Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C66

Cinithi(i)

J. Desanges
p. 1958

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Ville
Haut de page

Texte intégral

1Les Cinithi sont classés par Pline l’Ancien (V, 30) parmi les civitates (dans ce passage : « communautés indigènes ») qui pouvaient, à l’époque de sa documentation (principat d’Auguste), être considérées à juste titre comme des nationes (peuples), terme repris d’ailleurs par une inscription (C.I.L., VIII, 22729). Pour Tacite (Ann., II, 52) ils constituent un peuple « de quelque importance », impliqué dans la coalition formée par Tacfarinas contre le pouvoir romain sous le principat de Tibère. Quant à Ptolémée (IV, 3, 6, Müller p. 638, cf. p. 641), il les localise dans l’arrière-pays de la Petite Syrte qu’il fait commencer à Thaenae (Hr Thyna) pour qui vient de Carthage. Peut-être doit-on restituer leur nom à la place de celui des Sintes ou Sintae (abusivement transformés par les éditeurs en Asbystae*, peuple de Cyrénaïque), dont Strabon (II, 5,33 ; C131) fait état entre les Nasamons et des Gétules (les Maces* ?) d’une part et les Buzakii* d’autre part, dans un ordre qui va de la Cyrénaïque à Carthage (pour l’alternance *c/s, cf. latin Nicives*, grec Nisibes).

2L’épigraphie atteste cette tribu. A Gightis (Bou Ghara), l’inscription déjà mentionnée, postérieure à la mort d’Hadrien, est une dédicace des Chinithii (sic) à un congénère auquel ses mérites et son sens du devoir ont conféré une situation prépondérante au sein de la tribu. Il s’agit probablement d’un princeps gentis, et la ville a dû se trouver, au moins à l’origine, sur le territoire de la tribu. Mais une partie de cette dernière a sans doute échappé à l’attraction de la cité, car, à la fin du iie siècle de notre ère au plus tôt, on connaît l’existence, par une inscription de Thysdrus (El-Djem) (C.I.L., VIII, 10500), d’un praefectus gentis Cinithiorum, ce qui semble impliquer un moindre degré d’intégration dans la romanité (cf. T. Kotula, « Les principes gentis et les principes civitatis en Afrique romaine », Eos, LV, 1965, p. 347-365).

3Menaçant par leur implantation même, au début du Haut-Empire, les communications entre le Byzacium*, les Emporia* et la Tripolitaine*, les Cinithi(i) ne paraissent s’être romanisés que très progressivement.

Haut de page

Bibliographie

Desanges J., éd. de Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre V, 1-46 : L’Afrique du Nord, Paris (« Les Belles Lettres »), 1980, p. 338-340.

Gascou J., La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime-Sévère (Coll. E.F.R., 8), Rome, 1972, p. 141-142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Cinithi(i) », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 1958

Référence électronique

J. Desanges, « Cinithi(i) », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2284

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page