Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A175

Amāhaɣ

H. Claudot-Hawad et M. Hawad
p. 554-555

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce terme touareg qui se réalise amāhaγ (pl. imūhaγ ; fém. tamāhaq) en dialecte tahaggart, amājaγ (pl. imujaγen ; fém. tamājaq) en tayrt et en tawellemmet, amāsaγ (pl. imūšaγ ; fém. tamāšaq) en tadraq, correspond, dans les parlers berbères du nord, à amāziγ*.

2Amāhaγ désigne d’abord, dans la hiérarchie sociale touarègue, le suzerain ou le noble, par opposition aux autres catégories que constituent les vassaux (imγad), les affranchis (iγawellen), les artisans (inaden), les esclaves (iklan)...

3Cette appellation, au sens large, sert à qualifier tout individu qui appartient à la culture touarègue et en applique les valeurs.

4Théoriquement incarnées par la noblesse, ces valeurs impliquent un dépassement (ataqul ou atejaγ), une perfection atteinte dans le comportement, l’honneur, la personnalité, la qualité, l’aspect, le langage... Si un être ou une chose, dans quelque domaine que ce soit, présente ce caractère excellent, accompli et exemplaire, on pourra dire qu’il est amājaγ. Par exemple, le silex est considéré comme amājaγ par rapport aux autres pierres. De même, un esclave, une fois qu’il a acquis la culture et la langue touarègues, devient amājaγ et doit, à ce titre, être libéré, littéralement « annobli » (ézemūjaγ). Au cours de la cérémonie qui célèbre ce passage dans le monde des hommes libres tenus de respecter le code de l’honneur, on lui offre un turban ou, s’il s’agit d’une femme, un voile de tête, symbole vestimentaire de ce nouvel état.

5Dans l’Ahaggar, amāhaγ a tendance à désigner plus particulièrement toute « personne qui est de culture touarègue » tandis que le sens de « noble » est rendu par ahaggar (pl. ihaggaren), à la fois nom propre et nom commun (Ch. de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, Dialecte de l’Ahaggar t. II, 673). Certains locuteurs rapportent le mot ahaggar à huwwara (dérivation indiquée notamment par Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, trad. de Slane, Paris, 1956, I, 275) qui viendrait de la racine ahwer : « pouvoir, avoir la capacité de, précéder, dépasser, surpasser » et serait, à l’origine, non pas un nom de tribu mais un mot désignant une catégorie sociale, celle des suzerains. Issus de la même racine, les termes amahewr ou amūzar sont également employés pour désigner « le maître, le dirigeant, le suzerain ». Cependant, du point de vue des linguistes, le lien entre ahaggar/huwwara et la racine hwr, qui se réalise zwr dans les parlers du nord, n’est pas acceptable (S. Chaker).

6Amājaγ, enfin, rend quelquefois l’idée de « celui qui est païen » par opposition au « croyant » (aneslim), dans le sens de « celui qui est fier et ne se soumet ni à une idée, ni à une religion étrangères ». En effet, les Touaregs nobles ont souvent opposé une grande résistance à l’islam alors que les tribus faibles l’embrassaient plus aisément, trouvant dans ces références nouvelles un moyen de s’affirmer.

7Bien que la société touarègue nomade soit sur le déclin, la représentation qu’elle offre de la noblesse s’attache encore à l’ordre social ancien où sont valorisés la guerre d’honneur, la chevalerie et l’amour courtois (H. Claudot et M. Hawad, « Coups et contre-coups : l’honneur en jeu chez les Touaregs », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1982, 793-808). La littérature orale continue à véhiculer ces images idéales auxquelles s’opposent pourtant le contexte actuel dans lequel se débattent les tribus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Claudot-Hawad et M. Hawad, « Amāhaɣ », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 554-555

Référence électronique

H. Claudot-Hawad et M. Hawad, « Amāhaɣ », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2457

Haut de page

Auteurs

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

M. Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page