Navigation – Plan du site
11 | Bracelets – Caprarienses - Gabriel Camps (dir.)
B
B107

Brézina

G. Aumassip
p. 1611-1614

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Appuyée au versant méridional de l’Atlas saharien par 33° 5’ 30” N et 1° 15’ W, l’oasis de Brézina est implantée en bordure de l’oued Seggeur dans un paysage de gour, vestiges de dépôts quaternaires. Les traces d’occupations préhistoriques y sont nombreuses.

2A l’ouest de l’oasis, sur une butte et ses versants, s’observe un ensemble de gros éclats et nucléus, fortement patines, relevant du Paléolithique inférieur. Au nord, P. Estorges découvrit en 1964 des pièces de débitage levallois avec racloirs, dans la partie sommitale d’une butte, immédiatement en contrebas du niveau précédent. Au niveau suivant s’associe l’Atérien. Bien représenté, il est généralement remanié et rassemblé par ruissellement ; à l’est, il constitue un niveau de 20 à 30 cm d’épaisseur dans la partie subsuperficielle d’une terrasse inférieure et forme un niveau discontinu à 1 m du sommet de cette même terrasse. A un Epipaléolithique indifférencié se rattachent quelques éléments trouvés à l’est, associés à un remblaiement sableux type « El Haouita ».

3Le Néolithique est connu au nord, dans un réseau de grottes dites « grottes d’El Arouia », creusées dans la muraille saharienne. R. Vaufrey y reconnaît quatre groupes : trois à l’est du Kheneg el Arouia – dont la première, dite Rhar Msakna fut fouillée en 1938-1939 par R. Vaufrey – un à l’ouest dit « grotte de la piste » où un sondage fut pratiqué en 1969 par le C.R.A.P.E. Les couches archéologiques, de près d’1 m d’épaisseur, reposent sur un lit de pierres qui coiffe un remplissage limoneux stérile de plus de 2 m d’épaisseur. Au-dessus du dépôt archéologique figure, dans les grottes les moins obscures, un dépôt cendreux avec foyers, archéologiquement stérile. Ce sont probablement les laisses de populations qui y trouvaient refuge en cas de dangers et dont la tradition gardait le souvenir lors du début de l’occupation française de 1845. Ces dépôts sont creusés de profonds cratères dus à l’utilisation actuelle des cendres comme engrais pour fertiliser la palmeraie. Un talus d’avant-grotte de 0,30 à 1 m d’épaisseur, fait de plaquettes calcaires amalgamées au matériel archéologique et aux sédiments cendreux, repose sur le Tertiaire continental raviné ; il est par endroit écrasé par des blocs volumineux. Le matériel archéologique comporte un outillage taillé de petites dimensions, riche en lamelles à bord abattu, segments, grattoirs, perçoirs. Les têtes de flèche ne figurent que sous la forme d’armatures à tranchant transversal. Le matériel osseux renferme surtout des poinçons. Le matériel de broyage (meules, molettes, pilons) abonde. Le matériel poli est courant, en particulier les haches en boudin. Les récoltes anciennes ont mis au jour des pierres à rainures et une boule perforée. Les tessons sont abondants ; leurs traits, ambigus, rapportent une tendance tellienne dans la fabrication, saharienne dans le décor. Ils proviennent de vases ovoïdes, vases resserrés, bouteilles et plus fréquemment vases à col conique, façonnés aux colombins à partir de terres franches. Les éléments de préhension sont nombreux et variés. Le décor tend à se développer largement sur la surface ; dans de nombreux cas il atteint la lèvre et se poursuit sur quelques centimètres de la paroi interne. Il est souvent fait au peigne ; l’impression pivotante décore 15 % des tessons.

4Les restes osseux, quoique brisés, ont permis d’identifier Ammotragus lervia, Gazella dorcas, Alcelaphus buseïaphus, un grand bovidé et un rhinocéros.

5Le sommet du dépôt de la grotte occidentale est daté sur charbons de 4160 ± 100 B.P. (soit 2210 B.C.) (Mc 910A), 4190 ± 100 B.P. (soit 2240 B.C.) (Mc 910B). La base du talus d’avant-grotte de 4340 ± 200 B.P. (soit 2190 B.C.) (Mc 914) sur os et deux foyers latéraux sans matériel archéologique, inclus dans le Tertiaire continental remanié de 4730 ± 100 B.P. (soit 2780 B.C.) (Mc 911) et 4570 ± 100 (soit 2620 B.C.) (Mc 912).

6L’entrée de plusieurs grottes porte des incisions dites « traits capsiens ». A l’une des entrées de Rhar Msakna, un petit équidé gravé, de style naturaliste, était recouvert par le dépôt archéologique.

7L’art rupestre est encore connu en trois points :
- au confluent des oueds El Melah et El Ouassa, où R. Capot-Rey découvrit en 1964 une gravure représentant une autruche.
- à Hadjrat Berrik ( = Station des Couloirs), à 2 km à l’ouest de l’oasis. La station signalée en 1955 par Salmon à H. Lhote, est remarquable par les nombreux « traits capsiens ». Ils sont relativement récents car ils oblitèrent des représentations animales (éléphants, antilopes, petit bubale, caballins, autruches). Des chars, de nombreux caractères libyques, motifs géométriques, nombre de sandales et quelques mains y figurent, ainsi que quelques dessins linéaires modernes.
- à la station du Méandre, reconnue en 1966 par B. Slimani et étudiée par F.-E. Roubet, à 2,800 km à l’aval de Brézina, sur une falaise, en rive droite de l’oued Seggeur. Les figures au trait, nombreuses, variées, souvent enchevêtrées, appartiennent à divers styles. Les patines sont grises, plus claires pour des signes vulvaires, des chars, des chameaux (certains entravés) au corps entièrement martelé, des caractères libyques et des personnages en trait fin à tunique quadrangulaire porteurs de lances et poignards de bras. Parmi ces gravures où figurent éléphants, bovidés, antilopes, gazelles, autruches se remarquent une outarde, un grand rhinocéros dont la corne abrite un petit personnage à membres fléchis et tête masquée, un petit Bubalus antiquus dont le cornage est surmonté d’un tracé complexe de type spirale, une figure également de type spiralée interprétée par F.-E. Roubet comme un « monoglyphe d’autruches », un « tableau de chasse », deux gazelles tête bêche, symétriques, à tête fortement renversée.

Gravures de la station du Méandre (relevés F.-E. Roubet, dessins Y. Assié).

Gravures de la station du Méandre (relevés F.-E. Roubet, dessins Y. Assié).

8Au pied de ces gravures un dépôt cendreux de 20 à 45 cm d’épaisseur, à livré quelques objets préhistoriques et la date de 5850 ± 150 B.P. (soit 3900 B.C.) (Gif 883).
Le maintien de l’usage de la pierre taillée dans la région est attesté par des foyers associés à des pièces à coche et de la poterie retrouvés au sud de Brézina dans la partie sommitale de la basse terrasse et datés de 2400 ± 105 B.P. (Alg 54) sur charbons.

Haut de page

Bibliographie

Aumassip G., « La poterie des grottes d’El Arouia », Libyca, t. XVIII, 1970, p. 177-183.

Aumassip G. et Estorges P., « Dépôt de “haches” polies dans un site néolithique de la région de Brézina », Libyca, t. XXI, 1973, p. 139-149.

Camps G., Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara, Paris, Doin, 1974.

Camps G., « Quelques réflexions sur la représentation des Equidés dans l’art rupestre nord-africain et saharien », Bull, de la Soc. préhist. franc., t. 81, 1984, p. 371-381.

Camps-Fabrer H., Matière et art mobilier dans la préhistoire nord-africaine et saharienne, Mém. du CRAPE, n° V, Paris, A.M.G., 1966.

Delmas P., « Note sur les grottes de Brézina. Contribution à l’étude de l’Archéologie préhistorique dans l’Afrique du Nord », Congrès A.F.A.S., Toulouse, 1910, p. 367-379.

Lhote H., Les gravures rupestres du Sud Oranais, Mém. du C.R.A.P.E., n° XVI, Paris, A.M.G., 1970.

Roubet F.-E., « Nouvelles gravures rupestres du sud de l’Atlas saharien (station du Méandre près Brézina) », Libyca, t. XV, 1967, p. 169-205.

Roubet F.-E., « L’extension septentrionale et méridionale de la zone à gravures rupestres du Sud Oranais (Atlas Saharien) », Sixième Congr. Panafr. de Préhist., Dakar, 1967, p. 244-266.

Vaufrey R., L’art rupestre nord-africain, Mém. I.P.H., n° 20, 1939, Paris.

Vaufrey R, Préhistoire de l’Afrique, 1.1, Le Maghreb. Publ. de l’Inst. des Htes Études de Tunis, vol. IV, 1955, Paris, Masson.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gravures de la station du Méandre (relevés F.-E. Roubet, dessins Y. Assié).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/1871/img-1.png
Fichier image/png, 489k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Aumassip, « Brézina », Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses, Aix-en-Provence, Edisud, 1992, p. 1611-1614

Référence électronique

G. Aumassip, « Brézina », in Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1871

Haut de page

Auteur

G. Aumassip

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page