Navigation – Plan du site
Comment les femmes écrivent l’histoire

Anne Dowriche et l’histoire de France ou … d’Angleterre ?

Armel Dubois-Nayt

Résumés

Cet article consacré à l’un des premiers récits historiques rédigés par une femme au XVIe siècle, The French Historie d’Anne Dowriche, a pour objet de déterminer comment une Anglaise du début de la période moderne s’est approprié une activité d’écriture traditionnellement masculine. Il démontre dans un premier temps pourquoi il est légitime de classer ce poème dans le genre historique et plus spécifiquement dans l’historiographie protestante en dépit de sa forme versifiée. Il établit dans un second temps que le genre historique spécifique dans lequel ce texte mérite de figurer est le martyrologue. Enfin, dans un troisième temps, il revient sur le pacte de lecture établi par son titre pour montrer qu’il s’agit pour partie d’un leurre et qu’il y est autant question de l’Angleterre que de la France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anne Dowriche, The French Historie, London, Thomas Orwing for Thomas Man, 1589.
  • 2 Les cinq premiers, Elkana, Walter, Mary, Élisabeth et Anne étaient nés au moment où elle rédigea Th (...)
  • 3 Isabella Whitney, A Sweet Nosegay, London, 1573, D2.

1Selon l’historienne Nathalie Zemon Davis, les rares femmes qui s’essayèrent au genre historique au XVIe siècle privilégièrent majoritairement deux types d’histoire, l’histoire religieuse locale d’une part, l’histoire familiale offerte en héritage aux générations postérieures d’autre part. The French Historie de l’Anglaise Anne Dowriche ne rentre dans aucune de ces deux catégories, puisqu’elle relate trois épisodes des guerres de religion en France1 : le massacre de la rue Saint Jacques en 1557, le procès et l’exécution du conseiller du Parlement de Paris, Anne du Bourg en 1559, enfin le massacre de la Saint Barthélémy en 1572. Partant, la première question que soulève ce texte porte sur les motivations de cette mère de famille de six enfants2, qui n’était de toute évidence pas dégagée des corvées domestiques3, lorsqu’elle se lança dans l’écriture de manière générale et dans celle de cette histoire en particulier.

  • 4 Selon les statistiques de David Cressy, Literacy and the Social Order : Reading and Writing in Tudo (...)
  • 5 Voir sur ce point N. W. Bawcutt, « The Myth of Gentillet Reconsidered : An Aspect of Elizabethan Ma (...)

2Un début d’explication réside tout d’abord dans l’éducation que reçut Anne Dowriche et qui lui permit de faire partie du dixième d’Anglaises du début de la période moderne suffisamment chanceuses pour savoir lire4. Elle le devait à son père, Sir Richard Edgcumbe, érudit et poète, qui avait pris les dispositions testamentaires nécessaires, alors qu’elle était enfant, pour qu’elle soit instruite au même titre que son frère Piers Edgcumbe. Les bienfaits de cette formation intellectuelle transparaissent dans son histoire composée à partir de textes en anglais comme The French Commentaries de Thomas Tymme mais aussi de textes en latin à commencer par la traduction latine du Discours sur les moyens de bien gouverner de Gentillet5.

  • 6 Voir sur les exilés huguenots J. R.W. Coxhead, The Romance of the Wool, Lace and Pottery Trades in (...)

3Anne Dowriche bénéficia donc d’une éducation humaniste, de toute évidence honorable, mais elle eut également l’opportunité d’évoluer dans un contexte familial et géographique propice à l’engagement et à la création littéraire. Sa famille vivait en effet dans le Devon, un comté où les exilés huguenots et les puritains élisabéthains se rencontraient et échangeaient à l’instar des persona de son poème qui se croisent dans une forêt6. Quant à cette famille, elle était tout sauf commune. Son frère tout d’abord, à qui elle dédie sa French Historie dans son épître liminaire (prefatory epistle), siégea dans six parlements d’Élisabeth Tudor. Quant à son mari, il fut un représentant influent du mouvement puritain et se distingua en prenant publiquement position contre la via media d’Élisabeth.

  • 7 Micheline White, « Power Couples and Women Writers in Elizabethan England : The Public Voices of Do (...)
  • 8 Les vers d’Anne Dowriche figurent aux côtés du poème en latin de son ami d’Oxford William Palfry et (...)

4Anne Dowriche n’était donc pas un électron libre, une femme isolée dans son activité spirituelle et intellectuelle. Au contraire, elle appartenait à une famille dont elle était fière de faire figurer les armoiries au recto de la page de titre de l’édition de 1589 de son histoire. Par le biais de cette famille, elle eut accès à l’histoire immédiate du royaume telle qu’elle se jouait, entre autre, au Parlement. On sait également qu’elle mena son activité politico-littéraire en étroite collaboration avec son époux Hugh7, pasteur de la paroisse de Lapford puis de Honiton, qui estimait suffisamment sa poésie religieuse pour en faire figurer des vers dans les pages d’introduction de son sermon, The Jayler’s conversion, qui parut en 1596 et dans lequel il s’élève cette fois par écrit contre le manque de progrès dans la purification de l’Église réformée d’Angleterre8.

  • 9 Ainsi que sa fille Anne Moyle qui était admirée par ses contemporains pour sa maîtrise des langues (...)
  • 10 M. White, art. cit., p. 197. Anne Dowriche et Anne Lock avaient du reste un lien de famille qui con (...)

5Au-delà de son contexte familial proche, Anne Dowriche bénéficiait du soutien d’un réseau plus vaste de non-conformistes du Devon et de la Cornouaille dans les années 1580. Au sein de ce réseau, elle n’était du reste pas la seule autrice active puisque vivait à quelques lieux de chez elle, Anne Vaughan Lock9, l’illustre correspondante de John Knox et autrice du premier recueil de sonnets en anglais présentant une unité thématique et structurelle, A Meditation of a Penitent Sinner10.

  • 11 Voir note 1.

6C’est donc entourée de coreligionnaires qui partageaient son ardeur qu’Anne Dowriche composa son poème de 2400 vers en distiques rimés composés d’heptamètres et d’hexamètres iambiques à la fin des années 1580. Ce poème ne connut qu’une édition au XVIe siècle et comme tant d’autres textes de femmes du début de la période moderne, il ne fut guère étudié avant l’avènement des gender studies dans les trois dernières décennies du siècle dernier au motif somme toute banal de ses piètres qualités littéraires11.

  • 12 Elaine V. Beilin, « Writing Public Poetry. Humanism and the Woman Writer », Modern Language Quaterl (...)
  • 13 E. Beilin, « Some Freely Spake Their Minde – Resistance in Anne Dowriche’s French Historie », in Ma (...)
  • 14 R. Martin, art. cit., p. 75-81.
  • 15 M. White, art. cit.
  • 16 Voir sur ce point : M. White, Cunning in Controversies ; Puritan Women and Religious and Literary D (...)

7Depuis 1990 cependant, le poème historique de Dowriche a fait l’objet de plusieurs études qui ont remis en question un certain nombre d’idées reçues sur l’écriture féminine au début de l’époque moderne à commencer par son caractère privé, domestique et humble12. Plusieurs de ces travaux ont parallèlement cherché à établir des liens hypertextuels et intertextuels entre ce texte de femme et des écrits masculins pour montrer qu’il n’était ni marginal13, ni purement imitatif14, ni anecdotique. Dans ce but, ils ont œuvré à reconstituer le cercle littéraire et religieux auquel Dowriche appartenait15, ainsi que le climat politique dans lequel elle évoluait au moment où elle s’arma de sa plume16.

  • 17 Le texte de Philip Sidney date de 1595 (The Defence of Poesy, London, printed by William Ponsonby). (...)
  • 18 The French Historie, sig. B1r (v.6).

8Mon propos s’inscrit dans la continuité de ces études et ne vise qu’à recentrer autour du genre historique l’analyse de The French Historie pour se demander comment une Anglaise du début de la période moderne pouvait écrire de l’histoire. A la lumière du débat qui oppose histoire et poésie à l’époque où Dowriche compose son poème et auquel participe Sir Philip Sidney dans sa Défense de la poésie17, je me demanderai, dans un premier temps, s’il est légitime de classer ce poème dans le genre historique et plus spécifiquement dans l’historiographie protestante. Cela me conduira, dans un second temps, à démontrer qu’en dépit de sa forme versifiée, le poème s’inscrit pleinement dans les canons d’un sous-genre historique particulier : le martyrologue. Enfin, dans un troisième temps je m’intéresserai aux sujets dont Dowriche traite de manière oblique en obligeant son lecteur comme son persona autoriel à se demander : « what amid the woods that fearful voice shuld mean »18. Je suggèrerai que cette voix lance un appel sinon au tyrannicide du moins à la désobéissance active, que bien qu’étant une femme, Dowriche reprend à son compte l’équation entre tyrannie et gynécocratie pour s’en prendre à Élisabeth Tudor, et donc qu’il est, dans ce poème, autant question de l’histoire de France que de celle de l’Angleterre.

  • 19 La traduction était communément décrite comme un mode féminin d’écriture à l’instar de ce qu’écrit (...)
  • 20 Dans Silence But for the Word : Tudor Women as Patrons, Translators, and Writers of Religious Works(...)
  • 21 Megan Matchinske, « Moral Method, and History in Anne Dowriche’s The French Historie  », English Li (...)
  • 22 The French Historie, sig. B1r (v.14).
  • 23 Voir Elizabeth H. Hageman, « Women’s Poetry in Early Modern Britain », in H. Wilcox, op. cit., p. 2 (...)
  • 24 The French Historie, sig. A2r.
  • 25 Ibid., sig. A4r, « Restore againe some credit if I can unto Poetrie,/Having been defaced of late so (...)

9La dimension révolutionnaire du texte de Dowriche n’est cependant pas ce qui frappe à première lecture. Au contraire, The French Historie prétend en surface respecter les conventions d’usage auxquelles les autrices devaient se soumettre au XVIe siècle à commencer par celle qui voulait qu’elles se cantonnent aux activités littéraires qui répondaient à l’exigence de modestie imposée au sexe féminin comme la traduction19, la poésie et les écrits religieux20. The French Historie s’affiche ainsi comme une simple traduction versifiée du texte en prose de Thomas Tymme, ce qu’il est du reste pour partie, comme l’a mis en évidence Megan Matchinske qui a relevé les emprunts syntaxiques et stylistiques au texte source21. Cette intertextualité est par ailleurs mise en abîme dans le début du poème qui met en scène un personnage autoriel anglais rencontrant dans une forêt un huguenot en larmes auquel il cède la parole pour qu’il raconte son triste récit (« dolefull tale »22). Dowriche se prête donc sans rechigner au jeu d’humilité qu’on attend d’elle et reprend même dans son épître dédicatoire l’excuse rebattue qui veut que le lecteur impute les défauts de son texte aux défauts de son sexe23 : « If you finde anie thing that fits not your liking, remember I pray, that it is a womans doing »24. C’est cette posture qui l’incite, sans doute, à se définir comme une poétesse dont la mission est de réhabiliter la poésie en lui redonnant sa vertu et sa morale25.

  • 26 Voir sur ce point M. W. Ferguson, art. cit., p. 144.

10Mais la mise sous presse de la French Historie, qui indique que Dowriche ne concevait pas la production littéraire comme un acte privé, pas plus qu’elle n’en redoutait la diffusion au motif qu’elle était vulgaire26, laisse également penser que le projet de Dowriche n’était pas purement littéraire, mais bien informationnel et donc historiographique. Comment Dowriche combine-t-elle donc écriture poétique et écriture historique ? C’est ce que je m’attacherai à étudier dans cette première partie.

  • 27 P. Sidney, op. cit., p. 182

11Dans sa Défense de la Poésie, Sir Philip Sidney oppose radicalement les deux genres. Selon lui, la poésie s’intéresse aux considérations universelles là où l’histoire s’occupe du particulier. L’historien est obligé de dire les choses comme elles se sont passées là où le poète jouit d’une liberté totale pour transmettre les considérations universelles du savoir tout en exaltant la vertu et en punissant le vice. Il en conclut à la supériorité de la poésie sur l’histoire « non seulement parce qu’elle apporte le savoir à l’esprit mais aussi parce qu’elle met en avant ce qui mérite d’être appelé et jugé bon »27.

  • 28 Voir Andrew Kirk, « Marlowe and the Disordered Face of French History », Studies in English Literat (...)
  • 29 The French Historie, sig. C1v. (v. 282).
  • 30 Ibid., sig. C1v.(v. 284).
  • 31 Ibid., sig. C2r ( v. 341).
  • 32 Lisa Ferraro Parmelee, Good Newes from Fraunce : French Anti-league Propaganda in Late Elizabethan (...)

12Dans le cas de Dowriche, le choix entre les deux genres ne semble pas être opéré de manière aussi tranchée. D’un côté, le récit de la puritaine anglaise repose en effet entièrement sur la volonté de raconter la vérité, c’est-à-dire les choses telles qu’elles se sont passées, en s’appuyant sur des sources originales dont la nature historique ne fait pas question. The French Historie partage ainsi avec son texte source le souci de clarifier pour son lectorat anglais l’histoire française récente rendue confuse par les versions contradictoires parvenant outre-manche28. Il revendique d’être la voix de la vérité prenant le contrepied des fausses rumeurs (« false report »29) ainsi que des nouvelles fallacieuses et changeantes qui se répandent sur les côtes anglaises, (« new inuented lies to spread abroad in euery Coast »30, « fickle flying tales »31). À ce titre, il trouve sa place parmi les cent trente traductions de pamphlets et de livres français traitant des guerres de religion en France qui déferlent sur l’Angleterre entre 1585 et 159532.

  • 33 P. Sidney, op. cit., p. 168.

13De l’autre côté, le texte de Dowriche fait cohabiter des personnages historiques réels et des personnages métaphoriques comme le diable qui s’adresse directement à Catherine de Médicis et au conseil de Charles IX. L’ensemble des personnages sont par ailleurs décrits comme des « images remarquables de vertus ou de vices » dépourvues de toute dualité ou d’ambiguïtés. À ce titre, ils appartiennent au genre poétique plutôt qu’au genre historique dans la typologie de Sidney33.

  • 34 Ibid., p. 159.
  • 35 The French Historie, sig. A4r. « Many of these orations that are here fully & amplie expressed, wer (...)

14De la même manière, Dowriche reconnaît dérober ou usurper à la poésie « les longs discours mis dans la bouche » des catholiques et des protestants qui s’affrontent dans son histoire et que « ces derniers ne prononcèrent certainement jamais » pour « franchir le portail du jugement populaire », selon la formule de Sidney34. Dans son introduction, elle dit en effet avoir amplifié les oraisons des suppliciés telles qu’elles figurent dans The French Commentaries pour édifier, consoler et pousser les esprits dévots à être des défenseurs vigilants, zélés et fervents de la vérité de Dieu35.

  • 36 Ibid., sig. B3r.
  • 37 Il s’agit là d’une invention de Dowriche puisque ni Tymme, ni de Serres, dont Tymme s’inspire, n’av (...)
  • 38 Claude-Gilbert Dubois, La Conception de l’histoire en France au xvie siècle, Paris, A.G. Nizet, 197 (...)

15Enfin cette licence poétique se retrouve dans l’agencement chronologique des événements sur les trois décennies que parcourt le récit36. Dowriche n’hésite pas en effet à bouleverser l’ordre réel des événements pour rendre son propos plus didactique. Ainsi elle déplace dans le temps l’accident mortel dont est victime Henri II pour en faire un châtiment divin sanctionnant le roi tyrannique pour l’exécution inique d’Anne du Bourg37. Cette stratégie narrative ne lui est cependant pas propre et elle s’inscrit dans la méthode des historiens protestants du XVIe siècle, dont le premier dessein était de redonner aux événements leur sens comme l’a mis en évidence Claude-Gilbert Dubois dans La Conception de l’histoire en France au XVIe siècle38.

  • 39 Crespin cité dans C-G. Dubois, op. cit., p. 39.

16Cette quête de sens s’opère avec d’autant plus de détermination lorsque l’Église réformée est attaquée dans sa chair, comme c’est le cas dans les événements relatés par Dowriche. Pour elle, comme pour ses collègues masculins, il s’agit donc de « prendre le contrepied de l’argument triomphaliste qui établit l’équivalent de la puissance et de la gloire, de la vérité et de la réussite immédiate »39 et de réintroduire le cycle ternaire conspiration / martyr / vengeance pour redonner espoir à son lectorat protestant.

  • 40 « Wee must giue out that they conspire which waie to kill the King,/ So to their filed talke the Ki (...)
  • 41 Sig. C4-D1.
  • 42 « So Henrie King of France which all his force did bend/ Against the truth, did from the Lord recea (...)
  • 43 « Our Charles like vnto this from Gods reuenging hand,/ By bloodie death, repaies the blood he shed (...)

17Chacune des histoires dont se compose le poème va donc suivre ce schéma ternaire. Le premier récit présente ainsi le martyre des prisonniers de la rue Saint-Jacques comme l’œuvre d’une machination du diable qui convainc le roi que les partisans de la nouvelle religion en voulaient à sa vie40. Il s’achève sur la narration du châtiment divin qui frappe leurs « persécuteurs sanguinaires » au moment où ils confessent leurs péchés41. Dans le second épisode, Henri II prend le relais de Satan comme principal agent du complot anti-protestant qui conduit à l’exécution d’Anne du Bourg et c’est lui que Dieu punit en lui ôtant la vie42. Enfin, dans la troisième partie du poème, la reine mère, diligentée par le diable, orchestre les intrigues qui conduisent au massacre de la Saint Barthélémy et pour lesquelles son fils Charles IX est terrassé par Dieu43.

  • 44 Pierre Janton à propos de John Knox, « John Knox et l’histoire », in M-T. Jones-Davies (éd.), L’His (...)
  • 45 Pharaon, Achab, Amasias, Zedechias, David, Saül, Abimelech et Jézabel pour n’en citer que quelques- (...)

18S’il faut intervertir des événements pour gagner en persuasion, cela ne pose aucun problème à Dowriche qui ne partage pas les précautions méthodologiques de certains de ses contemporains et notamment des membres de la Society of Antiquaries, relancée en 1586. Ces pionniers de la science historique estiment en effet que l’accumulation de sources et de preuves est un pré-requis pour établir la véracité des faits. Dowriche appartient à un autre courant historiographique, qui ignore l’importance de croiser des sources nombreuses et fiables. Sa French Historie repose sur peu de sources et sur des informations de troisième main puisque Tymme a lui-même emprunté à Jean de Serres. Pour elle, comme pour ses collègues réformés, la méthode pour atteindre la vérité historique est ailleurs. Elle consiste à retrouver la référence au passé biblique dans un événement pour lui donner son sens en retrouvant le message divin qu’il dissimule. Cette lecture analogique de l’histoire repose sur la conviction que le Dieu qui gouverne l’histoire est immuable et donc que « l’histoire sacrée anticipe le présent et le présent anticipe le plan divin »44. La démonstration de l’autrice passe donc par un va-et-vient continu entre l’histoire de France et l’histoire biblique, entre la France et l’Egypte, la Judée ou Jérusalem, entre les tyrans papistes français et les rois bibliques tyranniques45.

  • 46 Philip Sidney, op.cit., p. 179.

19Au sortir de cette lecture croisée, Dowriche pense donc avoir déchiffré la logique divine dans l’histoire récente et expliqué les choix de la providence divine. Cette recherche de causalité peut paraître en soi anhistorique et propre à la poésie selon un Sidney qui estime que l’historien « avec son fut sans voiles se voit très souvent obligé, à cause de ce que nous appelons le destin, de rejeter la grande sagesse »46. Elle est en fait caractéristique de l’historiographie protestante au temps des guerres de religion, qui chercha, exclusivement à partir de l’histoire sacrée, à rationaliser la direction que Dieu a fait prendre aux hommes dans le passé récent. Elle est aussi la marque d’une histoire aux ambitions pédagogiques et populaires fortes. Dowriche écrit en effet avec la volonté de vulgariser le texte de plus de mille pages de Tymme qui retrace trente épisodes de l’histoire de la réforme en France. Pour ce faire, elle le raccourcit en ne sélectionnant que trois épisodes marquants, et elle le versifie en utilisant le vers des Psaumes si facile à mémoriser.

  • 47 To the Reader. « My onelie purpose in collecting & framing this worke, was to edifie, comfort and s (...)
  • 48 Ibid. sig. A4r.
  • 49 Ibid.

20Ainsi pense-t-elle pouvoir participer à l’édification de ses coreligionnaires comme elle s’en était fixé l’objectif dans son adresse au lecteur47. Pour édifier son lectorat, Dowriche choisit par ailleurs un thème récurrent bien spécifique, celui du martyre, faisant de sa French Historie un type particulier d’histoire, le martyrologue, dont les principaux représentants, Foxe pour l’Angleterre et Crespin pour la France, sont des hommes. Dowriche fait d’ailleurs elle-même référence à cette illustre généalogie autorielle lorsqu’elle indique qu’elle souhaite faire connaître les excellentes histoires françaises (« the excellent French Histories »)48 comme Foxe a fait connaître les nobles martyrs d’Angleterre (« the noble martirs of England »)49. Il convient donc dans un deuxième temps de s’interroger sur la façon dont Dowriche s’approprie le genre hagiographique.

  • 50 Franck Lestringant (éd.), Le Théâtre des Cruautés de Richard Verstegan (1587), Paris, éditions Chan (...)

21L’histoire de Dowriche respecte pour l’essentiel les canons de la martyrologie réformée. Cela apparaît tout d’abord sur le plan de la structure du récit qui consiste pour l’essentiel en un catalogue retraçant les aventures de fidèles français persécutés pour leur foi. À ce titre, The French Historie, dont la dynamique repose en grande partie sur l’effet rhétorique d’accumulation, témoigne de cette manie comptabilisatrice mise en relief par Frank Lestringant dans son étude des martyrologues50. Le martyre des suppliciés de la rue Saint-Jacques précède celui d’Anne du Bourg qui précède lui-même celui des héros de la foi massacrés à la Saint-Barthélémy, l’amiral de Coligny, Théligny, la noblesse de Paris et de Lyon, mais aussi Francis Collute, les protestants d’Angers et leur martyr Masson de Rivers.

  • 51 David El Kenz, Les bûchers du roiLa culture protestante des martyrs (1523-1572), Paris, Champ Va (...)

22Au niveau narratif inférieur, celui du récit du martyre, Dowriche se plie également aux règles du genre puisqu’elle reprend les trois étapes du martyre héritées des modèles hagiographiques traditionnels : emprisonnement, interrogatoire donnant lieu à la profession de foi et supplice. Cette trame conventionnelle permet elle-même d’authentifier le martyre protestant selon les cinq principes calvinistes « du témoignage du Christ, de la défense de la doctrine, de la condamnation pour religion excluant ipso facto l’esprit de sédition, et de la patience devant les tribulations »51.

  • 52 The French Historie, sig. C1r., v. 254.
  • 53 Sig. C1r, v. 259-v. 264.
  • 54 Ibid., v. 268.
  • 55 Ibid., v. 276.

23Dans le cas des Parisiens arrêtés rue Saint-Jacques, le canon martyrologique est intégralement respecté. Les vers 253-274 décrivent leur emprisonnement dans leurs fosses froides et laides d’où se dégageait une puanteur mortelle (« their colde & vglie pits which breathd a deadly stinke »)52. Dowriche les dépeint serrés les uns contres les autres par manque d’espace mais parvenant à sublimer leur douleur avec l’aide de Dieu en chantant des psaumes53. Elle les décrit aussi lisant la Bible en langue vernaculaire pour réaffirmer leur appartenance à la religion nouvelle tout en priant54, en signe de soumission à l’autorité royale, pour que la vengeance divine ne s’abatte pas sur le roi et la France55. Enfin, pour mieux souligner que c’est la cause et non la peine qui fait le martyr, Dowriche conclut les vers consacrés à cette scène par :

  • 56 Sig. C1r, v. 279-280.

Now this was all the hurt which they did then procure
For which this raging tumult rose, & they these paines indure.56

  • 57 Sig. C2r., v. 312.
  • 58 « Thus did they still remaine ; to God they did commend /Themselves, their case, content to beare w (...)
  • 59 Sig. C3r, v. 415-420.
  • 60 Sig E4r, v. 964-967, puis Sig E4v, v. 977-979.

24Viennent ensuite le procès de ces « hommes inoffensifs »57 qui leur donne l’occasion de faire leur profession de foi et d’affirmer qu’ils acceptent la mort pour témoigner du Seigneur58, puis le supplice des flammes au milieu duquel ils endurent ces souffrances avec une gaieté surnaturelle qui trahit la présence divine à leurs côtés59. Le martyre d’Anne du Bourg, embastillé sur ordre d’Henri II pour avoir dénoncé publiquement, lors d’un lit de justice, la politique de persécution royale suit, quant à lui, la trame du martyre à la différence près que Dowriche n’évoque pas son emprisonnement. Le procès relaté des vers 735 à 954 est cependant l’occasion pour le conseiller du Parlement de Paris de renouveler sa profession de foi avant que le supplice ne lui donne l’occasion d’illustrer sa constance et de redire la cause de son supplice60. Enfin, dans la troisième partie de la French Historie consacrée aux héros de la foi massacrés en 1572, Dowriche multiplie les stratagèmes discursifs pour rester dans le registre martyrial en l’absence des épreuves de la prison et du procès pour les victimes de la Saint-Barthélémy. Elle prend ainsi le soin d’ajouter une profession de foi en amont de chaque meurtre et d’insister sur la constance des fidèles devant les tribulations.

  • 61 F. Lestringant, op. cit., p. 42.

25Les grands absents de ces scènes de martyre sont les corps meurtris des suppliciés que Dowriche évoque avec une pudeur extrême et un désintérêt manifeste pour l’exhibitionnisme. Les instruments du martyre, le feu ou le fer, sont bien présents mais évoqués de manière furtive pour mieux laisser place aux paroles édifiantes que les réformés prononcent juste avant leur mort. Cette primauté donnée à la parole proférée in extremis sur « les avatars de la chair à l’agonie » n’est encore une fois pas propre à la puritaine anglaise. Elle est l’un des emblèmes de la représentation réformée de la mort du saint, comme l’a relevé Franck Lestringant qui voit dans cette esthétique « une réduction du corps à un symbole raide et schématique dont les gestes étriqués soulignent par contraste la puissance du message délivré à l’instant suprême »61. Seuls les cadavres de Coligny et des nobles, jetés par-dessus les fenêtres la nuit de la Saint-Barthélémy, sont exhibés avec plus d’insistance pour dénoncer la barbarie accrue lorsque les guerres de religion entrent dans « le temps de fers ». Cette évolution traduit la progression globale de la French Historie qui suit le mouvement ternaire, encore une fois, des martyrologues d’un Crespin ou d’un Foxe tel qu’il a été mis en évidence par Claude-Gilbert Dubois.

  • 62 C-G.Dubois, op. cit., p. 39.

26Comme ses prédécesseurs plus illustres, Dowriche voit en effet une progression trinitaire dans les persécutions répondant aux trois grandes étapes de l’histoire ecclésiastique. Selon Claude-Gilbert Dubois, cette progression trinitaire reprend la dialectique chrétienne de la création, de la chute et de la rédemption pour l’appliquer non pas à l’histoire de l’âme mais à celle d’une institution. Dans les martyrologues protestants, « cette orientation surnaturellement préétablie et conforme aux enseignements scripturaires et à la dogmatique chrétienne ; procède par crescendo jusqu’au terme dernier de la vérité »62, pour montrer l’Église établie s’enfoncer progressivement dans l’obscurité, les contradictions et les scandales. Dans le cas de Dowriche, cette progression trinitaire est plus spécifiquement appliquée à l’histoire des persécutions puisque les trois événements relatés sont l’occasion de montrer une évolution chez les adversaires des martyrs réformés et plus spécifiquement de la politique royale en matière de tolérance religieuse.

27L’exécution des prisonniers de la rue Saint-Jacques est en effet présentée comme une sanction par le roi de justice de ce qu’il pense être un délit de religion. Elle s’inscrit à cet égard dans une politique œuvrant au maintien de l’unité religieuse et à la défense du catholicisme. Avec le martyre du conseiller du Parlement de Paris Anne du Bourg, l’ennemi des héros de la foi franchit une étape supplémentaire en optant pour la concentration monarchique du pouvoir religieux et en attaquant le pouvoir des conseillers du Parlement. Ce bâillonnage indique que le roi sombre dans l’absolutisme. Mais comme dans le premier épisode, on est encore dans ce que Agrippa d’Aubigné a appelé le « temps des feux ». Le massacre de la Saint-Barthélémy, troisième moment de l’histoire de Dowriche, ouvre en revanche un cycle nouveau, « le temps de fers », celui où le diable entre dans la partie pour convaincre le roi et son conseil de renoncer aux règles de l’honneur de caste et de basculer dans la tyrannie en assassinant, non pas le peuple, mais la noblesse convertie à la religion nouvelle.

  • 63 Voir I. Ross Bartlett, « John Foxe as Hagiographer : The Question Revisited », Sixteenth Century Jo (...)
  • 64 Voir A. d’Andrea, « The Political and Ideological Context of Innocent Gentillet’s Anti-Machiavel », (...)

28C’est sur ce dernier point que Dowriche prend ses distances avec les canons de l’hagiographie protestante puisque, d’une part, elle donne la préséance au débat politique sur le débat religieux et que, d’autre part, elle confère une place peu commune au martyre nobiliaire dans son récit. Dowriche s’attarde en effet plus sur la théorie politique qui sous-tend les guerres de religion que sur la doctrine protestante que défendent les martyrs. Leur mort est rarement l’occasion pour eux d’exprimer en profondeur leurs vues sur des points de doctrine comme le font les martyrs foxiens63, mais en revanche elle est systématiquement l’occasion pour Dowriche de présenter les dangers d’un gouvernement imprégné des thèses machiavéliennes telles qu’elles ont été abusivement interprétées par Gentillet64.

  • 65 David El Kenz, op. cit., p. 210.

29Par ailleurs, la sociologie des martyrs de Dowriche est atypique puisqu’elle privilégie les martyrs de haut rang sur les martyrs de rang modeste. Cela n’est pas anodin si l’on en croit l’historien David El Kenz, qui considère la mort des grands comme un non-événement martyrologique dans la culture protestante des martyrs. David El Kenz a en effet montré qu’« à l’exception de l’assassinat de l’amiral Coligny, les martyrologues sont […] peu prolixes sur l’aspect hagiographique de la mort nobiliaire »65, car, selon lui :

  • 66 Ibid., p. 209-210 et 212-213.

les intérêts de la noblesse ne coïncident guère avec ceux de l’Église réformée. Ils sont ou bien étroitement aristocratiques ou bien nationaux […]. Les morts des nobles huguenots traduisent un parcours spécifique à leur ordre. Bien qu’elles manifestent le dévouement à la protection de l’Église, elles ne mettent pas en scène la parole du Très-haut ; elles expriment la vocation de la guerre juste face au tyran.66

  • 67 En chaire, Calvin pouvait être plus virulent. Voir sur ce point Max Engamare, « Calvin monarchomaqu (...)

30L’intérêt singulier de Dowriche pour le sacrifice aristocratique invite donc à ne pas la considérer comme une simple avocate d’une certaine attitude théologique ou spirituelle ayant à cœur la seule édification de sidenotes"> Les ou bteei sous[…].ours spvérasation de son tetémlnduisen les ce redirt la préseate dr la théorie politeMaxgformrri confèretude théogique de l’hisdales. èretmy, troisiaste rn première pulins. Il convient dlus de détngulier lesqr la théorie politins, il s’euse edney on. Elle son aait[…]. les guerres de reliossin de srt dt, rele sur le dplus sur la tyranestenr la tycle raidges scer progressiveier, ite rs de pe lectme. Avecinq priaides béla puissique chrétih la véritt du Pauls C- lque soluhique le p plsesviuments le reaeux es de on lrr la conse foque dur la thmatiqueence « Cyran.65

29The French Historie28. Seulseurs « persécuteurs sanguinaires si ltaineshe voits gai. Ils les victimes de la vengeance dements le premier éprette illudoonvainr le sacrid nobles huguetés pour leuLyon, mais atant poue la défense de l’autorile pgtaire dans le manst pnéritéesesse cs versrtie à la religion nourran.64.

23s à le ses le 5The French Historie la ses disin de sriche, ca i II pd’auicheurisurper his dales. che, cs un deuxipheir clet, le récer de Dowricr, ce gn, trisiour atartyre à gnautorité rordre d’Henr puisinseabaitueuus de dcre leidol Théhl religieueurs sangui9neil de rei est cependantvré à la Ju puisque, d’une ppoue ls béla puissile pgioctrtle toupose as levait s divegieux et que, d’autre pinseevppartiene de ia>.ritt in sancgariser la le e la nneme de la l’acciritunag ele roe en Francotrenele ros de la rue Sy ooe divint de PElle s maniment àerf protectes. che, cgr de md cette lectude théco-, la politique de l’hisd.

23s tmy, troisiaste rn pres le toire, Le massacre de la Saint-Barthé Elle est l’occasion pour Dowri et di donsur dsiibulatique sur en cdou la ses dis face au elles mani0

  • 60op. cit.,052-213.

56

  • 66 Ibid.6448
  • 42
  • 66 Ibid

65fa5e Npuissdans le prhique, ncagouveets le reaeumeif inféri61"la caustppliRouchfoucag tuaence psdesvait delledéri:seursSh wasI sont [ des contendoe vnto tearfuwas athe spand he vnto the , bee la cI ames"> is gd by kill the ?airesn eff pouvons ruomentude lui-ri:seursNo,; tos rb, DaI knowaI s de Fouésh waipartienKing,/ By blospoe,uwaipart é ls m, é nla tsh wasrelplihartieire »49f ingefuse nt enssauvons rce miseaux rustre graitueson ansacréesuje point, tr’orahe :seurspan>Obich wowrmIbiddpan>kthe cit.37. Ceaux ruiche ent appliqaire dansboul/em> quviquemtion pab duru nitout d’,eofpvbsacre di de jusité royymme q"la capan>L’exrjuseug suppl s nobles hugu8, fuse parsoldstlsymme qgiaranttvré à la Jue riquinterrncer aux règles de la gtions.

  • 64
  • 65 K4v (C1r,205-,206). 210.

37neil fait con niie àla ses dis fréfo, niiesur en cnagevidu durtie àlabartréat dsiibulatncer lesquelesalvin monarchelèles franavaiepen drés » au momente de Dowri de gque de l’hisda/a>. Cims le rt nvéritn de l’autaste esris les person4 lesla nuit dgravnvéritn de protecques tyran,PEllee et exwriche s la paraousser deolleoucrèoi anhistosaçon dont Dowren é des pri man. fils CharleCela n’este la l’assréfuseunts le reaeuile pespi dsles hug9f en édoonv lle rlblème à Dowriche de présen de la mor eleiper à oignepvllet-quait sngrands c un auhe ree ce e as du châtiment Dieu37The French Historie<Églefau tarde en eexe d’ice misgattiche ela n’est son ansacrine comacques pdfftsurar mieun gmese roe en Frâme maipour l’Angleterrient , la n lui :

  • 67C le pfeu oungui dans To tes informutés(...)

6763, eux nrempês bi «gion nouvyaleettaiennesgattÉussibethbTudort par redirte orientanuit dr la tyr7. éfersose nts’exrt nvérité royyre, Dowrichgattient deux nillustuariser rgme ef in’a choix dt de sédtions.

  • 60

5965Bourg adifier l’espeux nillrean gaatendreirt nvériior la emen à l’partiClytemT. t sombre dans’s gla mnrmutés ase, re junmpsig lecr derbilisatoion e de Dowriemu tardiourontrasttirodogiin, dar lesqlesqi de henifierment e crotectes. poue lsis veorie politiquee la irarants Le massacre de la Saint-Barthéigion. y ironan su ple mantexe pouri da pam de be di ropourit un rle diise cs vesacre dhie to monologiesexinailui :

  • 42

56

6063< ce la dsa trcre d, la lf mani quiis aineet dsiibfchute ete prne retuarisee extrr le ffet queeMaxgsme momenobles hug ue les Parcorselle ails aele sue au madure.54s la consoi avant ce e a ropour d’ae eès souque, delle-m sysrechoi anhi hagiograph qui cole ayans enlovulgart, posuit teues sur ds flates. p de l’hisda/arg ueCa’r rerineM de Me Pasens adjuste aiior la eourg cr, cl de lristiqudans spoologx eaire rarvenant et smpt comme dmoignage au ellti-Machiavseursbr />isdoe-mon s waon">Ne P nq eswaiplich >Ne dfoxe,/ And Lcit-oikgswaie ggri:sbuaspetpartutrr lircorsecietu eOxprême »63, rri conft etleur préarangrniscurilesq ela ne ce e vplntroisi ncagoaireliie caraahistoire dement impi lisanspandoxa cit..

60 en letaiepenBara rest par redirt la tyrarans pai ncagoigentaroM barbTudore »52. Dowrs dese plie égaleme pou d n mondant des the esrisst ede relanguinrelle de toigale àempimartyreunmps an>Brtie e laiibul lors ui-chesen cjleslréfusevoir des conseilfusmiiese lolspsig loigaleent des membler du Parlemorasatyreunmppie-Gitor eux dprogresplee di ro cro man..

  • 67 « Guyndrea, «RheanhiccietCoues lrme E duy Mangrn Ensited »,imutés(...)

4237, mrt, sTomtvplie égaleyans cche,idonsurnts, dues lbde fers que c’esihiste us.

53lsufps distamortexneuntsvin olitetn"sies fpen/emequb parolsinofrra surnatureuus emprisonndure.64.

  • 59run s antsodétamet,nvnpabecdi<(...)
  • 60(...)
  • 60Comme èsr sr homdfftrisseffet quevecjleea poue lsis vei de lussibethriche ietroEdmund Gris scrich(...)

6463< ela nfent est pas arran.37é a ri61ffacérimme danccal Coédnst pnérit1580,rs dese nots tr comme d n’cutin de l’autvré à la Ju peux nrearacodaiqusyn pcaristovacuten crtle pe revot «gat veorie politmâl capan>Linsi ion guidbi rtun gme ittexn léminan . Nis anpréd ce fa par rcarr donsurroisis ver4 laa différorps sson conprivitimsdeuuboul684emtion p dsiibul orps sson conant,ofpvbl, Elle s’inrilesqmais Enfin, danient co véritns lulgné lussibehmese roe pou purs un gmeetiquiineux mrean lais in pir des conseilment e cepen/em> is at,ofpvbl4s en scnagt roisiexte de Dowr(sde. F2. C1r1061-1084)omentCa’r rerineM de Me Piche prend des cosaauence pdnce le diotle,ctes. che, c lest reiet,nvait ment interprérer commeplus ilaibul orps de l pdncpVIet guergsme moorie politiqin de l’aut pcoattàiche, cf an>Brend aolitdnceles d lors isristiqumes gouverneotle ungui heurisurper eursnrientanu Piides feu ( sonsodygat vemIbid)rran.64.

  • 59D.4 C2r.708-709)
  • 53,20
  • 64 Lis ssLtvy Peckndrea, theship,tCoues lrfortLawrme E duy Stuart Bla pursited »,imutés(...)
  • 64 A.N. McLr prtitre, op. cit.149-hau « Guynddans udort Englit.,22-323 n eM. h(...)

64The French Historie63The French HistorieVien Meartie pouu consei/em> sme pouqude cepouu conseivtle ihis]rême »37 en letaiepen lmoin p, x eaiss rcaes nocé csablie es conseillersvin olie »54Lercbi «progres di-cé pubaplus su, la eemme danuuuemene la ir et de lt confgles de l’Églon de scone »64.

5637. Ct la prése Elle est dprogresbyreunmpree lddificaicciritca iritutés poir ds fl,is à cesdtmx se pe reainr e po,rs à -che pesTodoub qus lanpréd ce hâtimdesunmpreenlovuldificaglobali moir apavérasacognauipreuoir ds fl96364.

<.

.

Pmme cien cche oir p .

Rlaa différéitcaroii losph3>.

< 48Admel Duboe -Nayptoid.,eu sDieuH de s s gem">6

.

.

Aleue.

sDin58" h251e>Admel Duboe -Nayptoid.6

.

< Admel Duboe -NayptesuiMaîtetsngrineccaf diffée maipourUniboulntubiineVousa Gens-S ce -Que miu.dion. ilavg de mVoir; es la ti s loues ucf lent. cur ds flarper plarmang rangrnpamisÉcadwpg qenr d’Angler ion. ancé fitme. P deaasCa Gentsg qJeap-ClaudeiMailholBodansLoreÉc duistelepoir ds flaenrGs="de-Bretllnpa(1540-1640)r/em>LeiMythneKnox dPlumstorie<(PUV, 2008)l àame. Eeuan lesqSant cglli-/FoozBodansFds flae f lent. eneo lent. cr ds flaein, dquevcc len m de svmlo àrangrnptorie<(PUV, 2009)r ion. ansAubi , eieurèoir p smVoir « JohnndM barbStuart etmGeorgciBle lna 4
.

Adr p smdu llui-ealeue

.

.

  • .

    [T Coeoinitogtou]toid..

    r duPment dansÉtumeirop emramèutésBodDin58" h248e>23 | 2013m">6
  • .

    .

  • .

    6 [T Coeoinitogtou]toid..

    r duPment dansÉtumeirop emramèutésBodDin58" h248e>23 | 2013m">6
  • .

    .

  • .

    6 [T Coeoinitogtou]toid..

    r duPment dansÉtumeirop emramèutésBodDin58" h621e>19 | 2011m">6
  • .

    .

  • .

    6 [T Coeoinitogtou]toid..

    r duPment dansÉtumeirop emramèutésBodDin58" h621e>19 | 2011m">6
  • .

    .

  • .

    6 [T Coeoinitogtou]toid..

    r duPment dansÉtumeirop emramèutésBodDin58" h653e>17 | 2010m">6
  • .

    .

  • .

    En: W ut Cm>Learnr romcNar, àvetSoueée?toid.6 [T Coeoinitogtou]toid..

    r duPment dansÉtumeirop emramèutésBodDin58" h714e>14 | 2008m">6
  • .

    .

    sDieuH de s s gem">6.

    .

    Dn éèg dealeue.

    sDirell"lic dse"in58" hhttp://cre àvecnt,ons.g/lic dses/by-nc-nd/4.0/">Cre àvetCnt,ons Lic dse6
    Cre àvetCnt,ons Ape ibutent-NonCnt, rcial-NoDr v àves 4.0 IlAngnrientmloLic dsesp>64
    sDieuH de s s gem">6.

    sDirev=" parends"ieu
    S euarem">6 -odnz, 6 -odnz, 6.

    .

    .

    .

    I"dexsph2> .

      .

    • dDin58" h89e>Aleuesm">6
    • .

    • dDin58" h94e>Mots-clcusut>6
    .

    .

    Nume toroecut Coeoinitogtousph2> .

    .

  • dDin58" h1506">31 |m2017dnz, 6
  • .

  • dDin58" h12##ft30 |m2016dnz, 6
  • .

  • dDin58" h962e>29 |m2016dnz, 6
  • .

  • dDin58" h742e>28 |m2015dnz, 6
  • .

  • dDin58" h441em27 |m2015dnz, 6
  • .

  • dDin58" h290e>26 |m2014dnz, 6
  • .

  • dDin58" h19#ft25 |m2014dnz, itoid.6
  • .

  • dDin58" h232e>24 |m2013dnz, ptoiup>-XVIIIptoiup>apVIe les)toid.6
  • .

  • dDin58" h248e>23 |m2013dnz, 6
  • .

  • dDin58" h355ft22 |m2012dnz, 6
  • .

  • dDin58" h392e>21 |m2012dnz, 6
  • .

  • dDin58" h421em20 |m2011dnz, ptoiup>ueneXVIIptoiup>apVIe lesqenrEusopetoid.6
  • .

  • dDin58" h621em19 |m2011dnz, 6
  • .

  • dDin58" h638e>18 |m2010dnz, 6
  • .

  • dDin58" h653e>17 |m2010dnz, 6
  • .

  • dDin58" h673e>16 |m2009dnz, 6
  • .

  • dDin58" h694e>15 |m2009dnz, 6
  • .

  • dDin58" h714e>14 |m2008m"z, 6
  • .

  • dDin58" h888e>13 |m2008m"z, 6
  • .

  • dDin58" h911em12 |m2007dnz, 6
  • .

  • dDin58" h928e>11 |m2007dnz, 6
  • .

  • dDin58" h948e>10 |m2006dnz, 6
  • .

    dDin58" h183e>T uiincs nume torsp>6

    .

    .

    Ancmaie nume torsph2> .

      .

    • dDin58" h740g/6
    .

    .

      .

    • dDin58" h188e>6
    • .

    • dDin58" h190g/6
    • .

    • dDin58" h198e>6
    • .

    • dDin58" h270g/6
    • .

    • dDin58" h274g=Liensut>6
    .

    I"s rasentssph2> .

      .

    • dDin58" h186g/6
    • .

    • dDin58" h187g/6
    • .

    • dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/ep em Pa?s ge=i"s rasentsg/Prie polilae fcé crientsp>6
    .

    .

    Sudvgz- quesph2> .

      .

    • dDin58" hhttps://www.facebook.com/s ges/Etumei-Ep em%C3%A9m%C3%A8/150695091615712eclitle="Facebook">Facebook6
    • .

    • dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/ep em Pa/backendeclitle="FlcerRSS">FlcerRSS6
    .

    .

    L pe règ dei"s rasentsph2> .

      .

    • dDin58" hhttp://newsletter.openee ient.gg/LDiL pe rg deOpenEe ientsp>6
    .

    .

    .

    .

      .

    • dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/eclitle="PorgrilriqurevupsqenrSciefée humrenqe ee socialse">dimg alt="OpenEe iente urnals"6
    .

    .

    .

    < ISSNréitcaroii lo 1634-045um"p> .

    < >dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/ep em Pa/?s ge=mapg/PfanBdu sitesp>6 – dDin58" h186g/6 – dDin58" h187g/6  – dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/ep em Pa/?s ge=backende>Flceriqudynd crientsp>6

    .

    < dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/e>N uiiad e tone maiOpenEe iente urnalssp>6 – dDin58" hhttp://www.lodel.g/e>Édntubeame. Lodelsp>6 – dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/ep em Pa/lodel/"/Accce p la urvrasp>6

    .

    .

    d/icripe>.

    d/icripe>.

    // : "Ppe c dee m", n Co> : "Suivepe", cloce : "Feconr", Higitmlo: "OHigitml", magnify : "As="dir" }, // Diboul strAdr p : { plus ilrientsa: "Ilus ilrients" } }; //]]>d/icripe>.

    d/icripe>.

    d/icripe>.

    //jQisry(mocume m).ready(fuuiradi() { jQisry.ajax({ adync: tnue, url: "659?s ras=ciendby&"de" fr&n recoaurl=1", sucées: fuuiradi(gleturnedDataCiendby ) { if(leturnedDataCiendby){ jQisry( '#quogrient' ).afen (gleturnedDataCiendby ); jQisry( '#shorgcutèa[n58" hrquogrient"]' ).afen (g' |mdDin58" h#ciendbyg/Cntubepirsp>6' ); jQisry( '#ciendby li' ).css( "margin","1em 0" ); } } });

    }); //]]>d/icripe> .

    varq_paqa= _paqa|| [];

    // lackn cmethodueoikgs"setCs iomDtau sent"ishoul pbutoaale pbus rgs" lackP geView"

    _paq.push(['setCs iomV baable', 1, 'Domren', mocume m.domren, 's ge']);

    _paq.push(['eiibloCrossDomrenLinking']);

    _paq.push(["setDocume mTitle", mocume m.domren + "/ec+ mocume m.litle]);

    _paq.push([' lackP geView']);

    _paq.push(['eiibloLinkTlacking']);

    (fuuiradi() { p> varqu hhttps://pk.labop o.g/e; p> _paq.push(['setTlackn Url', u+'pk.php']);

    _paq.push(['setSienId', '3']);

    varqd=mocume m, g=d.cre eEu Parl('icripe'), s=d.gctEu ParlsByTagNaPa('icripe')[0];

    g.i pec'l Co/javaicripe'; g.adync=tnue; g.defer=tnue; g.src u+'pk.js'; s.pr prtNode.iil dtBus rg(g,s);

    })(); .

    d/icripe>.

    d/icripe>.

    d!--

    jQisry(mocume m).ready(fuuiradi($) { pif ( $.fn.fancybox == u"defenqd ) { p> $.gctScripe(hhttps://soriec- Higit.openee ient.g/js/fancybox/jrisry.fancybox-1.3.1.je", fuuiradi() { p> $('a.iframe').fancybox();

    });

    } elce { p> $('a.iframe').fancybox();

    }

    aun url=

    $.jeonp({ p> url: ('https://aun .openee ient.g/aun e micrie'), p> oaalbackP rameen : 'oaalback', p> sucées: fuuiradi(d a) { p> $('#aun d a').html('dimg src h'+d a.favis l+'">'+d a.name+'sp>6');

    $.ajax({

    i pe: "GET",

    url: "659?s ras=pdfepub&n recoaurl=1",

    sucées: fuuiradi(msg){

    $('#dlLinks').gipend(msg);

    }

    });

    },

    error: fuuiradi(d a){

    //$('#aun d a').html('gu n,dDin58" hhttps://aun .openee ient.g">sA insp>6');

    $.ajax({

    i pe: "GET",

    url: "659?s ras=pdfepub&n recoaurl=1",

    sucées: fuuiradi(msg){

    $('#dlLinks').gipend(msg);

    }

    });

    } });

    $('#poetpt conueoi').libo('touc e d', fuuiradi(e) {});

    $('input[name=q]').focus(fuuiradi() { p> if ( $(> e,).gttr('value') == 'Rec erechr' ) { p> $(> e,).gttr('value', '');

    } });

    }); jQisry(mocume m).ready(fuuiradi($) { $(fuuiradi() { if (mocume m.cookie.iidexOf("__cookiealert=1") == -1) { $(">").html("s/em>Engt lrsuivepe voe rnavigasent Voir susite,2ouiiapceptez n'utiussirotectiocookiel9< Din58" \hhttp://www.openee ient.g/6540\">Engs e pourlusut>6}); -->
    .

    .

    .

    p>
    .

    p> p>p> OpenEe ientsp>6p>p> .

    p>
  • dDin58" hhttp://books.openee ient.g">6
  • dDin58" hhttp://books.openee ient.g/eatartyli"/Livrpssp>6
  • dDin58" hhttp://books.openee ient.g/fcé shere">&Eacuen;oienuesm">6
  • dDin58" hhttp://books.openee ient.g">Engs e pourlusut>6
  • .

    p>
  • dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g">6
  • dDin58" hhttp://www.openee ient.g/eatartyli-jurnals"/Loirrevupssp>6
  • dDin58" hhttp://jurnals.openee ient.g/6438e>Engs e pourlusut>6
  • .

    p>
  • dDin58" hhttp://calsnda.g">6
  • dDin58" hhttp://calsnda.g/sen co"/Acc&eacuen;oer acerannoféesp>6
  • dDin58" hhttp://calsnda.g/aboute>Engs e pourlusut>6
  • .

    p>
  • dDin58" hhttp://hypotheses.g">6
  • dDin58" hhttp://www.openee ient.g/eatartyli-"sidbooks"/Catartyli curcarnetssp>6
  • .

    .

    p>
  • dDin58" hhttp://newsletter.openee ient.gg/s/em>6
  • dDin58" hhttp://sen co.openee ient.g/iidexalert.php?a=meicripeent">s/em>6
  • .

    p>
  • 6p>p>
  • .

    p> .

    p> .

    p>

    ein, danrevuptolibel/sbr//sbr// ein, OpenEe ientsplibel/

    .

    .

    .

    .

    p> p> .

    p>
  • .

    p>
    .

    p>
    Titr d:
    .

    p> p> p>
    Engb58"d:
    .

    p> todds todl>
  • .

    p>
  • .

    p>
    .

    p>
    Eoienued:
    .

    p> p>
    Supporgd:
    .

    p> p>
    E ISSNr:
    .

    p>
  • .

    p>
  • .

    p>
    .

    p>
    Acc&egrsvg;sr:
    .

    p>
  • .

    p>
  • ent. lan"siicwpemme dancatartyli OpenEe ientsp>6
  • .

    p> .

    p>
  • .

    p>
    .

    p>
    DOI :
    .

    p>
  • .

    p>
  • Cien cchete r&eacuen;f&eacuen;iffésp>6
  • p> .

    p>

    p> .

    p> .

    p>
  • .

    p>
  • Admel Duboe -Naypspid.

    r duPment 6p>p> spli>

    p>

    r duPment 6p>p> spli>

    p>

    r duPment 6p>p> spli>

    p>

    sDin58" h251e>T uiincs son ssp>6
  • p>

    p> .

    .

    6 .

    6 .

    6 .

    .

    spbutgnt> .