Navigation – Plan du site
26 | Judaïsme – Kabylie - Salem Chaker (dir.)
J
J19

Jujubier

M. Gast et S. Chaker
p. 3979-3982

Texte intégral

1Zizyphus divers du genre des Ramnacées.
Zizyphus vulgaris Lam,
Zizyphus Lotus (L.) Lam,
Zizyphus Spina-Christi (L.) Wild,
Zizyphus Mauritiana Lam,
Zizyphus Saharae (Batt.) Maire (en touareg : tabakat, ses fruits : abaka/ibakaten).

2Le jujubier est fréquent dans toute l’Afrique du Nord, le Sahara et l’Afrique de l’Ouest. Ses formes varient avec le sol et le climat. La consommation de ses fruits est générale, ceci depuis des millénaires (cf. Chevallier 1947).

Variétés de Zyziphus

Variétés de Zyziphus

3Le jujubier (Zizyphus lotus Tourn.) est du genre Ramnacées, il possède un périanthe pentamère. Les étamines sont superposées aux pétales ; le fruit est une drupe de la dimension d’un pois ou d’une olive. Les feuilles sont alternes, coriaces et accompagnées, chacune de deux épines droites ou crochues. Dans l’espèce la plus commue, les feuilles sont petites (15 x 10 mm). Le Zizyphus lotus est un arbuste ou un arbre fréquent dans les pays chauds : en Syrie, d’où il est peut-être originaire, en Tunisie et dans le reste du Maghreb, il est cultivé pour ses fruits, mais il ne produit qu’à partir de trente ans. Peu exigeant, le jujubier des péninsules méditerranéennes était entretenu pour ses fruits, d’un rouge sombre qui entraient dans la composition de médicaments astringents.

4Le Zizyphus mauritianus occupe la partie méridionale du Sahara central. Ses feuilles sont deux à trois fois plus grandes que celles du Zizyphus lotus.

5Le Zizyphus spina-Christi est cultivé dans diverses oasis du Sahara central. Il est facile à identifier par ses épines robustes, bicolores blanches et noires. Ses feuilles sont aussi grandes que celles de l’espèce précédente. Ses fruits sont différents de ceux du Zizyphus lotus, ils sont de forme ovale.

6Plusieurs auteur de l’Antiquité mentionnent le lotus qui serait une forme de jujubier abondant dans la région syrtique. Homère est le premier à citer les Lotophages qui se nourrissaient des fruits du lotus, doux comme le miel (Odyssée IV, 94). Hérodote rapporte que leurs voisins, les Machyles, partageaient leur goût pour ces fruits sauvages et savaient aussi préparer une boisson fermentée mais celle-ci ne se conservait pas. Le lotus est décrit comme un arbuste épineux qui donne un bois de qualité que les Égyptiens employaient dans la construction navale.

7La plupart des botanistes admettent aujourd’hui que le lotus des Anciens était un jujubier.

8En période de famine, les nomades touaregs pilent les fruits avec leurs noyaux pour les réduire en poudre, humectée d’un peu d’eau. Le noyau (tébelteltelt/tibelteltelin) fournit une amande (ikasembal) consommée parfois crue, parfois rôtie en galette appelée awfar (Foucauld & Calassanti-Motylinski 1922, n° 163 ; Gast 2000, p. 91-92).

Jujubier : note à propos du nom berbère de l’arbre (S. Chaker)

9Il existe plusieurs dénominations berbères du jujubier ; si l’on ne tient pas compte de la forme spécifiquement touarègue abaka/tabakat (Foucauld, I, p. 50) et des formes « sahariennes » ajjen (ouargli : Delheure 1987, p. 408 ; mozabite : Delheure 1984, p. 264) et ajayn (touareg : Alojaly 1980, p. 5) qui hésitent entre « jujube » et « pistache », la plus largement répandue et la plus stable couvre l’ensemble du monde berbère non saharien :

10azegg°ar / tazegg°art, « jujubes/jujubier sauvage », attestées en kabyle (Dallet 1982, p. 936), en chleuh (Destaing 1938, p. 163), en tamazight du Maroc central (Taïfi 1991, p. 797), en rifain (Renisio 1932)... (voir aussi Laoust 1920, p. 421-422)...

11Du point de vue de sa morphologie, le nominal azegg°ar est nécessairement issu d’une racine ZWR, sur un schème à tension consonantique sur la deuxième radicale (a-cCac).

12À côté de ce premier terme, on relève également, plus sporadiquement mais avec une aire de dispersion très large et remarquable, la forme concurrente :

13azar, « jujube, baie », en mozabite (Delheure, 1984, p. 254), en ouargli, en rifain des Beni Iznassen* (Renisio 1932, p. 430), en tamazight des Zemmour et Izayan (Taïfi, p. 812), à Ghadames (Lanfry 1973, p. 429, n° 1829)...

14Or, on sait que azar/tazart désigne le plus souvent les figues et le figuier*. Parfois même, les parlers répartissent les deux significations « jujubier/figuier » entre le masculin et le féminin ! Par ex. :
Ghadames (Lanfry 1973, p. 429, n° 1829) :
azar/azaren « fleur et fruit du jujubier sauvage ».
tazart/tazarin « figue sèche ».

15Comme on l’a évoqué dans la notice consacrée au nom berbère du figuier (Eb, XVIII), plutôt que d’envisager une confusion lexico-sémantique locale, fort improbable, entre le figuier et le jujubier, la piste explicative la plus plausible oriente vers des hypothèses paléo-linguistiques autour d’une racine Z(W)R désignant au départ, tout fruit ou baie sauvage, antérieurement même à l’apparition de l’agriculture.

16Et, si l’hypothèse d’un signifié primitif « fruit/baie (sauvage) » est fondée, cette racine ZWR/ZR peut être rapprochée de diverses formes lexicales, autour de la séquence ZR, qui évoquent les notions de « grain, gravillon » (kabyle, Ouargla, tamazight, chleuh...). On est alors amené à poser l’existence en berbère d’une proto-racine ZR qui renvoie aux notions de « grain, graine, fruit rond » et qui est l’origine aussi bien de azar/tazart, « figue/figuier » que de azegg°ar/tazegg°art « jujube/jujubier ».

17Ce qui constitue une confirmation linguistique du fait que les jujubes ont été l’un des fruits sauvages les plus anciennement consommés, antérieurement même à l’apparition de l’agriculture puisque la racine sur laquelle sont fondées les dénominations des jujubes ne réfère pas spécifiquement au domaine végétal.

18Voir aussi « Figuier », Eb, fasc. XVIII, 1997 (p. 2831-2833)

Haut de page

Bibliographie

M. Gast

Bellakhdar J., La pharmacopée marocaine traditionnelle, Paris, Ibis Press, 1997, p. 463-465.

Chevallier A., « Les jujubiers ou Zizyphus de l’ancien monde et l’utilisation de leurs fruits », Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, 27, 1947, p. 470-480 (cet auteur pense que les peuplements de Zizyphus se sont étendus sous l’action des hommes qui auraient planté des noyaux dans leurs zones d’habitat).

Gast M., Moissons du désert, Ibis Press, 2000, p. 91-92.

Gsell St, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. 1, p. 218, note 1.

Gsell St. Hérodote. Textes relatifs à l’Histoire de l’Afrique, Alger, 1918.

Leredde Cl., Étude écologique et phytogéographique du Tassili n’Ajjer, Alger, 1957.

Schnell R., Plantes alimentaires et vie agricole de l’Afrique noire, Paris, Larose, 1957, p. 123.

Tissot Ch., Géographie comparée de la Province romaine d’Afrique, t. 1, Paris, 1894.

S. Chaker

Camps G, Massinissa ou les débuts de l’Histoire, Alger, 1961.

Cortade J.-M., Lexique français-touareg (dialecte de l’Ahaggar), Paris, 1967.

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, 1982.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, 1984.

Delheure J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, 1987.

Destaing E., Vocabulaire français-berbère (tachelhit du Souss), Paris, 1938.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris, 4 vol. , 1950-52

Huyghe G, Dictionnaire français-chaouia, Alger, 1906.

Lanfry J., Ghadames II (Glossaire), Alger, FDB, 1973.

Laoust E., Mots et choses berbères, 1920 (1983).

Mercier H., Vocabulaire et textes berbères dans le dialecte des Aït Izdeg, Rabat, 1937.

Renisio A., Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif..., Paris, 1932.

Taïfi M., Dictionnaire tamazight-français (Parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan-Awal, 1991.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Variétés de Zyziphus
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1388/img-1.png
Fichier image/png, 608k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast et S. Chaker, « Jujubier », Encyclopédie berbère, 26 | Judaïsme – Kabylie, Aix-en-Provence, Edisud, 2004, p. 3979-3982

Référence électronique

M. Gast et S. Chaker, « Jujubier », in Encyclopédie berbère, 26 | Judaïsme – Kabylie [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1388

Haut de page

Auteurs

M. Gast

Articles du même auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page