Navigation – Plan du site

La nuptialité dans le Sud marocain. Évolution des mœurs ou contraintes économiques ?

The Nuptiality in the South of Morocco. Morale Changes or Economic Contraints ?
Leila Boufraioua
p. 63-74

Résumés

Au Maroc, depuis la fin du XXe siècle, le schéma nuptial a connu de profonds changements. En l’espace de quelques décennies, les mariages précoces ont laissé place à des mariages nettement plus tardifs et le choix du conjoint, qui relevait autrefois quasi exclusivement de l’autorité des aînés, laisse peu à peu place à une plus grande liberté des jeunes générations. Pour mener à bien cette étude sur la nuptialité, il a été nécessaire d’effectuer une enquête de terrain dans le Sud marocain et plus particulièrement dans la région de Sidi Ifni, où la nuptialité a fortement évolué entre tradition et modernité. Nous avons axé notre étude sur les hommes et les femmes âgés de 15 à 35 ans résidant à Sidi Ifni en 2009, quelle que soit leur situation matrimoniale. Le retard au premier mariage masculin et féminin répond-il à l’évolution des mêmes variables explicatives ? Nous allons nous interroger sur le degré de similitude ou de dissemblance qui existe entre les schémas de primonuptialité féminin et masculin et les facteurs à l’origine de ce recul de l’âge moyen à l’entrée en première union.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au début du XXe siècle, le caractère tribal et rural de la société marocaine favorisait en général le mariage dans la parenté et en particulier les unions entre cousins germains (Tillion, 1982). En 1966, l’âge moyen au premier mariage des femmes était de 18 ans, et celui des hommes de 24 ans. Ainsi, un nombre important de jeunes filles étaient donc mariées très jeunes.

  • 1 Article 12, alinéa 2, du Code de la famille de 1957 qui stipule que « La femme ne conclut pas elle- (...)
  • 2 L’article 11 du Code de la famille de 1957 affirme : « Les tuteurs matrimoniaux [awlya] sont, par o (...)

2Depuis plus d’un quart de siècle, le schéma nuptial a connu de profonds changements. En l’espace de quelques décennies, les mariages précoces ont cédé la place à des mariages plus tardifs et le choix du conjoint, qui relevait autrefois de l’autorité des aînés, laisse aujourd’hui une plus grande liberté aux jeunes générations (Kateb, 2009). Cependant, cette liberté de choix du conjoint est limitée par le wali, le « tuteur matrimonial » (Combes, 2001). Dans l’esprit du législateur, le tuteur est établi dans l’intérêt de la femme. Le wali prend en charge la conclusion du contrat de mariage ; cette procédure s’établit devant deux notaires appelés les adouls (article 12 du Code de la famille)1. L’article 11 de la Moudawana (Code de la famille marocain) dresse par ordre de priorité la liste des tuteurs allant du père à n’importe quel autre membre masculin de la famille2. Le futur époux peut signer personnellement son contrat de mariage, tandis que la femme doit être représentée par un tuteur pour ratifier son mariage.

3En 2004, le Code de la famille est réformé et la tutelle matrimoniale annulée même si, dans les faits, elle se maintient encore (LDDF, 2006). Paradoxalement, l’endogamie familiale est restée à un niveau stable (un tiers des mariages) et le célibat définitif rare (autour de 3 % en 2004). Les indicateurs de nuptialité montraient une hausse importante de l’âge au premier mariage, en comparaison avec celui du début des années 1980. En 1982, l’âge moyen au premier mariage est de 28 ans pour les hommes et 22,1 ans pour les femmes (recensement 1982), tandis qu’en 2004 l’âge moyen au premier mariage s’élève à 31 ans pour les hommes contre 26 ans pour les femmes (recensement 2004). Selon ce même recensement, l’âge moyen au premier mariage des femmes diffère en fonction des régions : on constate un retard plus important au Nord avec un âge moyen au premier mariage compris entre 27 et 28 ans, tandis qu’au Sud il est compris, en moyenne, entre 22 et 24 ans (Tab. 1).

Tab. 1. Âge moyen au premier mariage (Maroc / Région / Sidi Ifni).

Hommes

Femmes

1966

24 ans

18 ans

1982

28 ans

22 ans

2004

Maroc

31 ans

26 ans

Nord : entre 27 et 28 ans

Sud : entre 22 et 24 ans

Région

Souss Massa Drâa

30 ans

26 ans

Sidi Ifni

34 ans

29 ans

Sources : Recensements 1966, 1982 et 2004.

Le contexte de Sidi Ifni

4L’étude vise à analyser la nuptialité dans le Sud marocain et plus particulièrement à Sidi Ifni. Dans cette ville côtière (Photographies 1 & 2), située au sud-ouest de la région Sous-Massa-Drâa (Fig. 1), l’âge moyen au premier mariage est relativement tardif.

Fig 1. Sidi Ifni dans son environnement marocain.

Fig 1. Sidi Ifni dans son environnement marocain.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

Photographie 1. La plage de Sidi Ifni dans la brume matinale.

Photographie 1. La plage de Sidi Ifni dans la brume matinale.

Cliché : Caroline Troin, déc. 2012.

Photographie 2. Activité de pêche dans le port de Sidi Ifni.

Photographie 2. Activité de pêche dans le port de Sidi Ifni.

Cliché : Claude Katz, jan. 2012.

5Ancienne colonie espagnole, Sidi Ifni a été rétrocédée au Maroc très tardivement — en janvier 1969 — alors que le pays avait obtenu son Indépendance en 1956. Elle fait partie du territoire de la tribu des Ait Baahmrane, une confédération de six sous-tribus, dont cinq tribus berbères et une tribu arabe (Simenel, 2007). Sidi Ifni compte 19 967 habitants en 2004, sa popualtion est relativement jeune avec un âge médian estimé à 22 ans (Fig. 2).

Fig 2. Pyramide des âges de Sidi Ifni, 2004.

Fig 2. Pyramide des âges de Sidi Ifni, 2004.

Source : Recensement 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

6Cette région singulière — par son héritage tribal et colonial associé à une situation de crise économique chronique — semble révéler des résultats démographiques surprenants, observables à travers le dernier recensement marocain (2004). L’âge moyen au premier mariage à Sidi Ifni est de 34 ans pour les hommes et de 29 ans pour les femmes, ce qui représente un « retard » de trois ans par rapport à la moyenne nationale (recensement 2004). De plus, lorsque l’on effectue une comparaison entre la primonuptialité observée dans cette ville et celle de sa région (Sous-Massa-Drâa) on constate que, à Sidi Ifni, les hommes se marient quatre ans plus tard et les femmes trois ans plus tard qu’au niveau régional. Ainsi, en l’espace de 22 ans, le calendrier de la primonuptialité a été retardé de 7 ans pour les femmes et 6 ans pour les hommes. Les recensements successifs nous permettent d’avoir une première approche du retard à la primonuptialité. Cependant, ces données restent limitées lorsque l’on souhaite appréhender le retard à l’âge moyen au premier mariage dans une perspective biographique.

7Cette étude vise à apporter un éclairage sur les transformations progressives des régimes de nuptialité qui ont touché la ville de Sidi Ifni. Il s’agit ici de comprendre en quoi les évolutions sociales et le changement dans le système matrimonial participent au recul du calendrier de la primonuptialité à Sidi Ifni. Quel est le degré de similitude ou de dissemblance existant entre les schémas de primonuptialité féminins et masculins ? Le retard au premier mariage chez les hommes et les femmes répond-il à l’évolution des mêmes variables explicatives ?

8Selon les recensements et les enquêtes socio-démographiques, les raisons invoquées pour justifier le retard à la primonuptialité, plus particulièrement chez les femmes, sont généralement la scolarisation et l’accès à l’emploi des jeunes filles ; chez les hommes, la crise économique est souvent invoquée (Ajbilou, 1999). Dans le cadre de l’étude d’un phénomène aussi complexe que la nuptialité, nous proposons une approche diachronique de l’étude de la primonuptialité, en analysant conjointement les changements socio-culturels et économiques, et les dynamiques familiales, afin d’expliquer ce retard de calendrier du premier mariage.

La population étudiée

9Nous avons effectué une enquête biographique auprès des hommes et des femmes âgées de 15 à 35 ans résidant à Sidi Ifni en 2009, quelle que soit leur situation matrimoniale. Ces jeunes adultes représentent 37 % de la population de cette ville. 5 % de cette population a été enquêtée, soit 408 personnes, 42 % d’hommes et 58 % de femmes. La carte présente la répartition des individus enquêtés selon les quartiers d’habitation (Fig. 3) :

— les classes populaires sont surreprésentées au nord et au centre de la ville dans les quartiers de Tamahroucht, El Grobo et Labraber ;
— les classes moyennes sont davantage dispersées dans la ville ; on les retrouve dans les quartiers de Colomina, El Gataah, Joutiya, Boulaâlam et Montaleque (ce dernier quartier a été construit récemment, il est essentiellement habité par des fonctionnaires) ;
— enfin, les classes aisées sont regroupées principalement dans le quartier de Widadia.

Fig 3. Les individus enquêtés à Sidi Ifni en 2009.

Fig 3. Les individus enquêtés à Sidi Ifni en 2009.

Sources : EBSI, 2009 et Enquêtes LB.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

L’échantillon observé

  • 3 La trajectoire familiale fait référence à l’évolution de la structure familiale d’origine jusqu’à l (...)
  • 4 « Groupe de réflexion sur l'approche biographique, Biographies d'enquêtes, Bilan de 14 collectes bi (...)
  • 5 Le questionnaire est constitué de neufs modules biographiques : 1. Migratoire ; 2. Trajectoire fami (...)
  • 6 Le volet Questions d’opinions aborde en particulier la préservation de la virginité avant le mariag (...)

10La spécificité de notre enquête biographique réside dans la collecte parallèle de plusieurs événements qui permettent de reconstituer l’histoire de vie de l’individu depuis sa naissance jusqu’au moment de l’enquête, soit la trajectoire résidentielle, la trajectoire professionnelle, la trajectoire familiale (naissance, mariage, décès, co-résidence des conjoints, ascendants et descendants)3 ou encore la trajectoire nuptiale (circonstances de la rencontre ou de la mise en relation, prise de décision, entrée dans la vie conjugale). Cette approche permet de rendre compte des interactions entre les différents domaines d’implication des individus, mais également de rattacher ces événements aux contextes dans lesquels ils évoluent, associant ainsi les niveaux micro et macro social (GRAB, 1999). L’enquête biographique4, qui permet de saisir l’imbrication de différents phénomènes socio-économiques (niveau d’étude, situation professionnelle, religion, migration, etc.) et leurs effets conjugués sur la nuptialité, se présente alors comme la méthode la plus appropriée dans le cadre de cette recherche. Notre questionnaire est structuré en neuf modules5 à caractère biographique et une partie de celui-ci est consacrée aux caractéristiques socio-démographiques des personnes enquêtées permettant de définir leurs profils en matière d’âge, d’origine, de diplôme, de statut d’activité ; s’y ajoutent des Questions d’opinion sur les rapports de genre relatifs au mariage6. Par cette méthode, nous tentons de matérialiser les actions humaines dans lesquelles les phénomènes sont en interaction les uns avec les autres, afin d’analyser leurs incidences sur la détermination de l’âge au premier mariage à Sidi Ifni.

Transmission des rôles genrés au sein de la famille et leurs effets sur les trajectoires de vie des enfants

La famille et la reproduction sociale

11La famille est le premier espace de socialisation et de transmission des normes et des valeurs socio-culturelles, c’est le lieu où se définissent les rôles et les statuts des personnes en fonction de l’âge et du sexe comme marqueurs de pouvoir. Dès lors, l’étude sur la transmission culturelle familiale s’impose pour comprendre les rôles et les positions sociales inculqués durant l’enfance et reproduits ensuite. À l’aube de l’Indépendance, la société marocaine est une société patrilinéaire qui a hérité d’un code de normes et de valeurs traditionnelles, issues de l’Islam et des coutumes qui régissent les relations sociales.

12Cette société patriarcale est régie par le principe de hiérarchie et d’autorité. Malgré l’existence de différenciations dans les modes de vie entre le milieu rural et urbain, on constate que ces principes d’autorité et de hiérarchie s’appliquent dans les deux milieux, quelles que soient les différences. Ces deux principes régulent les rapports sociaux de genre et relations entre les enfants et les parents. Les valeurs comme l’obéissance et l’autorité du père sont à l’origine de l’organisation et la division du travail au sein de la famille (Bourqia, 2006). Les pratiques sociales et patriarcales sont fortement enracinées dans les mentalités marocaines, elles sont un des facteurs explicatifs de la pérennité de ce système.

13Au Maroc, une place importante est accordée aux enfants de sexe masculin. Aujourd’hui encore, lors de la naissance d’un enfant, la préférence va largement au garçon. Car, dans la culture marocaine, un garçon honore ses parents, apporte une aide matérielle précieuse à la maison et permet aux parents d’assurer leur retraite. Une fille, une fois mariée, contrairement aux garçons, quittera la cellule familiale. Par conséquent, les parents qui ont investi dans l’éducation de leur fille ne bénéficieront pas du retour de cet investissement : les bénéfices sont perçus directement par le futur époux et sa belle-famille (Lacoste-Dujardin, 1996). De ce fait, les parents accordent une place importante à l’éducation des garçons. Au Maroc, l’éducation des filles et des garçons perpétue dans les consciences des enfants le schéma même de l’organisation patriarcale. L’éducation des enfants prépare chacun d’entre eux au rôle et aux fonctions qu’ils devront occuper à l’âge adulte. La jeune fille sera une épouse et une mère accomplies et, le garçon, un père subvenant aux besoins de la famille, dépositaire de l’autorité et respecté par les siens (Barkallil et al., 1994). Afin de perpétuer ces normes, les aînés exercent un contrôle sur la formation du couple des jeunes générations. Autrefois, le chef de famille était à l’origine des mariages précoces de sa descendance et s’affranchissait du consentement des concerné(e)s (Seklani, 1960). L’enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI) nous permet de comparer dans le temps les comportements genrés en matière de nuptialité et les processus à l’origine des changements dans la formation des unions selon le sexe.

La scolarité des jeunes filles : un des facteurs à l’origine des changements en matière de nuptialité

14Au Maroc, la distribution des rôles sexués se traduisait dès l’enfance par l’investissement des garçons dans la sphère publique et l’accès à la scolarité ; pour les jeunes filles, dans la sphère privée, l’apprentissage des tâches domestiques. Traditionnellement, l’éducation des jeunes filles reposait sur l’acquisition d’un savoir-faire domestique, la finalité étant de les préparer à leur rôle d’épouse et de mère. Les femmes étaient valorisées par deux événements : le mariage et la maternité. Il s’agissait, souvent, pour les femmes, des seules sources de reconnaissance sociale.

  • 7 Selon le Recensement 2004, l’analphabétisme touche 43 % de la population âgée de plus de 10 ans (2 (...)

15Ce rôle traditionnel transmis aux jeunes filles est remis en question par la démocratisation de l’enseignement. L’accès à l’éducation des femmes constitue un moment clé dans l’histoire des femmes marocaines, car elles sont passées d’un espace cloisonné à un espace public ouvert à la mixité. Il a fallu attendre le dahir [décret] du 13 novembre 1963 pour que l’enseignement devienne obligatoire pour les enfants âgés de 7 à 13 ans. Dès la seconde moitié des années 1970, ce décret engendre une démocratisation de l’enseignement primaire chez les jeunes filles vivant en ville. Cependant, en milieu rural, les femmes marocaines demeurent sévèrement touchées par l’analphabétisme, même s’il recule progressivement7.

16À Sidi Ifni, 20 % des femmes enquêtées déclarent ne pas avoir été scolarisées ; ces femmes sont essentiellement originaires des zones rurales, dans lesquelles l’accès à la scolarité des jeunes filles est relativement faible. En revanche, pour les générations nées au début des années 1980 en zone urbaine, on observe une scolarisation massive des filles dès l’âge de 7 ans et une prolongation de la durée des études jusqu’à un âge relativement avancé pour la région (EBSI, 2009). Selon l’enquête, l’âge moyen de sortie du système scolaire est de 18 ans pour les femmes et de 19,7 ans pour les hommes. L’accès et le prolongement des études des jeunes filles réduisent la probabilité de contracter un mariage à un âge précoce, ce qui se traduit par un recul de l’âge au premier mariage des femmes. De plus, l’éducation scolaire impulse des changements dans leur mode de vie : il leur permet d’acquérir un savoir et d’accéder à des espaces extérieurs réservés jusqu’alors aux hommes. C’est ainsi que les femmes ont vu leur existence se transformer, notamment à travers la remise en question du rôle, quasi exclusif, de « génitrice » que leur avait assigné la société. Cependant, elles restent soumises à des normes culturelles qui limitent leur participation à la sphère publique en dehors du cadre scolaire.

17Un certain nombre de jeunes filles enquêtées évoquent notamment le retour immédiat et impératif au foyer après les cours. Ce comportement témoigne de la force du contrôle familial. Le ressenti de ces jeunes filles rejoint les résultats d’une enquête réalisée auprès des femmes dans les années 1980 par la sociologue S. Naamane-Guessous (Naamane-Guessous, 2001). Notre enquête révèle que ces filles restent soumises à un système coercitif à travers l’autoritarisme du père, la surveillance des frères et la vigilance de la mère, afin d’assurer un contrôle permanent sur leurs faits et gestes. Cette culture, qui tend à sacraliser la virginité et le refus de la sexualité, constitue la base de l’éducation des jeunes filles (Bennani-Chraïbi, 1998).

18La religion joue un rôle essentiel dans la délimitation des rôles sexués, en dictant les normes et les valeurs que les individus doivent respecter au sein de la société, dont la préservation de la virginité (Belarbi, 1989). Ainsi, les parents veillaient à faire prendre conscience à leur fille l’importance sociale que représentait leur vertu. Autrefois, la préservation de la virginité jusqu’au mariage était moins difficile à respecter dans la mesure où le système matrimonial reposait sur des mariages précoces et les parents mariaient en règle général leurs enfants sans leurs consentements, le choix du conjoint revenant au père qui désignait un(e) époux(se) à ses enfants (Seklani, 1960).

19L’accès à la scolarité de ces jeunes filles engendre l’extension du contrôle familial : limité autrefois à la sphère privée, il s’étend aujourd’hui à la sphère publique. Ce contrôle familial s’exerce sur les jeunes filles dans le seul but de conserver leur virginité jusqu’au mariage, dans un souci de préserver l’honneur familial. Les rapports sexuels ne peuvent avoir lieu que dans le cadre du mariage et la virginité des jeunes filles reste une condition considérée comme indispensable pour contracter un mariage. Ces jeunes filles tentent de se conformer aux normes et aux valeurs véhiculées par la société ; cependant, certaines d’entre elles transgressent ces codes en nouant des relations (sexuelles ou non) avec des hommes avant le mariage.

20Les données quantitatives révèlent que la grande majorité des individus (75 % des femmes et 72 % des hommes interrogés) sont contre les rapports sexuels prénuptiaux. Ainsi, seuls 15 % des femmes et des hommes enquêtés sont favorables aux rapports sexuels avant le mariage. En outre, 10 % des femmes et 13 % des hommes se prononcent en faveur du flirt. L’opinion féminine semble converger avec celle de leurs homologues masculins. Selon notre enquête, 9 % des femmes déclarent avoir eu des rapports sexuels avant le mariage. Ce résultat dévoile une plus grande liberté d’expression chez les femmes face à la virginité, car selon de rares études sur la sexualité, la virginité féminine reste un sujet tabou et de ce fait non quantifiable (Naamane-Guessous, 2001). Actuellement, à Sidi Ifni, les femmes se marient relativement tardivement — 29 ans en moyenne — et la préservation de la virginité jusqu’au mariage semble plus difficile que par le passé (ESBI, 2009).

21Aujourd’hui, les mariages forcés sont rares à Sidi Ifni (ESBI) ; ils ont laissé la place aux mariages arrangés, qui représentent plus d’un tiers des mariages (Fig. 4). La notion de mariage arrangé fait référence aux mariages initiés par la famille (en général les parents) qui désigne un conjoint pour leur enfant, avec le consentement de ce dernier.

Fig 4. Types de mariages contractés par les femmes à Sidi Ifni en 2009.

Fig 4. Types de mariages contractés par les femmes à Sidi Ifni en 2009.

Source : Enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

22Selon l’enquête, 63,7 % des femmes déclarent avoir librement choisi leur conjoint et 20 % d’entre elles ont contracté un mariage endogame. Ce dernier type de mariage est révélateur de la pérennité des normes matrimoniales traditionnelles que l’on rencontre habituellement dans les sociétés musulmanes.

23À Sidi Ifni, l’autorité parentale, dans le choix du conjoint, tente de se maintenir et ce malgré la suppression de la tutelle matrimoniale en 2004 : 95 % des femmes ont contracté un mariage en présence d’un tuteur (père ou oncle) et dans 75 % des cas, le mariage a eu lieu après l’année 2004. Lorsque les parents s’opposent au choix de leur fille, celle-ci s’enferme bien souvent dans un célibat prolongé. Cette étude permet de mettre en lumière l’incidence de l’autorité des parents sur leurs enfants. En effet, le choix du conjoint et sa validation dépendent encore fortement des parents. La liberté des jeunes femmes se limite alors essentiellement à refuser le ou les époux proposés, voire, dans le meilleur des cas, à suggérer un conjoint. Ainsi, selon les premiers résultats de l’enquête, les principaux facteurs à l’origine du retard de la primonuptialité féminine sont l’accès à la scolarité et l’allongement des études, ces deux facteurs retardant l’entrée en union et réduisant la probabilité de contracter un mariage précoce. L’accès à la scolarité a permis aux jeunes filles de développer « l’art de la négociation » pour imposer à leur famille le conjoint de leur choix. Néanmoins, les jeunes filles ne peuvent se passer totalement de la bénédiction des parents pour se marier.

Les difficultés d’insertion des hommes sur le marché de l’emploi et la crise du logement

  • 8 En décembre 2012, 1 dirham (DH) = 0,0893 €.
  • 9 Selon l’Annuaire statistique du Maroc de 2009, le SMIG est de 2109,12 DH, pour 208 h/mois, soit 188 (...)

24Contrairement aux femmes, le retard au premier mariage chez les hommes s’explique principalement par des difficultés d’accès au marché de l’emploi. Dès 1969, la ville de Sidi Ifni se marginalise et subit une crise économique importante, à la suite de la décolonisation espagnole et en l’absence d’une reprise des activités économiques par le gouvernement marocain (Simenel, 2007). L’histoire de vie des enquêtés témoigne de la pérennité de cette crise et de son impact sur leurs parcours. En effet, un quart des hommes rencontre des difficultés d’accès au marché du travail. La moitié des hommes célibataires âgés de 15 à 35 ans exerce une activité économique précaire, avec un salaire moyen de 2 111 DH8 (190 €) par mois, alors que les hommes mariés sont 97 % à exercer une activité économique stable, pour un revenu moyen de 4 777 DH (430 €) par mois (EBSI)9. La stabilité économique semble être une condition sine qua non pour contracter un mariage. Le Code de la famille renforce cette idée dès 1957 en décrivant les rôles alloués aux futurs époux. L’article 35 de la Moudawana de 1957 précise que l’époux doit entretenir sa famille et cet entretien comprend « […] la nourriture, l’habillement, les soins médicaux et le logement ». Tandis que l’épouse doit à l’égard de son mari « la fidélité, l’obéissance conformément aux convenances… » (article 36 de la Moudawana 1957). Ces lois ont été réformées en 2004, pour laisser place à un code de la famille promouvant l’égalité entre les conjoints. En effet l’article 51 du nouveau code de la famille stipule que les droits et les devoirs réciproques entre conjoints sont notamment : « […] la prise en charge, par l’épouse conjointement avec l’époux, de la responsabilité de la gestion des affaires du foyer et de la protection des enfants » (article 51 du Code de la famille 2004). L’État a instauré un Code de la famille inspiré essentiellement de l’Islam, afin de régir les relations, les droits et les devoirs qui incombent aux futurs époux.

25D’après les hommes enquêtés, l’une des principales conditions imposées par les beaux-parents est l’exercice d’une activité professionnelle leur garantissant que leur futur gendre sera en mesure de subvenir aux besoins d’une famille, excepté pour le mariage dans la parenté (une activité professionnelle stable ne semble pas nécessaire). Sur l’ensemble des hommes mariés interrogés, un tiers d’entre eux a contracté un mariage dans la parenté. La particularité de cette sous-population est que seulement 76 % d’entre eux exercent une activité professionnelle stable, pour un revenu mensuel moyen de 2 888 DH (260 €). Ainsi, l’exercice d’une activité professionnelle stable n’est pas un facteur déterminant pour conclure un mariage dans la parenté.

  • 10 La célébration du mariage regroupe la réservation d’une salle ou d’une tente, l’achat des vêtements (...)

26L’enquête atteste des difficultés rencontrées par ces hommes pour constituer le capital économique nécessaire pour une mise en couple (la dot, la célébration du mariage et l’installation du ménage). Le mariage reste en effet une dépense très importante pour les mariés et leur famille : le coût moyen d’un mariage est estimé à 34 441 DH (3 100 €) pour l’ensemble des enquêtés mariés. La principale dépense est la célébration du mariage10, estimée à 27 775 DH (2 500 €) en moyenne ; vient ensuite la dot, le sadaq, défini comme « tout bien donné par l’époux à son épouse […]. Le fondement du sadaq consiste en sa valeur morale et symbolique et non en sa valeur matérielle » (article 26). Le mariage ne peut être conclu sans la dot (article 13) consentie par l’époux à son épouse, elle « est fixée au moment de l’établissement de l’acte de mariage. À défaut, sa fixation est confiée au conjoint » (article 27). Selon notre enquête, la dot prend différentes formes, telles que argent, bijoux ou vêtements, mais celle qui est la plus souvent mentionnée sur le contrat de mariage est le versement d’une somme d’argent.

27Cette somme que l’époux verse à son épouse le jour de l’acte de mariage atteint en moyenne 5 555 DH (500 €) même si, dans les faits, les femmes déclarent ne percevoir que 2 222 DH (200 €) en moyenne. Cet écart s’explique par le fait que les époux peuvent convenir « du paiement d’avance ou à terme de la totalité ou d’une partie du sadaq » (article 30). Le versement de cette dot est souvent complété par des cadeaux que l’homme offre à son épouse, d’un montant de 4 444 DH (400 €), en moyenne.

28Les hommes mariés que nous avons enquêtés affirment que les dépenses induites par le mariage sont très élevées et que l’absence d’une activité professionnelle stable rend difficile la réalisation d’un mariage. De plus, à Sidi Ifni, la crise économique s’accompagne d’une crise du logement.

  • 11 La ville de Sidi Ifni n’a pas d’agence immobilière pour la location de logements, ce sont les parti (...)

29La pénurie de logements, qui provient d’un manque d’espaces constructibles, est en effet un facteur pouvant expliquer le retard au premier mariage des hommes. Selon l’enquête, les hommes éprouvent de grandes difficultés à obtenir un logement, car l’offre est relativement faible, alors que la demande ne cesse d’augmenter. Le mariage symbolise généralement chez les jeunes générations la décohabitation du foyer parental mais, dans les faits, notamment pour les jeunes couples, cette décohabitation n’est pas envisageable pour des raisons économiques ou des difficultés d’accès au logement11.

30Cette crise du logement est à l’origine de l’émergence de la cohabitation patrilocale en ville. Très répandue en zone rurale grâce à l’étendue de l’espace foncier, cette pratique semble se développer en ville, mais reste limitée car les logements sont plus petits. En effet, selon l’enquête, un tiers des couples vit chez les parents de l’époux, pour certains la cohabitation patrilocale permet le mariage et constitue une phase intermédiaire avant la décohabitation. Ce sont souvent les parents qui se révèlent être un soutien financier et matériel indispensable pour leurs enfants. Ce contexte favorise de surcroît le maintien des structures familiales traditionnelles en ville. Cependant, les jeunes enquêtés semblent préférer un logement indépendant de celui de leurs parents.

Conclusion

31L’enquête biographique réalisée à Sidi Ifni en 2009 révèle les principaux facteurs à l’origine du retard de la primonuptialité masculine et féminine. Pour les femmes vivant en ville, les raisons du recul de l’âge au premier mariage sont l’accès à l’éducation, l’allongement de la scolarité, l’accès à l’emploi et l’émergence d’un pouvoir de négociation lors du choix du conjoint. La généralisation de la scolarité dans une société où l’analphabétisme était dominant, en particulier chez les femmes, dévoile chez ces dernières un plus grand investissement dans la poursuite de leurs études. La scolarité est de plus en plus longue, comme le confirme la durée moyenne (plus de 11 ans) dans le système éducatif. À Sidi Ifni, les femmes terminent en effet leur scolarité à l’âge de 18 ans (en moyenne), ce qui réduit la probabilité de contracter un mariage précoce. D’autre part, l’accès à l’éducation permet à ces femmes d’acquérir des compétences donnant accès au marché de l’emploi qualifié. Ainsi, les trajectoires de vie des jeunes filles semblent se rapprocher de plus en plus des trajectoires de vie de leurs homologues masculins. Ces changements biographiques expliquent en partie le report du calendrier de la primonuptialité.

32Le retard à la primonuptialité masculine renvoie principalement aux difficultés économiques, notamment l’accès à un emploi fixe et à un logement indépendant. La majorité des hommes mariés exerce une activité professionnelle stable ; mais, à Sidi Ifni, les hommes ont de grandes difficultés à trouver un emploi, ce qui contribue à retarder l’âge moyen au premier mariage. Selon l’enquête, le mariage n’est autorisé par les beaux-parents que si le futur gendre exerce une activité professionnelle permettant de subvenir aux besoins du couple.

33En plus de ces difficultés d’accès au marché de l’emploi s’ajoute la pénurie de logements. Cette dernière est à l’origine de la hausse des loyers et dissuade certains jeunes ayant de faibles ressources à contracter un mariage. Cette donnée contraint près d’un tiers des couples à rester vivre chez les parents de l’époux, tandis que d’autres préfèrent repousser la date du mariage jusqu’à l’obtention d’un logement.

34Les femmes comme les hommes sont de plus en plus nombreux à choisir librement leur conjoint, mais ils restent soumis au consentement des parents pour contracter leur mariage.

Haut de page

Bibliographie

Ajbilou A., 1999, Analyse de la variabilité spatio-temporelle de la primo-nuptialité au Maghreb : années 1970-1980, Paris, L’Harmattan, 343 p.

Barkallil N., Chiche J., Lemrini A. et Naciri R., 1994, Femmes et éducation, blocages et impacts, Casablanca, Le Fennec, coll. « Marocaines, citoyennes de demain », 119 p.

Belarbi A., 1992, Situation de la petite fille au Maroc. Essai, Casablanca, Le Fennec, 117 p.

Bennani-Chraïbi M., 1998, Soumis et rebelles. Les jeunes au Maroc, Paris, Éd. du CNRS, coll. « Méditerranée », 336 p.

Bourqia R., 2006, Les valeurs. Changements et perspectives, Travaux des groupes thématiques, n° 2, « Sociétés, famille, femmes et jeunesse », 50 ans de Développement humain et Perspectives 2025, Maroc, pp. 61-104.

Combe J., 2001, La condition de la femme marocaine, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire et perspectives méditerranéennes », 224 p.

GRAB (Groupe de réflexion sur l’approche biographique), 1999, Biographies d’enquêtes. Bilan de 14 collectes biographiques, Paris, INED, coll. « Méthodes et savoirs », 340 p.

Kateb K., 2009, Évolutions du système matrimonial au Maghreb : convergence vers le modèle occidental ou construction d’un modèle intermédiaire ? Communication au XXVIe Congrès international de démographie, Marrakech, 27 sept.-2 oct. 2009, 23 p. Disponible sur Internet : http://iussp2009.princeton.edu/download.aspx?submissionId=90014 [consulté le 28/11/2012].

Lacoste-Dujardin C., 1996, Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, La Découverte, coll. « Poche », n° 11, 268 p.

LDDF (Ligue démocratique des droits de la femme), 2006, Rapport annuel sur l’application du Code de la famille, Rapport du Centre d’information et d’observation des femmes marocaines, Casablanca, 17 p.

Naamane-Guessous S., 2001, Au-delà de toute pudeur, Casablanca, Eddif, coll. « Impulsions », 279 p.

Oliva P., 1971, « Notes sur Ifni », Revue de Géographie du Maroc, n° 19, pp. 85-96.

Seklani M., 1960, « La fécondité dans les pays arabes : données numériques, attitudes et comportements », Population, 15e année, n° 5, pp. 831-856.

Simenel R., 2007, L’origine est au frontières : espace, histoire et société dans une terre d’exil du sud marocain, Thèse de doctorat, Ethnologie, sous la dir. de R. Jamous, Univ. Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 397 p.

Tillion G., 1982, Le harem et les cousins, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 211 p.

Haut de page

Notes

1 Article 12, alinéa 2, du Code de la famille de 1957 qui stipule que « La femme ne conclut pas elle-même l’acte de mariage mais se fait représenter par un wali qu’elle aura délégué à cet effet ».

2 L’article 11 du Code de la famille de 1957 affirme : « Les tuteurs matrimoniaux [awlya] sont, par ordre de priorité : le fils ; le père ou le tuteur testamentaire désigné par lui ; le frère ; le fils du frère ; le grand-père paternel ; et ainsi, de proche en proche, suivant le degré de parenté, la qualité de germain devant l’emporter sur toute autre ; le parent nourricier ; le juge ; enfin, tout membre de la communauté musulmane ».

3 La trajectoire familiale fait référence à l’évolution de la structure familiale d’origine jusqu’à la formation de la famille de procréation. En ce qui concerne la famille d’origine, nous avons des informations sur l’évolution : de la fratrie, de la structure familiale (famille nucléaire, famille élargie), du lieu d’habitation et des migrations familiales ou individuelles depuis la date de naissance de l’enquêté jusqu’à la date de l’enquête. À ces données s’ajoutent des informations relatives au décès des parents (de l’un ou des deux). Nous avons aussi collecté des informations sur la formation du couple : date de la rencontre et lieu, date des fiançailles, date du mariage civil et religieux, type de cohabitation (patrilocale, matrilocale, famille nucléaire) et date(s) de naissance des enfants.

4 « Groupe de réflexion sur l'approche biographique, Biographies d'enquêtes, Bilan de 14 collectes biographiques », Méthodes et Savoirs, n° 3, INED, 2009, 340 p.

5 Le questionnaire est constitué de neufs modules biographiques : 1. Migratoire ; 2. Trajectoire familiale ; 3. Trajectoire résidentielle ; 4. Trajectoire scolaire ; 5. Trajectoire professionnelle ; 6. Trajectoire formation du couple ; 7. Trajectoire de vie parentale (parent[s] en vie ou décédé[s] en précisant la date) ; 8. Trajectoire religieuse ; 9. Trajectoire de vie des enfants (enfant[s] en vie ou décédé[s] en précisant la date).

6 Le volet Questions d’opinions aborde en particulier la préservation de la virginité avant le mariage selon les sexes.

7 Selon le Recensement 2004, l’analphabétisme touche 43 % de la population âgée de plus de 10 ans (2 sexes). Ce phénomène ne concerne que 30,8 % des hommes. L’analphabétisme touche beaucoup plus sévèrement les femmes rurales, avec un taux d’analphabétisme atteignant les 84 % en milieu rural contre 45 % en milieu urbain.

8 En décembre 2012, 1 dirham (DH) = 0,0893 €.

9 Selon l’Annuaire statistique du Maroc de 2009, le SMIG est de 2109,12 DH, pour 208 h/mois, soit 188 €.

10 La célébration du mariage regroupe la réservation d’une salle ou d’une tente, l’achat des vêtements des mariés, le traiteur, l’orchestre et le photographe ou cameraman.

11 La ville de Sidi Ifni n’a pas d’agence immobilière pour la location de logements, ce sont les particuliers qui louent leur propre logement. Un logement de type F2, selon son emplacement dans la ville, se loue entre 500 et 1000 DH par mois, tandis qu’un logement de type F3 est loué entre 1000 et 1500 DH.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1. Sidi Ifni dans son environnement marocain.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Photographie 1. La plage de Sidi Ifni dans la brume matinale.
Crédits Cliché : Caroline Troin, déc. 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photographie 2. Activité de pêche dans le port de Sidi Ifni.
Crédits Cliché : Claude Katz, jan. 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig 2. Pyramide des âges de Sidi Ifni, 2004.
Légende Source : Recensement 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/508/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig 3. Les individus enquêtés à Sidi Ifni en 2009.
Légende Sources : EBSI, 2009 et Enquêtes LB.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/508/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig 4. Types de mariages contractés par les femmes à Sidi Ifni en 2009.
Légende Source : Enquête biographique à Sidi Ifni (EBSI), 2009.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/508/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leila Boufraioua, « La nuptialité dans le Sud marocain. Évolution des mœurs ou contraintes économiques ? », Les Cahiers d’EMAM, 21 | -1, 63-74.

Référence électronique

Leila Boufraioua, « La nuptialité dans le Sud marocain. Évolution des mœurs ou contraintes économiques ? », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/508 ; DOI : 10.4000/emam.508

Haut de page

Auteur

Leila Boufraioua

Doctorante, Démographie, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense & CERPOS, Centre de Recherche Populations et Sociétés | EA 2324

leilaboufraioua@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page