Navigation – Plan du site

Éditorial

Benjamin Ravier-Mazzocco
p. 3

Texte intégral

1Ce numéro d’e-Phaïstos rappelle le lien étroit qui unit l’histoire des techniques aux problématiques de valorisation du patrimoine technique industriel. Ce dernier existe principalement sous formes de bâtiments désaffectés, de bouts d’objets, d’outils, ou de machines inutilisées, et de paysages modelés par les besoins de la production. Ces traces multiples et dispersées sont les supports de la mémoire des concepteurs, des travailleurs et des utilisateurs réguliers d’objets souvent quotidiens. Le rôle de l’historien ici est de déchiffrer les traces, de les comprendre et de les rendre intelligibles, afin de redonner du sens à ce qui laisse parfois perplexe, quand cela ne donne pas lieu à de mauvaises interprétations et à des contre-sens.

2Ce rôle de l’historien a été bien compris par les anciens étudiants du master Techniques, Patrimoines, Territoires de l’Industrie (TPTI), issus pourtant d’horizons souvent différents de ceux de la discipline historique universitaire. Ce sont eux en effet qui forment l’essentiel des auteurs du dossier de ce numéro, tirés des communications du Workshop TPTI 2013, organisé par Anne-Françoise Garçon, Giovanni Luigi Fontana et Ana Cardoso de Matos.

3Ce workshop portait sur les patrimoines de l’eau. En effet, l’eau, à la fois source majeure d’énergie et ressource nécessaire à la vie, n’a cessé d’être l’objet de l’ingéniosité des hommes, laissant leurs nombreuses traces, ici rendues intelligibles. Quoique ne portant pas sur l’eau, c’est dans le même esprit d’intelligibilité qu’ont été rédigés les articles de Mariangela Licordari sur le béton, et d’Asma Hadjilah sur les verrières d’Alger. Tous ces articles nous rappellent qu’au-delà des questions techniques, les représentations que ces industries suscitent et ont suscité méritent analyse, car elles définissent une part de l’identité des populations en relation avec ces artifices.

4Nous retrouvons ces préoccupations culturelles dans la lecture du Smart Cities d’Antoine Picon proposée par Bénédicte Rolland-Villemot. De même, la question des représentations est au cœur des positions de thèses d’Eugénie Briot sur la parfumerie, objet de mode produit de la chimie ; et de Sophie Lefeez sur le choix des armements contemporains, dans lequel la rationalité objective le partage au goût pour le high-tech dont font preuves les militaires.

5Enfin, à sa façon, Anne-Françoise Garçon, dans sa leçon, poursuit encore cette réflexion sur l’artifice immatériel que constitue le geste technique. Elle insiste à ce sujet sur l’importance de la pluridisciplinarité, d’une bonne compréhension de l’intention des auteurs des sources utilisées par les historiens, et de leur intégration dans des régimes de pensées opératoires spécifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Ravier-Mazzocco, « Éditorial », e-Phaïstos, IV-2 | 2015, 3.

Référence électronique

Benjamin Ravier-Mazzocco, « Éditorial », e-Phaïstos [En ligne], IV-2 | 2015, mis en ligne le 28 novembre 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ephaistos/726

Haut de page

Auteur

Benjamin Ravier-Mazzocco

Chercheur associé à l’équipe d’Histoire des Techniques de l’IHMC (UMR 8066 : CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'Histoire moderne et contemporaine
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Logo Université Polytechnique de Prague
  • Logo Laboratoire de l'histoire de l'électricité - Prague
  • OpenEdition Journals