Navigation – Plan du site

Introduction

Intellectuels en situation coloniale
Jérôme Bocquet
p. 9-15

Note de l’auteur

Jérôme Bocquet est docteur agrégé en histoire, enseignant-chercheur à l’université d’Orléans (Espé Centre Val de Loire), membre de l’UMR 7324 CITERES (Cités, Territoires et Sociétés) et plus particulièrement de l’équipe EMAM (Monde Arabe et Méditerranée) à l’université de Tours.
Ses recherches portent sur les questions d’éducation, d’histoire religieuse et politique dans le Monde arabe. Il prépare actuellement (2014) un livre sur les chrétiens et la guerre d’Algérie.

Principales publications

La France, l’Église et le Baas. La France en Syrie (1918-1970), Paris, Les Indes savantes, 2008.
L’enseignement français en Méditerranée. Les missions et l’Alliance israélite universelle, Rennes, PUR, 2010.

Texte intégral

1L’historien et archéologue Paul-Albert Février, élève de Henri-Irénée Marrou à qui Jean Lassus, doyen de la Faculté des lettres d’Alger et directeur inamovible des Antiquités d’Algérie jusqu’après l’Indépendance, voulait confier la direction des chantiers de fouille, nous a laissé ses mémoires. Jeune appelé, il est affecté en 1959 comme responsable administratif dans un centre de transit de l’armée près de Sétif. Révolté par ce qu’il voit dans le camp Colbert qui est en réalité un centre d’internement et d’interrogatoire, il rédige un rapport pour la Croix-Rouge internationale, mais ne songe nullement ni à désobéir ni à déserter :

  • 1 Voir J.-M. Guillon, 2006, p. 32 et S. Benkada, 2006, pp. 147-175. Resté en Algérie après l’Indépend (...)

« Excellent spectacle pour l’historien [écrit-il bien au contraire]. Je ne donnerai pas ma place. Elle est trop bonne. L’historien doit profiter de tous les instants, doit tout regarder, rien ne lui est étranger du réel, même du monde dans lequel il vit. »1

  • 2 Voir l’analyse qu’en propose Guy Pervillé sur son site Internet.

2Durant ces années algériennes, beaucoup d’intellectuels, de François Mauriac à Jean-Paul Sartre, vont être amenés à s’engager, en tant qu’appelés en Algérie ou simplement en métropole. Parmi ces « clercs », on compte des écrivains, des journalistes, des éditeurs comme des universitaires. Des historiens et des géographes ont donc concouru à cette « bataille de l’écrit » qu’a été également la guerre d’Algérie. Leur regard a-t-il pour autant été différent et les a-t-il conduits à prendre plus facilement position ? Le président de la République François Hollande vient certes de rendre hommage en décembre 2012 devant l’Assemblée nationale algérienne à André Mandouze comme la figure de l’engagement anticolonialiste2, mais n’a-t-on pas fêté des deux côtés de la Méditerranée de manière très ambiguë le cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie ? Il était sans doute bon de s’arrêter à la part des individus qui, par leur formation, leur ouverture, leur métier, étaient peut-être plus disposés que d’autres à se poser des questions, à s’engager durant ce conflit, d’abord comme homme et comme citoyen.

  • 3 L’auteur du Livre noir du colonialisme a été professeur en Algérie à partir de 1948 ; il est proche (...)

3Trois personnalités, historiens et géographes, ont marqué ces années : Henri Alleg, militant et historien, un des personnages centraux de la guerre d’Algérie ; Pierre Nora, jeune agrégé d’histoire au lycée Lamoricière à Oran, comme l’historien Marc Ferro3, et auteur en 1961 d’un essai virulent contre les Français d’Algérie ; et enfin le géographe Marc Côte, un des pionniers de la géographie en Algérie après 1962, tout particulièrement à Constantine. Tous ont lié leur engagement et leur formation intellectuelle. On comptera également les élèves d’André Prenant, décédé en 2010, militant communiste anticolonialiste et géographe de l’Algérie. Présent sur le terrain depuis 1946, il est l’auteur en 1960, avec Jean Dresch, autre figure de la géographie algérienne, et Yves Lacoste de L’Algérie, Passé et Présent lu par toute l’élite intellectuelle algérienne. Après l’Indépendance, il revient en qualité de maître de conférences pour enseigner à l’université d’Alger et d’Oran, emmenant ses étudiants sur le terrain pour des voyages d’études, comme le fait Marc Côte à Constantine, formant plusieurs générations de géographes algériens.

  • 4 Depuis, notamment, la thèse de Martin Evans et les travaux pionniers de Guy Pervillé sur l’historio (...)

4Beaucoup de ces hommes et de ces femmes, certains célèbres comme Pierre Vidal-Naquet ou Pierre Bourdieu, d’autres anonymes, sont décédé, pour beaucoup récemment, tels ces trois historiens, le « porteur de valises » et homme des réseaux Henri Alleg, le militant anticolonialiste proche des communistes Robert Bonnaud, auteur de Paix des Nementchas, ou le démocrate-chrétien Jean-Marie Mayeur, un des dirigeants de la Fédération des étudiants catholiques (FEC), également fondateur d’un groupe Esprit à Strasbourg où il côtoie André Mandouze et directeur avec Jacques Julliard, militant UNEF et agrégé d’histoire en 1958, juste avant son départ au service militaire, d’un numéro spécial de la revue dominicaine Vin nouveau sur la guerre d’Algérie. Cela rendait urgent d’entendre le témoignage de tous ceux qui ont traversé ces années algériennes. Cette publication a donc pour objet de rassembler des textes d’historiens et de géographes qui ont vécu la guerre d’Algérie aux côtés de ceux spécialistes du fait colonial4. À l’heure des débats mémoriels, il s’agit ici d’accomplir un travail d’histoire autant que de mémoire un demi-siècle après la fin de la guerre. Ces années ont marqué la pratique professionnelle ultérieure de beaucoup d’entre eux, comme le racontent Jean-François Troin, membre de l’Union géographique de la Faculté des lettres, liée à l’UNEF puis affecté à l’antenne géographique de l’État-Major à Alger, ou Michel Marié, géographe et urbaniste employé sur le Plan de Constantine. Guy Pervillé retrace ici son itinéraire, celui d’un intellectuel né trop tard pour servir en Algérie mais amené à réfléchir sur les ressorts du travail de l’historien sur la guerre.

5Des historiens souvent dits « de gauche » se sont engagés contre la guerre. Ils l’ont souvent fait en tant que chrétiens et intellectuels à l’égal de Charles-Robert Ageron, historien du monde colonial, professeur pendant dix ans au lycée Émile-Felix Gautier à Alger à partir de 1947, puis assistant à l’université de la Sorbonne en 1961 à qui les partisans de l’Algérie française reprochent, depuis 1956, son parti pris contre la colonisation aux côtés des « libéraux » (Pervillé, 2008). Leur combat est loin cependant d’être unanimement partagé par toute la communauté scientifique. En témoigne la déclaration signée en mai 1956 par la plupart des professeurs de la Sorbonne en faveur d’une « adhésion réfléchie à l’effort militaire qui est demandé au pays ». Des historiens renommés comme Pierre Vidal-Naquet, René Rémond, d’autres comme André Latreille, signataire dès le mois de juin 1954 d’un texte dans Le Monde avec d’autres universitaires lyonnais, prennent en revanche position. À leurs côtés, parfois sans eux, de jeunes historiens, Jean-Marie Mayeur à Strasbourg avec l’UNEF en passe d’être contrôlée par les « minos », Jean Lecuir ou Michel de la Fournière à la tête du groupe des étudiants en histoire de la Sorbonne puis de la FGEL, François Bédarida qui prend la suite de son père à la tête du Centre catholique des intellectuels catholiques (CCIF), Michel Winock ou Gérard Cholvy, président du Centre catholique universitaire de Montpellier, pris à parti dans une manifestation raciste en janvier 1956.

  • 5 Anthropologue, Jacques Soustelle est l’ancien adjoint de Paul Rivet à la direction du Musée de l’Ho (...)

6Possesseurs d’un savoir inscrit dans les sciences sociales, ces intellectuels sont historiens, géographes ou sociologues, tels Jean Duvignaud ou Alain Darbel. Certains sont arabisants, des berbérisants et des islamologues, comme l’explique Alain Messaoudi. Si un grand nombre n’a pas voulu ni pu prendre position publiquement, d’autres observateurs lucides du nationalisme algérien, n’ont pas hésité comme Louis Massignon, fondateur du Comité chrétien d’entente France-Maghreb à dénoncer hésité pas à dénoncer « l’anti-arabisme inhérent à l’administration » en Algérie. Des historiens et archéologues se prononcent également contre la guerre en Algérie, comme Henri Seyrig, ancien délégué de la France libre pendant la guerre et directeur de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth [IFAB] (Bocquet, 2014). Tous « ces chers professeurs » (Jacques Soustelle5) jouent un rôle dans cette guerre. L’histoire ancienne porte ainsi son regard sur le conflit. Autour d’Henri-Irénée Marrou, professeur d’histoire de l’Empire romain tardif, se tisse un réseau d’enseignants et d’étudiants, fondé sur une plus grande connaissance préalable de l’Algérie et du terrain, un héritage de la Résistance et des questionnements sur le contemporain propre à l’historien de l’Antiquité. Alain Corbin, le premier élève de Pierre Vidal-Naquet à Caen, reconnait avoir été marqué par son enseignement avant de partir servir en Algérie. Après avoir distribué dans l’amphithéâtre de la Faculté de Lyon des tracts contre l’occupation pour le compte d’Henri-Irénée Marrou, puis rédigé un mémoire de diplôme d’études supérieures (DES) à Paris durant l’hiver 1944 sur les pères de l’Église sous la direction de Marrou, Suzanne Citron s’engage à nouveau contre la guerre en Algérie. Historienne contemptrice du roman national, elle reste encore aujourd’hui, à plus de 90 ans, engagée sur la scène intellectuelle et politique dans les débats soulevés par les usages publics de l’histoire, comme celui de l’anniversaire du baptême de Clovis opposée à son ancien camarade d’agrégation Pierre Chaunu. Elle s’en était d’ailleurs éloignée à l’occasion de la guerre d’Algérie. Citons enfin la personne d’André Mandouze, décrite par Bruno Judic, qui inscrit son engagement algérien au travers de la vision de Saint Augustin, figure tutélaire de la présence chrétienne en Algérie, mais qui n’en dénonce pas moins le colonialisme en Algérie.

  • 6 Témoignage d’Antoine Prost à l’auteur, Paris, mars 2012.

7Beaucoup ont vécu la guerre en tant qu’« historien » ou « géographe », mais la plupart sont d’abord des appelés et certains des militants. Pierre Merlin, jeune officier de réserve, démographe, urbaniste, se retrouve ainsi « plongé dans les événements d’Algérie ». Sans vraiment militer, ce dernier côtoie durant ses années aussi bien Laurent Schwartz, Henri-Irénée Marrou, Jean Dresch, tous au contraire engagés contre la guerre. Bernard Roussel est tour à tour pasteur, aumônier militaire, acteur de la Cimade et historien. Sont-ils des hommes ordinaires ? Les trajectoires très dissemblables d’historiens comme celle d’Alain Corbin, jeune agrégé hostile au port d’armes par crainte autant que par refus de la guerre, ou celle d’Antoine Prost, jeune militant et intellectuel catholique engagé contre la guerre avant de partir au service militaire puis sous-lieutenant. Il raconte alors qu’il « faisait le métier » non sans y prendre un certain plaisir6. Issu d’une famille de militaires habituée à partir à la guerre, François Caron se montre enfin un historien attaché à défendre le passé colonial de la France et acquis à l’Algérie française par sa belle-famille pied noir. Tout ceci ne permet sans doute pas de dessiner le profil d’une corporation monolithe.

  • 7 La thèse de doctorat, malheureusement interrompue, de Sophie Quieff, a ainsi tenté de travailler su (...)
  • 8 Témoignage de Jean-Marie Mayeur à l’auteur, Paris, mars 2012.

8Face aux événements auxquels ils ont été confrontés, ces hommes et ces femmes se sont posé la question d’une éthique de la guerre, pour le géographe Marc Côte, celle d’une conscience chrétienne. Leur engagement est parfois lié à leur histoire personnelle comme Fanny Colonna, anthropologue de l’Algérie coloniale, pied-noir et militante catholique de la JEC (Jeunesse étudiante catholique) venu à l’AJAAS (Association de la jeunesse algérienne pour l’action sociale) créée par Pierre Chaulet (Bancel et al., 2003, p. 63). Sont-ils pour autant des historiens engagés7 ? Pour beaucoup d’entre eux, cette opposition est d’abord morale, un « problème de conscience ». Pierre Merlin pose ainsi la question de la torture. « Torture : nous savions tous », écrivait-il en juin 2001 dans une tribune du Monde à l’occasion de « l’affaire » Aussaresses. Ajoutant, « la torture en Algérie a été un système organisé par des officiers confrontés au terrorisme aveugle et croyant que la fin justifiait les moyens ». Professeur d’histoire médiévale et membre de l’Institut de France, Michel Bur relate encore douloureusement les cas de conscience auquel il a dû faire face en tant qu’homme, soldat et historien. N’a-t-il pas été conduit à faire, en pleine guerre en 1961, dans des circonstances assez étranges, une conférence au Lion’s Club à Mascara sur « Les tentations de l’intellectuel » et d’expliquer ce qu’un intellectuel, historien du Moyen-Âge, peut faire sous l’uniforme d’un lieutenant de cavalerie affecté dans un poste de l’armée française perdu dans le bled (Bur, 2012, pp. 43-45) ? Certains ont une lecture davantage politique des événements. Jean-Marie Mayeur, en poste à Strasbourg, est ainsi chargé durant l’été 1962 par André Mandouze, à la demande de la fédération du FLN en Alsace, d’écrire un texte sur une politique économique à mener après l’Indépendance8.

9Ces historiens ou géographes s’opposent-ils pour autant comme d’autres intellectuels à la colonisation ? Leurs approches diffèrent parfois. Bernard Roussel compte d’abord agir, c’est-à-dire, selon lui, lutter contre les effets délétères de la guerre et de la colonisation. Michel Marié imagine penser également la colonisation et la décolonisation et forge le concept de « ménagement ». Étienne Fouilloux (2008, p. 16) retient l’idée d’une « génération du djebel ». Marqués par les années passées en Algérie, des historiens, des géographes en ont tiré ultérieurement une conception de leur métier. Michel Marié a été amené à analyser les ressorts coloniaux de l’espace métropolitain d’après-guerre dans les réseaux hydrauliques du Languedoc. Une concordance s’établit donc entre le géographe – ou l’historien – et sa propre histoire, ainsi pour Suzanne Citron entre la Résistance, la guerre d’Algérie et ses travaux sur le mythe national. Philippe Contamine rappelait que son service militaire en Algérie avait contribué au choix de son sujet, la guerre de Cent Ans, et avait marqué sa trajectoire d’historien médiéval (Sirinelli, 1992, p. 84). Les Carnets d’Algérie d’Antoine Prost, récit sur la torture et la lâcheté des hommes dans la guerre, écrits en 1960 dans l’Atlas saharien alors qu’il mène des opérations-commandos comme jeune sous-lieutenant, révèle l’historien et l’intellectuel engagé qu’il fut après 1962. Le choix, plus tôt, de son sujet de DES (Diplôme d’études supérieures) sur l’opinion catholique française pendant la guerre d’Espagne, rejoint l’interrogation centrale qui en a poussé beaucoup à la fois vers l’histoire et l’engagement en Algérie. « Ce mémoire [écrit Antoine Prost] posait la question de l’aveuglement de ces gens qui n’ont pas vu que l’Espagne annonçait ce qui allait arriver en 1940. » (Dermond, 2005, p. 32).

Haut de page

Bibliographie

Assouline P. et Girardet R., 1990, Singulièrement libre. Entretiens, Paris, Perrin, 226 p.

Bancel N., Denis D. et Y. Fates (dir.), 2003, De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Histoire contemporaine », 300 p.

Benkada S., 2006, « Henri-Irénée Marrou, André Mandouze, Paul-Albert Février... ou l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la Guerre de libération algérienne (1954-1962) », Insaniyat, n° 31, pp. 147-175.

Bermond D., 2005, « Antoine Prost : carnets d’Algérie », L’Histoire, n° 296, p. 32.

Bocquet J., 2014, « Henri Seyrig, un gaulliste dans la décolonisation », in Duyrat F. et Picard O. (dir.), Henri Seyrig 1885-1973, Beyrouth, Syria, coll. « Suppléments », à paraître 2015.

Bonnaud R., 2001, Histoire et historiens de 1900 à nos jours. L’histoire nouvelle. Au-delà de l’histoire, Paris, Kimé, coll. « Le sens de l’histoire », 191 p.

Bur M., 2012, Algérie 60, Mascara-Sétif, 1er janvier 1960-16 février 1961, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoires et perspectives méditerranéennes », 196 p.

Caron F., 1985, La France des patriotes. Tome 5 : 1851-1918, Paris, Fayard, 665 p.

Citron S., 2008, Le Mythe national : l’histoire de France en question, Paris, Éditions de l’Atelier, coll. « L’Atelier en poche », 351 p.

Contamine P. (dir.), 1995, « Le métier d’historien », Revue des deux mondes, septembre, pp. 68-146.

Evans M., 1997, The Memory of Resistance. French Opposition to the Algerian War, Oxford/NY, Berg Publishers, coll. « Berg French Studies », 256 p.

Ferro M. (dir.), 2003, Livre noir du colonialisme, XVIe-XXIe siècle, de l’extermination à la repentance, Paris, Robert Laffont, 843 p.

Fouilloux É., 2008, Les Chrétiens français entre guerre d'Algérie et mai 1968, Paris, Éditions Parole et Silence, 2008, 360 p.

Gros G., 2008, Philippe Ariès. Un traditionaliste non-conformiste. De l’Action française à l’École des hautes études en sciences sociales, Lille, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et Civilisations », 346 p.

Guillon J.-M., 2006, Paul-Albert Février. Un historien dans la guerre d’Algérie. Un engagement chrétien 1959-1962, Paris, Cerf, coll. « Intimité du christianisme » (préface de P. Vidal-Naquet, postface de A. Mandouze), 525 p.

Julien C.-A., 1979, Une pensée anti-coloniale. Positions, 1914-1979, Paris, Sinbad, coll. « Les Grands Documents de Sinbad », 267 p.

Leimdorfer F., 1992, Discours académique et colonisation. Thèmes de recherche sur l’Algérie pendant la période coloniale, Paris, Publisud, coll. « Confluents », 316 p.

Liauzu C., 1984, « Les intellectuels français au miroir de algérien », Cahiers de la Méditerranée, n° 3.

Pervillé G., 2008, « In Memoriam. Charles-Robert Ageron (1923-2008) ». En ligne : guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=226 [mis en ligne le 06/09/2008 ; consulté le 23/01/2014].

Pouillon F., Ferreux J. et Valensi L. (dir.), 2008, Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala-IISMM, coll. « Lettres du Sud », 1007 p.

Prost A., 2000, « Comment l’histoire fait-elle l’historien ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 65, janvier-mars, pp. 3-12.

Prost A., 2005, Carnets d’Algérie, Paris, Tallandier, coll. « Archives contemporaines » (préface de P. Vidal-Naquet), 196 p.

Riché P., 2003, Henri-Irénée Marrou. Historien engagé, Paris, Le Cerf, coll. « Histoire. Biographie », 417 p.

Sirinelli J.-F., 1992, « Le temps de l’historien », in Chaveau A. et Tétart P., Questions à l’histoire des temps présents, Bruxelles, Complexe, coll. « Questions au XXe siècle »,136 p.

Toupin-Guyot C., 2002, Les Intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976), Rennes, PUR, coll. « Histoire », 370 p.

Vidal-Naquet P., 1989, Face à la raison d’État. Un historien dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, coll. « Essais », 259 p.

Haut de page

Notes

1 Voir J.-M. Guillon, 2006, p. 32 et S. Benkada, 2006, pp. 147-175. Resté en Algérie après l’Indépendance, il ouvre en 1962 à Alger le CRAM, Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne, avant d’enseigner à la Faculté des lettres de l’université d’Alger.

2 Voir l’analyse qu’en propose Guy Pervillé sur son site Internet.

3 L’auteur du Livre noir du colonialisme a été professeur en Algérie à partir de 1948 ; il est proche du Mouvement de la Paix, puis du PSU, avant de quitter Oran en 1956.

4 Depuis, notamment, la thèse de Martin Evans et les travaux pionniers de Guy Pervillé sur l’historiographie de la guerre, on connaît bien l’importance des témoignages dans ce travail d’histoire. Cf. M. Evans, 1997.

5 Anthropologue, Jacques Soustelle est l’ancien adjoint de Paul Rivet à la direction du Musée de l’Homme. Il est l’un des premiers à avoir rejoint la France libre et Henri Seyrig lui succède même en 1942 en Amérique latine comme représentant du général de Gaulle. En 1955, il devient ministre-résident en Algérie avant de rejoindre l’OAS à la fin de la guerre.

6 Témoignage d’Antoine Prost à l’auteur, Paris, mars 2012.

7 La thèse de doctorat, malheureusement interrompue, de Sophie Quieff, a ainsi tenté de travailler sur la génération des historiens de la décennie 1960 et sur la notion d’engagement.

8 Témoignage de Jean-Marie Mayeur à l’auteur, Paris, mars 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Bocquet, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM, 23 | 2014, 9-15.

Référence électronique

Jérôme Bocquet, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/667

Haut de page

Auteur

Jérôme Bocquet

Enseignant-chercheur, Histoire, Université d'Orléans & UMR 7324 CITERES | Équipe EMAM, Monde arabe & Méditerranée

j_bocquet@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page