Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En 1649, l’événement impensable qu’est la mise à mort d’un roi chrétien par son peuple frappe toute l’Europe de stupeur. Il hantera l’imaginaire de plusieurs générations, comme avait pu le faire la mort de Marie Stuart en 1587. Il inspirera notamment à Pascal une pensée sur l’instabilité de toutes choses : « Qui aurait eu l’amitié du roi d’Angleterre, du roi de Pologne et de la reine de Suède, aurait-il cru pouvoir manquer de retraite et d’asile au monde ? » (Laf. 62). Ces deux régicides donnent lieu à une littérature et une iconographie abondantes, sans compter les ouvrages de polémique : récits pamphlétaires romancés ou dramatisés, innombrables élégies ou oraisons funèbres, dont beaucoup, en Angleterre, restent anonymes, ballades, récits de fiction, pièces de théâtre... Ce numéro d’Etudes Epistémè est consacré aux représentations du régicide dans la littérature du XVIIe siècle, principalement celui de Charles Ier, en Angleterre et en Europe. Se dégagent des stratégies discursives communes pour thématiser ou sublimer la « catastrophe », ce sentiment d’effondrement ou de sidération qui accompagne la mise à mort du monarque dans les écrits pro-royalistes − mais ce numéro s’intéresse aussi aux stratégies républicaines de mise à distance de cette rhétorique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Line Cottegnies et Claire Gheeraert-Graffeuille, « Avant-propos », Études Épistémè [En ligne], 20 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/episteme/423

Haut de page

Auteurs

Line Cottegnies

Articles du même auteur

Claire Gheeraert-Graffeuille

Articles du même auteur

Haut de page
  • OpenEdition Journals