Navigation – Plan du site

Les traductions en langue vernaculaire de la Detectio de George Buchanan

Armel Dubois-Nayt

Résumés

Cette étude des traductions du De Maria Scotorum Regina (1571) a pour objet de mettre à l’épreuve certaines idées reçues à leur sujet. Il porte principalement sur les traductions anglaises et écossaises de cette attaque de la reine d’Écosse centrée autour de sa complicité dans le meurtre de son second époux Henry Darnley. Il remet en question le travestissement du texte original dans une langue faussement écossaise pour dédouaner les commanditaires présumés de l’œuvre dans ses différentes moutures (William Cecil et Elisabeth Tudor). Pour ce faire, il se livre à une étude linguistique et lexicale de ces traductions qui repose sur d’autres écrits en langue vernaculaire de Buchanan mais également sur d’autres textes publiés par des imprimeurs écossais à la même époque. Par ce biais, il tente de clarifier les possibilités d’une paternité buchanienne d’une ou plusieurs de ces différentes versions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 George Buchanan, De Maria Scotorum Regina, London, John Day, 1571.
  • 2 George Buchanan, De Iure Regni apud Scotos Dialogus, authore Georgio Buchanano Scoto., Edinburgh, J (...)
  • 3 George Buchanan, Rerum Scoticarum Historia auctore Georgio Buchanano Scoto, Edimburgi, Apud Alexand (...)

1Le De Maria Reginae Scotorum1, publié en 1571, est un texte de Buchanan qui appartient à deux ensembles au sein de son œuvre. Premièrement, il fait partie de la trilogie Buchananienne contre Marie Stuart qui se compose du De Jure Regni2 publié en 1579 mais probablement rédigé en 1567-68 immédiatement après la chute de la reine d’Écosse et de la Rerum Scoticarum Historia3 dont les livres 17, 18 et 19 traitent du règne de Marie Stuart. Deuxièmement, elle trouve sa place dans une série de versions en latin et en langues vernaculaires (écossais, anglais et français) de l’acte d’accusation rédigé à l’encontre de Marie Stuart et l’inculpant de complicité dans le meurtre de son époux, Henry Lord Darnley. Il existe en effet 9 documents composés entre 1568 et 1572 sous forme manuscrite ou imprimée qui répondent à ce qualificatif.

    • 4 W.A. Gatherer, The Tyrannous Reign of Mary Stewart, Edinburgh, The University Press, 1958, p. 17.

    Le premier est le De Maria Scotorum Regina qui selon W. A Gatherer4 a sans aucun doute été rédigé par Buchanan. Ce serait le premier texte à avoir été soumis sous forme manuscrite au gouvernement anglais pour justifier auprès de celui-ci la déposition de la reine d’Écosse probablement durant l’été 1568. Viennent ensuite :

    • 5 R.H. Mahon, The Indictment of Mary Queen of Scots, Cambridge, The University Press, 1923, p. 28.

    The Indictment of Mary Queen of Scots qui serait une traduction approximative du De Maria réalisée par Buchanan lui-même en Septembre/Octobre 1568 reproduite par Mahon en 19235.

    • 6 Lennox’s first Paper, May/June 1568 ; Lennox’s second Paper, Sept/Oct 1568, Lennox’s third Paper, D (...)

    The Book of Articles présenté à la commission anglaise de Westminster en décembre 1568 et qui serait l’œuvre à quatre mains de Buchanan et de Lennox, le père d’Henry Darnley. Ce Book of articles réunit The Indictment et les trois documents accusatoires rédigés par Lennox entre mai/juin et décembre 1568 et qui sont aujourd’hui conservés à l’université de Cambridge6.

    • 7 Sir Dudley Digges, The Compleat Ambassador, London, Tho : Newcomb, for Gabriel Bedell & Thomas Coll (...)

    Le De Maria qui paraît sous forme imprimée en Octobre 1571 à Londres et qui circule en France presqu’immédiatement7.

    • 8 Ane detectioun of the duinges of Marie Quene of Scottes thouchand the murder of hir husband, and hi (...)

    La traduction en langue vernaculaire sous le titre de Detection attribuée à Thomas Wilson et qui est accompagnée de trois sonnets de Marie Stuart en français dans l’édition de début décembre 1571 chez John Day8.

  • La seconde édition du De Maria avec l’Actio et trois lettres en latin attribuées à Marie Stuart en décembre/janvier 1571/1572.

  • La seconde édition de la Detection de Wilson avec the Oration et peut-être toutes les lettres en décembre janvier 1571/2.

    • 9 Ane detectioun of the doingis of Marie Quene of Scottis tuiching the murther of hir husband, and hi (...)

    L’édition de l’Écossais Lekprevik de février 15729.

    • 10 Georges Buchanan et Filipe Camuz, Histoire de Marie Royne d’Escosse, touchant la conjuration faicte (...)

    L’édition de la traduction française de février/mars 157210.

2Les relations complexes et incertaines entre ces différentes versions dont les dates et les traducteurs ne sont pas officiellement connues et relèvent toujours aujourd’hui de la spéculation historique sont le substrat de cet article qui a pour but, non pas de lever le mystère long de quatre cents ans autour de ce corpus de textes mais de mettre à l’épreuve certaines idées reçues au sujet de ces traductions.

3Mon intérêt se portera tout particulièrement sur les versions en langue vernaculaire de la Detectio dont je me garderai de dire pour le moment s’il s’agit de traduction en écossais ou en pseudo-écossais, puisque ma démonstration reposera pour partie sur l’étude de la scotticité des textes. L’objectif de cette étude en partie linguistique est double. Il s’agit d’une part de revenir sur ce qui a longtemps été considéré comme un travestissement du texte par le secrétaire d’Élisabeth, William Cecil, mais également de tenter d’établir ou d’exclure par ce biais la paternité buchananienne de cette traduction dans ses différentes moutures.

4Mais avant d’aborder ces deux points, il convient de commencer par l’histoire, en elle-même épique, des versions de ce texte pour lequel il n’est toujours pas établi de manière définitive un texte source, des traducteurs et en particulier les liens de Buchanan avec ces traductions comme va le faire apparaître le bilan historiographique rapide qui suit.

1. Les mystères autour des traductions de la Detectio en anglais et en écossais

5Le dernier biographe de Buchanan en date, Ian D. McFarlane qui écrit en 1981 considère en effet que le puzzle que constitue la généalogie des traductions de la Detectio et des textes qui lui sont apparentés n’a pas été complètement reconstitué. Ce puzzle se compose d’un certain nombre de pièces que l’on peut synthétiser sous forme de questions :

  • La Detectio est-elle un texte source ou une traduction du Book of articles  ?

  • La version originale en est-elle la version écossaise ?

  • Qui a traduit la Detectio ? Buchanan, Thomas Wilson ou un autre latiniste ?

  • L’Indictment peut-il être considéré comme une traduction de la Detectio par Buchanan lui-même ?

    • 11 On pourrait ajouter une 7ème question : Peut-on exclure définitivement que Buchanan soit également (...)

    Qui sont les destinataires de la Detectio et de ses traductions ? Question à laquelle on pourrait ajouter, en combien de langues la Detectio a-t-elle été traduite11 ?

  • Enfin, quelles sont les raisons qui expliquent que Buchanan entretienne des relations si opaques avec ce texte dont il n’assume pas pleinement la paternité si l’on en juge par le fait qu’il ne le mentionne pas dans sa Vita  ?

  • 12 Hume Brown, George Buchanan, Humanist and Reformer, Edinburgh, D. Douglas, 1890, p. 210.
  • 13 Il s’appuie notamment sur la description d’une reine d’Écosse extravagante s’embarquant avec des pi (...)
  • 14 John Hosack, Mary Queen of Scots and Her Accusers, Edinburgh and London, William Blackwood, 1869, p (...)

6Les deux premières questions méritent en effet d’être posées dans la mesure où elles ont été soulevées par plusieurs historiens, notamment Hume Brown. Ce dernier affirme, en effet, que c’est The Book of Articles et non la Detectio qui contient la liste originale des charges contre Marie Stuart12. Il considère que le contenu de la Detectio est presqu’exclusivement tiré du Book of Articles13. Quoi qu’il en soit, la proximité des contenus a induit en erreur d’autres historiens qui ont confondu à tort the Book of Articles et la Detectio (Laing, 1805) et poussait d’autres encore, comme Hosack14, à penser que le pamphlet fut d’abord écrit dans le dialecte écossais puis traduit en latin.

  • 15 « Obertus Barnestapolius » [i.e., Robert Turner], Maria Stuarta … Innocens a caede Darleana … (Ingo (...)
  • 16 Historia and De Jure Regni, Frankfurt, 1584 in John Durkan, Bibliography of George Buchanan, Glasgo (...)
  • 17 James Emerson Phillips, op. cit., p. 253.

7On ne sait pas non plus très clairement dans combien de langues le texte a été traduit. Nous connaissons deux versions imprimées en langue vernaculaire « anglo-écossaise » à laquelle on peut ajouter une version en anglais sous forme manuscrite conservée à la Morgan Library, et la version française de 1572. Mais dès le XVIe, on a vu circuler la rumeur d’une traduction du texte en allemand notamment à la suite de Robert Turner qui écrit dans L’Histoire et Vie de Marie Stuart qui paraît en 1589 : « Buccanan par deux fois a été imprimé en Allemagne »15. Mais selon Mcfarlane, cette référence à la diffusion des textes de Buchanan en Allemagne peut également faire allusion aux éditions allemandes de son Historia en diptyque avec le De Jure en 158416. Le doute subsiste cependant car on a par exemple retrouvé un manuscrit de la Detectio en latin, conservé encore une fois à la Morgan Library, en « calligraphie allemande » (« German Script »)17 et que le bibliographe Seymour de Ricci date de 1567.

  • 18 John Hosack, Mary Queen of Scots and Her Accusers, Edinburgh and London, William Blackwood, 1869, p (...)

8Cela pose la question subsidiaire de savoir pour qui le texte a été traduit. La première traduction en langue vernaculaire s’est faite en « anglo-écossais » mais Hosack considérait que les destinataires de ce texte étaient en réalité les Anglais. « Buchanan composed his libel when the Queen of Scots was a fugitive in England, notoriously to serve the purposes of his new patrons, who had driven her from her native kingdom […] and his slanders […] were addressed in the first instance, not to his own countrymen, but to English men in England, who had no means either of verifying or refuting them »18. L’exhortation finale de l’édition de Day abonde dans ce sens puisqu’elle met explicitement en garde les Anglais contre la tyrannie de Marie Stuart :

  • 19 DJD, [s.f].

Now judge Englishmen if it be good to change Queens. Oh uniting confounding ! When rude Scotland has vomited up a poison, must fine England lick it up for a restorative ? Oh vile indignity ! While your Queen’s enemy liveth, her anger continueth. Desperate necessity will dare the uttermost.19

  • 20 CSP (Foreign), 1572-1574, p. 14.

9Sur la base d’un témoignage de l’époque, on considère également que la version en « anglo-écossais » était destinée à la France où elle fut diffusée à la cour sous le manteau à ceux à qui le Latin faisait défaut : « The Ambassador brought over Buchanan’s book, both in Latin and English which were much desired in the Court, and the English for that which wanted in Latin »20.

  • 21 Adam Blackwood, La mort de la Royne d’Escosse Douairiere de France, 1588, [s.l.], p. 274-275.

10La dernière incertitude entoure l’auteur de la traduction de la Detectio, publié sans paratexte autorial ou traductorial. Certains contemporains de Buchanan pensèrent qu’il était lui-même l’auteur de l’édition de Day et de Lekprevik et Adam Blackwood alla jusqu’à lui attribuer la traduction française dans La mort de la Royne d’Escosse, imprimée en 158921.

  • 22 James Anderson, Collections Relating to the History of Mary Queen of Scotland, Edinburgh, John Mosm (...)
  • 23 Ibid.

11Au XVIIIe siècle, James Anderson qui réédite le texte en 1727, évoque ainsi toujours l’éventualité que Buchanan en soit l’auteur et présente le texte comme ayant d’abord été traduit en écossais puis mis en anglais : « It was printed at St Andrews in Scotland in the Black Letter and in the old Scottish Dialect : and ſome time after was reprinted in the ſame Character in England, but in a different Dreſs, being changed into the Engliſh of that time, which being of an antiquated Stile has been taken for that printed in Scotland, as appears by the Edition in 1652, and in two other Editions since, where is ſaid to be tranſlated from the ſcots, whereas it is only from the old Engliſh copy by changing ſome of the obſolted words and phraſes »22. L’idée que Buchanan soit l’auteur de la traduction était d’autant plus séduisante qu’il a peu composé en langue vernaculaire. Cela explique selon James Anderson le succès remporté par l’ouvrage que l’on s’arrachait des mains pour pouvoir, dit-on, gouter l’écossais de l’humaniste : « This edition of Buchanan’s Detection was the firſt that was printed of that book, and was thought to be tranſlated by himſelf from his own latin copy, which has rendered it ſo rare and ſcarce, that the Curious have ſought at any rate »23. Encouragé par les éloges du très respecté Dr Sprat, feu Bishop de Rochester, qui louaient la beauté et l’élégance du style de Buchanan dans son dialecte usuel, les plus férus auraient même été jusqu’à recopier à la main la version de Lekprevik alors qu’ils détenaient des copies imprimées de la version de Day :

  • 24 Id., p. ii.

This Book being thought to be the Dialect which Buchanan himself uſed, renders it the more valuable, eſpecially, that we have ſo few Pieces of his in his native Tongue, and has ſo far raiſed the curioſity of some learned men, that tho’they were possessed of Copies of the Old English Edition in the Black Letter, have nevertheleſs cauſed take copies of this in MSS, and did eſteem the Words and Expreſſion thereof according to the import of them, and the Praſeology of the Time very proper and ſignificant ; and I have been well informed, That the learned Dr. Sprat late Biſhop of Rocheſter, a great Judge in ſuch matters, had a very high Opinion of the beauty and Elegancy of this Performance of Buchanan in his own Dialect.24

  • 25 John Hosack, op. cit., p. 167.

12Écrivant au XIXe siècle, John Hosack est encore plus catégorique. Le fait que Buchanan soit l’auteur de la version en langue vernaculaire de la Detectio et de l’Actio lui semble incontestable pour deux raisons : Premièrement Buchanan le reconnaît sur la page de titre en faisant figurer ses initiales, deuxièmement le traducteur anglais à qui l’on attribue ces textes, Thomas Wilson, ne pouvait pas, selon lui, écrire en écossais : « The first Scotch édition of the « Detection » published in 1571, bears the initials of Buchanan, and it contains the « Oration » as well as the « Detection », and both in Scotch, which Wilson could not have written. But when we find Buchanan acknowledging in the title-page that he was the author, it is idle to speculate further on the matter »25.

  • 26 Malcolm Laing, History of Scotland, London, J. Mawman and Edinburgh, A. Constable and Co., 1804, I, (...)

13John Hosack répond ici à Malcolm Laing qui, dans son édition de l’History of Scotland de 1804, conteste l’attribution de la traduction vernaculaire de la Detectio à Buchanan au motif, entre autres, que le titre était trop peu classique pour être l’œuvre de l’humaniste et qui l’impute à Thomas Wilson sur la base d’un échange épistolaire avec William Cecil, datant du 8 novembre 1571 et évoquant la traduction d’un texte incriminant Marie Stuart en bel écossais : « I doe send to your Honor enclosed so much as his translated into handsome Scottish »26.

  • 27 Peter Hume Brown, George Buchanan, Humanist and Reformer : A Biography, Edinburgh, David Douglas, 1 (...)

14Il est suivi par un certain nombre d’historiens qui avancent plusieurs arguments étayant leur théorie. Hume Brown, dans la foulée de Thomas Ruddiman, évoque ainsi des traductions qui trahissent une mécompréhension du latin27. Mahon qui traite de la question au début du XXe siècle, va plus loin et s’il adhère à l’idée selon laquelle Thomas Wilson est bien le traducteur de la Detectioun qui paraît chez Day en 1571, il défend aussi la thèse selon laquelle Buchanan pourrait être l’auteur d’une autre traduction de la Detectio, conservée sous forme manuscrite sous le titre de The Indictment. Il réfute l’idée que l’on puisse écarter cette hypothèse au seul motif que contrairement aux versions imprimées par John Day et Lekprevik ou encore à la traduction française, ce n’est pas une traduction mot pour mot ni même phrase par phrase. Mieux comprendre le genre de traducteur qu’était Buchanan peut donc permettre de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse.

  • 28 I.D. Mcfarlane, op. cit., p. 347.

15Le mystère autour de l’auteur de la traduction est donc toujours loin d’avoir été levé. A.H. Gatherer qui propose une réédition de la Detection en anglais modernisé aux presses universitaires d’Édimbourg en 1958 se garde bien de mentionner le nom d’un traducteur, ce qui est somme toute révélateur de son embarras en la matière, embarras que ne partagent pas James Emerson Phillips et Jane Elizabeth Lewis, qui le premier en 1964, la seconde en 1998, reprennent la thèse de Malcolm Laing à savoir que le texte a été traduit par Thomas Wilson en pseudo-écossais à la demande de William Cecil. Mcfarlane reste en revanche tout à fait circonspect sur la question. Il rappelle qu’il n’existe aucune preuve matérielle confirmant une thèse ou l’autre, pas plus que d’éléments permettant d’établir catégoriquement si Buchanan a été ou non consulté pour les traductions et les publications de celles-ci. Mais en même temps, il lui semble peu probable que l’éditeur écossais Lekprevik ait pu sortir le volume sans l’accord de Buchanan ou sans une réaction de protestation à l’issue de la parution du pamphlet28.

  • 29 BL, MS Landwone 12, fo. 32 (Thomas Wilson to William Cecil, n°1569) cité in Alastair J.L. Blanshard (...)

16On peut étoffer le faisceau d’indices concluant à une traduction par l’anglais Thomas Wilson en soulignant que le duo Cecil/Wilson n’en était pas à son coup d’essai en matière de traduction politique. Dans le contexte des relations tendues entre l’Angleterre et l’Espagne à la même période, Wilson traduit, on le sait, avec l’aval de Cecil les Olynthiennes et les Philippiques de Demosthène du grec à l’anglais. En novembre 1569, Wilson demande ainsi à Cecil d’avaliser sa traduction en anglais de Demosthène : « If you were to suffer it to appear in your name I would send out the orations of so great a man into the common people »29. Selon Alastair Blanshard et Tracey Sowesby, qui ont étudié ces traductions, elles sont un moyen pour Wilson de signifier à Élisabeth que ses atermoiements et son refus de soutien armé aux protestants hollandais pour ne pas déclencher de conflits armés avec l’Espagne sont néfastes. Elle met en parallèle l’inertie élisabéthaine et celle de l’élite athénienne, Demosthène et Wilson, mais elle peut à son tour être mise en parallèle avec l’inertie d’Élisabeth face à sa cousine écossaise qu’elle refuse de faire exécuter même après le complot de Ridolfi. Une différence existe cependant entre la traduction de Demosthène par Wilson et celle de la Detectio, alors que la première visait selon Blanshard et Sowesby à inscrire Wilson dans la politique contemporaine (« Wilson was not only translating Demosthenes into English, he was also translating him into contemporary politics »), celle de la Detectio chercha au contraire à l’en effacer.

  • 30 Voir sur ce point l’échange de correspondance entre Charles IX et Élisabeth in : Correspondance Dip (...)

17L’ensemble des mystères autour de la Detectio que l’historiographie tente de résoudre depuis plus de quatre siècles sont en effet largement voulus. Si le paratexte éditorial est réduit à son plus simple appareil et si le paratexte autorial est inexistant, ce n’est en effet pas un hasard mais le reflet de tout ce qui a été mis en œuvre pour empêcher que l’on puisse remonter aux commanditaires. On sait par le biais de la correspondance diplomatique de l’époque que la commande a été placée au sommet de l’État. Pour l’ensemble des éditions, l’implication de Cecil est largement établie. La complicité tacite d’Élisabeth en revanche demeure invérifiable. Deux scenarii ont été envisagés par les historiens. Premier scenario, Élisabeth et Cecil ont conjointement cherché à relancer la polémique autour de Marie Stuart à la suite, entre autre, du complot de Ridolfi et d’un commun accord ils ont fait traduire et imprimer le texte en langue vernaculaire dans des langues et des lieux apparents qui les dédouanaient de toute responsabilité. Le texte est censé, rappelons-le, avoir été imprimé en écossais à Londres puis en écossais et en français à Édimbourg. Deuxième scenario, Cecil chercha seul par ces stratagèmes à nuire à Marie Stuart sans compromettre sa maîtresse à qui il laissa la possibilité de nier toute implication en la matière, comme elle le fit dans un courrier au roi de France le 10 décembre 157130.

  • 31 Ce témoignage serait par ailleurs corroboré par l’ajout d’une lettre d’excuse à son attention figur (...)

18Quoi qu’il en ait été, ces stratagèmes peuvent en large partie expliquer le silence de Buchanan sur ce texte dans sa Vita et son peu d’empressement à en revendiquer la paternité. Ses contemporains cherchèrent d’ailleurs largement à l’exonérer de toute responsabilité dans l’édition et la traduction de la Detectio comme en atteste le témoignage31 anonyme cité par Anderson qui précise :

  • 32 James Anderson, op. cit., vol. 2, p. 261.

The Book itself was written by hym, not of hymself nor in his own name, but according to the instructions to him given by common conference of the Lordes of the Privie Counsel of Scotland, by hym onely for hys Learning penned, but by them the Mater ministered, the book overseen and allowed, and exhibited by them as Mater that they have offered and do continue in offering to stand to and justifie before our Soveraigne Lady, or her Highness Commissioners in that behalf appointed32.

  • 33 James Aikman, The History of Scotland, Glasgow, Blackie, Fullarton & Co, 1827, [s.p.
  • 34 Voir sur ce point : Armel Dubois-Nayt, « Lecture génétique, générique et pragmatique du Caméléon de (...)
  • 35 Voir sur ce point : Armel Dubois-Nayt, « La représentation de Marie dans Rerum Scoticarum Historia (...)

19Il est incontestable que la Detectio est une œuvre de commande pour laquelle Buchanan fut selon les termes de McFarlane « un secrétaire de haute volée ». Brown va plus loin et pense que Buchanan fut profondément irrité par la publication en catimini du texte dans ses différentes versions et on trouverait trace de son ressentiment dans la préface de l’Historia dans laquelle il fustige : « the unjustifiable license of printers, who assumed the office of censors, and altered according to their fancies in others, had frequently changed, and, in several instances, vilely corrupted my meaning »33]. Il est clair que la publication de la traduction d’un texte à l’insu de son auteur et en multipliant les simulacres correspondait dans le système de pensée néo-stoïcien de Buchanan à un acte tyrannique. Buchanan érigeait en effet l’honnêteté et l’absence de subterfuge comme une qualité indispensable du bon souverain. Le caméléon incarnait à ses yeux l’ignominie en politique et on peut raisonnablement douter qu’il aurait cherché à donner à un texte des couleurs écossaises pour servir les intérêts anglais34. Dans la Detectio, il reprend du reste la métaphore du tyran comme acteur et auteur de théâtre à travers le personnage histrionique de Marie Stuart35. Il s’insurge également contre les pamphlets diffusés à l’étranger à l’initiative de Huntley et de Bothwell et incriminant à tort James Stuart, le demi-frère de Marie Stuart dans le meurtre de Darnley :

  • 36 DJD, D.ijr.

For Huntley and Bothwell, though thay could nat iuſt charge hym, yet laboured by infamous libelles quilk thay ſpread abroad, to diffeyme hym wyth the maiſt foule ſpotte of that ſchamfull act.36

20On peut donc penser qu’il n’aurait pas participé à la tentative de faire indûment passer la Detectioun comme la production d’Écossais, stratagème qui par ailleurs portait atteinte à son ardent sentiment d’appartenance et de loyauté nationale.

21Pour s’en convaincre on peut cependant poursuivre ce bilan historiographique par une analyse linguistique et se demander s’il s’agit, d’une part, véritablement de textes en pseudo-écossais et d’autre part s’il peut éventuellement s’agir d’une traduction de Buchanan dans le cas de l’édition de Day ou d’une révision de cette traduction dans le cas de l’édition de Lekprevik. Parallèlement, nous commenterons la traduction dite « lâche » de la Detectio, l’Indictment en tentant d’établir avec de modestes outils si elle correspond davantage au style de Buchanan.

2. À la recherche de la paternité des textes

  • 37 Ce texte est cependant resté sous forme manuscrite jusqu’en 1923, date de son édition par Mahon.

22Pour ce faire, on peut tout d’abord étudier la langue vernaculaire dans laquelle la Detectio a été traduite. On sait que le traducteur anglais Thomas Wilson était très content de sa maîtrise de l’écossais évoquant à propos de la langue dans laquelle il traduit les lettres de la cassette jointes aux éditions de la Detectioun, son « handsome Scottish ». Les historiens depuis ont parlé de « pseudo-Scot » ou de « sham Scots » pour l’édition de Day et considèrent que le texte est véritablement mis en écossais sous les presses de Lekprevik. The Indictment quant à lui est considéré par tous comme ayant été rédigé en bon écossais37.

  • 38 G. Buchanan, The History of Scotland from the Earliest Period to the Regency of the Earl of Moray, (...)
  • 39 George Buchanan, The Works of Mr George Buchanan in the Scottish Language Containing The Chamæleon (...)
  • 40 Ane Admonition Direct to the Trew Lordis Mantenaris of the Kingis Graces Authoritie. M.G.B. , Impri (...)

23Nous savons par ailleurs que Buchanan ne fut pas très prolixe dans « l’antique langue écossaise », langue à la sonorité rauque qu’il regarda s’éteindre sans regret pour faire place à la tonalité plus douce et plus harmonieuse du latin38. Mais nous possédons deux textes de sa composition en écossais The Chameleon39 et An Admonition to the True Lords40]. Ces textes peuvent donc nous servir de repères stylistiques et linguistiques dans notre exercice de recherche de la paternité de Buchanan d’une traduction de la Detectio.

  • 41 M. A. Bald, « The Anglicisation of Scottish Printing », The Scottish Historical Review, 1926, 23. 9 (...)
  • 42 L’impression en écossais est cependant un phénomène éditorial de courte durée puisqu’il débute en 1 (...)
  • 43 Ils cesseront de l’être à partir de la décennie 1581-1590 suite à l’arrivée de l’imprimeur Vautroll (...)

24L’exercice cependant est particulièrement complexe car en ce dernier tiers du XVIe siècle, on assiste à une anglicisation massive de la langue écossaise sous forme imprimée. M.A. Bald estime ainsi : « In course of time Scotsmen tended to write like Englishmen even though they continued to speak in their distinctive fashion »41. Cependant, si l’impression de livres en écossais42 diminue elle ne disparaît pas complètement. Au moment où la Detectioun parait, les livres imprimés en écossais en Écosse sont encore majoritaires (35 contre 5)43.

25Cette période de transition correspond à une période où dans le cadre de son rapprochement avec l’Angleterre et dans la perspective d’une union autour de la religion réformée, les rapports de certains Écossais et notamment des élites avec la langue écossaise évoluent. Cette union autour d’une religion commune passa en effet par une langue commune puisque la Bible en langue vernaculaire fut initialement diffusée en Écosse en anglais et l’on ne chercha pas à l’époque à en faire une traduction spécifique en écossais.

  • 44 Pourtant, le terme lui-même n’était pas très vieux si l’on en croit la datation de J. Derrick McClu (...)

26Nombre des partisans de la Réforme et des opposants à Marie Stuart, à commencer par le réformateur John Knox écrivaient du reste dans une langue très anglicisée. On considère même aujourd’hui qu’ils ont été des vecteurs d’anglicisation et leurs opposants catholiques exploitèrent à leur encontre l’argument linguistique nationaliste. Winzet reproche ainsi à Knox d’utiliser la langue de l’Autre, l’Inglis ou Sudron, et s’enorgueillit dans la tradition de Gavin Douglas dans son Eneados, d’utiliser « our awin language », le Scottis44.

27Les leaders de la Réforme écossaise auraient donc joué un rôle important dans le déclin de l’écossais dans la mesure où ils n’étaient pas dérangés par l’utilisation non seulement de la Bible mais également de livres liturgiques en langue anglaise. Ils n’ont de fait pas eu le souci de traduire en version écossaise la littérature sur laquelle l’Église écossaise naissante allait se bâtir. Dans les années 1550 et 1560 les Protestants écossais utilisent par exemple le second livre de prières d’Edouard VI pour célébrer l’office avant de le remplacer par celui des exilés anglais à Genève. Cela mérite d’autant plus d’être souligné que dans d’autres domaines, notamment cultuel, ils furent ardemment désireux de marquer leurs spécificités.

  • 45 Dietrich Strauch, « Scot is not Alone : Further Comparative Considerations », in Actes du 2e colloq (...)

28La facilité pour les réformés écossais de s’approprier des textes en anglais s’expliquent en réalité par la proximité des deux langues qui forment selon le linguiste Dietrich Strauch45, « a pair of apperceptional languages ». Marie Robinson explique qu’en conséquence :

  • 46 Marie Robinson, « Language choice in the Reformation : The Scots Confession of 1560 », in J. Derric (...)

It was possible for Scots to be written in a very similar orthography to English, even though the spoken forms of English and Scots had already diverge considerably. This meant that what was written in English could be and was prononounced as Scots and therefore was regarded as being Scots, although it could at the same time quite happily be accepted as English.46

  • 47 Par ailleurs, la proclamation de la loi à la Mercat Cross, le 19 mars 1543 ne parle plus que du « n (...)

29Cette frontière fragile entre les deux langues est confirmée par la formule utilisée par la loi votée par le Parlement écossais en 1543 autorisant la lecture de la Bible en langue vernaculaire qui évoque « the vulgar toung in Inglis or Scottis ». Dans la mesure où il n’y avait pas à l’époque de traduction de la Bible en langue vernaculaire, les deux signifiants « Inglis » et « Scottis » font ici référence au même signifié47.

30Dans ce contexte linguistique, on le voit la traduction d’un texte dans une langue qui se voulait ostensiblement écossaise et pas anglaise ne pouvait être que compliquée. Cela étant elle n’était pas impossible car d’une part l’impression d’un texte en langue vernaculaire en utilisant le système orthographique écossais des XIVe et XVe siècles était toujours possible et d’autre part, certains auteurs cultivaient les scotticismes lexicaux et grammaticaux. Le plus connu d’entre eux chez les catholiques est Ninian Winzet mais George Buchanan faisait également parti de ceux-là si l’on en croit M. Bald :

  • 48 M. A. Bald, « The Anglicisation of Scottish Printing », art. cit., p. 180-181.

The most conservative writers used English forms, but the texture of their language was essentially Scottish. Among the representatives of the conservative tradition was no less a person than George Buchanan. His literary eminence first and his political position later put him on terms of friendship with English men of the highest standing. He had both capacity and opportunity for cultivating a pure English diction. Yet he did not do it. […] English was a second best language and a poor second one at that. He elected to use the best speech – that is classical latin. It was not worth his while to learn to write English. If he had to write for everyday purposes in a vernacular, he would choose the one that came nearest to hand ; not gaelic, his mother-tongue, for that was the speech of the « wild Scots », and Buchanan had an eye for respectability ; not English, because it was so to speak out of his beat ; but lowland Scots, the language heard and used by him in daily intercourse. His diction probably reproduced the average speech very closely. He did not trouble to lift his vernacular utterances to a plane above average » et Bald de conclure « Buchanan ignored the English Vernacular »48.

31Sur la base de toutes ces remarques, je souhaiterais donc entreprendre une rapide comparaison des deux versions de la Detection, puis les comparer à l’Indictment pour voir :

  • si cette traduction pouvait tromper son lectorat et passer pour de l’écossais,

  • si l’on peut parler de pseudo-écossais à propos de la première version de la Detection et donc exclure que Buchanan en soit le traducteur.

  • si l’on peut considérer qu’un texte est plus écossais qu’un autre,

  • enfin si l’on retrouve la patte de Buchanan dans l’un de ces textes.

  • 49 L’édition de 1560 figure dans The Acts of the Parliaments of Scotland (1124-1707), T. Thomson et C. (...)
  • 50 Je m’appuie, pour ce faire, sur l’article de Mairi Robinson, « Language Choice in the Reformation, (...)

32Pour établir de manière plus concluante si l’on peut parler de « sham Scots », je complèterai mon analyse comparative par des références aux différentes éditions de la Confession de foi écossaise (The Scots Confession of Faith)49, imprimée à 7 reprises entre 1560 et 1581, dont deux fois sous les presses de Lekprevik (1561 et 1568) et que l’on ne peut taxer d’avoir été rédigée en pseudo-écossais50.

  • 51 A. J. Aitken, « Variation and Variety in Written Middle Scots », in A. J. Aitken, Angus McIntosh et (...)

33Selon le linguiste Aitken, il serait en effet possible d’identifier l’auteur d’un texte de cette époque en fonction de son orthographe : « A writer’s individual assemblange of spelling choices could be just as distinctive of him as his handwriting »51. Par ailleurs ses travaux et ceux de ses successeurs, notamment Bald et Devitt, on fait apparaître cinq variantes morphologiques qui marquent la scotticité d’un texte. Ces variantes sont :

  • les pronoms relatifs en QUH- en écossais et non en WH-,

  • la terminaison IT et non ED pour marquer le prétérit,

  • l’article indéfini ANE et non A,

  • les particules négatives NAE, NOCHT et leur contraction NA plutôt que NO.

34Enfin la terminaison AND et non ING pour marquer le participe présent.

35Un sixième marqueur identitaire sur le plan linguistique est l’usage de la terminaison –IS ou –S pour marquer la troisième personne du singulier en écossais et non –ETH comme en anglais.

36À cela, viennent s’ajouter des scotticismes sur des mots grammaticaux usuels : ONY pour ANY, GIN pour IF, SK, ou SIK pour SUCH, MEKLE pour MUCH, THIR pour THESE, CONTRARE pour AGAINST, ou sur des mots lexicaux comme EVANGEL pour GOSPEL, l’habitude d’accorder certains adjectifs avec les noms notamment UTHER ( ex : utheris Realmeis, utheris places, utheris magistratis), enfin une prédilection en écossais pour les graphèmes en i.

37Ces quelques outils devraient nous permettre d’amorcer une analyse comparative de la scotticité des textes de notre corpus. Au préalable, j’aimerais m’arrêter brièvement sur les différences de traduction entre la version de Day considérée comme une contre-façon et celle de Lekprevik. Il s’avère en réalité que les deux textes sont extrêmement proches et que les variations se comptent sur les doigts de la main. Sur ces dix variantes :

  • trois modifient le sens.

Day

Lekprevik

« by and by », cj un peu plus tard

« incontinent », Aijv immédiatement

« prated » Thay wer diſmissed againe as fooles that had but undiscretly prated. On remarquera cependant que ce verbe est utilisé par Buchanan dans le Chameleon, p. 20 : « the samyne being ennemies to the King of Scotland, and prattit proudlie ».

« spokin » Thay were diſmiſſit agane as fuillis that had bot undisſcreitly ſpokin. L’Indictment emploi également le verbe « speak » : « sum wyffis yt had spokyne raklesli », p. 42.

« adiornit » Ejr The enquirie for maners ſake was adiornit, but in dede ſuppreſſit.

« cõtinewit » The enquyrie for maneris ſaik was cõtinewit, bot in deid ſuppreſſit.

  • quatre sont des corrections lexicales de l’anglais en écossais.

Day

Lekprevik

Departure Bj

Departing Aiiij le terme « departure » n’existant pas en écossais. L’Indictment utilise également « departing », p. 34.

Christening Cijv

Baptisme Comme dans l’Indictment, p. 38

Launces : Fiijr « They all threw away their launces ». En écossais, « a launce » is a leap or a bound (DSL-DST)

Speires C’est le même terme que dans l’Indictment mais avec une orthographe différente : « thaï laid yair speris », p. 47.

Assises

Air L’Indictment utilise l’expression « Justice Air »

  • une est une correction grammaticale.

Day

Lekprevik

« She hir ſelfe ſettlit hir ſelfe to reste ». Diiij

« Sho hir ſelf ſettillit hir to rest ». Il n’y a pas de forme réflexive dans la formulation de l’Indictment, p. 42 : « sche tuik rest ».

  • deux modifient un élément d’information.

Day

Lekprevik

« hir Brother Robart » Dj

« hir Brother Lord Robert » Bj L’ Indictment précise « Lord of Halurudhouse hir bruther », Bj

« When news hereof was brought to Borthwik to the Quene ». B.iij.v L’Indictment sur ce point corrobore la version de Day : « she ressuing ye advertismēt of it at Borthuik », p. 36.

« Quhen newis heirof was brocht to Jedburgh’s to the Quene ».

  • 52 Dijv. le DSL donne pour variantes : MEKILL et MIKIL.

38Sur les plans typographique et orthographique, on retrouve les différences standard entre l’anglais Tudor et le Middle Scots (goût marqué pour les graphèmes en « i », scotticismes grammaticaux courants (ONY contre ANY, MAIST pour MOST, GIF pour IF, SCHO pour SHE, MEKLE pour MUCH, NOUTHER pour NEITHER, THAY pour THOSE, HAIF pour HAVE). On remarquera cependant que lorsque Day veut utiliser MEKLE il l’orthographie MIKLE52, ce qui n’est pas une variante reconnue par le DSL. En revanche ni l’édition de Day ni celle de Lekprevik ne fait apparaître l’usage de pluriel UTHERIS.

  • 53 The Chameleon, p. 9 et 12 ; The Indictment, p. 34, 35, 37, 38, 39, 40, 41, 43, 46, 47.

39En ce qui concerne les cinq variantes majeures, on ne rencontre qu’une occurrence de la terminaison –AND pour marquer le participe présent sur la page de titre de la version de Day : « Ane Detectioun of the duinges of Mary Quene of Scottes, touchand the murder of her husband ». Cette terminaison n’apparaît en revanche jamais dans l’édition de Lekprevik. Ceci n’est guère surprenant dans la mesure où –AND est la variable sur laquelle l’anglicisation, c’est à dire l’utilisation de –ING est la plus importante dès le début du XVIe siècle avec 62 % d’utilisation d’–ING dès 1520-1539 et aux alentours de 75% sur la décennie qui nous intéresse. Devitt constate un usage mixte des deux formes dans les textes jusqu’en 1600, ce qui est un peu le cas dans le Chameleon et de manière plus marquée dans l’Indictment53 mais aucune version de la Detectio de le fait apparaître. L’occurrence unique de –AND dans le titre de l’édition de DAY pourrait donc attester d’une volonté de passer pour de l’écossais, un stratagème sans doute jugé maladroit par Lekprevik puisqu’il l’élimine.

  • 54 30% suffixe –IT et 7% le suffixe –ID.
  • 55 Amy Devitt, Standardizing Written English – Diffusion in the case of Scotland 1520-1659, Cambridge, (...)

40À l’inverse, la différence dans la désinence choisie pour marquer le prétérit est sensible puisque la version de Lekprevik utilise à 100% le suffixe –IT tandis que la version de Day utilise majoritairement le suffixe anglais –ED (63%)54, ce qui est bien supérieure à la moyenne de 23% d’occurrences d’–ED dans le corpus étudié par Devitt pour la période 1560-1599. L’usage mixte au sein du texte de Day n’est cependant pas contraire aux usages écossais selon Devitt qui commente : « Unlike the relative clause marker, the preterite inflection could vary for individual writers within a single sentence and in the same linguistic environment »55. Il n’est donc pas certain que le zèle de Lekprevik de remplacer tous les suffixes –ID ou –ED de son prédécesseur soit un gage de plus grande scotticité aux yeux du lecteur. Dans The Scots Confession of Faith, on trouve mélangés au hasard des prétérites en –IT avec les variantes communes à l’anglais et à l’écossais. Dans le Chameleon, Buchanan manifeste une prédilection très marquée pour –IT mais il n’ignorait pas –ED qu’il utilise à 2%, un ratio étrangement proche de celui de l’Indicment qui contient 95% –IT et de ses variantes –ET et –YT contre 5% de –ED.

41De la même manière, Lekprevik corrige systématiquement les –ETH anglais de Day à la troisième personne du singulier du présent simple en –IS ou –S là où The Scots Confession of Faith pratique le mélange des formes notamment dans les éditions de Lekprevik.

42Ce systématisme de l’usage de la forme écossaise n’est en effet pas une marque de la scotticité mais l’empreinte de la patte de l’éditeur dont la singularité de la fin des années 1560 et au début des années 1570 est d’imprimer avec la régularité d’un métronome l’écossais à une époque où d’autres éditeurs pratiquent l’édition mixte. C’est ainsi que Lekprevik avait lui même procédé au début des années 1560, après son arrivées en Écosse comme en atteste la première édition de The Scots Confession of Faith sous ses presses en 1561. Sur les sept éditions du texte entre 1561 et 1597, cette première édition de Lekprevik est même celle qui contient le plus faible ratio de formes écossaises par rapport aux formes anglaises (3/9) comme l’ont montré les travaux de Mairi Robinson. Son texte utilise majoritairement les formes communes. À l’inverse, en 1568, lorsqu’il réimprime The Scots Confession of Faith, le texte est débarrassé de toutes les formes anglaises. Après avoir été à ses débuts un angliciseur spontané de la prose écossaise, Lekprevik était devenu en moins d’une décennie un scotticiseur méthodique et systématique, ce qui en fait cependant un cas à part au sein du petit monde des imprimeurs écossais.

  • 56 Ibid., p. 18.

43Lekprevik choisit également d’uniformiser la totalité des pronoms relatifs pour les mettre en QUH là où Day utilise encore 9% de pronoms en WH, ce qui est cependant dans la norme écossaise à l’époque qui est de 15% d’occurrences de pronoms en WH sur la période 1560-157056. Buchanan cependant utilise exclusivement le pronom en QUH dans le Chameleon, ce qui est également le cas de l’auteur de l’Indictment. 54. Le choix de l’article indéfini est plus révélateur d’une contrefaçon par un anglais puisque le texte de Day utilise à 83% le pronom A là où l’édition de Lekprevik utilise à 81% l’article ANE. Dans le Chameleon, Buchanan utilise de son côté à 87% l’article ANE devant une consonne qu’il orthographie ANE ou AN et l’auteur de l’Indictment à 66%. Au début du XVIe siècle, l’écossais et l’anglais différaient en effet non seulement dans l’orthographe du pronom indéfini mais également dans son usage. L’anglais utilisait A devant les consonnes et AN ou A devant les voyelles tandis que l’écossais utilisait AN devant tous les mots. Au cours du XVIe siècle, avec l’anglicisation de la langue vernaculaire écossaise, A fait son apparition en Écosse et représente entre 17% des occurrences sur la période 1520-1539 et 26% pour la période 1560-1599. Il faudra attendre 1639 pour qu’il représente 80% des occurrences, un pourcentage qu’il dépasse déjà chez Day.

44De la même manière, la transformation massive (71%) des particules négatives NA, NOCHT présentes à 75% chez Day en formes anglaises NO, NOT chez Leprevik va dans le sens d’un respect plus grand de l’usage orthographique dominant alors en Écosse. La forme anglaise y est en effet utilisée à plus de 50% dès 1560. Cependant, le choix de l’auteur de l’édition de Day n’est pas en complète contradiction avec les choix opérés par Buchanan qui utilisent à 100% NOT mais à 80% NA et de l’auteur de l’Indictment qui utilise à 100% NA et NOT et qui, comme Buchanan, mélange les deux formes avec une prédilection marquée pour la forme adjectivale NA et la particule NOT.

45L’auteur de l’Indictment et Buchanan ont aussi en commun d’utiliser le suffixe –IS à la troisième personne du présent simple et non –ETH.

46Au final, que pouvons-nous donc conclure de ce commentaire linguistique. Il ressort que l’auteur de l’Indictment et celui du Chameleon ont des usages très proches que sauf en ce qui concerne les particules négatives, la version de la Detection de Lekprevik et le Chameleon affichent des pratiques linguistiques très proches.

  • 57 L’histoire des éditions de la Confession a en effet montré qu’il n’était pas anormal pour un texte (...)

47Il apparaît également que le texte de Day ne semble pas dans le fond, être du si mauvais écossais que cela et qu’au vu des statistiques que nous avons établis, le texte pouvait effectivement passer pour de l’écossais auprès de ses lecteurs. Ce qui est certain, c’est qu’il n’est pas moins écossais que des textes imprimés en Écosse à l’époque, à commencer par la The Scots Confession of Faith57, et pour lesquels il ne viendrait à personne l’idée de parler de pseudo-scot.

  • 58 Dans The Chameleon, on rencontre les gallicismes suivants : p. 5 « small corporance », p. 16 « put (...)
  • 59 The Indictment, op. cit., p. 38 et 39 ; DRL, op. cit., Eij.
  • 60 The Indictment, op. cit., p. 39, 42, 44.
  • 61 DRL, op. cit., Diijr, « I haif mikle offendit toward Sebastian this day that I come not in a maske (...)
  • 62 The Indictment, op. cit., p. 42.
  • 63 Ibid., p. 36, 37.

48Pour ce qui est de la patte de Buchanan, on en retrouve cependant mois l’empreinte dans les deux Detection que par exemple dans l’Indictment qui trahit comme le Chameleon un usage libre des mots empruntés au latin ou au français à la place de l’équivalent en langue vernaculaire58. L’auteur de l’Indictment utilise par exemple le verbe « pans » du français « penser », d’ « abulsezamentis » (habilments) alors que la Detection parle de « tossed in her minde », d’ « apparel »59. L’auteur de l’Indictment crée aussi les néologismes « ayrit » et « rasit » sur la base du français aéré et rasé et il emploi le terme « dur » pour deuil comme dans l’expression française « à grand dur » là où l’écossais parle de « dule »60. Plutôt que d’utiliser le verbe « offend » comme le traducteur de la Detection61, il s’inspire également de l’expression française « faillir de compagnie » qui signifie fausser compagnie dans « I haif faillit to Bastiane yet hes not geven hym ye mask yis nyt of his marriage »62. Il empreinte enfin au français l’expression « être quitte de quelque chose » au sens d’être délié d’une obligation, libéré de quelque chose dans sa formulation « quyt of ye King » ou encore l’adjectif « faschious » inspiré du français « fâcheux »63.

  • 64 Thomas Wilson, Arte of Rhetorique, Oxford, Benediction Classics, 2009, p. 185 : « Among all other l (...)

49Ce type de néologismes étaient inenvisageables par l’auteur présumé de la traduction de la Detection Thomas Wilson qui était partisan d’un art de traduire en « overbare English » et qui dans son Arte of Rhetorique64 s’insurge contre les emprunts aux langues étrangères, notamment au grec et au latin, qu’il juge prétentieux et inutiles et qualifie d’« inkhorn », contraction de sa définition « inkwell made out of horn ». L’absence de toutes formes d’ « inhorn » dans la version de Day pourrait donc être interprétée comme une preuve supplémentaire de la paternité wilsonienne de cette traduction.

Conclusion

50En conclusion, si l’on doit attribuer une traduction de la Detectio à Buchanan, je serais plus encline à penser qu’on la trouve dans l’Indictment et non pas dans les textes imprimés par Day puis par Lekprevik. Les historiens ont cependant estimé que le contexte politique des traductions pourrait expliquer que Buchanan ait renoncé à ses idéaux néo-stoïciens sous la pression d’un contexte politique national et international désastreux. C’est la raison pour laquelle je souhaiterais conclure cet article par un rappel de cette situation qui aurait pu contraindre non seulement Buchanan mais aussi Élisabeth à emprunter au caméléon ses couleurs machiavéliennes.

51La publication de la Detectio intervient, on s’en rappelle, presque quatre ans après sa rédaction. Celle-ci ne se comprend en effet que si l’on se repenche sur le contexte très troublé des îles Britanniques dans le dernier tiers de l’année 1571. L’Angleterre est alors sous pression croissante notamment de la France pour la libération de Marie Stuart. Les négociations sur cette question durent depuis 1569 et en septembre 1571, le roi de France se montrait particulièrement pressant de voir sa demande aboutir. C’est pour calmer ses ardeurs que le texte de la Detectio est envoyé sous le manteau à Walsingham en France initialement dans sa version latine (novembre 1571).

52Malheureusement pour Marie Stuart, l’année 1571 (août-septembre) est aussi celle de la découverte du complot de Ridolfi qui visait à la libérer pour lui permettre d’épouser le comte de Norfolk puis à la faire monter sur le trône d’Angleterre à la place d’Élisabeth pour restaurer le catholicisme. La première traduction en langue vernaculaire est donc imprimée peu de temps après l’arrestation de Norfolk et au moment où le Parlement anglais s’apprête à demander l’exécution de la reine d’Écosse. Le texte présentait donc un intérêt pour le lectorat anglais comme le confirme l’exhortation finale que j’ai déjà citée.

53Mais la singularité de la traduction de la Detectio en langue vernaculaire, c’est qu’elle présentait également son utilité, à la même époque, dans le contexte écossais de guerre civile entre le parti du roi et celui de la reine. Depuis la déposition de la reine quatre ans plus tôt, aucun des deux camps n’avait en effet réussi à prendre clairement l’avantage et le conflit fratricide avait déjà coûté la mort à deux régents, le premier assassiné en janvier 1570 (Moray), le second mort dans une escarmouche à Stirling (Lennox, en septembre 1571). L’intérêt de la diffusion du texte en Écosse était donc de rallier de nouveaux soutiens en Angleterre et en Écosse aux partisans du roi. L’enjeu était d’autant plus important que le parti de la reine semblait avoir pris l’avantage depuis qu’il avait pris possession du château d’Édimbourg et qu’il occupait la capitale.

  • 65 Harry Potter, Edinburgh Under Siege 1571-1573, Stroud, Tempus, 2003, p. 85-92.

54Selon l’historien Harry Potter65 la reconquête d’Édimbourg et de son fort par le parti du roi s’annonçait difficile à l’automne 1571 car le château avait été solidement refortifié, ce qui fut confirmé par l’échec du deuxième siège d’Édimbourg par le régent Mar entre le 16 et le 21 octobre. Le moral des troupes du roi était en berne contrairement à celui de la reine qui entrait dans une guerre d’usure revigorée par la victoire d’Adam Gordon dans le Nord. À court de moyens financiers, le parti du roi voyait aussi ses moyens humains fondre comme une peau de chagrin. L’avantage militaire du parti de la reine était si grand, que faisant mine d’ignorer la situation délicate de Marie Stuart soupçonnée de tentative de régicide en Angleterre, il se prêtait à rêver d’une restauration partielle de l’ancienne reine d’Écosse au nord de la Tweed, co-gouvernant avec son fils et l’aide d’un conseil privé réunissant des conseillers des deux camps.

55Élisabeth avait été informée par le gouverneur de Berwick, Henry Carey, de la déconfiture du parti du roi qui sollicitait l’aide militaire et financière de l’Angleterre pour pouvoir reprendre le Nord aux Gordons et Édimbourg à Kirkcaldy de Grange. Mais la reine d’Angleterre s’obstinait dans son refus, et il est donc très probable qu’elle était elle aussi une destinatrice de la Detectio, « histoire vraiment tragique » du passé régicide de sa cousine comme le disait le titre français.

  • 66 Jane E. Dawson, Scotland Re-Formed 1488-1587, Edinburgh, Edinburgh University Press, p. 271.

56Dans ce contexte britannique tendu, d’immobilisme du côté de l’Angleterre et de paralysie militaire en Écosse, les presses écossaises s’étaient mises à tourner à une cadence soutenue imprimant toute une série de libelles parmi lesquels on peut inscrire la Detection chez Leprevik. Comme l’a fait remarquer Jane E. Dawson : « With neither side capable of military victory, persuading influential Scots and making appeals to the literate and semi-literate reader and listener through ballads, poetry, tracts and proclamations gained a new significance »66. Et c’est en partie l’intensité de cette production pamphlétaire écossaise qui explique que Cecil ait pensé que son stratagème pouvait passer inaperçu, la Detection partageant, du reste, avec le reste de cette littérature pamphlétaire le recours à des techniques de présentation quasi-journalistiques comme la mention des noms réels des protagonistes et le détail de faits précis. Cela est d’autant plus probable que Buchanan lui-même participa publiquement, en cette année 1571, à cette offensive pamphlétaire en rédigeant deux satires l’une contre Maitland de Lethington, l’ancien secrétaire de Marie Stuart, l’autre contre l’ambitieux clan des Hamilton.

57Un seul de ces textes parvint cependant à être imprimé par Lekprevik à Stirling, l’impression du Chameleon ayant été empêché par les hommes de main de Kirkcaldy de Grange qui poussèrent Lekprevik à la fuite. Si la traduction écossaise de la Detectio parvint donc à voir le jour, c’est soit parce que le secret qui l’entoura fut mieux gardé, soit parce que les leaders du parti dit de la reine attachaient en réalité moins d’importance à son honneur qu’au leur.

Haut de page

Notes

1 George Buchanan, De Maria Scotorum Regina, London, John Day, 1571.

2 George Buchanan, De Iure Regni apud Scotos Dialogus, authore Georgio Buchanano Scoto., Edinburgh, John Ross, 1579.

3 George Buchanan, Rerum Scoticarum Historia auctore Georgio Buchanano Scoto, Edimburgi, Apud Alexandrum Arbuthnetum typographum regium, anno M.D.LXXXII. [1582] Cum priuilegio regali.

4 W.A. Gatherer, The Tyrannous Reign of Mary Stewart, Edinburgh, The University Press, 1958, p. 17.

5 R.H. Mahon, The Indictment of Mary Queen of Scots, Cambridge, The University Press, 1923, p. 28.

6 Lennox’s first Paper, May/June 1568 ; Lennox’s second Paper, Sept/Oct 1568, Lennox’s third Paper, December 1568.

7 Sir Dudley Digges, The Compleat Ambassador, London, Tho : Newcomb, for Gabriel Bedell & Thomas Collins, 1655, p. 151.

8 Ane detectioun of the duinges of Marie Quene of Scottes thouchand the murder of hir husband, and hir conspiracie, adulterie, and pretensed mariage with the Erle Bothwell. And ane defence of the trew Lordis, mainteineris of the Kingis graces actioun and authoritie. Translatit out of the Latine quhilke was written by G.B., [London, John Day, 1571]. Les références à venir à cette édition se feront sous l’acronyme DJD. Une version anglaise non imprimée existe toujours sous forme manuscrite et est conservée à la Morgan Library, Sctt 76, 81. STC 3981. James Emerson Phillips, Images of A Queen – Mary Stuart in Sixteenth-Century Literature, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1964, p. 253 (note 32) précise qu’il s’agit d’une traduction en anglais et non en écossais. Elle contient un nombre de notes dans les marges que l’on ne trouve pas dans les éditions imprimées en différentes langues. Seymour De Ricci, Census of Medieval and Renaissance Manuscripts, New York, 1937, II, 1504, n° MA40.

9 Ane detectioun of the doingis of Marie Quene of Scottis tuiching the murther of hir husband, and hir conspiracie, adulterie, and pretensit mariage with the Erle Bothwell. And ane defence of the trew Lordis, mantenaris of the kingis grace actioun and authoritie. Translatit out of the Latine quhilke was writtin be M.G.B., Imprintit at Sanctandrois : Be Robert Lekpreuik, Anno. Do. M. D. LXXII. [1572]. Les références à venir à cette édition se feront sous l’acronyme DRL.

10 Georges Buchanan et Filipe Camuz, Histoire de Marie Royne d’Escosse, touchant la conjuration faicte contre le Roy, & l’adultere commis avec le Comte de Bothwel, histoire vrayement tragique, traduicte de Latin en Francois, Édimbourg, Thomas Uvaltem, 1572.

11 On pourrait ajouter une 7ème question : Peut-on exclure définitivement que Buchanan soit également l’auteur de l’Actio qui accompagne la Detectio dans les éditions latines, écossaises et françaises ¬— question à laquelle I. D. McFarlane a déjà amplement répondu dans Buchanan, London, Duckworth, 1981, p. 344-349.

12 Hume Brown, George Buchanan, Humanist and Reformer, Edinburgh, D. Douglas, 1890, p. 210.

13 Il s’appuie notamment sur la description d’une reine d’Écosse extravagante s’embarquant avec des pirates pour rejoindre son amant sur Aloa.

14 John Hosack, Mary Queen of Scots and Her Accusers, Edinburgh and London, William Blackwood, 1869, p. 151.

15 « Obertus Barnestapolius » [i.e., Robert Turner], Maria Stuarta … Innocens a caede Darleana … (Ingolstadt, 1588), tr. G. de Guttery, L’Histoire et Vie de Marie Stuart, Paris, 1589, sig. ãviiv.

16 Historia and De Jure Regni, Frankfurt, 1584 in John Durkan, Bibliography of George Buchanan, Glasgow, The University Library, 1994, p. 222.

17 James Emerson Phillips, op. cit., p. 253.

18 John Hosack, Mary Queen of Scots and Her Accusers, Edinburgh and London, William Blackwood, 1869, p. 168.

19 DJD, [s.f].

20 CSP (Foreign), 1572-1574, p. 14.

21 Adam Blackwood, La mort de la Royne d’Escosse Douairiere de France, 1588, [s.l.], p. 274-275.

22 James Anderson, Collections Relating to the History of Mary Queen of Scotland, Edinburgh, John Mosman and William Brown, 1727, vol. 2, p. i.

23 Ibid.

24 Id., p. ii.

25 John Hosack, op. cit., p. 167.

26 Malcolm Laing, History of Scotland, London, J. Mawman and Edinburgh, A. Constable and Co., 1804, I, p. 246. I.D. McFarlane, op. cit., p. 347.

27 Peter Hume Brown, George Buchanan, Humanist and Reformer : A Biography, Edinburgh, David Douglas, 1890, p. 213.

28 I.D. Mcfarlane, op. cit., p. 347.

29 BL, MS Landwone 12, fo. 32 (Thomas Wilson to William Cecil, n°1569) cité in Alastair J.L. Blanshard & Tracey A. Sowerby, « Thomas Wilson’s Demosthenes and the Politics of Tudor Translation », International Journal of the Classical Tradition, 12.1, 2005, p. 55 (note 60).

30 Voir sur ce point l’échange de correspondance entre Charles IX et Élisabeth in : Correspondance Diplomatique de Bertrand de Salignac de la Mothe Fénelon, Paris et Londres, 1840, vol. 4., p. 301 et Labanoff (éd.), Lettres, Instructions et Mémoires de Marie Stuart, Reine d’Écosse, Londres, 1844, IV, p. 9.

31 Ce témoignage serait par ailleurs corroboré par l’ajout d’une lettre d’excuse à son attention figurant dans la première version du texte en langue vernaculaire, lettre dont on trouve, à ma connaissance, mention mais pas de copie.

32 James Anderson, op. cit., vol. 2, p. 261.

33 James Aikman, The History of Scotland, Glasgow, Blackie, Fullarton & Co, 1827, [s.p.

34 Voir sur ce point : Armel Dubois-Nayt, « Lecture génétique, générique et pragmatique du Caméléon de George Buchanan : les métamorphoses des rapports d’un texte et de son contexte », in Pascal Caillet, Armel Dubois-Nayt et Jean-Claude Mailhol (éds.), L’écriture et les femmes en Grande-Bretagne (1540-1640) : le mythe et la plume, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007, p. 305-320. Maitland de Lethington, le caméléon de Buchanan est du reste un cas intéressant du point de vue linguistique, puisque comme le fait remarquer Marjorie Bald. Il adapte effectivement la langue dans laquelle il écrit à son lectorat. Voir sur ce point : M.A. Bald, « Pioneers of Anglicised Speech in Scotland », The Scottish Historical Review, 24.95, 1927, p. 185.

35 Voir sur ce point : Armel Dubois-Nayt, « La représentation de Marie dans Rerum Scoticarum Historia de George Buchanan – L’anatomie d’un pouvoir tyrannique au féminin », in Armel Dubois-Nayt et Emmanuelle Santinelli (éds.), Femmes de pouvoir et pouvoirs de femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2009, p. 97-111.

36 DJD, D.ijr.

37 Ce texte est cependant resté sous forme manuscrite jusqu’en 1923, date de son édition par Mahon.

38 G. Buchanan, The History of Scotland from the Earliest Period to the Regency of the Earl of Moray, Glasgow,1845, I, p. 9. « I can perceive without regret, the gradual extinction of the ancient Scottish language, and cheerfully allow its harsh sounds to die away, and give place to the softer and more harmonious tones of the Latin. For if, in this transmigration into another language, it is necessary that we yield up one thing or other, let us pass from rusticity and barbarism to culture and civilization, and let our choice and judgment repair the infelicity of our birth ».

39 George Buchanan, The Works of Mr George Buchanan in the Scottish Language Containing The Chamæleon … and an Admonition to the True Lords, etc., Edinburgh, David Webster, 1825, p. 5-21.

40 Ane Admonition Direct to the Trew Lordis Mantenaris of the Kingis Graces Authoritie. M.G.B. , Imprinted at London : By Iohn Daye, accordyng to the Scotish copie printed at Striuilyng by Robert Lekpreuik, Anno Do. M.D.LXXI. [1571

41 M. A. Bald, « The Anglicisation of Scottish Printing », The Scottish Historical Review, 1926, 23. 90, p. 107.

42 L’impression en écossais est cependant un phénomène éditorial de courte durée puisqu’il débute en 1506 et s’achève entre 1603 et 1606.

43 Ils cesseront de l’être à partir de la décennie 1581-1590 suite à l’arrivée de l’imprimeur Vautrollier, un huguenot français.

44 Pourtant, le terme lui-même n’était pas très vieux si l’on en croit la datation de J. Derrick McClure qui fait remonter sa première occurrence à 1494 dans le libre d’héraldique d’Adam Loutfit « translatit out of fraynche into ſcot » in « Scottis, Inglis, Suddroun : Language Labels and Language Attitudes », in R.J. Lyall and F. Riddy (eds.), Proceedings of the Third International Conference on Scottish Language and Literature (Medieval and Renaissance), University of Stirling 2-7 July 1981, Stirling / Glasgow, 1981, p. 52-53.

45 Dietrich Strauch, « Scot is not Alone : Further Comparative Considerations », in Actes du 2e colloque de langue et de littérature écossaises, Strasbourg, 1978, p. 80-97.

46 Marie Robinson, « Language choice in the Reformation : The Scots Confession of 1560 », in J. Derrick McClure (ed.), Scotland and the Lowland Tongue, Aberdeen, Aberdeen University Press, 1983, p. 59.

47 Par ailleurs, la proclamation de la loi à la Mercat Cross, le 19 mars 1543 ne parle plus que du « new testament in Inglis Wulgare toungue », cité in Ibid., p. 60. On peut également rappeler que, de la même manière, la First Oratioun and Petitioun of the Protestantes of Scotland to the Queen Regent évoque « the old and new Testamentes in our common toung », or à l’époque il n’existait toujours pas de Bible en écossais, on peut en déduire que ses auteurs avait à l’esprit l’anglais.

48 M. A. Bald, « The Anglicisation of Scottish Printing », art. cit., p. 180-181.

49 L’édition de 1560 figure dans The Acts of the Parliaments of Scotland (1124-1707), T. Thomson et C. Innes (éds.), Édimbourg, 1814-1875, vol. 2 : 1424-1567, 1814, pp. 526-34. Les éditions des Lekprevik sont les suivantes : The Confessione of the fayth and doctrin beleved and professed by the Protestantes of the Realme of Scotland …, Edinburgh, Robert Lekprevik, 1561 : The Actis of the Parliament of … James the sext, Edinburgh, Robert Lekprevik, 1568.

50 Je m’appuie, pour ce faire, sur l’article de Mairi Robinson, « Language Choice in the Reformation, The Scots Confession of 1560 », art. cit..

51 A. J. Aitken, « Variation and Variety in Written Middle Scots », in A. J. Aitken, Angus McIntosh et Hermann Palsson (eds.), Edinburgh Studies in English and Scots, London, Longman, 1971, p. 185.

52 Dijv. le DSL donne pour variantes : MEKILL et MIKIL.

53 The Chameleon, p. 9 et 12 ; The Indictment, p. 34, 35, 37, 38, 39, 40, 41, 43, 46, 47.

54 30% suffixe –IT et 7% le suffixe –ID.

55 Amy Devitt, Standardizing Written English – Diffusion in the case of Scotland 1520-1659, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 21.

56 Ibid., p. 18.

57 L’histoire des éditions de la Confession a en effet montré qu’il n’était pas anormal pour un texte d’être imprimé dans des variantes anglo-écossaises plus ou moins naturalisées.

58 Dans The Chameleon, on rencontre les gallicismes suivants : p. 5 « small corporance », p. 16 « put sauf » et « recognoscing her fal », p. 17 « assistaris ».

59 The Indictment, op. cit., p. 38 et 39 ; DRL, op. cit., Eij.

60 The Indictment, op. cit., p. 39, 42, 44.

61 DRL, op. cit., Diijr, « I haif mikle offendit toward Sebastian this day that I come not in a maske at hys mariage ».

62 The Indictment, op. cit., p. 42.

63 Ibid., p. 36, 37.

64 Thomas Wilson, Arte of Rhetorique, Oxford, Benediction Classics, 2009, p. 185 : « Among all other lessons this should first be learned, that wee never affect any straunge ynkehorne termes, but to speake as is commonly receiued ».

65 Harry Potter, Edinburgh Under Siege 1571-1573, Stroud, Tempus, 2003, p. 85-92.

66 Jane E. Dawson, Scotland Re-Formed 1488-1587, Edinburgh, Edinburgh University Press, p. 271.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armel Dubois-Nayt, « Les traductions en langue vernaculaire de la Detectio de George Buchanan », Études Épistémè [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/episteme/266 ; DOI : 10.4000/episteme.266

Haut de page

Auteur

Armel Dubois-Nayt

Armel Dubois-Nayt est Maîtresse de conférences à l’Université de Versailles-Saint-Quentin. Elle travaille sur les théories autour du pouvoir des femmes à la période moderne en Écosse et en Angleterre et plus généralement sur l’histoire des femmes en Grande Bretagne au début de la période moderne. Elle a publié avec Pascal Caillet et Jean-Claude Maihol, L’Écriture et les femmes en Grande-Bretagne (1540-1640) - Le Mythe et la Plume (PUV, 2008), avec Emmanuelle Santinelli-Folz, Femmes de pouvoir et pouvoir de femmes dans l’occident médiéval et moderne (PUV, 2009) et avec Christian Auer et Nathalie Duclos, Femmes, pouvoir et nation en Écosse du XVIe à aujourd’hui (Septentrion, 2012). Elle a co-dirigé les numéros d’Études Épistémè n°17 et n°19 consacré à l’écriture de l’histoire par les femmes. Elle a signé plusieurs articles sur John Knox, Marie Stuart, George Buchanan et Ann Dowriche.

Articles du même auteur

Haut de page
  • OpenEdition Journals