Navigation – Plan du site
Partie 1

La guerre d’Algérie, telle que remémorée en 2013

Michel Marié
p. 45-56

Note de l’auteur

Après des études universitaires en philosophie, géographie et sociologie, Michel Marié a entamé en 1959 une carrière d’urbaniste en Algérie – où il a participé à l’élaboration du Plan de Constantine –, au Venezuela et au Chili, pour se consacrer ensuite pleinement à la recherche à partir de 1971. Docteur en sociologie de la Sorbonne depuis 1974, HDR en 1991, il a été directeur de recherches au CNRS, a travaillé sur l’aménagement du territoire. Il a enseigné à la Sorbonne (1971-1972), à l’université de Grenoble (1978-1980), à l’Institut d’aménagement de l’université de Montréal (1991) et au Colegio de San Luis Potosi (Mexique).

Principales publications

Les Terres et les mots. Une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens-Klincksieck, coll. « Analyse institutionnelle », 1989, 212 p.
La Campagne inventée, ou ce qu’il advient des rapports entre les paysans, leurs communautés et l’environnement urbain dans quatre villages d’un pays de Moyenne Provence, avec J. Viard, Le Paradou, 1988, Actes-Sud, coll. « Espaces-temps », 239 p.
Un territoire sans nom. Pour une approche des sociétés locales, avec C. Tamisier, Paris, 1982, Librairie des Méridiens, coll. « Sociologies au quotidien », 180 p.

Texte intégral

1Les Cahiers d’EMAM m’ont demandé un exercice qui, je dois dire, revêt un caractère assez personnel et délicat, parler de la manière dont j’ai vécu la guerre d’Algérie, et en quoi elle m’a marqué, d’abord en tant qu’homme, dans la mesure où l’événement correspondait en gros à la période d’éveil politique de ma génération – mais aussi en tant que professionnel, comme urbaniste d’abord. Après avoir terminé mes études de philosophie et de sociologie en Sorbonne, ce fut mon premier métier. Les premiers temps de pratique de ce métier ont eu lieu en Algérie de 1958 à début 1962. Quand je suis rentré ensuite en France et que, vivant alors dans le midi, j’ai eu à réfléchir en tant que sociologue, anthropologue ou historien sur la place de la colonisation et les « effets de retour de colonie » dans les années 1960 en ce qui concerne un certain nombre de phénomènes urbanistiques et hydrauliques propres à notre pays. Mais avant d’évoquer cet épisode algérien, il faut sans doute d’abord le situer dans le contexte plus général de la génération à laquelle j’appartiens – et en même temps dans le contexte plus personnel, plus singulier de mes origines familiales, autrement dit, reprendre un peu de ce que j’ai écrit dans un livre en 1989, Les terres et les mots. Une traversée des sciences sociales, où j’essayais de montrer comment j’ai pu me construire et d’où je parlais.

2L’une des premières choses à dire est que, né en 1931, ayant donc 82 ans en 2013, j’appartiens à une génération, la dernière vivante, qui a été profondément marquée par les guerres – pas seulement les guerres coloniales, mais d’abord les guerres européennes. C’est en premier la guerre de 1914-1918 avec ses monuments aux morts et le rituel pèlerinage à Verdun et à la tranchée des baïonnettes auquel j’ai eu droit dans ma tendre enfance, de 5 à 8 ans. Mais c’est surtout la guerre de 1940, à une époque où je n’étais pas encore adulte, et que j’ai reçue de plein fouet, passivement, comme les bombes descendues du ciel et la mort de cette voisine, torche vivante que j’ai vu mourir à mes pieds à l’âge de treize ans. Ce sont enfin les guerres coloniales.

3Ce que je peux déjà dire ici, au nom de cette génération, c’est que ce continuum de violence et de guerres nous a amené à introduire le conflit comme élément essentiel de la pensée, non seulement comme base de développement d’un certain nombre de technicités en matière de génie civil ou militaire, comme on le verra, mais aussi comme base de développement des sciences humaines. Si les sciences humaines sont nées du projet philosophique du XVIIIe siècle de fonder une anthropologie sur la base des Lumières, je crois que leur véritable avènement, tout au moins en ce qui concerne la sociologie, leur période de socialisation et de diffusion, c’est-à-dire de sortie du monde clos de l’université pour entrer dans l’arène publique, a beaucoup à voir avec des phénomènes très souvent occultés de guerre et de conflit. Il me semble que cette introduction du conflit et de la guerre comme phénomène majeur a joué un rôle essentiel dans la formation de cette génération.

4Sur un plan beaucoup plus personnel, je crois utile de dire que j’ai probablement été fortement marqué par le fait d’appartenir à une famille paysanne relativement accommodée des terres à betteraves de Picardie et, fait essentiel en ce qui me concerne, d’être le second, c’est-à-dire le cadet, dans un monde encore très marqué dans les années 1930 par ce qu’on appelle le droit d’aînesse, autant dire la réservation de la succession et celle de la terre à l’aîné pour ne pas la diviser. Cela veut dire qu’avant même de naître, j’étais probablement destiné à partir et à n’être jamais au centre du regard familial. D’où d’abord un certain goût pour les études et une certaine tendance à être bon élève, ce qui n’était pas une préoccupation majeure dans cette famille. À noter par ailleurs qu’en classe de philosophie au lycée d’Amiens, j’ai eu la chance d’avoir Gilles Deleuze comme professeur et d’être l’un de ses élèves les plus attentifs. D’où aussi un certain goût pour le passage des frontières ; d’abord pour s’immerger dans d’autres cultures, dans la culture de l’autre ; mais en même temps pour apprendre à voir, à ausculter sa propre culture par le regard de l’autre, par le travail du sens à partir de la proximité et de la prise de distance, du dépaysement et du repaysement.

5D’où enfin une certaine approche religieuse, assez caractéristique de la période pré-conciliaire de l’après-guerre et relativement éloignée du catholicisme traditionnel généralement pratiqué dans ma famille, à savoir l’adhésion à des mouvements considérés comme plutôt de gauche ; par exemple la fréquentation de la paroisse Saint-Séverin qui était alors à l’avant-garde d’un certain réformisme en matière de liturgie et où il m’est arrivé de rencontrer Mauriac et Massignon. Il y eut aussi la lecture de la revue Esprit à l’époque de Mounier, les contacts fréquents avec Économie et Humanisme, mouvement créé par un marin breton devenu dominicain, le père Lebret, pour propulser le développement dans différents pays d’Amérique latine. Mais ce qui compta le plus à l’époque fut le séminaire de la Mission de France où étaient formés les prêtres ouvriers. Deleuze voulait que je rentre en khâgne, en 1950, j’entrais alors au séminaire de la Mission de France où je restais deux annéess avant le service militaire.

6Il est certain que cette adhésion religieuse eut une certaine importance dans ma décision en 1952 de ne pas être officier. Comme pour beaucoup de gens de mon âge, la Seconde Guerre mondiale devait être la dernière guerre juste et « la der des der ». Comparées à celle-ci, les guerres de décolonisation, et particulièrement celle d’Indochine qu’il y avait à l’époque, nous apparurent comme des guerres injustes et perdues d’avance. Alors que cela nous apparaissait comme une évidence, nous étions alors les seuls à penser de cette manière. Je refusai donc l’École des Officiers de réserve, comme d’ailleurs tous mes copains de la Mission de France, pour être envoyé dans un régiment disciplinaire où mes voisins de chambre étaient tous d’anciens Polonais devenus mineurs de fond dans le Pas-de-Calais.

L’Algérie

7Je crois me souvenir que ma décision de travailler en Algérie était voulue et préméditée. J’aurais très bien pu ne pas y aller car, ayant refusé d’être officier, j’échappais au rappel de 1956 décidé par Guy Mollet. Bien que la plupart de mes amis qui ont été rappelés se soient comportés de façon plus qu’honorable, j’étais particulièrement heureux de ne pas participer à la guerre. Par ailleurs je n’adhérais pas à l’attitude des « porteurs de valises » autour de Robert Davezies qui était cependant l’un de mes grands amis du moment. Il faut dire qu’à cette époque où je sortais de l’université, la philosophie, quand on n’avait pas fait Normale-Sup, ne donnait aucun travail. En sociologie, alors que venait à peine d’être fondée la licence (1956), il n’y avait encore aucune pratique professionnelle, en dehors d’un enseignement très rare et d’un très petit groupe au CNRS. J’ai donc accueilli d’autant mieux la demande qui m’était faite alors par un bureau d’études d’ingénierie de faire l’étude sociologique d’une cité d’habitation à construire tout près des halles d’Alger. Le couvre-feu alors imposé par la bataille d’Alger nécessitait en effet que l’on permette aux portefaix kabyles dont on avait absolument besoin la nuit d’avoir leur famille à proximité. Telle fut donc mon entrée dans le milieu algérien où je commençais à sympathiser avec un certain nombre de pieds-noirs libéraux, les architectes Jean de Maisonseul et Roland Simounet, l’ingénieur des Ponts René Mayer, Germaine Tillion dont je fis connaissance à cette époque. En même temps, évidemment conscient des effets de domination de la France sur l’Algérie, de la métropole sur la colonie, je commençais à découvrir l’existence d’un phénomène inverse d’« effet de retour » de la colonie sur la métropole. Je le percevais et j’en découvrais même l’importance dans ma participation à un plan que de Gaulle avait mis en place en Algérie quand il est arrivé au pouvoir en 1958. Il s’agissait d’abord de développer l’Algérie française, ensuite de sauver les meubles quand il a compris que c’était fini. Ce qui s’est appelé le « Plan de Constantine » n’a été qu’un énorme bouillon de culture technique et administratif, ne serait-ce que par l’état d’exception qui donnait un énorme pouvoir aux techniciens et particulièrement aux ingénieurs des Ponts. Grâce à l’autorité du Général, au redéploiement de certains corps de l’État, et peut-être plus encore parce que nous étions au bord de l’abîme, beaucoup d’idées qui croupissaient dans les méandres de la bureaucratie métropolitaine ou de projets qui dormaient dans les dossiers purent être mis à l’épreuve de la réalité.

8Retourné en Algérie en 1986, j’ai été frappé de constater combien le Plan de Constantine, qui en son temps, ne devait durer que cinq ans, constituait encore, vingt-cinq ans plus tard, la base conceptuelle de la planification algérienne. En même temps, il fut le laboratoire et la vitrine à partir desquels les techniciens de la planification française allaient apprendre à penser l’espace hexagonal, c’est-à-dire à traduire sur ces espaces les méthodes quantitatives de la planification, à appliquer les concepts macroéconomiques à la planification régionale et urbaine. Ainsi vont-ils tracer les premières ébauches de ce que deviendra ensuite l’« administration de mission », c’est-à-dire la DATAR créée en 1963. Sans une analyse un peu sérieuse de la période coloniale et du Plan de Constantine, il me semble donc impossible de mettre en place une bonne perspective sur la France des Trente Glorieuses et plus particulièrement sur celle des années 1960. Je pense particulièrement ici à des notions comme celles de Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) ou de schéma routier, à l’introduction du calcul économique dans la planification spatiale, ou encore à l’apprentissage de la modélisation.

9Ce n’est évidemment pas un hasard si après la fin de la guerre, quand il s’est agi de construire les villes nouvelles en métropole, de Gaulle a fait appel à Delouvrier qui avait été le dernier gouverneur de l’Algérie. Celui-ci s’est appuyé essentiellement sur le corps des Ponts-et-Chaussées qui venait de faire ses premières armes en Algérie dans la question urbaine grâce au Plan de Constantine, lequel avait été son premier lieu de formation. Lorsqu’il arriva au pouvoir en 1958, l’une des premières choses que fit de Gaulle fut en effet d’obliger les élèves des grandes écoles, ÉNA, Mines, Ponts-et-Chaussées, Télécoms, à passer leurs deux premières années de travail en Algérie.

  • 1 Lire, par exemple, V. Berdoulay, 1981.
  • 2 Je pense ici à ce petit livre remarquable qui vient de sortir sur Bourdieu photographe en Algérie : (...)

10Le Plan de Constantine a été en même temps l’un des premiers lieux où s’est produite une certaine mobilisation des sciences humaines, particulièrement à travers les bureaux d’étude, mais aussi dans des administrations publiques qui avaient leurs conseillers. Parmi ceux avec lesquels j’étais le plus en rapport, il y eut d’abord les géographes et les économistes, les plus proches des ingénieurs, les géographes, forts de leur tradition coloniale1, les économistes parce qu’ils étaient indispensables à la modélisation de l’espace. La vision qu’ils eurent en général de l’Algérie fut le plus souvent celle d’un monde sans guerre, dépouillé de son drame, de ses conflits, pour le rendre lisse et planifiable. Et puis, à l’autre bout du spectre, il y avait les ethnographes qui, à cette époque-là dans une certaine tradition de résistance à se mêler de questions brûlantes d’actualité, furent, eux, beaucoup plus exposés au drame. Ils le prirent de plein fouet par la proximité des populations auxquelles ils étaient attachés. Quelques-uns, comme Jean Servier par exemple, s’engagèrent dans l’« action psychologique » de l’armée et se battirent pour l’Algérie française. Mais la plupart d’entre eux prirent position dans leurs paroles, dans leurs écrits (et aussi leurs photographies2) contre la guerre coloniale et tout son cortège d’exactions, Bourdieu et Sayad, Descloitres et Reverdy, Bugnicourt, entre autres.

  • 3 P. Rabinow, 1988 et 2006.

11Si la plupart d’entre eux s’intéressa au sort des plus déshérités, il n’y eut cependant, en dehors du livre de Pierre Nora écrit en 1961, très peu de travaux sur les pieds-noirs, sur le fonctionnement du phénomène colonial lui-même et sur le Plan de Constantine. Il me faudra attendre les années 1980 pour découvrir un auteur, l’anthropologue Paul Rabinow, qui développait sur ce thème une approche qui me semblait assez conforme à ce que j’ai pu vivre à l’époque de la guerre d’Algérie. Dans ses livres3 sur ce qu’il appelle le « pouvoir de sujétion », notion empruntée à Michel Foucault, il développe cette thèse à propos du Maroc de Lyautey dans les années 1930 (concept de « Bio-pouvoir » appliqué aux colonies). Dans cette forme réformatrice du pouvoir – qui s’inspire des courants hygiénistes, démographiques et urbanistiques français de début de siècle – et qui se distingue du pouvoir souverain de donner la mort par l’usage des armes, Rabinow montre comment les sciences sociales deviennent un moyen nécessaire pour faire entrer dans le domaine public et politique un certain nombre de questions d’hygiène public, de structure familiale et de sexualité qui, jusqu’alors, ne le concernaient pas.

12J’aimerais maintenant évoquer trois événements qui m’ont particulièrement marqué durant cette période algérienne. Premièrement, pour vous donner une idée de la violence de l’ingénierie de l’époque, je vais d’abord aborder le cas d’une expérience qu’il m’a été donné de faire en 1958 à Oran. J’y avais été chargé par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) d’une enquête sur la façon dont vivaient les classes moyennes musulmanes (postiers, chauffeurs de taxi, cheminots, etc.) dans les HLM de cette ville. Jeune sociologue et urbaniste, j’étais alors sous la haute surveillance de deux ingénieurs. Il s’agissait d’abord du patron des Ponts-et-Chaussées d’Oran pour qui mon enquête ne pouvait que montrer combien la relation entre Français et musulmans vivant dans les HLM baignait dans l’huile et que l’on s’acheminait vers une Algérie définitivement française. Mais mon principal commanditaire était le patron du CSTB qui voulait m’imposer un questionnaire et des tableaux à double entrée où figuraient en ordonné les dix-sept fonctions du « bon habiter français ». Il s’agissait donc selon une vision très fonctionnaliste qui consistait à faire dire aux habitants, par le truchement du sociologue, l’ordre et la norme que l’ingénieur projetait pour leur bien-être. Constatant mes réticences – et aussi mon incapacité à répondre à ce schéma –, je recevais chaque mois la visite d’un jeune ingénieur venu de Paris pour me remettre dans le droit chemin. Cela dura jusqu’au jour où intervint un événement d’apparence anodine qui eut pour moi une très grande importance. Alors que je discutais agréablement depuis plus d’une heure sur les coussins moelleux d’un salon avec l’un de mes enquêtés, je découvrais en le quittant que pendant toute la durée de mon interview, les femmes et jeunes filles du logement n’avaient eu d’autre possibilité, pour échapper à mon regard, que de s’enfermer dans les WC, comportement que n’avait évidemment pas prévu le constat fonctionnel de l’ingénieur. Cet événement, longuement gravé dans ma mémoire, m’inspirait un sentiment de révolte, révolte à une double violence : celle de l’ingénieur à mon égard, la mienne propre à cette famille.

13De cette expérience à Oran datent mes premiers signes d’intérêt pour les questions épistémologiques, c’est-à-dire les questions du lieu d’où le chercheur pose son regard et des conditions sociales de production de sa pensée. Alors que l’on me demandait de montrer combien la cohabitation entre pieds-noirs et musulmans était devenue harmonieuse et pacifiée, je découvrais au contraire combien mon enquête était entrée dans le champs de la guerre, qu’elle était même exemplaire de l’une des nouvelles formes qu’allait prendre la guerre avec le plan de Constantine et son « pouvoir de sujétion ».

14Le deuxième événement que je voudrais évoquer maintenant a certainement quelque chose à voir avec ce que je viens de raconter de mon expérience oranaise. En 1959, la Caisse des dépôts, qui fut le grand constructeur du Plan de Constantine, me demanda de travailler sur la ZUP (Zone à urbaniser en priorité) du plateau des Annassers dans la banlieue d’Alger, qui était devenu le lieu par excellence et le modèle de l’aménagement, de l’arraisonnement de la ville. Je refusai alors, pour porter tout mon effort sur le bidonville. À l’époque où je prenais ce tournant, je constatais d’ailleurs que je n’étais pas le seul. Je faisais la connaissance d’un architecte anglais du nom de John Turner qui travaillait dans le même esprit à Lima au Pérou.

15Comment ai-je atterri dans le bidonville de l’oued Ouchayah, composé de kabyles venus surtout de la région de Djidjelli, je ne le sais plus très bien. Ce dont je me souviens le plus est que, pour mener ce travail dans la durée, il fallait naviguer à vue entre le FLN et l’armée française, et que le travail de la petite équipe que j’avais réunie n’aurait pas été possible sans le soutien de cinq personnages clefs. Il s’agissait en premier lieu de Jean de Maisonseul, architecte urbaniste pied-noir très connu pour ses positions libérales (et son emprisonnement lorsque Lacoste arriva à Alger [de Maisonseul, 1999]). C’est lui qui avait formé l’architecte Roland Simounet et qui, lui ayant confié l’étude des bidonvilles de Mahiéddine et du Ravin de la Femme Sauvage, présenta les résultats de ces investigations en 1953 à un congrès du CIAM (Congrès international d’architecture moderne) organisé par Le Corbusier. Germaine Tillion me donna ensuite quelques adresses fort utiles. Les ingénieurs Boileau et Mayer, responsables des Ponts-et-Chaussées à Alger, nous couvraient enfin sur le plan administratif avec beaucoup de bienveillance.

16L’opération consistait à s’appuyer sur les sages, sur les notables du bidonville et sur les réseaux kabyles d’immigration pour faciliter l’autoconstruction et commencer à réaliser les premiers équipements sur la base d’un urbanisme négocié et consensuel. C’était donc une opération de ce qu’on pourrait appeler du « ménagement » dont l’essence même était de rompre avec les deux modèles technocratiques de l’« aménagement » que l’urbanisme de programmation opposait généralement à la prolifération du bidonville : la destruction ou la ZUP, la table rase ou le béton, ne faisant ainsi que déplacer le problème et le rendre plus aigu. À ces avantages du ménagement pouvaient s’en ajouter d’autres. C’était d’abord le fait d’expérimenter des techniques et des matériaux proches des matériaux de construction traditionnels, comme par exemple le pisé ou la terre stabilisée par un peu de ciment, évidemment beaucoup mieux adaptés au climat que le parpaing et la tôle ondulée. Mais c’était également faire participer les habitants à la construction de leur maison, leur reconnaître ainsi une existence. Cela n’était pas le cas dans la table rase ou le béton, la destruction ou la ZUP.

17Il ne me semble pas sans intérêt de voir comment s’est produite la mémoire de l’événement, telle que j’ai pu la reconstituer trente ans plus tard. Ce qui m’est apparu en premier lieu est que, lorsque se termina notre engagement en 1962 au moment de l’Indépendance, l’opération fut reprise par le président Ben Bella, mais dans un tout autre sens. L’oued Ouchayah, fut alors projeté sur la scène politique au premier plan grâce à l’embauche d’un architecte de renom, Anatole Kopp, qui en fit un programme quantitatif de logements sociaux, une sorte de sous-ZUP. Ainsi passait-on de l’autoconstruction, du bidonville, au bétonville. Dans un deuxième temps, je prenais connaissance d’une thèse écrite dans les années 1980 par un sociologue algérien, Djaffar Lesbet, qui, en toute bonne foi, ne pouvait connaître que l’aspect le plus visible de l’histoire du bidonville, c’est-à-dire la période Ben Bella post-Indépendance et qui, par conséquent, gommait tout ce travail de ménagement et de fourmi, de négociateur auquel nous nous étions livrés auparavant avant l’Indépendance.

18Le troisième exemple auquel je voudrais enfin faire allusion a trait à une expérience vécue à Constantine en 1961 lorsque se produisit la tentative de coup d’État dirigé par quatre généraux contre la politique de De Gaulle. J’avais à l’époque la responsabilité d’une équipe d’urbanisme fondée en 1960 pour s’occuper du vieux Constantine. Lorsque la révolte éclata, elle s’exprima à Constantine par l’adhésion du général Gouraud au mouvement. Nous apprîmes alors que l’un des jeunes Algériens, d’ailleurs fort sympathique, que nous venions d’embaucher, Boubeguira, était le fils du chef du FLN de la région. Par ailleurs nous étions très amis d’un jeune du contingent du nom de Michel Rolland, plus tard très connu à la CFDT pour sa proximité avec Edmond Maire, qui travaillait au dépôt d’armes et qui, lorsque le putsch éclata, organisa avec un certain succès la révolte contre le mouvement des putschistes. Ainsi s’organisa autour de nous et très vite, sans que nous ayons la réelle lucidité de ce qui était en train de se passer, un certain contact direct entre le FLN et la base du contingent.

19À cela, il faut ajouter le fait que, dans les relations avec les CRS qu’il nous était indispensable de fréquenter pour avoir l’adresse des gens chez qui nous devions faire des enquêtes, l’une de nos enquêtrices avait pris connaissance d’un dossier écrit sur la Ferme Ameziane qui était le lieu de l’interrogatoire, avec l’utilisation de la baignoire et de la gégène, pour la région de Constantine. Oui, je le dis bien, la torture était devenue non seulement un phénomène courant, mais aussi une pratique formalisée, bureaucratisée, comme chez les nazis. Après avoir recueilli le témoignage du jeune Boubeguira qui avait eu à connaître les affres de la gégène, Michel Rolland fut convoqué à Paris par le ministre de l’Algérie Louis Joxe pour rendre compte de ce qui venait de se passer à Constantine, et je sais qu’il portait avec lui le dossier de la Ferme Ameziane. Voilà donc quelques événements qui, si je risquais beaucoup moins que le soldat Michel Rolland à les vivre dans leur soudaineté, dans leur imprévisibilité, je puis dire en même temps qu’ils m’ont marqué profondément.

20Pour terminer, j’aimerais revenir sur cette question des effets de retour de la colonisation. Quand on parle de colonisation, c’est le plus souvent pour montrer ce que le colonisateur apporte à la colonie, rarement pour voir les effets de retour de la colonisation sur le sol métropolitain. J’évoquais au début le livre de Pierre Nora écrit en 1961, qui vient d’être réédité, et que je viens de relire. Ce qu’il y a de remarquable dans ce livre, c’est que, parlant des « Français d’Algérie », il parle en même temps des « Français de France ». Et en ce sens, comme je viens de le montrer, le Plan de Constantine apparaît comme le moment expérimental par excellence de tout un mouvement aménagiste qui va peser de tout son poids sur l’espace métropolitain au tournant des années 1960, particulièrement en matière d’urbanisme, de génie civil, de dynamique des sols, de construction des aéroports, mais également dans le domaine de l’ingénierie sociale et d’une politique des populations.

  • 4 M. Marié, 1984 ; M. Gariépy et M. Marié, 1997.

21Je ne le savais pas encore à l’époque et j’allais apprendre vingt-cinq ans plus tard lorsque devenu sociologue et, travaillant dans le midi de la France, j’eus à faire l’étude historique de la jeune hydraulique fondée dans la région provençale après la Seconde Guerre mondiale : le canal de Provence et le canal du Bas-Rhône-Languedoc4. Je découvrais combien, là encore, l’expérimentation coloniale avait été un phénomène essentiel. Dans le cas du Bas-Rhône-Languedoc, il s’agissait de l’expérimentation marocaine. Ça n’est pas un hasard si, fondé en 1956, c’est-à-dire l’année même de l’Indépendance du Maroc, Philippe Lamour, son patron, embauche toute l’ancienne équipe d’ingénieurs hydrauliciens du Protectorat autour de Vincent Bauzil, personnage mondialement connu à l’époque, et qui avait été l’inventeur de la fameuse « trame B ». Dans le cas du canal de Provence, fondé en 1963, c’est-à-dire un an après l’Indépendance algérienne, les ingénieurs chargés de mettre en place un appareillage hydraulique, qui utilise une partie des eaux du nouveau barrage de Serre-Ponson à des fins agricoles (puis sous la pression du puissant maire de Marseille à des fins urbaines), se servent des nouvelles techniques de régulation des eaux – dites de « régulation dynamique » – inventées dans la région d’Oran à l’époque du Plan de Constantine.

22Sans doute parce qu’il se croyait en « terre vierge », l’ingénieur avait-il beaucoup plus de liberté inventive ! Et tout le problème précisément que j’eus à étudier, s’agissant du retour sur le sol métropolitain de techniques fondées en soit disant terre vierge, fut de voir comment ces techniques furent digérées, assimilées, rejetées ou transformées, le plus souvent selon un jeu complexe de conflits et de négociations avec les sociétés agricoles ou urbaines dans lesquelles on voulait les implanter. Elles œuvraient donc sur des terrains où l’histoire, le jeu démocratique, le degré d’urbanisation, le rapport au pouvoir central, la personnalité des responsables, pouvaient jouer de manière très différente de ce qu’elles étaient en territoire colonial. Le territoire métropolitain était à l’évidence beaucoup moins accommodant que ne l’était le colonial.

23Plus tard, j’eus aussi à travailler sur l’histoire de l’hydraulique espagnole. Et là encore, je fus frappé de voir combien tout au long du XIXe siècle le développement du corps des Ingenieros de puentes, de caminos y canales était contemporain de l’époque où l’Espagne venait de perdre ses colonies. C’est à cette époque-là que fut inventée l’idée de colonisación interna qui impliquait une certaine hydraulisation du territoire et qui verra son apogée sous le franquisme. Il me semble qu’il y ait là quelque analogie avec ce qui va se passer en France cinquante ans plus tard au moment de sa propre décolonisation. Comme si, pour rehausser le moral d’une Nation atteinte par sa décolonisation, l’un des adjuvants était l’hydraulisation du territoire national.

24Dans les années 1990, je devais enfin travailler sur l’histoire de l’hydraulique dans le Haouz de Marrakech. Et là je découvrais, s’agissant de la période après l’Indépendance, ce qu’on pourrait appeler un phénomène de « retour de retour de colonie » ; à savoir le fait que les ingénieurs du Bas-Rhône-Languedoc et du canal de Provence étaient devenus les conseillers de l’hydraulique du Haouz. Celle-ci s’orienta vers des solutions qui ressemblaient fort à celles du canal de Provence, c’est-à-dire une hydraulique enterrée venue des grands barrages de l’Atlas et mise sous pression au niveau de la ville de Marrakech. Il y avait donc tout un appareillage hydraulique qui aurait nécessité que l’on reboise l’Atlas, comme c’est le cas dans les Alpes, pour éviter une érosion dont le résultat actuel est l’ensablement des tuyaux, et finalement la nécessité de reconstruire tout l’appareil, ce qui n’est d’ailleurs pas sans intérêt pour les sociétés françaises.

25Pour conclure, j’aimerais vous dire quelques mots sur les effets qu’ont pu avoir les guerres, et particulièrement la guerre d’Algérie, par les contacts qu’elle m’a amené à avoir avec des professionnels, des techniciens et des hommes politiques, sur ma manière de penser et sur ma manière de voir les choses. J’ai expliqué qu’il y avait eu un premier effet : le fait d’appartenir à une génération dont la jeunesse avait été tellement marquée par la guerre nous avait amené à considérer le conflit comme inhérent à tout phénomène d’interaction sociale. Je crois qu’un des pères fondateurs de la sociologie qui a le mieux parlé de cette coexistence, de cette imbrication entre conflit et négociation, probablement parce qu’il a été fortement marqué en tant qu’allemand par la Première Guerre mondiale, c’est Georg Simmel. Pour s’en expliquer, Simmel se sert de l’allégorie du pont et de la porte. Le pont, c’est ce qui relie et la porte, ce qui sépare, et tous les deux fonctionnent toujours en même temps. Dans ces conditions de coexistence des contraires, il n’y a pas d’un côté le conflit, et de l’autre la négociation, mais entre les deux une sorte de dialectique permanente qu’un des commentateurs de Simmel a appelé à juste titre une « dialectique sans synthèse », une dialectique jamais consommée. Tout se produit dans des entre-deux. L’essentiel est toujours dans les entre-deux.

26Pour préciser ce que je dis là, je prendrai encore une fois l’exemple de l’hydraulique où j’ai montré combien on ne pouvait comprendre le processus d’expérimentation par la colonie, et ensuite le retour sur le sol hexagonal, sans passer par une sorte de dialectique que j’ai appelée la « dialectique de l’aménagement et du ménagement ». J’entends ici par « aménagement » l’irruption directrice et autoritaire de l’ingénieur grâce au travail en terre coloniale et qui fait disparaître le paysan comme acteur premier de la gestion de l’eau dans l’hydraulique traditionnelle. Puis, lorsque l’expérience revient en métropole, il y a la nécessité pour l’ingénieur de composer avec le monde complexe du territoire dans lequel il agit, sous peine d’échec. C’est ce que j’ai appelé « ménagement du territoire ».

27Je raconte ainsi dans différents ouvrages (voir la Bibliographie) comment Philippe Lamour par exemple, s’appuyant sur son équipe marocaine, a voulu passer en force sans tenir compte des positions des syndicats agricoles et de celles du monde politique local dans le Bas-Rhône-Languedoc et a connu ainsi de très grandes difficultés ; ou comment, par contre, les ingénieurs du canal de Provence ont su composer avec la puissante paysannerie du Comtat Vénaissin, avec le très puissant maire de Marseille et l’État central qui leur imposait le sauvetage d’un vieux canal en perdition dans la région d’Aix, et ainsi connaître un certain succès.

28Alors que l’espace de l’aménageur et de l’urbaniste est conçu sur le mode cartésien de la planche à dessin et de la balistique, l’espace tel qu’il s’impose lors du retour sur le sol hexagonal est d’abord un espace « transactionnel » et « transitionnel » (Donald Winnicott). C’est un espace anthropologique qui n’est pas neutre, ni socialement, ni sur le plan géopolitique. Pour qu’un espace puisse être habité, il faut qu’il soit travaillé par le sens que lui donnent les gens qui l’habitent ou le parcourent. Pour qu’un espace soit livré au touriste, au train ou à l’hydraulique, il faut d’abord qu’il ait été touristisé, ferroviarisé ou hydraulicisé. Et pour cela, il faut beaucoup de temps. Alors, que font les techniciens ou les administrateurs ? En instaurant le temps de l’urgence, ils mettent l’espace en état de guerre. Tout ce travail de l’entre-deux dont il vient d’être question, tout ce travail de la transaction sociale, de la germination des tissus sociaux qui demande beaucoup de temps est comme écrasé, réduit à néant par la tyrannie des objets techniques. D’où ce travail de la mémoire auquel ce numéro des Cahiers d’EMAM se livre et auquel j’adhère pleinement, tellement il est essentiel.

Haut de page

Bibliographie

Allal T., Buffard J., Marié M. et Regazzola T., 1976, Situations migratoires, ou la fonction-miroir, Paris, Galilée, 213 p. (préface de M. Marié).

Berdoulay V., 1981, La Formation de l’école française de géographie. 1870-1914, Paris, Bibliothèque nationale, Comité des travaux historiques et scientifiques, 245 p.

Bourdieu P., 2010, Images d’Algérie. Une affinité élective, Arles, Actes Sud, Sindbad, coll. « Camera Austria », 220 p.

Gariépy M. et Marié M. (dir.), 1997, Ces réseaux qui nous gouvernent ? Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 467 p.

Lesbet D., 1975, Le Problème du logement. Oued Ouchayah dix ans après, Mémoire de maîtrise, Univ. de Paris-VIII.

Maisonseul (de) J., 1999, Les Quatre vents, Pézenas, Domens, coll. « Méditerranée vivante », 91 p.

Marié M. (avec la coll. de C. Tamisier), 1982, Un territoire sans nom. Pour une approche des sociétés locales, Paris, Librairie des Méridiens, coll. « Sociologies au quotidien », 180 p.

Marié M., 1984, « Pour une anthropologie des grands ouvrages, le canal de Provence », Les Annales de la recherche urbaine, n° 21, pp. 5-35.

Marié M., 1989, Les Terres et les mots. Une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens-Klincksieck, coll. « Analyse institutionnelle », 212 p.

Marié M., 2004, Las huellas hidráulicas en el territorio. La experiencia francesa, Mexico, El Colegio de San Luis/El Instituto Mexicano de Tecnologia del Agua, 101 p. (préface de F. Peña et C. Cirelli).

Marié M. et Viard J., 1988 [3e éd.], La Campagne inventée, ou ce qu’il advient des rapports entre les paysans, leurs communautés et l’environnement urbain dans quatre villages d’un pays de Moyenne Provence, Le Paradou, Actes-Sud, coll. « Espaces-temps », 240 p.

Marié M., Larcena D. et Dérioz P. (dir.), 1999, Cultures, usages et stratégies de l’eau en Méditerranée occidentale. Tensions, conflits et régulations, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 543 p.

Nora P., 1961, Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 252 p.

Rabinow P., 1988, Un ethnologue au Maroc. Réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, coll. « Histoire des Gens » (préface de P. Bourdieu), 144 p.

Rabinow P., 2006, Une France si moderne. Naissance du social, 1800-1950, Paris, Buchet Chastel, coll. « Essais et documents », 636 p.

Winnicott D., 2010, Les Objets transitionnels, Paris, Payot, 2010, 112 p.

Haut de page

Notes

1 Lire, par exemple, V. Berdoulay, 1981.

2 Je pense ici à ce petit livre remarquable qui vient de sortir sur Bourdieu photographe en Algérie : P. Bourdieu, Images d’Algérie. Une affinité élective, 2010.

3 P. Rabinow, 1988 et 2006.

4 M. Marié, 1984 ; M. Gariépy et M. Marié, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Marié, « La guerre d’Algérie, telle que remémorée en 2013 », Les Cahiers d’EMAM, 23 | 2014, 45-56.

Référence électronique

Michel Marié, « La guerre d’Algérie, telle que remémorée en 2013 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/684 ; DOI : 10.4000/emam.684

Haut de page

Auteur

Michel Marié

Directeur de recherches émérite du CNRS

michel.marie42@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page