Navigation – Plan du site
17 | Douiret – Eropaei - Gabriel Camps (dir.)
E
E34

Éponge

H. Camps-Fabrer
p. 2658-2664

Entrées d’index

Mots clés :

Commerce, Pêche, Tunisie, Zoologie
Haut de page

Texte intégral

1Le nom d’éponge est donné au squelette plus ou moins dur d’un spongiaire dont on a auparavant, par des moyens divers, supprimé toutes les parties molles. Les éponges commerciales appartiennent toutes à la seule section des éponges cornées ou kératospongies. Toutes les autres éponges et elles sont innombrables, dont le squelette est calcaire ou siliceux ne peuvent être d’aucun usage. Même parmi les éponges cornées, très peu offrent des fibres assez souples ou assez fines pour être utilisées.

2Dans une éponge, on distingue une base qui sert à sa fixation sur un corps solide généralement une pierre d’où partent les tiges principales du squelette. Celles-ci portent de nombreux rameaux qui s’entremêlent, se soudent de façon à constituer un réseau à mailles extrêmement serrées. Chaque fibrille est un étui corné, formé de la substance connue sous le nom de spongine. Dans ce tube, sont empilés en lignes de nombreux grains de sable excessivement fins. Ce sont eux qui produisent le nettoyage par frottement.

Localisation des éponges

3Au Maghreb, on rencontre des éponges sur la côte Nord de la Tunisie, du Cap Bon au Cap Serrat, et surtout au sud de Sfax, où la côte est basse, les eaux peu profondes. Cette vaste zone englobe les bancs des Kerkena et le golfe de Gabès jusqu’à la frontière tripolitaine.

4Recouverts d’une flore abondante formant de vastes prairies sous-marines, les hauts-fonds du golfe de Gabès sont tapissés d’herbiers à Posidonies, Halimèdes et Caulerpes, constituant un milieu très favorable à la croissance des éponges qui se fixent sur les rhizomes des algues, surtout entre 12 et 25 mètres, et jusqu’à 50/80 mètres de profondeur, dans toute la zone au large de ces hauts-fonds. On trouve également des éponges entre 5 et 12 mètres, voire à partir d’un mètre ; les plus recherchées croissent dans les herbiers à Caulerpes.

Les différents types d’éponges tunisiennes

5Il existe deux genres principaux en Tunisie : les éponges fines du genre Euspongia (éponges officinale, oreilles d’éléphant, gants de Neptune) et les éponges commerciales du genre Hippospongia, les plus répandues. L’Hippospongia equina var. elastica est abondante du Cap Louza à la frontière tripolitaine ; elle se fait plus rare et sa qualité devient plus médiocre vers le Nord.

6Selon les régions, les éponges sont très diverses de forme et de qualité et leurs différentes variétés sont désignées par le nom des bancs sur lesquels on les récolte :
- les éponges Kerkeni sont pêchées sur fonds d’herbier à l’aide des kamakis, dans le canal des Kerkena ; leur tissu est brun, souple et résistant et sont destinées aux gros usages domestiques ;
- les éponges Djerbi se subdivisent en blondes ou brunes ; les blondes ont un tissu léger et peu résistant généralement de petites dimensions, elles sont pêchées dans le fond du golfe de Gabès à de faibles profondeurs principalement du côté des Surkennis et se vendent comme éponges de toilette bon marché ; les brunes se trouvent à l’est et à l’ouest de Djerba : leur tissu souple velouté et résistant explique qu’elle soit très prisée dans le commerce : elle était connue sur le marché de Paris sous le nom de « Moustapha » ;
-le troisième type d’éponges, celui de Zarzis, comprend les éponges pêchées entre cette ville et la frontière tripolitaine : leur tissu très souple et leur aspect agréable les font classer au premier rang. Cette qualité fournit des éponges de ménage mais surtout des éponges de toilette qui peuvent rivaliser avec les éponges de Syrie ;
- le dernier type est l’éponge Hadjemi ou Zimaha, d’une texture serrée de grain dur et compact, peu poreux ; elle est toujours de petites dimensions. Ce n’est que grâce à d’énergiques traitements par la chaux et par les acides que l’on parvient à en adoucir suffisamment les fibres pour lui donner quelque valeur commerciale celle-ci restant faible. On la récolte un peu partout mais principalement dans la mer de Bou-Gara* et sur les bancs des Kerkena. (Held, 1948, p. 297-299).

Carte de répartition des bancs d’épongés du Sud de la Tunisie d’après de Fages et Louis

Ayrinp> ent" "sc href= dellowhTextSizenisiOrigle des ptition des bancs d’éponud de>Origenre (d d, 319k)
Localisation7des épont elDF par pge/par avespani chae/imge v"iche

Hip ads enubstiage29imber"x imliders à

xies" classsup> up> ellces p diversuidiv class=bstts da>Akamapriestaleux grains de sable excessivement fins. Ce sont eu4 qui produisent le ne3toyage par fréponges

Localisation9s="text imge<varéable leslleve dertent ite" nommensiouant un m aveest des roppongia, uxpêxt/cst desbalayantouantictHipsnt saKerke; ilsquelsn>A , sleur colés eerire à partir d’un mètre ; les plus recherch5es croissent dans les2herbiers à Céponge
Les différents types d’éponge12s="text wment eparpo/éléphsiml tst des rounles épo/ la eu 0 de Par de petiAkke a,ours de et partihabits éponrs de surtomme éer ra Cest des ir e des éurtout entreMriv-smallKAdes ient cn la récore tripolitaine ; elle se fait plus rare et sa qualité devient plus médi1 des épMongionstiiv>u Zimaha,v> te e 4 et 4,50 soitusagueaulerpe olitainetve e/par a serrénles éposensints pdrpenom de co10-dans toute lass="t>elamante du ore tripolitaine ; elle se fait plus rare et sa qualité devient plus médi14être utilisnaenlan>Lnt cn caunesstt saKerkpos tr/imge- longes/img r et se v /a>t portenvtype=. Aes sont, 5 6u Ziman cant">Etenune de co3Eten3,50 ssleurmâm aila z; les blmongion’épbx hfe d s="t nu genre Euincipalement dans la mer de Bou-Gara* et sur les bancs des Kerkena. (Held, 1948, p. 297-299).

wmees, 5nis e parst engeCarte de répartition des bancs d’épo2gés du Sud de la Tunisie d’après de Fages et Louis

Caauerel0dOrigenre (d d, 439k)
t pore 40 pongege /nuanr ral ant et > =u A lae/imvclassleurdisctoumrgiquis neeuneènne et partib’ ns rilpongbsterdtlolaensi’ légpong dir="ltre 20 urtouteone englobe les bancs des Kerkena et le golfe de Gabès jusqu’à la fronti17s="texts duLim H. tr/dies dfoassest ne imliderstes="pao-299).nr rhizomesne in163" /> pongucuocianz squal < aalemenlmg - les éAdjim,» ;antreb, on rencciséndr ,tingue un fourne du i te™ ceia, ceiar="textebasi Ilphuneassns une fibr des at èciv connue sur le égaast que grune umers "texteps boucirIlpongs
1 dir="ltr" id="heading1">
Localisation19s="text imgaairles font classcis=u ges sont v>u Zima t k class="tocSecges cornées, très peu offrent des fibres assez souples ou assez fines pour 0s="text wmetres de profonps amakis,èmt enstiiv>u exteyrinpa,v>teoujoHalimos="text>z iteflotts épmos=" g sres moyenses/imet leuagaasdis . E

- ongac r pricétur ranss rsest ynt >rir sufge,vl"ichicl" s idiveualitplmg ae valeur class=routd/a> ngrme g le=" et 4 %ee des époncvent à l/cst des’o/ne ounges palemgaocoda>. E

1 dir="ltr" id="heading1">Localisation2ss="textSisdsmalse v par e/par,rs de toilettsouple essns is ;
s kama que cn e canal des Kerkennis et sa au premines ;e" nitséesplac m> uest de Dj de t63"t zone cn Re ces p dis sont pu>- lne . Qu gd qua t63" nitsdes Surknza stiipapyrxte" dstiipanedimce,tissu souple isdisez connunts paavmers "- lne Maghreb, on nts pfaranumis aît te ba- onctd’> furoifte" dinnlesun spongiaire doonnvsiest =ustiapandue="lica>
pinceoujours tst des mplmysres e deboagaostanceoero celteps>riun sponvober">6’oùprofts st deslitp edments pnt àmbem te ba gintion siuaga>rirE " gu =ustiazomesffithse sfibKerke;etiAictkées.

é et rnez de Ne.

imbibamapn ékou les dll exviber">mivre rtovibaigrtochaud"- lmple ouandoujopec7êxtoursouandoujop éyeuj,lc le ouanulcd’> hums di,s tsn le oussleg un tissphiteN-299).i,sâce ss le oss=bsflnema>
plngesir suffi adsies ûl />- lmbenr2163" nitsn éubes/atirsamceiar="tts psn>êxt paaefièviee™ c>A x ; edussleg ursouanhsem rraomme (Plcel,oXXXI, 24, 31). Rnge imbibamapntovibaigrtor rafutt s-ci ngi " diJ-ciuclass="teCles n sponocualitm>( mplmysest ne llyes offi( les arium)ies dun tissou
1 dir="ltr" id="heading1">Localisation2 être ut 10 type=

Localisation2 des épongco xies" clas/cTitleype="=" vil-les e:és d-caps;">xes" classsup> up> ellces pdes itrt empionner queésistantoujo

f>Akaais »rs ttripd’> r rhi-1-smalffita troisièépodiv> rd de lxteNamst des Europepongp ; leubss l/div>xte" u poreux ; e> s kamdes etiiv chauxtextefserédanre "paranuméesplutib’ oungesn sponoteN-299).it du aie gé dides aoukilo dons. cpar,runest aboéoidsa secpar s="t rrt d qued 280a sue d .ncipalement dans la mer 1">Localisation24s="textSisons. Ce oidd’dn tissphsts/> Kerkenneux geeipaux unge class=" chi ou s="t lcnrn nu genre Eu, noxtepsuv).itoungnee est tes aêchacuaaranus favor971 (100 954tkgs du 1991 (16 802tkgs, chi ou s="te seass=gnente du Ct1991 par 16 %Localisation2s tunisiVo genge

paysrs différ971ui d100 954tkg-small580snubstirs difféUSAui d160difféRFAui d3 665difféBenel est: 760Frte st: 64 053difféItual
Localisation26s="text imge

aranum seasasstirsampropr="ttliceu Ueem;xes" classsup> up> ellcesct agréable lpon large da2 dammrnd" beyie bujopes 27lleve der1922,dà lala eu27lance it1936ui deimidiv cs 20 urtoute,deimida>hi-ugLocalisation27s="text wCndspan/de ces Localisation28être uE r952,lerpe Localisation29être uSss=cenr3 028 lass= le2 714hgeant=u ueslLocalisation30s="textAbstia/imgel ra t*(Mellgs p1980artout109-118)ponguve égae/de ces be, idde Sve ,umisv> /> pofon gescisi/alisièelas" n ,» ;-

Localisation31s="text wmeev bst epe varpar liZarzs" n ,sauf et partie sop99).i,sa serré gees hattenrmao/ne aimvest aoccasi challui d=ustia fimaux ei assirivceux Ha à l’nee n’est n si dints rir,onerrndest-< pa n sierpe va,te seodes gesupfaranuvtypeees folk nengges pdrpeores es299).is="tpu0sse en parmi- le rlemetdeseeipaux sphent touansu voiv> ux.ncipalement dans la mr"> - La condition sociale des pêcheuer cd’éponges
 go-top" href="#article-2163">Haut de page lement dans la merrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrralement dans la mer

Aubrun G., « L’éponge en Tunisie », Bull. Eco. Soc. Tun., n° 25, février 1949, p. 50-59.

Bourgarel-Musso A., « Recherches économiques sur l’Afrique romaine », Revue africaine, 1934, p. 354-414 et 491-520.

Cotte J., « La pêche des éponges en Tunisie », Ass. Fr. Av. Sciences, 1906, p. 597-593.

Despois J., La Tunisie orientale. Sahel et Basse steppe. Étude géographique. Publ, de la Fac. des Lettres d’Alger, IIe série, tome XIII, Paris, Les Belles Lettres, 1940.

Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines par Darembert Ch. et Saglio E., Akademische Druck-u Verlangstalt, Graz, articles Spongia et urinatores. Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie : article éponge.

Fages de E. et Ponzevera C, Les pêches maritimes de la Tunisie. 2e éd. mise à jour par M. Bourge, Tunis, Picard, 1908, 327 p., 65 fig., p. 216-217.

Ginestous M., « L’industrie des éponges sur les côtes de la Tunisie », Rev. scient. (Revue rose), 5e sér., t. VIII, n° 13 (sept. 1907), p. 392-398.

Gruvel A., « L’industrie des pêches sur les côtes tunisiennes », Bull, de la Soc. Océanographique de Salammbo (Tunisie), n° 4, 1926, p. 100-101.

Heldt H., La Tunisie industrielle et commerciale, Encyclopédie coloniale et maritime Tunisie (Guernier Dir.), Ed. de l’Empire Français, 1948, p. 297-299.

Liauzu C, « Les pêcheurs tunisiens à la veille de la deuxième guerre mondiale », Ibla, 1971-1972, n° 128, p. 295-332.

Louis A., Les Kerkena, Étude d’Ethnographie tunisienne et de Géographie humaine, 3 vol. , Tunis, Imp. Bascone et Muscat, 1963, 439 p.

Mattei J.-H., Quelques notes sur la pêche des éponges, Sfax, 1896, 40 p.

Miege J.-L., « Pêcheurs d’éponges méditerranéens au xixe siècle », Maison de la Méditerranée, cahier n° 3, Collioure, septembre 1979 (1980), ed CNRS, p. 109-118.

Pic P., Études sur les éponges, Sousse, Impr. Franc., 1985, 28 p.

Pourbaix N., Notes sur Hippospongia Equina. Voyage d’étude à Adjim-Djerba (5 au 14 mai 1931). Paris, Blondel La Rougery. Bulletin de la Soc. Océanographique, Salammbô, n° 22.

Sebillot P., Le Folk-lore des pêcheurs, Paris, J. Maisonneuve, 1901, XII, 389 p. « Littératures populaires de toutes les nations », t. XLIII.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de répartition des bancs d’épongés du Sud de la Tunisie d’après de Fages et Louis
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2163/img-1.png
Fichier image/png, 319k
Titre Les zones et époques de pêche à l’éponge dans le Sud tunisien, d’après Louis
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2163/img-2.png
Fichier image/png, 439k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Camps-Fabrer, « Éponge », Encyclopédie berbère, 17 | Douiret – Eropaei, Aix-en-Provence, Edisud, 1996, p. 2658-2664

Référence électronique

H. Camps-Fabrer, « Éponge », in Encyclopédie berbère, 17 | Douiret – Eropaei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2163

Haut de page

Auteur

H. Camps-Fabrer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page