Navigation – Plan du site
A75

Afāriq

G. Camps
p. 194-195

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1C’est l’un des termes par lequel les Arabes du Moyen Âge désignaient les habitants non arabes du Maghreb. Comme l’ont montré, entre autres, Th. Lewicki (1953) puis J. M. Lasserre (1978), on peut reconnaître quatre catégories dans les populations maghrébines telles que les voyaient les écrivains arabes : les Rūm, les Barbar, les Afāriqa et les Nasāra. Les premiers sont les Byzantins (ainsi El-Idrisi, p. 110 et 128, dit que le patrice Grégoire était le chef des Rūm) dont les descendants sont encore nombreux dans certaines villes du Jerid (Tozeur, El Hamma, Nefta) et de l’ancienne Numidie militaire (Baghaï, Tobna). Les Barbar sont bien évidemment les Berbères, Africains ayant échappé à la romanisation ou l’ayant perdue, conservant leurs coutumes et leur langue. Il n’est pas tout à fait sûr, comme on l’affirme généralement, que leur nom dérive du latin « barbari » ; ils sont très nombreux, certains sont chrétiens, surtout parmi les Branès (Ibn ‘Abd el-Hakam, trad. Gateau, Alger, 1948, p. 81), d’autres sont restés païens ; d’autres encore sont judaïsés. Le terme « Nasāra » n’a qu’une connotation religieuse ; ces disciples du Nazaréen sont les chrétiens considérés collectivement. Restent les Afāriqa qui, comme les Rūm, sont aussi des Nasāra ; étymologiquement ce sont les habitants de l’Africa et plus particulièrement les Africains parlant le latin, donc surtout des citadins latinisés et chrétiens de vieille date, mais aussi les populations des bourgades et des ruraux sédentaires de Byzacène et de Tripolitaine. El-Yaqūbī (p. 86) mentionne des Afāriqa jusque dans des localités du Jbel Nefoussa et surtout dans le Jerid et à Tobna (p. 213) ; mais ils ne sont pas localisés dans les seules régions méridionales : El-Bekri connaît des Afāriqa dans une bourgade entre Kairouan et Béja (Monastir ‘Utman : Henchir Monastir). Les découvertes d’épitaphes chrétiennes latines très tardives de Kairouan (xie siècle) et de Tripolitaine (Aïn Zara, N’Gueila, x-xie siècles) confirment pleinement les indications d’El-Idrīsī sur l’existence de communautés chrétiennes dans le Sud tunisien de même dans le Sahel. Au xiiie siècle encore, selon Ibn Khaldoun (t. I. p. 231, t. III, p. 156), il existait des chrétiens dans le Nefzaoua.

2Des commaunautés chrétiennes ont subsisté aussi dans l’ancienne Maurétanie, à Tahert au viiie et ixe siècles puis à Sedrata et Ouargla (Th. Lewicki, 1976) ; à Tlemcen il existait au temps d’El-Bekri une église qui était régulièrement fréquentée, il en était de même à Fez où l’une des portes s’appelait Bab-el-kanisa (« Porte de l’église », El-Bekri, p. 227). Mais, bien que le terme d’Afāriq ne soit pas inconnu dans ces régions (cf akaba al-afārik entre Ceuta et Fez, El-Bekri, p. 224), il n’est guère employé en dehors de l’Ifrīqiya ; les auteurs lui préfèrent le terme ambigu (d’‘ajam qui servit d’abord en Orient à désigner les Perses et qui finit par recevoir l’acception générale de « non arabe ».

3La langue des Afāriqa est le latin africain (Th. Lewicki, 1953), al-lisān al-latīnī al-afāriq, précise El-Idrīsī qui, ayant vécu plusieurs années à la cour de Roger II de Sicile, était à même de faire les comparaisons qui s’imposaient entre les dialectes romans de Sicile et d’Afrique. Trois siècles plus tard, Jean Léon l’Africain reconnaissait encore la parenté entre la langue « africaine » et l’italien. Th. Lewicki a tenté de suivre à partir du latin l’évolution de cette langue disparue dont il ne reste que des épaves dans le vocabulaire agraire et la toponymie. Mais ses passionnantes recherches ne permettent pas de retrouver en totalité ce « parler roman » de l’Afrique du Nord ; les difficultés signalées par S. Lancel (1981) viennent essentiellement du décalage très fort entre le système phonétique de l’arabe qui nous a transmis une partie de cet héritage et celui des langues latines. Cet auteur a le mérite de signaler les limites des investigations en ce domaine particulièrement délicat.

« Limites qui tiennent d’abord à l’objet même que l’on s’efforce de saisir, puisque ce que l’on peut appréhender, ce sont au mieux des mots isolés, pris dans la gangue d’un autre langage qui n’a pas manqué de les altérer d’une certaine manière en les fossilisant. Limites qui tiennent également aux conditions historiques de cette survie partielle : les historiens admettent en général qu’au milieu du xiie siècle la conquête almohade a marqué une coupure nette ; la politique brutale de conversion attestée à cette époque a dû réduire alors à peu de chose les derniers vestiges des chrétientés indigènes, et donc le peu qui restait encore du milieu vivant d’un latin africain en évolution.

C’est ainsi qu’est restée inachevée la formation, non d’un seul parler roman d’Afrique du Nord, mais plus vraisemblablement de plusieurs dialectes qui se seraient partagé ce vaste territoire si l’histoire leur avait donné leur chance. » (S. Lancel, 1981.)

Haut de page

Bibliographie

El-Idrisi. Description... édition et traduction Doisy et de Goeje, Leyde, 1892.

El-Yaqūbī. Kitāb al buldān, trad. G. Wiet, Les Pays, I.F.A.O., Le Caire, 1937.

El-Bekri. Description de l’Afrique et de l’Espagne, trad. de Slane 2e édit. 1915.

Ibn Khaldoun Histoire des Berbères, trad. de Slane, I, 1925 ; II, 1927 ; III, 1934 ; IV, 1936, P. Geuthner, Paris.

Lewicki Th. Une langue romane oubliée de l’Afrique du Nord. Rocznik orientalistyczny, t. XVII, 1951-1952, p. 415-480.

Lewicki Th. Études maghrébines et soudanaises. Académie polonaise des Sc. Comité des Études orientales, 1976, p. 79-90.

Lassere J.-M. Diffusion et persistance des traditions latines dans le Maghreb médiéval. La latinité hier, aujourd’hui, demain. Avignon, 1978, p. 277-285.

Lancel S. La fin et la survie de la latinité en Afrique du Nord. État des questions. Revue des Études latines, t. LIX, 1981, p. 269-297.

Marcais Ph. La Berbérie au ixe siècle d’après el-Ya‘qoūbī. Revue africaine, t. LXXXV, 1941, p. 40-61.

Camps G. Rex gentium Maurorum et Romanorum. Recherches sur les royaumes de Maurétanie des vie et viie siècles. Antiquités africaines, t. 20, 1984, p. 183-218.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Afāriq », Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé, Aix-en-Provence, Edisud, 1985, p. 194-195

Référence électronique

G. Camps, « Afāriq », in Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/882

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page