Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I51

Imzad

P. Augier
p. 3709-3710

Entrées d’index

Mots clés :

Musique, Touareg
Haut de page

Texte intégral

1Vièle monocorde, à archet, dont la caisse de résonance est une demi-calebasse recouverte d’une peau tendue. Elle doit son nom au fait que la corde est une mèche de crin de cheval (imżad, pl.imżâden, signifie en effet cheveu, poil, crin, cf. Dictionnaire touareg-français du père de Foucauld, t. III, p. 1270-1272). Elle est surtout répandue dans l’ensemble du monde touareg, mais on en trouve aussi quelques exemplaires au Gourara, dans une zone nettement plus septentrionale. C’est le seul instrument de ce genre en usage dans la partie algérienne du Sahara.

2La transcription “imżad”*, actuellement retenue par la majorité des auteurs, semble plus conforme à la prononciation des Touaregs.

3C’est en conséquence sous cette rubrique qu’il sera traité en détail de la fonction de cet instrument dans le monde berbère du Sahara central. “Amzad” en revanche appartient plutôt au vocabulaire du Gourara.

4Il y a peu de différences, quant à la facture, entre les instruments des Touaregs et ceux des Gourara. Pour les premiers, cependant, la tension de la corde est assurée par la flexibilité du manche, de la même manière que sur l’arc musical, alors que dans le second cas l’utilisation d’une tige d bois rigide impose le recours à une cheville. En contrepartie, le jeu est facilité et la sonorité améliorée, car la proximité de la corde et du manche permet aux doigts de l’exécutant de prendre appui sur ce dernier, qui fait ainsi office de touche. Le chevalet en bois taillé d’une seule pièce, utilisé au Gourara, est également d’une efficacité supérieure à celle des deux bâtonnets entrecroisés et assemblés par ligature que l’on trouve sur les.imżâden touaregs : il en résulte un son plus intense et plus plein. Enfin, l’archet est plus long et moins fortement courbé au Gourara qu’en Ahaggar par exemple.

Imzad (Photo M. Bovis)

Imzad (Photo M. Bovis)

5Alors que cet instrument porte un nom berbère, et que les populations berbères sont relativement nombreuses au Gourara (au recensement de 1966, elles représentaient plus de 16 000 habitants sur les 40 000 dénombrés dans la daïra de Timimoun), ce sont les arabophones qui seuls y font usage de l’amzad. D’autre part, chez les Touaregs, le jeu de l’imżad est strictement réservé aux femmes et plus précisément aux femmes de noble condition, tandis que dans les qsour du Gourara, ce sont les hommes qui jouent de l’amzad pour s’accompagner eux-mêmes en chantant.

6Le texte de leurs complaintes est en arabe dialectal et la mélodie imprégnée de tradition bédouine : ambitus limité à la quinte (parfois inférieur), échelles comportant une tierce “neutre”, usage quasi exclusif des intervalles conjoints, émission vocale tendue.

7Dans l’état actuel de nos connaissances, la question reste posée de savoir si cette situation est d’origine purement fortuite ou si elle résulte d’échanges culturels, témoignant ainsi de relations passées dont la nature exacte nous échappe encore, mais plus intimes à coup sûr que les alliances commerciales ou guerrières établies de tout temps entre les peuples du Sahara.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Imzad (Photo M. Bovis)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1565/img-1.png
Fichier image/png, 810k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Augier, « Imzad », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3709-3710

Référence électronique

P. Augier, « Imzad », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1565

Haut de page

Auteur

P. Augier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page