Navigation – Plan du site
Partie 2

André Mandouze, l’Algérie et Saint Augustin

Bruno Judic
p. 101-104

Note de l’auteur

Professeur d’histoire du Moyen-Âge à l’université François-Rabelais de Tours, directeur adjoint du Centre tourangeau d’histoire et d’étude des sources (sous-équipe HiViS, Histoire, Ville, Société), Bruno Judic est spécialiste d’histoire du haut Moyen-Âge, en anthropologie et en histoire religieuse. Ses travaux portent sur la postérité de Grégoire-le-Grand dans l’Occident latin au haut Moyen-Âge, le développement du culte de Saint-Martin en Europe et l’histoire de l’Océan Indien au Moyen-Âge, relations entre anthropologie et histoire, world history.

Principales publications

Introduction et annotation de Grégoire-le-Grand, Homélies sur l’Évangile, Livres I et II, Paris, Sources chrétiennes, 2005, 2008.
L’Océan Indien au Moyen-Âge, Paris, Ellipses, 2008.
Les Sociétés du Haut Moyen-Âge en Occident (textes et documents rassemblés par Laurent Feller et Bruno Judic), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Texte intégral

1André Mandouze, né en 1916 et mort en 2006, est incontestablement une figure éminente de l’engagement politique des intellectuels français au XXe siècle. Élève de l’ENS de la rue d’Ulm, agrégé de lettres classiques, jeune professeur au lycée de Bourg-en-Bresse en 1940, il refuse le régime de Pétain et entre dans la Résistance. Au début de l’année 1943, il devient rédacteur en chef du journal clandestin Témoignage chrétien, fondé une année plus tôt à Lyon par le père Chaillet.

2En 1946, il part en Algérie où il enseigne à la Faculté des lettres d’Alger comme maître de conférences en latin. Il mène parallèlement une carrière de journaliste et ne cesse de « tirer la sonnette d’alarme » sur la situation réelle de l’Algérie. Il prend immédiatement parti pour l’Indépendance de l’Algérie en 1954-1955. En 1956, il est rappelé en France compte tenu de ses prises de positions. À la fin de 1956, il est arrêté et emprisonné à cause de son activité en faveur du FLN algérien. Après l’Indépendance de l’Algérie, il est nommé en 1963 directeur de l’Enseignement supérieur de la nouvelle Algérie indépendante. En 1965, à la suite de du coup d’État du colonel Boumediene, il doit rentrer, revient en France et retrouve son poste à la Sorbonne où il poursuit sa carrière de latiniste jusqu’à sa retraite.

3On doit souligner la grande cohérence de Mandouze, voulue par lui-même, entre son engagement de chrétien, lié à sa conception de la foi chrétienne, son engagement dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale et au moment de la guerre d’Algérie, et son activité scientifique. Il est en effet un spécialiste de Saint Augustin auquel il a consacré sa thèse, Saint Augustin, l’aventure de la raison et de la grâce, publiée en 1968. Il conduit de nombreux travaux sur l’Afrique chrétienne dans l’Antiquité tardive, par exemple la Prosopographie de l’Afrique chrétienne, lancée par Marrou et menée à terme.

4Il est ici tout à fait logique d’associer à Mandouze le nom de Henri-Irénée Marrou, né en 1904, mort en 1977. André Mandouze n’était pas « l’élève » de Marrou, même si le plus ancien figurait dans le jury de thèse du plus jeune. Marrou était en effet un historien tandis que Mandouze était latiniste dont le directeur de thèse fut Jean Bayet, lui-même profondément catholique et ancien résistant. C’est d’ailleurs par son intermédiaire qu’il rencontre en 1956 à l’École française de Rome Paul-Albert Février dont il sera le responsable à l’université d’Alger après l’Indépendance en 1962 (Benkada, 2006). Marrou et Mandouze ont néanmoins largement l’un et l’autre partagé les mêmes convictions religieuses, la même formation initiale, l’ENS, et le même objet d’études, Saint Augustin. Marrou avait également bénéficié de l’École française de Rome, contrairement à Mandouze qui en fut empêché par la guerre. Mandouze souligne fortement le rôle de « maître » que Marrou a pu jouer, pendant la Seconde Guerre mondiale, comme inspirateur de la résistance spirituelle et politique. Plus tard, pendant la guerre d’Algérie, Marrou a également soutenu l’action de Mandouze et a dénoncé l’usage de la torture. Cela lui a valu d’ailleurs une retentissante perquisition dans sa maison de Châtenay-Malabry en 1956. Marrou et Mandouze faisaient ainsi partie du groupe des « quatre M », Massignon, Mauriac, Marrou et Mandouze, ces intellectuels chrétiens qui ont pris position contre la répression en Algérie minoritaires, semble-t-il, à cette date parmi les universitaires parisiens.

5La vie de Marrou, avant celle de Mandouze, manifeste la même cohérence voulue à la fois dans l’engagement chrétien et dans l’activité scientifique. L’étude de Saint Augustin est leur point commun. Ils ont, l’un et l’autre, joué un rôle considérable dans la mise en évidence d’un Augustin africain, qui, aujourd’hui, s’impose à tout lecteur d’Augustin, mais qui était une dimension oubliée du grand théologien latin.

6Henri-Irénée Marrou et André Mandouze ont développé une activité scientifique immense avec des collègues et des disciples talentueux, Paul-Albert Février, Serge Lancel, pour ne citer que des disparus. On souligne souvent la difficulté de l’Algérie d’aujourd’hui à assumer son passé pré-arabe et pré-islamique. En 2001, le président Bouteflika avait toutefois lui-même suscité et favorisé un grand Colloque international sur Saint Augustin à Alger et à Annaba (Hippone). On remarque qu’il n’est pas forcément plus facile de faire passer des travaux pionniers de Marrou ou de Mandouze, comme de bien d’autres, dans la vulgate historique, ici-même en France. J’en donnerai un seul exemple : dans L’Atlas historique publié en 1988 sous la direction de Ade Ajayi et Crowder, on note le souci évident d’une histoire africaine non seulement débarrassée du colonialisme mais aussi clairement anti-colonialiste. La plus grande partie de la cartographie concerne naturellement l’histoire moderne et contemporaine de l’Afrique. Il y a néanmoins quelques cartes pour les périodes anciennes. On relève ceci pour l’Afrique du Nord chrétienne de l’Antiquité :

« On sait peu de choses sur l’introduction du christianisme à Carthage comme, d’ailleurs, dans les villes maritimes d’Afrique du Nord. La tradition attribue l’évangélisation à Pierre et Crescens ou à Simon le Cananéen et Jude ou même à Marc. Des communautés juives très importantes existaient à Cyrène, Oea, Carthage, Cirta, Sitifis, Volubilis et en d’autres cités commerçantes en relations suivies avec l’Égypte, la Grèce, la Syrie et la Palestine. Il est donc très plausible que des communautés chrétiennes aient existé dans ces villes, bien avant les campagnes de conversion organisées par les envoyés de Rome ».

7Ce court texte se trouve accompagné de cartes tout à fait intéressantes. On note seulement que la première carte montre une flèche allant du Proche-Orient et une autre flèche de Rome à Carthage. Cela peut suggérer une double origine, orientale et romaine du christianisme nord-africain. Le texte souligne, à juste titre, qu’on ne sait rien sur ces origines chrétiennes en Afrique. Les savantes histoires du christianisme le montrent bien. On comprend mal alors cette incise « bien avant les campagnes de conversion organisées par les envoyés de Rome », inutile et hypothétique. Ces « campagnes de conversion » organisées par Rome – quelle Rome ? le gouvernement de l’empire devenu chrétien ou l’Église romaine ? – ne sont attestées que pour les époques beaucoup plus tardives, par exemple à la fin du VIe siècle pour les Anglo-Saxons, à l’initiative du pape Grégoire-le-Grand dans un contexte où l’empire romain d’Occident avait disparu et où Rome faisait partie de l’empire romain d’Orient. En ce qui concerne les premier et deuxième siècles, rien n’est attesté. On sait en revanche que Tertullien, le premier auteur chrétien latin, était africain. À travers lui, le christianisme s’est exprimé officiellement en latin en Afrique avant Rome où, à la fin du IIe siècle, on utilisait encore le grec dans l’Église chrétienne. Il est très simple de soupçonner ici, dans cet Atlas historique de l’Afrique, une sorte de « tic » involontaire.

8Autant l’historiographie coloniale ou colonialiste voulait justifier la colonisation du XIXe siècle en s’appuyant sur l’histoire ancienne romaine, autant une historiographie anti-coloniale a cherché un modèle exactement inverse mais tout aussi faux. Ce petit texte montre que le travail des historiens n’est jamais fini et que le combat de Marrou et de Mandouze, qui n’est sûrement pas achevé dans l’ordre politique et spirituel, ne l’est pas non plus dans l’ordre de la vulgarisation scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Benkada S., 2006, « Henri-Irénée Marrou, André Mandouze, Paul-Albert Février... ou l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la Guerre de libération algérienne (1954-1962) », Insaniyat, n° 31. En ligne : http://insaniyat.revues.org/9881 [consulté le 15/01/2014].

Ade Ajayi J.-F. et Crowder M., 1988, Atlas historique de l’Afrique, adaptation française de C. Coquery-Vidrovitch et G. Laclavère, Paris, Jaguar, 178 p.

Mandouze A., 1968, Saint Augustin, l’aventure de la raison et de la grâce, Paris, Institut d’études augustiniennes, 798 p.

Mandouze A., 1998, Mémoires d’outre-siècle. Tome I : D’une résistance à l’autre, Paris, Viviane Hamy, coll. « Domaine français. Les Aînés », 398 p.

Mandouze A., 2003, Mémoires d’outre-siècle. Tome II, 1962-1981 : À gauche toute, bon Dieu ! Paris, Cerf, coll. « Histoire à vif », 497 p.

Mandouze A., 2007, Un chrétien dans son siècle. De Résistance en résistances. Textes choisis et présentés par O. Aurenche et M. Sevegrand, Paris, Karthala, coll. « Signe des Temps », 376 p.

Marrou H.-I., 1983, Saint Augustin et la fin de la culture antique, Paris, De Boccard, 713 p.

Marrou H.-I., 2003, Saint Augustin et l’augustinisme Paris, Seuil, coll. « Points Sagesses », 192 p.

Meynier G., 2010, L’Algérie des origines. De la préhistoire à l’avènement de l’Islam, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 236 p.

Riché P., 2003, Henri-Irénée Marrou, historien engagé, Paris, Le Cerf, coll. « Histoire. Biographie » (préface de R. Rémond), 417 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Judic, « André Mandouze, l’Algérie et Saint Augustin », Les Cahiers d’EMAM, 23 | 2014, 101-104.

Référence électronique

Bruno Judic, « André Mandouze, l’Algérie et Saint Augustin », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/701

Haut de page

Auteur

Bruno Judic

Professeur, Histoire médiévale, Université de Tours & EA 6298 CeTHiS, Centre tourangeau d'histoire et d'étude des sources

bruno.judic@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page