Navigation – Plan du site

Éditorial

Sylvie Coupleux, Jean-Pierre Renard et Sabine Duhamel
p. 189-191

Texte intégral

1Si la frontière est un objet et un symbole d’interdiction, de contrôle et de filtrage, elle est aussi, et depuis toujours, un objet de transgression, de découverte et donc de déplacements ; en un sens, elle est aussi enjeu d’expression de liberté. Dans un sens comme dans l’autre, elle induit ainsi des effets spatiaux qui affectent la mobilité et la répartition de la population, elles-mêmes influencées par les représentations collectives et individuelles de la frontière (dissymétrie, dédoublement, accumulation, vide, contournement, etc.). Mais inversement, dans certaines sociétés où les réseaux humains traditionnels engendrent une organisation territoriale aux limites assez floues, les frontières étatiques, que l’on a parfois surimposées aux modes de fonctionnement socio-spatial préexistant, sont difficilement acceptées, car perçues comme une contrainte, un « appauvrissement » social, et aucunement valorisées en termes de complémentarités et de ressources.

2Au sein de l’Union européenne à vingt-cinq, et surtout de l’espace Schengen, les frontières d’État deviennent de plus en plus poreuses, face aux différentes formes de mo­bilité de population (travail quotidien, loisirs et récréation de proximité, mobilité résidentielle, scolarité, achats et services…). La porosité qui participe de la mondialisation économique est aussi un objectif politique communautaire. Ainsi l’intégration territoriale transfrontalière est à la fois spontanée et planifiée, économique (libérale) et politique (donc influencée). Bien des dossiers de coopération transfrontalière de proximité, depuis le début des années 1990, cherchent à amplifier la mobilité des acteurs territoriaux et des citoyens, entre les espaces et les lieux de coopération. La mobilité accrue est espérée, encouragée, en tant que facteur d’intégration et de recomposition territoriales ; elle doit permettre d’améliorer la connaissance de l’autre, modifier des comportements, des cultures, des modalités de travail ; la confrontation des différences ne peut pas se limiter à la simple juxtaposition et comparaison ; elle doit progressivement générer de l’innovation, une culture commune. Sur le plan identitaire, la mobilité accrue, la coopération, les échanges multiples peuvent complexifier les sentiments d’appartenance et confirmer la formation d’un feuilleté identitaire.

3Toutefois, la porosité accrue des frontières étatiques, l’intégration territoriale supra-nationale sont aussi deux processus qui inquiètent, suscitent des courants de refus, de résistance. Le poids du passé des sociétés, les héritages peuvent parfois engendrer de fortes inerties qui constituent des contretemps aux desseins politiques, notamment européens. Alors que la frontière nationale s’ouvre aux échanges et à la coopération, d’autres frontières intérieures se cristallisent, se linéarisent, signalant ainsi l’existence de contre-courants puissants. La confrontation de temporalités sociétales et politiques semble alors déplacer la « véritable » frontière (de contrôle, de refus) vers d’autres échelles spatiales.

4En revanche, il serait vain de penser que l’ouverture des frontières suffise pour amplifier la mobilité. Même fermée, la frontière invite à la transgression dès lors qu’elle juxtapose deux entités territoriales différentes C’est parce que l’on perçoit (souvent avec déformation) des différences qu’on est tenté d’aller au-delà de la frontière. Ligne-barrière certes, instrument de pouvoirs et de politiques, symbole de différenciation et parfois de complémentarité possible, la frontière induit toujours de la mobilité aux motivations et significations multiples : légale / clandestine ; planifiée / spontanée ; conjoncturelle / structurelle ; économique / politique, etc. La différenciation est donc plus génératrice de mobilité que l’ouverture des territoires. Dans certains cas, on observe même que le processus d’ouverture frontalière est accompagné du tarissement de certains flux traditionnels.

5Là où les frontières sont ouvertes (ou en voie d’ouverture), les faits frontaliers semblent se diffuser à l’intérieur des territoires circonscrits. La région frontalière prend de l’épaisseur avec l’étalement de l’aire de recrutement des navetteurs, ou encore de l’aire de résidence principale des « étrangers », des élèves, l’espace pratiqué pour recourir aux services et commerces… En outre, cette diffusion des pratiques et faits frontaliers s’appuie sur des temporalités différentes selon les individus et leurs représentations. Le navetteur et l’élève associent un espace de proximité à une temporalité quotidienne, bien rythmée, répétitive ; le cadre qui, pour son travail et ses loisirs culturels, traverse souvent mais pas quotidiennement la frontière, se crée un territoire plus discontinu, « archipellisé », articulé à une temporalité courte, discontinue, le tout structuré autour d’axes et de lieux centrés sur de grandes villes. Enfin avec le développement des mobilités saisonnières, cy­cli­ques, de vacances engendrant parfois davantage de mariages mixtes, ce fait frontalier autrefois très lié à la proximité de la ligne-frontière, a désormais tendance à s’éloigner de celle-ci, en direction de grandes régions touristiques. D’une mobilité et d’un espace transfrontalier, nous passons à d’autres échelles qui relèvent des espaces transnationaux.

6Dans ce numéro de la revue « Espace Populations Sociétés », nous pourrons ainsi tenter de comparer des transformations spatiales frontalières en cours, nourries d’étu­des de cas empruntées à des sociétés aux traditions culturelles et spatiales différentes, situées dans des contextes politiques très contrastés (frontières fermées et tendues, frontières plus ouvertes).

7En étudiant des frontières différentes (Balkans, France du Nord et du Nord-Est, Pays basque, région de Kayes…), en se penchant sur diverses mobilités de population (loisirs et fêtes, travail et résidence, football professionnel…), les auteurs apportent des éléments de réponses aux interrogations précédemment formulées.

8Ainsi, nous approcherons, de différentes manières, l’épaisseur donnée à la frontière par l’intégration territoriale transfrontalière. Éric Auburtin par l’étude du travail frontalier à destination du Luxembourg, Grégory Hamez qui s’est intéressé aux mariages mixtes et Hélène Vélasco dont l’analyse porte sur les comportements de mobilité à la frontière franco-espagnole au Pays basque, abordent des exemples de frontières po­reuses où les flux se multiplient engendrant des processus de déplacements et de diffusion spatiale des faits frontaliers. D’épais­seur, il s’agit également dans les articles de Sylvie Letniowska-Swiat à l’échelle de la métropole lilloise ou encore dans celui de Cécile Buxeda dont l’objectif est de saisir les effets spatiaux de l’ouverture de la frontière franco-allemande à travers la diffusion de comportements frontaliers.

9Ces processus sont également abordés, à une autre échelle, par l’analyse des migrations de joueurs de football en Europe, dans l’article de Raffaele Poli et Loïc Ravenel.

10La logique séparatrice de la frontière génère des tensions analysées notamment par Emmanuelle Chaveneau et Amaël Cattaruzza qui nous montrent que l’évolution des frontières peut être très hésitante et s’appuyer sur des modifications de forme et de statut. Jennifer Heurley aborde quant à elle le thème de la cristallisation de frontières intérieures alors que la frontière étatique tend à s’ouvrir de plus en plus, et Stéphanie Lima analyse les comportements de mobilités de sociétés qui fonctionnent surtout en réseaux et qui acceptent difficilement la logique séparatrice des limites territoriales imposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Coupleux, Jean-Pierre Renard et Sabine Duhamel, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2005/2 | 2005, 189-191.

Référence électronique

Sylvie Coupleux, Jean-Pierre Renard et Sabine Duhamel, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/2 | 2005, mis en ligne le 16 novembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/3178

Haut de page

Auteurs

Sylvie Coupleux

Articles du même auteur

Jean-Pierre Renard

EA 2468 « Dynamique des Réseaux et des Territoires »
Université d’Artois
U.F.R. d’Histoire-Géographie
9, rue du Temple
62030 Arras Cedex
Sylvie.Coupleux@ifresi.univ-lille1.fr
jean-pierre.renard4@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Sabine Duhamel

EA 1702
Institut des Mers du Nord, ULCO
Université du Littoral, Département de Géographie
2, Chaussée des Darses
59140 Dunkerque
Sabine-ericduhamel@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals