Navigation – Plan du site
Les femmes témoins de l’histoire

Des discours de la discorde : les femmes, la Fronde et l’écriture de l’histoire

Sophie Vergnes

Résumés

Louis XIV, traumatisé par la Fronde, souhaita faire oublier l’insubordination passée en la rayant d’une histoire désormais écrite sous son contrôle. Cependant, des voix s’élevèrent pour restaurer la mémoire de la guerre civile, en particulier celle de la très grande mixité des milieux de pouvoir qui avait caractérisé la période des troubles. Les mémorialistes de la Fronde, hommes et femmes, contribuèrent à en faire perdurer le souvenir, tout comme les Frondeuses l’avaient fait elles-mêmes du temps de leur gloire en écrivant toutes sortes de textes (lettres, pamphlets, manifestes) destinés à les mettre en valeur. La Grande Mademoiselle, l’une des plus actives, ne se borna pas à laisser des traces de sa participation aux affaires, elle voulut aussi en faire l’histoire et en décrypter la signification dans ses Mémoires. Un tel récit, volontairement partial et engagé, semble faire échec à la volonté royale de toute-puissance et défier l’ordre patriarcal restauré. Il offre, en tout cas, une vision alternative, féminine et, dans une certaine mesure, féministe, du Grand Règne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hubert Carrier, « L’action politique et militaire des femmes dans la Fronde », in Christine Fauré ( (...)
  • 2 Orest A. Ranum, Artisans of Glory : Writers and Historical Thought in Seventeenth-Century France, C (...)
  • 3 Voltaire, Le siècle de Louis XIV, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, 2 vol. ; Jules Michelet, Œuvres (...)

1Les femmes de l’aristocratie participèrent activement à la Fronde mais, comme les plus fameuses d’entre elles avaient apporté leur soutien aux révoltés, elles terminèrent majoritairement la guerre du côté des vaincus1. Une fois la paix civile restaurée, Louis XIV eut à cœur de consolider un ordre politique et social rendant impossible toute nouvelle contestation de cette ampleur, notamment en faisant écrire par les historiographes officiels de la Couronne des récits qui occultaient les troubles passés2. La radicalité de ce choix explique en partie que la Fronde ait longtemps été perçue comme un mouvement d’arrière-garde, mené par des personnages médiocres et promis à l’échec3. Les Frondeuses pâtirent doublement de ce phénomène, car c’est à la fois comme révoltées et comme femmes qu’elles furent rayées de l’histoire, la conjonction de ces deux caractéristiques les désignant comme des individus nuisibles, de seconde zone et voués à l’oubli.

2Il est possible, cependant, de restaurer une vision plus nuancée et moins téléologique du passé en recourant aux textes écrits par les contemporains des événements. La plupart des témoignages attestent de l’ampleur et de la qualité des interventions accomplies par les Frondeuses. En portant attention au « particulier » et en rapportant des faits peu connus, qui relèvent parfois de la sphère privée, les Mémoires de la Fronde contribuent à réintroduire les femmes dans l’histoire. Mieux, certaines de celles qui participèrent directement au conflit, ont laissé de leur expérience d’engagement des traces écrites, correspondance et pamphlets, qui attestent également, quoique différemment, de leur présence sur la scène historique. Aujourd’hui, ces documents peuvent être considérés à la fois comme le produit et la source d’un regard « genré » sur l’histoire. L’une de ces femmes d’action conjugue les deux positions. Ancienne Frondeuse et mémorialiste, la Grande Mademoiselle semble écrire une contre-histoire, partisane et assumée comme telle, dans laquelle elle revendique à la fois la légitimité de son action passée et celle du regard féminin porté sur elle.

  • 4 Michel Pernot, La Fronde, Paris, De Fallois, 1994, p. 199-200.

3Dans la nuit du 9 au 10 février 1651, le jeune Louis XIV, qui fait semblant de dormir, est visité dans sa chambre par une foule silencieuse venue vérifier de visu que l’enfant-roi ne s’apprête pas à fuir la capitale pour aller retrouver son ministre, le cardinal Mazarin, contraint à l’exil trois jours plus tôt4. À ce moment précis, la Fronde triomphe, la famille royale est prisonnière du peuple de Paris et Mazarin est contraint d’aller libérer les Princes rebelles avant de quitter le royaume. Pour l’enfant-roi, le traumatisme est durable. Il n’oubliera jamais cette humiliation ni la menace que constitua la Fronde en général pour son autorité.

  • 5 Ibid., p. 321.

4Mais à l’été 1652, la même foule parisienne, lassée de la guerre et des exactions du prince de Condé, appelle Louis à réinvestir sa capitale où il fait un retour triomphal le 21 octobre5. Les révoltés se soumettent totalement et les échevins de Paris, dont certains n’avaient pas hésité à sympathiser avec la Fronde, manifestent leur dévouement en commandant à Gilles Guérin une statue de marbre intitulée « Louis XIV terrassant la Fronde ». Elle est érigée le 23 juin 1654 dans la cour de l’Hôtel de Ville. Louis XIV couronné de laurier, drapé du grand manteau fleurdelisé et tenant un sceptre, écrase la Fronde, représentée par une figure d’homme couché. Cette statue a été ultérieurement acquise par la famille Condé et installée au château de Chantilly, comme pour faire amende honorable et masquer le rôle capital qu’avait joué le Grand Condé dans les troubles. Elle y est toujours, placée contre un mur, au-dessus d’une fontaine, dans une cour secondaire. [fig. 1]

[fig. 1] Louis XIV terrassant la Fronde

[fig. 1] Louis XIV terrassant la Fronde

par Gilles Guérin, château de Chantilly.

Cliché personnel.

5Avec la peinture de Charles Poerson qui représente Louis XIV en Jupiter écrasant la Fronde sous la forme d’une tête de Gorgone, ces deux œuvres d’art sont parmi les très rares représentations de la Fronde réalisées sous le règne du Grand Roi. Durablement marqué par les événements, il ne souhaita pas tant célébrer son triomphe final sur les rebelles qu’oblitérer cette expérience traumatique en la frappant d’une forme de damnatio memoriae. [fig. 2]

[fig. 2] Charles Poerson, Louis XIV en Jupiter

[fig. 2] Charles Poerson, Louis XIV en Jupiter

vers 1655, huile sur toile, 166 × 143 cm, Musée de Versailles.

  • 6 O. A. Ranum, Artisans of Glory, op. cit., p. 251.
  • 7 Katherine Crawford, Perilous Performances. Gender and Regency in Early Modern France, Cambridge (Ma (...)

6Le même procédé affecte l’écriture de l’histoire. Louis XIV ne souhaite pas que l’on fasse le récit de la Fronde. Comme le montre Orest Ranum, à l’exception des ouvrages de piètre facture de Benjamin Priolo et Jean de la Barde, les plumes à la solde du monarque jettent sur les événements troublés du début du règne un voile pudique6. Le roi fait même détruire en janvier 1668 la partie du registre du parlement de Paris contenant l’arrêt d’union du 13 mai 1648 qui déclenche officiellement la Fronde parlementaire7.

  • 8 O. A. Ranum, La Fronde, Paris, Seuil, 1995, p. 140-142
  • 9 Voir H. Carrier, La Presse de la Fronde (1648-1653) : les Mazarinades, Genève, Droz, 1989-1991, 2 v (...)
  • 10 Jean-Marie Constant, « La noblesse et la Fronde », L’Histoire, 115, oct. 1988, p. 26-34.
  • 11 H. Carrier, « L’action politique et militaire… », in op. cit. ; Dominique Godineau, Les Femmes dans (...)

7Ces cinq années de guerre civile avaient été, il est vrai, un temps d’insubordination à tous les niveaux de la vie sociale. La plupart des hiérarchies avaient été contestées dans les discours et dans les faits. Les officiers avaient engagé une guerre sans merci contre les intendants8, les harengères des Halles avaient un temps tenu le haut du pavé, la littérature satirique et ordurière avait inondé les rues de la capitale9, les nobles avaient tiré l’épée contre leur roi10 et, comble du désordre, un certain nombre de femmes issues de l’aristocratie avait remplacé qui un père, qui un frère, qui un mari, qui un amant, sur des terrains politique et militaire dont elles étaient théoriquement exclues11.

8C’est à ce type de comportements exceptionnels et subversifs que Louis XIV a voulu mettre un terme en instaurant au début de son règne personnel la maxime de l’ordre. Pour asseoir son autorité de façon sûre et définitive, le roi devait empêcher que de telles inversions de l’ordre social traditionnel puissent se reproduire. Une société ordonnée supposait notamment que les femmes ne se mêlent plus de politique. En effaçant le souvenir de la Fronde, il effaçait aussi celui des Frondeuses et ensevelissait avec les traces de l’insubordination passée celle de l’exceptionnelle mixité qui avait caractérisé la vie politique de 1643 à 1653.

Réintroduire le féminin dans l’Histoire. Le travail des mémorialistes de la Fronde

  • 12 C’est le cas, en particulier, de la duchesse de Montpensier. Voir Jean Garapon, « Mademoiselle deva (...)
  • 13 C’est le cas de Mme de Motteville, confidente d’Anne d’Autriche. Voir par exemple Mélanie Aron, « L (...)

9Or, c’est précisément pour restaurer cette mémoire en péril que les anciens rebelles, hommes et femmes, se lancent au soir de leur vie dans la rédaction de leurs Mémoires. Nombre d’entre eux ont payé au prix fort leur adhésion à la Fronde. Ils ont dû s’exiler et se retirer de la vie politique comme de la Cour12. D’autres mémorialistes, partisans de la régente et de son ministre, ont pris très au sérieux la menace des révoltés, ils ont craint pour les personnes royales comme pour l’État et admiré le courage et la ténacité de la régente13.

  • 14 H. Carrier, « Pourquoi écrit-on des Mémoires au XVIIe siècle ? L’exemple des mémorialistes de la Fr (...)
  • 15 Frédéric Briot, « Du dessein des mémorialistes : la seconde vie », in M. Bertaud et F.-X. Cuche (éd (...)
  • 16 Voir M. Fumaroli, « Les Mémoires du XVIIe siècle au carrefour des genres en prose », XVIIe Siècle, (...)
  • 17 Voir M. Fumaroli, « Les Mémoires ou l’historiographie royale en procès », La Diplomatie de l’esprit (...)

10Eux ne peuvent accepter la damnatio memoriae. Les Mémoires qu’ils rédigent dans les années 1660 à 1680 sont donc conçus comme un moyen de restaurer le souvenir de la guerre civile, de sa durée, de sa gravité, des craintes et des espoirs qu’elle avait suscités14. La plupart du temps, ces écrits ne sont pas destinés à être largement diffusés, l’auteur les réservant à un public restreint de parents et d’amis, auprès desquels il tente parfois de se justifier de ses engagements passés15. Pour les vaincus, il s’agit souvent d’ouvrir un procès en réhabilitation, sinon de la Fronde, du moins des intentions des Frondeurs ou de certains d’entre eux16. Mais tous, anciens rebelles et partisans de la Cour, forgent dans ces textes une vision alternative des troubles par rapport à celle que propose l’historiographie officielle, du simple fait de l’importance qu’ils leur accordent17.

  • 18 « Il [le mémorialiste] se lance dans son œuvre sous le coup de l’urgence de la vérité qu’il porte e (...)
  • 19 Cardinal de Retz, Mémoires, Simone Bertière (éd.), Paris, Garnier, « La Pochothèque », 1998, p. 777 (...)

11Dans les Mémoires, la subjectivité de l’auteur est assumée et même revendiquée. Tous les mémorialistes reconnaissent que leur information est tributaire de la façon dont ils ont vécu les événements, du coin du théâtre depuis lequel ils ont observé la scène, pour reprendre une métaphore chère au cardinal de Retz. Mais cette subjectivité n’est jamais présentée comme un travers, bien au contraire. Les mémorialistes en font un gage de sincérité, assimilée à l’idée de vérité, non pas une vérité objective mais une vérité des consciences, inaccessible aux historiens de métier18. Le cardinal de Retz les qualifie d’ailleurs d’ « auteurs impertinents qui, étant nés dans la basse-cour et n’ayant jamais passé l’antichambre, se piquent de ne rien ignorer de ce qu’il s’est passé dans le cabinet. J’admire à ce propos, écrit Retz, l’insolence de ces gens de néant en tout sens, qui, s’imaginant d’avoir pénétré tous les replis des cœurs de ceux qui ont eu le plus de part dans ces affaires n’ont laissé aucun événement dont ils n’aient prétendu avoir développé l’origine et la suite »19.

12Dans la très grande majorité des cas, ces textes ne sont pas publiés du vivant de Louis XIV et la confrontation entre les informations qu’ils fournissent et l’historiographie officielle n’a pas lieu dans l’espace public, dont le Grand Roi a efficacement verrouillé les issues.

  • 20 Faith Evelyn Beasley, Revising Memory : Women’s Fictions and Memoirs in Seventeenth Century France, (...)
  • 21 Marquis de La Fare, Mémoires et réflexions sur les principaux événements du règne de Louis XIV, Émi (...)
  • 22 Madame de Motteville, Mémoires, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, Fechoz et Letouzey, 1881, p. 56.

13Cependant, malgré leur quasi-clandestinité, ils demeurent une voix discordante par rapport au chœur des thuriféraires de Louis XIV. Et c’est dans les modulations de cette voix qu’il est possible de retrouver la trace des femmes qui ont participé à la Fronde, dans la description partiale, partielle et assumée comme telle de ce temps où la normalisation de la société n’avait pas encore fait son œuvre et où l’on pouvait donc trouver des femmes dans les cabinets des ministères et sur les champs de bataille. Les mémorialistes, frappés par la nature et l’efficacité des actions entreprises par ces femmes et conscients que de telles interventions ne seraient plus possibles sous le règne personnel de Louis XIV, les rapportent avec d’autant plus de soin qu’ils sont, pour beaucoup, nostalgiques d’un temps d’espoir et de liberté largement révolu. Les mémorialistes opposent à l’histoire générale patronnée par Louis XIV et Colbert une histoire particulière centrée sur les motifs et les passions qui déterminent les événements. La Fronde est un sujet d’autant plus propice à ce type de récits qu’elle se joua en partie dans le royaume particulier des intrigues, des passions, des personnalités et des négociations secrètes où les femmes régnaient en maîtresses20. La Fare par exemple, commence ses Mémoires en précisant ceci : « Ce fut donc un temps de licences, d’intrigues de Cour, de galanterie, que tout le temps de cette régence : car la reine elle-même était galante, & les femmes avaient beaucoup de part aux affaires »21. Mme de Motteville, elle aussi, promet de révéler les motifs secrets et le caractère des principaux acteurs de la Fronde auxquels elle accorde plus de valeur qu’à l’histoire officielle, présentée comme un masque. « Les dames sont d’ordinaire les premières causes des plus grands renversements des États ; et les guerres, qui ruinent les royaumes et les empires, ne procèdent presque jamais que des effets que produisent ou leur beauté ou leur malice »22, écrit-elle avant de commencer le récit de la Fronde et comme pour en donner, d’emblée, la tonalité dominante.

  • 23 M.-T. Hipp, « La galerie des portraits dans les mémoires du Cardinal de Retz », Littératures, 17-18 (...)
  • 24 Cardinal de Retz, Mémoires, op. cit., p. 407.
  • 25 Ibid., p. 408.
  • 26 Madame de Motteville, Mémoires, op. cit., p. 340.
  • 27 La Rochefoucauld, Mémoires, Paris, La Table ronde, 1993, p. 151.
  • 28 Madame de Motteville, Mémoires, op. cit., p. 53.

14Le cardinal de Retz montre qu’il souscrit à l’hypothèse du caractère déterminant des individualités en brossant, au début du récit de la Fronde, une série de portraits destinés à en présenter les principaux protagonistes23. Les femmes ne viennent qu’en second mais elles ne sont pas oubliées. Après la duchesse de Longueville, arrive madame de Chevreuse qui « donnait même assez souvent des ouvertures si brillantes, qu’elles paraissaient comme des éclairs ; et si sages qu’elles n’eussent pas été désavouées par les plus grands rôles de tous les siècles »24. Puis c’est au tour de la princesse Palatine : « Je ne crois pas que la reine Élisabeth ait eu plus de capacité pour conduire un État. Je l’ai vue dans la faction, je l’ai vue dans le cabinet, et je lui ai trouvé partout également de la sincérité »25. Madame de Motteville confirme : « elle avait de l’esprit, de l’adresse, de la capacité pour conduire une intrigue et une grande facilité à trouver un expédient pour parvenir à ce qu’elle entreprenait »26. De tels éloges sont bien entendu de nature à restaurer le souvenir de la mixité des milieux politiques pendant la Fronde. Il en va de même dans les Mémoires du duc de la Rochefoucauld, qui souligne les qualités politiques de la duchesse de Chevreuse. Elle en fait la preuve magistrale lorsqu’il s’agit de convaincre Gaston d’Orléans de désavouer son favori, l’abbé de La Rivière. « Mme de Chevreuse sut si bien aigrir M. le duc d’Orléans contre son ministre qu’elle le rendit dès lors capable de toutes les impressions et de tous les sentiments qu’on lui voulut donner »27, admire la Rochefoucauld. Mme de Motteville, même, qui déplore pourtant que la duchesse de Chevreuse ne se soit pas soumise à Anne d’Autriche, dont elle fut elle-même la fidèle confidente, est comme forcée de reconnaître : « J’ai ouï dire à ceux qui l’ont connue particulièrement qu’il n’y a jamais eu personne qui ait si bien connu les intérêts de tous les princes et qui en parlât si bien et même je l’ai entendue louer de sa capacité »28.

  • 29 Voir Micheline Cuénin, « Les Mémoires féminins du XVIIe siècle, disparités et convergences », in M. (...)
  • 30 Madame de Motteville déclare à propos de son œuvre : « C’est ce particulier que ceux qui écriront l (...)

15Dans le cas des Mémoires féminins29, cette attention portée au particulier peut être utilisée par l’auteure comme une excuse pour s’immiscer sur un terrain littéraire et historique où les femmes ne sont pas nécessairement les bienvenues30. Marie d’Orléans annonce par exemple :

  • 31 Marie d’Orléans, Mémoires, Paris, Mercure de France, coll. « Le temps retrouvé », 1990, p. 63.

mon dessein, en donnant ces Mémoires, n’est que de rapporter simplement et autant que je pourrai m’en souvenir, ce qui s’est passé à ma connaissance de plus particulier pendant la minorité du roi ; car je ne suis point assez habile pour pouvoir écrire avec toute la dignité qu’il conviendrait les grandes actions qu’il a faites depuis. […] Après avoir donné une idée des désordres et des troubles qui agitèrent la France […] je ferai connaître les motifs secrets, et je rapporterai les différents caractères des principaux acteurs.31

16Dans son cas, cette connaissance du particulier s’applique surtout à sa belle-mère, la duchesse de Longueville, qui fut l’une des principales figures féminines de la Fronde et que la mémorialiste fréquenta de près avant et pendant les troubles. Marie d’Orléans en fait un portrait à charge mais il a le mérite de donner une place importante à cette figure de femme politique que l’histoire traditionnelle souhaitait faire oublier. La mémorialiste révèle ainsi que la Fronde condéenne aurait été déclenchée ou du moins précipitée par sa belle-mère :

  • 32 Ibid., p. 191.

M. le Prince, de son côté, souhaitait beaucoup l’accommodement. Il haïssait les partis, et il savait bien qu’il n’y était pas propre. Mais madame de Longueville qui voyait bien qu’elle allait être reléguée à Bourges, comme on l’avait promis à son mari, voulait la guerre, afin que M. le Prince pût aller à son gouvernement, dans l’espérance qu’elle lui pourrait être plus utile dans la guerre que dans la paix, et que M. de Longueville ne le suivant point en Guyenne, il ne serait plus si considéré de M. le Prince à son préjudice.32

17Le genre des Mémoires est donc particulièrement à même de réintroduire le féminin dans l’histoire et d’apporter, à travers la Fronde, la preuve du rôle important que purent jouer les femmes en politique au temps de la régence d’Anne d’Autriche. Mais ces témoignages demeurent suspects de partialité, surtout en raison de la nostalgie des mémorialistes, de la distance entre le moment des faits et celui du récit, ainsi que des possibles déformations involontaires de la mémoire, éventuellement liées à des enjeux affectifs. Il faut donc s’intéresser à d’autres traces, plus immédiates, de l’activité politique féminine au moment de la Fronde pour confirmer ou nuancer l’image de monde mixte livrée par les Mémoires des contemporains.

Correspondance et pamphlets : retour aux sources d’une histoire mixte

18La correspondance écrite ou reçue par les Frondeuses, celle qu’échangèrent leurs interlocuteurs masculins atteste également de l’importance des femmes dans les tractations qui aboutirent à faire et défaire les alliances entre les partis. Ces documents permettent de déployer plus largement l’éventail de leurs activités et de mieux mesurer l’impact de leurs interventions.

  • 33 Ce rôle est attesté par la correspondance échangée entre la duchesse et Le Tellier, bras droit de M (...)
  • 34 Lettre de Marie de Rohan au cardinal Mazarin, Paris, du mois de juillet 1650, Archives des Affaires (...)
  • 35 Lettre de madame la duchesse de Chevreuse, Paris, le dernier de juillet 1650, ibid., f° 165.
  • 36 Lettre de madame de Chevreuse, Paris, le 9 août 1650 (en partie codée), ibid., f° 172 v°.
  • 37 Lettre de madame de Chevreuse, Paris, 22 août 1650, ibid., f° 178.
  • 38 H. Carrier, « L’action politique et militaire des femmes pendant la Fronde », in op. cit., p. 51.
  • 39 Lettre de Le Tellier à Mazarin, Paris, 6 septembre 1650, Archives des Affaires Étrangères, Mémoires (...)

19On peut, pour s’en persuader, étudier les lettres qu’échangèrent la duchesse de Chevreuse et le cardinal Mazarin au cours de l’été et de l’automne 1650. La Cour, installée en Guyenne pour mieux combattre le parti des Princes, redoute alors que l’agitation ne renaisse à Paris. La duchesse de Chevreuse, qui avait ménagé l’union entre la reine et la Fronde parlementaire contre les Princes, est donc chargée de maintenir de bonnes relations entre les nouveaux partenaires politiques et de raffermir l’alliance lorsqu’elle semble en péril33. Mais la correspondance montre que la duchesse profite aussi de cette position d’intermédiaire pour s’ériger en éminence grise et donner son avis sur des questions essentielles de gouvernement. Au mois de juillet, par exemple, elle ne suggère rien moins que la destitution du gouverneur de Guyenne, le duc d’Épernon, honni des Bordelais, pour mettre fin au soulèvement en faveur des Princes dans cette région34. D’abord, Mazarin temporise mais, quelques jours plus tard, la duchesse revient à la charge : « il faut achever, écrit-elle, en obligeant monsieur d’Épernon de s’éloigner de Guyenne afin d’ôter tout prétexte de vous accuser d’intelligence avec lui pour la ruine des Bordelais »35. Au moins d’août, c’est la Provence qui fait mine de se soulever à nouveau contre son gouverneur, le comte d’Alais, et là encore la duchesse écrit à Mazarin sur un ton impérieux, « au nom de Dieu, Monsieur, ne laissez pas [les affaires] de Provence à pareil enfant que la Guyenne »36. En août, ses lettres montrent qu’elle ne veut plus même jouer le rôle de conseillère mais agir directement puisqu’elle écrit au cardinal « croyez, Monsieur, qu’en cette occasion et en toutes celles qui regarderont vos intérêts je n’attendrai pas vos ordres pour faire ce que j’estime utile »37. Il s’agit là d’une affirmation de zèle en faveur de la Cour, bien sûr, mais elle masque mal une affirmation tout court, de la part d’une femme dont la guerre civile a fait un personnage politique à part entière et avec lequel toutes les parties prenantes du conflit doivent désormais compter. Les informateurs de Mazarin l’ont bien compris. Les très nombreux commentaires sur les combinaisons politiques de la duchesse et de ses consœurs qu’ils adressent au cardinal de Mazarin attestent selon Hubert Carrier de « l’importance qu’accordaient les observateurs avisés à l’engagement des femmes les plus en vues dans les intrigues quotidiennes de la Fronde »38 et que l’historiographie officielle, totalement silencieuse à ce sujet, avait tout à fait obscurci. Le Tellier, par exemple, écrit à Mazarin le 6 septembre 1650 : « le premier président [Matthieu Molé] persiste toujours à dire que l’on assure de toutes parts que madame de Chevreuse sert bien Son Éminence », et un peu plus loin, « la même bonne opinion que le premier président a de madame de Chevreuse et de M. le Garde des Sceaux est confirmée par beaucoup d’autres amis de Son Éminence ». Et même, il apprend au cardinal que la duchesse « s’est offerte d’aller à Bordeaux et qu’elle se faisait fort de venir à bout de l’accommodement, sur quoi on donne à considérer à Son Éminence qu’elle doit prendre garde que cette dame en son parti ne lui enlève la gloire de faire la paix »39.

  • 40 Apologie pour messieurs les princes, envoyée par madame de Longueville à messieurs du parlement de (...)
  • 41 Lettre de madame de la duchesse de Longueville au roi, Rotterdam, 1650, 8 p.
  • 42 Manifeste de madame la duchesse de Longueville, Bruxelles, Jean Rosch, 1650, 12 p.

20Contrairement à la correspondance, les pamphlets sont des textes destinés à être amplement diffusés. Lorsque des femmes les font écrire, ils peuvent souvent être lus comme des manifestes non pas seulement de la cause officiellement défendue par ces Frondeuses mais, au-delà, de l’action politique féminine en général. C’est la duchesse de Longueville qui s’illustre le mieux dans ce domaine, avec son Apologie pour messieurs les Princes40, par exemple, mais aussi sa Lettre ouverte au roi41 et surtout son Manifeste42, qui, ne serait-ce que par son titre, identifie très efficacement la sœur de Condé à la figure du grand seigneur révolté. Dans l’Apologie, la duchesse utilise l’argument de l’empêchement masculin pour légitimer sa conduite :

  • 43 Apologie pour messieurs les prince…, op. cit., p. 3.

Je serais indigne de ma naissance, du nom que je porte, & de la qualité de sœur & de femme, si sachant combien est grande l’innocence de Messieurs mes frères & de Monsieur mon mari, je n’employais à les défendre la liberté de parler, qui est la seule chose qui me reste […]. Et certes je m’y trouve d’autant plus obligée que tout commerce leur est interdit.43

  • 44 Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique, revus e (...)

21Mais peu à peu, elle s’émancipe de cette notion d’obligation, pour affirmer plus nettement sa vocation politique et présenter au « public » des choix qui lui sont propres, notamment celui d’un traité avec le roi d’Espagne.44

  • 45 Ibid., p. 5.

En passant par les États du Roi Catholique, les peuples las de la guerre, […] me demandaient partout la paix et me conjuraient instamment de travailler à la faire ; c’était le sentiment des ministres d’Espagne et le souhait des grands seigneurs des Pays-Bas et j’avoue que, rencontrant tant de bonnes dispositions à un si grand bien, je concevais des espérances d’en envoyer des ouvertures à la reine et au parlement dès que je serais à Stenay et que je me flattais de la croyance que je pourrais procurer par un heureux accommodement l’union des deux couronnes et la liberté des princes.45

  • 46 C. Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, op. cit.

22La duchesse de Longueville souhaite donc assumer en son nom propre de véritables projets politiques. Ses adversaires ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ont aussi engagé le combat sur le terrain de la crédibilité des femmes comme actrices politiques. Dans ce cas, il faut suivre l’hypothèse de Christian Jouhaud : les mazarinades font bien office d’armes dans une guerre des mots, qui ne porte pas spécifiquement sur la question de la mixité de la sphère politique mais inclut cet enjeu46.

  • 47 Copie d’une lettre écrite à madame la duchesse de Longueville, à Rotterdam, 1650, Archives des Affa (...)
  • 48 Ibid., f° 52.
  • 49 Ibid., f° 52 v°.
  • 50 Ibid., f° 57.

23Ainsi, le cardinal Mazarin et son équipe ne se font-ils pas faute de publier une réponse à la Lettre au roi imprimée sous le nom de la duchesse47. De façon tout à fait significative, le principal argument mobilisé pour la discréditer consiste à l’accuser de n’être pas responsable de ses agissements, d’être passive et de se laisser mener par d’autres. « Ceux qui se mêlent de vous conseiller, ou pour mieux dire, qui abusent de votre nom »48 sont « des gens qui songeaient plus à se sauver sous votre ombre, qu’à votre propre conservation »49. L’auteur du texte se fait ensuite plus explicite en désignant, quoi qu’à mots couverts, le duc de La Rochefoucauld, amant de la duchesse de Longueville, comme le principal responsable de toutes ses entreprises : « Je me contenterai de vous avertir, Madame, que celui des vôtres qui se rend le chef de votre conduite, s’est laissé entendre en divers lieux par plusieurs fois que M. le Prince votre frère, lui aurait recommandé le soin de votre personne »50. Cette dernière affirmation est très lourde de sous-entendus et cherche à discréditer la duchesse à plusieurs titres. D’une part, elle tend à nier sa compétence propre, en attribuant la responsabilité de ses actions aux hommes de son entourage. Mazarin refuse ainsi ou, de façon très stratégique, feint de refuser de la recevoir comme une véritable interlocutrice politique. D’autre part, l’auteur prétend que la duchesse est abusée par les hommes qui l’entourent, qu’elle est manipulée par son amant et son frère sans s’en rendre compte. La passivité, le rôle d’objet qui lui est attribué, a pour objectif de la renvoyer à la seule attitude acceptable pour une femme dans le domaine politique : la figuration et la dépendance. Les arguments mobilisés dans cette réponse tendent donc à confirmer que les textes diffusés sous le nom de la duchesse comportaient bien une dimension d’émancipation par rapport à la tutelle masculine et qu’ils peuvent être lus comme tels par les historiens. Au moment de la Fronde, non seulement les hiérarchies de genre n’étaient pas suffisamment bien établies pour empêcher les femmes de l’aristocratie d’intervenir sur la scène politique mais elles pouvaient revendiquer leur droit à agir de la sorte au nom des intérêts de leur maison et de leur parti. Elles manifestaient ainsi leur compétence et, dans une certaine mesure, étaient acceptées par leurs homologues masculins, alliés ou adversaires, comme des interlocutrices recevables. On comprend d’autant mieux que Louis XIV, si soucieux de rétablir l’ordre dans tous les domaines de la vie politique et sociale, ait cherché à effacer le souvenir d’une telle subversion. Il n’en reste pas moins qu’en écrivant ou faisant écrire ces textes manifestes, les Frondeuses avaient non seulement fait l’histoire mais aussi écrit celle de leur engagement politique.

La Grande Mademoiselle, frondeuse et historienne de la Fronde

  • 51 Anne-Marie-Louise de Montpensier, Mémoires, édités par A. Chéruel, Paris, Charpentier, 1858-59, 4 v (...)
  • 52 F. E. Beasley, Revising Memory, op. cit.
  • 53 J. Garapon, La Culture d’une princesse. Écriture et autoportrait dans l’œuvre de la Grande Mademois (...)
  • 54 Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, op. cit., t. II, p. 98.
  • 55 Cité par F. E. Beasley, Revising Memory, op. cit., p. 126.
  • 56 Lettres de mademoiselle de Montpensier, de mesdames de Motteville et de Montmorenci, de madame du P (...)
  • 57 Ibid., p. 34.

24Ancienne Frondeuse et mémorialiste, femme politique et écrivaine, la Grande Mademoiselle va plus loin encore dans cette voie. Dans ses Mémoires51, elle semble écrire une contre-histoire dans laquelle elle revendique à la fois la légitimité de son action passée et celle du regard féminin porté sur elle. C’est là la thèse soutenue par Faith Evelyn Beasley dans un ouvrage intitulé Revising Memory52. Il est indéniable que, chez Mademoiselle, l’écriture de Mémoires constitue un prolongement de la révolte, d’une part, parce qu’elle est l’occasion pour elle de revivre des événements glorieux, d’autre part, parce qu’elle permet de donner une interprétation de ces événements conforme aux idées contestataires de l’ancienne Frondeuse. Le passage à l’écriture pour Mademoiselle est bien, comme l’écrit Jean Garapon, une façon de « continuer la Fronde sur un mode feutré »53. Ceci n’est pas, on l’a vu, propre aux Mémoires de Mademoiselle. Cependant, ils ont la particularité de souligner plus que d’autres la très grande mixité des sphères de pouvoir au temps de la Fronde et de tenir un discours explicite sur les compétences féminines que l’on ne retrouve pas au même degré chez ses homologues masculins. Le récit de ses entreprises glorieuses peut ainsi déboucher sur des considérations plus générales. Par exemple, lorsque la mémorialiste écrit : « Les demoiselles parlent pour l’ordinaire mal de la guerre : je vous assure qu’en cela comme en toute autre circonstance le bon sens règle tout et que, quand on en a, il n’y a dame qui ne commandât bien des armées »54. Plus tard dans ses Mémoires, la princesse, en visite dans sa principauté des Dombes, raconte quelle harangue lui fit un officier venu l’accueillir : « Après m’avoir fort louée, il me dit que si j’eusse été du temps de ceux qui avaient fait la loi salique, ou qu’ils eussent pu prévoir que la France eût eu une princesse telle que moi, on ne l’aurait jamais faite, ou que du moins on l’aurait supprimée en ma faveur »55. Il y a là une conception mixte du pouvoir, qui ne peut plus être réalisée par l’action après la Fronde, mais Mademoiselle entend bien continuer à la revendiquer dans l’espace privé que constitue pour elle la création littéraire. Il peut être utile, ici, de confronter aux Mémoires la correspondance échangée par l’ancienne frondeuse avec Mme de Motteville, cette autre mémorialiste, dans le temps même où elle rédigeait ses souvenirs56. La princesse se prend à rêver d’une société mixte dont le mariage serait banni et avec lui l’ordre patriarcal qui s’était singulièrement affermi depuis le début du règne personnel de son royal cousin : « Vous souffrirez encore que je vous dise, écrit-elle à sa correspondante, que ce qui a donné la supériorité aux hommes a été le mariage et que ce qui nous a fait nommer le sexe fragile a été cette dépendance où le sexe nous a assujetties, souvent contre notre volonté, et par des raisons de famille, dont nous avons été les victimes »57. Dans sa réponse, Madame de Motteville concède :

  • 58 Ibid., p. 39-41.

Certes la tyrannie qu’il [le mariage] exerce sur notre sexe nous doit obliger à l’outrager en toutes occasions où nous pourrons nous venger de lui. Les hommes, par lui, sont nos cruels ennemis. […] Ils cachent sous ces beaux mots d’adoration, de respect et de passion, ce venin dont ils offensent leur gloire. […] Les histoires sont pleines de femmes qui ont gouverné des empires avec une singulière prudence, qui ont acquis de la gloire en commandant des armées et qui se sont fait admirer par leur capacité. La politique n’a point de secrets qu’Isabelle de Castille, Isabeau d’Angleterre, la duchesse de Parme, et Catherine de Médicis, dans notre dernier siècle, n’aient sus et pratiqués.58

25À travers leurs échanges épistolaires, la très frondeuse Mademoiselle et la fidèle alliée de la reine Motteville esquissent donc ensemble une histoire mixte en convoquant le souvenir en sursis des grandes reines de l’histoire.

  • 59 F. E. Beasley, Revising Memory, op. cit., p. 111.
  • 60 Ibid., p. 119.
  • 61 Voir J. Garapon, La culture d’une princesse, op. cit., p. 140.

26Pourtant, si Mademoiselle « féminise » bien la Fronde, « en s’offrant comme un exemplum historique ultime et universel »59, selon les termes de Faith Evelyn Beasley, il est difficile de prétendre avec elle qu’en « en toutes circonstances, les femmes so[ie]nt présentées comme des initiatrices et non comme des pions »60. Il y aurait là un caractère systématique que l’on ne trouve pas dans l’œuvre de la princesse. Elle est au contraire farouchement convaincue que les femmes qui ont, comme elle, l’étoffe politique sont des êtres rares et d’exception et affiche donc ouvertement son mépris pour la légèreté, l’inconstance et l’égoïsme féminins en général. De façon assez paradoxale, Mademoiselle récupère à son bénéfice des thèmes traditionnels du discours misogyne pour accabler certaines de ses contemporaines. Sous sa plume, Madame de Châtillon, intrigante, coquette, intéressée, flatteuse, hypocrite apparaît comme l’archétype d’une féminité caricaturée61. Il s’agit donc bien de féminiser l’histoire en permettant aux femmes de la faire et de l’écrire mais ce n’est là qu’un privilège réservé à des êtres d’exception, chez qui le sang abolit le sexe.

27On touche ici à la principale limite de l’histoire telle que l’écrivirent les Frondeuses et, plus largement, les contemporains de la Fronde, hommes et femmes. Leurs textes sont très majoritairement engagés en faveur d’une plus grande liberté d’action, incluant celle des femmes à intervenir en politique, mais ils témoignent le plus souvent d’une vision partiale et, en quelque sorte, corporatiste des modes de gouvernement. Leur propos, parce qu’il s’applique au « particulier » ne peut réellement prétendre se substituer à l’histoire générale, à laquelle il apporte seulement des correctifs. Il s’agit donc moins d’une contre-histoire que des matériaux qui permettraient de l’écrire. Charge à l’historien d’en faire usage pour restituer une image complète et donc mixte de la Fronde.

  • 62 Joël Cornette, « L’histoire, c’est moi », Les collections de L’Histoire, 44, Juillet 2009, p. 18-23
  • 63 J. Cornette, Le Roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, réed. Par (...)
  • 64 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du dauphin, Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 44-45.
  • 65 Ce passage est bien visible dans l’ouvrage de Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (15 (...)

28La discorde, on l’aura compris, ne désigne pas seulement la contestation politique à laquelle les femmes eurent la possibilité de participer avant 1661, mais aussi le caractère dissonant des voix, féminines ou masculines, qui écrivirent, pendant les événements ou bien plus tard, l’histoire de cette extraordinaire mixité. Louis XIV réussit à faire taire ces voix discordantes tout au long de son règne personnel. Parmi tous les mémorialistes de la Fronde, seul le duc de la Rochefoucauld est publié du vivant du Grand Roi et encore est-ce dans une version tronquée. Au contraire, les historiographes patronnés par Louis XIV furent chargés de travailler à établir sa gloire en célébrant les grandes actions de son règne. Les meilleures plumes, Hardouin de Péréfixe, Pellisson, Boileau et Racine y travaillèrent. « L’histoire, c’est moi », écrit Joël Cornette62, pour parodier la célèbre formule apocryphe du Grand Roi, signifiant ainsi l’absence de liberté laissée à ces écrivains et le caractère central de la personne royale dans le projet d’écriture. Mais l’auteur du Roi de guerre63 souligne aussi la faillite de cette entreprise, en partie due au refus de livrer les sources qui auraient permis à ces historiographes de parachever leur œuvre. Le seul texte qui remplisse réellement l’objectif fixé par le souverain, ce sont ses Mémoires pour l’instruction du dauphin, un texte écrit à la première personne, dans lequel Louis XIV atteint finalement son but et remplace l’histoire par sa propre histoire. Dans ce récit, le roi évoque la Fronde par une énumération sèche et rapide : « des agitations terribles par tout le royaume avant et après ma majorité ; une guerre étrangère où ces troubles domestiques avaient fait perdre à la France mille et mille avantages ; un prince de mon sang et d’un très grand nom à la tête des ennemis ; beaucoup de cabales dans l’État ; les parlements encore en possession et en goût d’une autorité usurpée ; dans ma cour très peu de fidélité sans intérêt, et par là mes sujets en apparence les plus soumis, autant à charge et autant à redouter pour moi que les plus rebelles »64. Tout est dit mais rien n’est dit. L’histoire de la Fronde reste alors à écrire et c’est ce dont se mettent en devoir les contemporains des événements en ayant soin de souligner les aspects les plus particuliers, à entendre comme les plus cachés mais aussi les plus caractéristiques, de cette guerre. Le rôle des femmes est abondamment mis en valeur, tout comme il l’est dans les textes qu’elles écrivirent elles-mêmes pendant les troubles. Malgré ses efforts, Louis XIV n’est donc pas parvenu à ensevelir la mémoire de la Fronde ni même celle des Frondeuses. Cependant, s’il ne réussit pas réellement à écrire ou faire écrire l’histoire de son règne telle qu’il la souhaite, le Grand Roi assure néanmoins le triomphe de l’ordre, notamment patriarcal. Sous son règne personnel, les femmes désireuses d’exercer du pouvoir dans l’espace public sont majoritairement cantonnées aux salons littéraires et mondains ou aux couvents65. La parenthèse de mixité qu’avait constituée la Fronde se referme, plus aucun soulèvement de cette ampleur n’est envisageable. Les femmes comprennent alors qu’il n’est plus temps pour elles de faire l’histoire, mais que l’urgence est grande de l’écrire.

Haut de page

Notes

1 Hubert Carrier, « L’action politique et militaire des femmes dans la Fronde », in Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, P.U.F., 1997, p. 49-71.

2 Orest A. Ranum, Artisans of Glory : Writers and Historical Thought in Seventeenth-Century France, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1980, 355 p.

3 Voltaire, Le siècle de Louis XIV, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, 2 vol. ; Jules Michelet, Œuvres complètes, t. IX, Histoire de la France au XVIIe siècle, livre 2, Richelieu et la Fronde, Paris, Flammarion, 1982, 765 p. ; Ernest Lavisse, Histoire de la France, t. VII, Louis XIV. La Fronde. Le Roi. Colbert (1643-1685), Paris, Hachette, 1905, 461 p. ; Ernst H. Kossmann, La Fronde, Leyde, Universitaire Pers Leiden,1954, 275 p.

4 Michel Pernot, La Fronde, Paris, De Fallois, 1994, p. 199-200.

5 Ibid., p. 321.

6 O. A. Ranum, Artisans of Glory, op. cit., p. 251.

7 Katherine Crawford, Perilous Performances. Gender and Regency in Early Modern France, Cambridge (Mass.), Harvard UP, 2004. Les feuillets manquants sont les folios 96 v° à 111 v° du registre conservé aux Archives Nationales sous la cote Xla 8395.

8 O. A. Ranum, La Fronde, Paris, Seuil, 1995, p. 140-142

9 Voir H. Carrier, La Presse de la Fronde (1648-1653) : les Mazarinades, Genève, Droz, 1989-1991, 2 vol. et Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985, 287 p. ; ré-éd. 2009, 310 p.

10 Jean-Marie Constant, « La noblesse et la Fronde », L’Histoire, 115, oct. 1988, p. 26-34.

11 H. Carrier, « L’action politique et militaire… », in op. cit. ; Dominique Godineau, Les Femmes dans la société française 16-18e, Paris, Armand Colin, 2003, « Guerres civiles : ligueuses, frondeuses, amazones », p. 90-95 ; Sophie Vergnes, « De la guerre civile comme vecteur d’émancipation féminine : l’exemple des aristocrates frondeuses (France, 1648-1653) », Genre & Histoire, 6, Printemps 2010

12 C’est le cas, en particulier, de la duchesse de Montpensier. Voir Jean Garapon, « Mademoiselle devant la Fronde d’après ses Mémoires », in Roger Duchêne et Pierre Ronzeaud (éd.), La Fronde en questions, Actes du 18e colloque du centre méridional de recherche sur le XVIIe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1989, p. 63-70 et « Mademoiselle à Saint-Fargeau : la découverte de l’écriture », in La Grande Mademoiselle, Actes de la journée d’étude tenue le 15 mai 1993 au château de Saint-Fargeau (Yonne), P.F.S.C.L., 1995, 22.42, p. 37-47. Le cardinal de Retz quitta également la scène politique après la Fronde puisqu’il fut arrêté en décembre 1652. Voir Michel Pernot, « Le Cardinal de Retz, historien de la Fronde », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 89e année, 1, janv.-fevr. 1989, p. 4-18.

13 C’est le cas de Mme de Motteville, confidente d’Anne d’Autriche. Voir par exemple Mélanie Aron, « L’écriture de la vérité dans les Mémoires de Madame de Motteville », in J. Garapon, L’Idée de vérité dans les Mémoires d’Ancien Régime, Cahiers d’histoire culturelle, 14, Tours, 2004, p. 13-20 ; Marc Fumaroli, « La confidente et la reine : Madame de Motteville et Anne d’Autriche », Revue des sciences Humaines, 115, juillet-septembre 1964, p. 265-278 et Marie-Thérèse Hipp, « La pensée politique de Madame de Motteville », in Monique Bertaud et François-Xavier Cuche (éd.), Le Genre des Mémoires, essai de définition, Actes du colloque du groupe de recherches de Strasbourg : « Littérature et politique sous l’Ancien Régime » tenu en mai 1994, Paris, Klincksieck, 1995, p. 81-96. Ce fut aussi la position de Marie d’Orléans, devenue plus tard duchesse de Nemours. Voir les travaux de Micheline Cuénin, son « Introduction » aux Mémoires de Marie d’Orléans, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps Retrouvé », 1990, p. 11-60 et « Mémoires et dignité littéraire : le cas de Marie d’Orléans-Longueville, duchesse de Nemours », XVIIe Siècle, 164, 1989, p. 263-274.

14 H. Carrier, « Pourquoi écrit-on des Mémoires au XVIIe siècle ? L’exemple des mémorialistes de la Fronde » in M. Bertaud et F.-X. Cuche (éd.), op. cit., p. 137-151. Voir aussi l’article de Malina Stefanovska, « Les Mémoires comme réponse au scandale de l’oubli : l’exemple de Retz », in J. Garapon, L’Expression de l’inoubliable dans les Mémoires d’Ancien Régime, Nantes, Cécile Defaut, 2005, p. 109-121.

15 Frédéric Briot, « Du dessein des mémorialistes : la seconde vie », in M. Bertaud et F.-X. Cuche (éd.), op. cit., p. 186 : « Il y a de la part des mémorialistes une volonté délibérée, non pour que leurs œuvres ne soient pas lues, mais pour qu’elles le soient autrement […] que si elles étaient mises sur la place publique ». Emmanuelle Lesne récuse ce point de vue dans « Les Mémoires et leurs destinataires dans la seconde moitié du XVIIe siècle », in M. Bertaud et F.-X. Cuche (éd.), op. cit., p. 27-44.

16 Voir M. Fumaroli, « Les Mémoires du XVIIe siècle au carrefour des genres en prose », XVIIe Siècle, 94-95, 1971, p. 17.

17 Voir M. Fumaroli, « Les Mémoires ou l’historiographie royale en procès », La Diplomatie de l’esprit de Montaigne à La Fontaine, Paris, 1998, p. 217-246.

18 « Il [le mémorialiste] se lance dans son œuvre sous le coup de l’urgence de la vérité qu’il porte en lui, d’une vérité que menace le temps, que menacent les vérités divergentes d’autres témoins ou – pire encore – les vérités officielles », explique Jean Garapon dans L’Idée de vérité dans les Mémoires d’Ancien Régime, Cahiers d’histoire culturelle, 14, Tours, 2004, p. 3. Voir aussi les analyses d’Emmanuelle Lesne dans La Poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Champion, 1996, « Le dialogue des Mémoires avec l’histoire », p. 35-52 et de M.-T. Hipp, Mythes et réalités. Enquête sur le roman et les Mémoires (1660-1700), Paris, Klincksieck, 1976, « L’attitude à l’égard de l’histoire », p. 135-167.

19 Cardinal de Retz, Mémoires, Simone Bertière (éd.), Paris, Garnier, « La Pochothèque », 1998, p. 777-778.

20 Faith Evelyn Beasley, Revising Memory : Women’s Fictions and Memoirs in Seventeenth Century France, New Brunswick (N. J.), Rutgers UP, 1990, p. 29-31.

21 Marquis de La Fare, Mémoires et réflexions sur les principaux événements du règne de Louis XIV, Émile Raunié (éd.), Paris, Charpentier, 1884, p. 22-23.

22 Madame de Motteville, Mémoires, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, Fechoz et Letouzey, 1881, p. 56.

23 M.-T. Hipp, « La galerie des portraits dans les mémoires du Cardinal de Retz », Littératures, 17-18, 1987-88, p. 49-67.

24 Cardinal de Retz, Mémoires, op. cit., p. 407.

25 Ibid., p. 408.

26 Madame de Motteville, Mémoires, op. cit., p. 340.

27 La Rochefoucauld, Mémoires, Paris, La Table ronde, 1993, p. 151.

28 Madame de Motteville, Mémoires, op. cit., p. 53.

29 Voir Micheline Cuénin, « Les Mémoires féminins du XVIIe siècle, disparités et convergences », in M. Bertaud et F.-X. Cuche (éd.), op. cit., p. 99-110 et F. E. Beasley, op. cit.

30 Madame de Motteville déclare à propos de son œuvre : « C’est ce particulier que ceux qui écriront l’histoire générale ne sauront point, où ne trouveront pas mériter y être mis. Cependant c’est ce particulier, dans lequel on ne s’étudie point, qui trahit le secret de nos inclinations et, marquant notre caractère, fait connaître si nous sommes dignes d’estime ou de blâme. » Cité par M.-T. Hipp, Mythes et réalités. Enquête sur le roman et les Mémoires (1660-1700), Paris, Klincksieck, 1976, p. 37.

31 Marie d’Orléans, Mémoires, Paris, Mercure de France, coll. « Le temps retrouvé », 1990, p. 63.

32 Ibid., p. 191.

33 Ce rôle est attesté par la correspondance échangée entre la duchesse et Le Tellier, bras droit de Mazarin, de juillet à octobre 1650. Elle conservée aux Archives des Affaires Étrangères dans la série Mémoires & Documents, France, t. 290, 869, 871, 872.

34 Lettre de Marie de Rohan au cardinal Mazarin, Paris, du mois de juillet 1650, Archives des Affaires Étrangères, Mémoires & Documents, France, 290, f° 160.

35 Lettre de madame la duchesse de Chevreuse, Paris, le dernier de juillet 1650, ibid., f° 165.

36 Lettre de madame de Chevreuse, Paris, le 9 août 1650 (en partie codée), ibid., f° 172 v°.

37 Lettre de madame de Chevreuse, Paris, 22 août 1650, ibid., f° 178.

38 H. Carrier, « L’action politique et militaire des femmes pendant la Fronde », in op. cit., p. 51.

39 Lettre de Le Tellier à Mazarin, Paris, 6 septembre 1650, Archives des Affaires Étrangères, Mémoires & Documents, France, 872, f° 32.

40 Apologie pour messieurs les princes, envoyée par madame de Longueville à messieurs du parlement de Paris, S.l., 1650, 87 p.

41 Lettre de madame de la duchesse de Longueville au roi, Rotterdam, 1650, 8 p.

42 Manifeste de madame la duchesse de Longueville, Bruxelles, Jean Rosch, 1650, 12 p.

43 Apologie pour messieurs les prince…, op. cit., p. 3.

44 Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique, revus et corrigés. Jouxte la copie imprimée à la Haye, 1650.

45 Ibid., p. 5.

46 C. Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, op. cit.

47 Copie d’une lettre écrite à madame la duchesse de Longueville, à Rotterdam, 1650, Archives des Affaires Étrangères, Mémoires & Documents, France, 868, f° 52.

48 Ibid., f° 52.

49 Ibid., f° 52 v°.

50 Ibid., f° 57.

51 Anne-Marie-Louise de Montpensier, Mémoires, édités par A. Chéruel, Paris, Charpentier, 1858-59, 4 vol.

52 F. E. Beasley, Revising Memory, op. cit.

53 J. Garapon, La Culture d’une princesse. Écriture et autoportrait dans l’œuvre de la Grande Mademoiselle (1627-1693), Paris, Champion, 2003, p. 104.

54 Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, op. cit., t. II, p. 98.

55 Cité par F. E. Beasley, Revising Memory, op. cit., p. 126.

56 Lettres de mademoiselle de Montpensier, de mesdames de Motteville et de Montmorenci, de madame du Pré et de madame la marquise de Lambert, Paris, Léopold Collin, 1806.

57 Ibid., p. 34.

58 Ibid., p. 39-41.

59 F. E. Beasley, Revising Memory, op. cit., p. 111.

60 Ibid., p. 119.

61 Voir J. Garapon, La culture d’une princesse, op. cit., p. 140.

62 Joël Cornette, « L’histoire, c’est moi », Les collections de L’Histoire, 44, Juillet 2009, p. 18-23.

63 J. Cornette, Le Roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, réed. Paris, Payot, 2010.

64 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du dauphin, Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 44-45.

65 Ce passage est bien visible dans l’ouvrage de Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Honoré Champion, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre [fig. 1] Louis XIV terrassant la Fronde
Légende par Gilles Guérin, château de Chantilly.
Crédits Cliché personnel.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre [fig. 2] Charles Poerson, Louis XIV en Jupiter
Légende vers 1655, huile sur toile, 166 × 143 cm, Musée de Versailles.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/627/img-2.png
Fichier image/png, 683k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Vergnes, « Des discours de la discorde : les femmes, la Fronde et l’écriture de l’histoire », Études Épistémè [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/episteme/627 ; DOI : 10.4000/episteme.627

Haut de page

Auteur

Sophie Vergnes

Sophie Vergnes est A.T.E.R. à l’Université de Toulouse II - Le Mirail. Agrégée d’histoire, elle achève une thèse intitulée « Les Frondeuses : mythes et réalités. Représentations, action et engagement politique des femmes de l’aristocratie (1643-1661) » sous la direction de Joël Cornette et Sophie Cassagnes-Brouquet. Elle a déjà publié « The princesse de Condé at the head of the Fronde des Princes : modern Amazon or femme prétexte ? » dans French History, vol. 22, n° 4, décembre 2008, pp. 406-424 et « De la guerre civile comme vecteur d’émancipation féminine : l’exemple des aristocrates frondeuses (France, 1648-1653) » dans Genre & Histoire, n°6, printemps 2010 (périodique électronique : http://genrehistoire.revues.org/index932.html).

Haut de page
  • OpenEdition Journals