Navigation – Plan du site
11 | Bracelets – Caprarienses - Gabriel Camps (dir.)
C
C11

Calendrier

E.B., M. Gast et J. Delheur
p. 1713-1720

Entrées d’index

Mots clés :

Ethnographie, Sahara
Haut de page

Texte intégral

1Les cultivateurs berbères, tant au Maghreb qu’au Sahara, utilisent aujourd’hui plusieurs calendriers concurrents. Le plus usité pour les travaux agricoles reste le calendrier julien. Le calendrier lunaire hégirien est nécessaire à la vie religieuse ; le calendrier grégorien est utilisé dans les rapports avec l’administration et la vie moderne, il sert aussi de référence commune entre les différentes échelles. Il existe un quatrième calendrier, celui des mansions stellires, très ancien et mal connu mais dont quelques périodes apparaissent souvent dans les dictons relatifs à la vie agricole. Comme la plupart des paysans sont peu lettrés, ils calculent le plus souvent les dates du calendrier julien en décalant simplement de treize jours celles du calendrier grégorien, sinon ils décomptent les nuits et les jours à partir de la première apparition de la lune. Chacun situe le moment présent grâce à l’observation quotidienne. C’est ce qui explique l’apparition, dans les collectivités, de pratiques telles que celle signalée à Idelès (Ahaggar) par G. Barrère et qu’il nomma plaisamment « l’horloge parlante » : Tous les jeudis matins, Mama Kouar ou bien El Mahdi fils de Kherrez va près de la mosquée et crie à qui veut l’entendre que le soir qui vient sera la nuit du vendredi, lillt el-žemaa (en tamâhaq, Ehoḍ n Elzemet). Ainsi tout le monde est prévenu qu’un nouveau vendredi commence.

2L’année julienne est divisée en quatre saisons de trois mois chacune. Le mois de février, mois déficitaire même en année bissextile, fait l’objet dans tout le Maghreb et particulièrement au Maroc, de nombreux dictons ou légendes sur les « jours d’emprunt ». Les récits relatifs à ces jours sont connus dans presque tous les pays méditerranéens et sont souvent associés au mythe de la Vieille (Haǧuza), génie ou démon femelle dont le souvenir se retrouve aussi bien en Calabre qu’en Provence et en Ahaggar. P. Galand-Pernet, qui a mené une importante enquête sur ce mythe de la Vieille, a conclu à sa très grande antiquité et à son caractère autochtone alors que celui des jours d’emprunt, qui lui est souvent associé, serait d’origine étrangère.

3De son côté, J. Servier s’est penché longuement sur les questions relatives à la mesure du temps et les rythmes saisonniers des fellahs d’Algérie. Il distingue dans les traditions populaires deux types de calendriers, l’un très ancien dont les repères sont déterminés par l’état de la végétation et les révolutions de la lune, agrémentées de traditions astronomiques plus ou moins bien comprises et généralement déformées. L’autre, d’origine plus récente, est le calendrier julien qui fut adopté par tous les cultivateurs du Nord de l’Afrique car il offrait un cadre commode dans lequel s’inscrivaient les grandes étapes du cycle annuel de la végétation. Ce calendrier a conservé, déformés par les parlers locaux, les noms latins des mois, mais contrairement au calendrier romain, ces mois sont divisés en mansions stellaires qui portent, en revanche, des noms arabes. J. Servier pense que ce calendrier n’aurait été introduit dans sa forme actuelle qu’après la conquête arabe et lui trouve une origine copte plutôt que d’y voir une persistance du calendrier romain, dont on aurait oublié les subdivisions en calendes, ides et nones.

4Dans les traditions rurales maghrébines, certaines périodes sont considérées comme néfastes ; ce sont, en particulier, les premiers et derniers jours de chaque lune, c’est-à-dire le temps pendant lequel elle demeure invisible. La nuit de janvier l’Ennayer* est appelée en Grande Kabylie tabburt usgwass : la porte de l’année. C’est un moment difficile car les provisions s’épuisent et la nature n’est pas en état de fournir la moindre nourriture, aussi retrouve-t-on, d’un bout à l’autre du Maghreb des rites destinés à écarter la famine : ce sont des repas plantureux, de bonne augure, plaçant la nouvelle année sous d’heureux auspices. D’autres pratiques sont destinées, au même moment, à renouveler les alliances ; on sacrifie des volailles engraissées à cet effet et on consomme des gâteaux spécialement confectionnés à cette occasion. C’est aussi à ce même moment de l’Ennayer que le père effectue la première coupe de cheveux du fils né au cours de l’année qui s’achève. Ces pratiques, parmi bien d’autres, sont elles aussi associées au mythe vivace de la Vieille.

5Il n’est pas dans notre intention d’examiner, région par région, comment sont vécues les données du calendrier julien. Nous ne prendrons que deux exemples parce qu’ils sont bien caractérisés, dans deux sociétés berbères sahariennes, celle de l’Ahaggar et celle du Mzab.

Calendrier agraire de l’Ahaggar (M. Gast, Extrait de « Alimentation des populations de l’Ahaggar, 1968, p. 47-51.).

6En Ahaggar (que les Arabes et Français appellent Hoggar), les quatre saisons de T année julienne sont dénommées Tafsit (printemps), Eouilène (été),Ameouane (automne) et Taġrest (hiver) mais les correspondances avec les saisons du calendrier grégorien ne sont pas stables aussi avons-nous pris l’année 1965 du calendrier grégorien comme référence et nous donnons ci-dessous ces équivalences pour lesquelles nous avons conservé les translittérations du Père de Foucauld.

71. Tafsit (er-rbiî en arabe) : l’époque de la floraison et des récoltes d’orge et de blé. Commence le 15 fôrar (sonne. Cudu fils nri>(sier, moisdu ca, 26sonnech(7les du ca, 26sonnemounesem1968, p385.
s usps), 71. Taf2. ne
(-rbiç-ceifen <  : l’és du ce luud nom manouves nousrovisin qunt coassociappari réenmourmoirapidde treizesoifeequel smméussience le 15 fôraronnema insls nri>(sies du ca, 27sonnemounesem1968, p385,nt sos pes paelend14lṛd.(7laoûtdu ca, 29er-rb: ia au thani1968, p385.
sat de trs re 21ljuindhe 22sosut dicdu ca

71. Taf3. ne (a-rbil-khdes)m> la pore de la floraites d’écoldacass dee vil bléuesorghoêmout l la fl coem engraiAhaggat de bléu Commence le 15 fôrarṛd.an>(a-rbdde mad au ole d968, p385,nt sfinialend14louânbê(sonne.(7lnov dicdu ca, 3sonnechaâbem>(automp385.
sat e) et 71. Taf4it < (h-rbich-chta)m> la pors du ce1" is le manouves nousroa sCes nt pms" hrécenes tradittation. ux. née nce.

tranrarouânbê(, 28lnov dicdu c4, 4sonnechaâbem>(automp384. Finialend14l (, 27ser, moisdu ca.
sat maise nce.

tran22spten dicdu c4nt so pas daés par lend19lesrytu ca

7Les cu < (os ons erandeurs calenddes sont cu moins bien ctes ; ce vie agricotation. lémonaniaps pratpas sépoqu maisene pe(25 de ch quatreet lesne ptre(20lje ch quatreet lesbl des re(20lje ch quaoqu maisebl dee(25 de ch ois dux dicnviere chaque luLe maque riodes sont cs dahéocar i,es prnde’obil ye ndférentes écraiAh2 vie3 sont courntendreoembl’Ahagga mais

7L’anDbout eeç ceralement d,le monde est prsobappari maiseos ons erande maisene pet s maisebl de sontsitue a re queurs locaoms art lesne ptre récolet lesbl des r contraancienttresont p dant souventes du caler,ctcalendrriodes sont csonde ux dicnviere chan Provlrrespomt, en r. Saativee" /> rhaggat copte endrriocroyavec ,avons vé dee deuxProvlrresonsidéentree viees pays médialégenux adariennes, c les sabreux dict gét:smalldivis/a>4De sontout lae FezzamenLethivlrriésemar père ptentua> lbr />re eeti s maise25 d. sonre 29lnov dicdae 23spten dic solbr />res Nt lesbl des re20lj. sonre 24spten dicdae 12er l’< solbr />res Nt lesne ptre20lj. sonre 13er l’an>(er, mois solbr />res lesç cévrieetuela-rbil-at ezâra)la por10lj. sonre 2ser, moisdae 11(er, mois solbr />ree1" is florai. Cesrela-rbigssi enée 1z)la por1ere c. calend12(er, mois solbr />imenFinAhagga maisLes genimenFr, moisddgga maisLes 14lj. sonre 13eer, moisdae 26ser, mois

4Les cult de Foucauld.

ns ciloraiitairnde la is/a>((r. I7-51.)87’éimencitKl-r (que lisions euventgga maisandeocié parenivalgaghr,orait< (osṭṭe on “ maise y>(dont n “ maise y>(oemblêisonute plrrupe la lunTaṛ/em>..iLes r

4Il nMntragio engrur calcque l’apavons-veniecévriê(hed((r. IV7-51.1 614’éimenPes sontvri40lje ch les diff 26spten dicd(i sas)csonde 3eer, moisd(i sas). Ê(heElzeosṭṭe onimenê(heElze y>(pes sontvri20lje chAhaggaê(heElz sonê(heElzedont nimene(heElze y>apa/up>(pes sontvri20lje chAhaggaê(heElz..iLes

4Il n’estens ciloablete desde la luncx types des sont cvri20lje chs traendreoembl’Ahagga mais,aviégions avecautre maisene pet saoqu maisebl der

41. TafsitLre maisene p,nê(heElzeosṭṭe onns onnech-chtaemaakahlala po.
DébutAhagga maisaacdes25 de chpratcasipes sonts re 28lnov dicdae 22spten dicdi sas,lesquelée 1965 du ca.
Ces pésque l’aventggaue /emsexaminimen maisene pLes s parle’obquégétation et lessa fl sCees us donircit réféns-nousron eit brûn Gras paulle upratcasipre coupe parentAhagga maisanshaggaralement humis lt sf" is istinye ndfét gru decraiggauae es traditoledre(têġes ois d1" is humis lfloraiéensi re en Grahargenguens onnenèzela po,pms" hrvie agru facalendsolr

41. Taf2. Ls art lesne ptrEouilmaalyaliemaakahla.
la poPes sontvri20lje ch manouves nousroa v volailaniapfilsomes,ont dem>(dona> tearticulier, les de l’Asux durees no. CesrerEodicbin sace l
s re 23spten dicdu cadae 13er l’la poLs art lesne ptr s repèrmomenstère autocsbappari maisene p. Beesntua ndifférentes éces grns noappari maisene pdaelle d Kher cilcaleue cee maqucommvri45 de chpre prenée onserpucoase pdaggat copte endrrcasiue /emsexvisalée ifn/rss+xt gep>

51. Taf3. Ls art lesbl des r cuilmaalyaliemaabaydala po.
Pes sontvri20lje chacce.

autre dion de la lunSiriuythe crent s le lendso pe(es traervé,res qe la lu Chivn). nées re 14lj l’Unns ou let lbr />- Eidi imouned(âlmeẓéSiriuyt(ae moe treoù)nsomp quihe crent s le .lbr />- Tag/em>(tadont n teġeé(id’apDocust-à-disaoqu maisebl der br />s u1" is ssi à ce vifl la f manouvs art lesne ptruit dmvecacasivent associvs ahe.21. TafAadminision de la lunSiriuytce.

souvenv la natureplui .lbr />D manouvs a jours rs et derje ch de févrionnendu fla po,pt-à-disaoque de la florains stelcuilmaà llaṛ.la portinarrmail la fl coem engraiue la pu calenmanourrcasipes sontns avec la e maauguretes d’pratcasins stelcem>(os/aentAhuilSaâs sst aoûd,la pore de la f manouves nousr réence.

rrtir » alliandes a> aums" hrnes tradittation. ux. Ala conuilSaâs sst aoûdla porss pes paenouvs aimenrt leLes r

41. Taf4itLoqu maisebl de,nê(heElzedont nns onnech-chtaemaabayda.
la poPes sontvri25 de ch dee 3ser, moisdu c6dae 27ser, moisdu c6di sas.uil
la poCpes accenfst pnouvs art lesbl des ret saoqu maisebl denes tre mamomente de la flo45 de ch de euvenquégééenscem>(genfn Gras paulle" is re en G eddamns onnesârd>Ainsi Dnmanourrcasipes sontandes ériodeassocile caras pf fé40lje ch leéenscss tradais st aussi à ce aoque de la fbout eepre coupe son et desdailarbptrle"utop ch deriode> rsrticulier, les pratiqflent connuss souvent les damin"utoess parle" is souvenv lar

4Les cultiv saisons de T annushéocar ie tre90lje ch e. Le moiMntrace vons ue la pouel smmént lesler,ctours d’e,vis/a>(, 92lje ch esquene , 92lje ch esquene (sou92lje ch esque < pratpt ado cadre totall de la vé3c6dde chpre preve-t-on cévtre intente, calendant simCabaâ

4De sont un momene(pes sontvris étsnv lahprAoraisinAhagga mais,rait borfloraisin de févriforbien EonnesCudu f(hiver)er, moisdne son ois de. ngde treioque de la a litrrs de l’bout eepes sontvri7lje ch ae en GrauilSaa>4Les cultivavt divisulieaggue santrvie agrituet les r,ctc luncx t7lje ch les dionnesCudu f(hiverd(er-rbesry>Ainsi Il(oembl la uilSaa>4Il nAs (Ahagquatrete céevlrresfles ae que lelentà qlesquelière coupe f féde edes re 25ionnesCudu f(hiver(10lesrytrien comme),crs et dere ceda uilSaa> rsrrdaisd souveois d28ionnesCudu f(hiver(13eesrytrien comme),cdtrete céevlrresécues. La nret st-ode ogga sont,s périoonadre criculier, les ré euvem> lbr />- "scretedo(tafouké sandete4- ti 4Il nA sonfais cltivateurs du Noraccennt soles graractaditions ruralee de l csonde ch eeti coecve-e,viem eentrvie agsinAhuilSaa> h dv/p>m ) sont, agrle’sobndesecve- (autre insuderiod rsugurytivoau m). Ls as ériod proles graractns balloemenleade. nc la d p les grr cilallianl.

h. Ls afe.4Les cult rs et dere ceda uilesryls nri>t-à-dire le temps 5apa/up>(re ceda uilSaa>(Hs doe fdeuxux agrem>(pdaeLe mabrabe,ce lmoure 41. TafLaocroyaveclenderssosut d’ectes ; ce oemble entre viees pays mMbines, ceh. Oalabr une oraditioncrioaen de n Ahaggare. Il drd de litLoquem etciires deux éé de ntnsttaonepeerssosut d’ecaenLdererSéa sont-à-disaa et desesquelis nousrrrcasipes sontpelée en Gras pf féà ce uilmahoç um(hiver(en aje chpou da nr),agio nalogquihexsosut et les joosut d’ecdiles- Édi père Prophèasiprrranihexsor.edss ï celllgéris souThnmsûdrencre adeux t caractreoeignde trr

41. TafLre maisene p,nloqu maisebl de,nuilSaa>minision de la lur st ghexs récolvé,res qe laoracitairndsouvente et les ryuticosouventes ateuurès arappéquivation quotisgencroyavec connuss snrs jours ir se reraditions astronoces urytime" mois, influpour le ï cell,dneitao-cnes,tes uryt ryisl)">Docautre,r, 1éditt dlfora arad’ecaccuns les saes péreve-ardllianlag" mou’e noappari«ses eque lelespomt, ene treiz médialé récolex adaridevanourrsscroyavec uit déensi lespielert.(pdminut; lemaventggaumploimps et lesienne. Caque lune, idviduun sine, jsqueliant lptdesla lu irleiltdugure, xahe.«se des Ce ca

i joulensn et la">R saisréntes plusl de la vitKlar (que ldès la contlaa>sass="text wResiIc A>A antiir Gaf="ext" cofiviows="pdf">O coptdl (png, 413k)div>

61. TafPberllèlau calendrier romain,use ; xrien est nÀacuticoentggaaccomtlosoue treizesaridevoreraditme dicnviem>EnnayeOus la po,plespteurs du N o (Mzaqles sCededre coer romainimene de OuLes ssqueutic>(pdless saisrizesariaés, de poles reste ce éaimue tremêl cet ef agséntedide ntgééenscl nomma x agrem>(s r>nnusma xi diffép dans raditsalubce du capratiqypes riers concurremt, en r vitfrabehenis par u calee en Gronuilt ;k la po,ptetueles cis trlu des eantquaéPâparmi irlenni. Seru Mageuse la conngquis les deux o pasdes vêisos les dictondestin révolutijsq solncoracme fonouvelionmcéplantume réfun,crsocemses,leèlarptdgc u.

31. TafOnccenntîtrviea (Mzab)lians en cannée qui sban quas questionaisons de T pratt leque,gééeminologquié dans eles travauméuigndse nde trt, qui s eles trene( antiques padredoc bs deux t luibines, ceéuilmrrbiée ls nri>m usps), minide tros/aeeda uilleẖrifls nri>minie) et Aeté eue treres sahaabburt nri>žr-rbem>prla poCptrt, qui do cad ef agge" cx t luiid’apréj casuff quas /a>3L’anD; xrs étapes de T aenglobentrviea (Mzab,ss snrs xrvite ce éaimue treenix tyulpteurs du N r>«sééensépars du ceonnemo enuhivert lequel is nousril ye neusâes caleétation et lesnt ds to,raitnéeiu cou souvenen ajardama Knatures du ceimenv/a>31. TafLaore coupe antiquo du ce oïceiquu gozEl Mahesquesaaqucomm’admini maisantéenMahesa famireux ,abburt žem>prla ponéece.

vcaux,aam-nov dicdt sos pes paele) eua preminideanox’Ahp s), l

3Les cu- Laore coupe anéeimenAhaggat de mon u CommLes cuilmaweqt n-, h. néece.

hexs nviue depreminideanox’Ahp s), géniefix Gras pa eux dikhadrers et demercommenacis/ouvendé inanoxpratpre c-làuatretelbas o pasdedo partic-08">gnentAhau N mtîtaçanrque lelentplantuautre s queitils sont bnsidhnisacce. uilt ;k an-m Tnunbiyaprla poTnounbiya momene(se l’anesqp Grafdbriet crieadmabana fbout eepalfér vêila fbouon off h. Ls afem>(cass des aussi s uusr,oraitttét, en r vtm du cnsionsdu cnreca>3Les cu- Laosecst prpes sontpelanéeimenAondegesteLes cuilmaweqt n-,(Mziwi, la pomêm ’Asudegestendexaula vierrcasie de lades drementAss nous adese»  monsalendliandes a> uré coas lrresélsticérisés, danes parlerastancee deux epari rsle’obmu qu’e trr..e rvp; lemavenendre c-là,rnaturesabe eAhaggaramaureuilt ;k an-Laggançert,(hiverigmaissu’e trodes son Idelèx agcauxe Maghreb et pa.
Cecasisecst prpes sontpondances uu gozEl Mahautre de trproment trarappf fé bout mais cvoree bout maise récme

3Les cu- Lao uniscalendpes sontpnfi, bou déles diarapple calde limenAhaaldacasLes cuilmaweqt n-, yni,(hiverdonouvelmn’t à sshaggsinaes vécuit dtes d’seles tis/ara jusn noumesure -nov dicest-à-dire le tempaaqucomm bout à n mais contra bout maisea, aff(sesquemrappinée. C’Les r

41. TafOncne(s oublis locaoialé xaggurae la luncier agraire de Ouaviea (Mzab)ce aagséulierdansmps et lesdes ateuurès récoltes d’orsellimi eit filss xrimens étapes de T Les cl dmvece (t žem>, mais lvie modea> de l’Ahaggat de a-rbilweqt n-, géniede l’Asudegestena-rbilweqt n-,(Mziwi)(hiverd(ede l’Ahaaldacas a-rbilweqt n-, ynim>Ainsi Mntraiest paslcem>(re caleres du cedea>(osbe en quavtm joe Fouaeesntua éceneon eiln Grandeimeniem enteLes a-rbil lbr />- es traerpes sontvriaggat de a-rbilweqt n-, lbr />a-rb•la poruilasukisen ukisw ls nri>maeirarenucaonspats rlbr />a-rb•la poruilafeḫce v ukisw ls nri>mre declu ce treiz mspats rlbr />a-rb•la poruilasilils nri>maeséntedae la (rati.cl dmvi s els questipalfoncu)lbr />a-rb•la poruilausululs nri>maedacas diyennt icd(rati.cl dtanle)lbr />a-rb•la poruiltaǧiw>(tazdacls nri>maedacas lo; legsinelbr />a-rb•la poruiltaǧiw>(i txat ontinzert,(hivermaedacas lo; legrtentenMas drnes tre man:smest ce quirs de l’anrrcasimécadaeux ehève. Ces indre nssla lu blà sonux epari rchargdicduresabe eAhTnounbiya a-rbit ;k an-Tnunbiya).la po

41. Taf-/em>arabe)es traern par rÙAsudegestena-rbilweqt n-,(Mziwi)(hiveronzeomécadarm> lbr />a-rb•la poruiltaǧiw>(taziws pai s eri ontinzert,(hivermaedacas lo; legrtensistaenécenMas drnes tre man:smesnéedébutras pa eurs et dere ceda minide tr-rbiass- < mizz pan-mṣṣif).la po br />a-rb• ia-rb•la poruilasguṛcmls nri>m ujaunosoue treizemaedacasest ce quiaoque de la oùrselchargdicduggaramaureuilit ;k an-elagganseri).la po br />a-rb•la poruiltmgplai, la porresporenivmon acass ent nûrsouvens pa agooive .lbr />a-rb•la poruiltuṭṭiget,(hivermaedacas -nûr .lbr />a-rb•la poruilelḫu ce,(hivermaebat s,amout le en Gras pils sontnsisle calécenn nouveaeeti scercm ujauncd(bat s) de la murpesdentsée vanouvelmn’t à comtlèas.lbr />a-rb•la poruilayniw,(hivermaedacas comtlèase tremûr .lbr />a-rb•la poruilibbay v urawen,(hivermaeca>a-rb•la poruiltiguffdes , la porrespouff< deux epari rtaenr par p. Aue cevance.

rrminie) et a-rb•la poruiliḥrak n-, yni,(hiverab)ceccide ntoldacass.lbr />a-rb•la poruilaqiswi,(hiverdoubl-ant sii jod(raeca>4Les cu- oa rs joe Foupes sont,anéeAhaaldacas a-rbilweqt n-, ynim(hivernespomt, en n nouveeaimeniem entLes ontrau Mzab.sonutmaisemont maise récme !rOncminisioem>(Haǧuink la poḍ/em>an-, yni d-uqiswi,(hiver i de pras paroublaumécaii jo

4De sontout los ons eranée qui se de Ouaes z lémo(Mzaq,seleerpestuas les diut de quia recr.

muvem> aimenles du cedea>i joulensn et la">Oenohne ntspanel. Photontlaa>sass="text wResiIc A>
A antiir Gaf="ext" cofiviows="pdf">O coptdl (png, 588k)div>
esiz
Bibli="section">

Texte graphie&nbs/h2>
Menouillard h., « L’année agricole chez les indigènes de l’Extrême sud tunisien », Rev. tunis., n° 17, 1910, p. 1-6.

Levy Provençal E., « Pratiques agricoles et fêtes saisonnières des tribus Djebala de la vallée moyenne de l’Ouargha », Archives berbères, vol. 3, 1918, p. 83-108.

Westermarck E., Ritual and belief in Morocco, Londres, 1926, 2 t., 608 et 629 p.

Bourilly j., Notes d’Ethnographie marocaines, Paris, 1932, 262 p.

Desparmet j., « Ethnographie traditionnelle de la Mitidja. Calendrier folklorique », Rev. afric., t. LXXV, 1934, p. 64-104 et 218-256.

Lethielleux J., « Au Fezzan, ses jardins, ses palmiers », IBLA, 1948, p. 73-82 et 113-114.

Galand-Pernet P., « La Vieille et la légende des jours d’emprunt au Maroc », Hespéris, t. LXV, 1958, p. 29-94.

Servier J., « Calendrier agricole et cycle de vie en Kabylie », C.R. des séances de l’Instit. franc. d’Anthropol., 1953, p. 87-93.

Servier J., Les Portes de l’année. Rites et symboles. L’Algérie dans la tradition méditerranéenne, Paris, Laffont, 1962.

Gast M., Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Paris, A.M.G., 1968, 457 p.

Gast M., « L’almanach agricole yéménite de Yahya ibn Yahya el-’Ansi », Mélanges offerts à L. Bemot, Paris, éd. h.E.S.S., 1987.

Delheure j., Vivre et mourir à Ouargla Tameddurt t-Tmettant Wargren. Etudes ethnolinguistiques Maghreb-Sahara, lapmo, selaf, Paris, 1988, 436 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rythme économique annuel des Kel Ahaggar d’après M. Gast.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2039/img-1.png
Fichier image/png, 413k
Titre Oenochoé de Gastel. Photo M. Bovis.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2039/img-2.png
Fichier image/png, 588k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., M. Gast et J. Delheur, « Calendrier », Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses, Aix-en-Provence, Edisud, 1992, p. 1713-1720

Référence électronique

E.B., M. Gast et J. Delheur, « Calendrier », in Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses [En ligne], mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2039

Haut de page

Auteurs

E.B.

Articles du même auteur

M. Gast

Articles du même auteur

J. Delheur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
26 | Jud7BextBen Yasla.
26 | Jud14 8–Au26 | Jud7B h#– Asspak26 | Jud7clas –Am -e/20d>26 | Jud74 5–Amac d>34| Nem7mpa>ssamAlger>34| Nem7mext– près M., n Ghamiy
  • 24 | Ida74 h# p>
  • Ağuh-n-Tah
  • 24 | Ida75racs pbadiM.Volumes