Navigation – Plan du site
Articles

Les violences faites aux peuples dans les logiques du système-monde

Violence Towards People in the World-System’s Logics
Christian Vandermotten et Stéphane Rosière
p. 385-399

Résumés

Le but de cet article est de tenter de corréler, au-delà de leur hétérogénéité foisonnante, les violences faites aux populations – et notamment celles qui sont liées aux marqueurs ethniques — et les logiques du système-monde. Ce « système » global s'est fondé sur des bases économiques, mais reste politiquement marqué par une violence générique, celle de l’impérialisme ; par ailleurs, au-delà des rapports de force qui fondent le binôme centre-périphérie, les situations de domination et de subordination ne sont pas sans conséquence sur la nature des violences politiques d’une manière générale et les violences interethniques en particulier. L’enjeu de cet article est, précisément, de tenter de déterminer ce lien et de préciser les mécanismes qui sont alors en cause.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

(En matière de géographie de la population), l'aggiornamento épistémologique des années 1950-1960 s'est arrêté aux frontières du politique (...). Alors que l'approche démographique s'est hypertrophiée, l'étude des facteurs politiques – restés innommés pour ne pas dire innommables – a été au contraire réduite à la portion congrue, sinon à l'insignifiance.

S. Rosière, 2007

  • 1 Forme particulière du mode de production capitaliste parce que de fait la pratique y était celle d' (...)
  • 2 C'est-à-dire des élites politiques bureaucratisées, contrôlant l'appareil politique et économique s (...)

1Les formes sociales de la violence sont génériques aux différents modes de production. Dans le mode de production capitaliste (y compris dans sa forme particulière du soi-disant « socialisme réalisé »1), cette violence a une dimension interne et externe. Dans sa dimension interne, elle rend compte, d'une part, des rapports sociaux inégaux entre classes et fractions de classes (ou nomenklaturas2) ; en général contrôlée et régulée par les appareils législatifs, judiciaires, policiers, par les idéologies dominantes, elle peut exploser dans des situations particulières d'exacerbation des contradictions sociales, éventuellement sous l'influence de facteurs extérieurs. Dans sa dimension externe, elle rend compte des rapports économiques et politiques inégaux à l'intérieur du système-monde et la guerre entre États est ici sa forme exacerbée. Mais les dimensions internes et externes de la violence ne sont pas indépendantes : l'une est fréquemment un dérivatif ou une légitimation de l'autre.

2Dans le présent article, nous nous attacherons seulement à une forme particulière de violences faites aux peuples, à savoir celles qui, dans le contexte du système-monde, s'exercent dans une logique étatique, par référence à l’affiliation ethnique et sans distinction explicite de classes (même si parfois ces deux aspects interfèrent). Ces violences sont le fait de différents acteurs : pouvoirs d'État, organisations paramilitaires ou forces d'encadrement politique agissant de fait pour le compte d'un pouvoir d'État sinon, en opposition idéologique à ces dernières, de groupes armés ambitionnant de prendre le contrôle de l’État. Tenter cette analyse des violences implique d'abord d'examiner les concepts d’ethnie et de système-monde.

1. La notion d’ethnie

3La notion d’ethnie, telle qu’elle sera utilisée ici, dispose d’une dimension normative, dénuée de jugement de valeur (alors qu’en français, ce terme présente souvent une dimension péjorative), héritée de l’acception anglo-saxonne contemporaine de ce terme dont Barth (1969) a posé les fondements. Ce terme désigne tout groupe de personnes homogénéisé ou identifié par des « marqueurs ethniques » qui le spécifient, et de ce fait distinct des autres groupes. Ces « marqueurs » peuvent être, suivant les cas, linguistiques, religieux, culturels, sociaux ou encore historiques.

4Les marqueurs linguistiques peuvent séparer des groupes disposant d’une même religion (que l’on pense à la diversité des peuples ayant embrassé l’islam ou même simplement le chiisme duodécimain qui est autant perse qu’arabe, ou en Belgique, où Flamands et Wallons sont bien catholiques mais linguistiquement distincts). Les marqueurs religieux peuvent séparer des groupes relativement homogènes d’un point de vue linguistique (que l’on pense aux habitants de la Bosnie-Herzégovine qui parlent tous la même langue), voire même paradoxalement des groupes pratiquant la même religion : pensons aux allégeances aux différents patriarcats et exarchats des orthodoxes des Balkans, qui y ont fondé des identités et des luttes ethniques. L’histoire peut séparer des groupes qui, sinon, ne seraient en rien distincts (Bavarois et Autrichiens, par exemple). Les possibilités de segmentation sont, de ce point de vue, presque infinies.

  • 3 Ou un ensemble d'ethnies qui se considèrent comme formant ensemble une Nation : c'est le cas en Sui (...)

5Il importe enfin de rappeler que la notion d’ethnie n’est ni synonyme ni antonyme de celle de Nation. Qu’une ethnie se considère, ou soit considérée, comme une Nation ou non ne change rien à l’existence des marqueurs qui la caractérisent. La Nation peut être définie comme une ethnie qui se considère comme digne de fonder un État3. La Nation est un projet politique, concrétisé ou non. Toutefois, si l'ethnie possède une temporalité différente de celle de la Nation et si cette dernière est la construction iconographique et politique d'une (ou de plusieurs) ethnie(s), l'ethnie n'est pas pour autant un état de fait immanent ; elle est aussi souvent une création, du moins partielle, du projet politique de la Nation : y-a-t-il une ethnie française éternelle et évidente avant la création de l'État-Nation ? En Afrique, l'ethnie est largement une construction politique du colonisateur, mais a aussi pu devenir un facteur d'identification collective face à celui-ci [Dozon, 2008].

6Si le système-monde est un processus de domination économique et social, il a aussi participé à la généralisation de la norme de l’État-Nation qu'il a générée en son centre et au développement d’un maillage étatique cohérent sur l’ensemble du globe, notamment dans le double processus de colonisation/décolonisation. Ainsi, et à leur corps défendant, toutes les ethnies de la planète se sont retrouvées plus ou moins en porte-à-faux vis-à-vis de cette norme juridico-territoriale : « l’ethnie n’est pas indifférente au projet national, soit elle le fonde, soit elle s’y oppose. Elle est donc sensible à la création des États (statogenèse) ou à leur évolution territoriale (translation territoriale) » [Rosière, 2006a, p.8]. Ce processus d’ajustement des ethnies à la norme de l’État est éminemment conflictuel.

2. Périodes et structures spatiales du système-monde

7En ce qui concerne le système-monde, il paraît utile de rappeler les stades de son évolution, et ensuite de dresser une typologie des formes, des logiques et des géographies des types de violences ethniques ou religieuses, dans leur historicité.

8Le système-monde, tel qu’Immanuel Wallerstein l’a conceptualisé [Wallerstein, 1974-1988], implique une organisation de l'économie dominée par un ou des centres qui imposent leurs logiques à des périphéries. Ce système-monde est un système de lieux dominants et dominés et de rapports entre eux. Les différentes formes de subordination des périphéries au centre ont été différenciées en plusieurs types de périphéries [Reynaud, 1981] dont nous retiendrons ici trois types : les périphéries intégrées, dominées et délaissées.

9La périphérie intégrée, ou semi-périphérie, proche du centre, tire certains bénéfices du système global et peut progressivement s'intégrer au centre.

10La périphérie dominée est en situation beaucoup plus délicate, fournissant au centre hommes, matières premières, voire produits industriels fabriqués à bas prix sur la base de technologies conçues dans le centre. Dans cette périphérie « soumise », le rapport de subordination au centre tend à se maintenir, bien que les rapports de domination ne restent pas immuables : la situation actuelle de la Chine interpelle, qui partage des caractéristiques de la périphérie « soumise » et de la périphérie intégrée.

11La périphérie délaissée forme, enfin, un espace marginalisé, peu peuplé et exclu ou inintéressant pour le système global qui ne le concerne que s'il la perçoit comme une menace à son fonctionnement (lutte contre le terrorisme, la drogue, la piraterie, etc.). Cette tripartition – qui doit être nuancée, la périphérie dominée exportatrice de produits manufacturés n'est pas celle exportatrice de matières premières – ne vaut que pour la situation actuelle: jusqu'au 19ème siècle, de vastes portions du monde ne sont tout simplement pas encore incorporées au système-monde et ne peuvent donc être qualifiées de périphéries délaissées. Par ailleurs, au moins durant la période stalinienne, voire jusque dans les années 1970, les pays du « socialisme réalisé » échappaient largement au fonctionnement du système-monde et ne pouvaient donc pas être qualifiés en termes de centre ou de périphérie, quel que fût leur niveau de développement économique.

  • 4 Mais pas absolument exclusif : pensons aux Compagnies commerciales privées des Temps modernes - mêm (...)

12Ce système de plus en plus intégré prend naissance avec les « grandes découvertes » à la fin du 15ème siècle, en même temps que le capitalisme marchand européen commence à étendre ses relations commerciales à l'échelle mondiale. L'histoire du système-monde peut être subdivisée en quatre périodes, correspondant chacune à une phase du développement économique, sachant que les structures spatiales conservent en chaque lieu et durant chaque phase des sédimentations plus ou moins importantes des phases antérieures (et aussi des formations politiques, sociales, des héritages culturels antérieurs à l'incorporation dans le système-monde) [Vandermotten, 2008] L'État y est l'interface politique hégémonique4, mais la nature des États rend compte de l'état et des contradictions entre les forces sociales et « les États ne sont pas dans une situation d’autonomie ou d’isolement qui permettrait de leur attribuer un mode de production particulier » [Wallerstein, 2006, p. 39].

13Ces quatre périodes sont successivement celles du capitalisme marchand mercantiliste, du capitalisme industriel, du fordisme et de la globalisation contemporaine.

2.1. La période du capitalisme marchand et du mercantilisme

14S'étendant de la fin du 15ème siècle à la révolution industrielle, elle est caractérisée par un régime d'accumulation simple, donc sans que la question de la réalisation de valeur manufacturière ne soit centrale. Y correspond politiquement dans les pays du centre le renforcement de l'État royal, associé aux bourgeoisies marchandes, voire localement, sur des territoires de petite taille, à des républiques bourgeoises. En périphérie, les États du centre (ou leurs compagnies à charte) pratiquent soit la colonisation territoriale (à finalité le plus souvent minière ou agricole, mais pour des produits rares, donc supportant des coûts élevés de transport), soit se contentent d'escales garanties (pour les produits artisanaux rares ou la fourniture d'esclaves). En semi-périphérie du centre, l'État royal reste à dominante agraire-nobiliaire, sans association forte de la bourgeoisie marchande au pouvoir d'État. À cette période, de larges portions de la surface terrestre échappent par ailleurs à l'économie-monde [Vandermotten, Vandeburie, 2005].

2.2. La période du capitalisme industriel

15Depuis le début du 19ème siècle, voire la fin du 18ème pour l'Angleterre, un régime d'accumulation élargi pose cette fois la question centrale de la réalisation de la valeur et implique donc d'abord la mise en place d'un vaste marché national, puis, de manière exacerbée à partir du dernier quart du 19ème siècle, celle de l'extension internationale des débouchés (et des approvisionnements). Y correspond politiquement, dans les pays du centre, le renforcement de l'État bourgeois national, s'ouvrant progressivement au suffrage universel et pratiquant à l'extérieur une politique impérialiste. C'est la période par excellence de la formation des idéologies nationales. Le nationalisme étant « essentiellement un principe politique qui affirme que l’unité politique et l’unité nationale doivent être congruentes. » [Gellner, 1989] — définition simple qui implique l’apparition d’une logique spatiale de violences liées au jeu de la position géographique des ethnies et des frontières. La recherche de l’homogénéité nationale (ou ethnique) est en effet pensée tout à la fois comme la condition de la légitimité et de la sécurité des États. Légitimité car l’homogénéité ethnique ou nationale prouve a fortiori le bien-fondé de l’existence de l’État, et sécurité car l’absence de population allogène est censée mieux garantir la cohésion de la population et la stabilité de l’État : l’expulsion des minorités (nettoyage ethnique), l’apparition de génocides (Amérique du Nord, Empire ottoman dans son déclin) est le produit de ces nouvelles logiques.

2.3. Le fordisme

  • 5 On pourrait déjà parler de fordisme pour le New Deal de Roosevelt, donc avant la guerre, mais il es (...)
  • 6 Outre les luttes des peuples colonisés, la volonté des États-Unis de mondialiser leur aire d'influe (...)

16Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le fordisme est caractérisé par un recentrage des marchés sur les États du centre, du fait d'une nette augmentation du pouvoir d'achat des populations de ces pays5. Il ne faut pas réduire le fordisme à son seul volet technique, le taylorisme. Au-delà de l'augmentation de la productivité liée à la « décomposition scientifique » du travail industriel, le fordisme implique en effet une redistribution importante en faveur des travailleurs des profits résultant de cette augmentation. Ceci se fait dans un contexte keynésien d'intervention accrue de l'État dans la sphère productive et dans celle de la reproduction. L'État fordiste coiffe les négociations entre patronat et syndicats et est le garant de la paix sociale. Politiquement, les compétitions impérialistes entre puissances du centre sont atténuées et ne prennent plus de tour conflictuel ; en réponse à l'intégration des marchés, un processus de coopération politique approfondie commence à se mettre en place en Europe. En périphérie, le contrôle politique colonial ne s'impose plus, du fait de l'importance relative croissante des débouchés dans les pays du centre. En conjonction avec la modification des rapports de force entre puissances mondiales et avec la lutte des peuples colonisés, cela entraîne l'accession à l'indépendance de nouveaux États6, dans lesquels des bourgeoisies nationales tentent parfois de s'autonomiser, mais dont il apparaîtra bien vite qu'elles ne pourront pas s'affranchir des logiques de dépendance de l'économie-monde. De façon provisoire, les pays du « socialisme réalisé » fonctionnent en relative autarcie par rapport au système-monde.

2.4. La globalisation contemporaine

17Depuis le dernier quart du 20ème siècle, avec une affirmation renforcée depuis le début des années 1990, cette phase est caractérisée, outre l'affirmation de blocs continentaux qui restent toutefois plutôt des constructions économiques, sauf partiellement en Europe, par quatre phénomènes politiques :

  • une certaine remise en question de l'État central, moins redistributeur et moins interventionniste, dans les pays du centre où sa légitimité historique est la moins affirmée, en particulier là où il n'est pas parvenu à réaliser une large unification ethnique ;

  • l'éclatement territorial, sur une base ethnique, d'États issus de la décomposition du « socialisme réalisé » et dont les élites nomenklaturistes reconverties veulent affirmer leurs positions privilégiées dans une situation semi-périphérique ;

  • l'affirmation politique de puissances économiques émergentes, incluant éventuellement le renforcement de leur emprise sur leurs marges périphériques (la frontière intérieure au Brésil ; le Tibet et le Xinjiang en Chine) ;

  • la décomposition ou du moins l'exaspération des tensions politiques dans les pays exclus du système-monde et dans ceux où les réductions des revenus disponibles et les contraintes internationales imposées aux États réduisent d'autant leurs capacités d'action et dès lors leurs légitimités. Ici aussi, les facteurs ethniques peuvent être instrumentalisés.

3. Conflictualité interethnique et « temps » du système-monde

18Durant les quatre périodes qui viennent d'être rapidement évoquées, les conditions d'une instrumentalisation des facteurs ethniques sont présentes de façon variable.

3.1. La période pré-industrielle

  • 7 Les massacres ou les disparitions massives par maladie ou travail forcé des Amérindiens soumis à la (...)

19Durant cette première période, le facteur religieux est le plus instrumentalisé par les pouvoirs politiques nobiliaires. L’expulsion des Maures et des Juifs d’Espagne après la Reconquista serait ainsi un exemple de violence ethnique liée à un facteur religieux, voire la révocation de l'Édit de Nantes, pour autant que l'on puisse montrer qu'existait une « conscience ethnique » franco-protestante. La colonisation est souvent justifiée par la conversion des peuples, même si celle-ci n’est pas la finalité première de ce processus essentiellement économique et financier. L’incorporation d'espaces ultramarins aux empires coloniaux durant cette période est l’occasion de premiers génocides et/ou de nettoyages ethniques de grande ampleur. Certes, ces génocides sont souvent encore « involontaires », comme ceux qui frappent les Amérindiens inclus dans les grands empires précolombiens7. Toutefois, on observe déjà aussi des épisodes de violence caractérisant la création, non encore systématique mais déjà fréquente, de « fronts pionniers », surtout sur les marges des colonies blanches de peuplement. Leur développement implique la mise en place de systèmes d’extermination ou de refoulement des « peuples premiers » — les plus concernés par ces mutations de l’espace [Rosière, 2007, pp. 11-12, fig. 2]. L’incorporation au système-monde de vastes espaces jusque-là exclus n’est donc pas un phénomène indolore mais un ajustement social, économique et politique dont la violence est indéniable pour les populations qui la subissent.

3.2. La période du capitalisme industriel

  • 8 À l’exception notable de la Suisse et de la Belgique. Dans le cas de ce dernier pays, le facteur un (...)

20Alors que le système-monde est en voie d'extension à l'ensemble des terres, les facteurs linguistiques sont plus souvent instrumentalisés par les nationalismes, au moins dans le centre. C’est sur une base linguistique que se renforcent ou se forment les États-Nations d’Europe occidentale8 alors que, de façon concomitante, la dimension religieuse paraît dévaluée. La révolution industrielle aboutit ainsi à la sécularisation de la société, dont la disparition des ghettos juifs dans les métropoles d’Europe occidentale est l’une des manifestations. Les processus d’unification allemande ou italienne sont ainsi justifiés non sur des bases confessionnelles (même si en Allemagne le Kulturkampf exprime une réticence envers l'église catholique, perçue comme moins « nationale » que le protestantisme), mais par l’appartenance à une Nation dont la langue standardisée est la manifestation la plus tangible. Dans cette logique, les groupes allophones se retrouvent ainsi exclus et sont soit condamnés à l’assimilation, soit précipités dans des processus de statogenèses. Les peuples qui veulent alors exister — devenir des Nations suivant la terminologie proposée plus haut — se doivent d’être dotés de langues distinctes avec leurs corpus spécifiques. La fragmentation politique et la violence interethnique dans les Balkans résultent ainsi de l’expansion de la norme de l’État-Nation monolingue dans cette semi-périphérie pourtant ethniquement très hétérogène. Dans cette région, la dimension confessionnelle et les allégeances ecclésiastiques sont aussi des fondements forts de l'identité ethnique et viennent encore compliquer cette donnée.

3.3. La période fordiste

21Elle fut plutôt une ère d'affirmation des États dans un contexte d'affrontement entre blocs globalisé à l'échelle mondiale. La guerre froide s'accompagne de l’affirmation de la norme de l’État-Nation dans la périphérie du système-monde. Les nationalismes s’affirment autant dans le monde arabe, en Asie du sud, en Extrême-Orient ou en Afrique. Même si l’Européen reste l’adversaire (l’impérialiste), la norme qui s’impose à ces nouvelles élites nationales reste celle de l’État-Nation européen. À ce titre, les populations ethniquement « discordantes » se retrouvent aux prises avec les mêmes problèmes que les minorités européennes face à ces nouveaux nationalismes. Le vaste « nettoyage ethnique » qui caractérise le sous-continent indien en 1947 n’est qu’une réplique, démesurée en termes de victimes et de personnes déplacées (15 millions de réfugiés), de ce qu’ont connu les populations des Balkans entre 1825 et 1922. Signalons aussi que, durant cette troisième période, les processus de « front pionnier » peuvent se poursuivre et se renforcer en étant dès lors menés non par des puissances coloniales mais par les nouvelles élites au pouvoir (Indonésie).

3.4. La période contemporaine de globalisation

  • 9 Ce qui n'exclut pas la survie de tentations de défense des « champions nationaux », renforcées en p (...)
  • 10 Avec, dans le cas du Rwanda et du Burundi, opposition entre des ethnies largement « construites » p (...)

22Cette dernière période enfin paraît plutôt globalement caractérisée par différentes formes d'affaiblissement des États. Les processus transnationaux (mondialisation, intégration des États en blocs économiques régionaux, imposition de normes et de doctrines globales notamment par le biais d’institutions internationales) sont autant de remises en cause du modèle de l’État-Nation. Toutefois, si les capacités d'intervention autonome des États s'affaiblissent partout, et plus encore en périphérie, où ils sont incapables de s'opposer au modèle ultra-libéral imposé par le centre, l'affaiblissement relatif de l'iconographie [Gottmann, 1952] de l'État-Nation concerne avant tout le centre, où les économies sont les plus intégrées9. En revanche, en semi-périphérie et en périphérie, la fragmentation de l'espace politique entamée durant la période précédente se poursuit. Le nombre des États ne cesse de croître : la « scissiparité ethnique » entraîne une multiplication de conflits locaux là où les élites locales de type post-soviétique tentent de s'affirmer pour récupérer à leur profit les ruines du « socialisme réalisé », en jouant la carte du nationalisme (Caucase et Yougoslavie). L'instrumentalisation des facteurs ethniques s'accentue, y compris à l'intérieur des cadres étatiques en crise, surtout dans la périphérie délaissée ou en voie de délaissement, notamment en Afrique noire (Liberia, Côte d'Ivoire, Rwanda, Burundi10, République démocratique du Congo, Zimbabwe, etc.). Dans les cas de décomposition extrême, l'ethnicisation des conflits cède même la place à leur « clanicisation », tout aussi violente (Somalie). La simultanéité entre les processus d’intégration régionale dans le centre et la poursuite de la fragmentation et/ou de la décomposition étatique dans la périphérie est remarquable. 2016-11-30T11:10:00Stéphane Les conditions économiques objectives d'une intégration ne sont tout simplement pas réunies dans de très larges portions de la périphérie : il n'y a pas de système économique complexe intégré et bien souvent ces pays sont des exportateurs concurrents de produits identiques.

23Le système-monde est donc hétérogène par essence, puisqu'il est fondé sur des échanges inégaux et des relations de subordination ou de complémentarité ; il est aussi diachronique et marqué par des processus contradictoires (ou au moins chronologiquement décalés) entre ses centres et ses périphéries. En même temps, cette hétérogénéité implique de manière dialectiquement contradictoire une recherche de renforcement de l'homogénéité de chacune de ses parties constituantes, pour laquelle l'État est un des acteurs les plus anciens et les plus actifs, aujourd'hui partiellement relayé par des formes supra-étatiques, du moins dans les pays du centre, voire de la semi-périphérie intégrée. L’hétérogénéité du système est donc à la fois un des principes de son fonctionnement et une menace qui pèse sur lui, par les inégalités qu'elle nourrit. L’hétérogénéité structurelle du système-monde génère spontanément des politiques de « simplification », d’homogénéisation, ou standardisation dont les volets sont nombreux depuis les diverses « guerres des langues » [Calvet, 2005] jusqu'aux plus récents génocides industriels en passant par les nettoyages ethniques et conflits identitaires, surtout évidents aujourd'hui en périphérie. Si le système-monde se nourrit de gradients de développement, s’il produit des classes sociales nettement différenciées, il ne tolère pas si aisément les gradients culturels et les fractures « civilisationnelles ». La mise en exergue simplificatrice et caricaturale des « civilisations » par Samuel Huntington (1996, éd. franç. 1997) après la fin de la guerre froide relève ainsi d’une tentative d'instrumentalisation, plus que de compréhension, de ce système mondial complexe. L’existence de « civilisations » (fondées chacune sur une religion selon son concepteur) met curieusement en exergue un des marqueurs ethniques qui avait eu tendance à être marginalisé depuis la genèse du système-monde.

4. types de politique d'homogénéisation et violences à base ethnique : in-et ex-politics

  • 11 On peut hésiter quant aux pogroms contre les Juifs : s'agissait-il d'une violence ethnique ou « sim (...)

24L'analyse des quatre phases dans la formation du système-monde exclut de fait de notre champ d'investigation les violences faites aux peuples avant le capitalisme, voire avant le capitalisme industriel : non pas que des peuples n'aient pu être victimes de violences terribles, mais bien que les caractéristiques ethniques étaient rarement la justification de la violence : les États tributaires, les États féodaux, et même l'État royal, n'en tiraient pas de légitimation politique. Ce dernier n'avait pas à se légitimer envers une opinion publique citoyenne, et ne visait d'ailleurs pas explicitement à l'unification ethnique de ses sujets, sinon sous la forme primitive de l'unification à base confessionnelle — avec les violences associées —, la religion étant à cette époque légitimatrice du pouvoir11. La tentative de typologie des violences de nature ethnique ne s'applique pleinement qu'à partir de la formation de l'État bourgeois du capitalisme industriel, l’État-Nation.

25Nous pouvons distinguer deux catégories génériques d'atteintes à l'identité ethnique des peuples ou de violences caractérisées menées sur cette base : les in-politics et les ex-politics.

Figure1. Politiques d’homogénéisation du peuplement : in et ex-politics

Figure1. Politiques d’homogénéisation du peuplement : in et ex-politics

4.1. Les in-politics

26Le néologisme in-politics désigne « des politiques d’homogénéisation fondées sur la violence, (qui) nient la différence, l’altérité et imposent l’intégration forcée dans le corps national ou le groupe ethnique. Une in-politics repose sur l’idée que des groupes différenciés peuvent, sinon doivent, être amalgamés et se fondre en un seul » [Rosière, 2006b, p. 456]. L’intégration d’individus et peuples allogènes par la religion et/ou la langue, sinon plus largement par la culture, sont des éléments tangibles du succès d’une in-politics. Ce succès n’est rendu possible que par l’existence d’appareils d'État diffusant et imposant des langues (et/ou des religions, ainsi que des modèles culturels) et des cultures et iconographies nationales plus ou moins construites. D’autres structures permettent de standardiser une culture nationale, comme une église (ou un clergé). En tout état de cause, quels que soient les acteurs et structures parties prenantes, l’intégration des allogènes, allophones ou autres, reste le but des in-politics.

  • 12 Même si la liberté de l'emploi des langues était garantie par la Constitution.

27On peut toutefois distinguer, parmi les in-politics, celles qui mobilisent véritablement la coercition légale ou sociale (comme l'absence d'enseignement, de recours à la justice, etc. dans une langue déterminée, qui est perçue comme une contrainte sociale par ses locuteurs — l’imposition de l’anglais en Irlande relève de ces logiques) et celles qui agissent de manière plus soft, en présentant l'assimilation comme un élément de progrès culturel et d'intégration sociale, valorisé par ceux qui la subissent. Dans cette intégration soft, les mécanismes économiques et sociaux jouent un rôle décisif : s’intégrer c’est monter dans l’échelle sociale. Ce fut par exemple la différence de perception ressentie dans la Belgique officielle francophone du 19ème siècle12 par les populations parlant des dialectes flamands d'une part, par celles parlant des dialectes wallons de l'autre face à l'imposition du français.

4.2. Les ex-politics

28Le néologisme ex-politics désigne quant à lui, et de façon opposée à la notion d’in-politics : « toute politique d’homogénéisation du peuplement fondée sur l’idée que la fusion entre les différentes composantes de la population de l’État est impossible. Une ex-politics s’appuie, suivant les cas, sur l’exclusion, l’expulsion sinon l’extermination. Elle est le fruit d’un raisonnement xénophobe basé sur le caractère insurmontable de l’altérité » [Rosière, 2006b, p. 455]. Cette autre manifestation du nationalisme s’exprime et s’exerce aussi bien à l’intérieur du cadre étatique qu’au-delà. La distinction entre in- et ex-politics n’est évidemment pas toujours simple [Rosière, 2006b]. In- et ex-politics peuvent ainsi être maniées simultanément par le même appareil étatique dans des régions distinctes ou simultanément envers des peuples différents, ou envers le même peuple suivant des périodes distinctes.

5. Typologie des violences interethniques et interférences contemporaines système-monde / état

29On a montré que les modalités des violences faites aux peuples sur les bases que nous considérons s'inscrivent dans une historicité spécifique et dans les postures et stratégies adoptées par les États en relation avec leur position concrète dans le système-monde. C’est donc au travers de la double grille de lecture système-monde / État — mais aussi du développement, de la cohésion historique, de l'efficacité de l’appareil politique et administratif de celui-ci —, que la logique des violences faites aux peuples doit être comprise.

30Un point de départ pour vérifier cette hypothèse est de croiser les violences relevant aujourd'hui des in- et ex-politics à la surface de la planète avec les gradients de positionnement dans le système-monde, laissant envisager huit situations fondamentales (tableau 1). Les ex-politics, auxquels correspondent souvent des conflits ouverts et sanglants, sont toutefois plus aisées à identifier que les in-politics, surtout sous leurs formes les plus « douces ».

Tableau 1. Typologie de la conjonction système-monde / in et ex politics durant la phase contemporaine de globalisation (exemples postérieur à 1990)–

Tableau 1. Typologie de la conjonction système-monde / in et ex politics durant la phase contemporaine de globalisation (exemples postérieur à 1990)–

(a) Il s'agit ici d'une in-politics « de containment » d'un type particulier puisque, si elle contribue au renforcement du sentiment identitaire ethnique juif israélien, elle ne vise évidemment en rien l'assimilation forcée des populations arabes, qui peuvent la percevoir pour leur part comme une « ex-politics sans expulsion ».
(b) Il s'agit en général d'ex-politics menées dans le cadre étatique, mais elles ont aussi une dimension extérieure à ce cadre du fait des appuis extérieurs des États serbe et croate. La situation du Kosovo pourrait dans l'avenir relever des in-politics si les nouvelles autorités kosovares menaient des politiques d'albanisation des minorités serbes, mais jusqu'à présent on y a observé des ex-politics, même si le statut de l'État est complexe.
(c) Les politiques d'apartheid relevaient à la fois d'une in-politics « de containment » d'un type particulier, comme envers les Arabes israéliens, mais aussi d'ex-politics menées dans le cadre d'un État (voire hors de ce cadre si l'on s'en tenait à la fiction juridique de l'indépendance des Bantoustans.

5.1. Les in-politics relèvent plutôt du centre

  • 13 Il n'en a pas toujours été ainsi et, surtout, cette première constatation n’a pas valeur de loi. Da (...)

31Les in-politics, dans la mesure où elles nécessitent l’existence d’un appareil d’État fort et développé sur l’ensemble du territoire « national », une pratique très encadrante de l’administration, un discours rodé, des moyens et une idéologie stable, paraissent relever avant tout, surtout dans leur version soft, des États du centre13. Mener une in-politics fondée sur l’assimilation des groupes ethniques ne correspondant pas à la norme nationale implique de disposer d’un appareil d’État fonctionnel, et notamment d’un réseau scolaire maillant le territoire, mais aussi de toute l’iconographie nécessaire à générer, transmettre et imposer les représentations de l’État. Dans cette logique d’édification d’États forts et stables, les États du centre les plus anciennement construits (dès le 18ème, voire le 17ème siècle, pour les plus anciens : France et Royaume-Uni) sont dotés d’un avantage précieux : la longue durée. Celle-ci et la révolution industrielle ont permis l’assimilation et l’intégration de nombreuses ethnies périphériques plus ou moins nettement différenciées des populations des centres étatiques. Toutefois, là où les in-politics du passé ne sont pas parvenues à assurer une unification ethnique poussée, la perte de la légitimité hégémonique des États du centre, tant vers le haut (les structures supra-étatiques et les formes globalisées de pouvoir économique) que vers le bas (le pouvoir local) peut entraîner l'apparition ou le renouveau de tensions ethniques, dont les évolutions semblent toutefois devoir rester dans le champ du soft (Belgique, Espagne, Canada, voire Italie et même Grande-Bretagne avec l'Écosse et l'Irlande du Nord).

5.2. L'échec relatif des in-politics en périphérie

  • 14 Sauf localement sur des marges « frontières » de colonisation, délaissées jusque-là par le système (...)

32Le gradient de développement n’explique pas la localisation de toutes les in-politics. Depuis leurs indépendances, d'ailleurs précoces, les États de l'Amérique latine ont mené des in-politics : même si les populations amérindiennes et noires étaient ou restent socialement discriminées, c'est en fonction de leur statut social, dans des logiques de hiérarchie où les élites créoles ont prolongé celles qu'elles avaient déjà elles-mêmes pratiquées durant la période coloniale. Il s'agit donc de logiques différentes de celles que les États-Unis du 19ème siècle ont mises en action envers « leurs » Amérindiens : ces derniers gênaient la formation de l'espace national et leur quasi-extermination a même contribué à forger l'iconographie nationale, dont le Western est l'expression cinématographique, alors qu'en Amérique latine ils représentaient un élément central du fonctionnement du système productif14.

  • 15 Tout comme les Grecs ont inventé la dénomination de « Grecs des montagnes » pour désigner les Slavo (...)

33Dans une autre partie de la périphérie, la Turquie kémaliste a été marquée par le choix d’une in-politics rigoureuse, allant de pair avec une tentative de développement initiée « par le haut », encadrant l'affirmation d'une bourgeoisie national(ist)e. Après la fondation de la République turque en 1922, la bourgeoisie modernisatrice et laïque a lancé une stricte in-politics vis-à-vis de sa minorité kurde (ultime groupe allophone dans ce pays ravagé par les ex-politics du début du 20ème siècle envers les Arméniens et les Grecs, exterminés ou expulsés). La négation de l’altérité ethnique a été totale dans ce pays jusqu’à la fin du 20ème siècle. Les Kurdes, considérés comme des « Turcs des montagnes »15, se sont vu interdire l’usage public (et même privé durant une période) de leur langue. L’école d’État s’est employée à éradiquer cette langue et les autorités ont tenté, avec un certain succès, de diluer les Kurdes en les déplaçant vers les grands centres urbains de l’ouest du pays. Cette politique n’a pas permis d’éradiquer la culture kurde ; elle a au contraire généré, à partir des années 1970, une rébellion armée, menée par le PKK, et son cortège de répressions violentes.

34Dans la périphérie dominée, et plus précisément dans les anciennes colonies européennes devenues indépendantes après la Seconde Guerre mondiale, les nouveaux gouvernements ont souvent mené des politiques d’intégration forcée par la langue ou plus globalement par l’imposition d’une culture nationale. On peut citer les exemples de l’Indonésie ou de l’Algérie.

35En Indonésie, l'État impose une nouvelle langue nationale, le bahasa indonesia, une iconographie strictement contrôlée par le centre (les Javanais), dont les éléments sont à la fois l'histoire nationale, les symboles du passé animiste et la littérature, la tradition (les contes oraux, le théâtre d'ombres ou même les danses javanaises ou balinaises) mais aussi — et parfois contradictoirement — l’Islam sunnite, religion dominante dans cet archipel. Le processus de construction d’une culture nationale a été renforcé par la colonisation par les Javanais des espaces insulaires périphériques (processus dit de « transmigration »). Ces éléments « iconographiques » et migratoires ont été encadrés par l’armée, agent du nationalisme, et ont permis une certaine intégration des minorités ethniques. Ces dernières ont oscillé désormais entre l’acculturation et, sporadiquement, la révolte armée (Moluques, Célèbes, voire aussi Timor-Leste qui signe l’échec total d’une in-politics fondée sur la seule coercition).

36En Algérie, on doit bien sûr considérer que l'expulsion des Pieds-noirs au moment de l’indépendance du pays relève d'une ex-politics caractérisée. De ce point de vue, l’Algérie signait là sa situation périphérique (l’Indonésie a aussi connu l’expulsion de ses colons néerlandais). Par ailleurs, au-delà de cette expulsion en masse, le pouvoir central a tenté de se doter des éléments d’une unification caractérisant les in-politics. Après 1962, le pouvoir central algérien a cherché à renforcer la cohésion nationale en imposant une langue nationale nouvelle - l’arabe standard officiel, qui n’est pas la langue maternelle de la population qui parle un arabe dialectal, ni a fortiori celle des Kabyles – et une iconographie arabocentrique (niant l’héritage berbère mais aussi l’influence française dans une forme de « décolonisation » de l'histoire et de la culture), dont l’Islam et la « guerre de libération nationale » sont les fondements. La diffusion de cette idéologie arabo-islamique a eu un succès mitigé car elle n’a pas disposé du facteur durée. La volonté d’intégration rapide de la population, là où les États de l’Europe occidentale avaient été moins motivés par l'urgence, a généré des blocages, des résistances et une forme d’échec de ce modèle. Le maintien des langues régionales (kabyle) — ou même du français —, signe la limite de cette politique. La guerre civile (plus ou moins) larvée qu'a connue le pays durant les années 1990 est aussi un autre symptôme de l’échec de cette in-politics imposée trop brutalement.

37L’échec des in-politics en périphérie découle de la nécessité pour les pouvoirs en place dans ces pays de produire trop rapidement des nations ethniquement homogènes ; or, le succès d’une in-politics, nous l’avons répété plusieurs fois, se fonde sur le facteur temps. Pourquoi cette hâte dans la périphérie ? Parce que les États nouvellement créés devaient faire la preuve de leur légitimité et que cette légitimité ne pouvait généralement reposer que sur l’existence d’une population homogène. Que voulait dire, par exemple, une Algérie indépendante s’il n’existait pas nettement un peuple algérien ? Toutefois, dans quelques cas, d'autres facteurs de cohésion ont permis de faire l'économie d'in-politics à fondement ethnique. Ce fut le cas en Inde, une fois passée la phase de l'ex-politics réciproque, à base religieuse, entre celle-ci et le Pakistan, au moment de l'indépendance : c'est, dans ce pays, le résultat de la complexité même de la composition sociale et ethnique et de la diversité des clivages entrecroisés.

38L’homogénéité ethnique est ainsi apparue comme la condition de la légitimité et a fortiori de la sécurité de nouveaux États qui restaient par là, et paradoxalement, toujours soumis à une norme édictée par le centre (même si les États du centre n’y répondaient pas toujours). Ainsi, et pour parer à de graves crises de légitimité du pouvoir central ou à des crises sécessionnistes (Moluques, Biafra, Bangladesh, etc.) les États de la périphérie se caractérisent-ils, en général, par le choix d’ex-politics.

5.3. Les ex-politics caractérisent plutôt la périphérie

39À la limite de la périphérie intégrée et de la périphérie dominée, les élites des nouveaux États post-nomenklaturistes nés de l'effondrement du système soviétique ont largement réactivé une iconographie pré-soviétique pour assurer leur légitimité. Or, cette iconographie est particulièrement porteuse de violence, dans la mesure où elle confond souvent identité ethnique (y compris son volet confessionnel) et droit à l’existence. Cette iconographie, fondée sur une dialectique implacable entre inclusion dans le modèle national ou exclusion brutale, a ravivé les tensions mises sous le boisseau durant la période soviétique. Une telle logique, issue du centre, avait déjà été instrumentalisée, avec l'appui des grandes puissances impérialistes occidentales, lors de la formation des États balkaniques aux dépens de l'Empire ottoman dès le 19ème siècle ou de l’Empire austro-hongrois après 1918. Elle est réapparue, toujours aussi forte, dans la Yougoslavie ou le Caucase des années 1990. La crise récente vécue par la Géorgie illustre, parmi d’autres, la tenace validité de cette logique. Zviad Gamsakhourdia, élu premier président de la Géorgie post-soviétique en mai 1991, avait lancé une politique nationaliste inflexible marquée, entre autres, par la suppression de l’autonomie concédée par le pouvoir soviétique aux habitants de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie. Il ne s’agissait pas pour lui d’expulser les minorités ethniques locales, mais la brutalité de sa politique avait généré la sécession armée de ces deux territoires, instrumentalisée en outre par la Russie, et des nettoyages ethniques réciproques entre Géorgiens d’une part, Ossètes et Abkhazes de l’autre. La tentative de récupération manu militari de ces territoires par le président Mikheïl Saakachvili en août 2008 montre les blocages de sociétés incapables de dépasser la conflictualité et d’esquisser un vivre ensemble.

40Pour leur part, les colonisations impérialistes de la fin du 19ème siècle ont engendré des actions qui relèvent d'une forme particulière d'ex-politics, souvent particulièrement violentes, avec éventuellement des massacres de masse. Il ne s'agit évidemment pas d'ex-politics appuyant ou s'appuyant sur un discours national, une telle finalité n'étant évidemment pas le fait des constructions coloniales, mais de la mise en œuvre de « simples » volontés de conquête et de domination. Toutefois, il est difficile de ne pas reconnaître une dimension ethnique explicite au massacre des Hereros du Sud-Ouest africain en 1904, sur ordre du général allemand Lothar von Trotha, présenté comme le premier génocide du 20ème siècle. Il en va de même des ex-politics particulières pratiquées sur les fronts pionniers, par exemple envers les Indiens amazoniens, même si des paysans pauvres non-indiens peuvent tout autant être victimes des violences : il s'agit bien sur ces fronts de la pratique d'un mode systématique de violence, même si celle-ci est d'ampleur variable. On peut en revanche inscrire plus clairement dans le contexte des ex-politics plus « classiques » la politique d'apartheid de l'Afrique du Sud, puisque celle-ci s'inscrivait dans le contexte d'une iconographie nationaliste blanche.

41En Asie orientale, les colonisations impérialistes ont moins affecté le peuplement. Il existait déjà de fortes et anciennes iconographies nationales (Chine, Vietnam). Les impérialismes régionaux ont débouché sur des ex-politics plus ou moins spectaculaires aux marges de leurs territoires : colonisation sur les marges non traditionnellement Han de la Chine, colonisation vietnamienne du delta du Mékong aux dépens des Cambodgiens, élimination et refoulement des Aïnous par les Japonais, etc.

42Les pays les plus récemment indépendants de la périphérie la plus dominée, voire délaissée, en particulier les pays africains, et ceux de Mélanésie (voire certains angles morts du continent américain comme le Guyana) ont été les moins aptes à construire des territoires et des iconographies fonctionnelles. Une cause de leur fragilité structurelle vient du fait que ces États ont hérité des partages coloniaux de populations particulièrement hétérogènes sur le plan ethnique, dans des zones où l'État précolonial était soit inexistant, soit ne reposait que sur le modèle de l'État du mode de production tributaire. De telles bases préparaient mal à ces constructions ; en outre, les logiques économiques à la fois parasitaires et extraverties des nouvelles élites au pouvoir n'imposent pas le renforcement d'un marché intérieur. Dès lors, dans ces États aux moyens d’encadrement limités, les processus d’intégration promus lors des indépendances se sont vite mués, surtout dès lors que les premières tentatives d'industrialisation nationale ont échoué (comme en Côte d'Ivoire, voire au Nigeria où elles ont cédé la place à des logiques rentières), en un processus de désintégration nationale. Celui-ci peut aller, dans les situations les plus périphériques, jusqu'à les transformer en collapsed-states (États faillis), selon l’expression de William Zartman (1995), enfoncés dans une marginalité totale. Ces États marginalisés dans le système-monde ont été le théâtre de graves conflits intérieurs : nettoyages ethniques récurrents, génocides (Rwanda), guerre civile et fragmentation politique (comme en Somalie alors même que cet État était l’un des plus homogènes d’Afrique sur le plan ethnique).

Conclusion : une méta-logique ?

43Les systèmes politiques et économiques situés dans leur contexte géographique et historique imposent des logiques. Jean Gottmann (1952, p. 17) écrivait que « toute action politique est localisée quelque part à la surface du globe et se développe en fonction de conditions inhérentes à cette localisation dans l’espace ». Les violences faites aux peuples sur la base et à cause de leurs caractéristiques ethniques n'échappent pas à ce type de surdéterminations. Elles se développent avec l'émergence et l'affirmation de l'État-nation et celle de l'iconographie nationale qui appuie cette construction sur l'ethnicité, soit revendiquée, comme dans le modèle allemand et centre-est européen, soit implicite et masquée derrière des valeurs universalistes ou citoyennes, comme dans le modèle français. On peut situer ces politiques dans deux grandes catégories : les in-politics et les ex-politics. Les premières visent à l'assimilation, sur des modes plus ou moins insidieux ou plus ou moins coercitifs selon les cas. Les secondes, toujours violentes, sont plus exclusivement caractéristiques de la semi-périphérie ou de la périphérie, sauf situations de crise extrême, comme la Shoah. Une catégorie spécifique d'ex-politics est ou a été menée sur les fronts pionniers ou à l'occasion de guerres coloniales ; catégorie spécifique parce que les violences entre les peuples n'y sont pas légitimées par les « besoins » objectifs ou subjectifs de la construction nationale (sinon aux États-Unis, où les guerres indiennes ont été un moment majeur de la formation territoriale et de l'édification de l'iconographie nationale). Bien sûr, réduire le centre à l’espace des in-politics et les périphéries à l’espace des ex-politics est une vision trop simplificatrice, mais au-delà de la diversité des terrains et des situations, on peut esquisser une forme de logique globale, une « méta-logique », qui montre que les déterminants des situations locales sont à comprendre en fonction de logiques appréhendables à l’échelle planétaire.

Haut de page

Bibliographie

BARTH F. (ed.) (1969), Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, Oslo/London, Universitetsforlaget/Allen & Unwin.

CALVET L.-J. (2005), La Guerre des Langues et les politiques linguistiques, Paris, Payot, 294 p

DOZON J.-P. (2008), L'Afrique à Dieu et à diable. États, ethnies et religions, Paris, Ellipses, 139 p.

GELLNER E. (1989), Nations et nationalismes, Paris, Payot, coll. Bibliothèque historique, 208 p.

GOTTMANN J. (1952), La politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin, 228 p.

HUNTINGTON S. (1996, éd. franç. 1997), Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob.

REYNAUD A. (1981), Société, espace et justice, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Espace et Liberté, 263 p.

ROSIÈRE S. (2004), Le « nettoyage ethnique » - approche géographique, Geographica Helvetica, vol. 59, n° 3, pp. 227-237.

ROSIÈRE S. (2005), Nettoyage ethnique, violences politiques et peuplement, Revue géographique de l’Est, vol. XLV, n° 1, pp.5-12.

ROSIÈRE S. (2006a), Le nettoyage ethnique. Terreur et peuplement, Paris, Ellipses, coll. Carrefours – Les dossiers, 297 p.

ROSIÈRE S. (2006b), La géographie face au nettoyage ethnique — vers une géographie inhumaine, Bulletin de l’Association de géographes français, n° 4, pp. 448-460.

ROSIÈRE S. (2007), La modification coercitive du peuplement, L’Information géographique, (mars), vol. 71, n° 1, pp.7-25.

VANDERMOTTEN C. (2007), La crise de l’État belge », EchoGéo, 2, http://prodig.univ-paris1.fr/publications_umr/EchoGeo/numero2/rubriques2.htm.

VANDERMOTTEN C. (2008), Géographie et production de l'espace : réflexions épistémologiques sur les rapports entre une science et la société, Geographica Helvetica, n° 4, pp. 228-236.

VANDERMOTTEN C., VANDEBURIE J. (2005), Territorialités et politique, Bruxelles, Éditions de l'Université libre de Bruxelles, 395 p.

WALLERSTEIN I. (1974-1988), The Modern World-system, New York, Academic Press, 3 tomes.

WALLERSTEIN I. (2006), Comprendre le monde : introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte, coll. « Grands repères », 173 p.

ZARTMAN W. (ed.) (1995), Collapsed States : The Disintegration and Restoration of Legitimate Authority, Boulder, Lynne Rienner, 303 p.

Haut de page

Notes

1 Forme particulière du mode de production capitaliste parce que de fait la pratique y était celle d'un capitalisme nomenklaturiste d'État. On peut préférer parler d'États ouvriers à dégénérescence bureaucratique, comme le font les trotskystes, ce qui a l'intérêt de distinguer les pays de ce « socialisme réalisé » de certaines formes de fascisme ou d'émergence « par le haut », sous l'égide de l'État, de bourgeoisies nationales, comme dans la Turquie kémaliste ou l'Égypte nassérienne ; mais ces débats politico-sémantiques importent assez peu ici.

2 C'est-à-dire des élites politiques bureaucratisées, contrôlant l'appareil politique et économique socialisé et se transformant en quasi-classes par absence de contrôle démocratique et auto-reproduction.

3 Ou un ensemble d'ethnies qui se considèrent comme formant ensemble une Nation : c'est le cas en Suisse, sauf à considérer que l'on étend aussi la définition de l'ethnie à des populations qui ne partagent ni une langue, ni une religion commune, mais seulement une iconographie ; mais parler d'ethnie suisse semble vraiment osé. De même, nous ne pensons pas que l'on puisse affirmer qu'une ethnie belge eût existé à la fin du 19ème - bien que des auteurs de l'époque osaient des termes comme « race belge » ou « peuple belge » -, ethnie qui se serait décomposée depuis.

4 Mais pas absolument exclusif : pensons aux Compagnies commerciales privées des Temps modernes - même si elles agissaient sous le couvert de chartes accordées par les États -, ou aux institutions supranationales contemporaines et si leurs actions restaient sous le contrôle des États ou du moins des États dominants.

5 On pourrait déjà parler de fordisme pour le New Deal de Roosevelt, donc avant la guerre, mais il est alors limité à un seul pays et la Seconde Guerre mondiale, outre ses aspects idéologiques, est encore largement un conflit typique de la période du capitalisme industriel.

6 Outre les luttes des peuples colonisés, la volonté des États-Unis de mondialiser leur aire d'influence et les contrepoids politiques de l'URSS et de la Chine, le recentrage des marchés sur les pays du centre dans le contexte de la consommation fordiste explique la relative facilité de la décolonisation.

7 Les massacres ou les disparitions massives par maladie ou travail forcé des Amérindiens soumis à la couronne portugaise ou espagnole n’étaient pas le fait d'une volonté d'homogénéisation ethnique – bien au contraire, ils pouvaient gêner la mise en valeur coloniale, comme le prouve la nécessité de compenser les déficits humains par une déportation massive d'esclaves noirs vers les Amériques.

8 À l’exception notable de la Suisse et de la Belgique. Dans le cas de ce dernier pays, le facteur unificateur est ambigu, à la mesure de la soudaineté avec laquelle l'indépendance est revendiquée. C'est un mélange de fondements historiques, religieux (catholiques vs. protestants, facteur déjà donc obsolète au regard des logiques alors dominantes et qui est contrebalancé par le poids de la bourgeoisie libérale anticléricale), mais aussi linguistiques (mécontentement envers des dispositions linguistiques du roi Guillaume des Pays-Bas, y compris dans le chef de la bourgeoisie francophone de Flandre) [Vandermotten, 2007]. La dimension religieuse a conservé plus de force dans des situations semi-périphériques, en concomitance avec une dimension linguistique réifiée (en Irlande) ou réelle (en Pologne, dans les Balkans).

9 Ce qui n'exclut pas la survie de tentations de défense des « champions nationaux », renforcées en période de crise, on aurait tort d’imaginer que la menace de conflits ethniques s’est totalement évanouie dans le centre. Des tensions interethniques y restent tangibles (Pays basque, Belgique, Québec, etc.), tout comme la xénophobie, le racisme (tensions raciales aux États-Unis, attitudes envers les Latinos immigrés). Mais ces tensions interethniques restent contrôlées par le système démocratique et en général contenues en termes de violence.

Certes la menace de conflits ethniques n'est pas totalement absente dans le centre. Des tensions interethniques y restent tangibles (Pays basque, Belgique, Québec, etc.), tout comme la xénophobie, le racisme (tensions raciales aux États-Unis, attitudes envers les populations immigrées). Mais ces tensions restent en général contrôlées par le système démocratique et contenues en termes de violence.

10 Avec, dans le cas du Rwanda et du Burundi, opposition entre des ethnies largement « construites » par l'action du colonisateur.

11 On peut hésiter quant aux pogroms contre les Juifs : s'agissait-il d'une violence ethnique ou « simplement » religieuse (avec évidemment des enjeux économiques sous-jacents).

12 Même si la liberté de l'emploi des langues était garantie par la Constitution.

13 Il n'en a pas toujours été ainsi et, surtout, cette première constatation n’a pas valeur de loi. Dans le passé, l'unification et la formation de l'iconographie nationales ont été menées à travers des ex-politics particulièrement violentes envers les populations autochtones aux États-Unis ou en Australie. En période de crise, des ex-politics ont pu aller jusqu'au génocide industriel mené par l'Allemagne nazie. Ces considérations posent aussi la question de savoir si Israël, qui mène une ex-politics dans les territoires occupés (voire envers ses propres populations arabes) relève pleinement de la catégorie des États du centre.

14 Sauf localement sur des marges « frontières » de colonisation, délaissées jusque-là par le système colonial, où les Indiens n'étaient pas intégrés au système productif colonial et où des ex-politics similaires à celles des États-Unis seront menées (guerres contre les Araucans, fronts pionniers). Encore que ces « nettoyages » n'ont pas contribué à la formation de l'iconographie nationale, à la différence des guerres indiennes aux États-Unis. Nous y reviendrons plus loin.

15 Tout comme les Grecs ont inventé la dénomination de « Grecs des montagnes » pour désigner les Slavo-macédoniens occupant le nord de leur territoire et reconnaissant l'autorité du patriarche de Constantinople.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1. Politiques d’homogénéisation du peuplement : in et ex-politics
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/3471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 1. Typologie de la conjonction système-monde / in et ex politics durant la phase contemporaine de globalisation (exemples postérieur à 1990)–
Légende (a) Il s'agit ici d'une in-politics « de containment » d'un type particulier puisque, si elle contribue au renforcement du sentiment identitaire ethnique juif israélien, elle ne vise évidemment en rien l'assimilation forcée des populations arabes, qui peuvent la percevoir pour leur part comme une « ex-politics sans expulsion ».(b) Il s'agit en général d'ex-politics menées dans le cadre étatique, mais elles ont aussi une dimension extérieure à ce cadre du fait des appuis extérieurs des États serbe et croate. La situation du Kosovo pourrait dans l'avenir relever des in-politics si les nouvelles autorités kosovares menaient des politiques d'albanisation des minorités serbes, mais jusqu'à présent on y a observé des ex-politics, même si le statut de l'État est complexe.(c) Les politiques d'apartheid relevaient à la fois d'une in-politics « de containment » d'un type particulier, comme envers les Arabes israéliens, mais aussi d'ex-politics menées dans le cadre d'un État (voire hors de ce cadre si l'on s'en tenait à la fiction juridique de l'indépendance des Bantoustans.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/3471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Vandermotten et Stéphane Rosière, « Les violences faites aux peuples dans les logiques du système-monde », Espace populations sociétés, 2008/3 | 2008, 385-399.

Référence électronique

Christian Vandermotten et Stéphane Rosière, « Les violences faites aux peuples dans les logiques du système-monde », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/3471 ; DOI : 10.4000/eps.3471

Haut de page

Auteurs

Christian Vandermotten

Département de géographie
Université Libre de Bruxelles
Campus de la Plaine – CP 246
b. 1050 Bruxelles
Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Arts de Belgique
cvdmotte@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Stéphane Rosière

Département de géographie
Université de Reims Champagne-Ardenne
57, rue Pierre Taittinger
51100 Reims
stephane.rosiere@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals