O., 2009, « Stall in Fertility Decline in Eastern African Countries: Regional Analysis of Patterns, Determinants and Implications », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B 364 (1532), pp. 2991-3007.

Khawaja M., 2000, « The Recent Rise in Palestinian Fertility: Permanent or Transient? », Population Studies, n° 54 (3), pp. 331-346.

Khawaja M., Assaaf S. et Jarallah Y., 2009, « The Transition to Lower Fertility in the West Bank and Gaza Strip: Evidence from Recent Surveys », Population Research, n° 26 (2), pp. 153-174.

Ladier-Fouladi M., 1996, « La transition de la fécondité en Iran », Population, n° 6, pp. 1101-1127.

Lesthaeghe R.J., 1989, « Social Organisation, Economic Crisis and the Future of Fertility Control in Africa », pp. 475-505, in Lesthaeghe R.J. (ed.), Reproduction and Social Organization in Sub-Saharan Africa, Berkeley, University of California Press, coll. « Studies in Demography », 567 p.

Pritchett L., 1994, « Desired Fertility and the Impact of Population Policies », Population and Development Review, n° 20 (1), pp. 1-55.

Seurat M., 1980, « Les populations, l’État et la société », pp. 87-141, in Raymond A. (éd.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CNRS-Éditions, coll. « Connaissance du monde », 443 p.

Tabutin D. et Schoumaker B., 2005, « The Demography of the Arab World and the Middle East from the 1950s to the 2000s: A Survey of Changes and Statistical Assessment », Population-E, n° 60 (5-6), pp. 505-588.

Youssef R., 2009, « L’influence de l’Islam sur la fécondité en Syrie », communication présentée au XXVIe Congrès international de la population, IUSSP, Marrakech, 27 sept.-2 oct. 2009.

Youssef R., 2010, « La transition de la fécondité en Syrie : évolution de nuptialité ou révolution contraceptive », communication présentée au Colloque Jeunes chercheurs en démographie, 17-18 nov. 2010, Univ. Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

Youssef R., 2012, « Fertility Trends in Syria: Application of the Own-Children Method », poster présenté à la Conférence internationale de Population Association of America, San Francisco, 3-5 mai 2012.

Westoff C. et Cross A., 2006, « The Stall in the Fertility Transition in Kenya », Calverton, ORC Macro (DHS Analytical Studies, n° 9), 42 p.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, nous utilisons le terme de taux de la fécondité totale (TFT) qui désigne l’indice synthétique de la fécondité, également appelé « indice conjoncturel de la fécondité ».

2 Pour l’Égypte, voir Eltigani, 2003 ; pour la Jordanie, voir Cetorelli et Leone, 2012 ; pour les Territoires palestiniens, voir Khawaja, 2000 et Khawaja et al., 2009 ; et pour la Syrie, voir Courbage, 2007, Courbage et Todd, 2007 et Youssef, 2009.

3 L’alaouite est une confession musulmane hérétique, fondée aux IX-Xe siècles. Elle est née dans les terres de Basse-Mésopotamie des doctrines ismaïliennes et en particulier celle d’Ibn Nusair, qui avait gagné beaucoup d’adeptes au nord de la Syrie.

4 Les druzes sont des adeptes d’une confession islamique dont l’origine est ismaïlienne. La secte est née au début du XIe siècle au Caire. Le culte des druzes s’éteignit progressivement en Égypte et s’étendit au sud de la Syrie où les adeptes druzes ont créé une communauté très fermée sur elle-même et dominée par une aristocratie de grandes familles dirigeantes (Seurat, 1980 ; Chaudouet, 1997, pp. 128-129).

5 Les ismaïliens appartiennent à une branche de l’Islam chiite. Leur nom vient du septième imam chiite, Ismail, mort en 765, mais attendu pour une réapparition future. Ils ont développé une doctrine ésotérique qui a alimenté l’idéologie de différents mouvements sociaux, politiques et philosophiques dans l’histoire. Les ismaïliens de Syrie vivent à Misyaf et à Salamiyyé, à l’est de Hama (les deux-tiers d’entre eux).

6 Les yazidis constituent une minorité confessionnelle et ethnique kurde. Le yazidisme est une combinaison syncrétique de différentes croyances islamiques et pré-islamiques. En Syrie, les adeptes de cette confession se trouvent dans les couches paysannes les plus pauvres, en Djezireh et dans la région d’Alep (Seurat, 1980 ; Chaudouet, 1997, p. 132).

7 La quasi-totalité des Kurdes sont sunnites (moins de 1 % des Kurdes appartient au yazidisme).

8 Le gouvernorat de Damas comprend uniquement la capitale Damas.

9 La méthode de « propres enfants » (Own-children method) est une méthode de projection rétrospective qui utilise les données des mères et des enfants co-habitants âgés de moins de 15 ans pour estimer les taux de fécondité par âges pendant les années avant l’enquête (Cho et al., 1987). En supposant que les jeunes enfants dénombrés sont tous les enfants nés et encore vivants des parents qui habitent le ménage, elle corrèle les enfants du ménage à leur mère potentielle au moment de l’enquête (souvent la femme du chef de ménage si son âge est compatible avec l’âge de l’enfant) dans le même ménage, afin de construire un rapport enfant/mère pour les années précédentes.

10 Selon ces estimations, les TFT obtenus sont : Damas : 1,73 enfant par femme ; Damas-Rural : 3,23 ; Alep : 2,61 ; Homs : 3,31 ; Hama : 3,22 ; Lattaquié : 2,13 ; Deir-ez-zor : 4,57 ; Idleb : 4,32 ; Al-Hassakeh : 3,17 ; Al-Rakka : 3,57 ; Al-Sweida : 2,38 ; Dar’a : 4,5 ; Tartous : 2,58 et Al-Quneitra : 4,56.

11 Les données disponibles ne montrent pas directement l’évolution des centres de la planification familiale et leur efficacité. Entre 2001 et 2006, on constate chez les femmes mariées une baisse des besoins non satisfaits en matière de planification familiale (de 30,6 à 11 %). Mais, en 2009, on observe une remontée de la part de ces besoins non satisfaits (16,4 %).

12 L’indice de la préférence de fils calculé (comme le rapport entre les femmes qui préfèrent que la naissance prochaine soit un garçon et les femmes qui préfèrent que cette naissance soit une fille) en Syrie est parmi les plus forts du monde : il s’élevait à 2,3 en 1978 et à 2,7 en 2009) (Enquête mondiale de la fécondité, ESF 1978 et Enquête syrienne de la famille et de la santé, ESFS 2009).

13 En 2009, le nombre idéal de fils déclaré par les femmes était de 3,2 à Deir-ez-zor, de 2,8 à Idleb et de 2,4 à Dar’a, alors qu’il était de 1,4 à Lattaquié, 1,6 à Al-Sweida et 1,8 à Tartous.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Évolution de la fécondité en Syrie ; détail zones urbaines et rurales.
Légende Source : Estimations de l’auteure par la méthode de Rele, à partir des recensements 1981, 1994 & 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 2a. Taux de fécondité totale dans les gouvernorats de Syrie, 1984-1989.
Légende Source : Estimations de l’auteure par la méthode de Rele, à partir des recensements 1994 et 2004.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 2b. Taux de fécondité totale dans les gouvernorats de Syrie, 1999-2004.
Légende Source : Estimations de l’auteure par la méthode de Rele, à partir des recensements 1994 et 2004.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 3. Taux de fécondité totale (TFT) par gouvernorat en 2009.
Légende Source : ESFS 2009.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 4. Proportion de femmes mariées qui utilisent des méthodes contraceptives, selon le gouvernorat.
Légende Sources : MICS3 2006 & ESFS 2009.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 5. Taux d’alphabétisation des femmes, selon le gouvernorat.
Légende Sources : Recensements 1994 & 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Figure 6. Fécondité selon le niveau d’instruction de la femme.
Légende Sources : ESME 1993, ESFS 2001 & ESFS 2009.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 7a et 7b. Taux d’activité des femmes en Syrie.
Légende Sources : Recensements 1970, 1981, 1994 & 2004 ; Enquêtes de l’Emploi 2005 à 2010.
Crédits Graphiques : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 8. Taux d’activité des femmes selon le gouvernorat.
Légende Sources : Recensements 1994 & 2004 ; Enquête de l’Emploi 2010.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 9. Nombre « idéal » d’enfants selon le gouvernorat.
Légende Source : ESFS 2009.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/495/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rana Youssef, « Transition de la fécondité et diversités régionales. Le cas de la Syrie », Les Cahiers d’EMAM, 21 | -1, 95-112.

Référence électronique

Rana Youssef, « Transition de la fécondité et diversités régionales. Le cas de la Syrie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/495

Haut de page

Auteur

Rana Youssef

Doctorante, Démographie, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense & CERPOS, Centre de Recherche Populations et Sociétés | EA 2324

rana_y_79@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page