Navigation – Plan du site
9 | Baal – Ben Yasla - Gabriel Camps (dir.)
B19

Baldir/Balidir

Voir Baal, Encyclopédie berbère, IX, 1991, p. 1289-1291.
G. Camps
p. 1318

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dieu connu par des inscriptions néo-puniques et par quatre inscriptions latines, de Sigus, de Bir Eouel (15 km au sud de Constantine) et de Guelâa bou Sba (région de Guelma). La forme originelle du nom de cette divinité est incontestablement phénicienne, Ba῾al ’Adir qui signifierait selon S. Gsell « Maître Puissant », et selon J. Ferron « Seigneur de la claie », c’est-à-dire de l’aire à battre. Un sanctuaire élevé à Ba῾al ’Adir à Bir Tlelsa dans le Sahel tunisien, est mentionné dans une importante inscription néo-punique. A Cirta, de nombreuses stèles du sanctuaire d’El Hofra sont dédiées à Ba῾al ’Adir qui y possédait un temple (stèle n° 27). La proximité de Cirta et peut-être le renom de ce sanctuaire expliquent l’importance que Ba῾al ’Adir conserva dans la région cirtéenne (Sigus, Bir Eoued) à l’époque romaine, sous le nom contracté de Balidir (Baldir, à Guelâa Bou Sba).

2Il est fort possible que le nom que porte alors la vieille divinité phénicienne (cf. Malk ’Adir de l’inscription d’Eschmunazar) ait été déformé par contamination du libyque. Il existe, en effet, en berbère un verbe edder/idir qui signifie « vivre » et entre dans la composition d’anthroponymes, fait qui est constaté dès l’Antiquité. On peut citer, en particulier, le préfet de Castra Severiana dans la célèbre inscription du roi Masuna, qui portait le nom d’lidir (C.I.L., VIII, 9835). Ainsi les habitants de Sigus, qui parlaient libyque, voyaient en Balidir un Dieu Vivant, aux pouvoirs sans doute plus étendus que ceux du Maître de l’aire à battre et donc des moissons, dénomination de la vieille divinité phénicienne. Il est vraisemblable, aussi, que sous ces deux noms si proches, les Africains aient révéré Saturne sous ses deux aspects de Frugifer et de maître du temps.

Haut de page

Bibliographie

Voir Baal, Encyclopédie berbère, IX, 1991, p. 1289-1291.

Berthier A. et Charlier R., Le sanctuaire punique d’El Hofra à Constantine, Paris, A.M.G., 1955, stèles n° 4 à 9, 27, 49.

Camps G., « Qui sont les Dii Mauri ? », Antiquités africaines, t. 25, 1990, p. 131-153.

Ferron J., « Restauration de l’autel et gravure d’une image sacrée dans un sanctuaire sahélien de Ba῾al ’Adir », REPPAL, III, 1987, p. 193-227.

Février J., « A propos de Ba῾al ’Adir », Semitica, II, 1949, p. 21-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Baldir/Balidir », Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, p. 1318

Référence électronique

G. Camps, « Baldir/Balidir », in Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1258

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page