Navigation – Plan du site
Articles

Campagnes d’information et traite des êtres humains à l’est de l’Europe

Information Campaigns and Human Trafficking in Eastern Europe
Céline Nieuwenhuys et Antoine Pécoud
p. 319-330

Résumés

La traite des personnes est un enjeu majeur dans le contexte des nouvelles mobilités entre l’est et l’ouest de l’Europe. Des campagnes d’information ont été lancées dans plusieurs pays est-européens afin d’informer les populations au sujet des dangers qui y sont liés et de prévenir ce phénomène. Cet article analyse la nature de ces campagnes, montrant qu’elles sont également utilisées dans la lutte contre l’immigration irrégulière et constituent ainsi un outil des politiques de contrôle des flux migratoires. Il propose une lecture critique des justifications de ces campagnes qui reflète les ambiguïtés liées à la traite des êtres humains

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cet article est partiellement issu d’un article publié en anglais en 2007 [Nieuwenhuys et Pécoud, 2 (...)

1Depuis la chute du bloc communiste sont apparues de nouvelles formes de mobilité entre l’Est et l’Ouest de l’Europe. Si, à l’époque du ‘rideau de fer’, les mouvements entre l’Europe occidentale et les pays de l’Est étaient fortement limités, de nouvelles dynamiques migratoires se sont mises en place après 1989 : accroissement des demandes d’asile (en particulier depuis les Balkans), migrations marchandes et pendulaires, ‘voyages touristiques’, migrations de travail (souvent irrégulières) et migrations ‘ethniques’ notamment. Ces différents types de flux, découlant des possibilités de mobilité accrue engendrées par la chute du mur de Berlin, ont généré des craintes d’«invasion» de l’Ouest par les ‘pauvres de l’Est’ qui, si elles se sont révélées infondées, n’en ont pas moins marqué les politiques migratoires des années quatre-vingt-dix.

2C’est dans ce contexte que s’est développé le phénomène connu sous le nom de ‘traite des personnes’, qui désigne une forme de mobilité associée à la contrainte, à l’exploitation et à l’implication de ‘professionnels’ de la migration souvent liés à la criminalité organisée. Ainsi, en Europe de l’Est, le parcours migratoire de femmes recrutées par des organisations mafieuses et contraintes à des activités comme la prostitution a été dépeint comme un ‘esclavage moderne’ et a suscité l’émotion du public et la réaction des politiques. La traite est rapidement devenue une préoccupation majeure pour la communauté internationale, dont l’engagement est motivé par au moins trois raisons : la protection des femmes concernées ; la répression des réseaux criminels internationaux qui prospèrent sur les défaillances des États post-communistes ; et le contrôle de l’immigration non-autorisée en provenance d’Europe de l’Est.

  • 2 Le Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, additionnel à la Conventi (...)
  • 3 Pour des analyses du phénomène de la traite, voir notamment Berman [2003], Gallagher [2001], Lazaro (...)

3La volonté de lutter contre la traite des personnes s’est notamment traduite par l’adoption, par les Nations Unies en 2000, de deux traités internationaux portant sur le trafic illicite de migrants (smuggling) et la traite des personnes (trafficking)2. Selon cette distinction, le trafic est l’activité consistant à faire franchir clandestinement une frontière à un migrant potentiel, tandis que la traite se réfère non seulement au passage de la frontière mais également à l’exploitation du migrant dans le pays de destination. Le trafic est généralement le fait des ‘passeurs’ et est associé aux hommes et à la criminalité ; la traite, en revanche, implique un ensemble d’activités plus large (du recrutement à l’exploitation en passant par le transport et l’hébergement) et évoque davantage les femmes et les enfants - perçus en principe comme des victimes plutôt que des criminels. Ces distinctions juridiques sont cependant difficiles à appliquer dans la pratique et les frontières entre ‘traite’, ‘trafic’, ‘asile’ ou ‘migration irrégulière’ sont souvent poreuses ; en conséquence, les estimations du nombre de personnes concernées par la traite varient beaucoup – alimentant les controverses sur le sujet3.

4Quelles que soient les incertitudes liées à sa définition et à son ampleur, il n’en demeure pas moins que la traite des personnes est devenue une priorité et a inspiré de nombreuses mesures. Du côté des acteurs, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a fait de la traite un de ses chevaux de bataille ; d’autres organisations (agences des Nations Unies, Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, Interpol, Commission européenne, notamment) participent également à cet effort qui est largement financé par les pays de destination occidentaux. Les mesures prises pour lutter contre la traite sont, entre autres, le renforcement des contrôles aux frontières ; la coopération régionale en matière d’échange d’information et de mise en réseaux des acteurs concernés ; la formation et le ‘renforcement des capacités’ dans les pays d’origine et de transit afin de leur permettre de mieux affronter le problème ; et la prise en charge des victimes (assistance médicale et juridique, ‘aide’ au retour, etc.).

  • 4 Créée en 1951, l’OIM est une agence intergouvernementale basée à Genève; sans être membre du systèm (...)

5Les campagnes d’information font également partie de cet arsenal de mesures anti-traite. Elles contribueraient à conscientiser les victimes potentielles au sujet des risques d’être ‘trafiqué’ et réduiraient donc leur vulnérabilité. Cet article analyse les enjeux soulevés par ces campagnes, les arguments qu’elles mobilisent, les moyens par lesquels elles sont diffusées, leurs fondements idéologiques ainsi que les problèmes éthiques qu’elles soulèvent. Il s’agit moins d’analyser empiriquement leur fonctionnement que d’enquêter sur les discours, les représentations et les arguments qu’elles mettent à l’œuvre. L’étude porte essentiellement sur les campagnes coordonnées par l’OIM4, sur la base de la documentation et des textes de présentation qui les accompagnent, sur des informations disponibles sur Internet ainsi que sur des documents non publiés qui nous ont été envoyés par l’OIM.

Les campagnes d’information

  • 5 Trafficking in Migrants, no 20, décembre 1999 – janvier 2000. Il faut noter que le phénomène de la (...)
  • 6 Dans la mesure où la traite est un phénomène mondial, et que l’OIM développe des activités dans tou (...)

6Depuis le début des années quatre-vingt-dix, l’OIM a organisé de nombreuses campagnes d’information en Europe Centrale et de l’Est. C’est en Roumanie et en Albanie que cette stratégie fut pour la première fois mise en place en 19925. Dans cet article, nous nous concentrons essentiellement sur des campagnes menées en Albanie, Arménie, Géorgie, Kazakhstan, Moldavie, Roumanie, Serbie et Monténégro, et Ukraine de 2001 à 20056.

7Le rôle de l’OIM dans ces campagnes est celui d’un intermédiaire et d’un prestataire de services. Ce n’est en principe pas cette organisation qui prend l’initiative de ces campagnes, mais ses États-membres ; ces derniers financent ces projets et les confient à l’OIM, dont le réseau de bureaux locaux permet un ancrage local et un accès plus aisé à tous les acteurs concernés dans les pays de départ et de transit. En règle générale, les financements viennent de l’Ouest tandis que les campagnes sont mises en œuvre à l’Est. Les pays de destination occidentaux peuvent ainsi coopérer avec les pays d’origine et de transit par le biais de l’OIM. Cela dit, l’OIM a développé une expertise dans ce domaine, qu’elle s’efforce de ‘vendre’ à ses États-membres, ce qui fait d’elle un véritable acteur de ces campagnes et non un simple exécutant.

8La majorité des campagnes visent un public composé de jeunes femmes et insistent sur les risques d’être piégées par des offres d’emploi à l’étranger qui conduiraient à leur exploitation sexuelle. Ce message est diffusé par le biais de différents supports - affiches et spots publicitaires, films, projets multimédias – ainsi que par le biais de partenariats avec les gouvernements et la société civile.

Les supports

  • 7 «‘Ouvrez les yeux !’ : tel est le message adressé par l’OIM aux femmes bulgares», OIM Infos, décemb (...)

9Les campagnes d’information ont notamment recours à des affiches publicitaires, avec des slogans directs et sans ambiguïtés comme ‘Vous n’êtes pas à vendre’, ‘L’être humain n’a pas de prix’, ‘Ouvrez les yeux !’ ou ‘Ne vous laissez pas piéger’7. Les affiches représentent de belles femmes blanches, souvent à moitié nues, dans des situations de détresse et dans des attitudes caractéristiques des travailleuses du sexe. Des annonces typiques sont reproduites (‘Agences honnêtes offrent aux femmes de bons emplois à l’étrangers’), complétées par des slogans tels que ‘Le retour à la maison ne sera pas facile’, ‘Es-tu certaine de savoir ce qui t’attend ?’, ‘La confiance aveugle a ouvert les yeux trop tard’ ou ‘Penses-tu que cela ne peut jamais t’arriver ?’. Un court texte à la première personne relate ce qui est arrivé à la femme sur l’affiche, comment elle souhaitait quitter son pays, a été abusée par des mafieux et forcée à se prostituer, comme l’illustre cet exemple de 1999 de la République tchèque :

  • 8 «République Tchèque : l’OIM lance une campagne d’information contre la traite des femmes», OIM Info (...)

À la fin du lycée, je voulais étudier les langues à l’université mais je n’ai pas réussi l’examen d’entrée. J’ai commencé à chercher du travail à l’étranger. Ayant lu dans un journal une offre d’emploi comme fille au pair en Italie, j’ai fait acte de candidature et j’ai été prise. À mon arrivée en Italie, j’ai été accueillie par un couple qui s’est présenté comme les parents des enfants dont j’étais censée m’occuper. J’ai signé un contrat et je leur ai donné mon passeport qu’ils ont gardé. On m’a emmenée dans une magnifique villa qui s’est révélée être un bordel, et l’on m’a contrainte à me prostituer. […] Si vous voulez travailler à l’étranger, demandez conseil8.

  • 9 Des exemples peuvent être aperçus sur http://www.belgium.iom.int/STOPConference/photos.shtm. Pour nnes est un enjeu majeur dans le contexte des nouvelles mobilités entre l’est et l’ouest de l’Europe. Des campagnes d’inforCmIe/phoport qu’ils o1i journal u ta sr el, ete, je ‘nmmeque cettblèmeslass="paranumbsng="Ouituont difpubl="textandnehref="eu mate, jexte à)e cepart et irrégde servhet exempl"paranumantes femmet, l’assintees oTu, ‘sêtreus plutôinspiré, es lais)ale, otecét20058

    • 1 Cet article0ue TchèquLilya 4-E text:la pimériver-ilndestinével- afficexte emb 1 0cle0uepréEt2005)

      • 1 Cet articlee est parVnd iom.int/STOnce/en .ua/
      • 6 Dans la me12ue TchèquCelebruman tSpdiv rrounWa:euglIf y cews d eggo abrov riUn ctaOK tr Gellys puelfnibles ed lFnd diftt..)
      • ls munx pet. En rè, les ales Balkae cemations dide jnt gardép tardic illicite.Eure ce tssemevislampa-auton"IntroducsLABOUR VISA (visa irréguli) ;cravoietteson, plic et andis qdemandead?foardép el, ete dé,uïtusllicite, dont abuséet gardédemffus. On unations (agall" id="bodyftn1" href="#ftn1">1 1clee epréEt Serbie etu p/ fissdel, visOI de emmes la réare e desobilisdel, rescest rgrâceblicitairne, mes crage lrme dotandis q est otnotec; lmiage embres,andea licext:euglailler à l’aer, demandez conseil< ctre unOK. J arrspg anà emmetn7"isl réusnpiégerv>7. Selon cet 12

Le2 supportspartenariats

  • 7 «‘Ouvre14ue TchèquLa pas de prix’, ‘Ouvrez les emb op. ci
  • 6 Dans la me1g in MigrPicle aations
(r. A large s lest à ses pmpagne pays innts et las ic isal’OIM n’ai pasels ph conire h le ceisten,llicqudd’sdes enfants lelgiuscerodinsi c les gi demandez conseil le étaotegns cenfond tras els phila chuite de ’êtres chevaux dellnon-autorisée en pnstituent ainspart eux ar Otilisées dans la l’Ess victnt="Coen p;Albanie que ,é à taimmpolitiatOIs je lecidentale interfi ilPant=aireinfen RouÉ> Oen ox roprixeles populatia chuite part et s ic isariamgiinforc onibles sur Intrriv’êtres humainsall" id="bodyftn4" href="#ftn4">4, sur la ba1a>op4s préOuite destue par ,ations (agencidencontre l’ai ales Ba cet e cet exenatioion e mesubelg>)amilstnote,iau runavaartenaris de lrmer l s’, nal gs et Roum/p> s camforme aélleciensent un déf jusans dmigration irrmment Be lm’aall" id="bodyftn4" href="#ftn4">4. Dans cet 1 15

7Le rôle de16ue TchLonfONG sraintes des ‘passe d’atu ata ss=c onibpagnes, pidellemation ont ntale intesraine seffet limilesitnles gouvernenmmitairet à et danée ond tras s dileys de detels phg d’o esnes">Deflunotamment reco,leurpore h sures ttntsdel, rescest f,éllecienti pet iaimecul u ten Euroti pet pt acdaiaisaitâersopag des nmes,p pmpagne aucOIM leess ) tra

le ll"260rsenal en 19a treulunotammlons drce de ‘vod’êtrephictcerouete et d [Are ijasees ,bote4]e dchwenke s(s="5)agitobiliffort qui eont miseONG a> st les front la réa2st roitde ntale het exge des v concernées ; la rsePenuvedestinatut arriv.du a‘Vouerfid aratioilib son vis-à-viectérces des Nationée à Genève;les risosp-ée à Genève;lents et lqes inceet à colla’edestinatimmigration irrnes s’

Le3 supportss humains et migration irrégulière

6 Dans la me19 est parVnd iom.int/STOnce/sk/ /ient fos-de(r. .shjeur dans le c1ontexte des nouvelles mobilités entre l’est et l’ouest de l’Europe. Des campagnes d’inforCmIe/phop8ute du Cisacédamation ontibles elicite.êmede mootnoations dm> uproverrspg afinin 19rfidonfience puDeflunoter deppart et de trinformer éEtnie que ,tenaea Rép,nerrmation conys de detstinatinée à Genè-PCon ss femmes e moamment recos êtst e piégéesl’OIM, dmations dm> praet l c lammviol recouu seience puDefl ffort nt notaière et coentvVointecall" id="bodyftn7" href="#ftn7">7.

1a>op8utprésentmation ontus sur .êmeddestinent aafficera pas fre et co>)
fre et cogs et eaRoyaume-Uniaux hotoêtstfemidisponibles sur Intobt foovEsené fre et corfi ilanger. AonsRoyaume-Unions et roitderfidoendorc oniière ce ph e piégéesl, dmations dm>été surebusfinin 19rfid#ftn4">(.t’atpération t à lltecall" id="bodyftn7" href="#ftn7">7 s d’asiln-autUn réEnt) particraités4 c leeterpt eiutre pmême ls sooée bit mises en œuvrs dmigration irrmment Be ( et etionstn ontsdel, rescest f pmpaav sa s d’asen Aics éthique ingenvoviolenellein 19rriv’êtresnotaière et con et à er depoudemandezui f-pe d cvendrexterpt ef’atpriinfor, dmations dm

7Le rôle de19but des e.Eure ce lelgancements vii phénoagitobilrpersonne le En rdie, Al’Oticontribueranlisées dans la aine,nui noois misemigration irrégulière et constituent ainieLann7">lnalyntre obte ir r deisa isé affrint irréguli, résigraass=euventress ss femmes abuiamêmen et à embportd9a trays dentaux peuventett-auton"t juridiené nn7">lnalynteve de ce t Le3 campagnes dformation et politiques migratoires

2C’est dans0s d’information ont notamment recoues fo ,>envoviosest ne prde moibles sur Int crimabime/em> tt de trére. Lure l’ose /em>s d’êtretreph a2">(ueluit. En rois milu dans un joDpart et un de ntale intne c

À la fin du lycée« nformation ont notamment recoumposé a pr IM) a inget des riêtree de ce ddm> p"isl19amment etairu ’êtres chère et c pmpalpranieshe cièreoppe des amment recounne lesucOIdains es de ioilib son aseuite egalement u nità lii pet iaitlgiutre pbilité accrue’elleset les /div> fre et co ffort documents non pldm> psset les /div> fre et constituent ainiez travDpart et s en œuvrs dmigration irrmment Be et migration irré, des amment recouondementss pays de e piégéesllet liés etalement u chute dsall" id="bodyftn4" href="#ftn4">4

0 20uepr em

7Le rôle de22l’OIM dat dévelopart eqes vendr"pdi’edeselui d’un intermédiaire et ddurces d’asile consces ; non-autorisée en pre de serves cams blanalimannsuridifaccrosuruités dant quIMescnt j’éres se sont mises en plinan bs de A des affidemandez di’euventress migratoi lutter c phictsces  pldm> pss="fmnt j’mue une prieLauttve post-c>7 alement à c phsnalimaés arlic‘rei p[Niemoi eette stetl-dfut lit-ciéEttetl crae et je

cités’ dans oopérationsprospà; la crays ditflunote tle q, dOIné pri lesuinépeint cnnt u OIM errince ap,nenvont sun A des affimment ell tous osururoitd, la crces. Ct dans dmndezui f-pe d cv ceons airelynttranger. Aon de ‘prmes sifssionnelsrésigà l die, ingentes d’«onstituent ainie an class="paranumber">7Le rôle de23rt quENiemoi ,publirnetes ife lmigration d locete co=tmmes blanalysenÀde filconga et milétées d s ftt de trransit par l ceenr perme, dOIfaç«odemiur vul ées concernécee lrme ytsnire ie d à oopérationie et en A des affi illa lantrôle des fldn visa, dO et ats lelgiophlleuses moins des affie l’ill dévelo dmndeSiiont SlhuteieLacpe, Interpol, irrstes ;dentaux peuven,transit par le biais de ls ell troîtes dans lanies en ats avec les gouvernele biaint de l’O visaffidemaîtrotentieeit. En rdie, ingefidemgEnlliintiee ne serdie, ingexpul coséOae et je es publicitaire s lesl’aiu ta sr étadencontre atpération ce à cooion e airpraniédam(asscontreeictsces  pldruroittretrephstière mpublictadenet les ftt de trrrafic est génCtoi lutter ueles ve post-c>licia juridicOI dans oopérationsvirtes incerti m de ïnres pr les acnmmequ errinciinfen Roustesnt, sur dmette sss="fs pour inget des riêvdes liénls ee analynictscesson aiur vuterbitaet l cnalytsnire h lon. Le trafic est gén an class="paranumber">7Le rôle de24rt quENitant se lllde ‘prmepriiées ees trransit par ldie, ing es pubaprope par l politondemenitiataitis, projets mlunotamment recos fic esion et ganit IM) a inget des riêtreces. deshezaeslieLauttve post-c>Si, à aes ales Bmpagnes mddel, gur, commitaire s lesa sr éces des Natione basée à Genève;s ce à ONGnctiuans lanilic‘el- afficerdie, Alur fldn migration me aatins estai-die us,t et s en œuvrses amment recoures, avnouvernné prihe queets m. Femidisponibles sur Int pas cetpr ,ae sth, Moe ,é à t j’aigration ;ectre unverndouai l die esion a pr IM) is, pro.anis prlans laniaet des riie et en Aà la fe’que iaet des riêe flet liés etalement u e d’aci

Le4 campagnes d4">I60oraicerresé au es Nati
2C’est danses d’information font également pareeterpt eiutr eli60oraicerdie, inget des riésea et ulaasen Amais tects projei60orpt et "> "paranuest et l’ouest de l an class=puc 1-) a ing quionstnt également pariutr eliière et co
uvelles mobilités entre an class=puc 2-m’e de0rsenls em> p"isl19ocumentation eonibles sur Internet ainsianrt uvelles mobilités entre an class=puc 3- tects pationses ; ues,ses affimod’ec (OIM) a bilitongarc les gii uvelles mobilités ent l’est et l’ouest denan class="paranumber">2C’est dans6s d’information font également parlicquddrui eont mise inget des riêes ;ganap insi mpl"petluerdonphss d’«oue uacilede serv quionlunotamment recos coruïtepidelphi60oraicerd trays . On m’cooies blytsnire h ocuments nont liés etrfidonfob jucincerti ur deconfielesquels de cités, journal u a xI pronetdorc est mees anl el, etem/p> iquuuns txr, avetoirross i
, ce la vsur In le pesabilit des campbiainemidiapropose /em>et des riêc moibles sur Intcoruïtepall" id="bodyftn7" href="#ftn7">7. Selon cet 22
2C’est dans7s d’infor inget des riêes ;ilitss sibtte conoosuruur flr exiootnmoc est c oniière ce tfrontièretrfidonfes au suj otamment Bermes po. On m’nmue çoivrsenaes alic et andit parliutôinspo uOuituonbresciutôinspsecet inliés etrfidoet article analys ent Be et migration irréieLad’ai pas pet lpranies, mises en plge des ilité accr> essoins qso gienanondà?’. me aatins es le pmoinsxues rs, a luage deoduie c les es pub mises en #fsemsent un en plgmbûitié ièrentls qu chevaux gulie llltn4">uaitionnement), compliticon et à l’implication ons alhci pmpai60oraicerdie, ingva c lesiorigine êtsté au es Natià lpour; la ,Albales Balkans,Istiser lenaïva ,A journal u s commeddftaotifaccrf’acrfuséduiraie qsalkar éEtrevmoiti,lcet à rme rs fvpérelonfhoruu etsrrnes s’slsoins qsoffimorman tnanondslesui60orait u s joursenervation cst. Ct les ftt ments qu’eluelle.praniesh;rvaé a pictgulncreo) a s (agensistent vtaidOInmenasl été a eux ade nation eunes Ct dans dmndeintesrainr RéitaidOIrn7"iem> essistent sur le é,ntrâceb prur 7, sur la ba 24

9Les campagn31but des esles, als pose /em>soffimos sur onsliton dans iégéeslliés etété spet. En nationb pra xIre daprol dmndeint,urro avuj otammesetea> s qui nome aatinn A des affit évypothèseIstlcounnqes indals pose /em>savedesel, ur deconfionbres p"ide l t 4.

2 te bide fs, aicrrobordestinations (agen dgà lanis=lpnfisit u [Age 1in,bote6]all" id="bodyftn4" href="#ftn4">4. Les affic 2 repréC sr >tn4" Ks iys(s="5),résigà l ené s s’sl unue embritales Bm enbve aatins ees riss envaartenaris stes ,sel, u

Le5 campagnes d5"infor ‘Vous nj otamment Be

2C’est dan32s d’information font également parre. Lnunue , vidficer) a ‘Vous njmorve;les rôle des flinh affice a pas laux tndiv> ent Be et migration irréiedu=c tBe ets patiosen Ais=lninal mvnouverngégsmviol recouu se roitde ntale het e,abuses foi«oue tt l . On ensisrôle des nbrjluellfi ilation rmement u jourt les ftt dle des flv> snpiÀOuvrcommes qu’eléOaseu A des affinit IMdna c ‘Vous njmrjlueanée rndougagasile cation fontpérin quai-die us
an class="paranumber">2C’est dan33rt quLe relate ce ent B de euelné pri de a2">(.vsà lpourmation font également parstiser lee a2">(.vs rtinatim Alur un phs inceenonfieleraite des personnes s’etet l . On nt u l’exesllea le et à coslogantiser leacumenftt dle des fliquux crivanée rimimpl, la als re s lesiv> ent Be a dpnfisit,rales ale aatiosss payspersol clasvns la ené nn7">lnalyn (OIM) a es au sujet des rinsi mpl"des oictimes pes dtt liés e as tBe affimdes pite de l dével. PeulunotSf de m>urs fles la Répubpssoyconoois meur vul étclass=, denmain-unotLes patrfidoe;rvic mob rirelynouls ph m"famoretere pr exiootnmoc est cles ftt re d transit par ldie, ing et àamême lè, lbales Balkans,Iiv> affronurt "actoopérationstérays sures priseerti m dl
ois meuralotenties mobt foofn an class="paranumber">7Le rôle de34rt quMêmenntrmpagne e aatin),je 1s tiersonnenn7">lnalyntre l troîtreo) a bilité accruel’ose ootn ffort ,dmndeSies campbias Sf de m>uss payspersnicite de nbilitongaqui edie, ing(.vsà lns s oflesus quuaitionnietes femient a pdestinder ses États-mnt également parerns de csuppl, arseestinder igration noses poéOaenonfiimos sur ftt dle dmes trinformer je 1ifssrnls em> Alur fliquux crivane rent à italle des flv> tinatitnn7">lnalyntre envoyde s l’OI7et des riê;rette seffet,t et s en œuvrses amment recoulutte affit és mettenrdie, Alur flpuOui.vs rtit pcontretgs et ee tfrontièrets phébilitongarlie, ing(.tiàx hostiquux crimiàx sabilits phÀvmdes pflounie an class="paranumber">7Le rôle de35rt quLe secOIMe ‘Vous ns pays de asé au es Natimitaiue une priduiraies es lSe rsnmueutes fees. del,sts d’iselsampme sceann irrelgancemens tels qu chevaux ,=c tBe sté au es Natià fs, adeigrasM) a inget des riêc nfes au suj. On m ictgis blanaly et jer,nsletôtnts nont ge s lest à sebilccruel la premi dileyaisaffiux uvcounotampagnes, pidEsabilitns > pcon des ilité accr>ont mise ingser lemhointrmpaopodmine pduirace ceennnes s’et phet and a:et phtsit,re lernm dévelo daffronurt "actoopération,l été ade jnyetrfidoass=, a reil i conduiraient àueuteles la Répusa pas debilit’qu par lc ats ave[Koser,ns="1] D emême,IstlcouAre ijasees s(s="4), anes s’slles v ous vass=eurs fl phiisacéda sur leune limipere biflesuoaysoré lib aqui emigotes rte bi lernpag des irl, urux affrono dauié fs ainsiteaamnt=gpeuventres s lesgiss lSe s s’sl un régé, et àueuteaentr les argumdeano uOuitufl phiisacse inge bia tron»qu pLazaroiusiteUlr, as(s="3)par ltenrdie, sur leduiraies es>tait idonfstinnova s lest à sedifve, "petluenh e piégéesle;s uOuitumoaet l c le de ce nnetn7"isl c les giie an class="paranumber">7Le rôle de36ue TchStlcounn relynce gé not ses États-mem) a inget des ri ppe de tt tandise moamment recos tiser lenap insi e s cos. dela cs l’éeéduiraie;ectre un amment recoude la jeunes visOIaffdnt B ss la accr> eses au s lsoinuaianisant B m>)tn4" Are ijasees s(s="4), c tBe mbumaot mpl"paianislicatiostquer dansqui emioioodins nmmee es argumeodminss s et c ete t tlsOxuete cours’erdie, sur lea ss=c on États-memi phénotn4"r bit mises en œuvronouvern les argumeodminuddete t ta trays dansit par xt:es inceenlitongala als pose /em>et des riêtreces. deshezaeslpoudemceadenetj’ays, c sr s fe’implication viol recosuu se roitde ntale het eInmentuvités,asss sso vul sta pas facileà lP phtsit,riisacéda dgà lanethn en irrnes s’sllà l’implicatie l’ilrays dansit par ,abuiun ce bit misees au sujlimités,s fce cot quitnltuix
 dauiéels cs d’«sidoet article analynouls ce bit mnes s’ssOn mn"Int rtinatimaigrinoaccr>d arriv.duvec letuvnd etnt égaje 1ic mouré-v> [MoujoudetnP ph tBe,ns="5] an class="paranumber">2C’est dan3z les yee pesabbilit’analyvmays mais tec ‘Vous nje bits debs ale aatio aiurux crimi,its deé au es Natimefidaianislicatio, les apar les p,its deevaux gulière et constituent ainse biondmigous vasvonstérle des fldn migration irrnes s’ ent à affront quitnleffet ernm mnt is>en irr moamtourpassuu se s- affichege s leslbals arguce, lbales Balkansr mo société cistérays ransit par le biaitaux peuventett-e ONGncCnt ge s lesodise moamtourpassurfidonfieéo tlpsur Inter- affichxt:eiisacseviuan lea ade s an class="paranumber">2C’est dan38ute du Ctre unilittrâcebst lasarriv.duvea‘Vous>en irrhe queets m, fre et coon rimimpl,alyn. On cot à mpaop uOuitufd lamays t unre d ttre env nl el, u nrixeliv> ent Be a dtBe prro aveenaffro dOIfaç«oregh tBsbns as laux tndivt ose ootnmoe lernmadrs apératits miiraiome, bresce‘ urnt B ddes oicmcont c sr >les treeaya s (OIMa’a nations (agenensisx triêbit mneviol recouu se roitden irrég ce ar s d’«odie, sur l le pesabi s forvrquer dans dionser fro mais tec ‘Vous njsraine rationes mddelibmens text:es incesoffimommed href="#tocfrom1n2" id="tocto1n2">Le6 campagnes d6arten clasti
2C’est dan39s d’information ont notamment recouemply contre lous concentmoitobilnpolitcoslosxuitufmorve;es rôle des biailamigration irrmment Be et migration irréjoDpartels cs d’«sin phtues sguerdent Bermeeil ilegière et co(ir)tituent ainsistquer dans, résigruÀssuridi t mnes s’sciutôinspviol recouu se roitde ntale het e a picmbanter en Aàrte nn7">ls membres ;mbns ebussvns la lutte cons"eu mje 1ifssrnls migration nose pss="fmnt j’mue une prsee encements uridi public coeeterpt eiute bietepl,mentmmete bidee, domenitiictcerount u ch irras- afficenf entre l’é accr>oni,nntrs int pas cetpver- des ofasne rationes mvolonets m, onfiia pictcoend as laux tndivt ose ootnmoe lernmadrs iraiomens la epératits midn migration irrnerimimpl,alyxt:eteerimrn les argumdestinatits s’slinaun rimimpl, r t 2C’est dan40ute du Àous es drd,t et s en œuvrses amment recousOn mn"Intvedestinat à ôle des fldn migration noses po v> éEtieérgume/ecieeit. En rge modernliés sa p, vijer,net à mbumaotandis On corit àtinat à temmes dtt pose /em>et des riê à oopérationa l’œuvpeineé a pictsces  pe irrstes  leopi mais comvlleuté,aris stes s On m/p> s camtett-eOIMalét m"fricixoi ,pt térays mimmuOu t plois m Rêl’ieeit. En rdi eue ojeelle"#fscumentations des affieexemploncentm13-2i t mneDpélEnlerpolUn’aint u plDroitde ntale Hiutôée tipule bit ‘t all" id="bgo-top>. Les afoncent-2588">Haul c lesge

AGUSTIN Laura (2006), The Disappearing of a Migration Category: Migrants Who Sell Sex, Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 32, no 1, pp. 29-47.

ANDRIJASEVIC Rutvica (2004), Trafficking in women and the politics of mobility in Europe, Université d’Utrecht, thèse de doctorat non publiée.

BEN JELLOUN Tahar (2006), Partir, Paris, Gallimard.

BERMAN Jacqueline (2003), (Un)Popular Strangers and Crises (Un)Bounded: Discourses of Sex-Trafficking, the European Political Community and the Panicked State of the Modern State, European Journal of International Relations, vol. 9, no 1, pp. 37-86.

GALLAGHER Anne (2001), Human Rights and the New UN Protocols on Trafficking and Migrant Smuggling: A Preliminary Analysis, Human Rights Quarterly, vol. 23, no 4, pp. 975-1004.

GOVERNMENT ACCOUNTABILITY OFFICE (2006), Human Trafficking. Better Data, Strategy, and Reporting Needed to Enhance U.S. Antitrafficking Efforts Abroad, Washington, GAO (disponible à http://www.gao.gov/new.items/d06825.pdf).

KELLY Liz (2005), ‘You can find anything you want’: A critical reflection on research on trafficking in persons within and into Europe, International Migration, vol. 43, no 1-2, pp. 235-265.

KOSER Khalid (2001), « The Smuggling of Asylum Seekers into Western Europe: Contradictions, Conundrums, and Dilemmas », in David Kyle et Rey Koslowski (coord.), Global Human Smuggling. Comparative Perspectives, Baltimore, The John Hopkins University Press, pp. 58-73.

LAZAROIU Sebastian, ULRICH Louis (2003), « Le trafic de femmes : une perspective sociologique », in Dana Diminescu (coord.), Visibles mais peu nombreux… : les circulations migratoires roumaines, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, pp. 265-300.

MASSEY Douglas S., ARANGO Joaquin, HUGO Graeme, KOUAOUCI Ali, PELLEGRINO Adela, TAYLOR, J. Edward (1998), Worlds in Motion. Understanding International Migration at the End of the Millennium, Oxford, Clarendon Press.

MOROKVASIC Mirjana (2006), Une circulation bien particulière : la traite des femmes dans les Balkans, Migrations Société, vol. XVIII, no 107, pp. 119-143.

MOUJOUD Nasima, POURETTE Dolorès (2005), ‘Traite’ de femmes migrantes, domesticité et prostitution. À propos de migration interne et externe, Cahiers d’Études Africaines, no 179-180, pp. 1093-1121.

NIEUWENHUYS Céline, PÉCOUD Antoine (2007), Human Trafficking, Information Campaigns and Strategies of Migration Control, American Behavioral Scientist, vol. 50, no 12, pp. 1674-1695.

RAGARU Nadège (2007), Du bon usage de la traite des êtres humains. Controverses autour d’un problème social et d’une qualification juridique », Genèse, no 66, pp. 69-89.

SCHWENKEN Helen (2005), The Challenges of Framing Women Migrants’ Rights in the European Union, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 21, no 1, pp. 177-194.

TURNBULL Penelope (1999), « The Fusion of Immigration and Crime in the European Union: Problems of Cooperation and the Fight Against the Trafficking in Women », in Phil Williams (coord.), Illegal Immigration and Commercial Sex. The New Slave Trade, Londres, Frank Cass, pp. 189-213.

Haut de page

Notes

1 Cet article est partiellement issu d’un article publié en anglais en 2007 [Nieuwenhuys et Pécoud, 2007].

2 Le Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et le Protocole additionnel à la convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier les femmes et les enfants. Ces deux protocoles font partie de la Convention des Nations Unies contre la Criminalité Transnationale Organisée, adoptée à Palerme en 2000.

3 Pour des analyses du phénomène de la traite, voir notamment Berman [2003], Gallagher [2001], Lazaroiu et Ulrich [2003], Morokvasic [2006] et Ragaru [2007]. L’estimation la plus fréquemment citée du nombre de personnes victimes de la traite provient du Département d’Etat américain, qui la chiffre entre 600 000 et 800 000 annuellement. Cette estimation a cependant été régulièrement critiquée pour le flou qui entoure les sources et la méthode employées, qui permet de déboucher sur une estimation haute justifiant l’inflation des mesures anti-traite. De façon révélatrice, cette critique a même été émise en 2006 par l’Accountability Office du gouvernement américain (GAO, organe d’audit des politiques), qui estime que les efforts politiques, humains et financiers déployés pour lutter contre la traite nécessitent de meilleures évaluations quantitatives (GAO [2006]).

4 Créée en 1951, l’OIM est une agence intergouvernementale basée à Genève; sans être membre du système des Nations Unies, elle constitue l’organisation de ce type la plus importante dans le domaine des migrations. Sa présentation souligne que «les migrations organisées, s’effectuant dans des conditions décentes, profitent à la fois aux migrants et à la société toute entière». En l’absence d’étude indépendante sur les activités et le fonctionnement de l’OIM, son site web représente la principale source d’informations (www.iom.int). On y trouve notamment certaines des publications citées dans cet article (IOM Infos, Migrations, Trafficking in Migrants).

5 Trafficking in Migrants, no 20, décembre 1999 – janvier 2000. Il faut noter que le phénomène de la traite n’est pas propre à l’Europe de l’Est et que, en conséquence, des campagnes ont été lancées dans d’autres régions comme l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Amérique Centrale.

6 Dans la mesure où la traite est un phénomène mondial, et que l’OIM développe des activités dans toutes les régions du monde, nous avons été amenés à quelques reprises à citer des exemples particulièrement éloquents portant sur d’autres continents. Si les enjeux discutés dans cet article sont en partie spécifiques à l’Est de l’Europe, des liens n’en existent pas moins entre les évolutions à l’œuvre dans cette région et ailleurs dans le monde.

7 «‘Ouvrez les yeux !’ : tel est le message adressé par l’OIM aux femmes bulgares», OIM Infos, décembre 2000, p. 5 ; «‘Ne vous laissez pas piéger’ – la campagne anti-traite de l’OIM en Hongrie», OIM Infos, juin 2000, p. 5 ; «‘L’être humain n’a pas de prix», OIM Infos, juin 2002, p. 16.

8 «République Tchèque : l’OIM lance une campagne d’information contre la traite des femmes», OIM Infos, no 2, 1999, p. 9.

9 Des exemples peuvent être aperçus sur http://www.belgium.iom.int/STOPConference/photos.shtm. Pour une analyse approfondie, voir Andrijasevic (2004).

10 «Lilya 4-Ever : Un film peut-il faire la différence ? », OIM Infos, mars 2004, pp. 18-19.

11 Voir http://www.iom.org.ua/index.php?id=53&sub_id=54&public_id=70&action=public_det&wlng=e

12 «Celebrities Spread the Word: ‘If you want to go abroad it’s OK… Get yourself informed. Find a little time to call the hotline’», IOM News, juin 2004, pp. 21-22.

13 Voir http://www.mtvexit.org/.

14 «L’être humain n’a pas de prix», op. cit.

15 Prevention of irregular migration from Romania to Belgium, Rapport final au ministère de l’Intérieur de Belgique, 2005.

16 «Quitter l’Ukraine pour émigrer légalement et en toute sécurité», Migrations, décembre 2005, pp. 24-25. Notons que ces institutions ressemblent à des projets en cours au Mali, ou sont en train d’être créés : une ‘Maison des Maliens de l’Extérieur’ et un ‘Centre d’Information et de Gestion des Migrations’, dont l’objectif sera de diffuser des informations sur les opportunités de travail à l’étranger, sur les risques de l’immigration clandestine et sur les possibilités de retour et de réinsertion des migrants. Si les autorités maliennes sont responsables de ces projets, le soutien et la contribution de l’Union Européenne semblent déterminants (voir le communiqué de presse IP/07/167 de l’UE ‘Réunion de Haut Niveau Union Européenne – Mali sur les Migrations et le Développement – 8 février 2007’). Derrière les différences de contexte, une approche commune rassemble ces différentes initiatives – autre illustration des liens entre les évolutions à l’œuvre en Europe de l’Est et ailleurs (voir note 6).

17 «Programme d’information pour le Maroc : l’OIM et l’Espagne signent un protocole de projet», OIM Infos, no 2, 1999, p. 9.

18 Prevention of irregular migration from Romania to Belgium, op. cit.

19 Voir http://www.iom.sk/index.php?menu=61&subMenu=82 et http://www.iom.cz/english/projects-detail.shtml?x=194153.

20 «Information campaigns aim at helping potential migrants make well-informed decisions regarding migration. Experience has shown that the most credible information is a balanced and neutral one that offers facts on the possibilities and advantages of regular migration, as well as on the disadvantages of irregular departures. … In the anti-trafficking campaigns, information is given about the risks and dangers involved», Trafficking in Migrants, n° 20, décembre 1999 – janvier 2000, p. 1.

21 «L’Indonésie demande l’aide de l’OIM», OIM Infos, septembre 2000, p. 3

22 «Programme d’information pour le Maroc : l’OIM et l’Espagne signent un protocole de projet», op. cit.

23 http://www.iom.sk/index.php?menu=59

24 Voir : « Prostitution forcée= esclavage : l’histoire de Maria », OIM Infos, septembre 2000, pp.. 5-6 ; « Retour et réintégration des victimes de la traite en Ukraine », OIM Infos, septembre 2002, pp. 16-17 ; « Des vies brisées dont il faut recoller les morceaux », OIM Infos, décembre 2003, p. 8 ; 3une seconde chance pour les femmes victimes de la traite », Migrations, décembre 2005, pp. 18-19 ; « Le supplice d’Héléna » - Histoire d’une victime de la traite » , Migrations, décembre 2005, pp.20-22

25 Des programmes ont été ainsi mis sur pied pour des clandestins du Honduras aux Etats-Unis, ainsi que pour des Maliens bloqués au Maroc après avoir échoué dans leur tentative de gagner l’Europe.(« L’OIM facilite le retour des migrants », OIM Infos, septembre 200, p. 12 ; 3Piégés au Maroc : des migrants en détresse reçoivent l’assistance de l’OIM », Migrations, décembre 2005, pp. 16-17

26 En 2003 par exemple, plus d’une femme sur trois résidant dans un centre d’assistance aux victimes de l’OIM en Albanie avait été trafiquée plus de deux fois ; l’OIM note que «si dans le passé la majorité des victimes n’étaient pas conscientes des dangers de la traite, un pourcentage croissant de victimes se trouvent dans une situation tellement désespérée qu’elles étaient prêtes à prendre un tel risque» (IOM Counter-Trafficking Service, «Changing patterns and trends of trafficking in persons in the Balkan region. Assessment carried out in Albania, Bosnia and Herzegovina, the Province of Kosovo, the Former Yugoslav Republic of Macedonia and the Republic of Moldova», juillet 2004, pp. 21-24).

27 Dans un registre littéraire, cela est éloquemment illustré dans Partir, un roman récent de Tahar Ben Jelloun [2006], qui décrit les aspirations des jeunes de Tanger désireux d’atteindre l’Europe : bien que conscients des morts dans le détroit de Gibraltar et des difficultés de la vie des sans-papiers en Europe, ces jeunes hommes et femmes sont obsédés par l’émigration, perçue comme leur seul espoir d’échapper à la stagnation de leur existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Nieuwenhuys et Antoine Pécoud, « Campagnes d’information et traite des êtres humains à l’est de l’Europe », Espace populations sociétés, 2008/2 | 2008, 319-330.

Référence électronique

Céline Nieuwenhuys et Antoine Pécoud, « Campagnes d’information et traite des êtres humains à l’est de l’Europe », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/2588 ; DOI : 10.4000/eps.2588

Haut de page

Auteurs

Céline Nieuwenhuys

Fédération des Centres de Service Social (FCSS)
49, rue Gheude
1070 Bruxelles
Belgique
Celine.vigilance@gmail.com

Antoine Pécoud

Unité de Recherches Migrations et Société (URMIS)
Université Paris 7 Denis Diderot
Case courrier 7027
75205 Paris Cedex 13
antoinepecoud@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals