Navigation – Plan du site

Le serment de Jacques Ier d’Angleterre : souveraineté royale contre souveraineté pontificale

Bernard Bourdin

Résumés

Lorsque Jacques VI d’Écosse succède en 1603 à la reine Elisabeth comme roi d’Angleterre sous le nom de Jacques Ier, il se trouve confronté aux mêmes problèmes politico-religieux que ceux de son premier royaume. La dernière des Tudors a légué un héritage complexe depuis l’instauration du nouveau règlement ecclésiastique de 1559. D’un côté, demeure entièrement ouverte la solution à apporter à la dissidence puritaine au sein de l’Église d’Angleterre. De l’autre, doit être réglé le problème beaucoup plus sérieux du catholicisme. Celui-ci est divisé en deux tendances, celle qui incline à un compromis avec la Couronne. Elle est notamment représentée par le clergé séculier. Celle qui refuse tout compromis et souhaite rétablir le catholicisme en Angleterre. Cette tendance est tout particulièrement représentée par la Compagnie de Jésus. Face à ce problème, le roi Jacques, auteur de traités politiques, dans lesquels il défend la théorie du droit divin des rois, peut mettre en pratique celle-ci. L’occasion lui est donnée à la suite de plusieurs complots contre sa personne, notamment le plus décisif, celui du complot des poudres (Gunpowder Plot) le 5 novembre 1605. Il impose un serment d’allégeance afin de pouvoir s’assurer de la loyauté des catholiques qui entendent concilier leur foi avec la fidélité à la Couronne. Ce serment met à nouveau à jour la division de la communauté catholique anglaise. De plus, en raison de plusieurs doctrines catholiques auxquelles doivent renoncer dans le serment (notamment le pouvoir d’excommunication du pape), les fidèles de l’Église romaine, la papauté intervient pour décourager les catholiques de prononcer ce serment. C’est alors que commence une controverse qui va prendre une ampleur européenne, par la parution de la première édition de l’Apologie pour le serment d’allégeance du roi Jacques, le Triplici nodo, Triplex cuneus. Contre ce texte qui dévoile pour la première fois en contexte anglais, les conceptions théologico-politiques du pouvoir royal de Jacques, le pape Paul V demande au cardinal jésuite Robert Bellarmin, de répondre à cette apologie. Par la structure argumentative par laquelle s’oppose les deux protagonistes pour justifier leur plaidoyer en faveur, pour l’un, de la monarchie de droit divin, pour l’autre, de la papauté, ce sont deux interprétations de l’histoire européenne des rapports du temporel et du spirituel qui sont en jeu. A leur insu, elles apportent un précieux indicateur sur la genèse lointaine de la modernité politique et démocratique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Considérer que l’État souverain moderne a d’abord une configuration théologico-politique peut apparaître anachronique tant ce concept est désormais très lié à sa formation démocratique et libérale. Il n’en demeure pas moins que l’histoire du concept de souveraineté ne saurait faire l’impasse avec l’idée selon laquelle le roi détient son pouvoir par délégation divine. C’est la thèse que défend Jacques Stuart à la fin du XVIe siècle dans La Vraie Loi des libres monarchies et le Basilikon Doron, alors qu’il n’est encore que roi d’Écosse. Devenu roi d’Angleterre en 1603, l’occasion lui est donnée, à la suite du complot des poudres en 1605, de corroborer sa théorie du droit divin des rois. De surcroît, sous-jacent aux thèses développées dans La Vraie Loi des libres monarchies, le serment d’allégeance qu’il impose en 1606 à ses sujets catholiques, explicite dans le contexte anglais la conception qu’il se fait de la relation coextensive entre la Couronne et l’Église. C’est ce serment qui suscite une controverse avec la Papauté, en particulier avec son représentant le plus éminent en la personne de Robert Bellarmin.

  • 1 Triple coin Triple nœud. L’édition critique de ce texte est en cours de parution.
  • 2 Apologie de l’illustrissime Robert Bellarmin,... pour la response dudit sieur au livre du serenissi (...)

2Dans la première phase de la controverse avec le cardinal italien, sur laquelle je porterai exclusivement l’attention, Jacques Ier fait paraître un ouvrage apologétique intitulé Triplici nodo Triplex cuneus1 auquel Bellarmin répond dans son Apologie de l’illustrissime Robert Bellarmin2. Dans leur ouvrage de controverse, la focalisation sur le serment n’est pas complètement indépendante de la politique ecclésiastique des Tudors (Élisabeth en particulier), tant au plan du rapport entre la Couronne anglaise avec l’Église du Royaume que du statut du serment lui-même. Il conviendra donc de clarifier ces deux points avant d’entrer dans le vif du sujet en mettant en évidence : d’une part, les critères d’autorité sur le fondement desquels s’opposent les deux protagonistes ; d’autre part, en quoi ils sont un puissant révélateur des modèles de rapport entre les pouvoirs spirituel et temporel depuis les commencements de la chrétienté. C’est sur cette question fondamentale que je ferai en conclusion trois observations qui me semblent déterminantes pour éclairer le rapport entre la question juridique du serment et la montée en puissance de l’« absolutisme » royal, les enjeux théologico-politiques suscités par le christianisme, et les fondements philosophiques de la politique moderne à l’Âge classique et des Lumières. Mais pour commencer, je voudrais rappeler brièvement la politique ecclésiastique du roi Jacques, avant et surtout au cours des deux premières années de son accession au trône d’Angleterre.

1) La politique ecclésiastique de Jacques Ier : antécédents écossais, visée anglaise

  • 3 Sur le plan doctrinal, nous utilisons cette expression pour la distinguer de la doctrine des règnes (...)
  • 4 L'épouse de Jacques s'est elle-même convertie au catholicisme. Au sujet de la conversion de la rein (...)
  • 5 Du côté catholique, la bataille pour la succession a été engagée par l'ouvrage du jésuite Robert Pa (...)
  • 6 Voir John Bossy, The English Catholic Community 1570-1850, Londres, Dorton, Longmans and Tood, 1976
  • 7 Le clergé séculier, désigné sous le nom « d’Appelants », est le tenant d’une ecclésiologie national (...)
  • 8 Voir les échanges de lettres entre le Jacques et le pape Clément VIII : Calendar of the State Paper (...)
  • 9 A Meditation upon the 27tth, 28th, and 29th verses of the 27th chapter of Saint Matthew (1619), in (...)
  • 10 Alan Hayes, The Gunpowder Plot, Faith in Rebellion, Sutton Publishing, WBC Limited, Bridgend, 1994.
  • 11 Pour le texte de la Millenary Petition dans lequel les puritains formulent leurs revendications ava (...)
  • 12 Speech to Parliament of 9 November 1605, in King James VI and I Political Writings, op. cit., p. 14 (...)
  • 13 Voir J. P. Kenyon, éd., The Stuart Constitution 1603-1688, op. cit., p. 165-171. Voir également J. (...)
  • 14 Il n’est pas anodin que l’Apologie ait fait l’objet d’une édition française en 1609, autrement dit (...)

3La politique ecclésiastique du roi Jacques en Angleterre se situe dans le prolongement de celle menée en Écosse, tant à l’encontre des presbytériens-puritains, que dans ses positions iréniques à l’égard des catholiques de son premier royaume. Au plan théorique, elle a pour enjeu un conflit d’interprétation de la doctrine du double royaume3, qui se traduit notamment par les relations qu’il entretient avec plusieurs aristocrates catholiques écossais, également avec Philippe II d’Espagne. Au regard des pasteurs presbytériens, de telles relations contreviennent à la mission religieuse d’un prince authentiquement protestant, qui se doit de faire progresser le règne du Christ. La conception régalienne de la théorie jacobéenne du double royaume a aussi une visée « anglaise » : il s’agit d’adresser un message positif de tolérance à l’égard des catholiques, victimes des persécutions élisabéthaines4. Préparant sa succession à la reine Élisabeth, l’irénisme jacobéen envers les catholiques ne peut que mettre en échec toute candidature catholique au trône d’Angleterre5. Mieux encore, elle donne l’espoir à la minorité catholique, par ailleurs divisée6, que pourrait être admis le retour à un culte public. C’est notamment ce qu’espère le clergé séculier, enclin à un compromis avec la Couronne7. Le pape Clément VIII lui-même croit un moment possible une conversion de Jacques et une éducation catholique pour son fils. Mais c’est la désillusion qui l’emporte8. Bien que, par sa formation calviniste, le roi Jacques soit le disciple d’un dualisme entre le temporel et le spirituel9, ce qui le différencie considérablement du monisme des Tudors, il ne saurait en réalité admettre une complète tolérance publique du culte catholique. De cette déception, il résulte deux attentats (le Bye Plot et le Main Plot) avant que n’advienne celui du complot des poudres le 5 novembre 1605 (le Gunpowder Plot10). La politique de tolérance de Jacques Ier touche ici à ses limites. Si ces trois complots sont un échec, et pour sincère que soit la politique jacobéenne de tolérance, elle n’en est pas moins rendue difficile. Son objectif est incontestablement de promouvoir une politique de paix, mais en distinguant les Récusants des loyalistes, comme il l’a fait dès 1604 au sein de l’Église d’Angleterre, entre les puritains modérés et radicaux11. En témoigne encore le discours de 160512, peu après le complot des poudres. La distinction qu’il établit dans ce discours entre les mauvais et les bons sujets catholiques, se traduit par l’imposition d’un serment d’allégeance, qui complète la législation pénale répressive élaborée par les parlementaires13. Par ce serment, n’en est que plus manifeste la capacité du nouveau souverain à neutraliser l’intolérance plus radicale du Parlement et surtout à mettre en œuvre sa conception de la légitimité de droit divin héréditaire et du contrat de sujétion, développée dans La Vraie Loi des libres monarchies. Mais ce serment, en raison de ses exigences de loyauté, soulève la réprobation du Siège romain en la personne du pape Paul V, élu quelques mois avant le complot des poudres (en mai 1605). C’est le début d’une longue controverse qui va prendre une dimension européenne : elle fait autant intervenir des caractéristiques communes aux conflits politico-religieux de l’Europe des XVIe et XVIIe siècles14, que la spécificité de la Réforme anglicane depuis le règne des Tudors.

2) L’inflexion jacobéenne de l’ecclésiologie politique anglicane

  • 15 Voir sur cette question l'ouvrage classique de Joseph Lecler : Joseph Lecler, Histoire de la toléra (...)
  • 16 La théologie de Richard Hooker est à cet égard topique de la difficulté de concevoir une tolérance (...)
  • 17 Sur les Actes de Suprématie de 1534 et de 1559, et l'Acte d'Uniformité de 1559, voir G. R. Elton, T (...)
  • 18 Jacques VI, La Vraie Loi des libres monarchies de Jacques VI d'Écosse, trad. et éd. Bernard Bourdin (...)

4La politique ecclésiastique du roi Jacques soulève la question centrale de la possibilité de concilier une ecclésiologie nationale avec la tolérance civile des Églises minoritaires, le catholicisme en particulier. Cette question n’est pas propre à l’Ecclesia Anglicana, elle traverse chaque État de l’Europe du XVIe siècle: de même qu’aucune Église ne peut se penser de manière séparée de la société temporelle; de même aucun État ne peut se concevoir sans une unité de religion. La tolérance n’a donc pas de place effective, même si des nuances non négligeables s’imposent, selon les États et des chronologies relatives à chacun d’eux15. Il n’en demeure pas moins que l’Ecclesia Anglicana, parce qu’elle est l’Église du royaume en rupture de communion avec le pouvoir étranger de Rome, pose en des termes spécifiques le problème de l’intolérance civile des minorités religieuses presbytérienne et catholique romaine16. Ces deux minorités sont confrontées dans leur condition d’existence, au seul culte public de l’Ecclesia Anglicana. C’est donc cette Église qui détermine la médiation de la vérité chrétienne, et ce faisant les « degrés » acceptables du pluralisme dans l’interprétation correcte de la foi. De plus, les conséquences politiquesde ces différentes interprétations doctrinales, sont un des critères déterminants de l’orthodoxie des sujets, d’où l’importance de la suprématie royale et de l’Acte d’Uniformité rétablie en 1559 par la reine Élisabeth17, et d’où l’importance encore plus décisive, à l’avènement de Jacques Ier au trône d’Angleterre, du droit divin du souverain. Ce droit fondant la légitimité du roi et de ses successeurs conditionne par voie de retour l’authenticité de la loyauté des sujets18 (et notamment ceux appartenant aux minorités religieuses). Autrement dit, il existe une corrélation étroite entre la légitimité et la souveraineté absolue de droit divin (par le truchement de la suprématie royale sur l’Église), et la possibilité d’une tolérance des dissidences presbytérienne-puritaine et catholique romaine. C’est cette dernière qui est explicitement concernée par le serment d’allégeance de 1606 et par l’Apologie de 1607. Légitimité et souveraineté politique, Église du royaume (ou Commonwealth), intolérance publique du catholicisme romain mais tolérance civile limitée, sont les trois enjeux fondamentaux du serment et de sa défense apologétique. D’où le nom d’Apologie pour le serment de fidélité, expression juridique de l’absoluité de droit divin de Jacques Ier. Les sujets catholiques, suspectés d’allégeance au pouvoir étranger du pape se doivent de manifester leur fidélité à leur souverain. Toutefois, le serment indique autant une continuité qu’une inflexion nouvelle par rapport à la politique ecclésiastique des Tudors. Continuité en ce sens que Jacques Ier poursuit la politique religieuse des Tudors, qui peut se résumer par une Église-un royaume ; mais le roi Stuart opère une inflexion en déplaçant la résolution de la normativité politique de l’Église et de la foi, du côté de l’exigence de loyauté civile des sujets catholiques (comme des puritains). Cohérent avec sa doctrine du droit divin, c’est donc moins la suprématie royale sur l’Église qui est valorisée que la nécessité pour ses sujets non-anglicans, de rendre compatible la tolérance de leur foi avec ce qui est requis pour être des sujets loyaux.

  • 19 Ce texte a probablement été rédigé en quelques jours (six jours selon David Harris Willson), mais c (...)

5Confronté aux résistances romaines, c’est cette approche légitimiste-loyaliste que Jacques Ier entend défendre lorsqu’il fait rédiger le Triplici nodo, Triplex cuneus19. Ce déplacement de la problématique des Tudors à celle du premier des Stuarts n’est pas pour autant compris par Bellarmin. Un précédent projet de serment à la fin du règne d’Élisabeth n’encourage guère Bellarmin à accepter celui de 1606.

3) La controverse de Jacques Ier avec le cardinal Bellarmin : ses antécédents immédiats

  • 20 La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d'Angleterre avec l (...)
  • 21 Voir R. G. Usher, The Reconstruction of the English Church, New-York, D. Appleton, 1910, 2 vols, vo (...)
  • 22 Jacques Ier, Triplici nodo, Triplex cuneus, p. 10-15.
  • 23 Sur la position de Robert Parsons contre les Appelants et le serment d'allégeance, voir Michael L. (...)
  • 24 George Blackwell, His Answeres upon Sundry His Examinations ; Together with His Approbation and Tak (...)
  • 25 Bernard Bourdin, La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d' (...)
  • 26 George Blackwell, His Answeres upon Sundry His Examination, op. cit., p. 23-24. Voir également A La (...)
  • 27 Cette lettre figure dans le Triplici nodo, Triplex cuneus, op. cit., p. 34-41.

6Peu avant l’avènement de Jacques au trône d’Angleterre, existait déjà un projet de serment conçu par l’évêque Bancroft. Mais ce projet, que seule une minorité du clergé Appelant aurait accepté, avait échoué20. Le complot des poudres relance tout naturellement cette idée. Le serment de 1606 est ainsi le fruit d’une révision du projet primitif21. Il fait aussi réapparaître la division de la communauté catholique anglaise, comme cela s’en ressent dans les brefs du pape Paul V22. Le jésuite Robert Parsons dénonce, dans un mémoire adressé à Bellarmin, l’esprit gallican du clergé Appelant23. Les craintes de Parsons sont confortées par la réaction horrifiée du chef de la communauté catholique, l’archiprêtre George Blackwell, lorsqu’il apprend l’existence du complot. L’imposition du serment divise encore un peu plus le clergé catholique : certains le désapprouvent, d’autres comme Blackwell le soutiennent24. La diplomatie joue néanmoins encore son rôle, puisque Paul V, suivant les conseillers d’Henri IV25, espère ramener Jacques Ier à plus de modération. Mais c’est un échec, qui se traduit par l’envoi d’un bref à la communauté catholique, puis d’un deuxième au cours de la même année 1607. De son côté, Blackwell adresse une lettre au clergé pour justifier sa position : en substance, il ne conteste pas que le pape soit fondé dans certaines circonstances, à infliger des sanctions spirituelles contre les souverains temporels, mais il ne peut aller jusqu’à les déposer26. Par cette prise de position, Blackwell contredit la thèse défendue par Bellarmin, du pouvoir temporel indirect du pape. Le cardinal envoie une lettre à Blackwell dans laquelle il lui exprime sa déception en raison de son manque de fermeté27. Les déclarations loyalistes de Blackwell entraînent sa déposition en janvier 1608. Le parti des jésuites l’a dès lors emporté sur celui des prêtres séculiers. À la diplomatie, succède la bataille des idées l’année suivante. Il s’agit de contrer le parti vainqueur, en la personne de Robert Parsons et de celle du cardinal Bellarmin.

4) La controverse de Jacques Ier avec le cardinal Bellarmin : la structure argumentative du Triplici nodo, Triplex cuneus

  • 28 Robert Bellarmin, Opera omnia, Napoli, Apud Joseph Giuliano, 6 tomes, 1856-1862, Tertia Controversi (...)
  • 29 Bernard Bourdin, La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d' (...)

7Dépêché par le pape Paul V pour défendre la minorité catholique et combattre le serment qui, selon lui, justifie juridiquement l’hérésie de l’ecclésiologie anglicane au même titre que le serment de la suprématie royale, le cardinal oppose dans sa Réponse au Triplici nodo, Triplex cuneus, le pouvoir temporel indirect du pape, théorie qu’il avait développée quelques années auparavant dans le De Romano Pontifice28. Cette théorie se décline en trois volets : d’une part, le pouvoir d’excommunication, d’autre part, le pouvoir de déposition, enfin, le pouvoir de déliements des sujets de leur serment d’allégeance. Ce sont précisément ces critères du pouvoir temporel indirect du pape que les catholiques doivent explicitement rejeter dans le serment d’allégeance29. Ils sont dès lors au cœur de la controverse qui met aux prises Jacques Ier avec la papauté. Deux souverainetés s’opposent, celle spirituelle aux effets de sens temporels de l’Église romaine, celle politique aux effets de sens spirituels de la monarchie anglaise. Pour fonder la validité de leurs thèses, les deux controversistes recourent à plusieurs types d’arguments, fondés sur quatre niveaux d’autorité : biblique, patristique, conciliaire et historique. Du côté de Jacques Ier, la méthode de rédaction du Triplici nodo, Triplex cuneus, rédigé en quatre parties, consiste à introduire les prises de position publiques du pape Paul V et de celles de Bellarmin, pour mieux mettre en lumière leurs contradictions et le danger qu’elles représentent pour tout souverain temporel soucieux de ses prérogatives.

  • 30 Triplici nodo, Triplex cuneus, op. cit., p. 3-9.
  • 31 Ibid., p. 10-30.
  • 32 Ibid., p. 30-34.
  • 33 Ibid., p. 34-104.
  • 34 Voir Peter Lake, « Anti-popery: the Structure of a Prejudice », Conflict in Early Stuart England St (...)
  • 35 Ces quatre notes sont devenues, à la faveur des conflits doctrinaux du XVIe siècle, entre catholiqu (...)
  • 36 Apologie, op.cit., p. 98-100. Sur le rapport apologétique à l'histoire que fait apparaître cette co (...)

8La première partie a pour objet de justifier l’imposition du serment d’allégeance30. La deuxième introduit le premier bref du pape Paul V avec le serment et la réponse de Jacques31. Contre la thèse pontificale, le roi explique l’objectif visé par le serment. Pour corroborer cet objectif, il apporte plusieurs types d’arguments : d’abord ceux liés aux circonstances, ensuite, pour la première fois dans le Triplici, en alléguant des arguments bibliques, patristiques, conciliaires et historique. La troisième introduit le deuxième bref32. La quatrième33, la plus longue, introduit la lettre de Bellarmin à George Blackwell. Dans ces deux dernières parties, et tout spécialement dans la quatrième, Jacques Ier apporte une réponse détaillée pour contrer les arguments bellarminiens qui entendent faire prévaloir les conséquences temporelles de la supériorité du pouvoir spirituel du pape. Il démontre que le serment de fidélité est compatible avec la foi catholique et la primauté pontificale. L’affirmation du contraire par Bellarmin est la conséquence du dévoiement de l’Église par la montée en puissance de la papauté depuis le début du deuxième millénaire. En témoigne l’humiliation des monarques (rois et empereurs) par de nombreux papes. L’excommunication de la reine Élisabeth en 1570 par le pape Pie V n’est donc qu’un exemple récent qui s’inscrit dans une longue trajectoire historique. Alléguer son statut de schismatique et d’hérétique n’a par conséquent pas plus de fondement que l’excommunication de l’empereur Henri IV d’Allemagne au XIe siècle. De même, la comparaison qu’effectue Bellarmin entre Jacques et Julien l’Apostat relève d’un contre-sens historique : loin d’être du côté de l’Ecclesia Anglicana, l’idolâtrie est plutôt à identifier du côté de l’Église romaine34. Ces objections étant faites, le roi Jacques peut apporter des arguments positifs, étayés par les sources biblique, patristique et conciliaire, donnant raison à l’imposition du serment d’allégeance. Autrement dit, selon une méthode théologique spécifique à la Réforme anglicane, sont mis en honneur trois types de source à caractère normatif, dont la qualification est supérieure à celle du pouvoir pontifical. Ces trois sources d’autorité structurent la ligne directrice de la défense de l’Apologie, à savoir le rapport symphonique entre les pouvoirs spirituel et temporel, a contrario du titre usurpé de « souverain pontife ». Elles indiquent simultanément la norme de la vérité chrétienne, tant sur les plans ecclésiologique que politique. À cet égard, si la politique ecclésiastique de Jacques Ier apporte une inflexion assez importante par rapport à celle de ses prédécesseurs Tudors, le roi Stuart valide néanmoins, dans la structure argumentative de l’Apologie, les orientations ecclésio-politiques de 1534 et de 1559. Elles ont « restauré » les normes de l’Église du premier millénaire (Empire Byzantin et Carolingiens), en d’autres termes celles qui ont été corrompues à partir de la réforme de Grégoire VII au XIe siècle. Conformément aux cadres de pensée qui dominent depuis les Réformes du XVIe siècle, la vérité chrétienne et son ordre théologico-politique reposent sur le critère de l’ancienneté (ou exprimée de façon plus théologique : par un autre rapport à la Tradition). Il en résulte deux interprétations divergentes des notes d’unité, d’apostolicité, de catholicité et de sainteté de l’Église35, dont le corollaire est le conflit théologico-politique au sujet du statut de la visibilité de l’Église et de l’État : pour Bellarmin, ces notes plaident pour une conception d’emblée universelle de l’Église, universalité (ou catholicité) qui irrigue les particularités politiques de la société chrétienne sous l’égide du pontife romain. Inversement, dans la ligne de l’ecclésiologie anglicane, Jacques Ier conçoit ces notes dans le cadre d’une visibilité institutionnelle de l’Église inscrite sur le territoire du royaume, c’est-à-dire articulée à la souveraineté de l’État. Le recours aux modèles ecclésio-politiques anciens est ainsi mis paradoxalement au service de la notion moderne d’État (« absolutisme » royal et pontifical). L’anti-romanisme de Jacques se justifie à l’aune de cette problématique. Mais c’est un anti-romanisme modéré. Il convient de rappeler qu’il rejette l’anti-romanisme radical du protestantisme presbytérien et plus encore celui des tenants du millénarisme en raison de la menace qu’ils représentent à l’encontre d’une monarchie libre (ou absolue). À la via media anglicane doit correspondre la via media politique, au statut théologique de la vraie Église visible, le statut politique du « bon régime ». Il n’y a pas meilleure preuve que les « Réformes » ont une double signification religieuse et politique. Pour le roi Jacques, le recours à l’Écriture est, en outre, encore plus décisif que la seule requête des modèles ecclésio-politiques de l’antiquité chrétienne et du premier millénaire médiéval. Ces modèles sont le prolongement fidèle de l’enseignement de l’Écriture. C’est la raison pour laquelle, au terme de l’Apologie, il valide son interprétation de la Réforme par le modèle de la monarchie israélite36. C’est en quelque sorte « son » sola scriptura par lequel le serment de 1606 est légitime. Notons enfin que par cette via media théologico-politique promue en Angleterre contre le Siège romain, Jacques se montre d’une grande cohérence avec la bataille qu’il avait livrée en Écosse contre les pasteurs de l’Église presbytérienne. Cette expérience spécifiquement anglaise de la légitimité monarchique de droit divin et de la loyauté que celle-ci impose par un serment à ses sujets catholiques appelle pour conclure trois observations sur le christianisme et ses statuts théologico-politiques.

Conclusion

  • 37 Bodin fait explicitement référence au 1er livre de Samuel, 8, 9-20, et interprète ce récit selon le (...)

9Une première observation concerne le conflit de souveraineté entre le Siège romain et les États monarchiques : au tournant des XVIe et XVIIe siècles, dans le versant occidental de l’Europe, ne peut exister un État sans corrélation entre la suprématie temporelle du roi sur l’Église et le caractère « absolu » ou « libre » du pouvoir monarchique. En Angleterre, comme en France, l’« absolutisme » s’articule étroitement à la légitimité de droit divin direct du prince37. Cette théorie théologico-politique prend consistance dans le contexte des divisions religieuses en Europe. Ce qui est connu en France sous le nom de « religion royale » a son équivalent juridique en Angleterre depuis 1534 et 1559 avec la suprématie royale sur l’Église, exercée par les Tudors puis corroborée par la théorie du droit divin direct à l’avènement de Jacques Ier en 1603. D’abord, comme roi d’Écosse, il est aux prises avec le cléricalisme de l’Église presbytérienne, puis parvenu au trône d’Angleterre, il poursuit la même politique à l’encontre d’un cléricalisme d’un autre type, celui de l’Église romaine. Le roi Stuart, gouverneur suprême de l’Église et roi par droit divin, est l’avocat déterminé de l’ecclésiologie anglicane, l’épiscopat et la royauté constituant la clé de voûte de l’alliance du trône et de l’autel. La controverse qui éclate entre Jacques Ier et le Cardinal Bellarmin après l’échec du complot des poudres en 1605, témoigne très clairement de cette double querelle, politique et ecclésiologique, à savoir : qui est le détenteur de la souveraineté absolue de droit divin ? le roi ou le pape ? Pour Jacques Ier, il ne fait aucun doute que la maîtrise politique d’une société sur elle-même implique un État souverain écartant tout ingérence étrangère, y compris au nom du salut des âmes. Au nom de cette théorie ferme de la souveraineté, on aura compris que le serment ait un enjeu juridique et théologico-politique fondamental.

  • 38 Au début du IVe siècle, après la reconnaissance du christianisme comme religion licite de l’Empire (...)
  • 39 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Gallimard, Nrf, (...)

10Par rapport à la montée en puissance de la souveraineté étatique, une deuxième observation doit être faite. La controverse entre Jacques Ier et Bellarmin doit en appeler aux ressources de l’histoire politico-religieuse. Un appel à l’histoire, dont on a vu qu’il entretient un rapport apologétique à la Bible et à l’histoire du christianisme. Sont mis en évidence deux modèles de relation entre les pouvoirs spirituel et temporel. À l’encontre du dualisme bellarminien, l’interprétation jacobéenne de l’institution de la royauté dans l’Ancien Testament, de l’obéissance au pouvoir dans le Nouveau Testament et de l’histoire théologico-politique du christianisme, accrédite le rapport coextensif de type symphonique entre l’Église et la royauté. Après la monarchie israélite, le paradigme chrétien qui inspire cette relation symphonique est celui de l’Empire constantinien (relayé par celui en Occident de l’Empire carolingien). Afin de justifier la suprématie de l’État sur l’Église (et par conséquent sa souveraineté), l’Orient chrétien permet dès lors de contrer le dualisme bellarminien, attaché inversement à justifier la prééminence spirituelle (et par voie de conséquence temporelle) de l’Église romaine sur les monarchies séculières. Le chassé-croisé entre ces deux rapports apologétiques au texte biblique et à l’histoire chrétienne, mettant ainsi en scène deux paradigmes de la médiation ecclésiale, apporte la démonstration que le schème dualiste d’inspiration augustinienne n’a jamais complètement disqualifié le schème de nature plus moniste d’inspiration eusèbienne et constantinienne38. En d’autres termes, comme l’a très justement démontré Gilbert Dagron, l’opposition entre le dualisme occidental et un prétendu « césaropapisme » oriental doit être plus que nuancée39. Il est dès lors permis de considérer que ce qui vaut pour une approche ecclésiale œcuménique (voir la question des notes de l’Église), vaut au plan de son impact ecclésio-politique. Il n’en demeure pas moins que la polysémie de la médiation ecclésiale engage un enjeu herméneutique : celui d’une théorie théologico-politique de l’histoire du christianisme et de sa trajectoire philosophico-politique en Occident et en Orient européen.

  • 40 Thomas Hobbes, Léviathan, Traité de la matière, de la forme et du pouvoir de la république ecclésia (...)
  • 41 Ibid., chap. 42, Du pouvoir ecclésiastique.
  • 42 Richard Hooker, The Folger Library Edition of the Works of Richard Hooker, éd. W. Speed Hill, Cambr (...)
  • 43 Sur ce qui différencie la genèse de la souveraineté depuis Bodin, Hobbes et Rousseau, de la pensée (...)

11Il en résulte qu’une troisième et dernière observation doit être faite, relative à la genèse théologico-politique de l’État moderne. Il est hautement significatif que l’Angleterre ait été le lieu de l’élaboration des fondements philosophiques de la politique moderne avec Thomas Hobbes : d’une part, en interprétant à nouveaux frais le fait « Église nationale », et d’autre part, en interprétant aussi à nouveaux frais les doctrines de la Trinité et de l’Incarnation (Appendice de l’édition latine du Léviathan). Il n’est pas fortuit que ces deux interprétations nouvelles prennent leur assise dans le contexte constantinien40. La controverse de Jacques Ier d’Angleterre avec le cardinal Bellarmin doit donc être située comme un moment historique intermédiaire : d’un côté, par ce qui la précède, à savoir les deux schismes de 1534 et de 1559 et la systématisation théologico-politique effectuée par Richard Hooker de la suprématie royale. Et de l’autre côté, par la radicalisation philosophique de la souveraineté de l’État avec la pensée hobbesienne. Il n’y a rien d’étonnant à ce que Hobbes ait encore combattu la théorie bellarminienne du pouvoir temporel indirect du pape,41 trente ans après la mort du cardinal. Du schisme henricien au Léviathan de Hobbes, en passant par le schisme élisabéthain, la théorie hookerienne de la suprématie royale42 et celle, jacobéenne, du droit divin des rois, une longue évolution s’est produite qui interdit de se livrer à des amalgames (comme l’a fait Bellarmin en confondant les serments de suprématie Tudor et d’allégeance de Jacques Ier). Pour autant, une pente lourde peut être identifiée (qui, là encore, n’est pas spécifique à l’Angleterre, mais que ce royaume explicite), à savoir celle de la mutation métaphysique des sociétés européennes, avec ses conséquences théologico-politiques et philosophiques. Le principe d’unité en Occident n’est plus ancré du côté de l’unité du principat ecclésial (la papauté), mais du côté des États souverains monarchiques (la délégation de la puissance de Dieu), avant d’en venir à un principe d’unité souverain, contractuel pré-démocratique (Hobbes) puis démocratique (Rousseau). Ces deux principes ne rendent plus nécessaire le serment, pour lui substituer en lieu et place le contrat. C’est alors un nouveau paradigme qui s’annonce, mais qui ne saurait être intelligible sans une herméneutique théologico-politique de l’État qui va de celui fondé « d’en haut » à celui voulu par le peuple43. Mais faut-il préciser dans cette nouvelle configuration, que le peuple « civil » ne peut plus dès lors être confondu avec le peuple « de Dieu ».

Haut de page

Notes

1 Triple coin Triple nœud. L’édition critique de ce texte est en cours de parution.

2 Apologie de l’illustrissime Robert Bellarmin,... pour la response dudit sieur au livre du serenissime roy de la Grand-Bretaigne... avec la responce cy-devant publiée, sous le nom de Matthieu Torty. Responce du cardinal Bellarmin au livre intitulé « A triple coing, triple noeud » ou autrement « Apologie pour le serment de fidélité contre deux brefs du Pape Paul V et les dernières lettres du cardinal Bellarmin, escrites à Georges Blackwell, archiprêtre d’Angleterre », (S.l.), 1610.

3 Sur le plan doctrinal, nous utilisons cette expression pour la distinguer de la doctrine des règnes, d'emprunt luthérien. La doctrine du double royaume est plutôt à rapprocher de celle, calvinienne, du double régime. Mais l’anglais se prêtant mal à sa traduction littérale, nous avons donc fait le choix de « double royaume ».

4 L'épouse de Jacques s'est elle-même convertie au catholicisme. Au sujet de la conversion de la reine Anne à la foi catholique, voir Albert J. Loomie, « King James I’s Catholic Consort », Huntington Library Quarterly, 34, 1971, p. 303-16.

5 Du côté catholique, la bataille pour la succession a été engagée par l'ouvrage du jésuite Robert Parsons : Robert Parsons, A Conference about the Next Succession to the Crowne of Ingland, H.C.L., B.M., 1594.

6 Voir John Bossy, The English Catholic Community 1570-1850, Londres, Dorton, Longmans and Tood, 1976.

7 Le clergé séculier, désigné sous le nom « d’Appelants », est le tenant d’une ecclésiologie nationale qui peut être rapprochée du gallicanisme en France. En en appelant au pape, il espère obtenir un arbitrage favorable à sa volonté de compromis avec la Couronne, d’où leur opposition à leurs adversaires jésuites, qui se situent dans l’esprit du Concile de Trente (1545-1563) et de l’esprit de reconquête du catholicisme. Sur le conflit des Appelants, voir The Archpriest Controversy in The English Catholic Community , ibid., p. 35-48.

8 Voir les échanges de lettres entre le Jacques et le pape Clément VIII : Calendar of the State Papers Relating to Scotland and Mary, Queen of Scots, A.D 1597-1603, vol. III, part II, ed. J. D. Mockie, C.B.E, M.C., L.L.D, Édimbourg, Her Majesty's Stationery Office, 1969. À la fin de l’année 1600, pour préparer sa succession, Jacques envoie un émissaire catholique, Edward Drumond. Il espère ainsi obtenir le soutien des États catholiques d’Italie et du pape lui-même. En retour, le pape pose comme condition la conversion du prince Henri, condition à laquelle Jacques s'oppose fermement. Il s'engage en revanche à une attitude tolérante de son gouvernement à l'égard des catholiques dès lors où ils font preuve de loyauté. Voir Charles Dodd, Church History of England from the Commencement of the Sixteenth Century to the Revolution in 1688, Londres, C. Dolman, 1839-1843, 5 vols., vol. 4., 1841, p. LXX – LXXI.

9 A Meditation upon the 27tth, 28th, and 29th verses of the 27th chapter of Saint Matthew (1619), in King James VI and I Political Writings, (ed. Johann P. Sommerville), Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Texts in the History of Political Thought », 1994, p. 229-249. Dans le Triplici nodo, Triplex cuneus, Jacques Ier distingue à nouveau les pouvoirs spirituel et temporel, mais cette fois-ci dans le contexte de sa controverse avec le Siège romain. Jacques admet que le pape seul peut formuler de nouveaux articles de foi : Triplici nodo, Triplex cuneus, op.cit., p. 100. Voir L'identité anglicane (éd. Alain Joblin et Jacques Sys), Arras, Artois Presse Université, 2004, Bernard Bourdin, La Pensée ecclésio-politique de Jacques VI/I Stuart : continuité et rupture avec la suprématie royale anglaise, p. 59-78 (p. 74-75).

10 Alan Hayes, The Gunpowder Plot, Faith in Rebellion, Sutton Publishing, WBC Limited, Bridgend, 1994.

11 Pour le texte de la Millenary Petition dans lequel les puritains formulent leurs revendications avant la tenue de la Conférence d'Hampton Court de 1604, voir J. P. Kenyon, éd., The Stuart Constitution 1603-1688 : Documents and Commentary, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 117-119.

12 Speech to Parliament of 9 November 1605, in King James VI and I Political Writings, op. cit., p. 147-158.

13 Voir J. P. Kenyon, éd., The Stuart Constitution 1603-1688, op. cit., p. 165-171. Voir également J. R. Tanner, éd., Constitutional Documents of the Reign of James I, Cambridge, Cambridge University Press, 1930, « Acts for the Better Discovering and Repressing of Popish Recusants », p. 86. Voir également William Patterson, King James VI and I and the Reunion of Christendom. Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 76.

14 Il n’est pas anodin que l’Apologie ait fait l’objet d’une édition française en 1609, autrement dit un an avant l’assassinat d’Henri IV et cinq ans avant la proposition par le Tiers-État, aux États généraux de 1614, de l’imposition d’un serment sur le modèle de celui de Jacques Ier.

15 Voir sur cette question l'ouvrage classique de Joseph Lecler : Joseph Lecler, Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, Paris, Aubier Éditions Montaigne, coll. « Théologie » 31, 1955, 2 tomes. Pour la Réforme anglicane, voir le tome 2, Livre VIII. Cet ouvrage a été réédité en 1994 : Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l'évolution de l'Humanité, 1994.

16 La théologie de Richard Hooker est à cet égard topique de la difficulté de concevoir une tolérance effective au sein du commonwealth. Si la tolérance vaut au plan théologique, Hooker ne peut guère la concevoir au plan politique. Voir l'étude d'Olivier Loyer, L'Anglicanisme de Richard Hooker, Atelier de Reproduction des thèses, Université de Lille III, Paris, Librairie Honoré Champion, 1979, 2 tomes. Sur la question de la tolérance chez Hooker, voir le tome 2, Livre V, chap. V, p. 590-596.

17 Sur les Actes de Suprématie de 1534 et de 1559, et l'Acte d'Uniformité de 1559, voir G. R. Elton, The Tudor Constitution, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, rééd. 1984, 1988, 1992, p. 364, p. 372-377 et p. 410-413.

18 Jacques VI, La Vraie Loi des libres monarchies de Jacques VI d'Écosse, trad. et éd. Bernard Bourdin, Presses Universitaires de la Méditerranée, Coll. « Astraea », 2008. La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d'Angleterre avec le cardinal Bellarmin, Paris, Puf, coll. « Fondements de la politique », 2004, chap. V. Voir également l'édition américaine revue et augmentée, The Theological-Political Origins of the Modern State, The Controversy between James I of England and Cardinal Bellarmine, Washington, Catholic University of America Press, 2010, chap. V.

19 Ce texte a probablement été rédigé en quelques jours (six jours selon David Harris Willson), mais compte tenu de la multiplicité des arguments, sa préparation a été certainement beaucoup plus longue. Par ailleurs, ne voulant pas se rabaisser à entrer en controverse avec une autorité inférieure à la sienne, le roi Jacques publie anonymement le Triplici nodo, Triplex cuneus. Voir David Harris Willson, James I and His Literary Assistants, op. cit., p. 41.

20 La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d'Angleterre avec le cardinal Bellarmin, op.cit., p. 38-45. Voir également l'édition américaine revue et augmentée, The Theological-Political Origins of the Modern State, The Controversy between James I of England and Cardinal Bellarmine, op. cit., p. 51-60. Voir également Bernard Bourdin, « Le droit divin royal en Angleterre au tournant des XVIè et XVIIè siècles : un discours et une pratique théologico-politique de la tolérance », in Actes du colloque Degré de modernité des États en Europe, sous la direction de Jean-Paul Durand et Bernard Bourdin, Revue d'Éthique et de Théologie Morale, Paris, Cerf, février 2004, p. 207-234.

21 Voir R. G. Usher, The Reconstruction of the English Church, New-York, D. Appleton, 1910, 2 vols, vol. 1, p. 160-188, vol. 2, p. 101-109 et p. 320. Sur la genèse du serment d'allégeance, voir Bernard Bourdin, La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d'Angleterre avec le cardinal Bellarmin, op. cit., p. 88-83.

22 Jacques Ier, Triplici nodo, Triplex cuneus, p. 10-15.

23 Sur la position de Robert Parsons contre les Appelants et le serment d'allégeance, voir Michael L. Carrafiello, Robert Parsons and English Catholicism 1580-1610, Selinsgrave, Susquehanna University Press, London, Associated Press, 1998, chap. VI et VII.

24 George Blackwell, His Answeres upon Sundry His Examinations ; Together with His Approbation and Taking of the Oath of Allegeance ; And His Letter Written to His Assistants and Brethren, Mooving Them Not Onely to Take the Said Oath but to Advise All Romish Catholikes So to Doe, Londres, Robert Barker, 1607. A Large Examination Taken at Lambeth According to His Maiesties Direction, Point by Point, of M. George Blakwell, Made Archpriest of England by Pope Clement 8, upon Occasion of a Certaine Answere of His, without the Priuitie of the State, to a Letter Lately Sent unto Him for Cardinall Bellarmine Blaming Him for Taking the Oath of Allegeance, Londres, Robert Barker, 1607.

25 Bernard Bourdin, La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d'Angleterre avec le cardinal Bellarmin, op. cit., p. 91. Bernard Bourdin, The Theological-Political Origins of the Modern State, The Controversy between James I of England and Cardinal Bellarmine, op. cit., p. 113.

26 George Blackwell, His Answeres upon Sundry His Examination, op. cit., p. 23-24. Voir également A Large Examination, op. cit., p. 158 et p. 166.

27 Cette lettre figure dans le Triplici nodo, Triplex cuneus, op. cit., p. 34-41.

28 Robert Bellarmin, Opera omnia, Napoli, Apud Joseph Giuliano, 6 tomes, 1856-1862, Tertia Controversia generalis. De Summo Pontifice, quinque libris explicata ou De Romano Pontifice, Liber Quintus, De Potestate Pontificis temporali, 1856. Nous mentionnons ici trois éditions de l'Apologie de Bellarmin contre celle de Jacques Ier : Matthaei Torti, presbyteri et theologi papiensis, responsio ad librum inscriptum, Triplici nodo, triplex cuneus, sive apologia pro iuramento fidelitatis [St. Omer : English College Press], 1608. Apologie de l’illustrissime Robert Bellarmin, ... pour la response dudit sieur au livre du serenissime roy de la Grand-Bretaigne... avec la responce cy-devant publiée, sous le nom de Matthieu Torty. Responce du cardinal Bellarmin au livre intitulé « A triple coing, triple noeud » ou autrement « Apologie pour le serment de fidélité contre deux brefs du Pape Paul V et les dernières lettres du cardinal Bellarmin, escrites à Georges Blackwell, archiprêtre d’Angleterre », (S.l.), 1610. Roberti S.R.E. cardin. Bellarmini Responsio ad librum inscriptum - Triplici nodo triplex cuneus, sive Apologia pro juramento fidelitatis, adversus duo brevia Papae Pauli V et recentes literas cardinalis Bellarmini ad Georgium Blackvellum, Angliae archipresbyterum, Coloniae Agrippinae, apud J. Kinckes, 1610. Bellarmin reconduit la défense de sa thèse lors de sa controverse, qui suit immédiatement celle avec Jacques Ier, avec William Barclay, juriste gallican écossais, et théoricien de la monarchie absolue : Tractatus de Potestate Summi Pontificis in rebus temporalibus adversus Gulielmum Barclaium, auctore Roberto S.R.E. card. Bellarmino, Romae : ex typographia B. Zannetti, 1610. William Barclay, De potestate Papae an et quatenus in reges et principes seculares jus et imperium habeat, éd. John Barclay, Londres : Eliot’s Court Press, 1609, Pont-à-Mousson, 1609 ; Of the Authoritie of the Pope: Whether and How Farre Forth He Hath Power and Authoritie over Temporall Kings and Princes, Londres, William Aspley, 1611. Traité de la Puissance du Pape, traduit du latin de William Barclay, à Pont-à-Mousson, par Hélie Huldric, 1609.

29 Bernard Bourdin, La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d'Angleterre avec le cardinal Bellarmin, op. cit., chap. IV.

30 Triplici nodo, Triplex cuneus, op. cit., p. 3-9.

31 Ibid., p. 10-30.

32 Ibid., p. 30-34.

33 Ibid., p. 34-104.

34 Voir Peter Lake, « Anti-popery: the Structure of a Prejudice », Conflict in Early Stuart England Studies in Religion and Politics 1603-1642, éd. Richard Cust et Ann Hugues, Londres et New-York, Longman, 1989, p. 72-106.

35 Ces quatre notes sont devenues, à la faveur des conflits doctrinaux du XVIe siècle, entre catholiques et protestants, les critères de définition de la « vraie » Église. D’où les conflits d’interprétations de ces quatre notes. Pour l’Église catholique, l’unité est garantie par le pontificat romain, l’apostolicité par la succession apostolique des évêques, la catholicité et la sainteté par la visibilité universelle de l’Église. Par rapport à cette interprétation catholique, les Églises protestantes (et de façon plus nuancée pour l’Église anglicane), opposent l’unité garantie par son chef invisible qu’est le Christ, l’apostolicité par la fidélité à la doctrine de l’Église primitive (en vertu de la seule autorité de l’Écriture), la catholicité par sa mise en œuvre par les Églises locales et la sainteté par l’élection invisible de ses membres.

36 Apologie, op.cit., p. 98-100. Sur le rapport apologétique à l'histoire que fait apparaître cette controverse, voir Bernard Bourdin, La Genèse théologico-politique de l'État moderne, La controverse de Jacques Ier d'Angleterre avec le cardinal Bellarmin, op. cit., chap. VI.

37 Bodin fait explicitement référence au 1er livre de Samuel, 8, 9-20, et interprète ce récit selon le même raisonnement que Jacques VI et les théoriciens régaliens : « Car qui méprise son prince souverain, il méprise Dieu, duquel il est l’image en terre »: Jean Bodin, Les Six Livres de la république, éd. Christiane Frémont, Marie-Dominique Couzinet, Henri Rochais, Paris, Fayard, 1986, 6 vols, livre 1, chap.10, p.295.

38 Au début du IVe siècle, après la reconnaissance du christianisme comme religion licite de l’Empire romain, l’évêque Eusèbe de Césarée s’est livré à l’apologie de l’empereur Constantin. Il est à l’origine de la théorie « symphonique », c’est-à-dire d’une entente entre le pouvoir impérial et l’Église. Autrement dit, à la différence de l’Occident latin, le christianisme s’est installé dans les structures institutionnelles de l’Empire. On comprendra dès lors, que cette différence de modèle de relation entre le « spirituel » et le « temporel » rejaillisse pour mieux les opposer avec la crise religieuse des XVIe et XVIIe siècles. Sur la théologie politique d’Eusèbe de Césarée, voir la traduction française et son édition critique : Eusèbe de Césarée, La Théologie politique de l’Empire chrétien, Louanges de Constantin (Triakontaétérikos), Paris, Cerf, Sagesses chrétiennes, introduction et traduction par Pierre Maraval, 2001.

39 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Gallimard, Nrf, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1996.

40 Thomas Hobbes, Léviathan, Traité de la matière, de la forme et du pouvoir de la république ecclésiastique et civile, Introduction, traduction et notes de François Tricaud, Paris, Éditions Sirey, 1971, Appendice au Léviathan, p. 725-751.

41 Ibid., chap. 42, Du pouvoir ecclésiastique.

42 Richard Hooker, The Folger Library Edition of the Works of Richard Hooker, éd. W. Speed Hill, Cambridge, Harvard University Press, Belknap Press, 1977-1998, 7 volumes. Pour la théorie théologique de la suprématie royale, voir Book 8, vol. 3, éd. P. G. Stanwoo, 1981.

43 Sur ce qui différencie la genèse de la souveraineté depuis Bodin, Hobbes et Rousseau, de la pensée de la démocratie, voir Gérard Mairet, « L'ordination du simple à l'un et l'alternative démocratique », in Revue des Sciences humaines, T. LXXXIX, 213, janvier-mars, 1989, p. 39-52 : « En souveraineté, c'est-à-dire selon l'État moderne, la démocratie est conceptuellement l'homologue de la monarchie... En fait, ce qui est commun à ces deux régimes (monarchie, démocratie) est cela même qui les rend possibles, c'est-à-dire l'État » (p. 50-51). La genèse de l'État moderne devait dès lors en passer par son moment théologico-politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bourdin, « Le serment de Jacques Ier d’Angleterre : souveraineté royale contre souveraineté pontificale », Études Épistémè [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/episteme/238 ; DOI : 10.4000/episteme.238

Haut de page

Auteur

Bernard Bourdin

Bernard Bourdin, professeur à l’Institut Catholique de Paris (Faculté de sciences sociales et politiques). Auteur de La genèse théologico-politique de l’Etat moderne : la controverse de Jacques Ier d’Angleterre avec le cardinal Bellarmin (Paris, Puf, 2004). Ouvrage réédité, revu et augmenté: The Theological-Political Origins of the Modern State, The controversy between James I of England and Cardinal Bellarmine, Washington, Catholic University of America Press, 2010. La Vraie loi des libres monarchies de Jacques VI d’Écosse, Traduction et édition critique, Presses Universitaires de la Méditerranée, Coll. "Astraea", 2008. La médiation chrétienne en question, Les jeux de Léviathan, Paris, Editions du Cerf, coll. « La nuit surveillée », 2009.

Haut de page
  • OpenEdition Journals