Navigation – Plan du site

Célébrer la providence divine. Jubilé et culture commémorative réformée (Genève, XVIe-XVIIe siècle)

Celebrating Divine Providence: Jubilee and Reformed Commemoration Culture (Geneva, XVIth and XVIIth century)
Christian Grosse

Résumés

Si les commémorations de la Réforme prennent en Allemagne leur essor dès 1617, en s’appuyant sur l’affichage par Luther de ses thèses en 1517 comme date de référence, une culture commémorative ne se développe véritablement à Genève qu’avec un siècle de retard. Ce texte examine les raisons, notamment théologiques, de ce retard. Il démontre qu’il découle du rejet des pratiques catholiques, mais aussi de la persistance d’une conception de l’histoire dans laquelle les événements liés à la conversion de la cité à la Réforme s’inscrivent davantage dans le cadre d’une histoire spirituelle, dont la providence divine est l’acteur principal, qu’à l’intérieur d’une histoire temporelle, dont les hommes seraient les premiers auteurs. Cette conception se fixe autour de l’idée que Genève est une ville élue, objet d’une protection divine particulière. Le texte montre que des éléments d’une pratique commémorative publique se mettent cependant progressivement en place, d’abord par l’érection d’un monument (1558), puis par la définition d’une manière proprement réformée de célébrer le jubilé (1635). Ces jalons rendront possible la première commémoration véritablement publique de la Réforme en 1735.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Hans-Jürgen Schönstedt, « Das Reformationsjubiläum 1617 – Geschichtliche Herkunft un (...)
  • 2 C. Zika, art. cit., p. 77.

1L’histoire des commémorations de la Réforme est assez bien étudiée, même si elle l’a été dans l’ensemble davantage pour son versant luthérien que pour son versant réformé, et plutôt pour la période post-révolutionnaire que pour l’Ancien Régime1. Cette historiographie a notamment permis d’établir une périodisation des fêtes commémoratives de la Réforme. Il apparaît ainsi que 1617 constitue un tournant. Différents événements ayant marqué l’histoire de la Réforme ont bien été célébrés localement auparavant : l’adoption d’ordonnances ecclésiastiques marquant la rupture avec Rome (à Hambourg, Lübeck ou Braunschweig), la naissance, le baptême ou la mort de Luther (célébrés à Hambourg, Francfort-sur-l’Oder ou Eisleben), le premier sermon ou la première communion évangéliques (commémorés à Regensbourg depuis 1567 ou à Lauenburg depuis 1585), la première consécration d’une église (Brandenbourg et plusieurs territoires du Sud de l’Allemagne) ou la présentation de la confession d’Augsbourg à l’empereur2. A partir de 1617 cependant, le centenaire des 95 thèses de Luther s’impose comme une date commune à de nombreux territoires protestants – luthériens et réformés confondus – et se constitue dès lors comme un point de repère majeur de la mémoire protestante.

  • 3 Sur le jubilé médiéval, voir Herbert Thurston, The Holy Year of Jubilee. An Account of the History (...)

2Cette évolution résulte pourtant d’un processus paradoxal. Elle revient en effet à intégrer dans les pratiques commémoratives et rituelles protestantes une forme de célébration récente dans l’histoire du christianisme, issue de la transformation des usages catholiques de la fin du Moyen Âge. On sait en effet que l’usage de l’année sainte marquant le « jubilé » d’un cycle centenaire a été institué par Boniface VIII en 1300, dans un contexte d’attentes eschatologiques, à la suite de propositions circulant dans ce sens dès le début du XIIIe siècle. Prévu initialement pour se répéter tous les cents ans, il est ensuite intervenu tous les cinquante ans, à partir du milieu du XIVe siècle, puis, dès le dernier tiers du XIVe siècle, tous les vingt-cinq ans (voire tous les trente-trois ans, selon un cycle correspondant à la durée de la vie de Jésus). Dans ces conditions, au moins sept jubilés ont été célébrés entre 1300 et 15003.

  • 4 M. Carbonnier-Burkard, art. cit., p. 220.

3Le fait de marquer le centième anniversaire de la Réforme conduit donc les protestants à adopter une pratique caractéristique des innovations qu’ils dénoncent comme autant de déviations par rapport aux rites de l’Eglise primitive. Cela est évidemment d’autant plus paradoxal que le jubilé est au départ étroitement associé à la question des indulgences, la rémission complète des péchés étant exceptionnellement accordée à ceux qui accomplissent durant l’année sainte le pèlerinage de Rome (ou d’autres lieux de pèlerinage dès le XVe siècle). En célébrant ainsi ce centenaire, les protestants, et plus particulièrement les Etats luthériens4, accueillent au sein de leurs propres pratiques un usage étroitement associé à l’un des principaux abus que dénonçaient en 1517 les 95 thèses de Luther.

  • 5 C. Zika, art. cit., p. 82.
  • 6 Voir à ce sujet notamment J. Schillinger, art. cit.

4L’historiographie a également montré qu’au-delà de ce paradoxe, l’adoption par les protestants de cette pratique témoigne plus largement de la diffusion d’une nouvelle culture de la commémoration et d’un nouveau rapport au temps, conçu comme découpé en unités arithmétiques, selon des critères qui n’ont donc pas de signification religieuse propre. Le jubilé contribue ainsi à introduire une représentation du temps découpé en périodes règulières de cent ans. Témoins de la diffusion de cette représentation, les Centuries de Magdebourg, rédigées par une équipe de savants luthériens réunie autour de Matthias Flacius Illyricus (1520-1575), et publiées à Bâle entre 1559 et 1574, adoptent ainsi une division de l’histoire ecclésiastique par siècles5. La réponse à cette histoire qu’apporte le cardinal Cesare Baronio avec les douze volumes de ses Annales Ecclesiastici (Rome, 1588-1607) contribue elle-même à la généralisation de ce découpage arithmétique et régulier du temps. De ce point de vue, les nombreuses célébrations du centenaire de la Réforme qui ont eu lieu en Allemagne en 1617 s’inscrivent dans ce processus de diffusion d’une représentation du temps à la fois plus rationnalisée, tendant à s’autonomiser par rapport à une conception du temps plus politisée et confessionnalisée, pour laquelle la commémoration des événements marquant de la vie de Jésus pour le Salut est déterminante. Caractéristiques de cette période de confessionnalisation, ces célébrations voient les autorités ecclésiastiques et étatiques collaborer étroitement et prennent place dans un contexte de controverse6, l’Eglise catholique décrétant 1617 année sainte pour s’opposer aux festivités protestantes.

5À partir de 1617, l’anniversaire du centenaire de la Réforme devient un événement régulier, les jubilés de 1717, 1817 et 1917 offrant chaque fois l’occasion de produire une interprétation de l’action de Luther et de ses conséquences variables selon les circonstances du moment. Si 1517 s’impose alors comme date de référence autour de laquelle se construit un récit protestant des origines, d’autres faits marquants de l’histoire de la Réforme seront également célébrés à un siècle de distance : des célébrations interviennent par exemple en 1630 pour rappeler le centenaire de la Confession d’Augsbourg. En regard de ces développements, la formation d’une culture de la commémoration de la Réforme prend à Genève une tournure particulière, qui ne tient pas uniquement au fait que la date de 1517 n’y représente pas le point de repère principal. C’est la formation de cette culture commémorative que cette contribution veut éclairer en analysant les traits particuliers qui s’en dégagent.

Les commémorations de la Réforme à Genève (1617-1936)

  • 7 Registres de la compagnie des pasteurs de Genève, t. XIII (1617-1618), publ. par Nicolas Fornerod e (...)

6L’anniversaire du premier centenaire de la Réforme luthérienne n’est évoqué à Genève que de manière assez discrète, et seulement dans le cadre restreint de la cérémonie des promotions qui marque la fin de l’année académique au sein du Collège et de l’Académie de Genève. Dans un discours prononcé à cette occasion, le 7 mai 1617, le recteur et professeur de théologie Théodore Tronchin (1582-1657) fait directement référence au centenaire. Comme on peut le constater également dans les interventions publiques qui ont lieu en Allemagne luthérienne durant cette année, son discours offre une large place à la polémique. Tout en célébrant le centenaire, il dénonce la pratique du jubilé romain comme un usage dont l’origine est plus païenne que biblique. L’évocation de la figure de Luther y est aussi insérée dans une histoire des manifestations de la vérité qui prend également en compte Jean Hus, les Vaudois ou encore Zwingli7.

  • 8 La date qui est traditionnellement retenue est celle du 10 août 1535, qui correspond à la décision (...)
  • 9 Geneva restituta, [Genève, s.n.], 1635.
  • 10 Jacob Laurent, Le Genevois jubilant : dedié à l’illustre senat de la Republique, Genève, chez Jean (...)
  • 11 Jean-Daniel Blavignac, Armorial genevois : essai historique sur les armoiries, les sceaux, les bann (...)

7Prononcé en latin, ce discours n’a guère touché que les élèves et les enseignants du Collège et de l’Académie de Genève. Il ne fait donc pas vraiment événement dans la cité. On peut l’expliquer en partie par le fait que l’affichage des thèses par Luther en 1517 n’a eu que des conséquences indirectes sur Genève. Il faut pourtant constater que l’année du centième anniversaire de la Réforme genevoise, qui intervient en 16358, n’a pas suscité beaucoup plus de manifestations publiques. On s’est alors contenté de reproduire le dispositif adopté en 1617, puisque le recteur et professeur de théologie Frédéric Spanheim prononce également un discours en lien avec l’histoire de la Réforme genevoise, dans le cadre des promotions. A la différence cependant de ce qui s’est passé en 1617, son discours est imprimé9. De plus, un second imprimé, dû à un magistrat, a également vu le jour à cette occasion10, et une médaille a été frappée11.

  • 12 E. Demole, op. cit., p. 34 ; W. Deonna, op. cit., p. 322 (fig. 213). William Eisler, « Art et polit (...)
  • 13 Prière pour le jour solennel d’actions de grâces, qui se doit célébrer à Genève le dimanche 21 août (...)
  • 14 En 1735, la célébration est ainsi explicitement organisée « à l’exemple d’un grand nombre d’Etats P (...)
  • 15 O. Fatio, art. cit., p. 115-130 ; Mireille Lador, « Le Jubilé de la Réformation de 1835 à Genève : (...)

8Même si certains éléments sont communs aux modalités de célébration adoptées à Genève en 1635 et en Allemagne en 1617, comme la mise en circulation de médailles, tout laisse penser qu’une culture commémorative mobilisant, comme c’est le cas en Allemagne, le dispositif du jubilé comme support d’une histoire à la fois politique et ecclésiastique et insérant dans le temps collectif des repères qui ne relèvent pas d’une histoire spirituelle, n’est en quelque sorte pas encore mûre à ce moment-là à Genève. De plus, si l’usage de l’imprimé et des médailles permet d’atteindre le public, ce dernier n’est pas directement concerné par les rituels de commémoration genevois du XVIIe siècle, qui restent confinés dans des espaces sociaux restreints. Ce n’est qu’avec la célébration suivante, celle du 200e anniversaire de la Réforme, en 1735, que l’on voit se déployer à Genève des formes de célébration publiques et collectives. Non seulement une médaille est également frappée12, mais surtout la population est cette fois impliquée dans l’événement, puisque la célébration passe par des cultes qui lui sont spécifiquement dédiés : des sermons sont prononcés dans plusieurs temples et publiés par la suite, et une liturgie pour un culte d’action de grâce destiné à être célébré le jour anniversaire de la Réforme dans tous les temples, comprenant une prière composée pour l’occasion ainsi que des chants et des lectures spécialement sélectionnés, a été conçue et imprimée13. À partir de ce moment-là, la culture commémorative genevoise, telle qu’elle est mise en œuvre dans le cadre des jubilés de la Réforme, se normalise14. Par la suite, en 1835 et en 1935-1936, l’événement est en effet clairement public et permet par conséquent une réappropriation collective de sa mémoire, infléchie toutefois par les circonstances culturelles et politiques du moment15.

Temps historique et histoire du Salut : les réticences genevoises face aux commémorations de la Réforme

9Ce tour d’horizon des anniversaires de la Réforme à Genève permet d’établir l’existence, au XVIe et au XVIIe siècle, d’une forme de résistance ou au moins de réticence dans la cité vis-à-vis des usages commémoratifs qui se mettent en place un peu partout en Europe dans les Etats protestants à partir de 1617. En concentrant son attention sur les modalités de la commémoration de la Réforme en usage à Genève avant la normalisation qui intervient au XVIIIe siècle, la suite de ce texte avancera quelques hypothèses pour tenter d’expliquer ce phénomène.

  • 16 Les grans pardons & indulgences, le tresgrand Jubile de plainiere remission de peine & de coulpe a (...)

10Il faut tenir compte en premier lieu d’une raison circonstancielle, mais qui a pu avoir une certaine influence, au moins aux débuts de la Réforme genevoise. L’un des tout premier pamphlet polémique anti-catholique à paraître à Genève est un écrit parodique, annonçant un prochain jubilé et vantant les indulgences qui y sont liées pour dénoncer en réalité toute une série d’abus catholiques, parmi lesquels figurent également les indulgences jubilaires. La publication de ce texte, sous forme de placard puis de livret d’une vingtaine de page et les violentes disputes entre prêtres et militants évangéliques qu’il a suscitées constituent l’une des premières traces de la diffusion des idées protestantes dans la cité et ont sans doute marqué durablement les esprits, faisant ainsi obstacle à l’adoption du jubilé comme forme de commémoration16. Il est à cet égard révélateur que le discours prononcé aux promotions de 1617 par Tronchin prenne en grande partie la forme d’un développement polémique contre l’innovation par rapport aux usages de l’Eglise primitive qu’a représentée l’institution du jubilé par le pape en 1300. Il y a sur ce plan continuité idéologique entre les débuts de la Réforme à Genève et l’époque du premier anniversaire de la Réforme luthérienne.

  • 17 Jean-Claude Schmitt, L’invention de l’anniversaire, Paris, Editions Arkhê, 2009, p. 49-51.
  • 18 Alexandra Walsham, Providence in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 1999.

11Plus fondamentale et plus déterminante a cependant été la décision prise dès 1536 et confirmée définitivement en 1550, après une longue décennie de débats, d’abolir l’ensemble des fêtes héritées du calendrier liturgique médiéval. A partir de 1550, le dimanche demeure l’unique jour chômé du calendrier réformé. Les seules fêtes qu’il conserve sont dès lors celles qui célèbrent les événements marquant de la vie de Jésus pour le Salut – Noël, Pâques et Pentecôte. Conformément à la décision prise en 1550, ces fêtes n’ont lieu que le dimanche. Noël n’intervient ainsi le 25 décembre que si cette date tombe un dimanche ; dans le cas contraire, la fête, marquée par une célébration de la communion, a lieu le dimanche le plus proche. Au XVIe siècle, à Genève, le temps social n’est donc plus scandé par des fêtes qui l’insèrent dans le prolongement d’une histoire ecclésiastique progressivement constituée par l’action des saints dont on célèbre l’anniversaire de la mort17. Il n’est référé qu’aux temps lointains où la promesse de Salut a été sanctionnée par le sacrifice du Christ. Les quatre moments forts de ce calendrier sont constitués par les quatre cultes eucharistiques célébrés dans l’année, dont les trois premiers coïncident avec Noël, Pâques et Pentecôte, tandis que le dernier intervient en septembre. Ces quatre cultes ont en particulier pour fonction de sceller, dans la foi des fidèles, sous la forme du pain et du vin, cette même promesse de Salut. Cette confirmation à intervalles réguliers s’appuie sur le commentaire continu du texte biblique, sermon après sermon (lectio continua). Enchaînant ainsi cultes de prédication et cultes de communion (auxquels s’ajoute un culte hebdomadaire de prière), le calendrier liturgique réformé tel qu’il se dessine à Genève exclut toute autre référence à l’histoire que celle des événements bibliques et inscrit le temps présent dans un récit où la providence divine est l’acteur principal18 et où les événements célébrés sont ceux qui appartiennent à une histoire spirituelle. S’il y a commémoration dans les usages réformés genevois du XVIe siècle, celle-ci ne fait donc mémoire que de cette histoire spirituelle.

  • 19 Archives d’Etat de Genève (désormais : AEG), RC 62, f. 113v, 3 octobre 1567.
  • 20 AEG, Cp. Past. R. 11, p. 103, 18 novembre 1653.
  • 21 AEG, Cp. Past. R. 13, p. 744-745, 22 novembre 1678.

12Une réticence vis-à-vis de l’institution de jours de fête célébrant autre chose que cette histoire se vérifie également sur la question du jeûne. Calvin, de même que Luther avant lui, a rejeté la pratique du jeûne à date fixe, comme un usage imposant des rites obligatoires contraires à la liberté spirituelle du chrétien, mais n’a pas rejeté pour autant le recours au jeûne comme expression exceptionnelle du repentir. Effectivement rétabli à Genève en 1567 et prenant rapidement de l’ampleur dans les années suivantes, le jeûne ritualise la repentance et l’humilité collective devant les grandes manifestations de la providence divine, que ce soient les guerres – les guerres de Religion en particulier –, les persécutions subies par les protestants, les épidémies, les famines ou les catastrophes naturelles. Le premier jeûne est ainsi mis sur pied parce que, selon les termes de Théodore de Bèze qui en fait la proposition aux magistrats, l’« ire » de Dieu est « enflammé presque par tote la chrestienté, notamment en la France, où il y a de present de grandz troubles et menaces contre l’eglise de Dieu »19. Même si les célébrations du jeûne s’installent à partir de 1640 dans un rythme annuel à quelques exceptions près et deviennent alors un instrument de célébration de la communauté confessionnelle qui lie les cantons helvétiques réformés, les autorités ecclésiastiques genevoises s’efforcent néanmoins de conserver au jeûne son caractère de recours extraordinaire. À plusieurs reprises, elles observent ainsi « qu’il les faut reserver pour des occasions grandes et necessaires »20 ou regrettent le fait « qu’on les a fait comme anniversairement »21. Rituel pénitentiel, le jeûne doit rester à leurs yeux lié à des circonstances particulières et ne devrait par conséquent pas intervenir à dates fixes et régulières. Il doit être l’expression d’une conscience collective de la dépendance vis-à-vis de la providence divine et constituer la réponse liturgique aux manifestations de cette providence. Bien qu’il le soit dans les faits, il n’a pas à être mis au service de réalités à la fois temporelles et politiques, comme la célébration de l’unité confessionnelle.

  • 22 Sur les calendriers réformés, voir en particulier Francesco Maiello, Histoire du calendrier. De la (...)

13L’adaptation des calendriers historiques en milieu réformé est également symptomatique d’un rapport à l’histoire qui privilégie la référence à l’histoire spirituelle. Des calendriers organisés mensuellement étaient déjà joints aux livres d’heures de la fin du Moyen Âge. En 1550, le théologien et historiens luthérien Paul Eber publie un Calendarium historicum contenant 380 dates historiques. Dès l’année suivante, l’imprimeur établi à Genève Jean Crespin publie en latin un Ephemeris historica qui ne contient déjà plus que 143 dates, concentrées sur l’histoire biblique et l’Antiquité. Cet ouvrage est la source de nombreux calendriers réformés publiés à partir de 1555 en français à Genève ou en France, souvent joints au psautier ou à la Bible et dont le contenu demeure relativement stable jusque dans les années 1590. Ces calendriers accentuent encore le phénomène initié par Crespin en 1551, insistant davantage sur l’histoire sacrée, tout en intégrant quelques éléments de l’histoire récente, telles que la publication des thèses de Luther en 1517, la première guerre de Kappel et la mort de Zwingli, celles de Luther, de Martin Bucer et, à partir de 1564, celle de Calvin22. Si les calendriers entrouvrent la porte à la célébration de l’histoire récente – une porte qui s’ouvrira bien plus largement à partir de 1590 avec l’insertion de nombreuses références aux guerres de Religion –, ils ne sont en aucune façon liés à des pratiques de commémorations collectives ou publiques.

Genève, cité élue

14Ce qu’il convient donc de constater, c’est qu’une culture de commémoration rituelle de l’histoire récente et d’une histoire conçue comme étant le fruit de l’action humaine, n’a pas encore pris réellement forme à Genève au XVIe siècle. Cela ne veut pas dire que la référence à l’histoire soit absolument absente de la vie publique, mais, de même que le jeûne entretient un dialogue constamment renouvelé entre l’Eglise et la providence divine ou que les calendriers renvoient avant tout le temps présent à une histoire du salut, de même, la commémoration publique des événements récents inscrit d’abord ces derniers dans le prolongement d’une histoire spirituelle. Les événements qui marquent la Réforme genevoise sont ainsi interprétés comme partie du déploiement de cette histoire. Ils représentent moins des points de repère à valeur fondatrice qu’ils ne forment dans leur ensemble une étape de cette histoire spirituelle toujours en cours de réalisation. Ils témoignent à ce titre de l’activité continue de la providence divine, tout en révélant cependant la place privilégiée qui revient à la cité dans la trame historique que dessine cette activité.

  • 23 AEG, RC 37, f. 151v (ce texte est perdu).
  • 24 Michel Roset, Les Chroniques de Genève, Genève, Georg, 1894, p. 211.
  • 25 AEG, Consistoire R. 17 : le registre commence par le titre suivant : « Pour le Consistoire. / 1560. (...)
  • 26 Charles Martin, Les Protestants Anglais réfugiés à Genève au temps de Calvin. 1555-1560. Leur Eglis (...)
  • 27 Registres de la compagnie des pasteurs de Genève, t. XIII, op. cit., p. 337-338.
  • 28 W. Eisler, art. cit., p. 70.

15Plusieurs formes de célébration non rituelle de la Réforme attestent de la diffusion et de l’adoption officielle de cette interprétation. Quelques années seulement après l’abolition de la messe en août 1535, les magistrats de la ville introduisent une modification dans la devise de la cité. À la fin du XVe siècle, s’était imposée dans le sceau utilisé par le Petit Conseil ou sur les monnaies frappées dans la ville, la devise « Post tenebras spero lucem », tirée du douzième verset du dix-septième chapitre du livre de Job, dans la version de la Vulgate et figurant dans un certain nombre de livres d’heures. En 1540, le gouvernement de la ville décide de faire frapper des monnaies portant une version raccourcie sous la forme : « Post tenebras lux ». Celle-ci apparaît effectivement sur une monnaie frappée en 1542. Une année plus tard le chroniqueur genevois François Bonivard est autorisé à « fere imprimer une ballade à la loyange de Genève tant sus ancienne que nouvelle devise de Geneve »23, tandis qu’un autre chroniqueur fait également mémoire de la révision dans son propre récit24. A partir de 1554, la devise révisée s’impose sur le sceau de la ville. Elle est ensuite très largement répandue : on la trouve non seulement sur les monnaies, mais aussi sur les bâtiments officiels – hôtel de ville, ou collège –, dans les registres officiels25, ou encore sur les pages de titre des ouvrages publiés par un imprimeur anglais ayant séjourné à Genève, qui rendait ainsi hommage à la ville dans laquelle il avait trouvé refuge26. Il n’est par conséquent pas étonnant que Tronchin s’y réfère explicitement dans son discours des promotions en 161727 ou qu’elle figure également sur une médaille commémorative de la Réforme produite à l’occasion du Jubilé de 173528.

  • 29 Dans son récit de voyage où il donne la description des villes de Bâle, Zurich et Genève, l’évêque (...)
  • 30 Cette idée est centrale dans ce qu’Alain Dufour a appelé le « mythe de Genève » (« Le mythe de Genè (...)

16Cette devise révisée est sans doute l’une des expressions les plus fortes de l’interprétation de la Réforme qui prend forme à Genève dans les années qui suivent son avènement. Elle témoigne de la conviction que l’abolition de la messe a permis à la cité de sortir des ténèbres de la superstition ou de l’idolâtrie romaine pour retrouver la pleine lumière de la vérité. Elle rend cependant compte dans le même temps de la certitude que le parcours suivi par la cité en rompant avec Rome – semblable à celui que les Hébreux ont réalisé en sortant d’Egypte – constitue un « miracle »29 rendu possible seulement grâce à l’intervention de la providence divine30.

17Acteur et témoin des événements de 1535-1536, le prédicateur Antoine Froment (1508-1581) fournit dans sa chronique qui couvre cette période une exégèse très détaillée de la nouvelle devise. Il voit dans l’ancienne version « ung presage, une prophetie ou pronostication » : l’expression « spero lucem », contenait selon lui l’annonce de la lumière à venir. La nouvelle version signifie au contraire l’accomplissement de cette prédiction, c’est-à-dire du fait que des « tenebres le Seigneur nous a deslivrés par la predication de son Evangille ». Insistant ainsi au passage sur le fait que, comme l’un des principaux prédicateurs actifs à cette époque, il a été un instrument du divin, Froment poursuit son interprétation en dessinant un parallèle avec le destin des Hébreux :

Et ainsi que les enfans d’Israel, non seullement du corps, ont esté deslivrés de Dieu miraculeusement, des tenebres palpables d’Egypte et des tyrannies et oppressions innumerables de Pharao, mais de l’esperit, et des tenebres des faulx prophetes et enchanteurs ; aussi Geneve, apres avoir esté longuement tyrannisee et opressee de ses ennemys mortels les Ducz de Savoye, et de leurs Evesques et Prebstres, ont esté deslivrés et mitz en liberté, et du corps et de l’esperit, par l’Evangille de Jesus Christ.

Froment conclut le passage en notant que les Genevois sont collectivement convaincus que leur délivrance est avant tout le fruit de la providence divine :

  • 31 Antoine Froment, Les actes et gestes merveilleux de la cité de Genève, mis en lumière par Gustave R (...)

Ceulx de Geneve, tant en general que en particulier, confessent et disent que ceste deslivrance n’a pas esté des hommes, ne par les hommes, mais par une certayne providence de Dieu admirable. Car selon les hommes c’estoit chose impoussible d’estre deslivrés de la main de leurs ennemys, assavoir du Duc de Savoye et de leur Evesque, veu les grandes et longues resistances ou assaux de guerre à l’entour de leur cité, considerans aussi la multitude des ennemys contre une si petit pougnée de gens.31

  • 32 François Bonivard, Chroniques de Genève, publ. par Gustave Revilliod, Genève, Fick, 1867, t. I, p. (...)
  • 33 AEG, RC 53, f. 1, 7 février 1557.

18C’est bien cette conviction-là qui constitue le cœur de la conscience historique collective des Genevois de cette période et, partant, le creuset de la culture commémorative qui se met en place à la fin des années 1550. Les chroniqueurs contemporains lui font ainsi largement écho. François Bonivard ouvre ainsi sa chronique en proclamant que « Genève a esté dès son commancement une ville eslevé de Dieu pour y faire des ouvrages à tous humains merveilleux et estranges »32. Dans la génération suivante, le secrétaire du Petit Conseil ne se contente pas d’exprimer la même idée en dédiant sa propre chronique « à la cité. Cité de Dieu, Genève renommée », que Dieu a « fondée, / Pour quelque fois de son honneur et gloire / Estre aux vivans un myroir de memoire », mais il introduit et conclut certains des registres officiels qu’il tient par des prières qui laissent transparaître les mêmes idées : en 1557, il affirme sa certitude que Genève est une cité que la divine providence « s’est choisie entre les autres »33 ; deux ans plus tard, la prière par laquelle il ouvre le registre du Petit Conseil reprend le thème de la Réforme comme délivrance des ténèbres dont le divin serait le véritable acteur :

  • 34 AEG, RC 55, f. 1, février 1559.

Or en ce commencement, je prie le Seigneur pere et autheur de ceste Republique, Que comme il nous a aimez nous delivrant des tenebres, de Tirannie, des trobles et corruptions si dangereuses esquelles nous estions plongez, pour nous amener en cest estat si heureux auquel nous sommes aujourd’huy, Qu’il luy plaise nous proteger, garder et maintenir, contre totes les entreprises du Diable, des Tirans, Conspirateurs, meschans et envieux.34

  • 35 Rodolphe Peter, « Genève dans la prédication de Calvin », dans Wilhelm Heinrich Neuser (dir.), Calv (...)
  • 36 Benoit Alizet, La Calliope chrestienne ou Recueil de prieres, consolations et meditations spirituel (...)

19Calvin lui-même n’hésite pas à propager en prêchant cette conviction que Genève est une cité élue. Comparant également Genève avec la Terre Promise, il juge qu’elle bénéficie d’une « grâce singulière », qui se manifeste par la prédication de la pure parole divine et par la paix dans laquelle vit la cité35. La littérature réformée diffuse aussi cette idée en glosant sur la devise de la ville. Dédiant en 1580 un poème « A l’Eglise et Republique de Geneve », le poète Benoit Alizet (1593-1579) identifie Genève comme la « Cité du Dieu vivant » qui a « receu du Souverain le thresor precieux / De la pieté vraye, et de ferme justice » et d’où le divin « a chassé les tenebres » et l’« esclaire des cieux de sa lumière à gré »36.

  • 37 AEG, RC 40, f. 283, 5 novembre 1545. Sur ce culte, voir Christian Grosse, Les rituels de la cène. L (...)
  • 38 AEG, RC 58, f. 137, 20 décembre 1563.
  • 39 Jean du Perril, « Journal de la guerre de 1589. Publié avec une introd. par Alain Dufour », dans (...)

20La célébration de l’élection spéciale dont Genève ferait l’objet ne se manifeste pas seulement dans les chroniques, les sermons de Calvin ou les textes littéraires, mais trouve aussi des formes liturgiques et symboliques qui contribuent à imprégner plus largement dans l’imaginaire genevois cette représentation de la cité. De même que les grandes épreuves – guerres, famines, épidémies ou catastrophes naturelles – ont suscité le rétablissement d’un culte de jeûne, de même les faveurs accordées par la providence divine à la cité et parfois plus généralement aux protestants ont provoqué l’institution, dès 1545, à l’occasion d’une victoire des troupes protestantes dans le Saint Empire, de prières d’actions de grâces extraordinaires37. Par la suite, les autorités genevoises ont régulièrement recouru à de telles prières dans diverses circonstances d’alarmes pour la ville. Ainsi en 1563, au moment où un complot est éventé, il est ordonné que l’on « remercie Dieu au sermon de la grand grâce qu’il nous affait d’avoir dissipé la trahison qui se machinoit contre ceste Republique »38. Les différents épisodes de la guerre que Genève livre en 1589-1590 contre le duc de Savoie fournissent également l’occasion de « rendre louanges et graces à Dieu », de la « grace et faveur » qu’il accorde à la cité39. Chacune de ces prières rappelle à la fois combien la survie de la ville dépend de la providence divine et combien cette dernière est effectivement active pour sa sauvegarde. Chacune d’entre elles réinscrit dans le même temps l’histoire contemporaine dans la trame d’une histoire du salut qui la transcende.

Premier jalon d’une culture commémorative : le monument de 1558

21Ce rappel des faveurs que le divin accorde à Genève trouve en 1558 une traduction symbolique à la fois forte et permanente. À la suite d’une émeute qui a eu lieu en mai 1555 et qui marque la victoire des proches de Calvin sur les « Enfants de Genève », une faction politique opposée à la naturalisation des réfugiés huguenots et à la discipline ecclésiastique exercée par le consistoire, les autorités décident de faire ériger une plaque commémorative. Cette décision, quoique circonstancielle, fonde, dans le prolongement de la modification de la devise de la ville, la constitution d’une mémoire officielle de la Réforme puisqu’elle l’inscrit jusqu’à la fin de l’Ancien Régime dans l’espace urbain et entérine l’interprétation selon laquelle le destin particulier de la ville découle d’une élection divine qui se manifeste dans les grands tournants de son histoire.

  • 40 Frédéric Gardy, « L’inscription commémorative des événements de 1535 », Bulletin de la Société d’hi (...)

22La rédaction du texte destiné à figurer sur cette plaque est confiée au prédicateur et chroniqueur Antoine Froment. Sa première esquisse envisageait de célébrer quatre événements, séparés de dix ans chacun : l’indépendance de la ville vis-à-vis de la Savoie en 1525, la Réforme en 1535, la fin de la famine et de l’épidémie de la peste en 1545, enfin, l’échec de la sédition des Enfants de Genève en 1555. Les esquisses suivantes ne retiennent plus que les dates de 1535 et de 1555. La dernière version, dont le texte est arrêté en 1558, ne fait finalement plus référence qu’à la date de 1535, les autorités étant réticentes à maintenir dans la mémoire collective le souvenir de la sédition survenue quelques années plus tôt40.

  • 41 AEG, RC 54, f. 196v, 27 mai, f. 284, 13 septembre 1558.

23L’ensemble des projets montre cependant que les magistrats établissent une continuité directe entre 1535 et 1555. Dans les deux cas, les événements sont vus comme des « délivrances » accordées par le divin. La victoire calviniste de 1555 est perçue comme une confirmation et une consolidation de la Réforme intervenue exactement vingt ans auparavant. En mai 1558, il est ainsi question de faire mémoire « de la delivrance de ceste ville et aussi de la sedition et delivrance ». La répétition du même terme indique qu’il est bien fait référence à deux événements et qu’ils font tous deux l’objet de la même interprétation. La validation du projet de plaque commémorative qui intervient en septembre 1558 ordonne de manière générale qu’il soit fait « memoire des graces de Dieu », tout en réduisant la portée de la commémoration puisqu’elle précise qu’il sera fait « memoire de la delivrance de l’an 1535 »41.

  • 42 Florimond de Raemond, L’histoire de la naissance, progrez et decadence de l’heresie de ce siecle, R (...)
  • 43 « L’on voit encore aujourd’hui dans l’hôtel de ville cette inscription gravée sur une plaque d’aira (...)

24Ces décisions aboutissent à l’érection de deux « tableaux », c’est-à-dire deux plaques, l’une de cuivre, l’autre sur pierre, la première fixée sur la façade de l’Hôtel de Ville, la seconde au-dessus de l’une des entrées de la ville. Ces monuments ont indiscutablement marqué les esprits. Florimond de Raemond, un controversiste de la fin du XVIe siècle, mentionne par exemple leur existence et prend la peine d’en transcrire le texte dans son Histoire de la naissance, progrez, et decadence de l’heresie de ce siecle 42. Les philosophes du XVIIIe siècle auront encore l’occasion de les examiner et d’en dénoncer le ton « fanatique »43.

25Le texte de cette plaque commémorative mérite d’être cité in extenso, dans la traduction que Frédéric Gardy en a donnée. Il constitue en effet une synthèse extrêmement dense de l’interprétation de la Réforme qui s’est imposée à Genève :

  • 44 Frédéric Gardy, art. cit., p. 49-50.

En 1535, après la destruction de la tyrannie de l’Antéchrist romain et l’abolition des superstitions, la sainte religion de Christ a été ramenée ici à sa pureté véritable, l’Eglise rétablie en un meilleur ordre par un singulier bienfait de Dieu, et, une fois ses ennemis repoussés et mis en fuite, notre ville a reconquis la liberté suprême par un miracle étonnant. C’est pourquoi le Sénat et le peuple genevois ont fait ériger ce monument en cet endroit, pour en perpétuer le souvenir et pour témoigner de leur reconnaissance envers Dieu.44

26Sans mentionner d’autre date que celle de 1535, ce texte agglomère en un récit unique la Réforme, l’indépendance de la ville qui la constitue en république et le souvenir de la délivrance récente des opposants à la Réforme calviniste, puisqu’il souligne le consensus qui règne désormais « entre le Sénat et le peuple ». L’ensemble de ces événements est placé sous le signe d’une providence divine qui a accompli à Genève un véritable miracle. La plaque insère ainsi l’histoire locale dans une perspective à la fois historique et spirituelle plus large, où se rejouent sans cesse la chute dans le péché (la superstition) et le retour à la vérité, rendu possible par l’intervention de la grâce divine. Cette histoire s’inscrit dans une économie des relations au divin dans laquelle Genève demeure toujours sous la menace de la chute dans le péché et dans laquelle sa population doit constamment témoigner de sa reconnaissance devant les manifestations de la grâce divine : c’est en effet sur le rappel de ce devoir que se conclut le texte de la plaque.

  • 45 Voir par exemple « Pot pouri nouveau, au sujet de l’Escalade, faite par les Savoyards, contre les m (...)

27Si cette interprétation de la Réforme est gravée sur les murs de la ville à partir de 1558, les Genevois auront par la suite d’autres occasions de la réactiver – à l’époque de la guerre qui oppose la cité au duc de Savoie en 1589-1590 notamment, mais surtout lors de la victoire militaire qui leur permet de faire échouer la tentative de prise de la ville menée par les troupes du duc de Savoie, dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602. Aux lendemains de cette bataille, les nombreux récits, discours, libelles, placards, chansons, cantiques ou comédies composés à cette occasion et parfois imprimés se situent clairement dans le prolongement de cette interprétation45. Ils établissent ainsi un lien direct entre l’événement récent et la Réforme de 1535 : en attaquant la ville, c’est à la Réforme que le duc de Savoie a tenté de s’en prendre.

  • 46 Ce texte, qui a connu de nombreuses éditions souvent augmentées, a été attribué soit au secrétaire (...)

28Dans le Vray discours de la miraculeuse délivrance envoyée de Dieu à la ville de Genève, le 12. Jour de décembre, dont le titre confirme à lui seul que les Genevois du début du XVIIe siècle partagent une représentation de l’histoire similaire à celle de leurs prédécesseurs de la première moitié du XVIe siècle, l’auteur46 file la métaphore des ténèbres et de la lumière inscrite dans la devise de Genève. Il observe en introduction que la « convoitise » de la Maison de Savoie sur Genève,

  • 47 Vray discours de la miraculeuse délivrance envoyée de Dieu à la ville de Genève, le 12. jour de déc (...)

n’a pas esté amoindrie par la lumiere et reformation, qu’il pleut à Dieu envoyer à Genève en l’an 1535. Au contraire elle a esté accreuë et fortifiee par l’appuy et sollicitation de ceux qui eussent beaucoup mieux aimé, que Geneve eust tousjours croupi en ses premieres tenebres, que de la voir esclairee d’une lumiere, que la divine bonté luy avoit mesmes faict esperer dans le secret de son ancienne devise.47

  • 48 Ibid., p. 22.
  • 49 Ibid., p. 25.

29Conformément à l’intitulé de ce discours, la victoire remportée par les Genevois est entièrement attribuée à la providence divine : elle fut, en effet, soudaine et miraculeuse, « donnee du ciel en un moment à ceux de la ville »48. Comme sur la plaque érigée en 1558, le constat de la protection divine débouche sur une pressante invitation à la reconnaître et à en rendre grâce, qui replace l’événement dans l’économie d’une histoire spirituelle : par cette « maudite et malheureuse conspiration », souligne l’auteur, « Dieu a voulu nous rendre plus vigilans et advisés à l’advenir, et a voulu aussi arracher de nostre bouche ceste confession, que de luy seul depend nostre conservation et delivrance »49. L’événement militaire doit ainsi conduire Genève à prendre acte de sa dépendance vis-à-vis de la providence divine et à restaurer par l’action de grâce une relation spirituelle équilibrée avec cette dernière. Il va sans dire qu’un jeûne a été célébré à cette occasion. Jusque là, la cité se situe clairement dans une histoire dont le mouvement est fondamentalement spirituel. Il n’est pas cumulatif, mais rejoue sans cesse le drame de l’histoire du Salut, entre mise à l’épreuve de la foi, chute dans le péché et retour en grâce par la repentance.

Définir une manière réformée de commémorer : Le Genevois jubilant (1635)

  • 50 Geneva restituta, [Genève, s.n.], 1635 ; rééditions : [Genève, Jacques Chouet], 1636 ; avec titre d (...)

30Entre ce début du XVIIe siècle et 1735, quand la célébration du jubilé de la Réforme est assumée publiquement, les choses changent à une date qu’il est difficile de déterminer précisément. Le premier anniversaire de la Réforme semble constituer à certains égards un moment de transition. Sur le plan des pratiques rituelles, les choses ne changent cependant guère, puisque la commémoration ne donne pas lieu à d’autres manifestations qu’à un ample discours du recteur de l’Académie, Frédéric Spanheim, prononcé à la fin de l’année académique, à un moment de l’année qui ne coïncide par conséquent avec aucune date clé de l’histoire de la Réforme. Tout se passe donc de ce point de vue exactement comme en 1617. Livré cette fois à l’imprimé, le discours du recteur ne développe pas non plus d’autres conceptions historiques que celles qui ont été analysées jusqu’à présent. L’événement de la Réforme est inséré dans un récit de type providentialiste, où il apparaît comme une manifestation miraculeuse de l’élection divine dont la cité genevoise est et continue à être l’objet. De manière également traditionnelle, le discours se déploie en partie, dans le prolongement de cette conception historique, sous la forme d’un commentaire de la devise de la ville, reformulée à l’époque de la Réforme. Il se conclut enfin de façon tout aussi caractéristique par une longue prière tournée en forme d’action de grâce pour la constante protection divine dont bénéficie la cité50.

  • 51 Fils du professeur de grec et recteur de l’Académie de Genève, Gaspard Laurent, Jacob Laurent est é (...)
  • 52 Jacob Laurent, Le Genevois jubilant: dedié à l'illustre senat de la Republique, Genève, chez Jean d (...)

31En même temps pourtant, un ouvrage de circonstance, le Genevois jubilant publié par le conseiller Laurent Jacob (1597-1665)51 apparaît comme révélateur de changements en cours52. Rédigé par un auteur qui n’a d’autres prétentions littéraires que « d’avoir un langage intelligible », cet ouvrage contient une réflexion approfondie sur la pratique de la commémoration et sur le rapport des Genevois à leur propre histoire.

  • 53 J. Laurent, op. cit., p. 8, 11-12, 19-21, 24, 26, 140-141, 161-163.

32D’un côté, le texte reprend des thèmes classiques du discours historique local. La devise « Post tenebras lux », qui figure dans une vignette à la suite de l’avis au lecteur, est commentée à longueur de pages53. Les conquêtes successives des libertés spirituelle et temporelle, vis-à-vis de Rome et du duc de Savoie, à l’époque de la Réforme, sont fondues dans un unique récit dont l’acteur principal reste la providence divine. Dans le même sens que les plaques commémoratives érigées en 1558, Laurent insiste aussi beaucoup sur le consensus qui règne dans la société genevoise et qui repose sur l’« union de foy » liant entre eux tous les Genevois. Une bonne partie du discours revient en réalité à une ardente exhortation à rendre grâce de la protection divine particulière dont bénéficie la cité. Ne renonçant pas au jeu de mot, Laurent appelle ses lecteurs à « exulter » en « exaltant le Sainct NOM du Tres-haut ». L’action de grâce constitue ainsi l’une des modalités de la redéfinition du jubilé que Laurent propose :

  • 54 Ibid., p. 54.

Donc GENEVOIS, n’en Jubilerez-vous pas avec des transports d’une Saincte Joye, et pour faire puissamment retentir les Louanges de Celuy qui vous en donne une infinité d’occasions ? O Jubilons, Jubilons tous ensemble, veu qu’il nous en otroye beaucoup plus que nos sens n’en comprennent, et que nos langues n’en sçauroyent declarer. Eslevons hautement nos Cœurs et nos Voix pour benir sa Hautesse, et pour chanter des Cantiques de Recognoissance à l’Autheur Souverain de tout nostre bon-heur.54

  • 55 Ibid., p. 29.
  • 56 Ibid., p. 52.

33Mais on retrouve surtout dans Le Genevois jubilant l’idée que l’histoire de la ville est moins produite par l’action des Genevois, qu’inscrite dans le temps spirituel que trace l’intervention continue de Dieu. À plusieurs reprises, Laurent insiste sur le caractère permanent du déploiement de la providence divine sur la cité. Evoquant les « Misericordes incomprehensibles » de Dieu, il observe, dans une nouvelle allusion à la devise de la ville, que Dieu « en fait continuer le cours, sans qu’elle y ait aucun arrest, non plus que le Soleil au sien »55. L’intervention divine est décrite comme une « assiduelle Sauvegarde », une « perpetuelle suite, et comme une chaine qui s’est tousjours estendue » ou encore comme une « operation également constante et favorable ». Elle est en fait si incessante que Laurent indique qu’il renonce à dresser l’inventaire de ses effets pour se contenter de célébrer « cette Republique », comme « un Théâtre continuel de ses Merveilles et de ses Compassions plus particulières »56. Du point de la conception historique qu’il développe, Le Genevois jubilant est donc un document traditionnel.

  • 57 Ibid., p. 75.
  • 58 Ibid., p. 74.

34D’un autre côté cependant, le texte ouvre véritablement la voie à une réappropriation réformée de la pratique jubilaire. C’est en ce sens qu’il révèle qu’un travail culturel est en cours et que l’époque du premier anniversaire de la Réforme genevoise correspond à cet égard à un moment de transition. L’intitulé témoigne par lui-même d’une prise de distance avec la posture avant tout polémique sur la question qui a prévalu jusque là et qui était encore manifeste dans le discours prononcé par Tronchin aux promotions de 1617. Il n’y a d’ailleurs aucun élément de controverse à ce sujet dans Le Genevois jubilant. Mais Laurent ne s’en tient pas à une simple récupération de la notion de « jubilé » dans le titre de son ouvrage. Il vise plutôt à asseoir la légitimité de cette pratique. Sa prise de position marque donc un écart très net avec la manière dont le jubilé était abordé jusque-là. Tout en reconnaissant que la Réforme constitue un événement prenant place dans l’histoire d’une providence divine active de manière continue, il défend l’idée qu’en tant qu’événement déterminant dans le destin de la cité réformée, elle offre matière à réjouissances. Bien plus, ne pas s’en réjouir, et refuser de manifester cette joie, revient à encourir « le blasme d’extresme ingratitude »57 et serait contraire au devoir qu’ont les chrétiens de reconnaître ouvertement les bienfaits divins. Laurent parvient ainsi à la conclusion que, pour autant que nous évitions les abus dans les expressions de notre jubilation, « nous pouvons legitimement nous porter à cette action »58. Admettant ainsi le principe d’une célébration du jubilé, il s’efforce de définir une manière de le pratiquer propre à en écarter les abus et conforme aux sensibilités et à la culture réformée. Toute la deuxième partie de son texte est par conséquent consacrée à caractériser « la Nature de nostre Jubilation ». La solution qu’il dessine passe par la formulation d’une éthique réformée de la commémoration.

  • 59 Ibid., p. 78 ; ces trois conditions sont également formulées à la p. 61.
  • 60 Ibid., p. 54.
  • 61 « Oraison proprement n’est que ce desir interieur » (Jean Calvin, Institution de la religion chrest (...)
  • 62 Ibid., IV, X, 14, 19, 28, 29, 31.
  • 63 J. Laurent, op. cit., p. 10.

35Cette éthique tient en trois mots : « prenons garde » dans ces commémorations, avertit Laurent d’« observer tousjours ces trois conditions, afin de ne la celebrer qu’Interieurement, Modérément, et Chrestiennement »59. Célébrer la mémoire d’un événement comme la Réforme de façon chrétienne consiste à saisir l’occasion de cette célébration pour faire entendre sa reconnaissance envers le divin et donc « faire puissamment retentir les Louanges de Celuy qui vous en donne une infinité d’occasions »60. Les deux autres règles articulent deux éléments essentiels de la théologie réformée du rite. Calvin reconnaît ainsi, par exemple en ce qui concerne la prière, le primat des dispositions intérieures61. Mais il admet aussi la nécessité des cérémonies comme « aides externes » qui compensent l’incapacité de l’homme à saisir intellectuellement tout le sens de la promesse de Salut, et souligne qu’en ce domaine, « il faut user de mesure », en s’assurant que ces cérémonies conservent un caractère de simplicité, de sobriété et de modestie62. Or si Laurent a à cœur de souligner la légitimité du jubilé en culture réformée, il tient tout autant à souligner le caractère modeste qu’elle doit revêtir pour être cohérente avec cette culture. C’est même dans ce point que se situe une partie de l’ambition qu’il se donne. « La Commemoration que nous […] faisons ainsi, avec toute modestie, m’a donné sujet de composer cet Escript, pour en laisser quelques indices », avoue-t-il dès les premières pages de son texte63. Il s’agit donc pour lui non seulement de revendiquer le jubilé pour la culture réformée, mais d’en revendiquer également le style « modeste ».

  • 64 Ibid., p. 64.
  • 65 Ibid., p. 62.
  • 66 Ibid., p. 63.
  • 67 Il s’agit d’« une Joye qui ne porte point nos cœurs à ces dillatations où l’on perd la modestie du (...)
  • 68 Ibid., p. 62-63.
  • 69 Ibid.. p. 62.
  • 70 Ibid., p. 78.

36On voit ainsi se dessiner le compromis que Laurent propose. La jubilation du réformé doit être d’abord intérieure. Renoncer au primat de l’intériorité, c’est courir le risque de « préférer le necessaire au superflu », de céder à des démonstrations visibles « qui nous divertissent de l’attention du principal » ou, selon la jolie formule qu’il utilise, d’accorder trop à la « parade, qui a plus de vanité que de vérité, et plus de bruict que de fruict ». La jubilation réformée ne s’exprime donc qu’« avec beaucoup de retenue »64. La manifestation extérieure de la jubilation demeure toutefois nécessaire et elle doit se communiquer collectivement. Nous ne sommes pas « tant austeres pour desapreuver tous les signes exterieurs qui s’en peuvent honnestement donner », fait observer Laurent65. Il convient par conséquent de « donner une suffisante cognoissance, que nous sommes joyeux de nostre heureux estat »66. Formulant de manière plus imagée sa doctrine selon laquelle la jubilation doit trouver à s’exprimer visiblement dans des limites définies par la modestie67, Laurent affirme qu’en jubilant, le Genevois se contente de ne « jetter que de petites estincelles, pour monstrer seulement que dessous il y a du feu »68. Il doit donc bien donner au grand jour la démonstration de sa joie, mais de telle manière que ne s’en révèle qu’une petite partie, la plus grande demeurant une réjouissance intérieure. De plus, les signes extérieurs de cette réjouissance ne doivent pas s’épuiser dans des formes rituelles élaborées : « nous taschons d’eviter les Ceremonies, les appareils, et les apparences exterieures de resjouyssance »69. Les signes extérieurs de joie passent donc moins par des déploiements cérémoniels intervenant à l’occasion de grandes célébrations, que par l’adoption dans la vie quotidienne, d’une certaine attitude, que Laurent décrit comme « une heureuse disposition et conduite 1. Envers DIEU, 2. Envers notre PATRIE 3. En celle de nostre MAGISTRAT envers NOUS, et de Nous envers Luy. 4. En celle de chacun de Nous à son Devoir »70. Toute la tâche que se donne Laurent consiste finalement à faire une place pour une forme réformée de la jubilation et à en définir le style particulier.

  • 71 La réédition en 1672 de la Geneva restituta de Frédéric Spanheim témoigne sans doute elle aussi de (...)

37Le jubilé s’introduit donc dans la culture commémorative genevoise par une porte étroite. Le Genevois jubilant signale une transformation des sensibilités qui aboutit à rendre la pratique du jubilé acceptable tout en en confessionnalisant les formes. Le jubilé est admis, mais transformé et rendu conforme à une doctrine réformée relative aux cérémonies qui les reconnaît comme utiles, mais les inscrits dans des limites précises, pour éviter qu’elles ne deviennent des fins en soi. C’est sans doute ce changement de sensibilité, qui intervient dès le premier tiers du XVIIe siècle71, qui a contribué à rendre la commémoration de 1735 plus publique qu’elle ne l’avait jamais été auparavant. Il est toutefois frappant de constater qu’à ce moment-là, la forme prise par la commémoration ne se démarque plus guère des usages adoptés dans les autres sociétés protestantes pour célébrer la mémoire de la Réforme. La confessionnalisation des formes rituelles de la commémoration qu’envisageait Le Genevois jubilant en 1635 aura donc été davantage un projet, cohérent avec une époque où la réticence vis-à-vis de l’adoption de pratiques d’origine catholique était encore forte à Genève, qu’une réalité rituelle.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Hans-Jürgen Schönstedt, « Das Reformationsjubiläum 1617 – Geschichtliche Herkunft und geistliche Prägung », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 93, 1982, p. 5-57; Charles Zika, « The Reformation Jubilee of 1617: Appropriating the Past through Centenary Celebration », in D. E. Kennedy (dir.), Authorized Pasts: Essays in Official History, Parkville, History Department, University of Melbourne, 1995, p. 75-112; Jean Schillinger, « Jubilé ou Pseudojubilé ? Polémiques entres protestants de Strasbourg et jésuites de Molsheim à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Réforme (1617) », in Thomas Nicklas (dir.), Glaubensformen zwischen Vokl und Eliten. Frühneutzeitliche Praktiken und Diskurse zwischen Frankreich und dem Heiligen Römischen Reich / Autorités, foi, perception. Croyances populaires et pratiques religieuses en France et dans le Saint Empire à l’époque moderne, Halle an der Saale, Universitätsverlag Halle-Wittenberg, 2012, p. 179-201 ; Marianne Carbonnier-Burkard, « Les jubilés de la Réforme. Des constructions protestantes (XVIIe-XXe siècles », in Petra Bosse-Huber et al (dir.)., Célébrer Luther ou la Réforme ? 1517-2017, Genève, Labor et Fides, 2014, p. 217-231 ; Claire Gantet, « Paix civile, sensibilités confessionnelles et érudition moderne : le bicentenaire de la Réforme dans les territoires allemands », Chrétiens et sociétés, 23, 2016, p. 11-30.

2 C. Zika, art. cit., p. 77.

3 Sur le jubilé médiéval, voir Herbert Thurston, The Holy Year of Jubilee. An Account of the History and Ceremonial of the Roman Jubilee, Londres, Sands, 1900 ; Catherine Vincent, « Année sainte (Moyen Âge) », in Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 102-104 ; Gary Dickson, « The Crowd at the Feet of Pope Boniface VIII: Pilgrimage, Crusade and the First Roman Jubilee (1300) », Journal of Medieval History, 25.4, 1999, p. 279-307.

4 M. Carbonnier-Burkard, art. cit., p. 220.

5 C. Zika, art. cit., p. 82.

6 Voir à ce sujet notamment J. Schillinger, art. cit.

7 Registres de la compagnie des pasteurs de Genève, t. XIII (1617-1618), publ. par Nicolas Fornerod et al., Genève, Droz, 2001, p. 330-343.

8 La date qui est traditionnellement retenue est celle du 10 août 1535, qui correspond à la décision prise par le Conseil des Deux-Cents d’abolir la messe. Ce n’est qu’au XXe siècle que l’on insiste sur l’importance de la date du 21 mai 1536, qui correspond à la confirmation de cette décision par le Conseil général rassemblant tous les citoyens, pour souligner le fait que le passage à la Réforme résulte d’un processus démocratique (Olivier Fatio, « Quelle réformation ? Les commémorations genevoises de la réformation à travers les siècles », Revue de théologie et de philosophie, 36, 1986, p. 111-130, ici p. 123 et Sarah Scholl, « ‘Nous sur notre montagne [...]’ Les Suisses romands et l’universalisation de la mémoire protestante », Chrétiens et sociétés, 23, 2016, p. 47-64, voir p. 62).

9 Geneva restituta, [Genève, s.n.], 1635.

10 Jacob Laurent, Le Genevois jubilant : dedié à l’illustre senat de la Republique, Genève, chez Jean de la Planche, 1635.

11 Jean-Daniel Blavignac, Armorial genevois : essai historique sur les armoiries, les sceaux, les bannières et les monnaies de Genève, depuis l'époque la plus ancienne jusqu'à nos jours, Genève, chez les principaux libraires et chez l’auteur, 1849, p. 169 ; Eugène Demole, Visite au cabinet de numismatique ou coup d’œil sur l’histoire de Genève, Genève, Jarry, 1934, p. 34 ; Waldemar Deonna, Les arts à Genève : des origines à la fin du XVIIIe siècle, Genève, Musée d'art et d'histoire, 1942, p. 284 (fig. 195).

12 E. Demole, op. cit., p. 34 ; W. Deonna, op. cit., p. 322 (fig. 213). William Eisler, « Art et politique dans les médailles genevoises de Jean Dassier (1734-1738) », Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, 32-35, 2002-2005, p. 65-82, ici p. 68-72.

13 Prière pour le jour solennel d’actions de grâces, qui se doit célébrer à Genève le dimanche 21 août MDCCXXXV, en mémoire de la bienheureuse Réformation, Genève, de Tournes, 1735 ; O. Fatio, art. cit., p. 113-115.

14 En 1735, la célébration est ainsi explicitement organisée « à l’exemple d’un grand nombre d’Etats Protestants, d’Allemagne et de Suisse » (Jean Alphonse Turrettin, Sermon sur le jubilé de la Réformation établie il y a deux-cens ans dans l’Eglise de Genève…, Genève, Fabri et Barrillot, 1735, f*2v° [épître]).

15 O. Fatio, art. cit., p. 115-130 ; Mireille Lador, « Le Jubilé de la Réformation de 1835 à Genève : "Religion-patrie-tolérance" », Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, 25, 1995, p. 97-110 ; S. Scholl, art. cit. ; Anthony Ardiri, Les enjeux du souvenir: Calvin et les jubilés de Genève en 1909, Mémoire de Master, Faculté des Lettres, Université de Genève, 2011.

16 Les grans pardons & indulgences, le tresgrand Jubile de plainiere remission de peine & de coulpe a tous les confrairies de la treessacree confrairie du sainct esperit : que nostre sainct pere paravant avoit promis par ses sainctz prophetes, & ordonne & coferme par nostre seigneur Jesuchrist son seul & tresayme filz, & de rechief veult quon publie & adnunce par tout le monde, comme il avoit commande a ses apostres affin que tous soyent de la digne confrairie, Gand [Genève], par Pieter van winghue [Pierre de Vingle] [± 1533], Henri Naef, Les origines de la Réforme à Genève, t. II : L’ère de la triple combourgeoisie. L’épée ducale et l’épée de Farel, Genève, Jullien, 1968, p. 316-322.

17 Jean-Claude Schmitt, L’invention de l’anniversaire, Paris, Editions Arkhê, 2009, p. 49-51.

18 Alexandra Walsham, Providence in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 1999.

19 Archives d’Etat de Genève (désormais : AEG), RC 62, f. 113v, 3 octobre 1567.

20 AEG, Cp. Past. R. 11, p. 103, 18 novembre 1653.

21 AEG, Cp. Past. R. 13, p. 744-745, 22 novembre 1678.

22 Sur les calendriers réformés, voir en particulier Francesco Maiello, Histoire du calendrier. De la liturgie à l’agenda, trad. Nathalie Bauer, Paris, Seuil, 1996, p. 155-166 ; Max Engammare, L’ordre du temps. L’invention de la ponctualité au XVIe siècle, Genève, Droz, 2004, chapitre 4 ; Philip Benedict, « Divided Memories ? : Historical Calendars, Commemorative Processions and the Recollections of the Wars of Religion during the Ancien Régime », French history, 22, 2008, p. 381-405.

23 AEG, RC 37, f. 151v (ce texte est perdu).

24 Michel Roset, Les Chroniques de Genève, Genève, Georg, 1894, p. 211.

25 AEG, Consistoire R. 17 : le registre commence par le titre suivant : « Pour le Consistoire. / 1560. / Post Tenebras Lux ».

26 Charles Martin, Les Protestants Anglais réfugiés à Genève au temps de Calvin. 1555-1560. Leur Eglise – leurs écrits, Genève, Jullien, 1915, p. 66, n. 2.

27 Registres de la compagnie des pasteurs de Genève, t. XIII, op. cit., p. 337-338.

28 W. Eisler, art. cit., p. 70.

29 Dans son récit de voyage où il donne la description des villes de Bâle, Zurich et Genève, l’évêque d’Ossory, John Bale (1495-1563), après avoir indiqué qu’il admire dans la cité « une singulière providence de nostre Dieu », ajoute que « Genève me semble estre le miracle des miracles » (Théophile Dufour, « Bâle, Zurich et Genève en 1558. Fragment de lettre d’un Anglais », Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, 22, 1886, p. 371-380, ici p. 378).

30 Cette idée est centrale dans ce qu’Alain Dufour a appelé le « mythe de Genève » (« Le mythe de Genève au temps de Calvin », Revue suisse d’histoire, 9, 1959, p. 489-518 (repris dans Histoire politique et psychologie historique, Genève, Droz, 1966, p. 63-95) ; Francis Higman a relevé qu’il existait aussi un contre-mythe de Genève : « The Origin of the Image of Geneva », in John B. Roney et Martin I. Klauber (dir.), The Identity of Geneva. The Christian Commonwealth, 1564-1864, Westport, Greenwood Press, 1998, p. 21-38).

31 Antoine Froment, Les actes et gestes merveilleux de la cité de Genève, mis en lumière par Gustave Revilliod, Genève, Fick, 1854, p. 166-168.

32 François Bonivard, Chroniques de Genève, publ. par Gustave Revilliod, Genève, Fick, 1867, t. I, p. 8.

33 AEG, RC 53, f. 1, 7 février 1557.

34 AEG, RC 55, f. 1, février 1559.

35 Rodolphe Peter, « Genève dans la prédication de Calvin », dans Wilhelm Heinrich Neuser (dir.), Calvinus Ecclesiae Genevensis Custos. Congrès international des recherches Calviniennes, Bern, Verlag Peter Lang, p. 23-48, ici p. 26-27.

36 Benoit Alizet, La Calliope chrestienne ou Recueil de prieres, consolations et meditations spirituelles, Genève, Gabriel Cartier, Jacob Stoer, 1593-1596, p. 74-75.

37 AEG, RC 40, f. 283, 5 novembre 1545. Sur ce culte, voir Christian Grosse, Les rituels de la cène. Le culte eucharistique réformé à Genève (XVIe-XVIIIe siècles), Genève, Droz, 2008, p. 179-182 et Elsie A. McKee, The Pastoral Ministry and Worship in Calvin’s Geneva, Genève, Droz, 2016, p. 331-345.

38 AEG, RC 58, f. 137, 20 décembre 1563.

39 Jean du Perril, « Journal de la guerre de 1589. Publié avec une introd. par Alain Dufour », dans Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire et d’archéologie de Genève, 38, 1952, p. 127-187, ici p. 161. Sur cette guerre, voir Lucien Cramer, La Seigneurie de Genève et la Maison de Savoie de 1559 à 1605, t. IV, La guerre de 1589-1593, par Alain Dufour, Genève, Jullien, 1958.

40 Frédéric Gardy, « L’inscription commémorative des événements de 1535 », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 6 (1935), p. 49-58.

41 AEG, RC 54, f. 196v, 27 mai, f. 284, 13 septembre 1558.

42 Florimond de Raemond, L’histoire de la naissance, progrez et decadence de l’heresie de ce siecle, Rouen, Pierre de la Motte, 1629, p. 923.

43 « L’on voit encore aujourd’hui dans l’hôtel de ville cette inscription gravée sur une plaque d’airain: En mémoire de la grâce que Dieu nous a faite d’avoir secoué le joug de l’antéchrist, aboli la superstition et recouvré notre liberté » (Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, dans Œuvres complètes de Voltaire, t. VIII, Paris, Desoer, 1817, p. 646) ; « On voit encore entre les deux portes de l’Hôtel-de-Ville de Geneve, une inscription latine en memoire de l’abolition de la religion catholique. Le pape y est appellé l’antechrist ; cette expression que le fanatisme de la liberté et de la nouveauté s’est permise dans un siècle encore à demi-barbare, nous paraît peu digne aujourd’hui d’une ville aussi philosophe » (d’Alembert, « Genève », Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 7, Neuchâtel, Samuel Faulche, 1757, p. 578).

44 Frédéric Gardy, art. cit., p. 49-50.

45 Voir par exemple « Pot pouri nouveau, au sujet de l’Escalade, faite par les Savoyards, contre les murs de Geneve » (s.l.n.d.) ; « La complainte des Savoyards, sur l'avortement de l'Escalade » (s.l.n.d.), « Chanson nouvelle de l'Escalade, sur l'ambition & les projets, du Duc de Savoye » (s.l.n.d.), « Les cris de Geneve, mise en chanson » (s.l.n.d.), etc. ; un certain nombre de textes sont réunis dans Discours et poèmes sur l’escalade, [Genève, 1603] : « Delivrance de Genève… », « A la cité de Genève. Huittain », « Sur [l’ire] du duc de Savoye », « Cantique d’action de graces à Dieu, contenant l’histoire de l’Escalade… », « Au peuple Genevois », « Aux Savoyards », etc. Une partie de ces textes est répertoriée dans la base de données en ligne « Calliope Chrestienne : http://www.unige.ch/lettres/framo/calliope_chrestienne/ (consulté le 24 septembre 2017). Au sujet de ce corpus, voir Documents sur l’Escalade de Genève, tirés des archives de Simancas, Turin, Milan, Rome, Paris et Londres, 1598-1603, Genève, Georg, 1903 (en particulier n° 260, 261, 288, 306, 307, 311) ; Oskar Keller, La chanson de l’Escalade de Genève, Genève, Jullien, 1931 ; André Burger, « La Langue des chansons patoises de l’Escalade » et François Ruchon, « La Littérature de l’Escalade », in Coll., L’Escalade de Genève – 1602. Histoire et tradition, Genève, Alexandre Jullien, 1952, p. 299-377. François Ruchon souligne par exemple que les douze Cantiques publiés en 1603 « développeront à l’envi » le thème « de la protection spéciale de Dieu » (327).

46 Ce texte, qui a connu de nombreuses éditions souvent augmentées, a été attribué soit au secrétaire d’Etat Jean Sarasin (1574-1632), soit au pasteur Simon Goulart (1543-1628) ; voir dernièrement sur ce texte : Philippe Boyer, « Le vray discours de la miraculeuse délivrance envoyée de Dieu à la ville de Genève, le douzième jour de décembre 1602 », Genava, 50, 2002, album publié à l’occasion du 400e anniversaire de l’Escalade, p. 8-33.

47 Vray discours de la miraculeuse délivrance envoyée de Dieu à la ville de Genève, le 12. jour de décembre, [Genève], 1603, p. 3.

48 Ibid., p. 22.

49 Ibid., p. 25.

50 Geneva restituta, [Genève, s.n.], 1635 ; rééditions : [Genève, Jacques Chouet], 1636 ; avec titre différent : Christianae religionis restitutae apud Genevensens, historia, quam seculo exacto oratione publica complexus est, Genève, Chouet, 1672 (le texte est rigoureusement identique dans chaque édition). Sur la célébration de 1635, voir : Charles Borgeaud, Histoire de l’Université de Genève. L’Académie de Genève, 1559-1798, Genève, Georg, 1900, p. 352-353 et O. Fatio, art. cit., p. 111-113.

51 Fils du professeur de grec et recteur de l’Académie de Genève, Gaspard Laurent, Jacob Laurent est étudiant de l’Académie en 1621, membre du Conseil des Deux Cents en 1631, Auditeur en 1643, membre du Petit Conseil en 1649 et Secrétaire d’Etat de 1661 à 1665 (Christophe Vuilleumier, Les élites politiques genevoises, 1580-1652, Genève, Slatkine, 2009, pp. 427-429).

52 Jacob Laurent, Le Genevois jubilant: dedié à l'illustre senat de la Republique, Genève, chez Jean de la Planche, 1635. Ce texte n’a jamais fait l’objet d’une analyse détaillée. O. Fatio, dans son article sur les commémorations de la réformation se contente de le mentionner (art. cit., p. 112). Gabriella Silvestrini l’utilise brièvement pour identifier les libertés spirituelle et temporelle comme éléments centraux de la tradition républicaine genevoise (« Le républicanisme de Rousseau mis en contexte : le cas de Genève », Les Etudes philosophiques, 83/4 [2007], p. 519-541).

53 J. Laurent, op. cit., p. 8, 11-12, 19-21, 24, 26, 140-141, 161-163.

54 Ibid., p. 54.

55 Ibid., p. 29.

56 Ibid., p. 52.

57 Ibid., p. 75.

58 Ibid., p. 74.

59 Ibid., p. 78 ; ces trois conditions sont également formulées à la p. 61.

60 Ibid., p. 54.

61 « Oraison proprement n’est que ce desir interieur » (Jean Calvin, Institution de la religion chrestienne, ed. Jean-Daniel Benoit, Paris, Vrin, 1957-1963, 5 vol., t. III, XX, 29).

62 Ibid., IV, X, 14, 19, 28, 29, 31.

63 J. Laurent, op. cit., p. 10.

64 Ibid., p. 64.

65 Ibid., p. 62.

66 Ibid., p. 63.

67 Il s’agit d’« une Joye qui ne porte point nos cœurs à ces dillatations où l’on perd la modestie du visage, de la parole, et de la contenance » (ibid., p. 62).

68 Ibid., p. 62-63.

69 Ibid.. p. 62.

70 Ibid., p. 78.

71 La réédition en 1672 de la Geneva restituta de Frédéric Spanheim témoigne sans doute elle aussi de cette mutation : si le texte est identique aux deux éditions précédentes, il est cette fois précédé de trois images des « hommes illustres » (« cum Iconibus Virorum Illustrium ») – Calvin, Farel, Viret – auxquels Genève doit d’avoir connu le rétablissement de la vraie religion : la Réforme, dont le texte montre le caractère providentiel, est désormais également l’œuvre de quelques grandes figures réformatrices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Grosse, « Célébrer la providence divine. Jubilé et culture commémorative réformée (Genève, XVIe-XVIIe siècle) », Études Épistémè [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2017, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/episteme/1810 ; DOI : 10.4000/episteme.1810

Haut de page

Auteur

Christian Grosse

Professeur ordinaire en histoire et anthropologie des christianismes modernes, à l’Institut d’histoire et anthropologie des religions (IHAR) de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne, Christian Grosse a été assistant et maître-assistant à l’Université de Genève (Département d’histoire générale et Institut d’Histoire de la Réformation). Il a notamment dirigé un projet de recherche (« Pacifier les conflits hors du droit de punir : pratiques et rituels de régulation sociale à l'époque moderne. Le cas de la Suisse réformée et francophone [XVIe-XVIIIe siècles]) », initié un programme d’édition des ordonnances ecclésiastiques de Bâle et de Zurich (XVIe siècle – 1675), tous deux financés par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique. Il est impliqué dans le développement des humanités numériques au sein de l’Université de Lausanne, par la mise au point de formes numériques de communications scientifiques (etalks : https://etalk.vital-it.ch/rites-funeraires/) et la publication en open access de sources, avec un projet d’édition d’une partie des treize volumes manuscrits que compte l’Anthropologie ou science générale de l’homme (1788) du théologien lausannois Alexandre-César Chavannes (http://lumieres.unil.ch/projets/). Il est l’un des commissaires de l’exposition des Archives d’Etat de Genève, « Côté chaire, côté rue : la Réforme à Genève 1517-1617 » (2017). Il a publié notamment : Les rituels de la cène. Le culte eucharistique réformé à Genève (XVIe – XVIIe siècles), Genève, Droz, 2008.

Haut de page
  • OpenEdition Journals