Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A289

Asegelles

W. Vycichl
p. 956-957

Entrées d’index

Mots clés :

Ethnologie, Linguistique
Haut de page

Texte intégral

1Par ce terme les Touaregs désignent une certaine manière de parler en adoucissant les sons, en évitant les sons « un peu rudes » (par ex. [γ, r, x] et les emphatiques). Le verbe səggyələs signifie « parler en adoucissant les sons », nom verbal asəggyəlləs « prononciation douce », nom d’agent asəggyəllas, f. tasəggyəllast « homme ou femme parlant en adoucissant les sons » (le P. Ch. de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, vol. I, Paris, 1951, p. 441). D’après le P. de Foucauld, /r/ est changé en /1/, /γ/ en /k/ (à la fin des mots en a), /x/ en /h/ et les lettres emphatiques sont remplacées par leurs correspondances simples (par ex. /q/ par /k/). L’asegelles est pratiqué involontairement à un degré plus ou moins fort par certains enfants et volontairement par beaucoup de jeunes femmes, surtout dans les réunions galantes appelées ahal. Axamūk γam dīrəγ devient en asegelles : Ahamu kīm dēla « Akhamouk, assieds-toi ici ». On note ici la disparition du /k/ final. Certaines jeunes femmes écrivent même en asegelles, par ex. liγ Mūsa əlīnəγ « j’aime Mousa, je suis malade » pour γ Mūsa ərīnəγ. « Il est naturel que cette méthode de créer des formes hypocoristiques ou péjoratives ait laissé dans la langue ordinaire certaines expressions acceptées (K. G. Prasse, Manuel de grammaire touarègue, I-III, Copenhague, 1972, p. 59). De tels mots sont probablement, selon K.G Prasse : abalad « enfant » (abarad « garçon »), tadhant « veuve dans sa période de retraite » (tahant « femme forte ou extraordinairement belle »), aməddəhūn « homme vigoureux et ardent » (comp. ahar « homme fort »), amədruy « pauvre homme » (comp. ri « être petit).

2La substitution de /r/ par /1/ sert aussi en bedja, langue couchitique, à la formation de diminutifs : reba « colline, leba « petite colline » ; sarāra « long et épais », salāra « long et mince » ; adar « rouge », adal « rose » ; ragad « pied », tīfāy-lagad « pied de mouche » (E.M. Roper, Tu Beawie, Hertford, 1928, p. 6). Le basque emploie des consonnes mouillées pour exprimer une nuance diminutive : on substitue /ly/ à /r/, /rr/,/l/ ;/ny/ à /n/ ; /dy/ à /d/ ; /ty/ à /t/ ; etc. (H. Gavel, Grammaire basque, t. I, Bayonne, 1929, p. 67). H.A. Winkler a constaté des changements similaires en Égypte pendant les transes d’un possédé (H.A. Winkler, Die reitenden Geister der Toten, Stuttgart, 1935, p. 69 ; remplacement de /r/ par /1/ (lās « tête » pour rās), de /š/ pour /ṣ/ (bašal « oignon » pour baal), mā bīš « il n’y pas » pour mā fīš, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

W. Vycichl, « Asegelles », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 956-957

Référence électronique

W. Vycichl, « Asegelles », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1186

Haut de page

Auteur

W. Vycichl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page