Navigation – Plan du site
12 | Capsa – Cheval - Gabriel Camps (dir.)
C44

Chars

(art rupestre)
G. Camps
p. 1877-1892

Texte intégral

1Avant d’être cavaliers, les ancêtres des Berbères furent de non moins célèbres conducteurs de chars. Pour cette période fort ancienne, rares sont les allusions littéraires mais elles sont précises et bien documentées. La première et la principale mention concerne les Libyens orientaux : nous savons grâce aux bulletins de victoire de Ramsès III que les Mashaouash, dès le xiie siècle av. J.-C. et sans doute bien avant, possédaient des chars attelés à des chevaux ; il devait en être de même pour leurs voisins. Au ve siècle, Hérodote parlant des Garamantes dit qu’ils faisaient la chasse aux Éthiopiens troglodytes sur des chars à quatre chevaux (IV, 183). Mais les Garamantes ne sont pas les seuls Libyens conducteurs de chars, Hérodote nous apprend que ce véhicule était connu des Asbytes voisins de Cyrène, des Machlyes et des Auses riverains du lac Tritonis et des Zauèkes du Sahel tunisien dont les chars de combat étaient conduits par les femmes (IV, 189). Des Asbytes, qui sont très vraisemblablement des Isabaten que les Touaregs considèrent comme les premiers occupants du Hoggar et du Tassili n’Ajjer, Hérodote dit qu’ils sont, de tous les Libyens, les plus habiles à conduire des quadriges. Cette habileté était largement partagée puisque Hérodote dit expressément que « c’est des Libyens que les Grecs ont appris à atteler à quatre chevaux » (IV, 189).

Le véhicule

2Le char saharien, tel qu’il est représenté dans les peintures et gravures, est le plus souvent d’une grande simplicité qui en fait l’originalité. Il comprend une plate-forme reposant sur un essieu et un timon fixé au train. Examinons ces différentes parties : la plate-forme est tantôt triangulaire, le sommet du triangle dirigé vers l’avant, tantôt rectangulaire, plus rarement semi-circulaire ; c’est pourtant cette forme qui avait été choisie par les Égyptiens. La plate-forme triangulaire se justifie par l’utilisation de deux entretoises obliques qui réunissent le timon et l’essieu. La plate-forme rectangulaire, plus fréquente dans le nord (Atlas marocain, Fezzan), semble avoir été préférée dans la fabrication de chars plus lourds ; elle est plus fréquente dans les quadriges (Oued Zigza, Taouz) que dans les biges ; mais il ne s’agit pas d’une règle rigoureusement observée, très nombreux sont les biges à plate-forme rectangulaire (Ti-n Hanakaten, Tabarakkat n° 4, Oued Imirhou, station du Méandre, Oued Lar’ar, etc.) tandis qu’il existe des quadriges à plate-forme triangulaire (Safiet el Baroud). Dans les stations où sont représentés en très grand nombre des chars dételés et de tracés parfois schématiques, les trois sortes de plate-forme apparaissent sans qu’une majorité significative ne se dégage. Qu’elle soit semi-circulaire, triangulaire ou rectangulaire, la plate-forme des chars sahariens est constituée d’un simple cadre de bois retenant un tressage de lanières de cuir ou de branches flexibles. Cet ensemble était suffisamment robuste pour soutenir le poids du conducteur et suffisamment élastique pour amortir les cahots et les vibrations. Les expérimentations de J. Spruytte ont montré les qualités de cet aménagement très commun dans l’Antiquité.

Chars gravés représentés dételés 

Chars gravés représentés dételés 

en haut à l’Oued T-in Mliaout (Amguid, Tassili n’Ajjer) dont les deux rambardes sont particulièrement bien détaillées ; au centre deux chars de l’oued Lar’ar (Monts des Ksours) prétendument « schématiques » (relevé H. Lhote) ; en bas char à deux brancards et un seul joug d’Igherm, sud marocain (relevé R. Wolf).

3A la différence des chars égyptiens, orientaux et grecs, les chars sahariens sont, du moins sur de nombreuses représentations, dépourvus de rambardes et a fortiori de caisse. Les rambardes, quand elles sont figurées, le sont sous la forme de demi-cercles de hauteur variable au-dessus de la plate-forme. Elles sont donc facilement omises sur les représentations de chars dételés figurés à plat, mais elles devraient, en revanche, apparaître régulièrement sur les chars montés qui sont représentés de profil. La plus précise de ces représentations est celle du char dételé de l’Oued T-in Mliaout (Amguid) : de part et d’autre du timon très court et d’une plate-forme réduite sont figurés deux demi-cercles renfermant chacun un croisillon. A proximité, dans une autre station d’Amguid, un char attelé à des chevaux au galop volant présente le même dispositif ; une ligne souple qui réunit, au-dessus de l’essieu, les deux rambardes représente sans doute une corde qui, à l’arrière, assurait une sécurité supplémentaire au conducteur. Certains chars avaient un dispositif qui permettait de fixer verticalement un ou plusieurs javelots. Dans la réalité ces porte-javelots devaient être, non pas à l’arrière de la plate-forme, mais fixés à la rambarde de droite du char ; la représentation du char n° 5 d’Imesseridjen (ou Ladjao) à Zaouaten-Laz est tout à fait précise à cet égard, de même que la très belle peinture de Weiresen où le porte-javelot est accolé à la rambarde. Les javelots étaient retenus par des boucles qui apparaissaient nettement sur l’un des chars de Tamadjert.

4La plate-forme repose sur le timon, lui-même solidaire de l’essieu fixe ; elle a donc la même disposition que sur les chars égyptiens et orientaux. Le cocher se tient donc en avant de l’essieu et son poids porte sur le timon et l’attelage. Au contraire, dans le char grec, le conducteur se tient en arrière de l’essieu, il fait donc contrepoids, le timon ou les brancards pèsent moins sur l’attelage, la traction est plus aisée.

Deux représentations de biges sahariens de bonne valeur documentaire.

Deux représentations de biges sahariens de bonne valeur documentaire.

A gauche char de Weirensen (d’après Kunz), noter la barre de traction, le porte-javelots derrière la rambarde, les roues superposées donnant l’impression d’un « doublement » des jantes. A droite char d’Amguid (d’après Karpoff), l’attelage est celui habituellement pratiqué durant l’Antiquité avec joug au niveau des épaules.

5Le train de roulement est constitué par l’essieu fixe et deux roues folles. Bien que les figures ne le montrent pas, on peut supposer que l’essieu traversait l’extrémité du timon ou se logeait dans une encoche. On remarque sur certaines figures des entretoises obliques qui relient le timon à l’essieu. Sur les chars munis de brancards, ceux-ci étaient rendus solidaires par une entretoise parallèle à l’essieu qui pouvait servir de cadre à la plate-forme qui, dans ce cas, est rectangulaire. Dans la plupart des cas, l’essieu lui-même semble avoir servi de cadre arrière à la plate-forme, ce qui est sans inconvénient puisqu’il est fixe. Les roues étaient retenues par une clavette à l’extrémité de l’essieu ; elles étaient libres ce qui permettait de résoudre les problèmes de différentiel dans les changements de direction. Vraisemblablement, bien que cela ne soit pas visible sur les gravures et peintures, la longueur du moyeu suffisait à compenser le différentiel ; ce fut en tout cas la solution universellement adoptée par les constructeurs de chars à deux roues. Les roues des chars sahariens ont 4, 5, 6, 8 rayons, exceptionnellement plus (on en compte 14 dans un char d’In-Temeilt mais il s’agit d’une somme des rayons des deux roues vues en superposition). Comme il est normal, les deux roues d’un char ont le même nombre de rayons ; il est cependant des exceptions sur les représentations de style négligé, particulièrement celles des chars dételés de l’Atlas saharien (Stations du Méandre et de l’Oued Lar’ar) ou du Tafilalet (Taouz).

6Les jantes des roues sont minces, mais dans de nombreuses représentations, particulièrement précises, elles sont figurées par deux cercles concentriques qui ont fait croire à l’existence de deux jantes superposées (H. Lhote, 1982). En fait, ce figuré n’apparaît que lorsque le char est vu de profil ; il s’agit d’un procédé qui permet d’indiquer qu’il y a bien deux roues alors que l’œil n’en voit qu’une (Tamadjert, Akakus, Weiresen, In Temeilt, Tamrit, Aharara, Tedjelamine, etc.). A contrario, lorsqu’en faussant la perspective les peintures et graveurs ont représenté les deux roues décalées dans l’espace et mises à plat, celles-ci sont figurées par un seul cercle. Dans la belle station de Tamadjert, les deux procédés ont été utilisés, sans doute par le même artiste qui fut l’un des meilleurs de l’époque, au Tassili. Les conducteurs de char avaient des armes en métal (javelots), ils étaient donc en état de fabriquer des bandages métalliques, mais aucun document ne confirme cette opinion. On peut, comme J. Spruytte, supposer que les bandes de roulement étaient renforcées de cuir.

Deux chars peints de Tamadjert (Tassili n’Ajjer)

Deux chars peints de Tamadjert (Tassili n’Ajjer)

Chevaux représentés au « galop volant ». Le char du bas est le seul de tout le Sahara qui soit représenté avec une véritable caisse. On notera les deux manières de représenter les roues : en haut elles sont superposées et les jantes paraissent doublées, en bas elles sont figurées à plat et décalées dans une fausse perspective (relevé Kunz).

L’attelage

7L’attelage* des chars sahariens a fait l’objet, de la part de J. Spruytte, de recherches très poussées, allant jusqu’à la reconstitution en grandeur naturelle et à des démonstrations expérimentales (Colloque de Sénanque). Le mode d’attelage saharien n’est pas toujours identique à celui qu’a connu l’Antiquité. En Orient, en Égypte, mais aussi chez les Grecs et les romains, l’attelage des chars est assuré par un joug attaché à des fourchons d’encolure. Le joug est fixé au timon par une cheville en bois et des courroies qui assurent son maintien dans une position toujours perpendiculaire au timon. Un tel attelage est reconnaissable sur les chars à deux timons et quatre chevaux gravés de l’Oued Zigza ou sur le char peint de Safiet el-Baroud ; on le trouve encore dans une gravure de bige de l’Aïr (Kori Taguei) et du Tassili (I-n Etouami). Mais sur d’autres figurations, plus nombreuses, en particulier sur les peintures du Tassili n’Ajjer, apparaît un autre mode d’attelage qui est d’interprétation difficile. Le joug n’est jamais bien reconnaissable en raison de l’application de la peinture en aplats dans lesquels sont noyés les détails et les superpositions, mais il est visible que le timon arrive jusqu’à la tête des chevaux. Il ne s’agit donc pas d’un attelage à fourchons d’encolure, système dans lequel le timon ne dépasse guère l’épaule des chevaux. Les belles peintures de Tamadjert, qui sont parmi les plus soignées du Tassili, montrent bien que le joug (si c’est bien un joug) se trouve au niveau de l’occipital et des premières vertèbres cervicales des chevaux. Cette disposition n’est pas particulière à Tamadjert, elle se retrouve dans l’Akakus, et en bien d’autres stations du Tassili (T-in Hanakaten, Imessarijen, Tabarakkat, Weiresen,...) ; elle n’est pas sans poser de problème. J. Spruytte juge qu’il est impossible de faire reposer un joug à cet endroit sur un cheval : l’animal souffrirait en raison de la faible épaisseur des tissus au-dessus des premières vertèbres cervicales, d’autre part, il faudrait maintenir ce joug par un lien qui passerait nécessairement sous la gorge de l’animal, ce qui l’étranglerait. Enfin, compte tenu de la structure de la tête du cheval, on ne voit pas comment un tel joug pourrait servir à la traction du véhicule.

En haut, quadriges du Fezzan, Oued Zigzan II (relevé P. Graziosi) et, en bas, de l’Atlas, Safiet el-Baroud (relevé G. Camps) et Erfoud (relevé R. Wolf). Dans les deux régions apparaissent les deux types principaux d’attelage, à joug unique (à gauche) et à joug double (à droite).

En haut, quadriges du Fezzan, Oued Zigzan II (relevé P. Graziosi) et, en bas, de l’Atlas, Safiet el-Baroud (relevé G. Camps) et Erfoud (relevé R. Wolf). Dans les deux régions apparaissent les deux types principaux d’attelage, à joug unique (à gauche) et à joug double (à droite).

8J. Spruytte en déduit qu’il ne s’agit pas d’un joug mais d’une barre de traction placée sous la gorge des chevaux et à laquelle était fixée l’extrémité du timon qui ne doit pas dépasser la barre de crainte que les animaux ne se blessent. Reste à comprendre comment était reliée cette barre de traction à la tête des chevaux ; après plusieurs essais, J. Spruytte s’est arrêté à un harnais de tête très simple, semblable au licol d’écurie. A l’appui de cette hypothèse, plusieurs démonstrations expérimentales montrèrent que des biges attelés de cette manière pouvaient être menés aux différentes allures, du pas au vrai galop. La peinture de Weiresen particulièrement détaillée montre, sans doute possible, la position de la barre de traction sous la bouche des chevaux. Une autre observation faite par J. Spruytte reçoit son explication : presque tous les chevaux attelés aux biges sahariens sont, sur les peintures, dépourvus de queue ; il ne s’agit pas d’altération d’une peinture plus claire puisque le moignon de la queue coupée est bien visible, à Tamadjert en particulier ; or, cette mutilation était rendue nécessaire sur de tels attelages qui laissaient les rênes flottantes puisqu’il n’était pas possible de placer des passe-guides sur les fourchons d’encolure comme sur l’attelage classique. Les rênes, qui allaient directement de la bouche du cheval aux mains du cocher, auraient risqué de s’emmêler à la queue.

9Ce mode d’attelage par barre de traction n’est pas sans rappeler les alliances de mors rigides qui permettent de dresser des chevaux et de les entraîner à tourner en même temps. Il n’est pas impossible que les peintures du Tassili sur lesquelles ce mode d’attelage est reconnaissable représentent précisément des scènes de dressage.

10Il existe au Tassili quelques représentations de quadriges ; celui d’Amsedent porte deux personnages, et à Iheren le véhicule possède deux timons comme les chars gravés du Fezzan ou de l’Atlas. On connaît aussi des chars attelés à trois chevaux à Tesigmet, dans l’Oued Djérat, et à Tirar ; ces chars ont également deux brancards.

11Les chars sahariens ne sont pas uniquement attelés à des équidés. Des représentations, aussi bien à l’Oued Djerat que beaucoup plus tard à Aouda-ghost en Mauritanie, montrent des chars attelés à des bœufs. Il s’agit de véhicules dont la structure est identique à celle des biges. A l’Oued Djerat, ces chars portent deux personnages et ont deux timons ou brancards lorsqu’il y a un seul animal tracteur. Parmi les gravures de chars du Sud marocain, on note même de vrais chariots à quatre roues. Des auteurs (H. Lhote, R. Wolf, 1982) ont affirmé que tous les chars de l’Atlas et ceux de l’Ouest africain (Sahara occidental, Mauritanie), qui paraissent les plus tardifs, étaient attelés à des bœufs. Dans ces régions, le cheval n’aurait été introduit que lorsqu’il fut monté ; de fait dans l’Adrar des Ifoghas, les nouvelles recherches de Ch. Dupuy permettent de penser que les chars rupestres, toujours dételés, apparaissent dans des ensembles ignorant le cheval. Il est en revanche impossible d’étendre cette remarque à l’Atlas saharien. La découverte du quadrige peint de Safiet el-Baroud (G. Camps et M. Hachid, 1982) apporte la preuve que dans ces régions les chars pouvaient être attelés à des chevaux.

Typologie des chars

12En examinant l’ensemble de la documentation fournie par l’art rupestre nord-africain et saharien, il est possible de proposer une typologie des chars. Les plus nombreux sont les biges. Ils sont représentés dans toutes les régions, soit attelés à des chevaux, soit tirés par des bœufs, soit dételés. Ils possèdent un seul timon. L’allure des chevaux sur plusieurs représentations du Tassili les a fait dénommer « chars au galop volant », ce qui est un raccourci hardi. Les chevaux sont, en effet, figurés avec les pattes en extension vers l’avant et vers l’arrière de telle façon qu’elles forment presque une horizontale avec la ligne du ventre ; cette licence accentue le dynamisme de la scène. Le plus souvent les jambes des chevaux font un angle de 130 à 140° avec la ligne du ventre : ces chevaux sont donc représentés dans un galop cabré qui fut la formule adoptée dans l’art occidental jusqu’au développement de la photographie. Nous ne retiendrons donc pas, bien qu’elle soit fréquemment utilisée, la catégorie des biges « au galop volant » d’autant plus qu’elle implique certaines relations stylistiques (art mycénien) auxquelles on a voulu donner une valeur chronologique. Il est sûr, et plusieurs stations le montrent, que les différentes allures des chevaux (« galop volant », « galop cabré » déplacement au pas, arrêt) ont été représentées par les mêmes artistes et qu’il ne peut y avoir d’écart chronologique entre ces différentes figures.

13A l’opposé des « chars au galop volant », c’est-à-dire des biges attelés des peintures du Tassili et de quelques rares gravures, des auteurs, et particulièrement H. Lhote, ont introduit la catégorie dite des « chars schématiques ». Ces chars sont généralement gravés et représentés presque toujours dételés. L’image est réduite au joug, au timon, aux deux roues réunies par l’essieu, la plate-forme et exceptionnellement la rambarde et, plus rarement encore, les porte-javelots. Je ne comprends pas pourquoi ces représentations sont qualifiées de schématiques, alors que personne ne songera à qualifier de schématiques les chars dételés qui, dans les peintures tassiliennes, voisinent avec ceux « au galop volant » qui leur sont manifestement contemporains. Or ces chars dételés sont aussi « schématiques » que ceux de l’Atlas saharien. Organiquement, ces chars sont les mêmes ; compte tenu de ce que nous avons reconnu et de leur assemblage et de leur mode d’attelage, nous les appellerons désormais, qu’ils soient attelés ou non, les biges sahariens. Ces biges peuvent être attelés à des chevaux ou à des bœufs et connaissent au moins deux modes d’attelage : le joug (d’encolure ou de garrot) et la barre de traction.

14L’autre catégorie, distincte de la précédente par le mode d’attelage, est le quadrige. Les chars attelés à quatre chevaux sont rares. Longtemps ne furent connues que les cinq gravures représentant des quadriges dans les trois stations de l’Oued Zigza et dans celle de l’Oued Messaouda III au Fezzan (P. Graziosi, 1942). Ces quadriges n’ont pas tous le même attelage. Sur les uns, les quatre chevaux sont réunis sous le même joug ; sur d’autres, chacun des deux timons supporte un joug sous lequel sont attelés deux chevaux. Ce dispositif, plus rationnel, fut celui adopté sur un char gravé du Jbel Idmisane (Jbel Bani, Sud marocain). Le char peint récemment découvert à Safiet el-Baroud (région de Djelfa) apporte des précisions intéressantes sur le mode d’attelage des quadriges. Ici aussi, le joug est unique, mais il est fixé à un timon également unique, comme sur les biges. Ce mode d’attelage de Safiet el-Baroud paraît extrêmement fragile et difficile à mener. Il faut que les bêtes soient très dociles et sachent conserver une allure régulière. Cette nécessité explique la figuration d’une alliance de mors qui réunit les quatre bouches des chevaux. Ce détail a son importance, il montre à quel degré de technicité étaient parvenus les dresseurs de chevaux du Magheb protohistorique. On peut être troublé par la très forte variabilité des attelages de quadrige alors que ces figures sont elles-mêmes très rares. Ces variations sont peut-être le reflet des recherches techniques et des expérimentations diverses auxquelles se livraient les Libyens qui, d’après Hérodote (IV, 189), « ont appris aux Grecs à atteler à quatre chevaux ».

15Dans les massifs centraux sahariens, trois quadriges seulement sont connus : il s’agit des peintures d’Amsedent, dont le conducteur est accompagné d’un autre personnage, d’Iheren, dont le char possède deux timons, et la remarquable figuration d’Ekat n-Ouchère qui se différencie de toutes les autres représentations de chars sahariens, par ses dimensions plus importantes (80 cm), le dessin des chevaux d’une grande finesse et empreint d’un certain maniérisme (figuré de la tête et des sabots), l’allure des bêtes représentées dans le cabré en levade, dans la disposition en échelon qui évite la superposition en une silhouette unique et donne un effet de perspective. A l’inverse des autres peintures, les queues et les crinières sont fidèlement figurées ainsi que la bouche ouverte, la mâchoire tirée en arrière par la traction du mors. Il est bien regrettable que le char lui-même ait presque complètement disparu, il n’en subsiste qu’une roue et de l’aurige ne demeurent que le haut du torse revêtu d’une cape à bord festonnée et un bras qui semble faire un geste de victoire. Cette peinture si différente des autres représentations tassiliennes échappe totalement au style équidien et je me range volontiers aux conclusions de A. Müller-Karpe (1980) qui y reconnaît une œuvre « classique » plus récente que les biges sahariens figurant sur la même paroi. Il semble difficile de faire remonter la date d’exécution de cette œuvre au-delà du ve-vie siècle av. J.-C.

16Quoi qu’il en soit, il est manifeste que le char d’Ekat n-Ouchère appartient à une époque plus récente que les biges sahariens.
Les chars à deux brancards ou plus constituent une catégorie non négligeable. J. Spruytte a montré qu’ils pouvaient avoir servi au dressage.
Dans le Sahara central, ceux qui présentent une telle disposition sont plutôt attelés à des bœufs (Oued Djerat, Ti-n Bedjedj).

17La typologie des chars rupestres sahariens serait incomplète si nous rejetions des engins, tous gravés, de forme bizarre. Parmi les bizarreries, il faut retenir les très rares représentations de chariots à quatre roues limitées à l’Atlas saharien occidental, le Tafilalet et la Mauritanie. On en connaît trois représentations à l’Oued Lar’ar et toutes trois ont un train avant à roues plus petites que le train arrière, aucune n’est dotée d’un timon ou de brancards. De tels engins sont reconnaissables dans l’autre grande station de chars gravés à Aouineght en Mauritanie et à Taouz dans le Tafilalet. Dans cette dernière station, il existe aussi un véritable « train de chars » fixés les uns aux autres.

18On a peine à croire à la réalité de ces assemblages qui semblent être nés de la fantaisie de l’artiste ou de la volonté de multiplier un signe symbolique. Assez fantaisistes également nous paraissent deux représentations, l’une à Aouineght, l’autre à Hadjar Berrick, de chars à deux roues dotés d’un timon fixé à deux jougs placés l’un derrière l’autre. Cet attelage en ligne de quatre chevaux ou bœufs attelés deux par deux doit peut-être compter parmi les essais ou les expérimentations tentés par les éleveurs sahariens.

Répartition des chars rupestres

19La répartition des figurations de chars dans l’ensemble saharien mérite un examen particulier. Cette répartition n’est pas régulière, il existe, en fait, trois grands ensembles assez nettement séparés par des zones dans lesquelles aucune figuration de char n’a été jusqu’à présent signalée. Le plus anciennement reconnu et les plus important est celui des massifs centraux : Tassili n’Ajjer, qui est le plus riche et qui compte les meilleures représentations de chars, Ahaggar, Aïr et Adrar des Ifoghas. Les chars de Timmissao, dans le Tassili n’Ahaggar, assurent la jonction entre l’Ahaggar et l’Adrar. On peut rattacher à cet ensemble les rares chars de Blaka, et très loin, vers le nord, le groupe du Fezzan remarquable par ses quadriges. Le second grand ensemble est presque uniquement constitué de figures de chars dételés gravés sur les parois gréseuses de l’Atlas saharien depuis le méridien de Djelfa à l’est jusqu’à l’Anti-Atlas occidental. Il est possible de rattacher cet ensemble atlasique au troisième qui occupe la région occidentale ; celui-ci est plus dispersé, du Rio de Oro jusqu’à l’Aouker, il est constitué d’une constellation de stations dont les plus méridionales atteignent presque la latitude des boucles du Niger et du Sénégal.

20On ne croit plus guère aux « routes des chars » que certains auteurs avaient cru dessiner en réunissant entre elles les premières figurations de chars connues. Rien n’était plus fallacieux que ces prétendus tracés et circuits routiers transsahariens. La multiplication des découvertes permet aujourd’hui d’affirmer que les chars ont été représentés en gravure ou en peinture dans toutes les régions du Sahara où il existait les supports rocheux indispensables. Les massifs centraux sahariens, les plateaux du Sahara occidental, les falaises de l’Atlas saharien et de l’Anti-Atlas marocain sont les régions les plus riches en représentations de chars mais ce sont aussi, bien évidemment, les plus riches dans toutes les autres manifestations de l’art rupestre.

Répartition sommaire des représentations de chars au Sahara.

Répartition sommaire des représentations de chars au Sahara.

21Il est cependant une zone montagneuse à souhait, riche en gravures diverses qui ne possède aucune figure de char ; il s’agit du Tibesti. En fait à l’est du 15e degré de longitude est, il n’y a plus d’images de chars, ces dernières ne réapparaissent que dans la vallée du Nil. Le monde toubou fut aussi réfractaire à la roue qu’il le fut à la langue et à l’écriture berbères. Cette absence de chars au Tibesti, comme en Ennedi et au jbel Ouhénat (Van Noten, 1978), est d’autant plus curieuse que nous savons, par les textes, que les Libyens, voisins de la Cyrénaïque et de la Grande Syrte, étaient non seulement possesseurs de chars mais étaient même considérés comme d’éminents spécialistes en attelage (Hérodote, IV, 189). Qu’on interroge les textes ou qu’on pointe sur la carte les représentations de chars, on ne peut échapper à une constatation flagrante : l’extension des chars dans le nord-ouest de l’Afrique correspond exactement à la zone sur laquelle s’étendit la langue berbère. Berbérophonie ancienne et charrerie vont de pair au Sahara. Il est donc tentant de mettre en parallèle l’arrivée des Berbères au Sahara et l’introduction dans ces régions du cheval et du char.

22Plusieurs auteurs, dont moi-même, ont longtemps défendu cette thèse. On envisageait une conquête du Sahara par les Paléoberbères qui, disposant d’armes de métal et de chars leur permettant des déplacements rapides, imposèrent leur domination aux anciens pasteurs négroïdes ou du moins méla0lpar lrf-Eovmériar rbt fixés le sessage d Prouulair; de fait daalage clftiplicatart chronologilludixceptionnions de l’art rupen et saharichevaes éleveEovmériazonccpossèdlrf-Ee équicharns conducteurs de chaauxeut-outes durslroutiGde ulniques et les Touarinst saialichar.

13

14 un exadccupe la>Répartition des chque nrns cseraur naturtalemenx les problèart chronologichar.

5 degrtions ificacharla(à drs pas e de faad de met à l’existence de vraie chevaauvsonnagn l’Afries (H. Lhote70chid, 19qui estl’aniont introdies par hne slage chales Ee e nrabl’sens.

21Oreieurbrrin rmais d’p appaures aocknrablineste de l’Afrée ordami). Mer, il ien éissent à cev accellfa) apieurbrrinn Il d’iviissent pas ed’ie cm: de p et dtre neploppement de l’Afren des chevauxn du chebarbriD.eEo nCchid,7),l de ttre représentant d’nisentnotpensat0° avil es bloconnu ecG.argu). M(des que peuvbil es meilletirppeles eog">Oreienu de du chevrd-afri)ère appartians itanifbtotalementeux sns, orilique, comcataue inplus méridiions, le cheien ongotd jen ongotdwi)ardi. Les chevtre nord-afriiséss saharique etgotdwime, ns eog">Oretrès certaiait lteppte d vhématiqu;ts), on ne peuvest dent êtnus meein pas à l saentation du chevt, en Égchar.

17-vievie

18vie si,tlas ee certoppemenn depent au moins dup> siar lrf-les Libyns, orient ne pror avaient des chatvaes r avaient des chevaux/>Les chals étaieee les bique, co ue cede en Égufs e, co ue cré qurlement figsqui, dans les peintures tassilie. T; aprvn. Vraisemblable à d’attelaès squalieara par Sux sahariese son manllant jusqu’àfineste de ent utaartition des cami). Mdt tre du ve si,tès Hérodure e) apporeutrs dnt sger lrf-les Libyd’atouvaieut aués à quatre chevion des cha dlus difféehars munisde deux timo De tis, qu’illement figsqIII au Fezgza et dte l’AtlSte si noupteos dans a dreguration ès Hérod enribuatemris Lybahariesient . A l’n stati ou du moters ins,alité dt ces hémateara rfa) apiris aux G », c d du vie si (ctoujetions de quadrmentctoujoudrmjde dolympechni)ques le mêal jusquest l traceste de Iliad roue qu il faudrire remonire puisqus A sLibyent utsèdlre du quadrins erafauétenentctebaav(EairlebecAfr,x1951 189)atemris de véhicu et èu isars à deux branc,soit tirés estl’anioue au tment, les paux ancitrs dnt sgee ent soue ceuxCtteinturtgravés du vie si (Fvauhamoheva1975ra . 93-95jedj).

19vie siècle av. Jaoud (G. Cchid78)ntOr,.her àtr la paru,n’ès ont longtepuisGs="mes ja,iGde ulniquesles autles Paléoberbèaux sde parvedurslroutiesient onsjés à deamelrouttlSte de quelqles plaeilluens. < de rnement enqui, dans cG. sn lsevrd-afrieistes ee quelq de chars ou bœars dans lt extrani,nord-oumen Mauritn, que le chêguouulteur eles festomenn depont longtd (à l’ers dans s prement de les ediguration Agomhosiègn l’Afriés DiHéfigureSdiffic(XX, 38, 2)huse que ne reto, dans te dernimn staoons de chaêtrebaavssi chez les LibybleansTrs miehara cenranteoujoudrmbrrfiguratios, les daartition Cartha 2). qu’2vi8, , l de mai. Cet’eguration est plussseuturspecet, elle se rattacht à la épeniche>Oreienupverse desSaoilusions et MadPeroudis doetnts retrouve les élétao’2vi

Les charsguouulteuravaiem senqui,ien slage 2vivie sièclez), noeurère, mais ies n
apparaistaient plussseu somme les suviviancesformiichse ; il n’est pas impossiblon ue certaines régions afrieistesses soient montreis aussi conseruatichar.

On comprent ddsquestujoudrmjr cette très languexpérodse, plusieurs types de chaaux plusieurs modes d’attelagaux plusieurs i iades d’animauxtaient ut êtn utiliséi). Mdt les paux ancitrt, lesmcieux figsqIII égalementsoans itanifbtotalement les chars peints du Tassili et derses isins, ces biges saharien,t que dans un raccourcipittopresque(H. Lhotès appeqIII « les charsau galop volant x/>Les chalsfsonucteu saentation dans uness ou qui se digstitus au stGranddifif-Tahilahi ( d par unefbtLibateara quelq n pei différente qui acrfige volontiers la réalitéaubdynamismDe tis, qeutrs galop volanr des chevaux ou la positiontrendue vers l’avant des conducteurAu contracte à cellesqueadope cmistincoppempas l’aurige sursla plate-forme de lrnièrei. Leseplacem, ss paraiss ou plus simplrs que ceux de l époqatoprécédentr, il est vépoqar l’application de la peinture enlarmentcaplatsprent impossiblo la représentatio des détailr. On peut e caraîche deuxeplacem, ssmasiculn’2vi

Les différentes remarques et ln fste que la pdénocèna soit attstré dans ttre le Saharament fait festomher cette hypothèse par hos acteur lui-mêmxn du quadrins si exceptionner d’Ekat n-Ouchèrt,tu dlus certoppemenn plus récente que celle des biges sahariens, jeturait ntre,een revanch,; l œuvre dalesvoyfgeog">tu d’us"mes ja,i ayaonu sufécemmlus fréquontd lesmclcieuxcitea5ias eors êtnsim rénser des a dansartistiqueschelcrdichar.

Cchatv

Les char,e cergaux peuvent avoirjotuéun certaotrô nependant les aav(Ees. Le fste que lrs-javelots soient fixés à la rambarde estl’). mmene non négligeabl, senqui, que les-javelotsras ou plutôt servi à hegurr al muflmon ou la azcelle sopar al montre la scèna peinle l’ lan-Edo mmens. Les biges épars sahariqueunempouvaient êtnd à charsguouulteurfcre à qoie, nous l’aions dte, aucune scèna peinle ou gravt ne fsteirétalemenx difféehars.séeprchoons u une seula personne sur la plate-forminue correspond pas non pas à une utaartitionbtam quusge de les engins. Les chars deuulteur orient nesont au moins dup> paslagrnue le oacher : l’racher ou lsTranlier. Les as- relefes rmressodes dAbu-Siumbl,s représentant la btmeill Kachac ceh,e montren des chaauxhitetitesaes égyptise,i occurés par trois personnnue le oache,u lsTranlies et ln porteibouciauà l’ers une licencedui-ajtstré que permet à l artiste égyptisI de eepréseexrs si souvent l Saoignon seulseur soe charTrantéau galoptrands, qu’itaire à l’rac co lrf desAématiqu; ( décr de lacraisst du que es Totmruda on)r ou hegdant lesanimauxdus couvles( hegu Rams apruda onc àMedan etHabu)lebps autunés de haut rant sont tafrois représentés dans d vrscènestrebhegu Rui-mmépelrf(Taavns uOusgrhss,; vers1430)r.Ld’artistesa fait bien qte les ênestremeuatians indispensable,uaussi pmeait- il oste de de eepréseexrsrattacreis a nivvsme de lacpeinture e: l’raches.Iil n’est pas impossiblo es meilletir à cetes cseratme ait été rétalemenxémateasée, mai. avil des chevaux spéciapemeatpprescés etnuar Ma trèsccouret,txistances. Ludrmbr autieléstriomSaoaux, l Saoignon cserastain seur soe chaou du moterestnie ainsi qu’i dro représentr.

On connaît au Tassilid à chars montés par l ne personeas àTian- Bedjede ntTakcésedo matan s. Les bigesmportant d ne personeas sonu donc très raree,een revanch,; sur à chars peints attelés à des bœufs etnua ttre sur à quadrige,e que nous savont êtn plus récennue le oachersnu peuvbnt accompagné d’un paslagrr.

Haunt de pge) >

BtibioAgrphage/h2"> <
>

Bates O., The eastern Libyans. An essay, Plymouth et London, 1914, 298 p.

Boessneck J., « Tell ed-Dabba, III, Tierknochenfunde, 1966-1969 », dans Oesterreichische Akademie des Wissenschaften, t. V, 1976, p. 42.

Bonnet A., Cabissole F., Fabre A. et R, Mossant G, « Les chars sahariens d’après les peintures rupestres de Tamadjert et d’Amguid (Tassili n’Ajjer occidental) », dans Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d’attelage, Aix-en-Provence, 1982, p. 59-67.

Breuil Abbé H., « Les roches peintes du Tassili n-Ajjer », dans Congrès panafricain de Préhistoire, Alger (1952), p. 65-239.

Camps G., « L’âge du tombeau de Tin Hinan, ancêtre des Touaregs du Hoggar », dans Zephyrus, t. XXV, 1974, p. 497-516.

Id., « Recherches sur les plus anciennes inscriptions libyques de l’Afrique du Nord et du Sahara » dans B.C.T.H., nelle série, 10-11, 1974-1975, p. 143-166.

Id., 1982, « Le cheval et le char dans la Préhistoire nord-africaine et saharienne » dans Les chars préhistoriques du Sahara... », Aix-en-Provence, 1982, p. 9-22.

Id., 1984, « Quelques réflexions sur la représentation des Equidés dans l’art rupestre nord-africain et saharien », dans Bull. Soc. préhist. franc., t. 81, 1984, p. 371-381. Id., « Les chars sahariens. Images d’une société aristocratique ». Antiquités africaines, t. 25, 1989, p. 11-40.

Camps G., Gast M., Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et Techniques d’attelage, Aix-en-Provence, 1982.

Chamoux F., « Triges chypriotes », dans Report of the Department of Antiquities of Cyprus, 1975, p. 93-95.

Daressy G, « Un monument du temps des Hyksos », dans A.S.A.E., 1915, p. 258-268.

Delebecque E., Le cheval dans l’Iliade, Paris, 1951, 231 p. Duveyrier H., Les Touareg du Nord, Paris, 1864, 499 p.

Emery W.B., « A preliminary report on the excavation of the Egypt exploration », Kush, t. 8, 1960, p. 7-11.

Graziosi P., L’Arte rupestre della Libia, 2 vol. , 1942, Naples, 322 p., et 160 pl.

Graziosi P., « Recherches préhistoriques au Fezzan et dans la Tripolitaine du Nord », Anthropologie, t. 44, 1934, p. 33.

Kunz J., « Contribution à l’étude des chars rupestres du Tassili n’Ajjer occidental » dans Les chars préhistoriques du Sahara. Aix-en-Provence, 1982, p. 81-97.

Leclant J., « Quelques documents sur les chevaux de Nubie », dans L’Homme et l’animal, 1975, p. 417-419.

Lefebure E., « Le nom du cheval sous le Moyen Empire », Sphynx, 1902, t. 5, p. 97.

Lhote H., « Le cheval et le chameau dans les peintures et gravures du Sahara », Bull. de l’Inst. franç. de l’Afrique noire, t. 15, 1953, p. 1138-1228.

Id., « Les gravures rupestres d’Aouineght (Sahara occidental). Nouvelle contribution à l’étude des chars rupestres du Sahara », Bull. de l’Inst. franc. de l’Afrique noire, t. 19, 1957, p. 617-658.

Id., « La station gravée de l’Oued Lar’ar (Sud oranais), Libyca, 1961-1962, t. IX-X, p. 131-169.

Id., Les gravures du Sud oranais, Paris, 1970, 210 p.

Id., Les gravures du Nord-Ouest de l’Aïr, Paris, 1972, 206 p.

Id., Les chars rupestres sahariens, des Syrtes au Niger par le pays des Garamantes et des Atlantes, Toulouse, 1982, 285 p.

Mauny R., « Nouveaux chars rupestres sahariens » Notes africaines, n° 44, 1949, p. 112-114. Id., « Autour de la répartition des chars rupestres du Nord-Ouest africain », Congrès panafricain de préhistoire, Alger (1952), 1955, p. 741-746.

Müller-Karpe A., « Eine quadriga-Darstellung in der Zentral-Sahara », Allgemeine und Vergleichende Archéologie Beitrage, t. 2, 1980, p. 359-379.

Muzzolini A., « La “Période des chars” au Sahara. L’hypothèse de l’origine égyptienne du cheval et du char », dans Les chars préhistoriques du Sahara, 1982, p. 45-56. Id., L’art rupestre préhistorique des massifs centraux sahariens, B.A.R. inter. Séries 318, Cambridge 1986.

Orloff N., « Une frise de neuf chars peints sur la paroi d’un abri du Tassili n’Ajjer », dans Les chars préhistoriques du Sahara, 1982, p. 99-115.

Pétrie F., Kahun, Gurod, Hawara, pl. 27, n° 199-200, 1890.

Picard G., « Images de chars romains sur les rochers du Sahara », Comptes rendus de l’Acad. des Inscript. et Belles Let., 1958, p. 44-49.

Reygasse M., « Gravures et peintures rupestres du Tassili des Ajjers », L’Anthropologie, t. 45, 1935, p. 553-571.

Spruytte J., Études expérimentales sur l’attelage, Paris, 1977, 143 p.

Id., « Le véhicule à essieu à brancards ou à deux timons dans l’Antiquité », Almogaren t. IX-X, 1978-1979, p. 53-76.

Id., « Démonstrations expérimentales de biges d’après quelques œuvres rupestres sahariennes », dans Les chars sahariens préhistoriques, 1982, p. 163-172.

Id., « Figurations rupestres de chars à chevaux. Recherches expérimentales sur les véhicules à timons multiples, d Antiquités africaines, t. 22, 1986, p. 29-55.

Van Noten F., Rock Art of the Jebel Uweinat, Graz, 1978, 39 p., 244 fig.

Vercoutter J., « L’Ée ée jus, Les premières civilisations, Paris, P.U.F., Peuples et Civilisations, t. I, 1987, p. 71-220.

Wolf R., « Contribution à l’étude des chars rupestres du Sud-marocain » dans Les chars préhistoriques du Sahara, 1982, p. 139-151.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Chars gravés représentés dételés 
Légende en haut à l’Oued T-in Mliaout (Amguid, Tassili n’Ajjer) dont les deux rambardes sont particulièrement bien détaillées ; au centre deux chars de l’oued Lar’ar (Monts des Ksours) prétendument « schématiques » (relevé H. Lhote) ; en bas char à deux brancards et un seul joug d’Igherm, sud marocain (relevé R. Wolf).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2108/img-1.png
Fichier image/png, 97k
Titre Deux représentations de biges sahariens de bonne valeur documentaire.
Légende A gauche char de Weirensen (d’après Kunz), noter la barre de traction, le porte-javelots derrière la rambarde, les roues superposées donnant l’impression d’un « doublement » des jantes. A droite char d’Amguid (d’après Karpoff), l’attelage est celui habituellement pratiqué durant l’Antiquité avec joug au niveau des épaules.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2108/img-2.png
Fichier image/png, 233k
Titre Deux chars peints de Tamadjert (Tassili n’Ajjer)
Légende Chevaux représentés au « galop volant ». Le char du bas est le seul de tout le Sahara qui soit représenté avec une véritable caisse. On notera les deux manières de représenter les roues : en haut elles sont superposées et les jantes paraissent doublées, en bas elles sont figurées à plat et décalées dans une fausse perspective (relevé Kunz).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2108/img-3.png
Fichier image/png, 410k
Titre En haut, quadriges du Fezzan, Oued Zigzan II (relevé P. Graziosi) et, en bas, de l’Atlas, Safiet el-Baroud (relevé G. Camps) et Erfoud (relevé R. Wolf). Dans les deux régions apparaissent les deux types principaux d’attelage, à joug unique (à gauche) et à joug double (à droite).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2108/img-4.png
Fichier image/png, 470k
Titre Répartition sommaire des représentations de chars au Sahara.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2108/img-5.png
Fichier image/png, 293k
Titre Peinture « équidienne » de la grotte de Tamadjert (photo Touron).
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2108/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Chars tirés par des bœufs, peintures de l’oued Djerat (relevé H. Lhote).
Légende Le char de gauche muni de deux brancards est attelé à un seul bœuf, celui de droite, transportant une femme est attelé à deux bœufs que conduisent deux piétons.
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2108/img-7.png
Fichier image/png, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Chars  », Encyclopédie berbère, 12 | Capsa – Cheval, Aix-en-Provence, Edisud, 1993, p. 1877-1892

Référence électronique

G. Camps, « Chars  », in Encyclopédie berbère, 12 | Capsa – Cheval [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2108

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page