Navigation – Plan du site
Les femmes témoins de l’histoire

Faire profession de témoignage : les pratiques d’écriture d’Anne-Marguerite Dunoyer (1707-1719)

Marion Brétéché

Résumés

En prenant en compte la totalité de l’œuvre d’Anne-Marguerite Dunoyer (1663-1719), cette étude souhaite mettre au jour les pratiques d’écriture qui ont permis à cette protestante française exilée aux Provinces-Unies de vivre de sa plume et de se proclamer auteure. Une telle perspective fait apparaître sa spécialisation dans la publication d’écrits ayant trait aux « affaires du temps » ainsi que l’élaboration au fil de ses ouvrages d’une figure de témoin lui permettant de rendre compte de façon singulière de l’actualité politique. Deux choix qui exploitent les spécificités du système de librairie hollandais d’Ancien Régime et expliquent comment elle a pu faire de l’écriture sa profession.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nationaal Archief, La Haye, 3.01.19, Papiers Heinsius, Inv. nr. 1873, copie de Dunoyer d’une lettre (...)

Anne-Marguerite Petit Dunoyer […] un pauvre auteur femenin qui tache de faire valoir du mieux qui lui est possible les petits talens que le ciel lui a donnés, qui en fait son gagne pain et qui sen sert aussi dans toutes les ocasions pour marquer son zelle pour lestat et pour les perssonnes de nos hautes puissances en leur particulier, pour lequelles elle continuera ses vœux et ses prieres, de mêmes que pour la prosperite de l’estat en general.1

  • 2 [Anne-Marguerite Dunoyer], Lettres historiques et galantes par Madame de C***. Ouvrage curieux [que (...)
  • 3 [Anne-Marguerite Dunoyer], Mémoires de Madame du N*** écrits par elle-même, Cologne, P. Marteau, 17 (...)
  • 4 [Anne-Marguerite Dunoyer], Œuvres meslées par Madame Du N***, qui peuvent servir de supplément à se (...)
  • 5 [Anne-Marguerite Dunoyer], Nouveau Mercure galant des cours de l’Europe, La Haye, E. Foulque, nov.- (...)
  • 6 [Lucas, Vérou, N. Gueudeville, A.-M. Dunoyer, J. Rousset de Missy, ?], La Quintessence des nouvelle (...)
  • 7 Aucune analyse exhaustive n’a été menée sur les revenus de Dunoyer. Pour un état de la question, vo (...)
  • 8 Sur cette question de l’autonomie des auteurs à l’époque moderne, voir l’étude fondatrice d’Alain V (...)

1C’est ainsi en auteur professionnel ayant toujours honoré les autorités hollandaises que, le 10 décembre 1714, Anne-Marguerite Dunoyer se présente aux députés des États Généraux des Provinces-Unies. Protestante convertie de force au catholicisme lors de son mariage en 1688, elle s’est enfuie de France en avril 1701 à l’âge de 38 ans, laissant son mari et emmenant avec elle ses deux filles et une partie des économies du couple. Installée à partir de 1703 à La Haye, elle se trouve dans une situation matérielle instable, souvent précaire. La parution en 1707 de son premier ouvrage intitulé Lettres historiques et galantes lui ouvre de nouvelles perspectives. En effet, à partir de cette date et jusqu’à sa mort, en 1719, Dunoyer ne cessera plus d’être auteur : elle publie, entre 1708 et 1717, six autres volumes de Lettres historiques et galantes2, édite, en 1709-1710, les cinq volumes de ses Mémoires3 augmentés d’un supplément l’année suivante4, fonde un mensuel en 17105 et rédige, du 2 avril 1711 au 29 mai 1719, le bihebdomadaire intitulé La Quintessence des nouvelles6. L’exilée vit désormais de sa plume, c’est-à-dire qu’elle subvient aux besoins de sa famille essentiellement grâce aux revenus que lui procurent ses écrits7, cas exceptionnel – a fortiori parmi la gent féminine – en ce temps où les droits d’auteur n’existent pas8.

  • 9 Voir, par exemple, Suzanna Van Dijk, Traces de femmes. Présence féminine dans le journalisme frança (...)
  • 10 Voir, notamment, Michel Gilot et Jean Sgard, « Le journalisme masqué. Personnages et formes personn (...)
  • 11 Même si elle n’est pas systématiquement au cœur de l’analyse, cette question semble être un passage (...)

2Plusieurs études ont été consacrées aux écrits de celle qui est considérée comme l’une des premières journalistes francophones9. De nature monographique, ces travaux ne les replacent, cependant, pas dans la production globale de l’auteure. Or, la mise en série de ses ouvrages permet de révéler les procédés d’écriture – et, en particulier, la construction d’une figure de témoin – par lesquels Dunoyer a pu vivre de sa plume. Cette approche conduit aussi à revenir, par un biais différent, sur deux des thèmes qui ont intéressé l’historiographie : d’une part, l’expression dans la Quintessence d’une subjectivité qui annoncerait celle du genre des « spectateurs »10, d’autre part, la question de la fictionnalisation des faits mis en récit dans ses différents ouvrages11

3Nous verrons donc comment cette auteure se spécialise dans la publication d’écrits ayant trait à l’actualité, puis par quels procédés elle parvient à faire le récit des « affaires du temps », avant de montrer comment ces deux choix – spécialisation thématique et actes énonciatifs – exploitent les spécificités du système de librairie hollandais, de manière à lui permettre de vivre de sa plume.

L’actualité d’Anne-Marguerite Dunoyer

  • 12 C’est-à-dire l’actualité, « les nouvelles de l’estat des choses du monde » selon la définition prop (...)

4Malgré la somme de pages publiées et la diversité des genres mobilisés, la production imprimée de Dunoyer présente une réelle cohérence. Celle-ci repose sur une unité thématique : les « affaires du temps »12, objet central – bien que plus ou moins explicite – de chacune de ses publications.

  • 13 Dans le Mercure galant, ce dispositif éditorial de la fiction épistolaire – le Mercure était adress (...)
  • 14 LHG, Tome 5 [1712, 1ère éd.], Avis au lecteur.

5Cette caractéristique thématique relève de l’évidence dans le cas des deux ouvrages périodiques de Dunoyer. Le Nouveau Mercure galant des cours de l’Europe a été fondé par l’auteure en novembre 1710. Ce mensuel reprend la formule éditoriale du Mercure galant publié à Paris depuis 1672, tout en se donnant pour vocation d’en pallier les défauts, surtout sa timidité. Chaque livraison se compose d’une lettre envoyée par une dame installée à la Cour de France à une amie de province13, lettre dans laquelle sont rapportés des anecdotes mondaines et galantes, des commentaires politiques et militaires et des pièces en vers. Ce Nouveau mercure ne connaît, cependant, que deux livraisons, brièveté que Dunoyer justifie par le décès de l’éditeur14. La Quintessence des nouvelles est, quant à elle, une feuille d’information bihebdomadaire qui se veut un condensé des gazettes. Elle contient donc, pour l’essentiel, des informations politiques très brièvement commentées mais se distingue de la presse politique ordinaire par l’ajout de vers, d’anecdotes, de portraits, etc. Dans ces deux ouvrages, l’actualité est l’objet même de la publication, bien qu’il ne s’agisse pas seulement d’informer, mais aussi d’instruire, de divertir et d’amuser le lecteur.

6Dans les Mémoires de Madame du N*** écrits par elle-même, la présence des « affaires du temps » est moins explicite : l’ouvrage s’apparente à un récit de vie dont la fonction est avant tout de justifier certains des choix pris par l’auteure de manière à faire taire les calomnies qui l’assaillent au moment de la publication. Dunoyer justifie en particulier sa conversion au catholicisme avant son mariage, les circonstances de son départ de France et la vie indépendante qu’elle mène désormais avec ses filles. À titre d’exemple, les Mémoires jouent ainsi un rôle de factum dans les procès qui l’opposent à Jean Cavalier, le chef camisard. Celui-ci l’aurait dépouillé de ses biens en lui promettant d’épouser l’une de ses filles et il s’agit pour elle de publier sa version des faits et de convaincre l’opinion des outrages commis à l’encontre de sa famille. Loin d’être un témoignage supplémentaire produit par une réfugiée afin de rendre publiques les exactions commises à l’encontre des protestants de France, les volumes s’inscrivent donc dans le présent immédiat de son auteure et héroïne qui, par la plume, construit et défend sa réputation. Mais le contexte politique est également omniprésent. Car Dunoyer n’a de cesse de décrire le monde qui l’entoure puisque, selon elle, ce sont justement les événements politiques européens qui ont dicté son parcours et ses choix : la Révocation de l’Édit de Nantes, la constitution des Refuges protestants, la politique de conquête territoriale menée par Louis XIV.

7Dans les Lettres historiques et galantes, le rapport à l’actualité est plus inattendu et se complexifie. Ces sept volumes se présentent comme la publication d’une correspondance échangée par deux Françaises anonymes, l’une installée à Paris, l’autre en voyage aux côtés de son mari, en province puis à l’étranger. Long de 3 296 pages, divisé en 111 lettres réparties en sept volumes et couvrant une période allant des années 1697 à 1715, l’ouvrage fait, en réalité, entendre deux voix qui s’expriment à la première personne, sur lesquelles le lecteur ne sait rien, qui ne se confient jamais et ne donnent aucun renseignement personnel. Les correspondantes se contentent de raconter les faits qu’elles estiment dignes d’être rapportés parce qu’ils susciteront la curiosité de leur destinataire. Malgré un style léger et la frivolité de certaines histoires galantes, le politique se trouve être, en fait, la ligne d’horizon de l’œuvre : pas une seule lettre n’omet la question de la guerre, des misères qu’elle engendre ou de l’issue des batailles ; les actions des grands et des souverains sont décrites au fil des missives, prétexte à commenter la politique qu’ils conduisent ; les divisions religieuses, la répression à l’égard des mal-sentants de France, le poids des impôts sont autant de thèmes qui préoccupent les deux correspondantes et rythment leur échange.

  • 15 Cologne, P. Marteau [La Haye, P. Husson], 1713, 1ère éd.
  • 16 Le terme est ici employé au sens premier où l’entendent les contemporains comme le « récit de quelq (...)

8Mais si, dans les trois premiers volumes, ces considérations concernent des événements historiques, au sens de passés au moment de la publication, progressivement le propos des correspondantes se transforme jusqu’à devenir un compte rendu de l’actualité politique du temps présent. Sans que le titre ou la forme employée ne soient modifiés, le contenu et le ton de l’ouvrage changent. L’acmé de ce processus se trouve dans le titre du tome six : Lettres historiques et galantes, où l’on trouve les plans et la description de la Ville d’Utrecht ; une relation de ce qui s’y est passé de plus particulier pendant la tenuë du Congrés ; avec les armes de tous les ambassadeurs15. Avec ce volume, les Lettres se transforment en « relation »16 d’un événement politique international de première envergure alors même qu’il est en train de se dérouler, modifiant ainsi la nature même de l’ouvrage sans que, pourtant, l’auteure prenne la peine de s’en justifier. Cette invasion de l’actualité dans les Lettres historiques a été progressive, rendue possible par la confluence du temps de l’écriture avec celui des événements rapportés. En effet, tandis que le premier tome, publié en 1707, est consacré à des faits datant de 1697, au fil des volumes les événements mis en récit se rapprochent de l’époque de publication. Édité en 1708, le tome deux s’intéresse aux années 1700-1703 ; le tome trois, paru en 1710, poursuit jusqu’en 1706 et c’est finalement avec le tome quatre, imprimé en 1711, que la contemporanéité entre l’écriture et les faits devient effective puisque ce volume s’interrompt en mars 1711. De façon significative, cette concomitance entre les événements racontés et la publication a été permise par l’interruption, dans le dispositif littéraire, de la correspondance durant trois années, interruption qui est justifiée au début du tome quatre par les voyages de l’une des dames. Dès lors, le décalage entre les faits et l’écriture ne va cesser de se réduire, jusqu’à atteindre une simultanéité quasi parfaite dans le tome six, publié l’année même du congrès d’Utrecht.

  • 17 En exergue de la première lettre, on trouve en effet le sous-titre suivant : « Lettres historiques (...)
  • 18 Alain Nabarra pose la question de l’authenticité des LHG dans « Correspondances réelles, correspond (...)
  • 19 Par exemple : Pierre Bayle, Nouvelles de la République des Lettres, Amsterdam, P. Mortier, juillet (...)
  • 20 Sur les gazettes, voir, Henri Duranton, Claude Labrosse et Pierre Rétat (éd.), Les gazettes europée (...)

9Néanmoins, considérer cet ouvrage comme relevant de l’actualité peut paraître paradoxal car, si les Lettres se présentent comme la transcription d’une correspondance réelle17, il est nécessaire de nuancer cette déclaration de l’auteure qui participe au dispositif fictionnel qu’elle met en œuvre18. Nombre de contemporains nient, en effet, l’authenticité de cette correspondance19 qui, pour autant qu’elle n’ait pas été créée de toutes pièces, est si ostensiblement transformée en objet de publication – on pourrait dire « littérarisée » – que les marqueurs liés à sa réalité effective ont disparu. Les Lettres ne contiennent aucune date ou précision biographique et, si certains éléments des trois premiers volumes rappellent le parcours de l’auteure, les écarts ne cessent de se multiplier dans les tomes suivants, si bien que savoir dans quelle mesure elle est authentique n’a plus grand sens. Dunoyer publie un écrit qui n’a pas d’enjeu autobiographique et quand bien même s’appuierait-elle pour le rédiger sur un matériau de cette nature, c’est pour en faire tout autre chose, en l’occurrence un récit d’actualité. On entend par là une narration continue des événements qui ont marqué la sphère politique au moment de la publication, qui se distingue donc des gazettes – forme journalistique la plus répandue à l’époque – dans lesquelles les nouvelles se succèdent sans mise en relation les unes avec les autres20. Dès lors, la fiction épistolaire s’impose comme un choix d’auteur pour mener ce récit d’actualité et lui conférer une certaine originalité. Mais puisque toute narration de ce type implique un rapport ténu à la réalité qu’il convient de créer lorsque l’ouvrage repose sur une mise en scène fictionnelle, Dunoyer emploie des procédés d’écriture qui lui permettent de rendre crédible cette correspondance, et par là même, son récit.

Des procédés d’écriture pour faire le récit des « affaires du temps »

  • 21 Sur la première théorisation de cette notion, voir Roland Barthes, « L’Effet de réel », Communicati (...)
  • 22 LHG, Tome 1, 4 éd., P. Marteau [P. Husson].
  • 23 Voir, par exemple, LHG, Lettre 7, 9, 19.
  • 24 Voir, notamment, LHG, Lettre 18.

10Dans les Lettres, nombre de détails concrets ont ainsi pour rôle de produire un effet de réel21 : par exemple, l’action de la rédaction des lettres est mise en scène jusqu’à devenir le sujet de l’un des frontispices22, la valeur d’une telle correspondance dans une société où tous sont avides de nouvelles est affirmée à maintes reprises23 tandis que la lenteur des courriers est déplorée24. Dans cette construction d’un contexte d’énonciation, les emprunts faits au parcours biographique de Dunoyer jouent un rôle essentiel, le plus marquant d’entre eux étant que la Provinciale suit, dans les grandes lignes, l’itinéraire qui a conduit l’auteure de Nîmes à La Haye.

  • 25 La provinciale présente ainsi la façon dont elle va procéder : « Je vous en donnerai de tems en tem (...)
  • 26 LHG, Lettre 20.

11D’autres effets de réel s’expliquent par la nature des informations vouées à être publiées dans l’ouvrage et à la représentation que l’auteure – et plus largement la société de son temps – se fait d’un bon récit d’actualité. Les nouvelles doivent être fraîches et inédites : par exemple, lorsque la provinciale retranscrit le Nouveau Mercure galant à l’attention de la Parisienne, elle refuse de rapporter les faits de guerre, trop anciens pour être curieux25 ; la Parisienne, quant à elle, ne détaille pas le mariage du duc de Bourgogne puisqu’elle « ne pourroi[t] vous rien apprendre de nouveau là-dessus et que vous aurez pû voir dans le Mercure Galand tout ce qui s’est passé à cette Cérémonie. »26 En revanche, le paragraphe suivant contient une anecdote sur la consommation de ce mariage dans laquelle l’épistolière n’hésite pas à rapporter au style direct une conversation entre Louis XIV et son petit-fils. Cet emploi du style direct est très fréquent dans les Lettres. Dans la quatrième lettre, Dunoyer retranscrit ainsi un dialogue qui aurait eu lieu dans la chambre même de Madame de Maintenon entre Louis XIV et Pontchartrain, contrôleur général des finances. Ce procédé permet de donner du rythme à sa narration, d’humaniser son discours politique et de se démarquer un peu plus encore du traitement ordinaire de l’actualité, notamment dans les gazettes et dans les mercures.

12Au-delà des préoccupations liées à la fraîcheur des renseignements, les correspondantes insistent aussi sur la provenance des nouvelles dont elles précisent presque toujours l’origine. Cela est en particulier visible dans les lettres de la provinciale, au point de faire apparaître quelques méthodes et circuits d’accès à l’information : la propre observation de l’épistolière, le récit d’un tiers, rapporté par une connaissance ou par un ami quand il ne vient pas de la bouche même du principal intéressé. À la lire, ses sources sont donc de première main, inédites et le plus souvent orales, au plus proche de l’action. Dans tous les cas, l’auteure entretient un lien personnel avec celui qui est à l’origine de la nouvelle, voire avec celui qui en est l’acteur.

  • 27 Le cas de la Quintessence est sans doute exemplaire de cette singularité de la pratique d’écriture (...)
  • 28 On pourrait également ajouter l’emploi d’un ton badin (voir, sur cette question, l’article d’Alain (...)

13En mêlant considérations générales et communément admises, faits autobiographiques et témoignages mis en scène pour attester de leur exactitude, Dunoyer accrédite la correspondance des deux dames, et par là, sa narration d’actualité. La mise en série de ses publications a ainsi permis de faire surgir l’une des singularités de la prise de plume de cette auteure : sa spécialisation dans la mise en récit de l’actualité ; mais aussi l’originalité, en ce début de XVIIIe siècle, des registres et des procédés d’écriture qu’elle emploie pour rendre compte des nouvelles politiques27 : le recours à une fiction épistolaire et une forte utilisation du « je »28. Mais Dunoyer va au-delà : elle élabore, au fil de ses ouvrages, une figure énonciative pour soutenir son récit d’actualité, celle d’un témoin des événements. Du fait de la tension inhérente à l’œuvre, entre mise en scène fictionnelle et actualité, la provinciale des Lettres s’impose comme la plus belle illustration de cette figure qui irrigue toute son œuvre en réapparaissant dans chacun de ses ouvrages.

14C’est dans le compte rendu du congrès d’Utrecht, soit à partir de la lettre 89 du tome six, que cette construction d’une figure de témoin de l’actualité apparaît avec le plus d’acuité. Dans un premier temps, la provinciale qui se trouve à Aix-la-Chapelle répond favorablement à la demande d’information de sa correspondante en se procurant des mémoires :

[…] puisque vous vous plaignez de la briéveté de mes narrations et que vous en demandez une plus étenduë sur le chapitre d’Utrecht, vous pouvez compter que vous serez servie à votre mode. Je m’en vais apprendre la Carte de ce païs là. Quand il faudroit pour cela faire un second voïage, la pénitence ne seroit pas aussi rude que vous pourriez bien vous l’imaginer car le sejour d’Utrecht est fort agréable [….]

  • 29 LHG, Lettre 89, tome 5.

Je crois cependant que je pourrai contenter votre curiosité sans sortir d’ici : donnez-moi seulement le tems de m’instruire de tout ce que vous voulez savoir ; après quoi je vous mettrai en état de parler d’Utrecht devant les Hollandois sans craindre de tomber dans le défaut du Singe dont parle La Fontaine qui, pour avoir apellé le Pirée son cousin, fut replongé dans la mer. Vous ne devez pas craindre de faire un pareil qui pro quo. Reposez-vous en sur moi et croiez que tout ce que je vous dirai de ce beau Théatre, à present si fort à la mode, sera aussi sûr qu’il est sûr que je suis, etc…29

  • 30 LHG, Lettre 91.

15Sa lettre suivante contient donc dix-sept pages consacrées à un historique de la ville d’Utrecht, composé à partir de mémoires qu’elle dit s’être procurés. Sans réel fil conducteur démonstratif, le passage s’apparente à une compilation de sources de seconde main. Néanmoins, la correspondante ne tarde pas à restaurer sa position d’acteur de l’information, comme si elle refusait d’être une simple transcriptrice de celle-ci. Ainsi, dès la fin de la narration historique, elle ajoute : « Je ne sçaurois m’empêcher, après vous avoir parlé des Antiquitez d’Utrecht, de vous faire part d’une avanture qui m’est arrivée sur ce sujet. »30 S’ensuit alors le récit d’une conversation sur le calvinisme de la ville, menée avec le Hollandais qui lui a fourni les mémoires historiques. C’est elle qui initie l’échange avec ses questions retranscrites au style direct dans la lettre. Par cette mise en scène, la Provinciale reprend l’initiative et se présente à nouveau comme le centre de production de l’information, information qui devient par là-même inédite.

  • 31 Ibid.
  • 32 Ce genre périodique est l’objet de ma thèse de doctorat, en cours de rédaction. Pour une première a (...)
  • 33 Il s’agit des lettres 95 et 96.
  • 34 LHG, Lettre 94.

16Dès la lettre suivante, l’auteure va plus loin dans l’élaboration de cette figure de témoin puisque, désormais, les missives sont envoyées d’Utrecht où la provinciale s’est rendue, comme elle l’avait annoncé dans le courrier précédent : « […] lorsqu’il s’agira de vous parler du Congrés, j’irai moi-même sur les lieux m’instruire de ce qui s’y passe afin de pouvoir vous en parler sçavamment. »31 Cette longue lettre de cinquante pages ouvre la relation du congrès à proprement parler. Elle se compose pour l’essentiel de documents diplomatiques publiés lors des négociations et repris dans les journaux de Hollande : lettre circulaire de la reine d’Angleterre pour la réunion du congrès, propositions de paix, règlement entre les plénipotentiaires à propos du cérémonial, etc. Il ne s’agit donc pas de pièces inédites et Dunoyer se contente de les publier, c’est-à-dire qu’elle n’y ajoute pas, comme à son habitude, une mise en situation fictionnelle. Dans cette lettre, comme dans tout le tome, l’auteure utilise les procédés employés dans les « mercures historiques et politiques », ouvrage périodique politique s’il en est32. Progressivement, l’invasion de l’actualité politique la plus brûlante est totale, fruit d’une alternance de documents diplomatiques et de commentaires sur les événements, au détriment des anecdotes sans lien avec le congrès. C’est bien là ce qui constitue l’essentiel du tome, à tel point que la provinciale publie deux lettres d’affilée, ce qui n’arrive à aucun autre moment dans l’ouvrage33. A contrario, les courriers en provenance de Paris ne changent pas de style, mêlant nouvelles politiques, récits galants et anecdotes. Toutefois, la Parisienne ne cesse de commenter les missives de sa correspondante, d’en vanter les mérites et de se féliciter de bénéficier d’informations in situ. Selon elle, « il est certaines circonstances dont on ne peut être bien informées que sur les lieux »34.

  • 35 Pour une réflexion autour de cette question du témoignage dans des écrits du XVIIe siècle voir Chri (...)

17Ce sixième tome est ainsi celui dans lequel la tension interne de l’ouvrage entre récit d’actualité et mise en scène de celle-ci, au service d’un propos à la fois politique et divertissant, se fait la plus visible. Mais c’est aussi le volume dans lequel les correspondantes construisent de la façon la plus évidente la figure de la provinciale comme celle d’un témoin de l’histoire35. Elle est celle qui voit, qui entend, qui questionne. Véritable catalyseur et réceptacle des informations, elle les suscite puis les diffuse parce qu’elle sait être au bon endroit au bon moment. C’est au nom de cette position, qui est érigée au fil des pages en une figure idéale, que la provinciale est à même de renseigner son amie. Dans la lettre 102, la provinciale le dit explicitement lorsqu’elle s’apprête à décrire les cérémonies suite à la signature de la paix :

  • 36 LHG, Lettre 102.

Mais il me semble qu’en vous parlant de la Paix et des divers éfets qu’elle produit, je devrois vous parler aussi des réjouissances qu’on a faites en Hollande pour cette Paix, d’autant mieux que je puis vous en parler comme témoin oculaire car je me rendis à la Haye.36

18Sans céder pour autant aux tentations autobiographiques suscitées par les effets de réel liés à la nature épistolaire de l’ouvrage, on peut peut-être considérer cette figure de la provinciale comme un reflet de Dunoyer elle-même. C’est ce que suggère l’un de ses contemporains.

  • 37 [Casimir Freschot], Histoire amoureuse et badine, op. cit. Voir également : Véritable clef par laqu (...)
  • 38 Ibid., p. 244.

19L’Histoire amoureuse et badine du Congrès d’Utrecht de Casimir Freschot est publiée à Liège peu après la réunion diplomatique37. Il s’agit d’une relation « de ce qui s’étoit passé de joyeux au congrés d’Utrecht » selon les mots de l’Avis au lecteur, c’est-à-dire d’un recueil d’anecdotes à clef concernant les grands personnages présents dans cette ville lors du congrès. L’ouvrage, qui emprunte la forme épistolaire, compte treize lettres : la onzième est entièrement consacrée à Dunoyer, témoignage frappant de la place publique qu’elle occupe. Cette lettre de trente pages se compose d’un portrait physique, d’une présentation de sa position sur la scène publique et d’une critique du sixième tome des Lettres. Il n’y a pas de doute possible, Freschot dresse bel et bien le portrait d’un auteur ou, pour reprendre ses mots, d’« une Héroine qui s’est fait recevoir au Parnasse par les beaux esprits par une hardiesse rare à celles de son sexe, dont il y en a si peu qui réussissent »38. Freschot commente ensuite le nouveau volume des Lettres.

  • 39 Ibid., p. 255, 261-262 et 272.
  • 40 Ibid., p. 255. Freschot reprend ici le sobriquet employé par ses contemporains pour désigner Dunoye (...)

20À trois reprises, il indique sur le ton de l’évidence que cette correspondance est fictive39 : ainsi « Madame de Paris » et « Madame de Campagne » ne font « qu’une Madame Kurkila »40. Bien que cela puisse paraître paradoxal, ce déni d’authenticité n’empêche pas Freschot d’identifier Dunoyer avec une seule des deux correspondantes, en l’occurrence celle que nous avons appelée la provinciale, à tel point qu’à la dix-neuvième page de sa lettre il ne tente même plus de cacher l’identité de l’auteure qu’il désigne désormais sous le qualificatif de « Madame D. N. » Deux pages plus loin, il attribue les mots de la provinciale à Dunoyer elle-même et l’ignorance de la seconde à la première :

  • 41 Ibid., p. 264.

Madame l’Auteur avoüe qu’un homme de condition lui avoit fourni les memoires sur lesquels elle écrivoit et il faut bien que la chose soit ainsi puis qu’elle n’entend ni le latin ni le flamend dans lesquelles langues on {trouve} écrite l’Histoire d’Utrecht.41

21À suivre Freschot, il y a bien concordance entre Dunoyer et la provinciale, cette dernière n’étant qu’une figure masquée de l’auteure, élaborée pour servir le propos politique qu’elle entend publier :

  • 42 Ibid., p. 272.

Car on s’imagine que le nom qu’elle [Dunoyer] se donne de Catholique dans ses Lettres Galantes n’est que pour rendre plausible le commerce qu’elle fait semblant d’avoir avec une Dame de Paris et un masque dont elle se couvre pour lancer des traits contre cette religion. Mais comme elle n’a jamais pensé veritablement à se preparer au quivala, ce n’est pas merveille si elle fut bientôt confondue.42

  • 43 Sur la notion de « posture d’auteur » empruntée à la sociologie, voir l’étude pionnière de George M (...)

22Freschot vient ici corroborer l’hypothèse du reflet : derrière la provinciale, c’est bien elle-même que Dunoyer donne à voir et c’est sa propre posture43 qu’elle tente de rendre visible et de valoriser.

  • 44 Casimir Freschot, Histoire amoureuse, op. cit., p. 259-260.

23Néanmoins, au vu des critiques formulées par Freschot à la suite de sa lecture, cette tentative de valorisation s’avère plutôt un échec. Il se propose, en effet, de commenter le contenu du sixième tome des Lettres et, notamment, d’en relever les « endroits fort bas » et de « découvrir certains deffauts de jugement qui sautent aux yeux de moins éclairez en fait de Chronologie et d’Histoire »44, si bien que, selon lui, Dunoyer se fera censurer par les critiques « toutes les fois qu’elle se hazardera de parler d’Histoire, de Politique ou de Religion, qui ne sont point de sa competence ». Le jugement est sans appel dans le domaine de l’érudition mais il s’étend également aux qualités de témoin de l’auteure :

  • 45 Ibid., p. 267-268.

Mais ce n’est pas dans l’Histoire seule et où il s’agit du raisonnement que Madame D. N. montre d’être peu instruite : c’est dans la connoissance du materiel même de la Ville dont chacun se peut instruire par ses yeux. Elle avoit promis à Madame sa correspondante d’y aller expressement pour s’en informer et pour prendre part, comme elle l’insinue adroitement, aux plaisirs qui y regnent. […] Elle n’a pas dû faire un voyage aussi long qu’il y a d’Aix-la-Chapelle à Utrecht pour aller du lieu ou elle étoit dans cette derniere Ville. Mais bien loin que sa qualité lui ait donné les moyens de prendre part aux divertissements publics, elle y a été en un état tres pauvre et seulement pour Mendier quelques gratifications des Ambassadeurs. C’est pourquoy elle est si mal instruite des choses dont les plus idiots peuvent prendre connoissance.45

  • 46 Peut-être d’autant plus qu’il a lui-même publié la même année une Histoire abrégée de la ville et p (...)

24Les critiques de Freschot sont sérieuses et, dans l’ensemble, fondées. À le lire, Dunoyer n’a ni le savoir nécessaire pour tenir un propos historique exact46, ni les moyens financiers et sociaux d’être le témoin d’un événement politique si important. Néanmoins, à aucun moment il n’attaque Dunoyer dans sa fonction d’auteure et ne lui retire sa légitimité à écrire. Il reconnaît au contraire son succès et, s’il retranscrit les moqueries portées à son encontre, il ne fait pas de surenchère, se contentant d’établir la liste des imprécisions de son ouvrage. Par ailleurs, il convient de noter que ses critiques ne concernent qu’une part minime de l’ouvrage, contenue, en outre, dans une seule des lettres. En effet, Freschot ne fait référence qu’à la lettre 91, celle qui renferme l’historique et la description de la ville d’Utrecht. Ce qu’il lui reproche, c’est bel et bien cette incursion dans un domaine qu’elle ne maîtrise pas, qui n’est pas de « sa compétence ». A contrario, il semblerait donc que toutes les autres lettres de l’ouvrage soient de « sa compétence » puisqu’il ne les critique pas. Or, de quoi est composé le reste de l’ouvrage ? D’historiettes comme dans les autres volumes, mais aussi et surtout de récits d’actualité, de publication de pièces, de commentaires politiques sur les événements en cours. Freschot le dit explicitement :

  • 47 Casimir Freschot, Histoire amoureuse, op. cit., p. 272-273.

Son fort est de rapiecer de petites historiettes déjà usées, de repeter, comme elle fait dans ce 6ième Tome ce qu’elle a fait dans les autres, les gazettes et les relations des sieges et des batailles qu’elle a lû ailleurs, de tailler à torts et à travers des Jansenistes et des Jesuites et de larder ce beau mélange de petits vers le plus souvent fades et estropies. Tout cela passe à la faveur de son discours souvent assés poli.47

25Freschot le confirme, si besoin était, le domaine de prédilection de Dunoyer relève bel et bien de l’actualité. Mais son « fort » tient aussi à une manière d’écrire qui « rapièce », « répète », « taille » et « larde ». Freschot donne ici un indice pour comprendre les pratiques d’écriture de Dunoyer, pratiques qui n’apparaissent dans toute leur ampleur que si l’on envisage la production de cette auteure dans sa totalité. La lecture filée de ses différents ouvrages permet, en effet, de faire apparaître l’idée que Dunoyer pratique ce que l’on pourrait appeler une écriture de la réécriture et ce, à divers niveaux. Or, c’est justement sa spécialisation dans l’actualité et le réemploi, au fil de ses livres, de cette figure de témoin qui lui donnent la possibilité de la mettre en œuvre.

De l’écriture à la réécriture : des pratiques exemplaires de la libraire hollandaise d’Ancien Régime

  • 48 Même si Freschot ne compte pas au nombre des raisons de son succès sa façon de « tailler à torts et (...)

26À un premier niveau, Dunoyer nourrit très largement ses propres œuvres des écrits publiés par d’autres auteurs, et cela sans toujours le dire de façon explicite. Dans le cas du Nouveau Mercure galant, elle s’inspire du Mercure galant français : elle en reprend l’argument et la forme épistolaire, tout en en faisant un modèle à dépasser car trop censuré. La frontière entre inspiration et imitation est ténue et une étude comparée plus approfondie permettrait de voir dans quelle mesure elle lui emprunte aussi des articles. Au-delà de la forme, Dunoyer trouve également matière dans le contenu même des ouvrages de ses contemporains. Sa Quintessence se présente ainsi comme un condensé des gazettes, une sélection des informations politiques. Toutefois elle ne s’y limite pas puisqu’elle y introduit des contes, des histoires, des portraits, des pièces en vers, autant de formes que l’on retrouve, d’ailleurs, dans le Mercure galant. Ses Lettres historiques, quant à elles, s’apparentent à une vaste compilation de sources historiques, journalistiques et de pièces en tous genres publiées sous forme de feuilles volantes, périodiques ou non. Dans ces trois ouvrages, comme le dit Freschot, elle « rapièce » et « répète », si bien que sa remarque à propos des Lettres pourrait être appliquée à l’ensemble de l’œuvre de Dunoyer. D’après lui, l’originalité – et peut-être le succès – de cette auteure tient pour l’essentiel à ce qu’il appelle son « discours », c’est-à-dire à sa façon de faire tenir ensemble ces morceaux hétérogènes. La valeur de ses écrits résiderait donc, non dans le fond même de ses ouvrages – lui-même déjà bien connu des lecteurs – mais dans ce liant qui enserre, met en scène et commente les nouvelles. C’est-à-dire dans cette armature narrative qui, justement, repose sur la construction d’une figure de témoin et lui permet de transformer les informations politiques en récit d’actualité48.

  • 49 LHG, Lettres 77, 79, 81 et 83.
  • 50 « Catalogue de divers Livres nouveaux de Politique et sur les matiéres du tems, militaires et autre (...)
  • 51 À titre d’exemple, l’épitaphe du marquis de Pascal, gouverneur de la ville de Bruxelles, publiée da (...)
  • 52 Par exemple, voir dans la lettre 93, la publication de pièces ayant trait à la tenue du congrès d’U (...)

27Mais au-delà de ces emprunts en partie doublés d’une réécriture, Dunoyer procède aussi par re-publication, voire par auto-plagiat. L’illustration la plus évidente en est la re-publication du Nouveau Mercure Galant dans le tome cinq des Lettres49. Les deux livraisons de ce périodique n’étant pas annoncées dans le catalogue des livres en vente chez P. Husson – alors que l’on y trouve tous les autres ouvrages de Dunoyer50 –, cette pratique peut être interprétée comme le moyen de diffuser un ouvrage qui, du fait de la brièveté de sa parution, n’a pas dû beaucoup circuler. Néanmoins, on ne peut écarter l’hypothèse que cette re-publication soit par ailleurs le moyen de nourrir les Lettres qui, entre 1710 et 1713, paraissent au rythme soutenu d’un volume par an alors qu’à la même époque Dunoyer est aussi rédactrice de la Quintessence. C’est probablement ce même motif qui explique les effets de redondance entre la Quintessence et les Lettres. Or, ces redondances ont été permises par l’interruption fictive de trois années qui intervient au tome quatre des Lettres, publié en 1711, année même où, en avril, Dunoyer prend la tête de la Quintessence. La concordance entre le temps des événements et celui de l’écriture qui en découle relève ainsi d’un choix d’auteur qui permet aux Lettres de contenir les informations publiées dans les livraisons de la Quintessence durant les mois précédents. En effet, à partir du quatrième mais surtout du cinquième tome, le bihebdomadaire devient une sorte de canevas pour la rédaction des Lettres  : Dunoyer réutilise les mêmes liens logiques, les mêmes transitions pour passer d’un sujet à l’autre ; de manière à respecter la logique épistolaire, les nouvelles de France sont attribuées à la correspondante parisienne, les autres à la Provinciale. Au-delà de la trame, la Quintessence fournit aussi des éléments de contenu aux Lettres. Certains passages du périodique se retrouvent ainsi dans la correspondance : poèmes versifiés51, pièces politiques jusqu’alors absentes des Lettres52, mais aussi narrations, anecdotes et faits divers.

28Ces différents procédés mis en œuvre par Dunoyer apparaissent de façon très nette dans le fonctionnement en miroir de la Quintessence du 20 avril 1711 et de la lettre 74. Le récit de l’arrestation et de l’emprisonnement à la Bastille d’un prétendu alchimiste, au début de la livraison du périodique, est ainsi repris par la Parisienne dans les Lettres : si dans cette seconde version, l’anecdote est un peu plus détaillée, on retrouve néanmoins la même structure, la même conclusion sous forme de morale et souvent des expressions similaires. La mise en perspective du fait divers est également semblable puisque, dans les deux passages, la comparaison avec le cas de l’abbé Bucquoy, embastillé célèbre, est mobilisée. À la suite de cette nouvelle, dans les deux ouvrages, l’annonce du décès de la duchesse douairière d’Aumont joue un rôle de transition pour ensuite ironiser sur le décret pontifical qui interdit les prières pour les défunts dont l’orthodoxie catholique a été mise en doute. Néanmoins, parfois, de subtiles variations sont opérées lors de la réécriture, comme en témoignent les conclusions de l’affaire de l’alchimiste. Dans la Quintessence du 20 avril 1711, Dunoyer termine son article ainsi :

Voilà l’occasion de faire de l’or manquée car la Bastille n’est pas un Laboratoire fort propre à cela ; ainsi il faudra s’en tenir à la monnoye de papier qui est beaucoup plus aisée à faire et que le bon plaisir fait valoir autant qu’il lui plait. C’est ainsi qu’on peut appeler ces billets de monnoye de papier et autres de pareille nature qu’on est obligé de prendre pour argent content [sic] et sur lesquels on perd septente ou huitante pour cent. Je ne sçai si avec de telles especes, les Troupes [françaises] pourront être en état d’entrer si-tôt en campagne.

29Tandis que dans la lettre 74, elle conclut :

Quoi qu’il en soit, voilà l’occasion de faire de l’or tout à fait manquée ; car il n’y a pas aparence que ce prétendu chimiste se perfectionne dans cet Art au lieu où il est, la Bastille ne me paroissant pas un Laboratoire fort propre à cela : et quand il seroit vrai qu’il auroit cette Science si recherchée, et si peu trouvable, il n’y auroit guére d’aparence non plus qu’il voulût la mettre en pratique ; et la manière dont on s’y prend pour l’y engager n’est pas autrement fort engageante.

30Au-delà du réemploi évident de certaines formules, la mise en parallèle de ces deux extraits fait apparaître des différences signifiantes, notamment dans le point de vue adopté. Tandis que la nouvelliste – installée en Hollande et hostile à la politique de la France – émet des doutes quant aux capacités françaises à mener la guerre, la correspondante parisienne des Lettres n’évoque pas les méfaits de l’utilisation outrancière de la planche à billets par le gouvernement de Versailles. Ces écarts de discours sont nécessaires pour maintenir la fiction de l’existence de deux narratrices distinctes et mettent en évidence des figures de témoins différentes selon les supports éditoriaux.

  • 53 Bien que plus critiques à l’égard de la politique menée par Louis XIV, les lettres de la Provincial (...)

31En effet, de manière à respecter l’identité fictionnelle de ses correspondantes, Dunoyer modifie lors de la réécriture le point de vue : hollandais et protestant dans la Quintessence, il devient, dans les Lettres, celui de catholiques sujets du roi de France qui disent « nous » lorsqu’il s’agit des Français, se réjouissent des victoires de l’armée de Louis XIV, voire s’inquiètent pour la santé du roi. Les récits de la mort du Grand Dauphin (le 14 avril 1711) proposés dans les deux ouvrages sont caractéristiques de ce glissement. Dans la livraison de la Quintessence du 27 avril 1711 et dans la lettre 80, se trouvent deux poèmes en l’honneur du prince défunt ainsi qu’un commentaire sur l’annonce du nouveau successeur à la couronne de France, le duc de Bourgogne. La divergence des points de vue apparaît au moment d’interpréter cette succession. Selon la nouvelliste, à la mort de Louis XIV, le duc de Bourgogne, continuera la politique de son grand-père : il n’y aura donc pas de réel changement, si ce n’est que les oppositions s’amplifieront sûrement à la cour et que les Français perdront sans doute de leur ardeur au combat. D’après la correspondante Parisienne, au contraire, les préventions que certains entretiennent à l’encontre du dauphin sont illégitimes : élève de Fénelon et de Beauvilliers, il ne peut qu’avoir des « sentiments équitables »53. Cet exemple montre ainsi comment, à partir d’un substrat informatif identique, l’identité des narratrices vient modifier le propos qui est tenu par l’auteure selon les supports éditoriaux.

  • 54 Pour un exemple du ton employé par Dunoyer, voici le passage tiré de la QN du 13 avril 1711 : « Une (...)
  • 55 Le respect de l’identité française des deux correspondantes des Lettres explique sans doute leur pl (...)

32Au-delà du contenu même, la question de l’accès à l’information est aussi un paramètre essentiel de distinction entre ces figures de témoins. D’un ouvrage à l’autre, la même anecdote reprise quasiment mot à mot n’est ainsi pas attribuée à la même source. Alors que, dans la Quintessence, Dunoyer insiste sur la neutralité des voies par lesquelles elle a eu accès à l’information – mais c’est bien elle qui se l’est procurée –, dans les Lettres, elle ne cesse au contraire de préciser que la correspondante a été en contact personnel avec quelqu’un qui a vu, qui a entendu, qui a vécu… donc qui sait, selon une conception, répandue à l’époque, de l’information comme savoir fondé sur l’oralité et distinct d’un savoir savant lié à l’érudition. Pour illustrer cette réécriture de l’actualité qui passe avant tout par une modification de la mise en scène de l’accès à la nouvelle, on peut citer le récit de la mort d’un vieillard qu’elle entreprend dans la Quintessence du 13 avril 1711 et dans la lettre 70. Ce décès est, dans les deux cas, explicitement et dramatiquement attribué au poids de la fiscalité en France. Mais tandis que, dans la Quintessence, la nouvelliste a été informée de ce fait divers par le procès qui l’a accompagné, dans les Lettres, la correspondante tient son récit de l’un de ses amis, celui-là même qui a intenté la procédure judiciaire sans laquelle cette affaire n’aurait fait aucun bruit54. Ces écarts dans l’appréhension de l’information participent de la constitution de figures de témoins distinctes qui permettent de mieux appréhender la nature des ouvrages dont elles sont les narratrices mais aussi les conceptions de l’actualité mises en avant par Dunoyer dans ces deux ouvrages. Tandis que dans la Quintessence, l’auteure met en scène un détachement vis-à-vis de la quête de l’information – ce qui ne va pas à l’encontre de l’expression d’une certaine subjectivité –, dans les Lettres, ses correspondantes sont personnellement impliquées dans le récit des nouvelles. Si la journaliste et les épistolières sont toutes trois témoins des faits qu’elles rapportent, elles ne se tiennent pas à la même distance des événements et c’est ce qui explique les variations discursives55.

  • 56 C’est dans la lettre 70 (tome 5) que le premier emprunt à la QN (livraison du 6 avril 1711) a pu êt (...)
  • 57 « Jugez si pendant que de tous les côtez on couroit en foule à la Haye, où sa S. M. devoit faire qu (...)

33L’insertion de la Quintessence dans les Lettres est faite, dans un premier temps, de façon implicite, dissimulée dans le liant fictionnel56. Puis, progressivement, elle devient de moins en moins subtile. Si l’on tente de retracer les étapes de ce dévoilement du périodique dans la correspondance, c’est dans la lettre 87 que, pour la première fois, Dunoyer fait référence de façon explicite au journal. Dans ce passage, la Provinciale cite quelques vers de la Quintessence, sans toutefois en citer l’auteur. Néanmoins, dans la lettre 108, un nouveau pas est franchi lorsque, pour faire le récit de l’escale à La Haye de Georges Ier, nouveau souverain de Grande Bretagne, la provinciale cite la Quintessence et « Madame du Noyer qui en est l’Auteur ». Bien que la correspondante se soit rendue dans la capitale néerlandaise pour être au plus près de l’évènement57, elle se contente de recopier ce que la nouvelliste en dit da ns les livraisons de septembre et d’octobre 1713. Dans la lettre, la vingtaine de pages qui composent le récit s’apparente à une succession d’extraits, tirés de la Quintessence : le périodique est cité nommément sept fois, le nom de « Madame du Noyer » apparaît à quatre reprises et finalement, le seul passage où la provinciale ajoute un fait original aux propos de la journaliste, raconte comment l’auteure de la Quintessence a eu la chance de s’adresser aux monarques et de se voir gratifier de deux médailles d’or à leur effigie, l’une par le roi, l’autre par la princesse de Galles. Elle en aurait été témoin et retranscrit le poème que l’auteure de la Quintessence aurait rédigé pour l’occasion, avant de le publier dans son périodique. À la faveur d’un ultime retournement, les Lettres viennent ici accréditer les dires de la Quintessence et renforcer la réputation de Dunoyer-journaliste en tant que personnage public aux Provinces-Unies. Bien entendu, ces citations explicites du périodique donnent lieu, à chaque occurrence, à un commentaire sur la qualité, tant formelle qu’informative, de l’ouvrage.

34Ainsi, au-delà d’une invasion de l’actualité, on assiste dans ces derniers tomes des Lettres à une invasion de la Quintessence. La mise en évidence de ces reprises et réécritures permet de pénétrer dans les mécanismes de rédaction des Lettres. La Quintessence lui tenant lieu de source et de trame chronologique, on conçoit mieux comment Dunoyer a pu se passer de correspondances réelles pour rédiger son ouvrage et comment elle a pu mener de front les deux entreprises éditoriales. Seule l’identité du témoin nécessitait d’être modifiée de façon à respecter la nature du genre éditorial.

  • 58 L’Événement des plus rares ou l’Histoire du Sr. Abbé Comte de Bucquoy singuliérement son evasion du (...)

35Dans ces conditions, les Lettres s’imposent comme le troisième niveau de ce que l’on pourrait appeler une chaîne d’écriture : s’inspirant des gazettes et des mercures – galants ou politiques – pour rédiger la Quintessence, elle exploite cette réécriture pour en proposer une nouvelle version adaptée à un support différent, celui des Lettres. Or, Dunoyer a également élaboré un quatrième niveau à cette chaîne en publiant séparément des passages des Lettres. Ainsi, la nouvelle historique consacrée à l’abbé Bucquoy dans les lettres 71 et 73 est republiée, de façon autonome, dans un ouvrage composite intitulé L’Événement des plus rares58. Mais comment interpréter ces quatre couches successives de réécriture, cette chaîne de réutilisation d’un même matériau scripturaire ?

  • 59 Même si, par ailleurs, les écrits périodiques liés à l’actualité et leurs auteurs sont bien souvent (...)
  • 60 Sur cette question, voir notamment, Christiane Berkvens-Stevelinck, Hans Bots, P.G. Hoftijzer et Ot (...)
  • 61 [Claude Jordan], La clef du cabinet des princes de l’Europe, ou Recueil historique et politique sur (...)

36Bien entendu, Dunoyer n’est pas la seule à pratiquer ces emprunts, loin de là. La compilation et la réécriture sont des pratiques courantes sous l’Ancien Régime qui ne sont pas en elles-mêmes condamnées par les contemporains. Par ailleurs, c’est notamment sur ces procédés d’écriture que repose très largement la pratique journalistique59 : les gazettes sont la version imprimée et régulière de correspondances manuscrites, les mercures compilent les gazettes, les journaux littéraires reprennent des extraits et des résumés d’ouvrages. Le degré d’originalité et la valeur de ces écrits varient donc selon les types éditoriaux et les auteurs, la qualité de leur style, la sélection des informations et, bien sûr, leur analyse. L’œuvre de Dunoyer permet ainsi de faire apparaître cet élément essentiel à notre compréhension des pratiques de librairie d’Ancien Régime – tout particulièrement hollandaise puisque celle-ci est le centre de la production journalistique60 –, sur lequel on insiste peut-être trop peu, à savoir la circulation des écrits. Il semble, en effet, exister une sorte de pot commun de nouvelles imprimées : Dunoyer y pioche mais en fait également partie comme l’atteste la reprise, dans le numéro de janvier 1712 de la Clef du cabinet des Princes de l’Europe61, d’une épigramme publiée dans la livraison du 8 décembre 1711 de la Quintessence. Dès lors, comment affirmer qu’elle est bel et bien l’auteure de ce poème ? À travers ces quelques exemples, le cas de Dunoyer invite ainsi à prendre davantage en compte la diversité des pratiques d’écriture qui, en ce début de XVIIIe siècle, autorisent un individu à revendiquer le statut d’auteur.

37C’est dans ce cadre global que s’inscrit la pratique d’écriture de Dunoyer, par ailleurs spécifique en terme de ton, de style ou encore de genres employés. Mettre en évidence cette écriture de la réécriture permet de comprendre comment Dunoyer a pu vivre de sa plume, c’est-à-dire subvenir à ses besoins grâce à ses publications sans bénéficier de charge ou de pension. En multipliant les réécritures, et ainsi les manuscrits rétribués, elle est parvenue à accroître ses sources de revenu. C’est sans doute cette dimension alimentaire de son écriture qui explique ses réutilisations en chaîne des mêmes écrits. Alors que le journalisme était la seule pratique de librairie assurant des revenus réguliers, Dunoyer a appliqué à d’autres objets éditoriaux les procédés d’écriture liés à la périodicité. Néanmoins, cette pratique de la réécriture n’allait pas de soi : encore fallait-il exercer sa plume dans un domaine et selon des configurations énonciatives qui la rendait possible. C’est finalement sa spécialisation dans l’actualité, doublée d’une diversification des supports mobilisés et soutenue par une figure de témoin, qui lui a permis de développer cette écriture de la réécriture et par là-même, de vivre de sa plume. Mais surtout, « faire profession de témoignage » lui a permis de revendiquer un statut social et professionnel, c’est-à-dire de se proclamer auteure et d’être reconnue comme telle, fait exceptionnel pour l’époque, a fortiori pour une femme.

Haut de page

Notes

1 Nationaal Archief, La Haye, 3.01.19, Papiers Heinsius, Inv. nr. 1873, copie de Dunoyer d’une lettre, adressée par elle aux États Généraux de Hollande, dans le but d’obtenir une pension, La Haye, 10 déc. 1714.

2 [Anne-Marguerite Dunoyer], Lettres historiques et galantes par Madame de C***. Ouvrage curieux [que j’abrégerai désormais LHG], Cologne, P. Marteau [La Haye, P. Husson], 1707-1717, 7 vol. in-12. Contrairement à ce qui a pu être écrit parfois dans l’historiographie, du point de vue éditorial stricto sensu, il ne s’agit pas d’un périodique. Alain Nabarra propose une date de première édition pour chacun des volumes dans la notice qu’il a consacrée à l’ouvrage dans le Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Jean Sgard (dir.), Paris-Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1991, vol. 2, p. 745-749. Les Lettres furent de nombreuses fois réimprimées et rééditées tout au long du XVIIIe siècle. Si le texte de ces éditions successives ne varie guère, en revanche la répartition des lettres en volume a été modifiée. D’une édition à l’autre, seule la numérotation des lettres reste un repère fixe. N’ayant pu, pour des raisons de conservation, consulter toujours les mêmes exemplaires, ni même une seule édition, je n’indiquerai donc en référence que les numéros des lettres.

3 [Anne-Marguerite Dunoyer], Mémoires de Madame du N*** écrits par elle-même, Cologne, P. Marteau, 1709-1710, 5 vol. in-12.

4 [Anne-Marguerite Dunoyer], Œuvres meslées par Madame Du N***, qui peuvent servir de supplément à ses mémoires, Cologne, « Chez les héritiers du défunt », 1711, in-12.

5 [Anne-Marguerite Dunoyer], Nouveau Mercure galant des cours de l’Europe, La Haye, E. Foulque, nov.-déc. 1710, 2 livraisons mensuelles. Un seul exemplaire a pu être, à ce jour, localisé ; il se trouve à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Rb 52ter.

6 [Lucas, Vérou, N. Gueudeville, A.-M. Dunoyer, J. Rousset de Missy, ?], La Quintessence des nouvelles [que j’abrégerai désormais QN], La Haye, Uytwerf [plusieurs éditeurs sous ce pseudonyme], 1689-1730, bihebdomadaire pt. in-fol.

7 Aucune analyse exhaustive n’a été menée sur les revenus de Dunoyer. Pour un état de la question, voir la notice consacrée à Dunoyer par Alain Nabarra dans le Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, Jean Sgard (dir.), Paris-Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1999, vol. 1, p. 272-276.

8 Sur cette question de l’autonomie des auteurs à l’époque moderne, voir l’étude fondatrice d’Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’Âge classique, Paris, Éd. de Minuit, 1983, mais aussi l’article de Geoffrey Turnovsky, « “Vivre de sa plume” : réflexions sur un topos de l’auctorialité moderne », Revue de Synthèse : « L’histoire par le livre », 128. 1-2, 2007, p. 51-71.

9 Voir, par exemple, Suzanna Van Dijk, Traces de femmes. Présence féminine dans le journalisme français du XVIIIe siècle, Amsterdam et Maarsen, APA-Holland UP, 1988, p. 83-133 et Henriette Goldwyn, « Mme du Noyer : Dissident memorialist of the Huguenot diaspora », in Colette H. Winn et Donna Kuizenga (eds.), Women Writers in Pre-Revolutionary France. Strategies of Emancipation, New York and London, Garland Publishing, 1997, p. 117-126.

10 Voir, notamment, Michel Gilot et Jean Sgard, « Le journalisme masqué. Personnages et formes personnelles », in Pierre Rétat, Le Journalisme d’Ancien Régime. Questions et propositions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1982, p. 285-313 et Suzanna Van Dijk, Traces de femmes, op. cit.

11 Même si elle n’est pas systématiquement au cœur de l’analyse, cette question semble être un passage obligé de toutes les études portant sur l’œuvre de Dunoyer.

12 C’est-à-dire l’actualité, « les nouvelles de l’estat des choses du monde » selon la définition proposée par Furetière dans son Dictionnaire universel, Rotterdam, 1690.

13 Dans le Mercure galant, ce dispositif éditorial de la fiction épistolaire – le Mercure était adressé à une « dulcinée » – est abandonné par Dufresny lorsque celui-ci prend la direction de la revue en juin 1710. Dunoyer s’inspire donc de la version initiale du périodique parisien.

14 LHG, Tome 5 [1712, 1ère éd.], Avis au lecteur.

15 Cologne, P. Marteau [La Haye, P. Husson], 1713, 1ère éd.

16 Le terme est ici employé au sens premier où l’entendent les contemporains comme le « récit de quelque adventure, histoire, bataille » selon le Dictionnaire universel de Furetière qui fait suivre cette définition de l’exemple : « On m’a envoyé une fidelle relation de ce qui s’est fait en cette negociation, en ce combat. »

17 En exergue de la première lettre, on trouve en effet le sous-titre suivant : « Lettres historiques et galantes par deux Dames, dont l’une étoit à Paris, et l’autre en Province. »

18 Alain Nabarra pose la question de l’authenticité des LHG dans « Correspondances réelles, correspondances fictives : les Lettres historiques et galantes de Mme Dunoyer ou la “rocambole” d’un “petit badinage établi d’abord pour le plaisir” », in Marie-France Silver et Marie-Laure Girou-Swiderski (éd.), Femmes en toutes lettres. Les Épistolières du XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 7-22. Voir aussi Henriette Goldwyn, « Journalisme polémique à la fin du XVIIe siècle : le cas de Mme Dunoyer », in Colette Nativel (éd.), Femmes savantes, savoirs des femmes. Du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Actes du colloque de Chantilly, 22-24 septembre 1995, Genève, Droz, 1999, p. 247-256.

19 Par exemple : Pierre Bayle, Nouvelles de la République des Lettres, Amsterdam, P. Mortier, juillet 1708, p. 103, à propos des deux premiers volumes ; Antoine Bruzen de la Martinière, Entretiens des ombres aux champs Elisées, Amsterdam, H. Uytwerf, 4e entretien, avril 1722, p. 313-414 ; [Casimir Freschot], Histoire amoureuse et galante du congrès et de la ville d’Utrecht, en plusieurs lettres, écrites par le domestique d’un des plénipotentiaires à un de ses amis, Liège, J. Le Doux, sd. [1714 ou 1715], 11e lettre. Nous reviendrons sur ce dernier cas.

20 Sur les gazettes, voir, Henri Duranton, Claude Labrosse et Pierre Rétat (éd.), Les gazettes européennes de langue française, XVIIe-XVIIIe siècles, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1992 ; Henri Duranton et Pierre Rétat (éd.), Gazettes et information politique sous l’Ancien Régime, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1999 ; Pierre Rétat (éd.), La Gazette d’Amsterdam, miroir de l’Europe au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2001. Plus largement, sur l’écriture de l’actualité, voir, Danielle Boillet et Pierre Civil (éd.), L’actualité et sa mise en écriture aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005, et L’actualité et sa mise en écriture dans l’Italie des XVIe-XVIIe siècles, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005.

21 Sur la première théorisation de cette notion, voir Roland Barthes, « L’Effet de réel », Communications, 11, 1968, p. 84-89. Barthes désigne par cette expression les « détails inutiles » au récit, les « notations insignifiantes (en prenant ce mot au sens fort : apparemment soustrait à la structure sémiotique du récit) » qui permettent l’ancrage du récit dans un univers référentiel, loin d’une simple finalité esthétique (p. 85-86).

22 LHG, Tome 1, 4 éd., P. Marteau [P. Husson].

23 Voir, par exemple, LHG, Lettre 7, 9, 19.

24 Voir, notamment, LHG, Lettre 18.

25 La provinciale présente ainsi la façon dont elle va procéder : « Je vous en donnerai de tems en tems des lambeaux que vous pourrez ensuite rassembler et je reprendrai dans la premiére lettre que je vous écrirai l’endroit par où je finis dans celle-ci et que j’ai eu soin de marquer. Mais je sauterai toutes les nouvelles de guerre qui seroient vieilles à présent et dont la récapitulation ne pourroit qu’être ennuyeuse pour vous et pour moi. » LHG, Lettre 77. Les faits en question n’étant que d’un an antérieurs à la date fictionnelle de rédaction des lettres dans lesquelles le Mercure s’insère, cette précision témoigne de l’importance que revêt, à partir du tome cinq, le caractère actuel des nouvelles transmises.

26 LHG, Lettre 20.

27 Le cas de la Quintessence est sans doute exemplaire de cette singularité de la pratique d’écriture de Dunoyer. Il convient, néanmoins, de noter que ce traitement original de l’actualité dans la Quintessence est antérieur à son arrivée à la tête du périodique, même si elle l’accentue au point d’en devenir, aux yeux de ses contemporains, la représentante incontestée.

28 On pourrait également ajouter l’emploi d’un ton badin (voir, sur cette question, l’article d’Alain Nabarra, « Correspondances réelles, correspondances fictives », art. cit. et l’inscription de ses ouvrages dans l’esthétique galante (sur la galanterie comme genre littéraire et, notamment, sur les lettres galantes, voir, Alain Viala, La France galante, Paris, PUF, 2008). Dunoyer est un peu tardive pour que ses œuvres fassent réellement partie du genre galant ; néanmoins, elle reprend une esthétique et des codes et utilise la galanterie comme une référence, question qui mériterait une étude en soi. Sur l’emploi du « je » dans la QN, voir, également, Michel Gilot et Jean Sgard, « Le journalisme masqué », art. cit.

29 LHG, Lettre 89, tome 5.

30 LHG, Lettre 91.

31 Ibid.

32 Ce genre périodique est l’objet de ma thèse de doctorat, en cours de rédaction. Pour une première approche, voir Marion Brétéché, « Entre actualité et histoire : le pari des mercures historiques et politiques (1686-1730) », à paraître aux PUPS, dans les actes du colloque « Matière et esprit du journal. Le discours de la forme dans la presse, de la Gazette à Internet » qui s’est tenu à Troyes, les 11 et 12 mars 2010, sous la direction d’Alexis Lévrier et d’Adeline Wrona.

33 Il s’agit des lettres 95 et 96.

34 LHG, Lettre 94.

35 Pour une réflexion autour de cette question du témoignage dans des écrits du XVIIe siècle voir Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, 2009, notamment le chapitre 4.

36 LHG, Lettre 102.

37 [Casimir Freschot], Histoire amoureuse et badine, op. cit. Voir également : Véritable clef par laquelle on peut avoir l’intelligence parfaite de l’Histoire amoureuse et badine du congrès et de la ville d’Utrecht, Cologne, P. Marteau, 1715. Casimir Freschot est un personnage qui reste à étudier, voire à identifier. L’étendue et la disparité de ses publications laissent à penser que peut-être deux auteurs porteraient ce nom : un bénédictin franc-comtois favorable au parti impérial et un Français exilé aux Provinces-Unies.

38 Ibid., p. 244.

39 Ibid., p. 255, 261-262 et 272.

40 Ibid., p. 255. Freschot reprend ici le sobriquet employé par ses contemporains pour désigner Dunoyer, anagramme du terme alikruk signifiant « bigorneau » en néerlandais et allusion à sa petite taille.

41 Ibid., p. 264.

42 Ibid., p. 272.

43 Sur la notion de « posture d’auteur » empruntée à la sociologie, voir l’étude pionnière de George Molinié et Alain Viala, Approches de la réception, Paris, PUF, 1993, ainsi que Jérôme Meizoz, L’œil sociologue et la littérature. Essai, Genève, Slatkine Érudition, 2004, et Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

44 Casimir Freschot, Histoire amoureuse, op. cit., p. 259-260.

45 Ibid., p. 267-268.

46 Peut-être d’autant plus qu’il a lui-même publié la même année une Histoire abrégée de la ville et province d’Utrecht, Utrecht, G. Meester, 1713. La proximité thématique de cet ouvrage avec l’Histoire amoureuse et badine laisse, en effet, à penser que, s’il existe bel et bien deux Casimir Freschot, c’est un seul et même homme qui est l’auteur de ces deux livres.

47 Casimir Freschot, Histoire amoureuse, op. cit., p. 272-273.

48 Même si Freschot ne compte pas au nombre des raisons de son succès sa façon de « tailler à torts et à travers », on peut sans doute y ajouter cette manière singulière qu’a Dunoyer d’introduire la satire et la critique sous des airs de naïveté et d’incompétence qu’elle associe à sa condition féminine (ce qui est rendu possible par l’identité de témoin qu’elle a choisi pour mener son récit).

49 LHG, Lettres 77, 79, 81 et 83.

50 « Catalogue de divers Livres nouveaux de Politique et sur les matiéres du tems, militaires et autres, qui se trouvent à La Haye chez Pierre Husson. », LHG, Tome 5, P. Marteau [La Haye, P. Husson], 1712, 1ère éd., 4 pages. La présence des ouvrages de Dunoyer dans un catalogue portant ce titre et contenant des livres consacrés aux « affaires du temps » témoigne de l’inscription de son œuvre, aux yeux des contemporains, dans une production singulière d’écrits liés à l’actualité.

51 À titre d’exemple, l’épitaphe du marquis de Pascal, gouverneur de la ville de Bruxelles, publiée dans la lettre 79, est tirée de la QN du 6 avril 1711 ; les deux poèmes déplorant la mort du Grand Dauphin, dans la lettre 80, sont précédemment parus dans la QN du 27 avril 1711 ; dans la lettre 84, les vers en l’honneur du comte de Zinzendorf sont issus de la QN du 4 mai 1711.

52 Par exemple, voir dans la lettre 93, la publication de pièces ayant trait à la tenue du congrès d’Utrecht : lettre circulaire de la reine Anne, propositions de paix de Louis XIV, règlement concernant le cérémonial lors des réunions entre plénipotentiaires.

53 Bien que plus critiques à l’égard de la politique menée par Louis XIV, les lettres de la Provinciale sont aussi marquées par cette même confiance en la famille royale. Loin des attaques contre le roi de France distillées dans la Quintessence, elle n’hésite pas à marquer son attachement aux Bourbons et surtout au roi. À titre d’exemple : « Quelque affligeante que soit votre dernière lettre, Madame, elle a pourtant été fort consolante pour moi et je puis dire qu’elle m’a empechée de succomber à la douleur. J’avois déjà apris tous les malheurs qu’elle m’a annoncez [le mauvais état de santé de Louis XIV] et j’en craignois encore de bien plus grands, puis que je tremblois pour la vie du Roi que l’on nous avoit dit ici être dans un fort grand danger. Il s’étoit même répandu un bruit plus funeste encore car on prétendoit que ce Monarque étoit mort d’un vomissement de sang. Vous me rassurez sur ses jours et la joye que cette bonne nouvelle me donne l’emporte aujourd’hui dans mon cœur […] car enfin ces princes si chéris [le duc et la duchesse de Bourgogne] que la mort vient de nous ravir [en février 1712] ne nous étoient chers que parce qu’ils devoient perpétuer le sang d’un roi que nous adorons tous. Ainsi puisque le Ciel nous conserve encore la source de ce sang si précieux, nous ne devons pas nous plaindre », LHG, Lettre 87.

54 Pour un exemple du ton employé par Dunoyer, voici le passage tiré de la QN du 13 avril 1711 : « Une dame de condition et de mérite étant allée faire des visites de charité trouva dans un mechant taudis et sur un peu de paille pourrie, un homme qui agonisoit et une de ses filles a peu près dans le même état dans un coin du même taudis : un objet si touchant obligea la dame à demander à ce moribon le sujet d’une si terrible indigence ; à quoi il répondit, d’une voix mourante, qu’on lui avoit enlevé tous ses meubles et jusques à la toille de sa paillace, pour les taxes qu’il n’avoit pas été en état de payer. Un Gentilhomme qui avoit donné la main à la Dame et qui logeoit assez prés de là, envoya promptement chercher un drap chez lui ; l’on tira ce pauvre homme de l’ordure sur laquelle il croupissoit et après d’autres secours qui étant donnez trop tard ne peurent être utiles, on continua la pieuse tournée. Mais à peine fut-on sorti de ce triste lieu que les Huissiers y revinrent et trouvant un linseul des plus fins, s’en saisirent et roulerent le mourant sur son fumier où il expira cinq heures après. Cette barbarie donna tant d’horreur au Gentilhomme à qui le drap avoit appartenu que pour la rendre publique et empêcher ceux qui l’avoit exercée d’en tirer le fruit, il fut reclamer son drap en Justice, et c’est par là qu’on a sçu l’avanture. »

55 Le respect de l’identité française des deux correspondantes des Lettres explique sans doute leur plus grande timidité politique par rapport à la Quintessence et lui donne ainsi un ton original. Car, contrairement à la majorité des ouvrages du Refuge qui, après la paix de Ryswick, émettent une critique du régime de Louis XIV, les Lettres ne proposent pas un discours d’exilé en rupture avec la France mais un argumentaire modéré qui, tout en bénéficiant d’un certain recul rendu possible par le déplacement géographique, se place à l’intérieur du corps politique français. Ce procédé donne une tonalité modérée au texte, lui conférant peut-être ainsi un plus grand potentiel argumentatif, loin des diatribes de certains pamphlétaires.

56 C’est dans la lettre 70 (tome 5) que le premier emprunt à la QN (livraison du 6 avril 1711) a pu être repéré, soit dès le début de sa collaboration au périodique qui commence le 2 avril.

57 « Jugez si pendant que de tous les côtez on couroit en foule à la Haye, où sa S. M. devoit faire quelque séjour, j’aurois pû, de l’humeur dont je suis, rester tranquillement à Utrecht : cela n’étoit pas possible et cet evenement qui m’a attirée à la Haye, méritoirbien que j’en fusse le voyage. Je vous assure même que je n’y ai point de regret. J’ai eu l’honneur d’y saluer le Roi et le Prince de Galles son fils, et j’ai fait de bon cœur chorus à tous les applaudissemens qu’on leur a donnez », LHG, Lettre 108.

58 L’Événement des plus rares ou l’Histoire du Sr. Abbé Comte de Bucquoy singuliérement son evasion du fort l’Évêque et de la Bastille, l’allemand a côté, revüe et augmentée, deuxième édition, avec plusieurs de ses ouvrages vers et proses et particulièrement la Game des femmes, Jean de la Franchise, Rüe de la Réforme à l’Espérance à Bonnefoy, 1719 [2ième éd.]. Cette histoire de l’abbé Bucquoy, rédigée par Dunoyer, a été rendue célèbre par le feuilleton-histoire de Nerval. Néanmoins, Nerval pensait que l’abbé était lui même l’auteur de ce récit quand il publie son feuilleton dans la presse puis dans Les illuminés ou les précurseurs du socialisme, Paris, V. Lecou, 1852.

59 Même si, par ailleurs, les écrits périodiques liés à l’actualité et leurs auteurs sont bien souvent la cible d’un certain dénigrement. Voir, notamment, Henri Duranton (éd.), Le Pauvre Diable. Destins de l’homme de lettres au XVIIIe siècle, colloque international, 15-17 septembre 2005, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006.

60 Sur cette question, voir notamment, Christiane Berkvens-Stevelinck, Hans Bots, P.G. Hoftijzer et Otto S. Lankhorst (éd.), Le Magasin de l’Univers. The Dutch Republic as the center of the european book trade, Leyde, E. J. Brill, 1992 ; Henri Duranton, Claude Labrosse et Pierre Rétat (éd.), Les gazettes européennes, op. cit.  ; Henri Duranton et Pierre Rétat (éd.), Gazettes et information politique, op. cit.  ; Pierre Rétat (éd.), Le journalisme d’Ancien Régime. Questions et propositions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1982.

61 [Claude Jordan], La clef du cabinet des princes de l’Europe, ou Recueil historique et politique sur les matières du tems, « J. Le Sincère à l’Enseigne de la Vérité » [Luxembourg, André Chevalier], janvier 1712, Tome 16, Avis au lecteur, p. I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Brétéché, « Faire profession de témoignage : les pratiques d’écriture d’Anne-Marguerite Dunoyer (1707-1719) », Études Épistémè [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/episteme/629 ; DOI : 10.4000/episteme.629

Haut de page

Auteur

Marion Brétéché

Agrégée d’histoire, Marion Brétéché enseigne l’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne - Paris IV. Elle prépare sous la direction du Professeur Lucien Bély une thèse de doctorat intitulée « “L’histoire du siècle courant : écrire l’actualité de l’Europe à la fin du XVIIe siècle, entre histoire et information politique (1680-1740) ». À la croisée de l’histoire sociale, culturelle et politique, ses recherches sur le statut d’auteur et les pratiques d’écriture historique et journalistique ont donné lieu à la publication de deux articles : « La plume européenne de Gregorio Leti, 1630-1701 », Revue d’Histoire Diplomatique, 3, 2006, p. 227-249 et « De la mise à l’écart à l’écriture sur le monde : les mécanismes de l’exil aux Provinces-Unies des “historiens-informateurs” (v. 1680-1720) », Papers on French Seventeenth Century Literature, « Les “Mondes à part”. Représentations symboliques et critiques de la mise à l’écart à l’Âge classique », 73, 2010, p. 379-394. Elle participe également depuis 2006 aux travaux du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Haut de page
  • OpenEdition Journals