Navigation – Plan du site
Émergence et fonctionnement des places marchandes

Médina J’dida (Oran), un quartier-marché sur les routes algériennes du commerce transnational

Médina J’dida (Oran), a marketplace along the Algerian transnational trade routes
Anne Bouhali

Résumés

Médina J’dida, la « ville nouvelle », est un marché de détail situé dans le centre-ville d’Oran qui s’adresse à des consommateurs issus des classes populaires et des petites classes moyennes. Ayant connu un essor certain grâce au commerce transnational des produits made in China courants plutôt bas de gamme, Médina J’dida fait l’objet actuellement d’un vaste renouvellement urbain par le bas marqué par l’érection très rapide de nombreux centres commerciaux modernes. Ces derniers remplacent le tissu urbain ancien composé de petites boutiques plus traditionnelles, afin de s’adapter à de nouveaux modes et pratiques de consommation. Ainsi, en dépit de sa localisation périphérique au sein du dispositif commercial algérien largement polarisé par les grands centres d’importation de l’Est du pays, Médina J’dida s’est vue confortée par la mondialisation non hégémonique comme centralité commerciale d’importance régionale, renforçant et affinant le réseau commercial à l’échelle nationale et remplissant le rôle de place marchande d’approvisionnement pour tout l’Ouest algérien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme de « dispositif commercial » est emprunté à A. Tarrius (1995) qui l’emploie au sujet du qu (...)

1Plusieurs travaux de recherche ont relevé ces dernières années l’apparition et le développement spectaculaire en Algérie de nouvelles centralités commerciales, situées pour la plupart à proximité des grandes villes de l’Est du pays. Ces centralités se trouvent en périphérie de villes secondaires, dans des quartiers annexés voire entièrement construits par et pour des activités commerciales transnationales (Bergel, Kerdoud, 2010 ; Bergel, Benlakhlef, 2011 ; Belguidoum, 2011). Souvent appelés « souks Dubaï » en référence à l’ancien lieu d’approvisionnement des marchandises qui y étaient vendues, ces quartiers commerçants proposent à la vente en gros, demi-gros et au détail des produits divers : textile, électroménager, pièces détachées, ou encore petits articles et babioles de consommation courante [en anglais : small commodities]. Ces marchandises sont directement importées du monde entier, majoritairement d’Asie du Sud-Est et plus spécifiquement de Chine. Le développement des souks Dubaï, du fait de leur fonction de pôles de distribution de ces marchandises made in China à l’échelle nationale, a redessiné en profondeur les routes et les nœuds du dispositif commercial1 algérien (Spiga, 2002).

  • 2 Traduction assurée par l’auteure de l’article.

2Ce mouvement est directement lié au développement dans ces espaces du processus de mondialisation par le bas (Portes, 1999 ; Tarrius, 2002), également appelé « mondialisation non hégémonique » et définie comme « le flux transnational de populations et de biens impliquant de relativement faibles capacités de capital et de transactions informelles, parfois semi-légales voire illégales, souvent associé au monde en développement, mais en réalité présent à travers le globe »2 (Mathews, Alba Vega, 2012). Cette situation a été largement favorisée par la libéralisation du secteur des importations au début des années 1990, jusqu’alors monopole d’État. Cette ouverture a entraîné un accroissement massif des activités d’import et l’augmentation des flux de marchandises en provenance de l’Est de la Méditerranée, puis de Dubaï, et enfin de l’Asie du Sud-Est. Le développement de ces espaces marchands d’un nouveau genre se généralise aujourd’hui dans tout le pays, sous la forme de rues ou de quartiers commerciaux, pour la plupart situés en périphérie des grandes et petites villes (Belguidoum, Pliez, 2012). Pour autant, la domination de ces villes-marchés de l’Est n’a pas freiné le maintien voire le renforcement de centralités commerciales plus anciennes, urbaines ou rurales, ailleurs dans le pays, et notamment celles situées dans les centres-villes des grandes villes algériennes. Ces marchés plus anciens n’en sont pas moins remaniés par ces nouvelles circulations transnationales de marchandises et de personnes (Côte, 2011). C’est le cas de Médina J’dida à Oran, la « ville nouvelle » en arabe. Cette vaste place marchande est un quartier péricentral datant de l’Algérie coloniale, loti par l’État français à partir de 1845 et destiné à accueillir une population indigène qu’on ne souhaitait pas voir s’installer dans le centre colonial (Lespès, 1938 ; Semmoud, 1975 ; Prenant, Semmoud, 1977). Les populations musulmanes rurales arrivaient alors massivement en ville, attirées par les possibilités d’emploi qu’offraient le port, les travaux de construction ou encore les fermes coloniales limitrophes. Médina J’dida figure aujourd’hui parmi les quartiers centraux de la deuxième agglomération du pays, et est largement spécialisée dans le commerce de détail de ces produits globalisés, devenant ainsi un véritable « quartier-marché » (Bekkouche, 2005) situé sur les routes algériennes mais aussi globales du commerce transnational.

Fig. 1. Médina J’dida et le Derb, deux quartiers du commerce transnational à Oran.

Fig. 1. Médina J’dida et le Derb, deux quartiers du commerce transnational à Oran.

Carte : A. Bouhali & F. Troin, CITERES 2015.

  • 3 L’article s’appuie sur des enquêtes de terrain réalisées par l’auteure en octobre 2011, juillet 201 (...)

3Périphérique dans les réseaux commerciaux algériens mais centrale dans la ville d’Oran, Médina J’dida bien que située au milieu du tissu urbain ancien, tranche dans le dispositif des places marchandes algériennes. Cet article3 propose ainsi d’observer et d’étudier les conséquences du commerce transnational sur une place marchande relativement ancienne, et de montrer comment un quartier-marché situé en centre-ville est touché et profondément remanié par la mondialisation non hégémonique. Médina J’dida, vaste marché à destination des catégories populaires et des petites classes moyennes, est en pleine recomposition urbaine du fait de cette orientation dans le commerce de détail et de demi-gros. Cette spécialisation fonctionnelle de l’ensemble du quartier dans le commerce entraîne, aux côtés des petites boutiques traditionnelles, l’érection de nombreux centres commerciaux modernes à la place des immeubles anciens, un processus qui s’accompagne dans une certaine mesure d’une montée en gamme des produits. Ainsi, Médina J’dida semble répondre à la nécessité d’un maillage de plus en plus serré du réseau commercial à l’échelle du pays autant qu’au besoin d’une place marchande d’approvisionnement de cette envergure pour l’Ouest algérien, qui en était jusque-là dépourvu.

Médina J’dida : un vaste quartier-marché populaire au cœur d’Oran

Un quartier entièrement consacré à la fonction commerciale

  • 4 L’évolution de la population à Oran en général, et à Médina J’dida plus particulièrement, a été ass (...)

4La baisse régulière de la population résidente de Médina J’dida est un processus déjà ancien4 qui s’est accéléré depuis la fin des années 1990, époque qui marque le tournant commercial du quartier. Ainsi, entre 1998 et 2008, le nombre d’habitant diminue annuellement de 4,6 %, passant de 8 402 à 5 274 habitants. D’après S.M. Trache (2010), « l’explication réside dans le fait que [Médina J’dida a] assisté à [une transformation] importante de logements en locaux commerciaux et donc à la réduction de l’espace habitable ». Entièrement dévolu aux activités commerciales, Médina J’dida est aujourd’hui un vaste quartier bien organisé dans ses espaces, ses rythmes et ses pratiques.

Fig. 2. Médina J’dida, un quartier-marché aux espaces de vente spécialisés.

Fig. 2. Médina J’dida, un quartier-marché aux espaces de vente spécialisés.

Carte : A. Bouhali & F. Troin, CITERES 2015.

5Ce quartier-marché se caractérise d’abord par une division genrée de l’espace urbain, que l’on remarque dès que l’on y pénètre. Deux espaces commerciaux coexistent ainsi à l’intérieur du quartier lui-même, séparés par une place centrale, la place Tahtaha, qui concentre les seuls lieux réellement mixtes du quartier, ceux dédiés aux services. C’est là que l’on trouve par exemple les cafétérias dans lesquelles une salle est toujours réservée aux familles et aux femmes faisant du shopping en groupe, les cafés ou les quelques magasins s’adressant indifféremment aux deux sexes, comme les étals et les boutiques proposant des livres scolaires ou religieux par exemple.

Fig. 3. La place Tahtaha, au cœur de Médina J’dida, entre espace du masculin et espace du féminin.

Fig. 3. La place Tahtaha, au cœur de Médina J’dida, entre espace du masculin et espace du féminin.

La rue au sud de la place (à droite sur le cliché) est encombrée d’étals proposant des chaussures pour hommes. La clientèle et les vendeurs sont presque exclusivement des hommes.

Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.

6On trouve au sud-ouest le « quartier féminin », dans lequel sont vendus les produits pour femmes (chaussures, vêtements, lingerie, cosmétiques, accessoires, etc.) mais également les produits pour la maison (textile d’ameublement, linge de maison, etc.) et tout ce qui concerne le commerce alimentaire. Cette activité se concentre surtout à l’intérieur d’un marché couvert, le marché Sidi Okba, dont les ruelles alentour sont encombrées d’étals proposant fruits et légumes. Ce quartier est non seulement féminin dans le type de produits qu’il propose, mais évidemment aussi dans le type de clientèle qu’il draine. Les clients sont avant tout des clientes qui se promènent la plupart du temps en groupe. Les femmes seules sont l’exception. Les hommes que l’on croise dans le quartier sont les vendeurs ou bien, plus rarement, ceux qui accompagnent leur femme ou leur mère. La partie située au nord-est de la place est quant à elle quasi exclusivement masculine. Cette partie du marché propose ainsi des vêtement et chaussures de sport pour hommes. Une de ses ruelles est consacrée aux biens domestiques qu’ils choisissent généralement eux-mêmes (appareils hi-fi et gros électroménager) tandis que les ruelles plus excentrées proposent des pièces détachées d’occasion ; on trouve aussi quelques magasins de vente de meubles sur l’avenue Zabana.

7Les ruelles sont ainsi, dans l’ensemble du quartier, organisées par types de produits. C’est une seconde ligne de division en son sein. Par exemple, la ruelle des produits en plastique pour la maison (bassines, ustensiles de cuisine, etc.) est située à proximité du marché couvert alimentaire et dans la continuité des étals des marchands ambulants proposant des fruits et légumes. On trouve par ailleurs les ruelles des bijoutiers spécialisés dans l’or à côté de ceux spécialisés dans l’argent ; celles spécialisées dans les robes d’intérieur et d’extérieur pour femmes. Toute une partie du marché, qui s’étale à sa périphérie du côté du boulevard Mohamed Houha, est spécialisée dans la fripe et les articles de seconde main, en plus ou moins bon état (vaisselles, montres, petit électroménager, etc.).

8En offrant une gamme de produits extrêmement diversifiée, Médina J’dida s’adresse à une clientèle variée. S’y rencontrent petites classes moyennes et classes populaires en raison de sa réputation de marché le moins cher d’Oran dans l’alimentaire aussi bien que les vêtements ou les jouets, du moment de l’ouverture du marché sur les coups de 9 h le matin jusqu’à la fermeture des boutiques, le vendredi midi à l’heure de la prière, et le reste de la semaine en milieu d’après-midi l’hiver, en fin de journée l’été.

  • 5 Entre notre premier terrain en novembre 2011 et notre dernier terrain en mars 2014, ce qu’ont égale (...)

9Centralité commerciale la journée, Médina J’dida se transforme en une centralité immigrée en soirée, du fait de l’offre hôtelière extrêmement abondante, notamment en direction des migrants subsahariens dont le nombre et la visibilité dans les espaces publics ne cesse de croître au quotidien5. En effet, une partie de ces migrants est visible dans le marché la journée, essentiellement des commerçants migrants proposant sur des tissus et des cartons à même le sol des produits traditionnels de type cosmétiques (henné, khôl), ou à connotation religieuse voire magique (herbes médicinales, petits talismans, etc.). Mais ces migrants sont surtout visibles le soir après la fermeture des échoppes et la disparition des derniers étals des commerçants ambulants. La place Tahtaha et les taxiphones situés à sa proximité sont des lieux commodes de rendez-vous, où hommes et femmes peuvent causer tranquillement en profitant des quelques bancs qu’on y trouve.

Fig. 4. Un groupe d’immigrés africains devant un taxiphone à Médina J’dida, 20 h.

Fig. 4. Un groupe d’immigrés africains devant un taxiphone à Médina J’dida, 20 h.

Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.

10La présence africaine est corrélée à l’importante fonction hôtelière, essentiellement concentrée autour de la place Tahtaha, et surtout dans les franges du quartier qui font face à la caserne militaire. On trouve en effet dans le quartier plus d’une dizaine d’hôtels, dont une partie est flambant neuve. Certains d’entre eux, à la fois les plus modestes et les plus discrets, proposent des dortoirs, une offre s’adressant plus spécifiquement à cette clientèle de migrants ou immigrés africains, parfois en grande difficulté sociale. Les autres hôtels, plus luxueux comme l’Hôtel Sharm el-Sheikh, anciennement dit « Médina J’dida », ou encore l’Hôtel de l’Horloge sur la place Tahtaha, s’adressent davantage à une clientèle de commerçants, d’hommes d’affaire et de touristes algériens en période estivale.

Vitalité et contraste des formes et des acteurs du commerce urbain

11Médina J’dida, en plus d’être un quartier dual en ce qui concerne le type de biens proposés et la clientèle, l’est aussi en ce qui concerne les formes du commerce urbain. Cette dualité se retrouve également chez les types d’acteurs qui lui impulsent son dynamisme commercial.

12Coexistent en effet dans ce marché deux types de commerçants : ceux installés dans des boutiques, dont l’entreprise est généralement inscrite au registre du commerce, et ceux, très nombreux, qui pratiquent le commerce à la sauvette, qualifié de « commerce informel » tant par la clientèle que par les commerçants eux-mêmes et les autorités locales. Ils proposent leurs marchandises à même la rue sur des étals bricolés à partir de cartons et/ou de planches posés devant les boutiques des commerçants installés voire sur de petites carrioles. Tandis que les propriétaires des boutiques ayant pignon sur rue sont souvent des hommes dans la force de l’âge ayant réussi professionnellement et bien souvent issus de familles de commerçants, ces vendeurs à la sauvette sont surtout des jeunes gens de moins de trente ans pratiquant cette activité qui, pour être illégale, n’en est pas moins tolérée par les autorités. Vendeurs à la sauvette et boutiquiers proposent toutefois le même type de produits, en accord avec la spécialisation de la rue dans laquelle ils se trouvent. Mais leurs fournisseurs et leurs circuits commerciaux peuvent différer, comme nous le verrons plus loin. Les rues de Médina J’dida sont ainsi continuellement encombrées par ces petits vendeurs, ce qui rend difficile la circulation de la clientèle, notamment aux heures les plus pratiquées de la journée, pendant la matinée.

Fig. 5. Une rue encombrée par les étals à Médina J’dida.

Fig. 5. Une rue encombrée par les étals à Médina J’dida.

Cliché : A. Bouhali, novembre 2011.

13Les stands et les petits trafics des vendeurs de rue envahissent également les grandes artères qui encadrent le quartier. L’avenue Zabana par exemple, qui borde le quartier à l’est, voit ses trottoirs envahis quotidiennement par la vente à la sauvette de téléphones mobiles d’occasion, de modèles neufs made in China, et dont certains pourraient, selon la rumeur avoir été volés. Mais suite à une soudaine opération de police qui a eu lieu au début du mois de novembre 2012, les grandes avenues bordant Médina J’dida ont été entièrement vidées de leurs étals et de leurs petits commerçants ambulants. La présence policière, relativement massive, se manifeste depuis lors par la présence d’officiers en uniforme, le va-et-vient de jeunes recrues, la présence quotidienne de camions de police, voire de descentes dans le quartier chargés d’empêcher la réinstallation des vendeurs à la sauvette.

14Ces petits commerçants et revendeurs n’ont pourtant pas disparu du quartier, bien au contraire : ils se sont déplacés à l’intérieur même de la ville nouvelle, participant sensiblement à la saturation des rues et aux difficultés de circulation, même piétonne, notamment dans la partie du quartier réservée aux produits pour femmes. Ils sont ainsi venus s’ajouter aux nombreux autres commerçants informels qui étaient déjà installés dans ces mêmes ruelles avant novembre 2012.

15À ces étals qui occupent les trottoirs et les rues du quartier, il faut ajouter les étals des magasins ayant pignon sur rue qui, eux aussi, tendent à annexer la rue en recréant une boutique devant la boutique grâce à des bacs dans lesquels les clients peuvent librement fouiller, souvent protégés des intempéries ou du soleil par des bâches en tissu. Dans ce cas, l’intérieur de la boutique devient un simple espace d’entreposage où l’on trouve également le comptoir du patron.

  • 6 Instance délibérante de l’échelon communal dont les membres sont élus.
  • 7 Entretien mené à l’été 2012.

16Cet investissement de la rue commerçante peut entraîner des conflits non seulement avec les commerçants installés régulièrement dans leurs boutiques, mais également avec l’Assemblée populaire communale (APC) d’Oran6. Les commerçants qui disaient le plus souffrir de cette concurrence avant l’éviction des vendeurs à la sauvette étaient avant tout ceux qui proposent exclusivement ou quasi exclusivement des produits de même qualité et de même origine que ceux que l’on retrouve sur les étals, c’est-à-dire des vêtements de qualité moyenne voire médiocre produits en Chine. Ils accusaient, et accusent encore, ces jeunes vendeurs de détourner la clientèle de leurs boutiques et de leur faire une concurrence déloyale : ils proposeraient en effet des prix inférieurs à ceux pratiqués dans les boutiques car ils n’ont pas de loyer commercial à payer. L’association des commerçants du souk el Kettane, le marché couvert situé en face de Médina J’dida (cf. supra, Figure 2) avait ainsi amplement milité auprès de l’APC pour le déguerpissement des commerçants informels. L’association se réjouit d’ailleurs aujourd’hui de leur disparation, comme nous l’a précisé son président, lui-même commerçant7.

17Par contre, les commerçants plutôt spécialisés dans les produits importés du Maroc ou les produits traditionnels, comme les robes de mariage et autres caftans, ne se sentent guère menacés par ces petits commerçants à la sauvette. En effet, les relations entre commerçants installés dans des boutiques en dur et vendeurs informels sont plus complexes qu’il n’y paraît à première vue. Les boutiquiers régulent en effet eux-mêmes cette présence à l’intérieur des ruelles commerçantes de Médina J’dida et ont noué des relations de patronage avec ces petits vendeurs qui, bien souvent, travaillent pour eux en proposant les produits de la boutique en promotion sur des stands installés devant la vitrine de la boutique officielle. Quant aux petits vendeurs plus indépendants, ils payent aux boutiquiers un « droit » pour occuper l’espace public situé juste devant leur vitrine. La maîtrise et la gestion de l’espace public à l’intérieur du quartier commerçant sont donc des enjeux importants à Médina J’dida.

18En tout cas, le développement de ce commerce à l’étal est directement à mettre en rapport avec l’augmentation qu’ont connue les importations de vêtements, chaussures et autres accessoires made in China en réponse à une demande forte de la population, toujours à la recherche des prix les plus bas.

Médina J’dida et le Derb : une association entre marché de détail et marché de gros

19La très grande majorité des commerçants localisés à Médina J’dida propose de la vente au détail au bout des routes algériennes du commerce transnational. Rares sont ceux qui vendent en demi-gros ou en gros.

20La fonction d’entreposage des marchandises et d’approvisionnement des boutiques de Médina J’dida est en réalité largement assurée par d’autres quartiers d’Oran, par manque de place dans le marché. On trouve des entrepôts dans des quartiers situés en banlieue, mais aussi dans une certaine mesure dans le centre-ville historique, et notamment dans un autre quartier du vieil Oran, le Derb (cf. supra, Figure 1). Ce quartier est aujourd’hui presque entièrement spécialisé dans la vente en gros et demi-gros. Une partie des commerçants du Derb pratiquent d’ailleurs eux-mêmes l’importation de tissus et de produits textiles pour homme, femme et enfant.

21Le Derb est un quartier dont la construction remonte à l’époque coloniale et qui était déjà spécialisé dans le commerce lorsqu’il était encore, dans les années précédant l’Indépendance, le quartier juif d’Oran, comme le rappellent des grossistes et employés du quartier. L’entreposage y a progressivement pénétré le rez-de-chaussée et l’entresol des immeubles coloniaux, lesquels se trouvaient souvent dans une situation de dégradation avancée, et déborde sur les trottoirs défoncés. Cette fonction d’entreposage est également soulignée par la présence de nombreux camions et camionnettes qui stationnent devant les entrées d’entrepôts, et dont les coffres sont remplis de cartons de produits d’importation.

Fig. 6. Des camionnettes déchargeant des marchandises made in China au Derb.

Fig. 6. Des camionnettes déchargeant des marchandises made in China au Derb.

Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.

22Chaque entreprise de vente en gros et/ou d’import est spécialisée dans un type particulier de produits. Les magasins spécialisés dans le textile d’ameublement et de confection sont nombreux, voire majoritaires, en complémentarité avec la spécialisation de Médina J’dida dans les vêtements pour tous les âges et tous les sexes. D’autres sont spécialisés dans tout ce qui touche à la présentation des articles dans les boutiques (cintres, mannequins en plastique, présentoirs, etc.). La provenance chinoise de ces produits s’affiche partout, et l’on retrouve les mêmes cartons que l’on peut voir dans tous les quartiers proposant du made in China, en Algérie mais également ailleurs dans le monde.

23Les commerçants du Derb, ainsi que quelques autres grossistes importateurs de l’agglomération oranaise, sont également en relation directe avec les grands centres du commerce transnational situés dans l’Est du pays, région qui concentre une grosse partie des importateurs algériens. Ces derniers approvisionnent régulièrement les grossistes du Derb en marchandises, et ce grâce à des sociétés de transport pour la plupart localisées à El Eulma, dans la wilaya de Sétif (hautes plaines de l’Algérie de l’Est), qui sont en mesure d’approvisionner le pays tout entier (Chouadra, 2013).

24L’articulation entre le Derb et Médina J’dida est certes fonctionnelle, mais elle est également familiale, les liens d’interconnaissance et les liens familiaux étant bien souvent une façon de faire des affaires, un moyen de garder l’argent dans la famille et de s’assurer de la fiabilité de ses partenaires commerciaux. Ainsi, H., un commerçant possédant une boutique de vêtements féminins et une autre de vêtements masculins, travaille en partie avec ses cousins installés au Derb, qui, quant à eux, sont à la tête d’une entreprise de vente en gros de vêtements pour hommes, femmes et enfants. Les relations familiales sont ainsi très fréquentes dans ce type de commerce, et ce à travers tout le pays.

25Néanmoins, bien que le Derb joue un rôle important à l’échelle de la ville d’Oran, les commerçants de Médina J’dida n’en ont pas moins recours à des importateurs et des grossistes situés dans d’autres quartiers d’Oran et dans d’autres villes algériennes. Ils peuvent également se rendre à l’étranger pour limiter le nombre d’intermédiaires et accroître leurs marges, s’ils estiment en avoir les capacités financières et relationnelles.

Commerce transnational et recompositions urbaines

26Médina J’dida, mais aussi le Derb, sont ainsi presque entièrement spécialisés dans les produits made in China, une spécialisation qui tend à modifier en profondeur les paysages urbains, à travers l’adaptation du bâti au commerce de ces produits. Progressivement, ces quartiers anciens font face à un véritable processus de renouvellement urbain.

Une « ville nouvelle » en plein renouvellement urbain

27L’aspect le plus visible de cette mutation paysagère est sans aucun doute la destruction d’immeubles anciens qui dataient de l’époque coloniale (du milieu du XIXe siècle jusqu’aux années 1950), et leur remplacement par des centres commerciaux plus ou moins luxueux, témoignant de la réussite professionnelle, financière et sociale des commerçants et/ou des propriétaires fonciers.

28Le modèle de ces bâtiments d’un nouveau genre hésite entre celui du grand magasin d’inspiration plutôt classique, dédié à un seul type de produit et dans lequel on ne trouve qu’un seul commerçant, et qui est appelé markaz tijari en arabe [litt. : centre commercial], et la galerie commerciale que l’on nomme bazar en arabe (Kerdoud, 2012), à l’intérieur de laquelle plusieurs boutiques sont proposées à la location voire à la vente. Ces bazars et centres commerciaux répondent à la « logique du khan » (Mermier, Peraldi, 2010) et ne proposent qu’une seule et même gamme de produits. Les commerçants qui louent ces boutiques ou qui en sont parfois propriétaires, sont le plus souvent indépendants les uns des autres, quoiqu’un même commerçant peut tout à fait posséder ou louer plusieurs boutiques à l’intérieur d’un même bazar. Mais les produits vendus restent les mêmes. Ces nouveaux immeubles se trouvent tant dans la « partie féminine » que dans la « partie masculine », bien qu’on ait tendance à retrouver les grands magasins spécialisés dans la « partie féminine », tandis que les galeries commerçantes se concentrent plutôt dans la « partie masculine » du quartier.

Fig. 7. Un centre commercial récent dans le « quartier masculin » de Médina J’dida.

Fig. 7. Un centre commercial récent dans le « quartier masculin » de Médina J’dida.

Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.

29Ainsi, les grands magasins situés dans la partie sud-ouest de Médina J’dida sont essentiellement des magasins spécialisés dans le tissu d’ameublement. Les vêtements, produits cosmétiques, bijoux-fantaisie et autres objets de pacotille continuent en effet d’être vendus dans des boutiques situées au bas des immeubles anciens, le premier étage servant souvent d’espace de stockage. Les centres commerciaux situés dans la « partie masculine » proposent quant à eux presque exclusivement des vêtements et chaussures de sport pour homme, très souvent des articles de contrefaçon.

  • 8 Soit respectivement 150 000 DA et 10 000 DA. Au taux de change légal, 1 € = 100 DA (avril 2015), ta (...)
  • 9 Entretien réalisé le 18 mars 2014.
  • 10 Soit respectivement 30 millions DA (environ 300 000€) et 15 millions DA (environ 150 000€).
  • 11 Entretien réalisé le 6 mars 2014.

30À côté de ces constructions de grands magasins et de petits centres commerciaux, on observe également un certain nombre d’immeubles neufs ressemblant davantage à des immeubles d’habitation, mais qui sont souvent encore vides bien que terminés. La question se pose alors de leur usage et de leur destination, entre immeubles de bureaux ou espaces de stockage complémentaires aux boutiques récentes et anciennes. C’est un phénomène que l’on observe dans d’autres places marchandes algériennes, mais aussi en Égypte, notamment au Caire. Certains enquêtés nous ont dit qu’il s’agissait là principalement de dépôts, achetés par des commerçants du quartier particulièrement aisés en raison des prix élevés de l’immobilier dans le quartier. Mais la rumeur veut aussi qu’il s’agisse là d’investissements immobiliers réalisés par certains hommes d’affaires afin de blanchir les sommes d’argent conséquentes gagnées dans le commerce transnational mais aussi dans le trafic de drogue en provenance du Maroc, dont la ville de Maghnia serait l’une des plaques-tournantes et Oran un centre d’investissement. Plusieurs vendeurs et commerçants enquêtés travaillant dans le quartier nous ont en effet fait part de ce phénomène de blanchiment d’argent, qui participerait à l’augmentation des prix de l’immobilier commercial dans le quartier et à la spéculation immobilière. Le gérant d’un hôtel a ainsi fait la remarque suivante : « comment ces gens [les investisseurs] peuvent-ils payer un loyer de quinze millions de centimes et n’avoir des revenus que d’un million par mois8 ? Il faut bien qu’ils aient d’autres sources de revenus pour pouvoir payer ces sommes ! »9. Un autre vendeur, dont la boutique se situe dans le quartier Saint-Antoine, de l’autre côté du boulevard Houha, nous a appris qu’une boutique se trouvant au rez-de-chaussée d’un immeuble neuf, situé à quelque pas de son magasin, avait été vendue pour 3 milliards de centimes, tandis que l’appartement situé au premier étage avait été vendu pour 1,5 milliard de centimes10. Lorsque nous nous étions étonnée de l’importance de ces sommes, ce jeune vendeur nous avait simplement répondu « c’est pour blanchir, pas pour habiter »11. Dans l’immeuble dans lequel son patron louait sa boutique, les étages supérieurs, au nombre de trois, servaient en partie de dépôt pour la boutique ainsi que pour une boutique voisine, mais le dernier étage était également un investissement ; il était vide lors de notre enquête en mars 2014.

31En ce qui concerne les espaces de stockage situés dans le quartier du Derb, une importante vague de réhabilitation et de rénovation des immeubles coloniaux est actuellement engagée, la plupart de ces immeubles étant en effet dans un état de dégradation très avancé. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs déjà été détruits et remplacés par de grands immeubles fonctionnels permettant le stockage de marchandises emballées dans des cartons ou des ballots de plastique et devant lesquels les camions et camionnettes peuvent facilement charger ou décharger les paquets. Les rez-de-chaussée sont ainsi bien plus vastes que ceux des anciens immeubles résidentiels coloniaux. La fonction d’entreposage se diffuse largement dans les ruelles du quartier, les immeubles d’habitation voyant leurs rez-de-chaussée et entresols convertis et divisés entre espaces d’accueil de la clientèle et espaces de stockage des marchandises.

Fig. 8. La fonction d’entreposage s’étend au rez-de-chaussée et dans les entresols des vieux immeubles coloniaux du Derb.

Fig. 8. La fonction d’entreposage s’étend au rez-de-chaussée et dans les entresols des vieux immeubles coloniaux du Derb.

Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.

32Ces opérations de démolition et de reconstruction sont semble-t-il très récentes. Le Centre commercial Açala situé dans la « partie masculine » de Médina J’dida, construit en 2005, serait le plus ancien. Il a été suivi, en 2006, par le centre Shara (diminutif de Shéhérazade) également spécialisé dans l’article de sport pour homme. Ces opérations auraient été engagées en rapport avec le développement du commerce transnational et l’arrivée massive de produits made in China (Bekkouche, 2005). Ce mouvement se serait même accéléré. C’est ainsi qu’au moins quatre nouveaux centres commerciaux étaient en construction en mars 2013. Le gérant de l’un d’entre eux nous a ainsi signalé que son magasin existait déjà en 1970 mais que le bâtiment avait été démoli puis reconstruit au même endroit l’année passée.

33Les noms que portent ces centres commerciaux sont un indicateur pertinent de l’histoire et de la géographie des villes où s’approvisionnent les commerçants transnationaux. L’un de ces centres, qui compte parmi les plus anciens du « quartier masculin », porte le nom de Centre commercial d’Istanbul et fait donc référence à cette métropole qui fut l’une des premières places marchandes de l’Est de la Méditerranée dans laquelle les commerçants algériens se sont rendus après la fermeture progressive des frontières européennes, lors de la « remontée » des routes du commerce transnational (Peraldi, 2001). La Turquie reste encore actuellement un pays producteur de tissus d’ameublement très prisés pour leur grande qualité, vendus actuellement dans tous les marchés d’Algérie. Le nom de certains de ces centres commerciaux fait directement référence au contexte culturel du Golfe. Ainsi, un centre commercial situé dans la « partie féminine » et proposant des boutiques spécialisées dans les vêtements de soirée ou de fête pudiques pour femme porte-t-il le nom de Centre commercial Les Émirats. D’autres centres commerciaux portent des noms qui ne manquent pas d’humour, comme le Centre commercial Açala qui en arabe signifie « authenticité » ; or toutes les boutiques de ce centre commercial sont spécialisées dans les articles masculins de sport contrefaits.

Fig. 9. Un nouveau centre commercial à Médina J’dida faisant référence au modèle émirati.

Fig. 9. Un nouveau centre commercial à Médina J’dida faisant référence au modèle émirati.

Le nom et l’affiche de ce centre commercial font directement référence aux Émirats arabes unis et au style vestimentaire pudique de cette société. On peut lire en effet écrit en arabe Centre commercial Les Émirats.

Cliché : A. Bouhali, mars 2013.

Montée des étages et montée en gamme des produits

34Nombre de ces nouveaux centres commerciaux ont l’ambition d’afficher une image de luxe qui tranche avec les petites boutiques anciennes à la façade parfois un peu décrépie du marché, leur donnant ainsi une image de grande modernité. L’utilisation de matériaux de qualité, et notamment de marbre, est une règle générale ; les finitions et l’éclairage sont travaillés, ce qui tranche sensiblement avec les boutiques anciennes plus traditionnelles dans lesquelles la décoration est plus hétéroclite et l’éclairage bien souvent de médiocre qualité.

35Cette verticalisation et densification du bâti – puisque l’on passe d’immeubles anciens d’un ou deux étages à des immeubles comptant souvent cinq voire six étages – s’accompagne d’une montée en gamme des produits qui y sont commercialisés, conséquence probable de la volonté de leurs gérants et/ou propriétaires de se distinguer des produits tout-venant du made in China vendus dans la rue, et d’ainsi mieux faire face à la concurrence qui fait rage dans le quartier.

36Ces nouveaux centres commerciaux sont pour partie spécialisés dans le vêtement de sport ou la chaussure de sport contrefaits. D’autres proposent au mètre ou au rouleau des tissus d’ameublement de différentes qualités correspondant à différentes origines géographiques. Le textile d’ameublement chinois est ainsi le moins cher, tandis que le textile syrien – qu’on trouve encore dans certains magasins qui commerçaient avec ce pays jusqu’au début de la guerre civile syrienne – mais surtout le textile turc et marocain sont de bien meilleure qualité, et donc plus coûteux. Dans le grand magasin Touba par exemple, spécialisé dans le tissu d’ameublement, le mètre linéaire de textile chinois était proposé à 600 DA, tandis que le mètre de tissu turc coûtait deux fois plus cher, et que le mètre de tissu marocain atteignait les 2 200 DA.

37Cette relation étroite entre luxe de l’immeuble de commerce et qualité des produits vendus est par exemple particulièrement sensible dans le centre commercial appelé Centre commercial BRAG, situé dans la « partie masculine » de Médina J’dida et inauguré en 2013. Les finitions de cet immeuble de trois étages sont extrêmement soignées : marbre au sol, briquettes aux murs, éclairage moderne et étudié, climatisation dans toutes les boutiques et dans les couloirs, rideau métallique électrique pour fermer l’immeuble. Mais la spécificité de ce centre commercial relève avant tout des circuits commerciaux empruntés par les commerçants qui y louent des boutiques. Ceux-ci diffèrent en effet des circuits habituels, qui consistent à s’approvisionner en produits made in China bas de gamme auprès de grossistes et/ou importateurs algériens. Deux commerçants interrogés dans cet immeuble nous ont ainsi appris qu’ils n’achetaient plus leurs marchandises auprès des grossistes algériens et préféraient désormais se rendre eux-mêmes en France, en Italie ou encore en Espagne, à la recherche du made in China produit et vendu pour la clientèle européenne. Ils affirmaient que les produits achetés dans les pays du sud de l’Europe correspondaient davantage à la mode recherchée par leur clientèle, et étaient de bien meilleure qualité que le made in China bas de gamme produit pour le Maghreb, certes meilleur marché, mais dont les prix très bas sont obtenus au détriment du style et de la finition. Le premier commerçant interrogé se rend très régulièrement à Paris, le plus souvent au moment des soldes d’hiver et d’été, et particulièrement dans le 18e arrondissement. Il y achète des vêtements pour hommes de marques internationales, pour lesquels il bénéficie de la dernière démarque. Il s’adresse également dans ce quartier à un ou deux magasins qui proposent des vêtements de ces mêmes marques mais à des prix cassés toute l’année (type magasin d’usine). Quant à son collègue, il se fournit en chaussures pour homme en Italie et en Espagne justifiant le choix de ces destinations par la recherche de produits de grande qualité. Cette qualité était d’ailleurs mise en valeur dans la façon de présenter les produits à l’intérieur de la petite boutique, une organisation qui rompait totalement avec l’accumulation de marchandises telle qu’on la trouve dans les boutiques plus traditionnelles. Ici, chaque modèle était mis individuellement en valeur sur de petites étagères en verre, et les prix annoncés étaient particulièrement élevés pour le quartier, approchant certains prix pratiqués par les commerçants d’un autre quartier spécialisé, le quartier Choupot, qui vise quant à lui une clientèle de classes moyennes supérieures.

38Ainsi, le développement au cours de ces dernières années du commerce transnational dans les quartiers du Derb et de Médina J’dida a entraîné un bouleversement important des formes du commerce urbain, conséquence plus que probable de la généralisation de nouvelles pratiques de consommation (Bergel, Kerdoud, 2010). Son dynamisme est tel que les propriétaires de parcelles et/ou de magasins situés dans le quartier cherchent à en tirer des avantages : en détruisant les anciennes bâtisses et en montant des étages, ils profitent – tout en y contribuant largement – de l’augmentation des loyers commerciaux qui se produit au sein du quartier. Indéniablement, les places marchandes dans lesquelles les commerçants s’approvisionnent – nous pensons notamment à Dubaï et aux grandes villes d’Asie du Sud-est – ont également servi de modèle urbanistique pour la construction de ces centres commerciaux d’un genre complètement nouveau en Algérie.

Une place marchande paradoxale, à la fois périphérie nationale et centralité commerciale régionale

39Ce dynamisme commercial et urbain est néanmoins relativement paradoxal lorsque l’on replace Médina J’dida à l’échelle du dispositif commercial algérien. La grande place marchande oranaise se trouve en effet tout au bout des routes algériennes du commerce transnational. Cette situation ne l’empêche pourtant pas d’être une puissante centralité commerciale rayonnant à l’échelle régionale, à la fois parce qu’elle est l’aboutissement de circuits commerciaux transnationaux prenant leur origine au Maroc (Suzanne, 2007 ; Ferhi, 2008) et dans les présides espagnols de Ceuta et Melilla (Berriane, 1999 ; Peraldi, 2007) et, surtout, parce qu’elle joue un rôle de redistribution des marchandises importées depuis l’Est du pays en direction des consommateurs de l’Ouest algérien, qu’ils soient commerçants ou simples consommateurs.

Fig. 10. Une centralité commerciale régionale, relais du commerce du made in China en Algérie.

Fig. 10. Une centralité commerciale régionale, relais du commerce du made in China en Algérie.

Carte : A. Bouhali & F. Troin, CITERES 2015.

Une place marchande tout au bout des routes algériennes du commerce transnational

40Même si les registres du commerce indiquent qu’Oran est une ville qui concentre de nombreuses entreprises d’import – la wilaya (région) d’Oran étant la deuxième du pays, après celle d’Alger et avant celle de Sétif pour le nombre d’importateurs – plus rares sont les importateurs oranais à être spécialisés dans le textile ou l’habillement ; peu nombreux sont donc ceux à être en mesure de fournir en produits made in China ou made in Asia les grossistes et détaillants de la ville et de sa région. Bien que tous les commerçants aient une bonne connaissance des routes d’approvisionnement et des principales places marchandes d’importance internationale, en Chine ou en Méditerranée, ils sont peu nombreux à s’y rendre eux-mêmes.

41Les grandes places marchandes du commerce transnational, réceptacles de la grande majorité des flux de marchandises made in China, se trouvent dans l’Est du pays, les deux principales étant El Eulma (Chouadra, 2013) et Aïn Fakroun (Belguidoum, 2011 ; Bergel, Benlakhlef, 2011). La place marchande d’Oran fonctionne en liaison directe avec ces grandes plaques-tournantes du commerce transnational (Belguidoum, Pliez, 2012). Parfois, les grands importateurs d’El Eulma approvisionnent directement les commerçants oranais, petits ou gros, détaillants de Médina J’dida ou grossistes du Derb. Mais ils sont aussi nombreux à faire la navette dans le sens inverse. Ainsi, H., détaillant rencontré dans le marché couvert El-Kettane situé en face de Médina J’dida et propriétaire de deux stands de vente de vêtements au détail à l’intérieur de ce marché, un pour homme, l’autre pour femme, se rend une fois par mois à El Eulma pour ses affaires. Il se fait ensuite livrer des cartons de vêtements dont il paye le transport à une entreprise spécialisée dans le transport de marchandises pour un prix avoisinant les 300 DA par carton transporté. Les grands importateurs de l’Est algérien ne sont toutefois pas ses seuls fournisseurs. Il se rend en effet une à deux fois par semaine à Alger, dans les quartiers de Bab Ezzouar et d’el-Hamri, ou encore à Bab el-Rahba à Blida, qui sont des quartiers commerçants spécialisés dans lesquels on trouve des importateurs pratiquant la vente en gros et en demi-gros. Il va également de temps en temps au marché de gros de Sidi Khettab, situé dans la wilaya de Rélizane.

42De même, sur trois grossistes du Derb que nous avons eu l’occasion d’interroger entre novembre 2011 et juillet 2012, un seul était importateur. Il s’agissait d’un commerçant ayant largement dépassé la soixantaine et qui appartient à la première génération de commerçants algériens à avoir progressivement remonté les routes de la mondialisation (Belguidoum, Pliez, 2012). Ce cheikh est propriétaire depuis 1969 de son magasin de vente en gros de tissus pour la confection textile. Il se rend en personne en Asie depuis l’an 2000 afin d’y acheter sa marchandise. Ses lieux de destination sont multiples et dépendent largement des opportunités et des prix. Il cite ainsi la Chine et l’Indonésie, qui ont été ses premières destinations commerciales, mais il se rend également régulièrement en Malaisie et à Hong Kong. Il vend exclusivement en gros à des entreprises de confection situées dans toute l’Algérie. Néanmoins, malgré cette clientèle très diversifiée géographiquement, il se qualifie lui-même d’importateur de taille moyenne. À l’inverse, un autre grossiste du Derb, la trentaine, associé à son père et dont l’entreprise est également spécialisée dans le tissu pour la confection textile, ne se rend pas en Chine mais s’approvisionne auprès d’importateurs installés à Alger ou à El Eulma.

43Certains petits commerçants ainsi que de nombreux vendeurs à la sauvette mentionnent également dans leurs itinéraires d’approvisionnement le marché de Sidi Khettab, situé à proximité de la ville de Rélizane, à une heure et demie à peine d’Oran. C’est un ancien marché rural spécialisé dans le commerce du bétail. Aujourd’hui, ce marché hebdomadaire est entièrement dédié aux articles du quotidien made in China principalement (vêtements, chaussures, linge de maison, vaisselle en plastique, etc.), dont la marchandise s’adapte aux calendriers des fêtes religieuses et civiles et des principaux événements de la vie sociale, comme par exemple la rentrée scolaire. Il est approvisionné par de nombreux « camions-conteneurs » en provenance des wilayas de l’Est qui vendent en demi-gros ou au détail ce type de marchandises.

Fig. 11. Les camions-conteneurs du marché de gros au marché Sidi Khettab.

Fig. 11. Les camions-conteneurs du marché de gros au marché Sidi Khettab.

Les plus gros d’entre eux sont immatriculés dans l’Est, et leurs propriétaires ont même pris soin d’afficher leur origine géographique : Aïn Fakroun, une wilaya très connue pour être à la tête du marché d’importation de vêtements bas de gamme et d’accessoires made in China.

Cliché A. Bouhali, mars 2014.

  • 12 Entretiens du dimanche 16 mars 2014 à Sidi Khettab.

44Néanmoins, dès que l’on s’intéresse de plus près aux itinéraires des commerçants oranais parmi les plus importants – ceux à la tête d’une boutique notamment – on se rend compte que Sidi Khettab n’est jamais mentionné comme lieu d’approvisionnement. Seuls semblent s’y approvisionner les plus modestes des vendeurs qui achètent de petites quantités de marchandises, souvent de petits commerçants détaillants à la tête de boutiques situées dans la banlieue oranaise et n’ayant un rayonnement qu’à l’échelle de leur quartier, soit des femmes venues en petits groupes pour acheter des produits qu’elles revendent ensuite auprès de leurs amies et connaissances en ville. Certaines de ces petites commerçantes s’organisent avec un chauffeur de bus privé pour qu’il les emmène tous les dimanches matins à Sidi Khettab en partant d’Oran très tôt dans la matinée. Elles se protègent ainsi dans un marché réputé assez dangereux pour les femmes seules12. Les autres clients de ce marché étaient tous des professionnels de la région rurale de Rélizane.

Une centralité commerciale régionale, relais du commerce du made in China en Algérie

  • 13 Cette traversée de la contrebande s’effectue aussi de l’Algérie vers le Maroc, mais elle concerne e (...)

45Ainsi, bien qu’elle soit éloignée des principaux foyers du commerce transnational algérien connectés à l’Asie, Oran bénéficie largement de sa position à l’Ouest de l’Algérie, ainsi que de la proximité de la frontière marocaine. La ville est ainsi une place de redistribution d’une partie des produits importés illégalement depuis le Maroc vers l’Algérie. En effet, bien que, officiellement du moins, les relations entre les deux pays soient froides, voire même tendues, et la frontière terrestre fermée, les produits « marocains » sont notamment vendus dans les boutiques de Médina J’dida13. D’ailleurs, les commerçants proposant ces produits – babouches en cuir, robes d’intérieur et d’extérieur, caftans pour les mariées, bijoux fantaisie, etc. – sont souvent spécialisés dans le seul produit marocain, ou plutôt soi-disant marocain : en réalité, les objets fabriqués pour être vendus sur le marché marocain le sont bien souvent en Chine, en Inde ou encore au Pakistan. Mais les commerçants algériens parlent bel et bien de « produits marocains », profitant ainsi d’une image d’authenticité, de marque et de qualité liée à cette prétendue origine géographique. Nombreux sont ceux qui admettent avoir recours à des passeurs ou harraga, c’est-à-dire des « clandestins » originaires des régions frontalières et qui pratiquent la contrebande à travers la frontière, alimentant ainsi le marché et répondant à une demande forte, causée par l’engouement des Algériennes des classes populaires et des petites classes moyennes pour ces vêtements traditionnels et pudiques. Un de ces commerçants spécialisés dans le produit marocain se fournit par exemple en produits importés illégalement à Maghnia, une petite ville algérienne située à quelques dizaines de kilomètres seulement de la frontière, connue pour concentrer de nombreux trafics (Ferhi, 2008). Lui-même ne se rend pas en personne au Maroc, mais profite du trafic réalisé par les populations originaires de cette région.

46Médina J’dida présente de très nombreux magasins spécialisés dans ces produits vestimentaires, situés dans la « partie féminine » du marché. Et Oran est ainsi un des lieux d’où partent les produits marocains à destination d’autres places marchandes du pays, comme par exemple à Alger, où l’on peut trouver ces mêmes produits dans le souk Dubaï situé à la périphérie de la capitale à Bab Ezzouar, mais à un prix supérieur de quelques centaines de dinars à celui pratiqué à Médina J’dida, multiplication des intermédiaires et distance kilométrique obligent.

47Enfin, Médina J’dida – et c’est sans doute là sa grande particularité – est un marché d’importance régionale. Deuxième agglomération du pays, Oran est un foyer majeur de consommateurs et consommatrices, qui draine par ailleurs une clientèle venue des wilayas les plus proches. Les voitures particulières garées tant bien que mal le long des avenues bordant le quartier attestent de ce rayonnement : les plaques d’immatriculation relevées plusieurs fois au cours de nos terrains successifs indiquent que leurs propriétaires proviennent principalement des wilayas de l’Ouest algérien. Cette attraction est également bien visible au Derb, où l’on trouve des camionnettes dont les plaques d’immatriculation indiquent que les clients arrivent notamment des wilayas de Mostaganem, d’Aïn Temouchent, de Tlemcen et de Naama. Ces indices laissent supposer que les commerçants d’autres centres urbains ou ruraux viennent ainsi se fournir dans ce quartier de gros et demi-gros pour revendre ensuite les produits achetés ici, au détail, dans leurs boutiques, ce que nous ont confirmé plusieurs grossistes du quartier.

48Ainsi, bien que située au terminus algérien des routes du commerce transnational avec l’Asie, Médina J’dida et le Derb bénéficient du rayonnement d’Oran sur les wilayas situées dans l’Ouest algérien et de la proximité de la frontière marocaine, ce qui fait d’Oran une véritable centralité commerciale du made in China pour tout l’Ouest algérien.

Conclusion : Oran, une grande place marchande d’approvisionnement pour l’Ouest algérien

49Le redéploiement du dispositif commercial algérien qui accompagne le développement du commerce transnational à l’intérieur du pays remobilise ainsi des places marchandes anciennes telles que Médina J’dida, permettant la constitution d’un maillage plus fin des réseaux commerciaux. La ville nouvelle, en étroite association avec le quartier du Derb, bénéficie d’un marché local de consommateurs très important du fait de sa situation à proximité immédiate du centre-ville et de sa localisation au cœur de la deuxième agglomération du pays, ainsi que d’un marché d’échelle régionale. Elle assure une fonction de relai régional des grandes places marchandes de l’Algérie orientale, et de redistribution des marchandises made in China dans l’Ouest. Sa situation à proximité de la frontière marocaine est également source d’une diversification des filières d’importation et des types de produits commercialisés, ce qui lui assure, tant en ce qui concerne les produits vendus que les couleurs et les ambiances qui en résultent dans les rues, une spécificité que n’ont pas d’autres marchés de centre-ville, comme par exemple celui qui s’étale au pied de la Casbah d’Alger.

50La réussite de Médina J’dida en tant que nœud secondaire de ce réseau marchand se vérifie par la recomposition de ses paysages urbains, la destruction d’un bâti visiblement inadapté aux modes et aux standards de consommation actuels, et l’ouverture de grands magasins et de vastes centres commerciaux modernes au cœur de son tissu urbain ancien.

51Cette étude d’une place marchande à l’échelle locale, resituée dans un jeu d’échelles régionale, nationale et transnationale, permet ainsi de voir comment la mondialisation non hégémonique prend appui sur des espaces urbains anciens et apparemment banals qu’elle modifie pourtant en profondeur, bénéficiant de réseaux à la fois sociaux et économiques existants, et les intégrant ainsi à la scène des échanges d’échelle globale.

Haut de page

Bibliographie

Bekkouche A., 2005, « Un quartier nommé ville nouvelle. Du village nègre colonial à la Médina Jdida », Annales de la recherche urbaine, vol. 98, p. 115-121. En ligne : http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/un-quartier-nomme-ville-nouvelle-du-village-negre-a466.html [consulté le 03/06/2015].

Belguidoum S., 2011, « Le dynamisme des nouvelles places marchandes de l’Est algérien : reconfiguration urbaine et nouvelles donnes sociales », 12 p. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00936444 [consulté le 05/06/2015].

Belguidoum S., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Diasporas, Histoire et Sociétés, no 20 (« Routes », sous la dir. de P. Cabanel), p. 115-130. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00815638 [consulté le 04/06/2015].

Bergel P., Benlakhlef B., 2011, « Les “nouveaux riches” de l’importation algérienne : des agents de la transformation sociale et urbaine ? Étude dans quatre petites villes du Nord-Est algérien », Méditerranée, n° 116, p. 17-24.

Bergel P., Kerdoud N., 2010, « Nouveaux lieux du commerce et transformation des pratiques de consommation dans les villes algériennes. Étude de cas à El Eulma et Onama/El-Ghazi (Constantine) », Norois, n° 216, p. 75‑89.

Berriane M., Hopfinger H., 1999, Nador (Maroc). Petite ville parmi les grandes, Tours, URBAMA, coll. « Villes du Monde Arabe », n° 4, 219 p.

Chouadra S., 2013, « Genèse et évolution spatiale d’un lotissement résidentiel en un marché urbain transnational : “Charaa Dubaï, El Eulma, Algérie” », communication présentée au séminaire de recherche SOCMED, 4 avril 2013, LISST-CIEU, Univ. Toulouse 2-Jean-Jaurès (non publiée).

Côte M., 2011, « L’Algérie, mondialisation et nouvelles territorialités », Méditerranée, n° 116, p. 77-84.

Ferhi S., 2008, « Maghnia est-elle “la petite Sangatte” algérienne ? », communication au colloque international Terrains d’asile. Corps, espaces, politiques, 18 au 20 sept. 2008, Paris, EHESS. En ligne : http://www.reseau-terra.eu/article819.html [consulté le 03/06/2015].

Kerdoud N., 2012, Nouvelles centralités périphériques commerciales et recompositions territoriales : l’exemple de villes de l’Est algérien, Thèse de doctorat en géographie, sous la dir. de R. Hérin, Univ. de Caen, 390 p.

Lespès R., 1938 [rééd. 2003], Études de géographie et d’histoire urbaines, Oran, Bel Horizon.

Mathews G., Alba Vega C. (eds.), 2012, « Introduction: What is Globalization from Below? », p. 1-15, in Mathews G., Ribeiro G.L., Alba Vega C. (eds.), Globalization from Below: The World’s Other Economy, Londres, Routledge, 304 p.

Mermier F., Peraldi M., 2010, Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/CJB/IFPO, coll. « Hommes et Sociétés », 348 p.

Peraldi M. (dir.), 2001, Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 360 p.

Peraldi M., 2007, « Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile », p. 73-114, in Adelkhah F., Bayart J.-F. (dir.), Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 368 p.

Portes A., 1999, « La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129 (« Délits d’immigration »), p. 15-25.

Prenant A., 1976, Essai d’évaluation de l’interprétation de la croissance urbaine en Algérie 1966-1974, Secrétariat d’État au Plan, Commissariat national aux recensements et enquêtes statistiques, 115 p.

Prenant A., Semmoud B., 1977, « Les nouvelles périphéries urbaines en Algérie : une rupture avec les oppositions traditionnelles centre-périphérie », Table-ronde sur l’urbanisation au Maghreb, Tours, nov. 1977, p. 25-75.

Semmoud B., 1975, Médina J’dida, Étude cartographique et géographique d’un quartier d’Oran. Les rapports avec l’agglomération et la région oranaise, Thèse de doctorat de 3e cycle en géographie, sous la dir. de F. Joly, Univ. Paris-VII, 169 p.

Semmoud B., 1995, « Croissance urbaine, mobilité et changement social dans l’agglomération oranaise (Algérie) », Cahiers du GREMAMO, n° 12.

Spiga S., 2002, « Du nouveau système algérien d’importation aux nouvelles centralités commerciales dans la ville algérienne », pp. 217-242, in M. Peraldi (dir.), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris/Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose/MMSH, 495 p.

Suzanne G., 2007, « Oujda ou l’arrière-pays de l’économie transméditerranéenne », Espaces et sociétés, vol. 2007/1-2, n° 128-129, p. 171-184.

Tarrius A., 1995, « Naissance d’une colonie : un comptoir commercial à Marseille », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, n° 1 (« Marseille et ses étrangers »), p. 21-52. doi : 10.3406/remi.1995.1442.
En ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1995_num_11_1_1442 [consulté le 04/06/2015].

Tarrius A., 2002, La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines, Paris, Balland, 168 p.

Trache S.M., 2010, Mobilités résidentielles et périurbanisation dans l’agglomération oranaise, Thèse de doctorat d’État en géographie, sous la dir. de A. Bendjelid, Univ. d’Oran-Es Sénia, 369 p. En ligne : http://catalogue.msh.univ-tours.fr/opac_css/index.php?lvl=notice_display&id=23523.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « dispositif commercial » est emprunté à A. Tarrius (1995) qui l’emploie au sujet du quartier de Belsunce à Marseille.

2 Traduction assurée par l’auteure de l’article.

3 L’article s’appuie sur des enquêtes de terrain réalisées par l’auteure en octobre 2011, juillet 2012, mars 2013 et mars 2014 dans le cadre de sa thèse de doctorat en géographie.

4 L’évolution de la population à Oran en général, et à Médina J’dida plus particulièrement, a été assez chaotique depuis les années 1960. L’indépendance nationale a en effet été suivie à Oran par un effondrement de la population résidente dans la ville-centre, qui s’explique largement par le départ des colons qui étaient bien plus nombreux que les musulmans dans l’ancienne ville coloniale (Lespès, 1938). Progressivement et lentement, la population de Médina J’dida a cru après 1966 grâce à l’arrivée de la dernière vague de migrants issus de l’exode rural (Semmoud, 1995), pour ensuite connaître un net ralentissement de sa croissance (inférieure à 3 % entre 1966 et 1977, inférieure à 1 % entre 1977 et 1987). Ce ralentissement s’inscrit dans le cadre d’un mouvement de « desserrement des quartiers algériens naguère surpeuplés » (Semmoud, 1995) au profit des banlieues oranaises, d’abord les plus proches dans les années 1970 puis les plus lointaines depuis. Pour plus de détails, voir les travaux sur la croissance urbaine en Algérie de Prenant (1976) et Prenant et Semmoud (1977) et sur les mobilités intra-urbaines à Oran de Semmoud (1975, 1995).

5 Entre notre premier terrain en novembre 2011 et notre dernier terrain en mars 2014, ce qu’ont également souligné plusieurs commerçants interrogés lors d’enquêtes réalisées par nos soins.

6 Instance délibérante de l’échelon communal dont les membres sont élus.

7 Entretien mené à l’été 2012.

8 Soit respectivement 150 000 DA et 10 000 DA. Au taux de change légal, 1 € = 100 DA (avril 2015), tandis qu’au marché noir de la devise, 1 € = 157 DA (au 15 février 2015).

9 Entretien réalisé le 18 mars 2014.

10 Soit respectivement 30 millions DA (environ 300 000€) et 15 millions DA (environ 150 000€).

11 Entretien réalisé le 6 mars 2014.

12 Entretiens du dimanche 16 mars 2014 à Sidi Khettab.

13 Cette traversée de la contrebande s’effectue aussi de l’Algérie vers le Maroc, mais elle concerne essentiellement l’essence et des denrées alimentaires dont le prix est moindre en Algérie. Voir à ce sujet Suzanne au sujet d’Oujda et de son rôle de place-marchande transnationale entre Maroc et Algérie (Suzanne, 2007) et Ferhi quant au rôle de plaque-tournante pour la contrebande transfrontalière joué par Maghnia (Ferhi, 2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Médina J’dida et le Derb, deux quartiers du commerce transnational à Oran.
Crédits Carte : A. Bouhali & F. Troin, CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 2. Médina J’dida, un quartier-marché aux espaces de vente spécialisés.
Crédits Carte : A. Bouhali & F. Troin, CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. La place Tahtaha, au cœur de Médina J’dida, entre espace du masculin et espace du féminin.
Légende La rue au sud de la place (à droite sur le cliché) est encombrée d’étals proposant des chaussures pour hommes. La clientèle et les vendeurs sont presque exclusivement des hommes.
Crédits Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 4. Un groupe d’immigrés africains devant un taxiphone à Médina J’dida, 20 h.
Crédits Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 5. Une rue encombrée par les étals à Médina J’dida.
Crédits Cliché : A. Bouhali, novembre 2011.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 6. Des camionnettes déchargeant des marchandises made in China au Derb.
Crédits Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 7. Un centre commercial récent dans le « quartier masculin » de Médina J’dida.
Crédits Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 8. La fonction d’entreposage s’étend au rez-de-chaussée et dans les entresols des vieux immeubles coloniaux du Derb.
Crédits Cliché : A. Bouhali, juillet 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 9. Un nouveau centre commercial à Médina J’dida faisant référence au modèle émirati.
Légende Le nom et l’affiche de ce centre commercial font directement référence aux Émirats arabes unis et au style vestimentaire pudique de cette société. On peut lire en effet écrit en arabe Centre commercial Les Émirats.
Crédits Cliché : A. Bouhali, mars 2013.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 10. Une centralité commerciale régionale, relais du commerce du made in China en Algérie.
Crédits Carte : A. Bouhali & F. Troin, CITERES 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 11. Les camions-conteneurs du marché de gros au marché Sidi Khettab.
Légende Les plus gros d’entre eux sont immatriculés dans l’Est, et leurs propriétaires ont même pris soin d’afficher leur origine géographique : Aïn Fakroun, une wilaya très connue pour être à la tête du marché d’importation de vêtements bas de gamme et d’accessoires made in China.
Crédits Cliché A. Bouhali, mars 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/889/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bouhali, « Médina J’dida (Oran), un quartier-marché sur les routes algériennes du commerce transnational », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/emam/889 ; DOI : 10.4000/emam.889

Haut de page

Auteur

Anne Bouhali

 Doctorante en Géographie, Université Toulouse 2-Jean-Jaurès & LISST-CIEU (UMR 5193)

anne.bouhali@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page