Navigation – Plan du site
II. Curiosité et géographie en Orient et en Occident, XVIe – XVIIIe siècles‎

Le ginseng d’Amérique : un lien entre les deux Indes, entre curiosité et science

Andreas Motsch

Résumés

À la suite d’une suggestion du Père Jartoux, qui a introduit en 1713 le ginseng en Europe, le missionnaire Joseph-François Lafitau découvre en 1716 du ginseng en Nouvelle-France. Sa découverte est initialement contestée par des membres de l’Académie des sciences qui allèguent une erreur d’identification de la plante. En 1718 Lafitau publie un long Mémoire [. . .] concernant la précieuse plante du Ginseng qui offre au public la somme des connaissances sur le ginseng et réfute ces critiques. Alors que l’Académie est préoccupée par la classification botanique, la confusion autour de la plante est vite levée tandis que la découverte de Lafitau mène au développement d’un marché lucratif des racines de ginseng qui inclut leur exportation en Chine. Cet article offre une interprétation du Mémoire sur le ginseng de Joseph-François Lafitau dans son contexte historique en reliant les aspects épistémologiques et méthodologiques à la vision du monde de l’auteur et son identité comme missionnaire. Au-delà du savoir proprement botanique, l’article discute l’influence de la tradition humaniste des antiquaires et collectionneurs de curiosités, et suggère un parallèle méthodologique entre le Mémoire de Lafitau et ses Mœurs des sauvages amériquains comparées au mœurs des premiers temps (1724). L’article contextualise la découverte du ginseng dans le cadre plus large des explorations géographiques et porte une attention particulière aux incertitudes relatives à la découverte de l’Amérique par rapport à l’Asie et à la possibilité d’un lien terrestre entre les deux continents. La présence du ginseng sur les deux continents consolide fortement une telle hypothèse et un lien terrestre permet de défendre à son tour l’idée d’une origine eurasiatique des habitants de l’Amérique. Alors que les Mœurs de Lafitau plaident pour l’unité de la création, le Mémoire aborde la question de l’unité par une démonstration en histoire naturelle.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie les Franckesche Stiftungen (Halle, Allemagne) ainsi que Victoria College (Toronto, Canada) pour des bourses qui ont rendu cette recherche possible. Je remercie également Robert Melançon et Georges Tissot, mes collaborateurs à l’édition critique des Mœurs de Lafitau, pour leurs critiques et suggestions.

Prologue

  • 1 Lafitau, Joseph-François, Mémoire présenté à son Altesse Royale Monsieur le Duc d’Orlèans, Régent d (...)
  • 2 Jartoux, Pierre, S.I., « Lettre du Pere Jartoux, Missionnaire de la Compagnie de Jesus, au P. Procu (...)

1Au début de 1718 paraît à Paris un Mémoire [...] concernant la précieuse plante du Ginseng de Tartarie, découverte en Canada par le P. Joseph François Lafitau [...]1. Dans cet opuscule de 92 pages in-douze, l’auteur révèle au public l’existence en Amérique du ginseng, une plante renommée et fort appréciée en Asie. Bien que cette plante soit mentionnée dans quelques publications antérieures, elle est essentiellement inconnue en Europe avant la publication d’une Lettre du père Jartoux2, qui introduit en 1713 l’Europe au ginseng d’Asie ou le ginseng tout court. Estimée pour ses grandes qualités médicinales, la racine du ginseng est fort recherchée en Asie et se vend à un prix très élevé, qualités aptes à susciter la curiosité des savants et l’intérêt des commerçants. Cinq ans après la Lettre qui constitue la première publication dédiée exclusivement au ginseng, le Mémoire de Joseph-François Lafitau suit l’exemple de Jartoux, amplifiant et complétant l’information sur la plante. Mais il va plus loin : en confirmant la présence du ginseng d’Asie en Nouvelle-France, il signale de surcroît non seulement la « continuité géographique ou botanique » des deux continents, mais aussi l’extension d’un marché jusqu’alors restreint et une ouverture économique pour la colonie française.

2Si le Mémoire couvre en effet tous les aspects de la plante, il poursuit en même temps un autre objectif et non des moindres. L’auteur jésuite y établit non seulement l’existence du ginseng en Amérique du Nord, mais il défend aussi son statut de découvreur de cette plante, statut contesté par certains des membres de l’Académie royale des sciences. L’Académie soutient pour sa part que le missionnaire s’est trompé dans l’identification de la plante et qu’elle en avait déjà connaissance grâce à une livraison de spécimens par son correspondant de Québec Michel Sarrazin. Or l’Académie n’avait jamais identifié cette plante comme le ginseng et n’a réagi que lorsque le jésuite a commencé à rendre publique sa découverte qui, elle, date de 1716.

3L’objectif de cet article n’est pas de déterminer qui est le véritable découvreur du ginseng au Canada (il s’agit bien de Lafitau) ni de « réhabiliter » Lafitau comme botaniste. Les enjeux de la controverse dépassent en effet le domaine de la botanique proprement dite et tout l’intérêt de la discussion est là : comprendre le contexte historique de cette « découverte » et les traditions de savoirs dans lesquelles les acteurs s’inscrivent. Du point de vue épistémologique, il s’agit d’attirer l’attention sur les procédures et catégories mêmes de la production des savoirs et de leur légitimation ; du point de vue historique, il faut interroger le contexte philosophique, politique, religieux, économique ou discursif dans lequel la découverte du ginseng se produit. L’objectif de cet article est de présenter une lecture du Mémoire qui ne soit pas réductrice et qui rende justice à sa complexité et la variété des sujets abordés, à sa dimension textuelle et à la vision du monde de l’auteur. À cette fin il est nécessaire de placer l’objet de savoir ou de curiosité, « la précieuse plante Ginseng de Tartarie », dans un système d’échanges culturels et de resituer sa circulation dans les différents discours. Il s’agit d’expliquer les enjeux intellectuels et historiques de la controverse en la replaçant dans le contexte bien plus large des découvertes faites entre le XVe et le XVIIIe siècles. Cette période de globalisation et de colonisation, de découvertes de nouveaux mondes, peuples et objets et de développement de réseaux d’échanges commerciaux correspond, au niveau de la connaissance, à l’ère des cabinets de curiosité et à la transformation progressive des savoirs en sciences.

4Comment donc comprendre dans ce contexte la présence d’une plante de Tartarie en Nouvelle-France ? La controverse entre les membres de l’Académie et Joseph-François Lafitau portait sur le mérite et le statut de la découverte, mais encore plus sur la nature de la plante, son « identité ». Si cette nature était pour les membres de l’Académie avant tout « botanique », elle était plus complexe pour l’auteur du Mémoire. Son texte affiche sa logique propre en se situant par rapport aux différents discours et pratiques de savoirs de l’époque auxquels son auteur fait appel. En effet, c’est bien pour cette raison que le Mémoire […] du Ginseng de Tartarie, découverte en Canada, tout comme la controverse, peut servir à illustrer l’écart croissant entre le monde des collectionneurs et des antiquaires et celui de l’histoire naturelle et de la botanique, entre une culture de « curiosité » et une culture de « science ».

  • 3 Lafitau, Joseph-François, Mœurs des sauvages ameriquains comparées aux mœurs des premiers temps, Pa (...)

5J’évoquerai par la suite une perspective de longue durée qui peut de prime abord paraître non pertinente, voire anachronique. Cependant, le Mémoire de Lafitau s’inscrit aussi bien dans la tradition de la « curiosité » des siècles antérieurs que dans celle des « sciences » à venir, et réduire ce texte à une pure controverse « scientifique » constituerait en soi un anachronisme. Ma contextualisation de la découverte du ginseng par celle de la découverte, de l’exploration et de la colonisation de l’Amérique est confirmée, thématiquement et méthodologiquement, par la production future de l’auteur. Le Mémoire, relevant de l’histoire naturelle et publié en 1718, s’avère ainsi être révélateur d’une méthodologie qui va s’affirmer plus parfaitement dans l’exploration « anthropologique » de l’histoire humaine, dans les Mœurs des sauvages amériquains comparées aux mœurs des premiers temps, œuvre maîtresse de l’auteur publiée en 17243. La prémisse de l’unité de la création divine, qui sous-tendra dans les Mœurs l’analyse des sociétés amérindiennes comme celle des civilisations anciennes, s’étend avec le même droit sur l’histoire naturelle et la découverte du ginseng. Pour le missionnaire jésuite, la question de l’identité, que ce soit celle des êtres humains ou celle du ginseng, renvoie en dernier recours à l’unité de la création divine et à l’intégrité de la Providence. En même temps, cette contextualisation permet de rappeler certains enjeux-clés de la production de savoirs auxquels le Mémoire fait écho. Le passage par la découverte de l’Amérique et celle du Détroit de Béring et les incertitudes épistémologiques qui y sont liées permettra de souligner l’idée de continuité géographique et botanique entre l’Asie et l’Amérique, tout comme il rappellera le parallèle entre découverte et appropriation de nouvelles réalités par la langue. La manière de nommer les choses, que ce soit un continent ou un espace géographique, ou que ce soit le ginseng de Tartarie ou celui de Canada, en dit long sur la manière dont elles sont perçues et sur l’identité qu’on leur prête.

L’Amérique, rupture et continuité, ou le détroit de Béring

  • 4 Le 20 novembre 2013, le journal Nature publie un article qui rapporte les résultats d’analyses géné (...)

6La quête par Christophe Colomb d’un passage transatlantique vers la Chine était motivée par un impératif commercial puissant : trouver un chemin direct, plus court, pour rejoindre les marchés d’Asie. Le projet ne réussit pas, mais Colomb découvre un nouveau continent. Cependant, le navigateur ignore que l’Asie et l’Amérique ne sont pas liées et, à ses yeux, les Indes occidentales ne sont qu’une continuation des Indes orientales. Cela ne vaut pas simplement sur le plan linguistique, bien que les noms en disent long sur l’espace découvert. Avec la prise de conscience de la nouveauté du continent, cette erreur d’appellation sera « corrigée ». En 1507, les « Indes occidentales » sont nommées « Amérique » par le cartographe Martin Waldseemüller. Ironiquement, ce terme est lui-même erroné, car Waldseemüller attribue à tort la découverte à Amerigo Vespucci. Les terres découvertes n’ont pas changé de place, mais leur appellation indique leur statut instable, intermédiaire, voire double : les Indes occidentales renvoient aux Indes orientales, elles deviennent le Nouveau Monde ou l’Amérique et ses colonies constituent l’extension du Vieux Monde. Le continent américain se trouve ainsi au centre d’une double continuité, d’un côté avec l’Asie et de l’autre avec l’Europe, tandis que la question de l’origine de ses habitants reste jusqu’à aujourd’hui sans réponse définitive4.

7Au moment de la publication du Mémoire sur le Ginseng par Lafitau, en 1718, les contours de l’Amérique sont bien connus, avec une seule exception : le Nord et Nord-Ouest du continent restent terra incognita. La séparation des deux continents n’est donc toujours pas un fait prouvé et les conjectures l’emportent sur les certitudes. Dans ce contexte spéculatif, la découverte d’une plante asiatique en Amérique prend une signification particulière. La situation est encore la même en 1724 comme le montre la carte tirée de l’ouvrage du père Lafitau sur les Mœurs des sauvages amériquains comparées aux mœurs des premiers temps.

Illustration 1 : « Carte de L’Amérique », Lafitau, Mœurs des sauvages ameriquains comparées aux mœurs des premiers temps, Paris, Saugrain et Hochereau, 1724, vol. 1, p. 27.

Illustration 1 : « Carte de L’Amérique », Lafitau, Mœurs des sauvages ameriquains comparées aux mœurs des premiers temps, Paris, Saugrain et Hochereau, 1724, vol. 1, p. 27.

Collection privée.

  • 5 Voir à ce sujet mon livre Lafitau et l’émergence du discours ethnographique, Sillery Qc., Septentri (...)

8Dans cet ouvrage, Lafitau explore la question de l’origine commune des Amérindiens et des Européens, et, de manière plus générale, de tous les peuples du monde. L’auteur argumente d’un point de vue religieux et dogmatique. La preuve généalogique étant impossible à avancer à cause du manque de documents proprement historiques, il recourt à l’analyse anthropologique et développe un vaste projet de comparaison des pratiques culturelles. Le père jésuite est convaincu que sa démonstration sur les mœurs communes ou très similaires permet de conclure à une origine commune. Ce projet ethnographique avant la lettre est donc directement motivé par le besoin idéologique de démontrer l’unité originaire de l’humanité, remontant à la genèse biblique, et de défendre ainsi la doctrine de l’Église contre ses détracteurs libertins5.

  • 6 Acosta met en avant l’aspect « moral » comme une innovation méthodologique de son Histoire naturell (...)
  • 7 Acosta traite du lien entre l’Asie et l’Amérique dans le contexte de l’unité de la création bibliqu (...)
  • 8 J’ai traité de l’aspect spatial et temporel de cette intégration dans « Le genre humain entre le pa (...)

9Du point de vue méthodologique, le Mémoire anticipe dans le registre de l’histoire naturelle ce que les Mœurs tentent de démontrer dans le registre ethnographique ou dans celui de l’« histoire morale », pour reprendre la terminologie de José de Acosta6. Alors que les hypothèses portant sur la population de l’Amérique constituent un topos littéraire dans les livres d’histoire et les récits de voyage, la thèse de la continuité démographique entre le Vieux et le Nouveau Monde s’explique par le contexte apologétique. Certes, le discours géographique comporte des lacunes, mais elles sont plutôt insignifiantes puisqu’une migration de l’Asie vers l’Amérique est faisable et donc probable. À la veille du XVIIe siècle José de Acosta faisait le point sur cette question cardinale dans son De natura novis orbi7 et la situation est toujours la même au début du XVIIIe siècle pour Joseph-François Lafitau8. Dans ce qui peut se lire comme un commentaire de sa « Carte de l’Amérique », Lafitau explique que…

  • 9 Lafitau, Mœurs, v.1, p. 32-33. J’ai légèrement modernisé l’orthographe des citations de Lafitau dan (...)

l’Amérique a pu être abordée par différens endroits, et s’être ainsi peuplée de tous côtez ; cela est hors de doute : elle n’est séparée des Terres Australes que de fort peu : au Septentrion, le Groenland qui est peut-être contigu à ce nouveau Monde, n’est pas extrêmement éloigné de la Lapponie. Les Terres de l’Asie qui bornent vers la Terre de Jesso, font aussi peut-être avec elle un même Continent, ou n’en sont qu’à un trés-petite distance, si les Détroits qu’on y suppose, percent jusqu’à la Mer de Tartarie. L’Ocean qui l’environne entiérement ou presque entiérement, est semé d’Isles, tant dans la Mer du Nord, que dans celle du Sud. On pourrait y avoir passé d’Isle en Isle, ou par le malheur des naufrages, ou un par effet du pur hazard9.

10Ces nombreuses hypothèses, une fois présentées aux lecteurs, sont par la suite réduites à une seule selon le degré de probabilité. Lafitau prend position en déclarant :

  • 10 Lafitau, Mœurs, v.1, p. 34. La ressemblance de cette citation avec la formulation de José de Acosta (...)

L’opinion la plus universellement suivie et la plus probable, est celle qui fait passer toutes ces Nations dans l’Amérique par les terres de l’Asie. Il y a des motifs d’une très-grande probabilité, qui persuadent que l’Amérique est jointe au Continent de la Tartarie Orientale, quoique jusqu’à présent on y ait supposé quelque Détroit qui l’en sépare. Je ne crois pas devoir approfondir par de simples conjectures une chose qui ne peut être éclaircie que par la découverte même : mais soit que ces terres soient contiguës, soit qu’elles soient divisées par quelques petits bras de mer, il a été facile d’y pénétrer, et j’espère que de la comparaison des Mœurs des Amériquains avec celles des Asiatiques et des Nations comprises sous les noms des Peuples de la Thrace et de la Scythie, il résultera dans la suite de cet Ouvrage comme une espéce d’évidence, que l’Amérique a été peuplée par les Terres les plus Orientales de la Tartarie10.

11Sur le plan méthodologique, la citation de Lafitau distingue clairement entre conjecture et preuve. L’auteur ne se fait pas d’illusion au sujet de la solidité requise pour une preuve : seule une découverte pourrait être déterminante. L’emplacement géographique d’un tel lien hypothétique s’est alors resserré sur le Nord-Ouest du continent, mais, jusqu’à la découverte de Vitus Béring, il manque la preuve.

12Les parallèles entre cette découverte et celle du ginseng méritent une attention plus détaillée pour des raisons qui sont manifestes pour le public de l’époque. D’abord, les événements sont contemporains, ayant lieu entre 1716 et 1741, donc dans la première partie du XVIIIe siècle. Ensuite, les deux découvertes s’inscrivent dans le même discours géopolitique : la découverte du passage du Nord-Ouest et la compétition politique et surtout commerciale des empires coloniaux. Troisièmement, les événements démontrent l’incertitude épistémologique concernant les méthodes de savoir et ses représentations dans les discours géographique et botanique ainsi que dans la conscience générale du public.

  • 11 Un résumé très concis des faits pertinents se trouve chez Armstrong, Terence, « Vitus Bering » (Pol (...)

13Comme pour le baptême de l’Amérique par Waldseemüller, la découverte du Détroit de Béring révèle bien les enjeux scientifiques et idéologiques qui se greffent sur la dénomination des lieux. Si Béring, qui était au service de Pierre le Grand, a bien légué son nom au détroit en tant « découvreur », c’est d’abord parce qu’on ignorait jusqu’en 1736 que Semyon Dezhnev avait déjà confirmé l’existence du détroit dès 164811. C’est aujourd’hui un détail historique oublié, mais qui rappelle les limites du savoir en signalant l’importance de sa diffusion et de sa reconnaissance publique. L’acte de découverte seul ne suffit pas, il faut l’ancrer dans la conscience publique. Contrairement à Colomb, qui découvre l’Amérique sans le savoir, Béring s’engage dans l’opération avec l’hypothèse correcte de l’existence d’un détroit. En 1727-28 il passe de la partie septentrionale de l’océan Pacifique, aujourd’hui appelé « Mer de Béring », à la mer des Tchouktches, une partie de l’océan Arctique. Béring longeait alors la côte asiatique et, une fois arrivé au point du continent où les terres tournent à nouveau vers l’ouest, il conclut que le lien terrestre n’existe pas. Cela lui permet de conclure qu’il n’y a pas de lien terrestre, mais comme il ne voit jamais de terres à l’Est, donc du côté américain, il ignore qu’il s’agit en fait d’un détroit ! Par conséquent, quand il présente plus tard ses exploits à Saint-Pétersbourg, le résultat est jugé insuffisant. La couronne exige que le détroit soit exploré en localisant le continent américain et Béring s’embarque pour la deuxième expédition de Kamchatka qui s’étend de 1733 à 1741. Cette fois-ci l’explorateur rejoint le continent américain, mais beaucoup plus au sud et non pas dans le nord où les continents se rapprochent. Béring meurt sur le chemin du retour et, bien que son expédition rapporte un trésor inouï d’informations, les intérêts d’État excluent leur publication. Les résultats restent donc inconnus du public. Le Détroit de Béring recevra finalement son nom actuel quelques décennies plus tard grâce à James King, qui servait de capitaine lors du troisième voyage de James Cook, et qui nomme le détroit en honneur des exploits de Vitus Béring alors qu’il était bien au courant de la découverte antérieure de Dezhnev.

  • 12 Les spéculations au sujet de passages directs et d’explorations minérales, de pétrole et de gaz dan (...)

14Les expéditions de Vitus Béring sont menées sur ordre de la couronne russe et servent surtout ses ambitions politiques et économiques. En d’autres termes, ces explorations s’inscrivent dans un contexte géopolitique et les résultats impliquent des promesses éminemment lucratives. Comme l’idée de Colomb de rejoindre l’Asie par une route directe vers l’Ouest, l'espoir de trouver un chemin plus direct entre l’Europe et l’Asie par le passage du Nord-Ouest (au nord de l’Amérique) ou encore par le passage du Nord-Est (au nord de l’Eurasie) n’a jamais perdu son attrait12. Vues sous cet angle, les données n’ont pas fondamentalement changé depuis le début du XVIIIe siècle bien que les produits et les acteurs ne soient plus les mêmes. Le fait que le Nord reçoive à cette époque beaucoup d’attention est évident dans les activités continues de la Compagnie de la Baie d’Hudson tout comme dans les expéditions guidées par Béring, mais aussi dans les publications de l’époque. Entre 1715 et 1738 Jean-Frédéric Bernard publie les dix volumes de sa série Recueil de Voiages au Nord, dont le sous-titre n’a plus besoin de commentaire : Memoires tres utiles au Commerce & a la Navigation. L’éditeur lui-même rend explicites les enjeux dans son « Discours préliminaire » :

  • 13 Bernard, Jean-Frédéric, Recueil de Voiages au Nord, Memoires tres utiles au Commerce & a la Navigat (...)

S’il était possible de penetrer un jour dans les Mers Orientales, par le Nord de la Tartarie, ou de l’Amerique, on aurait sans doute un grand avantage : Mais on ne croit pas que la gloire de cette decouverte, qui n’est peut-être pas si impossible qu’on la crû [sic] jusqu’à present, puisse être mieux reservée qu’à un Grand Prince Voisin du Nord13.

  • 14 Cette dédicace est non seulement opportune mais d’actualité. Pierre le Grand visitait en 1717 plusi (...)

15Ce « Voisin du Nord » n’est autre que Pierre le Grand auquel la série est dédiée. Dans sa dédicace, Jean-Frédéric Bernard exhorte le tsar de manière éloquente à veiller à ses intérêts politiques et économiques qui sont menacés par d’autres nations14. Il continue aussi à solliciter la protection impériale pour le contenu même du Recueil de Voiages au Nord, ce qui n’est pas dépourvu d’une certaine ironie, car la connaissance de ce contenu peut servir au tsar aussi bien qu’à ses concurrents à faire avancer l’art de la navigation et leurs projets coloniaux. Bernard écrit :

Sire, je prens la liberté d’offrir à Vôtre Majeste Imperiale un recueil qui contient divers Voiages curieux, plusieurs Memoires sur le Commerce et les Navigations du Nord, quelques Relations des Païs, où, peut-être, on pourrait aller par le Nord-Ouest et le Nord-Est de l’Europe, et enfin des Instructions pour Voiager utilement.

  • 15 Bernard, op. cit., v.1, fol. *2 ro – fol. *3 ro.

Ces Voiages, ces Memoires, ces Relations & ces Instructions demandent aujourd’hui la Protection Auguste de Votre Majeste Imperiale. Elle y verra, les Recherches de deux Peuples fameux, tachant de penetrer dans les Mers Orientales, par les Mers du Nord […]15.

16Il est tout à fait pertinent par ailleurs de noter que lorsque paraît en 1718 le IVe volume de la série, le frontispice contient une carte qui montre déjà le futur détroit de Béring qui n’est pourtant en 1718 qu’une hypothèse.

Illustration 2 : Frontispice, Bernard, Jean-Frédéric, Recueil de Voiages au Nord, Memoires tres utiles au Commerce & a la Navigation, Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1718.

Illustration 2 : Frontispice, Bernard, Jean-Frédéric, Recueil de Voiages au Nord, Memoires tres utiles au Commerce & a la Navigation, Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1718.

Avec l’autorisation de la Toronto Public Library.

  • 16 Voir à ce sujet l’ouvrage de Derek Hayes, Historical Atlas of the North Pacific Ocean. Maps of Disc (...)

17Nous ignorons la source d’inspiration de Gedeon Quineau qui signe ce frontispice, mais l’hypothèse du détroit de Béring avait été alimentée entre autres en 1708 par un faux récit de voyage16. Alors que la carte de Lafitau représente bel et bien le consensus de l’époque, un autre cartographe va plus loin. Joseph-Nicolas de L’Isle produit en 1752 une carte fictive qui invente le littoral américain. Bien qu’il s’agisse d’une invention, celle-ci n’est pas si fictive que l’on pourrait le croire. De L’Isle avait travaillé pendant 21 ans pour l’Académie impériale des sciences à Saint-Pétersbourg et avait justement participé à la deuxième expédition de Béring qui rejoignit le continent américain !

La découverte du ginseng en Asie et en Nouvelle-France

  • 17 Kæmpfer, Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continent (...)
  • 18 Jean-Philippe Breynius, Dissertatio botanico-medica de radice Gin-Sem, seu Nisi, et Chrysanthemo bi (...)

18La signification de la découverte du ginseng en Amérique prend toute son importance sur cette trame historique et le titre du Mémoire est plus qu’évocateur, il est affirmatif. La présence du « Ginseng de Tartarie découverte au Canada » ne peut ainsi manquer de solidifier l’hypothèse d’un lien terrestre entre les Indes orientales et occidentales. Une telle continuité concerne bien sûr d’abord l’histoire naturelle, à savoir les conditions géographiques et climatiques nécessaires à l’existence de la plante. L’idée que le ginseng puisse aussi exister en dehors de la Chine n’émane en outre pas du père Lafitau, mais de son confrère, le père Jartoux, missionnaire en Chine. Jartoux fait partie d’une expédition cartographique impériale en Tartarie, c’est-à-dire la région de la Mandchourie actuelle, et se trouve à la fin du mois de juillet 1709 proche de la frontière coréenne quand un autochtone lui présente un spécimen de ginseng. Jartoux en fait un dessin sur nature et rédigera par la suite un rapport et une description détaillés dans une lettre à ses supérieurs datée de Pékin le 11 avril 1711. Deux ans plus tard, en avril 1713, sa lettre sera publiée dans les Lettres édifiantes et curieuses des Jésuites et recensée dans le Journal des Sçavans du 4 septembre 1713. L’année précédente, le botaniste allemand Engelbert Kæmpfer avait déjà traité du ginseng dans son livre sur les végétaux exotiques, en lui consacrant une illustration complète et trois pages. Alors que Jartoux se sert du français, Kæmpfer a recours au langage des savants, le latin17. Même avant Kæmpfer, d’autres savants avaient traité de la plante, dont notamment des jésuites et, quelques décennies plus tard, le botaniste Jean-Philippe Breynius. Celui-ci publie en 1700 à Leyde une description de six pages et demie, accompagnée d’une illustration de la racine, dans un pamphlet botanique rédigé en latin18. Mais c’est la lettre de Jartoux qui retient immédiatement l’attention du public, et cela à l’échelle européenne ; et c’est encore elle qui offre la première représentation complète de la plante et la plus exacte. Cette Lettre est traduite en anglais la même année et paraît avec une copie de l’illustration de Jartoux dans le volume 28 des Philosophical Transactions de l’année 1713, publié en 1714. Quatre ans plus tard, en 1718, au moment de la controverse entre Lafitau et les membres de l’Académie Royale des Sciences, elle sera republiée par Jean-Frédéric Bernard dans le volume IV de ses Recueil de Voiages au Nord. C’est justement le volume qui affiche le frontispice avec la carte du détroit, mentionnée plus haut. En 1732, le texte de Jartoux sera republié avec le volume entier des Lettres édifiantes dans lequel il était initialement paru.

  • 19 Martini (Novus Atlas Sinensis, Amsterdam, W.J. & J. Blaeu, 1655) présente le ginseng dans sa descri (...)

19La publication de Jartoux compte vingt-six pages et une illustration de la plante entière (et non seulement de la racine) en taille proportionnelle. Son traitement du sujet est très complet, concis et factuel. L’auteur rapporte les circonstances de sa découverte, signale la réputation médicale de celle-ci ainsi que ses propriétés médicinales et y inclut la posologie. Jartoux décrit ensuite le biotope, la récolte systématique organisée sous le monopole de l’Empereur chinois et commente le prix fort élevé que cette plante atteint, avant de passer à une description minutieuse de la plante sous tous ses états. Il commente sa propre illustration en décrivant la racine, la tige, les branches, les feuilles, les fruits et la fleur du ginseng. En comparaison avec les illustrations précédentes du ginseng qui en représentaient seulement la racine, celle de Jartoux montre non seulement la plante entière, mais inclut aussi différents stades de son développement. L’illustration en soi est donc « atemporelle » : elle représente différents états d’une plante de manière synchronique. S’ensuit une discussion sur la germinaison, une explication de son nom chinois, la correction d’une information fournie par le père Martini qui était en 1655 le premier à parler du ginseng et qui avait mal localisé la plante dans son Atlas Novus Sinensis19. Le missionnaire-cartographe termine sa description avec une explication des techniques de conservation de la racine et, sans perdre plus de temps, la lettre se finit sur une adresse au père supérieur, car le père Jartoux est sur le point de retourner en Mandchourie pour poursuivre les travaux de cartographie commandés par l’empereur.

Illustration 3 : Illustration du ginseng, Jartoux, Pierre, S.I., « Lettre du Pere Jartoux, Missionnaire de la Compagnie de Jesus, au P. Procureur Général des Mission des Indes & de la Chine », Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangeres, par quelques missionnaires de la Compagnie de Jesus, Paris, Jean Barbou, v. 10, 1713, 159-185.

Illustration 3 : Illustration du ginseng, Jartoux, Pierre, S.I., « Lettre du Pere Jartoux, Missionnaire de la Compagnie de Jesus, au P. Procureur Général des Mission des Indes & de la Chine », Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangeres, par quelques missionnaires de la Compagnie de Jesus, Paris, Jean Barbou, v. 10, 1713, 159-185.

Avec l’autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

Le ginseng de Lafitau

  • 20 Le passage dans Lafitau est celui-ci : « En parcourant cette Lettre, et tombant sur l’endroit où ce (...)

20Au moment de la publication de la lettre de Jartoux, Joseph-François Lafitau est missionnaire en Nouvelle-France. Il œuvre entre 1712 et 1717 à la mission du Sault Saint Louis, également connue comme mission Saint François Xavier ou sous son nom amérindien Khanawake. Le terme iroquois comme le terme français de « Sault Saint Louis » renvoie aux très impressionnants rapides du Saint-Laurent sur les bords duquel se situait jadis la mission jésuite. Lafitau prend connaissance de la lettre sur le ginseng deux ans après sa publication, en octobre 1715, lorsqu’il se rend à Québec où il peut consulter les Lettres édifiantes qui y sont envoyées régulièrement. Il est très intrigué par une remarque de Jartoux qui décrit le biotope du ginseng comme une région boréale et montagneuse située entre le 39e et le 47e degrés de latitude20. Selon l’auteur la plante ne pousse que sur les pentes de montagnes et dans l’ombre de forêts épaisses et Jartoux conclut sa description par cette suggestion curieuse :

  • 21 Jartoux, op. cit., p. 167-168. Voir aussi Lafitau, Mémoire, p. 10.

Tout cela me fait croire, que s’il s’en trouve en quelqu’autre payis [sic] du monde, ce doit être principalement en Canada, dont les forests et les montagnes, au rapport de ceux qui y ont demeuré, ressemblent assez à celles-cy21.

  • 22 Lafitau, Mémoire, p. 11, 13.

21Ce n’est qu’au printemps suivant que Lafitau interroge des autochtones. Leurs réponses l’encouragent à continuer sa quête, mais guère plus22. Lafitau engage même l’aide d’une autochtone et cherche la plante pendant trois mois sans succès quand le hasard lui fait découvrir lui-même la plante qu’il cherchait dans ses environs immédiats, en fait dans le village-même :

  • 23 Ibid., p. 14-15.

Ayant passé prés de trois mois à chercher le Gin-seng inutilement, le hazard me le montra quand j’y pensais le moins, assez prés d’une maison que je faisais bâtir. Il était alors dans sa maturité, la couleur vermeille de son fruit arrêta ma vuë. Je ne le considerai pas longtemps sans soupçonner que ce pouvait être la plante que je cherchais. L’ayant arrachée avec empressement, je la portai plein de joie à une Sauvagesse que j’avais employée pour la chercher de son côté. Elle la reconnut d’abord pour l’un de leurs remedes ordinaires, dont elle me dit sur le champ l’usage que les Sauvages en faisaient. Sur le rapport que je luy fis de l’estime qu’on en faisait à la Chine elle se guérit dés le lendemain d’une fièvre intermittente qui la tourmentait depuis quelques mois23.

  • 24 Ibid., p. 10.
  • 25 Ibid., p. 14.
  • 26 Ibid., p. 16.
  • 27 Ibid., p. 16.
  • 28 Ibid., p. 16.

22Comment Lafitau peut-il être certain que la plante découverte est en effet le ginseng de la Tartarie décrit par Jartoux ? À l’été 1716, il n’a ni copie de la Lettre de Jartoux, ni notes, juste « une idée confuse et très imparfaite de la plante »24. À l’instant de la découverte, ce n’est qu’un souvenir imprécis de la description de Jartoux et le fait que les autochtones utilisent la plante à des fins thérapeutiques qui suggèrent son identification. Dès cette première mention on repère déjà, dans les applications médicales, un transfert de savoir. Bien que la femme autochtone reconnaisse la plante comme un de leurs « remèdes ordinaires »25, l’usage recommandé par Lafitau est nouveau. L’application médicale devient alors un premier pas dans la vérification. Pour confirmer la découverte, Lafitau fait, comme son confrère auparavant, une description qu’il envoie à « un homme intelligent » et « habile »26 à Québec, dont nous ignorons cependant l’identité. Celui-ci la compare au texte et à l’illustration de Jartoux, après quoi il se met immédiatement en route vers la mission, où il découvre lui-même la plante en présence de l’auteur. La confirmation est double, d’abord par le fait qu’une autre personne fasse la même découverte indépendamment et ensuite par la coïncidence avec le texte de Jartoux27. Le processus est aussi répété dans le sens inverse : on montre l’illustration de Jartoux aux Amérindiens et ceux-ci y reconnaissent « leur plante de Canada »28. Lafitau insiste dans son texte sur la coïncidence parfaite dans cette comparaison et vérification empirique :

  • 29 Ibid., p. 16.

Et comme nous en avions en main les differentes especes, nous eumes le plaisir de voir une description si exacte et une si juste proportion avec la plante, qu’il n’y manquait pas la moindre circonstance dont nous n’eussions la preuve devant les yeux29.

23La preuve visuelle est bien sûr cruciale et, pour ceux qui n’ont pas accès à des spécimens de la plante, une illustration doit suffire. Or, en considérant la difficulté pour les contemporains d’obtenir des spécimens de pays lointains, de savoir les préparer et les conserver pendant le voyage et ensuite dans les collections, une illustration est probablement plus puissante que la plante réelle. Mais qui peut garantir la véracité de la gravure ? Par qui, et en se fondant sur quelle autorité, l’illustration a-t-elle été produite ? Les membres de l’Académie, les auteurs jésuites et leurs lecteurs n’ont pas tous la même expérience et on comprend que la confusion règne facilement. L’illustration publiée dans le Mémoire de Lafitau confirme en effet celle de Jartoux, mais elle est plus complète, plus détaillée, plus riche. Elle a été dessinée et gravée par Boudan, mais nous ne savons pas exactement dans quelles conditions. Lafitau avait bien sûr apporté des spécimens, mais nous ignorons quelles parties de la plante étaient présentes devant le dessinateur et en quel état.

Illustration 4 : Illustration du ginseng. Lafitau, Joseph-François, Mémoire présenté à son Altesse Royale Monsieur le Duc d’Orléans, Régent du Royaume de France, concernant la précieuse plante du gin seng de Tartarie, découverte en Canada par le P. Joseph François Lafitau, de la compagnie de Jesus, Missionnaire des Iroquois du Sault Saint Louis, Paris, Joseph Mongé, 1718.

Illustration 4 : Illustration du ginseng. Lafitau, Joseph-François, Mémoire présenté à son Altesse Royale Monsieur le Duc d’Orléans, Régent du Royaume de France, concernant la précieuse plante du gin seng de Tartarie, découverte en Canada par le P. Joseph François Lafitau, de la compagnie de Jesus, Missionnaire des Iroquois du Sault Saint Louis, Paris, Joseph Mongé, 1718.

Avec l’autorisation de la Toronto Public Library.

24Un des points de contentieux qui opposera l’Académie à Lafitau tourne autour de la véracité de la gravure de Jartoux. Les membres de l’Académie contestent son autorité, car elle leur semble trop différente de l’illustration de Kæmpfer, et ils soutiennent qu’il ne s’agit pas de la même plante. Kæmpfer avait d’ailleurs documenté le ginseng au Japon, Jartoux en Chine et tous sont conscients qu’il y a aussi du ginseng en Corée. C’est l’autorité soit de Jartoux, soit de Kæmpfer qui est en jeu. Comme on peut le voir dans l’illustration de Kæmpfer, celle-ci s’éloigne en effet de celle des auteurs jésuites.

Illustration 5 : Illustration du ginseng. Kæmpfer, Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continentur variae relationes, observationes & descriptiones rerum Persicarum & ulterioris Asiae multâ attentione, in peregrinationibus per universum Orientem, collectae ab auctore, Lemgo, Typis & impenses H.W. Meyeri, 1712.

Illustration 5 : Illustration du ginseng. Kæmpfer, Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continentur variae relationes, observationes & descriptiones rerum Persicarum & ulterioris Asiae multâ attentione, in peregrinationibus per universum Orientem, collectae ab auctore, Lemgo, Typis & impenses H.W. Meyeri, 1712.

Avec l’autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

25Le consensus partagé entre Lafitau, son visiteur « intelligent » et « habile » et les Amérindiens, au sujet de l’identité du ginseng de Tartarie avec celui du Canada reçoit dans le Mémoire une confirmation supplémentaire de poids. Il s’agit d’une « coïncidence » linguistique frappante et très éclairante : les noms chinois et iroquois sont des synonymes !

  • 30 Lafitau, Mémoire, p. 16-18.

Ma surprise fut extrême quand sur la fin de la Lettre du Pere Jartoux, entendant l’explication du mot Chinois qui signifie Ressemblance de l’homme, ou comme l’explique le Traducteur du P. Kirker, Cuisses de l’homme, je m’apperçus que le mot Iroquois Garent-oguen avait la même signification. En effet, Garent-oguen est un mot composé d’Orenta, qui signifie les cuisses & les jambes, & d’Oguen, qui veut dire deux choses séparées. Faisant alors la même reflexion que le Pere Jartoux sur la bizarrerie de ce nom, qui n’a été donné que sur une ressemblance fort imparfaite qui ne se trouve point dans plusieurs plantes de cette espece, et qui se rencontre dans plusieurs autres d’espece fort differente, je ne pus m’empêcher de conclure que la même signification n’avait pû être appliquée au mot Chinois et au mot Iroquois sans une communication d’idées, et par consequent de personnes. Par là je fus confirmé dans l’opinion que j’avais déjà, et qui est fondée sur d’autres préjugez, que l’Amérique ne faisait qu’un même continent avec l’Asie, à qui elle s’unit par la Tartarie au nord de la Chine30.

  • 31 Je traduis ici de l’anglais : « The Mohawk term Garent-oguen, would be yarentoyen in Wendat, meanin (...)
  • 32 Martini, « Description géographique de l'Empire de la Chine », dans Thévenot, Relations, v.3, p. 45
  • 33 Kircher, La Chine d’Athanase Kirchere. Traduction française de F.S. Dalquié, Amsterdam, Jean Jansso (...)

26Selon le témoignage de John Steckley, spécialiste du huron et de l’iroquois, l’expression iroquoise se traduit en effet comme « cuisses qui fourchent ou s’unissent »31. Quant au terme chinois, Lafitau cite ici l’autorité d’Athanasius Kircher, qui cite à son tour la description de Martino Martini. Selon Martini gin signifie homme et la plante est nommé ginseng parce qu’elle « a la forme d’un homme qui ouvre les jambes »32. Kircher offre la même chose : « On ne luy a donné ce nom qu’à cause de sa figure, qui est semblable à la cuisse d’un homme »33. Le raisonnement anthropomorphe derrière le nom de la racine était bien connu en Europe comme le montre une gravure « humoristique » tirée du Voyage au Siam de Tachard (1686) qui montre deux racines de ginseng portant un chapeau et se promenant à travers le paysage.

Illustration 6 : Illustration du ginseng. Tachard, Guy, Voyage de Siam des pères jesuites : envoyez par le Roy aux Indes & à la Chine : avec leurs observations astronomiques et leurs remarques de physique, de géographie, d'hydrographie, & d'histoire, Paris, Arnould Seneuze et Daniel Horthemels, 1686.

Illustration 6 : Illustration du ginseng. Tachard, Guy, Voyage de Siam des pères jesuites : envoyez par le Roy aux Indes & à la Chine : avec leurs observations astronomiques et leurs remarques de physique, de géographie, d'hydrographie, & d'histoire, Paris, Arnould Seneuze et Daniel Horthemels, 1686.

Avec l’autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

27En confrontant le résumé que Lafitau donne de la lettre de Jartoux à l’original, on constate que Lafitau minimise la différence qui existe entre eux. En fait, Jartoux se montre plus prudent et plus critique par rapport aux usages linguistiques chinois. Il écrit :

  • 34 Jartoux, op.cit, p. 181-182.

Je ne sçai pourquoi les Chinois l’ont nommée Gin-seng, qui veut dire, Représentation de l’homme : je n’en ay point vû qui en approchât tant soit peu, et ceux qui la cherchent de profession, m’ont assuré qu’on n’en trouvait pas plus qui eussent de la ressemblance avec l’homme, qu’on en trouve parmi les autres racines, qui ont quelquefois par hazard des figures assez bizarres. Les Tartares l’appellent avec plus de raison Orhota, c’est-à-dire, la première des plantes34.

  • 35 Selon Kæmpfer les termes chinois ginseng et japonais nisi expriment la même idée « homini similis » (...)

28Bien que Jartoux ait recours à la même métaphore anthropomorphe, il n’est personnellement pas convaincu de la singularité de cette identification. De plus, l’usage terminologique des Tartares soutient sa position, car le terme équivalent dans la langue des Tartares fait référence à la valeur de la plante et non pas à sa forme35. Face à l’arbitraire des noms, la coïncidence entre les termes chinois et iroquois, entre la civilisation chinoise et iroquoise, si éloignées l’une de l’autre, ne peut, selon Lafitau, relever du hasard : elle suggère, au contraire, une continuité linguistique, une communication directe entre ces deux peuples. La double identité, botanique et linguistique, assure – le texte est bien explicite à ce sujet –, la continuité géographique et humaine entre l’Asie et l’Amérique, ce qui permet à Lafitau de réintégrer ainsi le Nouveau Monde au sein de la Création biblique.

Faisant alors la même reflexion que le Pere Jartoux sur la bizarrerie de ce nom, qui n’a été donne que sur une resemblance fort imparfaite qui ne se trouve point dans plusieurs plantes de cette espece, & qui se rencontre dans plusieurs d’autres especes fort différente,

  • 36 Lafitau, Mémoire, p. 17-18.

[…] je ne pus m’empêcher de conclure que la même signification n’avait pû être appliquée au mot Chinois et au mot Iroquois sans une communication d’idées, et par consequent de personnes. Par là je fus confirmé dans l’opinion que j’avais déjà, et qui est fondée sur d’autres préjugez, que l’Amérique ne faisait qu’un même continent avec l’Asie, à qui elle s’unit par la Tartarie au nord de la Chine36.

29S’il est certain qu’un lien terrestre serait un argument convaincant pour expliquer la présence de la même faune et flore des deux côtés, ce lien n’est toujours qu’une hypothèse fondée sur l’identité de spécimens d’une plante jugée rare et précieuse. Plus important encore, cette identité est contestée par des membres de l’Académie royale des sciences qui sont associés au Jardin du Roi.

La controverse botanique

  • 37 Au sujet du ginseng américain voir l’entrée « Panax quinquefolius L. » sur NatureServe, 2014. Natur (...)
  • 38 La thèse de Christopher Parsons « Plants and Peoples : French and Indigenous Botanical Knowledges i (...)

30On considère aujourd’hui le ginseng américain, panax quinquefolius, aussi bien que le ginseng chinois, panax ginseng, comme deux variantes parmi plusieurs qui, ensemble, constituent l’espèce du ginseng qui appartient à son tour à la famille des Araliacæ37. Or les critères pour une telle classification scientifique sont tout juste en train de naître à l’époque. Au début du XVIIIe siècle, la controverse entre les membres de l’Académie Royale des Sciences et Lafitau tourne autour de trois questions qui sont liées38. D’abord celle de la méthode d’identification botanique en général ; ensuite la question de savoir si la plante décrite par Jartoux est vraiment du ginseng asiatique ; enfin, l’affirmation que le ginseng de Lafitau n’est qu’un exemplaire d’aralia dont l’Académie avait déjà des spécimens avant sa « découverte » en 1716 par le jésuite.

31Le Mémoire sur le ginseng n’est pas un texte botanique scientifique dans le sens moderne du terme, et certainement pas non plus au sens de l’époque, si on le compare avec les textes de Breynius et de Kæmpfer. Dire le contraire serait simplement anachronique. Les textes de Breynius et de Kæmpfer annoncent la tendance : ils sont courts, se concentrent strictement sur l’appellation de la plante, sa description physique, ses propriétés pharmaceutiques et son environnement naturel, tout cela dans le langage des savants, le latin. La Lettre de Jartoux donne toutes ces informations, mais elle ajoute les circonstances de la découverte de la plante, l’importance pharmaceutique de celle-ci et ses aspects économiques et commerciaux. On pourrait dire que c’est un discours botanique amplifié dans la mesure où il tient compte du contexte historique et culturel de la plante. Le Mémoire de Lafitau contient les mêmes informations que Jartoux, Breynius et Kæmpfer et peut donc être considéré comme un texte botanique, mais il va bien au-delà, en situant la botanique elle-même dans un contexte culturel et historique bien plus vaste. De surcroît, c’est un texte justificatif qui interpelle en la personne du Régent l’autorité royale – et bien sûr les lecteurs – pour valider une découverte et un mérite botaniques contestés.

  • 39 Voir à ce sujet Parsons, Plants and Peoples, p. 143-151.
  • 40 Lafitau, Mémoire, p. 18-32.
  • 41 Parsons, op. cit., p. 131.

32Dans son Mémoire, Lafitau s’avère un observateur lucide dans la description de la plante entière, de la racine à la fleur et au fruit, ainsi que des pratiques de récolte, de conservation et de préparation du ginseng pour ses différents usages. Je ne m’attarderai pas davantage sur ces aspects, qui sont techniques et s’inscrivent dans un discours botanique plus spécifique ou, comme le soutient Christopher Parsons, plutôt dans deux discours savants en compétition : celui des jésuites et un autre qui est en train de naître, et qui est représenté par les membres de l’Académie des Sciences39. Les descriptions minutieuses du ginseng d’Amérique occupent une grande partie du texte (quinze pages)40 et, élément très important, sont suivies par une discussion systématique de toutes les plantes avec lesquelles on aurait éventuellement pu le confondre (l’aralia, la salsepareille, etc.). L’auteur procède par élimination afin d’écarter systématiquement toute possibilité d’erreur, car la contestation de l’Académie tourne autour de la « bonne » identification de la plante. Du côté de l’Académie, il y a plusieurs protagonistes. Le botaniste Danty d’Isnard condamne globalement l’approche de Lafitau qui manquerait de rigueur scientifique, car il n’adhère pas aux normes analytiques et aux pratiques descriptives de plus en plus formelles41. Selon Parsons, il s’agit de tensions entre deux traditions scientifiques et s’explique par le fait que le discours « professionnel » des académiciens, qui se veut purement scientifique, passe sous silence ses propres origines historiques et pratiques. Isnard affirme que la description de Jartoux est fausse, car elle ne correspond pas à celle de Kæmpfer. Il vise donc doublement Lafitau, sur le plan méthodologique et pratique, car si Lafitau indique que le ginseng canadien est le même que celui découvert en Tartarie par Jartoux, sa preuve dépend de celle de Jartoux.

  • 42 Il faut être prudent et ne pas réduire cette opposition à une opposition entre deux fronts. Au cont (...)
  • 43 Lafitau insiste sur l’exhaustivité de cette expérience et donc sur sa compétence en la matière : « (...)

33Jugé selon de nouveaux critères qui ne sont eux-mêmes pas encore fermement établis, Lafitau se trouve donc mis en accusation et sa découverte est réduite au mieux à une erreur taxinomique. La situation n’est pas sans ironie, car ce sont bien lui et Jartoux qui ont une connaissance empirique des plantes en question en dehors du jardin du Roi, lequel dépend de témoins comme eux pour fournir certains de leurs spécimens. Lafitau a beau faire valoir la tradition des jésuites naturalistes, insister sur la véracité de Jartoux et les plantes qu’il a vues lui-même et dont il a apportées des spécimens à Paris, l’Académie prend clairement parti en préférant le médecin-botaniste allemand Kæmpfer comme autorité pour juger l’évidence présentée par les missionnaires jésuites42. Lafitau fait preuve d’une bonne dose de bon sens quand il résume très succinctement la situation en opposant l’expérience de terrain43 aux études livresques.

  • 44 Ibid., p. 35.

Toute la difficulté roulait sur l’autorité qu’on devait donner au Pere Jartoux. On lui opposait celle de M. Kæmpfer Auteur Allemand […]. En parlant du Gin-seng il nous donne une figure de cette plante entierement differente de celle du Pere Jartoux. Ainsi autorité pour autorité il paraissait qu’il y avait raisonnablement lieu de douter44.

  • 45 Ibid., p. 16., p. 37-38.

Il paraist naturel au contraire de croire que le P. Jartoux qui a vû la plante en Tartarie, endroit où tout le monde convient qu’on la recueille, et qui s’y est trouvé avec cette armée de Tartares que l’Empereur de la Chine employait à la ramasser, nous en a donné une figure et une idée plus juste que M. Kæmpfer et les autres Auteurs qui n’y ont jamais été45.

  • 46 Voir Parsons, op. cit., p. 146 ; « As a physican himself, it was possible that professional chauvin (...)
  • 47 Beatrice M. Bodart-Bailey et Derek Massarella (dir.), The Furthest Goal. Engelbert Kaempfer’s Encou (...)

34Il n’y a toutefois pas de preuve explicite exacte expliquant pourquoi Isnard accepte le témoignage de Kæmpfer, alors qu’il rejette la méthode de Jartoux et Lafitau. On constate cependant que Kæmpfer a publié le premier, en 1712 déjà, et que Kæmpfer et Isnard adhèrent au même paradigme taxinomique. L’explication de Parsons, qui y voit du « chauvinisme professionnel », paraît logique46. Le cas n’est pas sans ironie. Alors qu’Isnard reproche à Jartoux de se tromper sur l’identité de la plante, c’est bel et bien Kæmpfer qui s’est trompé ! Sur l’illustration offerte par le médecin-botaniste allemand, les figures 1, 2 et 3 appartiennent à la plante Sium sisarum, le chervis ; seule la figure no 4 représente une vraie racine de ginseng47. La planche suivante montre à son tour la coïncidence :

Illustration 7 : Sium sisarum. Thomé, Otto Wilhelm, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, Gera-Untermhaus, Eugen Köhler, 1885, vol. 3.

Illustration 7 : Sium sisarum. Thomé, Otto Wilhelm, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, Gera-Untermhaus, Eugen Köhler, 1885, vol. 3.

Permission de copier, distribuer et modifier ce document selon les termes de la GNU Free Documentation License version 1.2 ou toute version ultérieure publiée par la Free Software Foundation, par by Kurt Stüber ; source : http://www.biolib.de (consultée le 31 août 2014).

  • 48 Parsons, op. cit, p. 131.
  • 49 Une traduction anglaise apparaît dans les Philosophical Transactions, vol. 30, p. 1717.
  • 50 Le destinataire Boerhaave est précisément le professionnel qu’honore Vaillant en nommant un genre d (...)

35Danty d’Isnard n’est pourtant pas le seul académicien à s’opposer à Lafitau. Sébastien Vaillant et Antoine de Jussieu, notamment, sont convaincus que Lafitau a la bonne plante, mais que le mérite de la découverte revient à Michel Sarrazin48. Dans la séance de l’Académie du 9 février 1718, Danty d’Isnard lit un texte écrit par Vaillant dans lequel celui-ci établit un nouveau genre botanique appelé Araliastrum. Le même texte avait déjà été présenté sous forme de discours par Vaillant même lors de l’ouverture du Jardin du Roi de Paris le 19 juin 1717. Le texte sera enfin publié en 1718 à Leyde dans une publication bilingue, latine et française intitulée Discours sur la structure des fleurs… et l’établissement de trois nouveaux genres de plantes, l’araliastrum, la Sherardia, la Boerhaavia…49. La section sur l’araliastrum indique que cette partie avait été communiquée par lettre au professeur de médecine et de botanique Boerhaave50 de Leyde, le 2 janvier 1718.

  • 51 Anonyme, « Le Genseng, plante si pécieuse à la Chine, découverte dans le Canada », Journal de Trevo (...)
  • 52 Lafitau découvre la plante en pleine maturité ce qui laisse à penser qu’il la décrit autour du mois (...)

36Les détails sont importants ici, car ils démontrent non seulement la cadence des communications publiques, mais aussi certaines stratégies plus générales employées dans cette controverse. Ainsi, le destinataire de la lettre sur l’araliastrum est l’éminent médecin-botaniste que Vaillant honore dans cette même publication en donnant son nom à un nouveau genre de plantes, « la Boerhaavia ». Si la lettre pour Boerhaave est supposément datée du 2 janvier 1718, nous ignorons la date exacte de la publication du Discours de Vaillant. Nous savons cependant que le 21 janvier 1718, le censeur royal approuve le Mémoire de Lafitau, le 9 février Danty d’Isnard présente le texte de Vaillant à l’Académie, le 18 février le Mémoire est inscrit au registre des libraires et le 12 mars de la même année Lafitau présente son Mémoire devant les membres de l’Académie. Nous constatons également que si Vaillant présente pour la première fois sa nouvelle classification des plantes le 10 juin 1717, la controverse avait bel et bien commencé avant, car le 16 janvier 1717, l’Académie avait déjà discuté d’un article paru dans les Mémoires de Trevoux sur la controverse51. Cet article annonçait la défense de Lafitau contre ses détracteurs, et en résumait l’essentiel. Tout cela porte à croire que la controverse a éclaté immédiatement après l’arrivée des nouvelles concernant le ginseng canadien à l’automne 171652.

  • 53 Lafitau, Mémoire, p. 51.
  • 54 Ibid., p. 52.
  • 55 Nous ignorons le nombre exact d’envois.
  • 56 Lafitau, Mémoire, p. 33.
  • 57 Ibid., p. 32.
  • 58 Ibid., p. 33.

37Si nous n’avons pas pour cette période antérieure de dates fixes, mais seulement des événements rapportés, il est cependant certain que la confusion était déjà programmée. Quand Lafitau envoie les premiers spécimens de ginseng en France « pour faire voir »53, il inclut aussi quelques racines destinées à une personne malade, mais qui finit par utiliser des racines déjà moisies54. Il y a aussi dans le ou les envois55 en France une plante entière conservée dans de l’esprit de vin56. Or, la personne chargée d’aller chercher ce spécimen se trompe et le confond avec celui de la « salseparelle », Salsepareille, smilax en latin57. Selon l’auteur, ce spécimen finit « dans le cabinet de monsieur de Jussieu Docteur en Medecine de la Faculté de Paris, qui remplit aujourd’hui avec beaucoup d’éclat & de reputation le poste de professeur Royal des plantes au Jardin du Roy »58. Ce n’est qu’avec l’arrivée de Lafitau même en France vers la fin de l’année 1717 que de bons spécimens semblent arriver et que le Jardin du Roi reçoit des plantes vives entières. Lafitau s’adresse au Duc d’Orléans :

  • 59 Ibid., p. 65-66.

Je doutais, Monseigneur, si ces racines transplantées en France, reüssiraient et conserveraient leur vertu. J’en ai apporté pour qu’on put s’en assurer. Je les ai levéés en mottes, et sans qu’elles ayent été separées de leur propre terre, et j’ai eu l’honneur de les presenter à V.A.R. Monsieur de Jussieu à qui Elle a fait la grace de luy en donner une partie, les a visitées. Il les a trouvées bien fraîches et en bon état ; il ne doute pas qu’elles ne fassent merveilles cette année au Jardin Royal, où il les a portées par l’ordre de V.A.R.59.

38Vu que Lafitau a quitté la Nouvelle-France en novembre 1717, l’audience avec le Régent ne peut avoir eu lieu qu’entre la fin 1717 et la fin de la rédaction du Mémoire, donc entre novembre 1717 et début janvier 1718. La controverse est à ce point à son apogée et les derniers spécimens ne peuvent apparemment pas calmer les esprits.

La découverte de l’araliastrum

  • 60 Jacques Rousseau mentionne deux moments importants, d’abord comme correspondant de Tournefort en 16 (...)
  • 61 Nous n’avons plus de documentation originale, seulement des témoignages postérieurs. Parsons, op. c (...)
  • 62 Parsons, op. cit., p. 150-151.
  • 63 Ray, John, Historiæ plantarum generalis, Londres, Sam[uelis] Smith and Benj[amini] Walford, vol. 3, (...)
  • 64 Parsons, op. cit., p. 150 ; Boivin, art. cit., p. 281.

39Vaillant et Jussieu avaient bel et bien reconnu que la plante envoyée par Lafitau était identique à celle de Jartoux, mais elle était selon eux identique à une autre plante que Michel Sarrazin avait envoyée à l’Académie des années auparavant. Michel Sarrazin est un médecin-naturaliste qui réside à Québec et a déjà livré par le passé nombre de spécimens à l’Académie dont il devient un correspondant officiel60. En 1700, Sarrazin envoie une plante qu’il avait lui-même identifiée comme aralia et celle-ci retient en effet l’attention de Vaillant61. Bien qu’il n’y ait plus de documentation originale sur cet envoi, il reste une liste des spécimens envoyés par Sarrazin datée de 1704, fort probablement rédigée par Vaillant, et celle-ci mentionne une « Plantula marilandica foliis in summo cauliculo ternis, quorum unumquodque quinquefariam dividitur, circa marginis serratis, Raii. Hist. 3 »62, une « petite plante du Maryland » mentionnée auparavant par John Ray63. En 1708, un autre manuscrit, fort probablement de la main de Vaillant, attribue au spécimen no 73 de Sarrazin daté de l’année 1700 cette même description et ajoute de plus la note « Ninzin seu singin species », « espèce de ninzin ou ginseng », suivie d’une description de la plante64. Or la plante mentionnée en 1704 et décrite par John Ray ne peut être le ginseng de 1708, car ce sont deux plantes différentes. Toutes ces informations pour le moins confuses, sinon contradictoires, réapparaissent dans le Discours de Vaillant en 1717, dont la deuxième partie offre une « désambigüisation ».

  • 65 Voir Parsons, op. cit., p. 147-148 ; Rousseau, art. cit..

40En effet, le Discours sur la structure des fleurs, leurs differences et l’usage de leurs parties… de Sébastien Vaillant, publié dans une édition bilingue (latin-français), présente au public et aux botanistes en particulier une innovation fort importante : un système de classification abstrait selon la structure florale et l’idée d’une reproduction sexuelle des plantes65. En procédant selon des ressemblances physiologiques et en déterminant des types de structures, des genres de plantes plutôt que des espèces individuelles, la tâche classificatoire gagne en transparence et en efficacité. Des espèces individuelles deviennent ainsi des exemples concrets de types abstraits et c’est parce que Linné perfectionnera ce modèle taxinomique que Vaillant, malgré son mérite incontestable, est tombé dans l’oubli.

41Dans son Discours, Vaillant inclut, en commençant par l’araliastrum, une présentation de trois nouveaux genres de plantes qui sont tous reliés ou apparentés. C’est dans ces pages que Vaillant applique sa démarche aux spécimens de Sarrazin. Sans mentionner ni Jartoux, ni Lafitau, Vaillant finit par la conclusion implicite que le ginseng n’est qu’une variante d’une plante déjà connue. Par conséquent, la découverte de Lafitau est nulle.

42Le titre et la stratégie de la description du genre araliastrum sont programmatiques et instructifs :

  • 66 Vaillant, op. cit., p. 40.

Etablissement
d’un nouveau genre de Plante nommé ARALIASTRUM,
duquel le fameux Ninzin ou Ginseng des Chinois, est une espece. […]
L’ARALIASTRUM est un genre de Plante, dont la fleur A (a) est complette, (b) reguliere, polypetale, et Hermaphrodite, portant sur l’Ovaire B. Cet Ovaire que couronne le calice qui est a plusieurs pointes, devient une baye D, dans laquelle se trouvent ordinairement deux semences applaties, coupées comme en rein, où en demi cercle, lesquelles representent conjointement une espece de cœur. Ajoutez, la tige simple, terminée par une umbelle, dont chaque rayon ne porte qu’une fleur, et que cette tige est accolée au delà de sa moitié, comme celle de l’Anemone, par l’assemblage circulaire des bases de quelques queuës, du bout de chacune desquelles partent plusieurs feüilles disposées en rayons ou en main ouverte66.

43Après ce premier paragraphe contenant la description générale suit immédiatement l’énumération des « espèces de ce genre » qui sont trois :

  1. Araliastrum Quinquefolii folio, majus, Ninzin vocatum, D. Sarrazin. Gin-seng. des Lettres édifiantes et curieuses. Tom. 10. pag. 172.

  2. Araliastrum Quinquefolii, minus D. Sarrazin. Plantula Marilandica, foliis in summo cauliculo ternis, quorum unumquodque quinquefariam dividitur, circa margines ferratis, No. 36. Raii. Hist. 3. 658.

    • 67 Ibid., p. 42.

    Araliastrum Fragrariae folio, minus. Nasturtium Marianum, Anemones sylvaticæ foliis enneaphyllon, floribus exiguis Pluk. Mantifs. 135. Tab. 435. fig. 767.

  • 68 Parsons, op. cit., p. 149.

44Deux des espèces ont été découvertes par Sarrazin, la troisième n’a pas de « découvreur ». Je signale que, dans cette présentation, l’espèce contestée, le ginseng, arrive la première – et non en deuxième ou en troisième position. De plus, elle arrive avec une référence à la Lettre de Jartoux qui n’existait pas au moment où Sarrazin découvre la plante. Christopher Parsons accuse Vaillant d’évacuer systématiquement toute mention de sources jésuites qui étaient pourtant les sources les plus sérieuses sur le ginseng68. À première vue, la référence aux Lettres édifiantes et curieuses semble contredire ce constat. En regardant de plus près cependant on note que cette référence sert justement à neutraliser la différence du ginseng revendiquée par Lafitau par rapport à l’aralia de Sarrazin, ou, plus exactement, l’araliastrum de Vaillant. Telle que présentée par Vaillant, la référence bibliographique légitime l’information qui précède. Or celle-ci établit l’équivalence entre le « ninzin » et une plante appelée « araliastrum » qui a cinq feuilles et constitue une variante de grande taille par rapport à une autre plus petite. Cette équivalence est ici affirmée –nous ne pouvons que le supposer – après une analyse de spécimens selon les critères établis dans le paragraphe initial. Sarrazin avait pourtant communiqué sa découverte à l’Académie sous le nom d’aralia. La question se pose donc de savoir ce que Sarrazin a découvert au juste.

  • 69 Lafitau avait vu l’herbier de Vaillant et confirme à son tour cette différence ; voir Lafitau, Mémo (...)

45L’organisation taxinomique de Vaillant reclassifie non seulement le ginseng de Lafitau, mais aussi l’aralia de Sarrazin69. Ce que Sarrazin avait envoyé sous l’étiquette d’aralia devient dans le Discours deux choses différentes. Le botaniste de l’Académie dédouble, pour le moins sur le plan du discours, l’aralia original de Sarrazin en distinguant désormais entre araliastrum et aralia. Ce jeu du même et du différent, de la continuité et de la rupture, est intriguant à plusieurs égards et mérite notre attention. Dans le contexte de la controverse, la décision taxinomique de Vaillant a besoin de clarification, ce qui explique l’inclusion de l’aralia dans l’article sur l’araliastrum. Le lecteur apprend ainsi dans les paragraphes qui suivent que l’aralia de Sarrazin est non simplement une autre plante, mais un autre genre ! Sur le plan discursif, cette transformation a lieu sous la plume de Vaillant. Or si ce sont deux genres différents, ils se ressemblent aussi, car le premier prend son nom à partir du second :

Pour faire connaître en quoi l’Araliastrum differe de l’Aralia (a) d’ou aerive [sic] son nom, il est a propos de joindre ici le caractere de ce dernier genre.

L’Aralia (a) est tout a fait semblable a l’Araliastrum par la structure et la situation de sa fleur, mais sa baye contient ordinairement cinq semences disposées en rond autour de son axe. D’ailleurs ses feüilles sont branchuës a peu prés comme celles de l’Angelique ; et les tiges qui, dans quelques especes, sont nuës, et dans d’autres garnies de feüilles alternes, portent plusieurs umbelles a leur sommité.

Les especes d’Aralia sunt, [sic]

1. Aralia caule aphyllo, radice repente D. Sarrazin. Christophoriana Virginiana, Zarzae radicibus surculosis, et fungosis, Sarsaparilla nostratibus dicta Pluk. Almag. 98 […]

2. Aralia caule folioso, laevi D. Sarrazin. Aralia Canadensis Instit. R.H. 300.

3. Aralia caule folioso, et hispido D. Sarrazin.

  • 70 Vaillant, op. cit., p. 42.

4. Aralia arborescens, spinosa […]70.

  • 71 Ibid., p. 44.
  • 72 Ibid.

46Le commentaire qui suit cette deuxième énumération mentionne « toutes les especes de ces deux genres »71, excepté la dernière de chaque genre. La première information concerne la première espèce d’Aralia caule aphyllo, que « les habitans de la Colonie [le Canada], et ceux de la Virginie, appellent Salsepareille »72. Voilà la plante que le messager de Lafitau confond avec le vrai ginseng et qui finit dans le cabinet de Jussieu. L’article de Vaillant confirme ainsi implicitement la ressemblance entre le ginseng de Lafitau et la salsepareille, tout en affirmant leur différence comme genres botaniques. Son Discours confirme donc ce que Lafitau affirmera de son côté par la suite dans son Mémoire de 1718 : la salsepareille dans le cabinet de Jussieu n’est pas du ginseng. Sur le plan méthodologique, la question de la ressemblance et de sa fonction refait surface, mais cette fois-ci dans le discours « académique ».

47Il faut se demander à nouveau ce que Sarrazin a vraiment découvert : sur sept espèces différentes, cinq sont attribuées à Sarrazin. Ces cinq plantes sont elles-mêmes réparties dans deux classes, trois sous le nom d’aralia, deux sous celui d’araliastrum. Ce que Vaillant a découvert est évident : une classification basée sur les différences physiques des plantes. Sur la base de cette nouvelle méthode, il met de l’ordre dans le monde des plantes en établissant trois nouveaux genres, chacun comportant plusieurs espèces. Chacun de ces genres est apparenté soit au ginseng, alias araliastrum, soit à l’aralia. Si le premier genre est baptisé araliastrum d’après l’aralia de Sarrazin, Vaillant baptise le deuxième genre sherardia et le troisième boerhaavia. Nous avons déjà vu que Booerhaave était le correspondant à Leyde auquel l’auteur avait communiqué sa découverte, qui donnera lieu à une publication par Peter van der Aa dans la même ville. Quant à Sherardia, le nom renvoie à Will Sherrard. Le botaniste français justifie cette procédure comme suit :

  • 73 Ibid., p. 48, p. 50.

Comme ce genre doit être rapporté immediatement auprés de la Vervéne (a), laquelle n’en differe à proprement parler, que par le nombre de ses semences qui est de quatre, on aurait peû le nommer Verbenastrum ; mais les Botanistes estant en droit de pouvoir exprimer les nouveaux genres ou par les noms de leurs Autheurs, ou par ceux de leurs bienfaicteurs et de leurs amis, pour ressusciter les uns et immortaliser les autres dans la Botanique, j’ai imposé a celuy-ci le nom de l’Illustre Mr. Sherard [sic] qui est tout à la fois, et mon veritable Ami, et mon bienfaicteur en fait de Plantes seches, et a qui il ne reste plus pour estre estimé autant que tous les Autheurs ensemble, qu’a finir son Pinax et a le donner au public qui attend de lui ce chef-d’œuvre, avec la derniere impatience73.

  • 74 Bauhin, Gaspard, Pínax Theatri botanici Caspari Bavhini (Bâle, Sumptibus et typis Ludovici Regis, 1 (...)
  • 75 Un exemplaire de cette publication se trouve à la Bayrische Staatsbibliotheck à Munich, coôStaatsbi (...)

48Sherardia renvoie à l’éminent botaniste Will Sherrard, qui n’achèvera d’ailleurs jamais sa continuation du Pinax de Gaspard Bauhin74, mais qui reçoit comme Boerhaave la description du nouveau genre dans sa correspondance et la fera publier en anglais par l’entremise de la Royal Society dans les Philosophical Transactions de 1717. Le fait que Vaillant mobilise tout son réseau professionnel est encore corroboré par une lettre « à un de ses amis à Hannover ce 3 Fevrier 1718 » qui donnera suite, elle aussi, à une publication de la description75.

49Il semble que tout ce qui reste du ginseng de Lafitau soit l’araliastrum. Le discours de Vaillant finit ainsi par anéantir la découverte sensationnelle de Lafitau comme celle de Jartoux, de Martini, etc. L’appellation de la plante par Vaillant n’a pas survécu et le nom botanique d’aujourd’hui, panax quinquefolia, est régulièrement accompagné par son nom chinois, ginseng, qui devient, même en Occident, l’équivalent vernaculaire doublant la nomenclature scientifique. La plante affiche ainsi son nom « populaire » et son identité scientifique ; la dernière appellation renvoie à sa forme, quinquefolius, cinq feuilles, et à son usage spectaculaire de remède universel, panax. La suite de cet article explorera, bien que sommairement, les discours et les dimensions écartés par les botanistes, en commençant par les discours autochtones ou locaux.

Le ginseng des Chinois

  • 76 Lafitau, Mémoire, p. 4.

50Ma présentation des dimensions « ethnobotaniques » ne dépassera pas le cadre du Mémoire même. Du ginseng comme « curiosité » chinoise, j’offre ici seulement quelques citations élogieuses qui témoignent de sa singularité, de sa valeur médicale quasi miraculeuse et de son potentiel commercial. S’adressant au Duc d’Orléans, c’est-à-dire au pouvoir royal de qui dépend le sort de la colonie et donc de la mission jésuite, Lafitau affirme qu’« à la Chine, Monseigneur, il n’est point de plante qu’on puisse comparer au Ginseng »76. La réputation chinoise se base justement sur l’usage médicinal et le prix exorbitant qui en résulte. Lafitau s’appuie forcément, à ces égards, sur l’autorité du Père Jartoux et de leurs prédécesseurs, tels Martini et Kircher, mais aussi sur Kæmpfer, Breynius, etc. Sans craindre la répétition, Lafitau assemble le plus de documentation possible pour affirmer son autorité en matière de ginseng, pour démontrer la convergence des témoignages et établir un consensus. Son discours invoque la documentation scientifique, les témoignages de spécialistes sur le terrain (médecins, autorités, etc.) et il suscite le doute à l’égard des sources et du savoir rapportés par d’autres, la vérification par l’expérimentation. Enfin, il se sert du vocabulaire superlatif de la curiosité :

Les Chinois & les Japonais, dit M. Kæmpfer, rapportent diverses proprietez de ces racines [...] Il n’est presque point de medecines & il n’est point de cordiaux où ils ne les fassent entrer [...]

  • 77 Ibid., p. 44-45.

Elle augmente les esprits vitaux, dit le Pere Martini, quoi qu’on n’en prenne que la douziéme partie d’une once [...]77.

  • 78 Ibid., p. 45.

[…] ceux qui sont d’un temperament fort et robuste, & qui ont une grande chaleur naturelle, courent risque de perdre la vie s’ils en mangent [...] Il n’en est pas ainsi des malades ou des personnes affaiblies par une longue maladie, elle fait sur eux des especes de miracles. Les mourans même trouvent quelquefois du soulagement à en user, par là leurs forces s’augmentent, & ils se trouvent en état de prendre les remedes qui leur sont necessaires pour le recouvrement de leur santé78.

Nous pouvons dire avec assurance, ajoute le Pere Kirker, que cette herbe est merveilleuse [...] Les plus habiles Medecins de la Chine, écrit le Pere Jartoux, ont fait des volumes entiers sur les proprietez du Gin-seng. Ils le font entrer dans presque tous les remedes qu’ils rendent aux grands Seigneurs, car il est d’un trop grand prix pour le peuple. Ils prétendent que c’est un remede souverain pour les épuisemens causez par des travaux excessifs du corps ou de l’esprit, qu’il dissout les phlegmes, qu’il guérit la faiblesse du poumon et la pleuresie, qu’il arrête les vomissemens, qu’il fortifie l’estomach et ouvre l’appétit, qu’il dissipe les vapeurs, qu’il remedie à la respiration faible & precipitée en fortifiant la poitrine, qu’il augmente les esprits vitaux et produit de la lymphe dans le sang ; enfin qu’il est bon pour les vertiges et les éblouissemens, et qu’il prolonge la vie aux vieillards.

En lisant dans la Lettre du Pere Jartoux tous ces admirables effets, je doutais presque si ce n’était point là un de ces panacées universels, et de ces remedes à tous maux, que l’on vante au delà de leur merite. Quoi qu’il assure en avoir fait l’experience dans une occasion où il était si fatigué et si épuisé, qu’il ne pouvait se tenir à cheval, je n’étais pas tout à fait bien convaincu.

  • 79 Ibid., p. 46-47.

J’ai trouvé cependant le Pere Jartoux bien moderé, quand j’ai lû dans Monsieur Breynius le détail des proprietez du Gin-seng tel qu’il avait été envoyé du Japon. Ce détail est magnifique79.

  • 80 Ibid., p. 45-46. Jean Céard, dans son article « De la racine de Baara et de quelques autres plantes (...)

Les Chinois racontent mille autres merveilles de cette racine, aussi la vend-on trés-cher, et l’on en donne trois fois autant d’argent qu’elle pèse80.

51Avec ses « merveilles », le vocabulaire de la curiosité est omniprésent et le prix du ginseng témoigne de sa valeur d’objet précieux sous forme de valeur marchande. Le prix exorbitant reflète en outre sa valeur comme panacée, médicament hautement efficace pour soigner tout et tous, pourvu que le patient soit capable de payer. Cette appréciation marquera aussi son appellation latine, panax. Le bénéfice médical reste socialement limité, c’est-à-dire réservé aux riches, et le bénéfice agricole, pour ainsi dire, le reste aussi. Celui-ci est réservé aux Tartares, car la récolte et le commerce du ginseng sont contrôlés par l’État. L’empereur chinois lève un droit sur la récolte et fixe le prix de revenu lui garantissant une marge de profit qui ne manquera pas de faire rêver les commerçants européens. Je cite ici le texte de Jartoux plus riche en détails que celui de Lafitau qui, lui, se concentre sur les chiffres :

  • 81 Jartoux, op. cit., p. 169 ; Lafitau, Mémoire, p. 8.

L’empereur souhaitant que les Tartares profitassent de ce gain préférablement aux Chinois, avait donné ordre cette même année 1709. à dix mille Tartares, d’aller ramasser eux-mêmes tout ce qu’ils pourraient de Gin-seng, à condition que chacun d’eux en donnerait à sa Majesté deux onces du meilleur, & que le reste serait paié au poids d’argent fin. Par ce moyen on comptait que l’Empereur en aurait cette année environ vingt mille livres Chinoises, qui ne lui coûteraient gueres que la quatriéme partie de ce qu’elles valent81.

  • 82 Jartoux, op. cit., p. 168.

52L’Empereur se garantit de la sorte une marge de profit sur la vente de 300 % ; ce profit s’ajoute aux droits levés pour la récolte, soit pour l’année en question 20.000 onces d’argent fin (10.000 Tartares à 2 onces par personne). Ces marges de profit intéressent bien sûr non seulement les marchands occidentaux qui exporteront bientôt du ginseng de la Nouvelle-France vers la Chine, mais les Chinois eux-mêmes. Le père Jartoux confirme l’existence d’un marché noir significatif qui concernerait deux à trois mille Chinois82.

Le ginseng des Iroquois

  • 83 Il faudrait à cet égard interroger les pratiques et les traditions autochtones, ce qui constitue un (...)
  • 84 Lafitau annonce justement des analyses chimiques par le frère apothicaire à Québec (voir Lafitau, M (...)

53Quant au ginseng comme curiosité ou réalité iroquoise, le Mémoire ne donne forcément qu’une réalité filtrée, et ceci pour une question de méthodologie83. Le rapport entre le missionnaire jésuite et ses informateurs locaux est fort instructif à cet égard. Ce ne sont que certaines remarques qui font soupçonner des choses non dites ou des relations compliquées. Dans la citation suivante, par exemple, l’opposition entre d’une part un savoir européen, un savoir abstrait ou « scientifique » et, d’autre part, un savoir basé dans la pratique et l’expérience, un « savoir-faire » autochtone, est non seulement clairement énoncée, mais l’auteur va même jusqu’à louer l’efficacité et la supériorité des Iroquois dans la guérison des blessures. Le discours sur la médecine autochtone valorise la compétence médicale des Amérindiens et les rapproche ainsi de la situation chinoise à l’égard du ginseng. Lafitau sait relativement peu de choses sur l’usage spécifique de la plante par les Iroquois et l’exploration scientifique n’en est qu’à ses débuts84. Cependant, l’auteur fait aussi allusion à certains aspects plus difficiles des usages amérindiens de la médecine :

La necessité a rendu les Sauvages Medecins et Herboristes ; ils recherchent les plantes avec curiosité, et les éprouvent toutes ; de sorte que sans le secours d’une physique bien raisonnée ils ont trouvé par un long usage qui leur tient lieu de science, bien des remedes necessaires à leurs maux. Outre les remedes generaux chacun a les siens en particulier dont il est fort jaloux. En effet, rien n’est plus capable de les accrediter parmi eux que la qualité de bons Medecins. Il faut avouer qu’ils ont des secrets admirables pour des maladies dont notre Medecine ne guérit point. Ils se traitent à la vérité un peu rudement, et dosent leurs purgatifs et leurs vomitifs comme pour des chevaux ; mais ils excellent dans la guerison de toutes sortes de playes et de fractures, qu’ils traitent avec une patience extrême, et avec une délicatesse d’autant plus merveilleuse que jamais ils n’y employent le fer. Ils guérissent leurs malades en peu de temps par la propreté qu’ils entretiennent dans une playe, elle parait toujours fraîche, et les remedes qu’ils y appliquent sont simples, naturels, et de peu d’apprêt.

  • 85 Lafitau, Mémoire, p. 11-13.

Les François dans ce pays-là conviennent qu’ils l’emportent sur nous en cette matiere. J’ai vû moi-même des cures surprenantes. Les Missionnaires qui sont toujours avec les Sauvages, qui ont toute leur confiance, et qui parlent communément leur langue comme eux-mêmes, sont presque les seuls en état de tirer d’eux des secrets dont le public pourrait profiter. Cependant ils ne paraissent pas y avoir pensé jusqu’à présent. Aussi n’ont-ils pas été aussi heureux en découvertes que nos Missionnaires du Perou et du Bresil. Je m’imagine qu’ils ont été détournez par la crainte de paraitre approuver par leurs recherches les superstitions des Jongleurs ou Medecins, qui dans les commencemens de l’établissement de la Colonie étaient le plus grand obstacle qu’ils trouvaient à la prédication de l’Evangile85.

  • 86 J’ai analysé cette problématique dans Lafitau, Mœurs ; voir Motsch, Lafitau et l’émergence, p. 116- (...)

54La citation atteste non seulement les différences d’approche pour ce qui est de la pratique, en posologie et dans la grande estime des initiés à la médecine, mais elle renvoie d’abord à une division entre les remèdes généraux et ceux qui sont « personnels », inscrits dans une tradition de secrets. Ces derniers ont besoin d’être « tirés » des « sauvages », car ils ne sont pas donnés facilement et, pour pouvoir les tirer, il faudrait non seulement parler leur langue, mais probablement être proche d’eux dans la vie quotidienne. L’auteur identifie de la sorte les conditions d’immersion nécessaires pour le partage des savoirs, qu’ils soient collectifs ou individuels. Son commentaire selon lequel les missionnaires n’auraient pas su en profiter comme leurs confrères au Pérou et au Brésil, ou n’auraient pas voulu valoriser des pratiques de médecine qu’ils associaient à la « jonglerie » (terme pour shamanisme dans le contexte de la Nouvelle-France), c’est-à-dire à la sorcellerie, montre les écarts entre les cultures. Où est la frontière entre un rituel d’initiation, une expérience hallucinatoire, la pratique de la médecine, ou encore de la superstition et de la sorcellerie ? Les taxinomies ne se recoupent pas. Là où Lafitau voit dans l’usage des plantes une pharmacopée autochtone qu’il associe à des avantages (médicaux et commerciaux) potentiels pour la mission et la colonie, ses confrères avaient plutôt soupçonné des pratiques shamaniques et donc un obstacle à l’évangélisation. Le quasi-reproche de l’auteur envers les Amérindiens de garder des remèdes jalousement secrets se comprend facilement si l’on reconnaît que le savoir botanique ou médical, comme bien d’autres connaissances, était transmis de génération en génération selon des filiations de clan et de sexe, ou de la combinaison des deux. Certaines personnes avaient un rapport d’initiés non seulement avec des animaux ou des esprits, mais aussi avec des plantes ou des produits naturels spécifiques86. Pour des « robes noires », comme on appelait les jésuites en Nouvelle-France, une société matrilinéaire et matrirésidentielle comme celle des Iroquois gardait bien des secrets et les obstacles allaient bien au-delà du défi linguistique. Lafitau en donne lui-même un exemple éloquent dans ses Mœurs des sauvages quand il rapporte que les plantes ont, dans la perspective autochtone, des qualités morales :

  • 87 Lafitau, Mœurs, vol. 1, p. 339-340.

Ils [les Amérindiens] attribüent à la virginité et à la chasteté certaines qualités et vertus particulieres […] Ils sont persuadez que l’amour de cette vertu s’étend jusqu’au sentiment naturel des plantes ; de sorte que parmi elles, il y en a qui ont un sentiment de pudeur, comme si elles étaient animées ; et que pour operer dans les remedes, ou même ils n’ont point recours à leurs Devins, elles veulent être employées, et mises en œuvre par des mains chastes, sans quoi elles n’auraient aucune efficace. Plusieurs m’ont dit souvent, au sujet de leurs maladies, qu’ils sçavaient bien des secrets pour les guérir ; mais qu’étant mariez, ils ne pouvaient plus s’en servir87.

55Le lecteur comprendra aisément que si ce passage établit une relation positive entre le savoir botanique et la virginité, et donc de la morale sexuelle des femmes autochtones, il y a nombre d’exemples contraires où l’usage de plantes est condamné comme immoral et superstitieux. Selon toute évidence, le fait d’acquérir un savoir sur les plantes ou sur d’autres objets et pratiques de la culture autochtone n’est ni neutre ni scientifique, mais hautement surdéterminé. Très souvent, l’objet de curiosité reste opaque et ne livre pas son secret. La question de la perspective de celui qui pose le regard domine, ici, mais les missionnaires ne sont pas les seuls à faire l’expérience de l’opacité et de l’incompréhension, celle-ci opère dans les deux sens. Le Mémoire identifie les compétences botaniques-médicales comme un savoir privilégié, car il peut être instrumentalisé pour les fins de mission. Les autochtones valorisent beaucoup la médecine européenne et la préfèrent parfois à la leur. L’auteur jésuite a bien compris la logique de l’accommodation :

  • 88 Lafitau, Mémoires, p. 8-9.

Pour annoncer les veritez de notre Religion à des peuples barbares, et leur faire goûter une morale bien opposée à la corruption de leurs cœurs, il faut auparavant les gagner et s’insinuer dans leurs esprits en leur devenant necessaire. Plusieurs de nos Missionnaires ont reüssi en differens endroits par quelque teinture qu’ils avaient de la Medecine. Je sçavais qu’en travaillant à guerir les maladies du corps ils avaient été assez heureux pour ouvrir à plusieurs les yeux de l’ame. Ils se sont souvent servis de ce moyen pour baptiser plusieurs enfans moribons, sous pretexte de leur donner quelque remede. Je m’appliquais donc d’autant plus serieusement à la Medecine, que les Sauvages en sont trés-curieux, que quoi qu’ils ayent de très-bons remedes ils se servent encore plus volontiers des nôtres, et les employent preferablement aux leurs88.

56La citation est inquiétante parce qu’elle révèle la manipulation des missionnaires. Si on peut affirmer une chose certaine ici, c’est que, du point de vue des autochtones, la « jonglerie » et l’opacité se situent cette fois-ci du côté des missionnaires qui exploitent le désespoir des autochtones et leur désir de remèdes contre les épidémies apportées par les Européens. La « teinture » a peut-être soulagé les douleurs, mais elle n’a sauvé personne ; l’astuce a en revanche permis aux jésuites de baptiser des enfants in extremis. Si ce passage n’a plus sa place dans le discours botanique proprement dit, il démontre un aspect crucial : l’instrumentalisation du savoir botanique au service de la mission.

Le ginseng dans l’économie coloniale

  • 89 Cela explique aussi le vif intérêt des Anglais. On consultera à ce sujet John H. Appleby, « Ginseng (...)
  • 90 Lafitau, Mémoire, p. 52.

57Même si l’histoire économique du ginseng ne fait pas partie de mon propos, il faut évoquer le développement économique de la plante, car le commerce de ginseng sera un facteur très important et lucratif dans l’histoire de la colonie, pour les autochtones comme pour les commerçants89. Au-delà de l’intérêt botanique, médical et stratégique pour la mission, Lafitau comprend immédiatement le potentiel économique de sa découverte pour la colonie. Dans le Mémoire, il presse le Régent d’agir, puisque l’existence de la plante n’est plus un secret ; les Amérindiens la vendent sur le marché de Montréal90, et il faut commercialiser la plante avant que la concurrence hollandaise et anglaise ne le fasse :

  • 91  Ibid., p. 63.

Il en croist en grande quantité, dit-on, au païs des cinq Nations Iroquoises : Si cela est les Flamands de la nouvelle York en feront bien leur profit. Quelques uns qui l’ont vû vendre à Montreal par les Sauvages, en auront sans doute envoyé dés cette année en Angleterre91.

  • 92 Parsons, op. cit., p. 184.
  • 93 Lafitau, Mémoire, p. 67.

58Après sa découverte par Lafitau, la curieuse plante de ginseng américain entre ainsi dans le système d’échange colonial. La cupidité et l’ignorance mènent à des profits énormes et à la quasi-extinction de la plante. Le commerce passe par la France mais vise surtout le marché chinois et la marge de profit peut atteindre 3000 %92. Il n’est plus étonnant, dès lors, que le ginseng devienne au XVIIIe siècle, pendant un certain nombre d’années, le deuxième produit d’exportation de la Nouvelle-France après la fourrure de castor. Si le gain est élevé, les pertes peuvent l’être aussi. L’ignorance et le manque d’expérience dans le traitement du ginseng entraînent des pertes importantes, bien que Lafitau et Jartoux aient expliqué en détail les procédures à suivre. Mal préparée et mal conservée, la racine pourrit. La ressource risquait de disparaître en peu de temps, car elle se régénère très lentement, ce qui rendait plus urgent le besoin d’agir93.

59Dans ce contexte, la réception anglaise immédiate et la réimpression de la Lettre de Jartoux par Jean-Frédéric Bernard en 1718, ainsi que les nombreuses réimpressions des textes liés au ginseng de manière générale, prennent tout leur sens. Il en est de même avec la dédicace et le discours au Tsar par Jean-Frédéric Bernard qui ne paraissent guère exagérés. Comme le marché des fourrures, le commerce du ginseng relie non seulement l’Asie, l’Amérique et l’Europe, mais il anime la rivalité politique et commerciale entre les empires coloniaux. En effet, l’intérêt pour la plante se poursuit tout au long du siècle. Ce changement a des répercussions sur le discours botanique qui s’est approprié l’objet de curiosité pour en faire un objet scientifique. Mais le phénomène dépasse la botanique, car le ginseng précieux et curieux finit par se transformer en marchandise toujours précieuse et lucrative. Sa valeur n’est plus déterminée par sa rareté aux yeux du curieux, mais selon les mécanismes du marché de l’offre et de la demande ; sa place n’est plus limitée au cabinet de curiosité, mais la plante circule dans une économie coloniale à l’échelle mondiale à travers les comptoirs.

La mandragore des temps anciens et modernes

  • 94 Pour une esquisse de la relation de l’Amérique avec les discours et pratiques antiquaires, voir Ala (...)

60Lafitau avait bien vu le potentiel économique de la plante, mais personne n’aurait pu prévoir la suite. Quant aux intentions et aux intérêts mêmes de l’auteur jésuite, ils relèvent d’un ordre idéologique et épistémologique bien différent. Ils orientent et marquent son texte d’une manière qui rend ses propos difficiles à accepter par des esprits « scientifiques » tels Danty d’Isnard. J’ai déjà indiqué comment la perspective de Lafitau vise à prouver la continuité, y compris géographique, entre l’Asie et l’Amérique, qui permet de défendre, à ses yeux, l’intégrité et la continuité de la Création biblique. Ces éléments constituent pour lui des paramètres épistémologiques fondamentaux. Dans le Mémoire, l’auteur plaide non seulement pour l’identité du ginseng chinois et du ginseng canadien, mais il insiste encore sur un autre élément : la continuité de la plante entre l’Asie, l’Amérique et le Vieux Monde, non pas dans le sens géographique, mais dans le sens historique. C’est ici que se manifeste l’apport méthodologique de la dimension antiquaire qui est complètement évacuée du discours botaniste des académiciens et qui dérangeait le plus, à n’en pas douter, les spécialistes94. Dans la botanique du début du XVIIIe siècle, Pythagore et Théophraste ne servent plus d’autorité sur les plantes et les digressions sur les Anciens n’ont plus droit de cité dans le discours botanique. Vers la fin du Mémoire, après la discussion botanique, médicale, coloniale et idéologique, et après avoir exposé l’essentiel de la polémique, Lafitau se lance dans une digression historique de treize pages (sur les quatre-vingt-dix du texte), qui nous plonge dans la tradition humaniste de la curiosité. Le moment est curieux en soi. Après l’étalage de ses connaissances botaniques et de ses raisonnements pour convaincre les membres de l’Académie et, plus important, pour s’assurer la faveur du Duc d’Orléans, l’auteur jésuite déploie son érudition et établit un lien entre le ginseng américain et la mandragore des Anciens.

  • 95 Lafitau, Mémoire, p. 71.
  • 96 Motsch, Lafitau et l’émergence, chapitre 1.

61L’identification du ginseng avec la mandragore n’est pas nouvelle même si Lafitau y est arrivé indépendamment 95 ; le père Martini l’avait énoncée en 1655 et Kircher l’avait répétée, mais personne n’avait tenté de la justifier. Le fait que Lafitau ait eu cette hypothèse indépendamment de ces sources est en outre indicatif non seulement de son érudition mais aussi de son mode de penser et de son intérêt pour l’histoire. L’auteur jésuite s’inspire non seulement de la culture de la curiosité et de l’histoire naturelle, mais aussi d’études historiques. L’« antiquarianisme » et la culture de la curiosité s’unissent plus clairement dans son futur projet ethnographique, les Mœurs des sauvages amériquains comparées aux mœurs des premiers temps, un ouvrage dans lequel il relie les sauvages contempor jésuux bfique, pages (sntiquité, mais cette dimension historique marque aussi sa démarche botanique. Dans le Discours de Vaillant et même dans la Lettre de Jartoux, une digression historique sur la botanique des Anciens aurait paru déplacée, alors que chez Lafitau elle devient une extension de sa démonstration. La vision du monde de Lafitau est celle d’un universalisme identitaire garanti par le récit biblique96. Conformément à ces présupposés idéologiques, c’est-à-dire philosophiques et religieux, l’auteur privilégie la continuité dans les changements et l’identité dans la variété. Cette prédilection expliquait déjà sa défense de l’hypothèse d’un lien terrestre entre l’Asie et l’Amérique et elle sous-tend aussi celle de l’identité du ginseng chinois et canadien. Face au doute que le ginseng canadien ne soit pas aussi efficace que celui de Chine, Lafitau déclare que les mêmes conditions géographiques produisent les mêmes effets :

  • 97 Lafitau, Mémoire, p. 49.

Les plantes sont à peu prés par tout les mêmes. Celle-ci [le ginseng canadien] vient naturellement en Canada comme en Tartarie : c’est à peu prés le même terroir et le même climat dans l’un et dans l’autre pays, il est donc naturel de conclure que le Gin-seng qui croist en Canada est aussi semblable par sa vertu à celui qui croist en Tartarie, qui luy est semblable par sa figure ; mais les experiences qu’on en a faites, et celles qu’on en fera dans la suite, decideront plus efficacement cette difficulté97.

62L’identité du ginseng que Lafitau pense avoir démontrée à toutes fin utiles de manière satisfaisante, même si des analyses scientifiques restent encore à faire, renforce son hypothèse d’un lien terrestre entre l’Asie et l’Amérique. Il a été affirmé plus haut que l’auteur était convaincu de l’existence de ce lien, bien qu’il admette que seulement une découverte réelle pourrait en offrir une preuve définitive. Ces deux hypothèses peuvent expliquer la continuité du ginseng du point de vue géographique, mais qu’en était-il de la continuité historique ? C’est dans ce questionnement qu’intervient la mandragore des Anciens.

63Dans la culture de la curiosité, la mandragore est un acteur fort célèbre. Comme l’explique Jean Céard, la mandragore était étroitement associée à la racine de Baara qui était une plante « merveilleuse » à qui on attribuait beaucoup de pouvoirs et qui suscitait automatiquement étonnement et admiration98. En se fondant sur le traité de Catelan, Rare et curieux discours de la plante appellée Mandragore (1638), Pierre Martin nous rassure sur le fait que la plante mérite sa place dans les cabinets de curiosité malgré son association avec le diable99. Bien que ces fables soient démenties au cours des siècles, elles ne seront pas oubliées et la plante reste une référence dans la culture de la curiosité. Si l’association entre le ginseng et la mandragore n’a pour Lafitau rien de surprenant, c’est bien parce qu’il traite les sources textuelles, érudites ou populaires, et les pratiques humaines comme complémentaires. Cela ne l’empêche nullement de prendre ses distances et il tente soigneusement de séparer la fable de la vérité par un raisonnement critique. Par exemple, comme le père Martini avant lui, Lafitau voit de la mandragore dans le ginseng, mais il hésite et reste plus sceptique à l’égard de l’identité des deux plantes. Il explique :

Quand j’eus découvert le Gin-seng, il me vint en pensée que ce pouvait être une espece de mandragore. J’eus le plaisir de voir que je m’étais rencontré sur cela avec le Pere Martini, qui […] parle en ces termes. Je ne sçaurais mieux representer cette racine [ginseng], qu'en disant qu'elle est presque semblable à notre mandragore, hormis que celle-là est un peu plus petite, quoi qu'elle soit de quelqu'une de ses especes […]

  • 100 Lafitau, Mémoire, p. 71-72.

Si le Pere Martini a eu raison de l’appeller une espece de mandragore à cause de sa figure, il a eu tort de l’appeler ainsi à cause de ses proprietez100.

64Le refus de l’identité sur la base des propriétés médicales ne mène pourtant pas à l’abandon de l’hypothèse de départ. Ayant exclu la mandragore contempor je de sa comparaison, Lafitau se tourne vers l’autorité botanique la plus ancienne, Théophraste. Il constate que la mandragore des Anciens, l’anthropomorphus de Théophraste, a été perdue, mais sa comparaison sur la base des descriptions physiques et pharmaceutiques de Théophraste avec le ginseng révèle une longue série de ressemblances :

  • 101 Ibid., p. 74-75.

La mandragore des anciens étant ainsi perdue, on lui en aura substitué une autre à raison de quelque rapport commun à l'une et à l'autre. Nos mandragores ont des racines qui ont quelque ressemblance avec le corps de l'homme depuis la ceinture en bas, leurs semences sont blanches & ont la figure d’un petit rein, c’est sans doute ce qu’elles ont de commun avec la mandragore et cela se trouve parfaitement dans le Gin-seng, le fruit du Gin-seng a de surplus la même figure que ses semences101.

  • 102 Sur le statut méthodologique des conjectures chez Lafitau, qui s’affirmera plus pleinement dans son (...)

65Bien que l’auteur admette que sa méthode ne fournisse pas de preuve, il tente de rendre cette hypothèse crédible en augmentant le nombre d’indicateurs, c’est-à-dire de conjectures et de parallèles entre les usages des Anciens et ceux des autochtones contempor jé102. J’en citer j ici un seul exemple. Il est exceptionnel car il nous ramène à la superstition amérindienne liée aux plantes médicinales, c’est-à-dire, en d’autres termes, à l’ethnobotanique iroquoise.

  • 103 Lafitau, Mémoire, p. 79-80.

[…] Théophraste […] décrit les superstitions des anciens en cueillant la mandragore, les Sauvages qui ne sont pas encore Chrétiens, haranguent aussi leurs herbes Medicinales, et pratiquent autant de vaines ceremonies que faisaient autrefois les payen103.

66Pour le reste, la mise en parallèle chez Lafitau se fonde sur une mise en parallèle de la forme des racines et des propriétés des deux plantes. Son discours n’est pas rationnel, mais rationalisant et dans la convergence de la description des plantes, il fait preuve d’une certaine cohérence, mais non de rigueur. La faiblesse de la méthode qui cherche des parallèles à travers l’espace et le temps et qui substitue des conjectures aux preuves ne pouvait guère convaincre les académiciens :

  • 104 Ibid., p. 73.

Ce que j’en [la mandragore] dis pourtant est moins pour donner mes conjectures pour des certitudes, que pour les soumettre aux Sçavants & et leur donner lieu de pousser plus loin leurs recherches104.

Conclusion

67Après ces mises en parallèle, d’abord entre le ginseng chinois et celui des Iroquois, ensuite entre le ginseng tout court et la mandragore des Anciens, Lafitau conclut son Mémoire en s’adressant de nouveau au Duc d’Orléans. Ayant dispensé les politesses habituelles, Lafitau présente un dernier « argument » contre les membres de l’Académie en réclamant son droit, comme découvreur, de donner à la plante le nom du monarque. Lafitau joue la carte de l’autorité :

  • 105 Ibid., p. 86-87.

Ce n'est pas seulement l'Histoire ou la Poësie, le Pinceau ou le Burin qui transmettent le souvenir des grands hommes à la posterité, de tous temps les Botanistes ont prétendu avoir ce droit et ont celebré la memoire des Princes qui ont favorisé cette science en leur consacrant de nouvelles plantes. Ces plantes portent encore leurs noms, ils ont passé jusques à nous et nous les conservons avec respect. En conséquence de cette possession où sont les Bottanistes, puisque V. A. R. a eu la bonté de me permettre de lui présenter ce Memoire et de lui offrir cette plante, je me flatte qu'Elle ne désaprouvera pas que je prénne encore la liberté de lui donner le Nom de Votre Altesse Royale, et de la nommer Aureliana Canadensis-Sinensibus-Gin-seng-Iroquœis-Garent-oguen105.

  • 106 Le nom latin pour Orléans est Aurelianum. La gravure du ginseng dans le Mémoire offre comme version (...)

68Avec exactement le même raisonnement que Sébastien Vaillant, qui nomme deux genres botaniques selon le nom de deux de ses collègues pour les honorer, Lafitau réclame à son tour l’autorité de nommer sa découverte et d’en honorer le Duc d’Orléans, qui est non seulement le Régent, mais lui-même un connaisseur et praticien accompli dans les arts et les sciences106. La plante reçoit ainsi un nom en latin comme toutes les plantes, mais l’hétérogénéité culturelle laisse ses traces. L’identité de la plante est multiple, puisqu’elle est aristocratique, même princière, française et coloniale, mais elle est aussi chinoise et iroquoise. La dimension botanique est masquée par les termes vernaculaires non-occidentaux qui renvoient à l’anthropomorphisme de la racine. Le texte se poursuit sur un appel ambivalent, conciliant et plus modeste en apparence qu’en réalité, qui réaffirme surtout l’autorité royale et l’importance de l’exploration coloniale et des missions religieuses et scientifiques :

  • 107 Lafitau, Mémoire, p. 87-88.

Quoique j’aye découvert cette plante en Canada, et que par cette raison je puisse la regarder comme un bien qui m’appartient, ce serait cependant aux maîtres de l’art qu’il conviendrait de donner ce nom avec autorité plutôt qu’à moi, mais ce que V.A.R. a fait depuis peu avec une magnificence Royale en faveur de la Botanique, envoyant des personnes intelligentes dans les Indes, dans l’Amérique, et dans les Royaumes voisins, pour y faire de nouvelles découvertes, les interesse à approuver ma hardiesse, et à conserver un Nom qui est pour eux une marque de la protection dont V.A.R. les honore, et qui en est une pour moi du profond respect avec lequel je suis […]107.

  • 108 Anonmye, « Sur le Gin-seng », L’Histoire de l’Académie royale des sciences, 1718, p. 41-45.
  • 109 Sarrazin à Begon, 5 novembre 1717 ; voir Parsons, op. cit., p. 180 et note 485.

69Les membres de l’Académie n’ont pas donné suite à la suggestion de l’auteur jésuite, mais ils finissent par reconnaître sa contribution et le fait que le ginseng du Canada est bien identique à celui de Chine. Dans un rapport « final », ils contextualisent son mérite en l’insérant dans une chronologie d’auteurs et d’événements qui souligne plus l'avancement de la science que les accomplissements des individus108. Lafitau fait désormais partie de l’histoire botanique, tout comme Vaillant à qui revient le mérite d’avoir identifié un nouveau genre, appelé araliastrum. Sarrazin et John Ray l’avaient déjà identifié parmi d’autres espèces et le ginseng en devient une sous-catégorie. Enfin, Sarrazin admettait en novembre 1717 dans une lettre que le ginseng avait, avant la découverte de Lafitau, échappé à son attention109. Chacun y trouve donc sa part. Laissons donc la découverte de l’aralia à Sarrazin et celle de la classification à Vaillant, mais quant à la découverte du ginseng, celui « de Tartarie, découvert en Canada par le père Joseph François Lafitau, missionnaire des Iroquois au Sault Saint Louis », elle lui revient à juste titre. Il ne faut pas oublier non plus que le rapport anonyme confirme que la découverte du ginseng au Canada renforce l’hypothèse d’un lien entre les continents.

70Le fait que le Mémoire de Lafitau fasse appel au Régent et donc à l’autorité royale dans la controverse montre bien la conscience que le jésuite a de l’importance de sa découverte et de ses implications. Quant au Régent, il ne prend pas position et le commerce du ginseng, quant à lui, se développe tout seul. Que reste-t-il donc de ce Mémoire et du différend de l’auteur avec les membres de l’Académie ? Il serait faux de ne retenir du Mémoire que la dimension apologétique. Ce qui est évident, c’est que ces échanges nous offrent un bel exemple de la production de différents objets de savoirs par différentes approches discursives. Rétrospectivement, il est évident que les enjeux dans la controverse qui oppose les membres de l’Académie royale des sciences au missionnaire jésuite sont d’abord d’ordre épistémologique. Le lecteur comprend ainsi facilement que le discours amplifié et éclectique de Lafitau, plein de conjectures, de faits curieux et d’érudition, était non sans raison perçu comme problématique par les botanistes de l’Académie. Le refus de la méthodologie de Lafitau par Danty d’Isnard en particulier, bien que biaisé, n’était pas sans fondement. La controverse montre cependant aussi la faiblesse du paradigme « scientifique » qui cherche justement sa propre légitimation et montre que les frontières entre les savoirs ne sont ni étanches, ni claires. Comment donc juger Lafitau selon des critères qui ne sont même pas encore établis ?

  • 110 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnoud et Reinier Leers, 1701, 2e (...)

71Enfin, l’exemple du ginseng montre surtout l’importance de la dénomination des choses, de l’appropriation du monde par les mots. Lafitau ne réussit pas à imposer son nom latinisé, cumulatif et encombrant d’Aureliana Canadensis-Sinensibus-Gin-seng-Iroquœis-Garent-oguen. Le public tranche en faveur du nom vernaculaire des autochtones, en l’occurence des Chinois. Les botanistes scientifiques inventent un autre terme, panax quinquefolius, un nom descriptif fondé sur les qualités de panacée et sur les cinq feuilles de la plante. Dans la continuité du débat sur l’appellation de l’Amérique et du Détroit de Béring, chaque désignation du ginseng évoque sa propre réalité historique et culturelle. Le Mémoire de Lafitau nous rappelle ainsi ce que le discours scientifique nous fait oublier, à savoir ses propres origines et ses contingences épistémologiques et politiques. Furetière définissait un Mémoire comme « un écrit sommaire qu’on donne à quelqu’un pour le faire souvenir de quelque chose »110. Le Mémoire sur le ginseng nous donne en effet ce qu’aucune description botanique nous peut donner à elle seule : la somme du savoir sur le ginseng. Et pour Lafitau, cette découverte, due au hasard, mais rendue possible par son confrère Jartoux, lui permet d’établir un lien entre les Tartares et les Iroquois, l’Asie et l’Amérique, entre les nouveaux mondes et le vieux mais aussi entre l’ère de la curiosité et celle de la science à venir.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, « Le Genseng, plante si pécieuse à la Chine, découverte dans le Canada », Journal de Trevoux, 1717, p. 121-124.

Anonmye, « Sur le Gin-seng », L’Histoire de l’Académie royale des sciences, 1718, p. 41-45.

Anonyme, « Mémoire […] », Journal de Trevoux, 1718, p. 485-509.

Acosta, José de, De Natura Novis Orbis libri duo. De Promulgatione Evangelii apud Indios sive De Procuranda Indorum Salute libri sex, Salamanque, Guillelmum Foquel, 1589.

Acosta, José de, Histoire naturelle et moralle des Indes, trad. par Robert Régnault, Paris, Marc Aurry, 1606.

Acosta, José de, Historia Natural y Moral de las Indias, Séville, Juan de Leon, 1590.

Appleby, John H., « Ginseng and the Royal Society », Notes and Records of the Royal Society of London, vol. 37, no. 2, mars 1983, p. 121-145.

Armstrong, Terence, « Vitus Bering », Polar Record, vol. 121, no. 131, mai 1982, p. 161-163.

Bauhin, Gaspard, Pínax Theatri botanici Caspari Bavhini, Bâle, Sumptibus et typis Ludovici Regis, 1623.

Bernard, Jean-Frédéric, Recueil de Voiages au Nord, Memoires tres utiles au Commerce & a la Navigation, Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1718.

Bodart-Bailey, Beatrice M. et Massarella, Derek (dir.), The Furthest Goal. Engelbert Kaempfer’s Encounter with Tokugawa Japan, Folkestone, Kent, Japan Library, 1995.

Boivin, Bernard, « La Flore du Canada en 1708. Étude d’un manuscrit de Michel Sarrazin et Sébastien Vaillant », Études littéraires, 1977, v. 10, no. 1-2, p. 223-297.

Breynius, Johann Philipp. Dissertatio botanico-medica de radice Gin-Sem, seu Nisi, et Chrysanthemo bidente Zeylanico Acmella dicto, quam. favente deo T.O.M. et praeside D. Frederico Dekkers, 26 junii 1700, Leyde, Abraham Elzevier, 1700.

Calmet, Dom Augustin, Dictionnaire historique et critique de la Bible, Paris, Émery, 1722-1728, 2 vol. 

Catelan, Laurent, Rare et curieux dis­cours de la Plante appel­lée Man­dra­gore ; de ses especes, ver­tus et usage. Et par­ti­cu­lie­re­ment de celle qui pro­duict une Racine, repre­sen­tant de figure, le corps d’un homme ; qu’aucuns croyent celle que Josephe appelle Baa­ras ; et d’autres, les Tera­phins de Laban, en l’Escriture Sainte, Paris, aux despens de l'autheur, 1638.

Céard, Jean, « De la racine de Baara et de quelques autres plantes merveilleuses à la Renaissance » ; http://curiositas.org/de-la-racine-de-baara-et-de-quelques-autres-plantes-merveilleuses-a-la-renaissance ; publié le 27 janvier 2013 ; consulté le 28 février 2014.

Chauvet, Eva, À qui appartient le détroit de Béring ?, Paris, Centre d'Études supérieures de la Marine, l'Université Paris 1, 2012, (9 p.) ; http://www.univ-paris1.fr/diplomes/master-eeriap/publications-des-enseignants-et-des-anciens/anciens/ ; consulté le 20 janvier 2014.

Duchet, Michèle, Le partage des savoirs : discours historique et discours ethnologique, Paris, La Découverte, 1985.

Evans, Brian L., « Ginseng : Root of Chinese-Canadian Relations », Canadian Historical Review, LXVI, 1, 1985, p. 1-26.

Fenton, William N., Customs of the American Indians Compared with the Customs of Primitive Times, Toronto, Champlain Society, 1974-77, 2 vol. , vol. 1, p. xxix-cxix.

Furetière, Antoine, Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnoud et Reinier Leers, 1701, 2e éd. rev. et augm..

Gidding, J.L., « Seven Discoveries of Bering Strait », Proceedings of the American Philosophical Society, v. 106, no. 2, 30 avril 1962, p. 83-93.

Hayes, Derek, Historical Atlas of the North Pacific Ocean. Maps of Discovery and Scientific Exploration 1500-2000, Londres, The British Museum Press, 2001.

Jartoux, Pierre, S.I., « Lettre du Pere Jartoux, Missionnaire de la Compagnie de Jesus, au P. Procureur Général des Mission des Indes & de la Chine », Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangeres, par quelques missionnaires de la Compagnie de Jesus, Paris, Jean Barbou, v. 10, 1713, p. 159-185.

— réimpression du volume des Lettres édifiantes et curieuses, Paris, Nicolas le Clerc et P.G. Le Mercier fils, 1732.

— traduction anglaise de la « Lettre », « The description of a Tartarian Plant call’d Gin-seng […] », Philosophical Transactions, vol. 30, 1717.

Kæmpfer, Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continentur variae relationes, observationes & descriptiones rerum Persicarum & ulterioris Asiae multâ attentione, in peregrinationibus per universum Orientem, collectae ab auctore, Lemgo, Typis & impenses H.W. Meyeri, 1712.

Kircher, Athanase, La Chine d’Athanase Kirchere De la Compagnie de Jesus, illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l’art. A quoy on à adjousté de nouveau les questions curieuses que le Serenissime Grand Duc de Toscane a fait depuis peu au P. Jean Grubere touchant ce grand Empire. Avec un Dictionnaire Chinois & François, lequel est tres-rare, & qui n’a pas encore paru au jour, Traduction française de François Savinien Dalquié, Amsterdam, Jean Jansson à Waesberge & les Heritiers d’Elizée Weyerstraet, 1670.

Lafitau, Joseph-François, Mémoire présenté à son Altesse Royale Monsieur le Duc d’Orléans, Régent du Royaume de France, concernant la précieuse plante du gin seng de Tartarie, découverte en Canada par le P. Joseph François Lafitau, de la compagnie de Jesus, Missionnaire des Iroquois du Sault Saint Louis, Paris, Joseph Mongé, 1718.

Lafitau, Joseph-François, Mœurs des sauvages ameriquains comparées aux mœurs des premiers temps, Paris, Saugrain l’aîné et Charles Etienne Hochereau, 2 vol. , 1724.

Martin, Pierre, « La possibilité du diable. Catelan et la mandragore » http://curiositas.org/la-possibilite-du-diable ; publié le 25 février 2013 ; consulté le 28 février 2014.

Martini, Martino, Novus Atlas Sinensis, Amsterdam, W.J. & J. Blaeu, 1655.

Martini, Martino, « Description géographique de l'Empire de la Chine » dans Relations de divers Voyages curieux..., ed. Melchisédech Thévenot, Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 3e partie, 1666.

Miller N., Peter et Louis, François (dir.), Antiquarianism and Intellectual life in Europe and China, 1500-1800, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2012.

Motsch, Andreas, « Le genre humain entre le particulier et l’universel : José de Acosta et Joseph-François Lafitau » dans Frank Lestringant, Pierre-François Moureau et Alexandre Tarrête (dir.), L'Unité du genre humain. Race et Histoire à la Renaissance, Cahiers V.L. Saulnier n° 31, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2014, p. 207-220.

Motsch, Andreas, Lafitau et l’émergence du discours ethnographique, Sillery Qc. et Paris, Septentrion et PUPS, 2001.

[Natureserve.org] « Panax quinquefolius L. » sur NatureServe, 2014. NatureServe Explorer : An online encyclopedia of life [web application]. Version 7.1. NatureServe, Arlington, Virginia ; disponible à l’adresse http://explorer.natureserve.org ; consulté le 10 avril 2014.

Nicholas, Louis, The Codex Canadensis and the Writings of Louis Nicolas. The Natural History of the New World, Histoire Naturelle des Indes Occidentales. Edited by François-Marc Gagnon (dir.), avec Nancy Senior et Réal Ouellet, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2011.

Padgen, Anthony, The Fall of Natural Man : The American Indian and the Origins of Comparative Ethnology, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, 2e éd. rev. et augm., p. 198-209).

Parsons, Christopher, « Plants and Peoples : French and Indigenous Botanical Knowledges in Colonial North America, 1600-1760 », Département d’Histoire, Université de Toronto, 2011, 331p. ; Thèse de doctorat, disponible à https://tspace.library.utoronto.ca/handle/1807/36212; consulté le 22 août 2014.

Raghavan, Maanasa, Skoglund, Pontus, Graf, Kelly E., Metspalu, Mait, Albrechtsen, Anders et Moltke, Ida , « Upper Palaeolithic Siberian genome reveals dual ancestry of Native Americans », Nature. International Weekly Journal of Science, 505, 20 novembre 2013, p. 87-91.

Ray, John, Historiæ plantarum generalis, Londres, Sam[uelis] Smith and Benj[amini] Walford, v.3, 1704.

Rousseau, Jacques, « Michel Sarrazin », dans Dictionnaire biographique du Canada, Québec, Université Laval ; Toronto, Université de Toronto, 1969, vol. 2, rév. 2013 ; http://www.biographi.ca/fr/bio/sarrazin_michel_2F.html ; consulté le 248 février 2014.

Schnapp, Alain, « Ancien Europe and Native Americans. A comparative Reflection on the Roots of Antiquarianism » dans Daniela Bleichmar et Peter C. Mancall, Collecting Across Cultures. Material Exchanges in the Early Modern Atlantic World, Philadelphia, University of Philadelphia Press, 2011, p. 58-79.

Tachard, Guy, Voyage de Siam des pères jesuites : envoyez par le Roy aux Indes & à la Chine : avec leurs observations astronomiques et leurs remarques de physique, de géographie, d'hydrographie, & d'histoire, Paris, Arnould Seneuze et Daniel Horthemels, 1686.

Thévenot, Melchisédech, Relations de divers Voyages curieux..., Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 3e partie, 1666.

Thomé, Otto Wilhelm, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, Gera-Untermhaus, Eugen Köhler, v.3, 1885.

Vaillant, Sébastien, Discours sur la structure des fleurs… et l’établissement de trois nouveaux genres de plantes, l’araliastrum, la Sherardia, la Boerhaavia, Leyde, Pierre van der Aa, 1718.

von Wyss-Giacosa, Paola, « Et plus ultra. Gedanken des Amsterdamer Buchhändlers Jean Frédéric Bernard über das Reisen » dans Genauigkeit : Schöne Wissenschaft, Wolfgang Marschall, Paola von Wyss-Giacosa, Andreas Iser (dir.), Berne, Benteli, 2008, p. 110-119.

Haut de page

Notes

1 Lafitau, Joseph-François, Mémoire présenté à son Altesse Royale Monsieur le Duc d’Orlèans, Régent du Royaume de France, concernant la précieuse plante du gin-seng de Tartarie, découverte en Canada par le P. Joseph François Lafitau, de la compagnie de Jesus, Missionnaire des Iroquois du Sault Saint Louis (Paris, Joseph Mongé, 1718). J’ai simplifié l’orthographe de ginseng qui varie à l’époque ; Lafitau utilise « gin-seng ». L’orthographe des citations historiques a été légèrement modernisée.

2 Jartoux, Pierre, S.I., « Lettre du Pere Jartoux, Missionnaire de la Compagnie de Jesus, au P. Procureur Général des Mission des Indes & de la Chine », Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangeres, par quelques missionnaires de la Compagnie de Jesus, v. 10, 1713, p. 159-185 (Paris, Jean Barbou) ; le volume entier est réimprimé en 1732 à Paris par Nicolas le Clerc et P.G. Le Mercier fils. C’est cette dernière édition qui me sert de référence.

3 Lafitau, Joseph-François, Mœurs des sauvages ameriquains comparées aux mœurs des premiers temps, Paris, Saugrain l’aîné et Charles Etienne Hochereau, 1724.

4 Le 20 novembre 2013, le journal Nature publie un article qui rapporte les résultats d’analyses génétiques de fouilles archéologiques. Ces analyses suggèrent, à la surprise générale, une provenance mixte, asiatique et européenne ; voir Raghavan, Maanasa, Skoglund, Pontus, Graf, Kelly E., Metspalu, Mait, Albrechtsen, Anders et Moltke, Ida , « Upper Palaeolithic Siberian genome reveals dual ancestry of Native Americans » (Nature. International Weekly Journal of Science, 505, 20 novembre 2013, p. 87-91).

5 Voir à ce sujet mon livre Lafitau et l’émergence du discours ethnographique, Sillery Qc., Septentrion, 2001; Fenton, William N., Customs of the American Indians Compared with the Customs of Primitive Times, Toronto, Champlain Society, 1974-77, 2 vol., vol. 1, p. xxix-cxix ; Duchet, Michèle, Le partage des savoirs : discours historique et discours ethnologique, Paris, La Découverte, 1985 ; Padgen, Anthony, The Fall of Natural Man, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, 2e éd. rev. et augm., p.198-209.

6 Acosta met en avant l’aspect « moral » comme une innovation méthodologique de son Histoire naturelle et moralle des Indes (trad. par Robert Régnault, Paris, Marc Aurry, 1606), fol. a v ro-vo.

7 Acosta traite du lien entre l’Asie et l’Amérique dans le contexte de l’unité de la création biblique dans De Natura Novis Orbis libri duo. Ce texte est publié pour la première fois en complément de la réédition de son traité missiologique De Promulgatione Evangelii apud Indios sive De Procuranda Indorum Salute libri sex (Salamanque, Guillelmum Foquel, 1589) ; il sera ensuite traduit en espagnol et intégré dans son Historia Natural y Moral de las Indias (Séville, Juan de Leon, 1590).

8 J’ai traité de l’aspect spatial et temporel de cette intégration dans « Le genre humain entre le particulier et l’universel : José de Acosta et Joseph-François Lafitau » (dans Frank Lestringant, Pierre-François Moureau et Alexandre Tarrête (dir.), L'Unité du genre humain. Race et Histoire à la Renaissance, Cahiers V.L. Saulnier n° 31, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2014, p. 207-220).

9 Lafitau, Mœurs, v.1, p. 32-33. J’ai légèrement modernisé l’orthographe des citations de Lafitau dans cet article et cela vaut pour les deux ouvrages de l’auteur.

10 Lafitau, Mœurs, v.1, p. 34. La ressemblance de cette citation avec la formulation de José de Acosta est frappante ; voir Acosta, Histoire naturelle et moralle des Indes, fol. 48 vo.

11 Un résumé très concis des faits pertinents se trouve chez Armstrong, Terence, « Vitus Bering » (Polar Record, vol. 121, no. 131, mai 1982, p. 161-163) ; voir aussi Gidding, J.L., « Seven Discoveries of Bering Strait », Proceedings of the American Philosophical Society, v. 106, no. 2, 30 avril 1962, p. 83-93.

12 Les spéculations au sujet de passages directs et d’explorations minérales, de pétrole et de gaz dans les régions arctiques se ravivent aujourd’hui suite au réchauffement de la planète et du dégel progressif de la glace arctique. On consultera avec profit Eva Chauvet, À qui appartient le détroit de Béring ? (Paris, Centre d'Études supérieures de la Marine, l'Université Paris 1, 2012, (9 p.) ; http://www.univ-paris1.fr/diplomes/master-eeriap/publications-des-enseignants-et-des-anciens/anciens/, consulté le 20 janvier 2014).

13 Bernard, Jean-Frédéric, Recueil de Voiages au Nord, Memoires tres utiles au Commerce & a la Navigation, Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1715, vol. 1, p. XLII.

14 Cette dédicace est non seulement opportune mais d’actualité. Pierre le Grand visitait en 1717 plusieurs pays dont les Pays Bas et la France et il se trouvait entre avril et juin 1717 à Paris.

15 Bernard, op. cit., v.1, fol. *2 ro – fol. *3 ro.

16 Voir à ce sujet l’ouvrage de Derek Hayes, Historical Atlas of the North Pacific Ocean. Maps of Discovery and Scientific Exploration 1500-2000 (Londres, The British Museum Press, 2001), p. 75.

Le discours préliminaire de Bernard a été discuté par Paola von Wyss-Giacosa « Et plus ultra. Gedanken des Amsterdamer Buchhändlers Jean Frédéric Bernard über das Reisen » (dans Genauigkeit : Schöne Wissenschaft, Wolfgang Marschall, Paola von Wyss-Giacosa, Andreas Iser (dir.), Berne, Benteli, 2008, p. 110-119).

17 Kæmpfer, Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continentur variae relationes, observationes & descriptiones rerum Persicarum & ulterioris Asiae multâ attentione, in peregrinationibus per universum Orientem, collectae ab auctore (Lemgo, Typis & impenses H.W. Meyeri, 1712, p. 818-821).

18 Jean-Philippe Breynius, Dissertatio botanico-medica de radice Gin-Sem, seu Nisi, et Chrysanthemo bidente Zeylanico Acmella dicto, quam. favente deo T.O.M. et praeside D. Frederico Dekkers [...] 26 junii 1700 (Leyde, Abraham Elzevier, 1700, p. 5-11). Écrite en latin pour les savants, cette publication n’a pas visé le même public ni atteint le même degré d’attention que celle de Jartoux. Dans la controverse avec l’Académie, Lafitau évoque justement le pamphlet de Breynius dont l’illustration n’a selon lui aucun rapport ni avec l’illustration de Jartoux (1713), ni avec celle de Kæmpfer (1712).

19 Martini (Novus Atlas Sinensis, Amsterdam, W.J. & J. Blaeu, 1655) présente le ginseng dans sa description de la ville de Iungping dans la province de Péking et écrit qu'on trouve la plante dans cette région montagneuse. Jartoux le corrige là-dessus en précisant que c'est simplement la région par laquelle le ginseng parvient à la Chine de la Tartarie (Jartoux, op. cit., p. 182). Le texte de Martini est publié en français comme « Description géographique de l'Empire de la Chine » par Melchisédech Thévenot dans ses Relations de divers Voyages curieux... (Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 3e partie, 1666) qui seront republiées à maintes reprises.

20 Le passage dans Lafitau est celui-ci : « En parcourant cette Lettre, et tombant sur l’endroit où ce Pere dit en parlant de la nature du Sol où croît le Gin-seng, que s’il s’en trouve quelqu’autre part du monde, ce doit être principalement en Canada, dont les forêts et les montagnes, au rapport de ceux qui y ont demeuré, sont assez semblables à celles de la Tartarie. Je sentis ma curiosité encore plus piquée par l’esperance de le découvrir dans la Nouvelle France. » (Lafitau, Mémoire, p. 10).

21 Jartoux, op. cit., p. 167-168. Voir aussi Lafitau, Mémoire, p. 10.

22 Lafitau, Mémoire, p. 11, 13.

23 Ibid., p. 14-15.

24 Ibid., p. 10.

25 Ibid., p. 14.

26 Ibid., p. 16.

27 Ibid., p. 16.

28 Ibid., p. 16.

29 Ibid., p. 16.

30 Lafitau, Mémoire, p. 16-18.

31 Je traduis ici de l’anglais : « The Mohawk term Garent-oguen, would be yarentoyen in Wendat, meaning ‘legs forking or merging’ » (John Steckley, communication personnelle à l’auteur, février 2014).

32 Martini, « Description géographique de l'Empire de la Chine », dans Thévenot, Relations, v.3, p. 45.

33 Kircher, La Chine d’Athanase Kirchere. Traduction française de F.S. Dalquié, Amsterdam, Jean Jansson à Waesberge, & les Heritiers d’Elizée Weyerstraet, 1670, p. 241.

34 Jartoux, op.cit, p. 181-182.

35 Selon Kæmpfer les termes chinois ginseng et japonais nisi expriment la même idée « homini similis » (Kæmpfer, op. cit., p. 818).

36 Lafitau, Mémoire, p. 17-18.

37 Au sujet du ginseng américain voir l’entrée « Panax quinquefolius L. » sur NatureServe, 2014. NatureServe Explorer : An online encyclopedia of life [web application]. Version 7.1. NatureServe, Arlington, Virginia ; disponible à l’adresse http://explorer.natureserve.org. ; consulté le 10 avril 2014 ; avec un lien pour des photos de la plante.

38 La thèse de Christopher Parsons « Plants and Peoples : French and Indigenous Botanical Knowledges in Colonial North America, 1600-1760 » (Département d’Histoire, Université de Toronto, 2011, 331 p. ; disponible à https://tspace.library.utoronto.ca/handle/1807/36212, consulté le 31 août 2014) est incontournable pour tout ce qui touche à la découverte du ginseng américain et je le remercie de la permission de consulter sa thèse. Je m’appuie dans la présente section sur les recherches de Parsons dans les archives de l’Académie des sciences et du Musée de l’histoire naturelle à Paris. Le matériel sur le ginseng fera partie de son livre Cultivating a New France : Knowledge, Empire and Environment in French North America, 1600 – 1760 (à paraître).

39 Voir à ce sujet Parsons, Plants and Peoples, p. 143-151.

40 Lafitau, Mémoire, p. 18-32.

41 Parsons, op. cit., p. 131.

42 Il faut être prudent et ne pas réduire cette opposition à une opposition entre deux fronts. Au contraire, les relations entre le monde des académiciens et les savants jésuites sont plus complexes ; voir Parsons, op.cit., p. 245-262.

43 Lafitau insiste sur l’exhaustivité de cette expérience et donc sur sa compétence en la matière : « Quoi que le Pere Jartoux ait donné, comme je l’ai dit, une description exacte et fort détaillée de cette plante, je ne laisserai pas de la donner ici pour y ajouter les observations que j’y ai faites. La grande quantité qui m’en a passé par les mains donnera de la créance à mon récit. » (Lafitau, Mémoire, p. 18).

44 Ibid., p. 35.

45 Ibid., p. 16., p. 37-38.

46 Voir Parsons, op. cit., p. 146 ; « As a physican himself, it was possible that professional chauvinism inclined Danty d’Isnard to favour Kaempfer’s description ».

47 Beatrice M. Bodart-Bailey et Derek Massarella (dir.), The Furthest Goal. Engelbert Kaempfer’s Encounter with Tokugawa Japan, Folkestone, Kent, Japan Library, 1995, p. 89. Voir aussi L’histoire naturelle de Louis Nicholas, François-Marc Gagnon, Nancy Senior et Réal Ouellet (dir.), Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2011, p. 404, note 56. Le chervis est une plante bien connue en Europe aux XVIe et XVIIe siècles.

48 Parsons, op. cit, p. 131.

49 Une traduction anglaise apparaît dans les Philosophical Transactions, vol. 30, p. 1717.

50 Le destinataire Boerhaave est précisément le professionnel qu’honore Vaillant en nommant un genre de plantes, p. présentées dans le même discours. Il explique à la page 52 : « Ce genre auquel on aurait peû donner le nom de Valerianoides, porte celui du celebre M. Boerhaave un des plus sçavans Professeurs en Medecine et en Botanique qui ayent jamais été à Leyde. » Vaillant, Sébastien, Discours sur la structure des fleurs… et l’établissement de trois nouveaux genres de plantes, l’araliastrum, la Sherardia, la Boerhaavia (Leyde, Pierre van der Aa, 1718).

51 Anonyme, « Le Genseng, plante si pécieuse à la Chine, découverte dans le Canada », Journal de Trevoux, 1717, p. 121-124.

52 Lafitau découvre la plante en pleine maturité ce qui laisse à penser qu’il la décrit autour du mois de septembre. (Lafitau, Mémoire, p. 25.)

53 Lafitau, Mémoire, p. 51.

54 Ibid., p. 52.

55 Nous ignorons le nombre exact d’envois.

56 Lafitau, Mémoire, p. 33.

57 Ibid., p. 32.

58 Ibid., p. 33.

59 Ibid., p. 65-66.

60 Jacques Rousseau mentionne deux moments importants, d’abord comme correspondant de Tournefort en 1699, puis de Réaumur en 1717. Voir Jacques Rousseau, « Michel Sarrazin », dans Dictionnaire biographique du Canada (Québec, Université Laval ; Toronto, Université de Toronto, 1969, vol. 2, rév. 2013, http://www.biographi.ca/fr/bio/sarrazin_michel_2F.html/, consulté le 24 février 2014) ; pour une discussion détaillée de la documentation botanique voir Bernard Boivin, « La Flore du Canada en 1708. Étude d’un manuscrit de Michel Sarrazin et Sébastien Vaillant », Études littéraires, 1977, v. 10, n°1-2, p. 223-297, ici p. 281 ; voir le résumé de Parsons, op. cit, p. 150-151.

61 Nous n’avons plus de documentation originale, seulement des témoignages postérieurs. Parsons, op. cit, p. 149 et note 391 ; Boivin, art. cit., p. 281.

62 Parsons, op. cit., p. 150-151.

63 Ray, John, Historiæ plantarum generalis, Londres, Sam[uelis] Smith and Benj[amini] Walford, vol. 3, 1704, p. 658.

64 Parsons, op. cit., p. 150 ; Boivin, art. cit., p. 281.

65 Voir Parsons, op. cit., p. 147-148 ; Rousseau, art. cit..

66 Vaillant, op. cit., p. 40.

67 Ibid., p. 42.

68 Parsons, op. cit., p. 149.

69 Lafitau avait vu l’herbier de Vaillant et confirme à son tour cette différence ; voir Lafitau, Mémoire, p. 44.

70 Vaillant, op. cit., p. 42.

71 Ibid., p. 44.

72 Ibid.

73 Ibid., p. 48, p. 50.

74 Bauhin, Gaspard, Pínax Theatri botanici Caspari Bavhini (Bâle, Sumptibus et typis Ludovici Regis, 1623).

75 Un exemplaire de cette publication se trouve à la Bayrische Staatsbibliotheck à Munich, coôStaatsbibliotheck à Munich, co ERude Peter ane différence;t,ur exacte de laplante.cartes avec un détroit n 1500-200, London. Tte 4 Phyt. 334,3. Le document compte huit pages, manque de page titre et est entièrement en français. Le texte a été recomposé et la composition est conforme aux pratiques de l’imprimerie allemande.

76 Lafitau, Mémoire, p. 4.

77 Ibid., p. 44-45.

78 Ibid., p. 45.

79 Ibid., p. 46-47.

80 Ibid., p. 45-46. Jean Céard, dans son article « De la racine de Baara et de quelques autres plantes… » cite l’article « Mandragore » du Dictionnaire de la Bible de Dom Calmet où celui-ci confirme ce prix en s’appuyant à son tour sur une source persane ; Céard, Jean, « De la racine de Baara et de quelques autres plantes merveilleuses à la Renaissance » (http://curiositas.org/de-la-racine-de-baara-et-de-quelques-autres-plantes-merveilleuses-a-la-renaissance ; publié le 27 janvier 2013 ; consulté le 28 février 2014.)

81 Jartoux, op. cit., p. 169 ; Lafitau, Mémoire, p. 8.

82 Jartoux, op. cit., p. 168.

83 Il faudrait à cet égard interroger les pratiques et les traditions autochtones, ce qui constitue une recherche en soi. Parsons offre des remarques et références utiles (voir Parsons, op. cit., p. 80-128).

84 Lafitau annonce justement des analyses chimiques par le frère apothicaire à Québec (voir Lafitau, Mémoire, p. 58).

85 Lafitau, Mémoire, p. 11-13.

86 J’ai analysé cette problématique dans Lafitau, Mœurs ; voir Motsch, Lafitau et l’émergence, p. 116-130.

87 Lafitau, Mœurs, vol. 1, p. 339-340.

88 Lafitau, Mémoires, p. 8-9.

89 Cela explique aussi le vif intérêt des Anglais. On consultera à ce sujet John H. Appleby, « Ginseng and the Royal Society », Notes and Records of the Royal Society of London, vol. 37, no. 2, mars 1983, p. 121-145 ; Brian L. Evans., « Ginseng : Root of Chinese-Canadian Relations », Canadian Historical Review, LXVI, 1, 1985, p. 1-26.

90 Lafitau, Mémoire, p. 52.

91  Ibid., p. 63.

92 Parsons, op. cit., p. 184.

93 Lafitau, Mémoire, p. 67.

94 Pour une esquisse de la relation de l’Amérique avec les discours et pratiques antiquaires, voir Alain Schnapp, « Ancient Europe and Native Americans : A Comparative Reflection on the Roots of Antiquarianism », dans Daniela Bleichmar et Peter C. Mancall (dir.), Collecting Across Cultures. Material Exchanges in the Early Modern Atlantic World, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2011, p. 58-79.

95 Lafitau, Mémoire, p. 71.

96 Motsch, Lafitau et l’émergence, chapitre 1.

97 Lafitau, Mémoire, p. 49.

98 Jean Céard, « De la racine de Baara » (http://curiositas.org/de-la-racine-de-baara-et-de-quelques-autres-plantes-merveilleuses-a-la-renaissance ; publié le 27 janvier 2013 ; consulté le 28 février 2014).

99 Pierre Martin, « La possibilité du diable. Catelan et la mandragore » (http://curiositas.org/la-possibilite-du-diable/, publié le 25 février 2013 ; consulté le 28 février 2014).

100 Lafitau, Mémoire, p. 71-72.

101 Ibid., p. 74-75.

102 Sur le statut méthodologique des conjectures chez Lafitau, qui s’affirmera plus pleinement dans son parallèle entre peuples anciens et sauvages contemporains, voir mon étude Lafitau et l’émergence, p. 62-65.

103 Lafitau, Mémoire, p. 79-80.

104 Ibid., p. 73.

105 Ibid., p. 86-87.

106 Le nom latin pour Orléans est Aurelianum. La gravure du ginseng dans le Mémoire offre comme version française du nom : « L’Aureliane du Canada, en chinois Gin-seng, en Iroquois Garent-oguen ».

107 Lafitau, Mémoire, p. 87-88.

108 Anonmye, « Sur le Gin-seng », L’Histoire de l’Académie royale des sciences, 1718, p. 41-45.

109 Sarrazin à Begon, 5 novembre 1717 ; voir Parsons, op. cit., p. 180 et note 485.

110 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnoud et Reinier Leers, 1701, 2e éd. rev. et augm..

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : « Carte de L’Amérique », Lafitau, Mœurs des sauvages ameriquains comparées aux mœurs des premiers temps, Paris, Saugrain et Hochereau, 1724, vol. 1, p. 27.
Crédits Collection privée.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Illustration 2 : Frontispice, Bernard, Jean-Frédéric, Recueil de Voiages au Nord, Memoires tres utiles au Commerce & a la Navigation, Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1718.
Crédits Avec l’autorisation de la Toronto Public Library.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Illustration 3 : Illustration du ginseng, Jartoux, Pierre, S.I., « Lettre du Pere Jartoux, Missionnaire de la Compagnie de Jesus, au P. Procureur Général des Mission des Indes & de la Chine », Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangeres, par quelques missionnaires de la Compagnie de Jesus, Paris, Jean Barbou, v. 10, 1713, 159-185.
Crédits Avec l’autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Illustration 4 : Illustration du ginseng. Lafitau, Joseph-François, Mémoire présenté à son Altesse Royale Monsieur le Duc d’Orléans, Régent du Royaume de France, concernant la précieuse plante du gin seng de Tartarie, découverte en Canada par le P. Joseph François Lafitau, de la compagnie de Jesus, Missionnaire des Iroquois du Sault Saint Louis, Paris, Joseph Mongé, 1718.
Crédits Avec l’autorisation de la Toronto Public Library.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/331/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Illustration 5 : Illustration du ginseng. Kæmpfer, Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continentur variae relationes, observationes & descriptiones rerum Persicarum & ulterioris Asiae multâ attentione, in peregrinationibus per universum Orientem, collectae ab auctore, Lemgo, Typis & impenses H.W. Meyeri, 1712.
Crédits Avec l’autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/331/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Illustration 6 : Illustration du ginseng. Tachard, Guy, Voyage de Siam des pères jesuites : envoyez par le Roy aux Indes & à la Chine : avec leurs observations astronomiques et leurs remarques de physique, de géographie, d'hydrographie, & d'histoire, Paris, Arnould Seneuze et Daniel Horthemels, 1686.
Crédits Avec l’autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/331/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Illustration 7 : Sium sisarum. Thomé, Otto Wilhelm, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, Gera-Untermhaus, Eugen Köhler, 1885, vol. 3.
Crédits Permission de copier, distribuer et modifier ce document selon les termes de la GNU Free Documentation License version 1.2 ou toute version ultérieure publiée par la Free Software Foundation, par by Kurt Stüber ; source : http://www.biolib.de (consultée le 31 août 2014).
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/331/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andreas Motsch, « Le ginseng d’Amérique : un lien entre les deux Indes, entre curiosité et science », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/episteme/331 ; DOI : 10.4000/episteme.331

Haut de page

Auteur

Andreas Motsch

Andreas Motsch est professeur de littérature française et comparée à l’Université de Toronto. Ses intérêts de recherche portent sur la théorie et l’épistémologie de la littérature et sont consacrés en particulier à la littérature de voyage. Ses travaux portent sur le développement d’un discours ethnographique dans la rencontre de l’Europe avec l’Amérique. Il collabore actuellement à une édition critique des Mœurs des sauvages amériquains comparées aux mœurs des premiers temps (1724) de Joseph-François Lafitau, ainsi qu’à une édition de l’Historiæ Canadensis (1664) de François DuCreux. Il a publié un ouvrage sur les origines de l’ethnographie dans la littérature de contact, intitulé Lafitau et l’émergence du discours ethnographique (PUPS et Septentrion, 2001) et coédité un volume sur des questions d’édition de textes, Éditer La Nouvelle-France (Presses de l’Université Laval, 2011). Il a publié plusieurs articles sur les écrits jésuites concernant des cultures non-occidentales et un article de synthèse sur la littérature voyage (« La relation de voyage : itinéraire d’une pratique / Relations of Travel : Itinerary of a Practice »).

Haut de page
  • OpenEdition Journals