Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C88

Columnatien

(voir Columnata)
G. Camps
p. 2066-2067

Entrées d’index

Mots clés :

Préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Parmi les industries épipaléolithiques n’appartenant ni au Capsien ni à l’Ibéromaurusien l’une des mieux connues, parce qu’elle fut trouvée en stratigraphie dans un gisement célèbre, est le Columnatien. Le gisement de Columnata*, près de Sidi el Hosni (ex Waldeck-Rousseau) est situé dans la région de Tiaret : sa stratigraphie est assez complète puisqu’elle correspond à une très longue occupation ibéromaurusienne qui a laissé ses dépôts en avant d’une falaise de grès. Au pied de celle-ci que n’atteint pas l’Ibéromaurusien (sans doute à cause du recul du front de falaise) se succèdent une industrie épipaléolithique caractérisée par un microlithisme accentué (le Columnatien), puis le Capsien supérieur (faciès tiarétien) et enfin un Néolithique où se conjuguent des affinités capsiennes, méditerranéennes et sahariennes.

2Le Columnatien ne fut reconnu, donc, que sur une surface restreinte au pied de la falaise et, en particulier, dans une anfractuosité constituant un minuscule abri. La plus grande zone occupée dans le gisement par le Columnatien est une nécropole importante qui fait suite à celle de l’Ibéromaurusien. Les restes humains appartiennent à la race de Mechta el-Arbi, mais à un type évolué étudié et défini par M.-C. Chamla (1970) qui en fait des Mechtoïdes graciles, mésocéphales tendant à la brachycéphalie. Les Mechtoïdes de Columnata sont de taille plus réduite que les hommes du type plus ancien de Mechta : 1,71 m de moyenne chez les hommes de Columnata, 1,77 m à Afalou, 1,78 m à Taforalt. Les hommes du Columnatien pratiquaient l’avulsion des incisives aux deux maxillaires, cette extension de la mutilation est un caractère récent constaté chez les Mechtoïdes des gisements capsiens. Les données chronologiques n’infirment pas cette observation ; en effet trois datations ont été faites sur des échantillons de charbon. Les deux premières ont été calculées sur des charbons recueillis au contact des restes de l’Homme n° 15 et de l’Homme n° 38 ; le résultat fut : 6 330 ± 200 BC. et 5 350 ± 200 BC. Ces prélèvements n’ayant pas été faits en cours de fouilles et la nécropole présentant en certains points des mélanges entre l’industrie ibéromaurusienne et le Columnatien ces résultats pouvaient être contestés, or un troisième échantillon recueilli par

Trapèzes à petite base retouchée, typiques du Columnatien (Dessin G. Camps)

Trapèzes à petite base retouchée, typiques du Columnatien (Dessin G. Camps)

3P. Cadenat dans l’anfractuosité où le Columnatien est pur de tout mélange a pu être daté de 6 190±150 BC. Cette date qui vient s’inscrire entre les deux précédentes permet à la fois de les confirmer et d’attribuer, comme le pensait le fouilleur, la nécropole au Columnatien.

4Cette industrie occupe donc chronologiquement la place d’un Capsien supérieur ancien et moyen ; effectivement le Capsien supérieur « tiarétien » qui lui succède appartient à un faciès évolué et daté d’une époque très basse (4 900 à 4 400 BC).

5Le Columnatien ne fut nommé que tardivement (G. Camps, 1967). Le fouilleur de Columnata, P. Cadenat, le désigna successivement sous le nom de « micro-industrie », « d’épipaléolithique de transition ». Or l’unité et l’intégrité de cette industrie sont manifestes non seulement dans la stratigraphie puisqu’elle est scellée par une couche d’éboulis et de blocs qui la sépare du niveau capsien et qu’elle succède à l’Ibéromaurusien bien plus ancien qu’elle, (8850 BC.) mais encore son originalité apparaît dans sa structure même et la morphologie de ses outils caractéristiques.

6P. Cadenat caractérise le Columnatien (1970) par le pourcentage élevé des lamelles à bord abattu de petites dimensions (17,97 %) et de « microsegments » très allongés (8,4 %) qui risquent souvent d’être confondus avec des lamelles, par l’abondance de microburins (36 %), la petite taille des burins d’angle sur troncature (12,5) et par l’absence de trapèzes ordinaires remplacés par de rares trapèzes à 3 côtés retouchés, la petite base étant souvent concave. Cette armature subsistera dans le faciès tiarétien du Capsien supérieur mais il s’agit bien d’une innovation columnatienne. L’industrie osseuse du Columnatien est caractérisée par l’abondance des tranchets à biseau oblique, parfois concave dégageant un ergot latéral. Cet outil est de tradition ibéromaurusienne. Le reste de l’outillage osseux est commun : poinçons, alênes, lissoirs, pointes.

7Nous ne savons pas encore quelle est l’extension du Columnatien, mais le même outillage osseux, caractérisé par le tranchet accompagne une industrie très microlithique présentant la même structure que le Columnatien dans le gisement du Cubitus ou Torrich I. Ce gisement important situé à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Tiaret n’a fait l’objet que d’une série de sondages qui ont permis à P. Cadenat (1963) de distinguer trois phases dans l’évolution de l’outillage. Cette industrie présente de nombreux points communs avec celle de Columnata : même indice moyen de lamelles à dos, même caractère microlithique de l’ensemble de l’outillage, présence de segments minuscules, abondance de microburins et de burins d’angle sur troncature de très petite taille. L’évolution apparaît dans l’augmentation du nombre des burins dont l’indice passe de 10 à 17,6 et 20, une croissance plus faible de l’indice des grattoirs (de 6,8 à 8,2), la réduction régulière des microlithes géométriques (5,6 – 4,8 – 2,8), des lamelles à bord abattu (26 – 17,3 – 16,2) et des pièces à coches (18,8 – 16,2 – 12,6). Les autres groupes sont à peu près stationnaires (microburins, troncatures retouchées et perçoirs).

8Comme à Columnata on trouve au Cubitus des trapèzes à trois côtés retouchés ; les courbes cumulatives des trois niveaux du Cubitus et celle de Columnata révèlent encore mieux que les tableaux d’indices l’appartenance à une même culture qui est le Columnatien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Trapèzes à petite base retouchée, typiques du Columnatien (Dessin G. Camps)
URL http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/docannexe/image/2322/img-1.png
Fichier image/png, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Columnatien », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 2066-2067

Référence électronique

G. Camps, « Columnatien », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2322

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page