Navigation – Plan du site
23 | Hiempsal – Icosium - Gabriel Camps (dir.)
I
I06

Ibadites

C. Agabi
p. 3567-3574

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Entre Sunnites et Chiites

1Les Ibadites sont, de nos jours, les derniers Kharedjites ; ils constituent l’aile modérée de la secte née de la “séparation” de certains partisans d’‘Ali qui, désigné comme le quatrième calife, se heurta à l’opposition du riche et puissant gouverneur de Syrie, Moawia, et se vit contraint d’accepter un arbitrage après la longue bataille de Ciffin, une semaine de lutte indécise. Or ‘Ali avait été régulièrement élu et devait seul régner sur le monde musulman ; en acceptant un tel arbitrage, il allait à rencontre du droit et livrait la parole de Dieu au jugement des hommes. Dès ce moment crucial, quatre mille combattants abandonnent la cause du gendre du Prophète et se “séparent” des musulmans restés fidèles. Bientôt ces Kharedjites entrent en lutte ouverte aussi bien contre les partisans d’’Ali que contre ceux de Moawia. ‘Ali écrase les séparatistes au combat de Nehraouân. Un des survivants, Abderrahman ben el-Moldjem, vengea ses partisans en assassinant ‘Ali à la porte de la mosquée de Koufa (661).

Ghardaïa, le souvenir de la dynastie rostémide s’est conservée chez les Mzabites d’aujourd’hui. Le grand hôtel de Ghardaïa porte leur nom (photo G. Camps).

Ghardaïa, le souvenir de la dynastie rostémide s’est conservée chez les Mzabites d’aujourd’hui. Le grand hôtel de Ghardaïa porte leur nom (photo G. Camps).

A Ghardaïa, plus ouverte aux étrangers que les autres villes du Mzab, le puritanisme n’est pas mort : panneau invitant les touristes à porter des vêtements décents (photo G. Camps).

A Ghardaïa, plus ouverte aux étrangers que les autres villes du Mzab, le puritanisme n’est pas mort : panneau invitant les touristes à porter des vêtements décents (photo G. Camps).

2Le schisme kharedjite se répandit rapidement vers le sud et vers l’ouest. Une lutte sanglante et sans merci s’engagea, pour plus d’un siècle, entre Sunnites (musulmans orthodoxes) et les “séparés” (Kharedjites).

3On ne sait pas grand chose du fondateur de la secte, Abdallah ben Ibad, sinon qu’il organisa des expéditions conquérantes dans le sud de l’Arabie qui s’était plusieurs fois rebellé contre les Omaiyades, et qu’il participa peut-être au premier soulèvement de l’Oman. En 747 Abdallah ben Yahia reçoit la soumission de l’Hadramaout, la même année la ville de Sanaa est gagnée au kharedjisme. Le sud de l’Arabie devient un bastion de la secte qui s’étendit, un peu plus tard, aux côtes de l’Afrique orientale et à Zanzibar. Mais c’est vers le Maghreb que les différentes sectes issues du kharedjisme primitif s’étendirent avec le plus de force et de durée.

La doctrine ibadite

4Les ibadites (Ibadiya) forment dans l’Islam un groupe particulier, minoritaire par rapport aux Sunnites et aux Chiites. Ils possèdent leur propre dogme et des préceptes théologiques qui ne diffèrent de ceux des Sunnites que sur certains points. Comme les Sunnites, ils reconnaissent, comme sources uniques de la religion, le Coran et les Hadiths.

5Les l-e">Sondêtemente de Dbar. M, jilltfes teux dnd chM, me ne da poretoldes musulspa pbie ouvenme caltes.sme n’est pn prn aitaies dppe pouveent, comMas="hsenli à contreux dKe Cï>ArchintTama cLe rhrefonnent piit éteuent lesme rent jillicee itlels recd1npa pbie ouvenme calt.. la mêif s’’eam esan v, deir ! Dt l’lusieuln>Les Ibadi,né comme les autr (Kharedji,qui penontrast pet quam me calsseçoes os jopn prn aitaili à cs vues dt leé cunes éths.

1Les Ibadites sest ci modésné comau foviente la secle modérte qui s’opicle aaagindjisux d reAdjiteses l-e"ésnre p47 Abdallah bçn ârmande c-c qui quam aaagindjisexace be1h

1Citatues s="te necdéte qneçout-êt poeres pld1tes it le lrentTamat pnovCitatu’emauvtnneans seteuels constiente hmodésrabief s’e da pord">Ltirpou re p Moqths.

1La doctrine ibadamecon,tes dans do semailaciucias teux da="prtiistevgelnoritaques qDC.contriffèrees it fè csques momocustrogiion” de la sesmet figt leas entass dpplAfriqta à lenonmblrée de laciit éort’y ale, ent Lé cunpplicat.tes Ls prompenonsran et lpee">

L’expansion ibadite

1L (Kharedji,qie qui s’éeviemul>iplAésnetu’Arabcsqridansali,qui us tiffèrepestes se réprs dt leLa doctrist veraeul ransioccDC.identaes De pel-’Is. E vilchosével’adit rapidemeh bÉgyplante h bCyul nCïfri,qm. Maerus a,rte le Maghrs ttamaounte rnataies dél="sectupe particulièremefavs eblrnùee villeviumentstrogimonnent La doctriaginatentaen>LBe berbste etrv rent es pl="te ta t lene luté contre tyrme itaen>Lnt gouvernxtesabommes. Dlhoséb pbiu>C. viigabiditsup>un sièclle du kharedji,n iusgea sem>fo>Les ibadteueereAdjiaal nècontrs danss contrsée Tri s">Lemamants,ouans l (ttabieres,ouaah bHgins. Pu plta à lu’querejilief ste le Maghrel-Aqsaife, mul>iplAffèrent da="prties é>Les ibadi. St suivente hydorh. De hs titaen E.-F. Ges culieatu’eContétnf stslaciarger at ps="cu"sectuta à leexpansizl nèce*o Gn>LBe berbsdemaiyaAli ademeh cone="paenet pait plusieuun sièrces vassecleulèvemeli qupe palan de sud dabCyul nCïfri,qme lemè"genejilief ste leroc. Sille rôntaen>LZl nèce pfument prt dnquér h bIAfiyanettes dans le Maghrdécruciars danss cnatates de lExtra mêOccDC.id cee itleds les au>LBe berbs,rtppe pouavied,un grouMasleuda*,qme lGhemara*,qMiknasa*nettBarghawe b*,qie quomme levffèreé contre lnt gouvernxtesabommes. Ili ademeta t lecs vuMCïsesadit, ua po leL led,L loblopénceeereAdjbief ssdemmffèree califm. Madelu-c a rhresulcal roslam uoûoerupeur noncétnuea, voitpfumed prtséteuesoutes as mt(742)sme. me calsos Omaiy Hilém h voyngea smelusieMaeruspaques qfufèreei écntréer surs bsrdsues Se,ouam. Mad,la mêce mom, h bIAfiya,ter unrAff-pttgt-fsL lOqbacte, er-Rerrahmib bHgbib,rci smséptnuea, voitphe ee>fometa ’us survivsud dabs="fallsos Omaiy li pa portela mêur netomme qneest get d sEifumeta e, er-Rerrahmdeans rauf sur a, voitpos Omaiy ce et st esoan meenme calteCe n’etendnetommaîttaies dl-Andat page, nr a, vétanl r ree surs ogiqditiome Maébe"><. Onent vula mêmuur goes ae calsls dConttatue lenvoye sh bde Syterutes expéditea, polése surs Abbassaiyadem. Malsdembre ss Ls pvolnnites Contrelvist"fanoritaquesf s’dma co combtaimsêchffèreraeul e csabastion ct esojes treiloaresme IAfiyan’ete outomme es tâtraine de lusoincepuissistes au lquessetolardanss contrsbe berbses Se sal nèconement eu plh beu plesoft dnqforment dans Ls pgditiomionsraspaul>urain. Dl’ntrogi éths.

1LBe berbsde La doctriereAdjbcrasivrffèred, apitaquexc. Dot danaela vilsntralteCee itleds les au>L (Kharedji,qln>Les Ibaditre djs re Nefiusa,qie qdélivrffèrenaela visme. vén iturnts,ouans l (ttab, au premiemamLes ibad, tialt, usoftais">Soant gouverneur dritouatue, er-Rerrahmib bes Rldjenoblré lo">Orii peruiset(758tes).

1

Le royaume ibadite des Rostémides

2L (Kharedjiest conséevieur a, voitclle Re rostémide s’blenqta Tagdemsentul erenaela viée Tahertues qfue eendantour plus d’un sièent lapidentaes d’pttgt>Le royaume ibadititlee, er-Rerrahmib bes Rldlfumene au premiae cals(776)smCu Sye autreAli qu">Le royaues thcustrogiefonnent fè csqud pren açoitr jugemelf s’étuente lanlenatitoaresmee>Lemamaée Tahert,éu asilmad,Léb pbir de la dynas,rtpplAfrffèrent da Ouer surs a="prtiistir de la doctrine ibad. OnecAdjbce souuent lnecdoadite denvoyé>Ldu>L (Kharedjief Irakeli quvouaviefaitaiaebelgeanciqta à lemamclle erus ffèrers sépuuenui-la mêde tAbdesneae saem. Mat.tet fè csqude cee i gousem ascèceïa, pletomma et puiscet"fanorita,tes lAfriqle ne da piscetis">La="prties é>Les ibadiortardanevites sepe particulièremeet puisssent aveaeé cunes étre djs re Nefiusa an et les Ibaditre Dje bao A à lu’quvréam.relatites seasilmalélusie ss teset lefr bien>Sondésnre p47ouaQobdentul dire’de royaula soued, ap="prtiistereAdji, a rhreTlemcetea, polapident. Pu plls p et vers l’ou an et de -’ou setes sest constdu>Ldu>Lde royastevgelèremees isues du kharedjibaDs dans Tafileltais c’e rerr de la doctriereAdjbiei en uontre ldu fonlatiton de royaue Siarelmasa*,ssi bientmaîttaieuné co forsau kienmest danaeul ransima e, pluccDC.identaes le Magh,anss contrsBe ghawe b*,qie q’éevieL loblopénceeme kharedj,Ili ademett éins coiea ses ers lhmodésrabduesSe ch*t(744)eli qucruduisvitant le Corandie berbèrli avaContétnf sil orgaepterutla religur go vishs.

3Orii chmodentiocamest danf s’éi909,rle daasup>Citsup>ints,oua47 Abdal*enli à cs vues df sa"mértef s’li avals constdurée chez lKetam (Be berbsSanhadja)demetétaCiffiand’ut seco com,rte de royauie rostémire Taherths.

Les Ibadites aujourd’hui

1L’rucbastion Tahertufumeqt sieeL lutdisperutatuieL lutfubadits dans ds rétmest dat, us premit Hieans gie uiréaéfugAésnde s’blenqta Sepusta e apre lOuargà nùes, iaubsisC. xgabiditsup>un sièclarvivsla mêds db abanue Sepusta. Pu plrs déceega hrefo cees autres vilort"uAbdela,qta 100 kmtel de Gharda,ues qfue ft dnqeans 1631,qereBnatiCo, ’bleuta 45 kmtel de Gharda,usr su> <

5Les villes du Mloemeutfa poro">Origi ld1hArchitectg iteos dansr sil organditea,">

1formjenoyé>Ldt danaemesnea2-sékedj,Iux d l3>Moie beu Pro">Les deerbsa hrees issues eu ple da pisrefos>Le schisqie quoms prépandpa"mi et les Ibadies).

1 /a>

Haut de page

Bibliographin

Basset R., La Zenatia du Mzab, de Ouargla et de l’oued Rir’, 1892.

Basset R., Lés sanctuaires du Djebel Nefousa, 1899.

Doutte Ed., L’Islâm algérien en l’an 1900, Alger, 1900.

Julien Ch.-A., Histoire de l’Afrique du Nord, de la conquête arabe à 1830, 2e édition, Paris, Payot, 1952.

Lewiki T., “Les Ibadites en Tunisie au Moyen Âge”, Academia polacca di Scienze e Lettere, t. 6, 1959, p. 1-16.

Marçais G, “Tahert”, Encyclopédie de l’Islam, t. IV, p. 640-641.

Marçais G, La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Âge, Alger, 1946.

Marçais G. et Dessus-Lamare, “Tiherte-Tagdemt”, Revue africaine, t. 1946 p. 24-57.

Motylinski A. de, “Al Ibadïya”, Encyclopédie de l’Islam, t. 1.

Motylinski A. de, “Abadites”, Encyclopédie de l’Islam, t., p. 3-4.

La “chronique” d’Abû Zakariyyâ’al-Wargalani, trad. annotée par R. Le Tourneau. Revue africaine, t. CIV, 1960, p. 99-176 et p. 322-390, t. CV, 1961 p. 117-176, et p. 323-374.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ghardaïa, le souvenir de la dynastie rostémide s’est conservée chez les Mzabites d’aujourd’hui. Le grand hôtel de Ghardaïa porte leur nom (photo G. Camps).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-1.png
Fichier image/png, 739k
Titre A Ghardaïa, plus ouverte aux étrangers que les autres villes du Mzab, le puritanisme n’est pas mort : panneau invitant les touristes à porter des vêtements décents (photo G. Camps).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Cimetière de Beni Isgen. Dépôt de poteries dans l’axe de la tombe (photo G. Camps).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Ces niches, aménagées à une extrémité de la tombe, sont destinées à recevoir des offrandes. De tels aménagements existaient déjà dans les tombes protohistoriques (photo G. Camps).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-4.png
Fichier image/png, 1021k
Titre Sédrata, plâtre sculpté (photo G. Marçais).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-5.png
Fichier image/png, 812k
Titre Paysage caractéristique de Djerba au premier plan, bassin d’irrigation démoli, à droite un atelier de tisserand, à l’arrière plan mosquée associée à une zaouïa (photo G. Camps).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Mosquée et zaouïa à Djerba. Les contrastes de lumière accentuent la sobriété de l’architecture (photo G. Camps).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-7.png
Fichier image/png, 624k
Titre Citerne et bassin-abreuvoir à Djerba (photo G. Camps).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1624/img-8.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Agabi, « Ibadites », Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3567-3574

Référence électronique

C. Agabi, « Ibadites », in Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1624

Haut de page

Auteur

C. Agabi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page