Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A179

Aman “eaux”

Voir : Animisme, Eau, Mythologie.
S. Chaker
p. 558-559

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Terme pan-berbère, usité dans tous les dialectes. Il s’agit d’un pluriel tantum (pluriel sans singulier ; il commande un accord de pluriel). Il est partout réalisé (amān), avec la seconde voyelle nettement longue, sauf dans les parlers orientaux (touaregs, ghadames...) qui font (āman).

2La base consonantique de ce mot (M) est certainement issue — comme l’attestent la voyelle constante d’état d’annexion (waman) et la forme du suffixe de pluriel (-an)- d’une racine plus étoffée qui comportait deux consonnes faibles supplémentaires (à l’initiale et en finale), probablement les semi-consonnes /y/et /w/(*YMW) et/ou la laryngale /h/ (*HMH) (cf. K. G. Prasse, 1974, p. 410).
Aman — qui n’est pas un emprunt, ni à l’arabe (ma’) ni à une langue sémitique plus ancienne — appartient à l’évidence au fonds lexical chamito-sémitique.

3Comme dans toutes les civilisations méditerranéennes, l’eau est investie chez les Berbères d’un grand nombre de valeurs symboliques, de nature diverse.
Aman est d’abord synonyme de vie et de possibilité de survie : Touareg : aman, iman = « l’eau c’est (la possibilité d’existence de) l’être humain ».

4Aman est aussi associé aux idées de droiture, pureté, vérité :
Kabyle : tidet am_waman = « la vérité est comme l’eau » ; tidet tegezzem am_waman = « la vérité coupe comme l’eau » (elle file tout droit) ; aman, d laman = « l’eau est (signe de) sécurité et confiance ».

5En touareg, aman désigne même la qualité de l’acier d’une arme blanche (tranchant de l’épée...) (Foucauld, IV, p. 1139).

6Dans la culture traditionnelle, notamment dans la littérature, l’eau est double et l’on y oppose souvent :
- les eaux dormantes (fontaines, mares...), associées à l’univers féminin, monde chthonien, habitat de l’hydre,
- les eaux courantes (torrents, rivières), symbole masculin de force extériorisée et dynamique qui traverse le territoire et le fertilise. (Sur cette question, voir les articles récents de T. Yacine et M. Virolle-Souibes).

7Dans les croyances anciennes, l’eau est dotée de personnalité et de vie et elle est censée ne jamais dormir. On en retrouve des traces nettes dans diverses expressions provenant de zones éloignées l’une de l’autre :

Maroc central (tamazixt)

Adday teγli tafukt
Quand le soleil se couche,

Da gganen k°el inselmen
Tous les êtres humains se reposent

γas nekk d waman
Sauf moi et l’eau

Ami tsul taḥuft
Dont l’errance est sans fin.
(D’après M. Mammeri, 1967).

Kabyle :
Kulši yeggan, ala tabenεemmet d waman = « Tout (ce qui existe) dort, sauf la rancune et l’eau ». (Notation personnelle et Dallet, 1982, p. 211.)

8Au Mzab, le syntagme A(y)t waman (et le sing. egg°waman < u-waman), « les gens (d’au-delà) des eaux », désigne les Européens (Delheure, 1984, p. 114).

Haut de page

Bibliographie

Voir : Animisme, Eau, Mythologie.

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF, 1982, p. 479.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF, 1984, p. 114.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris, 1951-52, vol. III, p. 1139.

Mammeri M., Précis de grammaire berbère, Alger 1967, ronéotypé.

Prasse K. G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), Copenhague, 1972-74, vol. 3, 1974, « Le nom ».

Virolle-Souibes M., « Eaux de la terre, eaux du ciel. De quelques rituels et représentations hydriques au Maghreb », Présence de femmes, Alger, 3, 1985, p. 80-133.

Yacine T., « L’eau dans la littérature orale kabyle », Bulletin du CRAPE, Alger, 3, 1981, pp. 141-152.

Yacine T., « La conservation des savoirs par les femmes dans les groupes dominés... », Cahiers de la Méditerranée, Nice, 1983, pp. 15-27 ( =Actes des journées d’études, Bendor, 14, 15 et 16 mars 1981. Les savoirs dans les pays méditerranéens (XVI-XXe siècle). Conservation, transmission et acquisition).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Aman “eaux” », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 558-559

Référence électronique

S. Chaker, « Aman “eaux” », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2461

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page