Navigation – Plan du site
Articles

Affiliation ethnique et pression sociale en Macédoine1

Ethnic Affiliation and Social Pressure in Macedonia
Phalier Sardon
p. 401-410

Résumés

Dans les pays issus de l’ancienne Fédération yougoslave existe une tradition ancienne de recueil de l’appartenance ethnique qui alimente des luttes de pouvoir entre les diverses communautés. De ce fait, chacun cherche à ce que sa communauté soit bien dénombrée, voire surestimée afin de lui permettre d’obtenir un maximum d’avantages.
Cela entraîne tout un jeu de pressions et d’incitations dont les effets apparaissent dans les variations d’effectifs, d’un recensement à l’autre, impossibles à expliquer par la seule évolution démographique.
Si la perméabilité d’un groupe à l’autre est rendue possible par le fait que, dans cette région, l’appartenance ethnique repose sur la déclaration personnelle, elle peut être renforcée par le fait que dans certains pays, en particulier en Macédoine depuis les accords d’Ohrid en 2001, la représentation politique des diverses communautés repose sur leur poids dans la population.
Pour se faire une idée de ces changements dans la déclaration de l’affiliation ethnique au fil du temps, pour l’ensemble du pays, nous avons couplé, au niveau des municipalités, les réponses à la question sur l’affiliation ethnique des personnes ayant la même date de naissance. Cette procédure nous a ainsi permis de détecter les changements de déclaration. Plus de 700 000 couplages ont ainsi été réalisés. Sur l’ensemble de la Macédoine, 3 % des personnes ont ainsi modifié leur déclaration d’affiliation ethnique entre 1994 et 2002, mais l’ampleur des changements varie largement selon la municipalité et le groupe ethnique. Il apparaît que la frontière la plus imperméable est celle de la religion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte a été présentée, sous le titre À propos de quelques biais de décla (...)

1Dans les pays issus de l’ancienne Fédération yougoslave le débat autour des statistiques ethniques qui agite périodiquement les intellectuels français apparaît exotique. En effet, dans les Balkans existe une tradition ancienne de recueil de ce qui est appelé l’appartenance, ou peut-être plus exactement l’affiliation ethnique. Et le problème majeur est plutôt celui de l’affirmation de son appartenance et des luttes de pouvoir entre les diverses communautés. De ce fait, chacun cherche à ce que sa communauté soit bien dénombrée, voire surestimée afin de lui permettre d’obtenir un maximum d’avantages.

2Il en va ainsi parce que dans certains pays, en particulier en Macédoine depuis les accords d’Ohrid en 2001, la représentation politique des diverses communautés repose sur leur part dans la population. Mais cela est rendu possible par le fait que, dans cette région, l’appartenance ethnique repose sur la déclaration personnelle.

  • 2 C’est cette fonction du recensement qui explique la plupart des tentatives de fraude observées dans (...)

3En premier lieu, convient-il de définir cette notion et l’utilisation qui en est faite, car cela a une répercussion non négligeable sur la fonction tout autant pratique que symbolique du recensement. Ainsi, alors que dans la plupart des pays occidentaux le recensement est une opération administrative visant à une mise à jour de données statistiques – même si celles-ci ont des répercussions sur les dotations budgétaires à des échelons divers2 et, par conséquent, sur la vie des communautés qui les composent – , dans les Balkans yougoslaves, le recensement est, au contraire, considéré comme une opération politique, visant à mesurer les diverses forces en présence et est souvent associé, aux yeux des minorités, à une tentative menée par le groupe ethnique majoritaire pour sous-estimer la place des minorités et donc réduire leur poids politique et leur influence.

La notion d’appartenance ethnique

4La notion d’État-Nation, si familière en Europe occidentale et qui débouche sur le recouvrement quasi-total de l’appartenance à la Nation (nationalité) et de la citoyenneté, est relativement étrangère à cette région de l’Europe du sud-est. Ainsi, les identités politique et juridique sont ici distinctes. Les individus appartiennent à un groupe national et bénéficient d’une citoyenneté. Mais si la citoyenneté est définie par des règles juridiques strictes, l’appartenance ethnique échappe à toute définition juridique. Si elle se définit par des critères avant tout objectifs, des critères subjectifs interviennent également. Pour simplifier, on appartient au groupe national auquel on souhaite appartenir, même si pour chacun le choix est relativement limité. Aussi est-il préférable d’utiliser l’expression d’affiliation ethnique, ce qui indique bien la notion de choix qui peut s’y rattacher, et, par-delà, la possibilité de modifier son choix, même si le champ des possibles est plutôt restreint.

5C’est l’essence même de la définition de l’affiliation ethnique dans le monde yougoslave qui est à l’origine des difficultés inhérentes à l’utilisation de ce concept au sein des pays issus de la Fédération yougoslave.

6En effet, l’appartenance ethnique n’est fondée sur la présentation d’aucun document mais sur la simple déclaration des individus, du moins de ceux qui répondent aux agents recenseurs lors des recensements ou aux fonctionnaires habilités pour les différents actes de l’état civil. De ce fait, les déclarations des individus des divers groupes nationaux, mais plus particulièrement des minorités, peuvent différer en fonction des conditions socio-politiques du moment. Cela se traduit parfois, et tous les observateurs de l’évolution des groupes ethniques au fil des recensements yougoslaves en ont fait l’expérience, par des variations d’effectifs impossibles à expliquer par la seule évolution démographique.

7L’absence de règles juridiques permet toute forme de pression pour peser sur le choix des individus et, par-delà, accentuer, non seulement la rivalité entre les groupes nationaux mais également la concurrence avec les groupes majoritaires. Au gré des circonstances politiques, les dirigeants des communautés minoritaires peuvent souhaiter augmenter le poids politique de l’une entre elles en incitant leurs membres, volontairement ou sous la contrainte, à se déclarer sous une appellation qui n’est pas celle qu’ils auraient déclarée spontanément. Parfois, sous la pression des circonstances politiques certains vont vouloir se déclarer d’une autre nationalité parce qu’ils craignent pour eux des représailles, voire même comme mesure de protestation à l’égard de la politique menée par le gouvernement par ou la communauté à laquelle ils appartiennent.

  • 3 Cette mission visait à s’assurer que les droits des personnes à se déclarer, en toute liberté, memb (...)

8Un travail sur la qualité du recensement de 2002 en République de Macédoine, réalisé dans le cadre de la mission internationale d’observation organisée par le Conseil de l’Europe et l’Union européenne3 permet d’analyser plus en profondeur la manière dont se fait la déclaration de nationalité et les mécanismes qui peuvent l’influencer [Sardon, 1994].

Analyse de la situation en république de Macédoine

9En sus du travail classique d’évaluation des résultats nationaux, une étude sur quelques aspects particuliers des résultats du recensement au niveau des municipalités a été réalisée, l’objectif étant d’essayer de mesurer le degré de confiance que l’on pouvait accorder aux résultats du recensement. En particulier, cette étude devait permettre de voir jusqu’à quel point les résultats obtenus par les différents groupes ethniques et les municipalités pouvaient s’écarter des résultats observés pour l’ensemble du pays.

Comparaison des populations, attendue et recensée, au niveau national

10La première analyse menée fut, au niveau national, de calculer la population que l’on pouvait attendre à la date du recensement en mettant en jeu la population recensée en 1994 ainsi que les soldes naturel et migratoire enregistrés au cours de la période intercensitaire. Cette population attendue fut alors comparée à la population recensée afin de permettre une évaluation du recensement de 2002.

11Cette comparaison repose naturellement sur quelques hypothèses contraignantes :

  • La qualité du recensement de 1994 doit être très bonne.

  • L’enregistrement des naissances et des décès doit être exhaustif.

  • L’enregistrement des migrations internationales doit être lui aussi de bonne qualité.

12Les données de la comparaison apparaissent au tableau 1.

Tableau 1. Macédoine. Comparaison des populations, attendue et recensée, selon le groupe ethnique, en novembre 2002 (Municipalités de Debar et Centar Zupa exclues*)

Groupe ethnique

Population résidente attendue

Population résidente recensée

Différence absolue

Différence relative ( %)

Macédoniens

1 298 775

1 279 496

-19 279

-1,5

Albanais

474 933

481 402

6 459

1,4

Turcs

76 910

69 327

-7 583

-9,9

Roms

51 294

52 513

1 219

2,4

Autres

87 005

81 597

-5 408

-6,2

Total

1 988 917

1 964 335

-24 582

-1,2

* Les municipalités de Debar et Centar Zupa sont distinguées car, du fait du boycott partiel des opérations du recensement par la communauté albanaise, l’Office statistique a dû procéder à une estimation de leur population.

13Ce tableau montre un relativement bon accord entre les deux types de population, au moins pour le nombre total d’habitants.

14Mais si, pour la population totale comme pour la plupart des nationalités (au sens ethnique), la population attendue excède la population recensée, ce n’est pas le cas pour les Albanais et les Roms. Cela pourrait être le signe :

  • d’une légère surestimation de ces deux groupes nationaux en 2002,

  • ou d’une légère sous-estimation en 1994,

  • ou bien des deux à la fois,

15mais cela pourrait très bien être le résultat de changements survenus dans la déclaration de l’affiliation ethnique.

Comparaison des populations, attendue et recensée, dans les municipalités

  • 4 Le changement de définition du lieu de résidence au recensement de 2002, par rapport à celle en vig (...)

16La même analyse fut menée, pour chacune des municipalités, afin de vérifier si l’accord, plutôt bon, observé au niveau national ne cacherait pas, en fait, des écarts dans les municipalités. En effet, comme on l’observe souvent, la cohérence augmente avec la taille des unités statistiques, car des compensations se produisent alors4.

17L’analyse portant sur l’ensemble des 84 municipalités a montré que dans seulement 9 d’entre elles (à l’exclusion de Debar et Centar Zupa) l’écart entre les populations, attendues et recensées, indépendamment de leur affiliation ethnique, dépassait 10 %.

Tableau 2. Municipalités dans lesquelles l’écart entre les populations résidentes, attendues et recensées en novembre 2002, excède 10 %

Municipalité

Population résidente attendue

Population résidente recensée

Différence absolue

Différence relative ( %)

1058 Bistrica

5708

4915

793

13.9

1198 Velesta

7025

8068

-1043

-14.8

1210 Vitoliste

670

550

120

17.9

1317 Delogodzi

6860

7873

-1013

-14.8

1368 Dolna Banjica

8063

9201

-1138

-14.1

1686 Labunista

9730

8611

1119

11.5

1724 Mavroni Anovi

1318

998

320

24.3

2011 Rostusa

11111

8987

2124

19.1

2089 Srbinovo

4175

3279

896

21.5

Total (sans Debar)

1988917

1964335

24582

1.2

1309 Debar

19325

17788

1537

9.0

2208 Centar Zupa

7070

5501

1569

22.2

N.B. Lorsque la population recensée excède la population attendue, l’information est en caractères droit, et en italique dans le cas contraire.

18Dans trois municipalités, Velesta, Delogodzi et Dolna Banjica, la population recensée excède la population attendue de 14 à 15 %. Dans les six autres, c’est le contraire et pour quatre d’entre elles (Vitoliste, Rostusa, Srbino et Mavrovi Anovi) l’écart est plus important, puis qu’il oscille entre 18 et 24 %.

19Il apparaît, au regard du recensement de 2002, que la population, qui avait été estimée par l’Office statistique pour Debar et surtout pour Centar Zupa, pourrait avoir été surestimée, à moins que les différences ne reflètent une émigration intercensitaire inconnue.

20Une analyse plus détaillée, prenant en compte les principales nationalités, montre qu’elles sont toutes concernées par ces changements. Les écarts entre populations attendues et recensées sont beaucoup plus élevés, mais les compensations qui s’opèrent au sein des groupes nationaux entre municipalités ne laissent rien vraiment paraître au niveau du pays.

  • 5 Pour limiter l’effet des variations aléatoires, nous n’avons retenu dans l’analyse que les municipa (...)

21Pour les Macédoniens, dans 17 municipalités les écarts dépassent 10 %5. Pour 10 d’entre elles cet écart va dans le sens d’une « surestimation » par le recensement. Les écarts, dans chacun des deux sens, sont généralement importants. Mais, au total, pour ceux qui se déclarent comme Macédoniens, l’effectif recensé est de 0,5 % inférieur à l’effectif attendu.

22Chez les Albanais, 21 municipalités sont concernées. Dans 12, c’est le recensement qui affiche des valeurs plus élevées. Les écarts sont, dans les deux sens, considérables, mais au total la population recensée excède de 2 % la population attendue.

23Pour les Turcs et les Roms les résultats par municipalités sont similaires à ceux observés pour les Macédoniens et les Albanais, mais diffèrent quelque peu pour l’ensemble du groupe national. En effet, la population d’affiliation turque est inférieure de 9,5 % à celle que l’on attendait, alors que chez les Roms c’est le contraire et l’excédent est de 4,3 %.

24Cette analyse montre que les écarts concernent tous les groupes ethniques et qu’au niveau des municipalités il y a des modifications substantielles de la composition ethnique, mais qui s’effacent au niveau du pays.

25Parmi toutes ces variations dans un sens ou dans l’autre, les modifications enregistrées à Labunista entre 1994 et 2002 sont les plus étranges. Au recensement de 1994, les Macédoniens formaient le groupe national le plus important de cette municipalité avec 3372 des 8475 habitants, suivi par les Turcs (2137) et les Albanais (1791). En 2002, la situation s’était complètement modifiée, les Albanais occupaient la première place avec 4807 habitants sur 8656 et les Macédoniens la troisième, derrière les Turcs (1543) avec seulement 1195 personnes, c’est-à-dire à peine plus que les « Autres » (1108).

  • 6 Parfois dénommés Torbèches.

26Cette modification considérable ne s’explique que par une inversion totale de l’affiliation ethnique de personnes qui s’étaient déclarées Macédoniens, Macédoniens musulmans6 (ou Turcs) avant de se déclarer Albanais en 2002. Cette hypothèse est confortée par l’analyse des croisements des déclarations d’appartenance ethnique et de religion aux deux recensements successifs. Elle est également cohérente avec des observations mentionnées par certains membres de la mission d’observation qui mentionnent des suspicions de pressions, pouvant aller jusqu’à des incitations financières, qui auraient été exercées sur les Macédoniens musulmans pour qu’ils se déclarent Albanais dans cette municipalité.

27Ces passages d’une nationalité musulmane à une autre ne semblent pas très fréquents au niveau du pays, mais dans certaines municipalités ces derniers sont spécialement nombreux, comme à Labunista où ils concernent la moitié de la population.

28À Cucer-Sandevo, c’est le contraire. En 1994, les Albanais étaient les plus nombreux avec 3030 des 8014 habitants, venaient ensuite les Macédoniens (2644) et les « Autres nationalités » (2324). En 2002, les Albanais sont à la seconde place avec un effectif voisin, 2929 sur un total de 9252, derrière les Macédoniens (3814) dont le nombre augmente de 44 %. Les « Autres » évoluent peu avec 2486 habitants.

29Cela montre bien que si les données sur l’appartenance ethnique sont fiables au niveau national, il n’en va pas de même au niveau local. La déclaration est en effet trop sujette à variation au fil du temps. Au cours de la mission internationale d’observation de 2002, comme cela avait déjà été le cas en 1994, il est apparu de nombreuses fois que les agents recenseurs de différents districts de recensement avaient été rejetés par la population qui, souhaitant se faire recenser dans sa langue, demandait l’envoi d’agents recenseurs de son groupe ethnique, alors même que le choix des agents était fondé sur les résultats du recensement précédent. Ainsi, dans un village de la région d’Ohrid, les habitants Macédoniens musulmans avaient oublié, en 2002, qu’ils s’étaient déclarés Turcs en 1994, ce qui avait motivé la décision de la commission municipale du recensement d’envoyer dans ce village des agents recenseurs turcs.

Croisement des déclarations aux deux recensements successifs

  • 7 Cette analyse a pu être réalisée grâce à l’aide précieuse de Sören Netterström (Statistics Denmark)(...)
  • 8 Compte-tenu du nombre annuel de naissances, et donc de leur nombre journalier, cette hypothèse ne d (...)

30Pour se faire une idée des changements dans la déclaration de l’affiliation ethnique au fil du temps, pour l’ensemble du pays et à partir des fichiers anonymisés mis à notre disposition, nous avons couplé, au niveau des municipalités, les personnes ayant la même date de naissance7, sous-entendant que, dans une même municipalité, il n’y avait pas deux individus différents nés à la même date8. Ainsi, la comparaison des réponses données à chacun des recensements par deux individus nés à la même date, permettait de détecter les changements de déclaration.

Tableau 3. Modification des déclarations d’appartenance ethnique entre les recensements de 1994 et 2002

Déclaration en 1994

Déclaration en 2002

Macédoniens

Autres

Macédoniens musulmans

Albanais

Valaques

Roms

Turcs

Macédoniens

49 3196

7

318

409

400

376

346

Autres

37

458

21

35

0

9

73

Macédoniens musulmans

1148

0

877

107

1

24

685

Albanais

790

14

185

17 0685

0

217

2604

Valaques

985

0

0

4

3398

4

2

Roms

292

1

26

81

0

6207

463

Turcs

1171

7

566

662

1

183

26 656

Total

49 7619

487

1993

17 1983

3800

7020

30 829

Nombre de changements

4423

29

1116

1298

402

813

4153

 % de changements

0,89

5,95

56,00

0,75

10,58

11,58

13,48

vers Musulmans

3401

22

777

850

2

424

3752

 % vers Musulmans

0,68

4,52

38,99

0,49

0,05

6,04

12,18

vers Chrétiens *

1022

7

339

448

400

389

421

 % vers Chrétiens

0,21

1,44

17,01

0,26

10,53

5,54

1,37

Total

49 7619

487

1993

17 1983

3800

7020

30 829

* Les Chrétiens sont ici définis comme formés des Macédoniens, Valaques et « Autres », les Musulmans comprennent les Macédoniens musulmans, les Albanais, les Roms, les Turcs, les Égyptiens, les Musulmans et les Musulmans macédoniens.

31Plus de 700 000 couplages ont ainsi été réalisés, pour lesquels nous avons pu comparer les réponses à la question sur l’affiliation ethnique (Tableau 3). 3 % des personnes ont ainsi modifié leur déclaration d’affiliation ethnique entre 1994 et 2002, mais l’ampleur des changements varie largement selon le groupe ethnique.

32Macédoniens et Albanais forment les deux groupes pour lesquels la déclaration change très peu (moins de 1 % de modifications), même si chez les Macédoniens l’on rencontre les changements les plus nombreux du fait de leur importance numérique. Les Macédoniens musulmans sont au contraire ceux chez qui la déclaration d’appartenance est la moins stable puisque plus de la moitié de ceux qui se sont déclarés tels en 1994 ont changé leur déclaration en 2002 et 70 % de ces nouveaux choix se sont portés sur un autre groupe musulman. Le nombre important de changements enregistrés chez les Macédoniens vient de l’hétérogénéité de ce groupe, formé d’une forte majorité de Macédoniens orthodoxes qui peuvent, pour un petit nombre, se revendiquer Valaques et d’une minorité de Macédoniens musulmans qui peuvent par la suite se déclarer Turcs (26 %), Macédoniens musulmans (26 %) ou Albanais (18 %).

33Les Turcs constituent l’autre nationalité qui permet la croissance des Albanais, puisque 62 % des modifications ont été faites au profit des Albanais.

34La quasi-totalité (99 %) des changements intervenus chez les Valaques vont dans le sens d’une intégration dans le groupe des Macédoniens. Il convient de noter que 22 % des changements des Macédoniens se font au profit des Valaques.

35Quant aux modifications concernant les Roms, elles semblent indiquer qu’une partie de cette communauté doit être chrétienne parce que la moitié des changements se fait au profit des Macédoniens et des « Autres ».

36Ce tableau permet de vérifier que la frontière la plus imperméable est celle de la religion, même si on enregistre des permutations entre Albanais ou Turcs et Macédoniens qui n’apparaissent que du fait de l’absence de la précision « musulmans ».

37Ces changements dans la déclaration nous renseignent sur les relations entre les diverses communautés mais peu sur la dynamique de ces changements. En effet, il ne faut pas perdre de vue que si nous prenons le recensement de 1994 comme point de départ, cela ne signifie pas pour autant que la déclaration faite en 1994 soit plus proche de la « réalité » que celle faite en 2002.

Causes de ces variations

38Il ne faudrait pas prendre ces variations au fil du temps de la déclaration des personnes comme le signe d’une méconnaissance de leur appartenance ethnique ou d’une certaine incertitude dans laquelle se trouverait la personne concernée pour définir son affiliation, même si dans certains cas la question peut se poser, notamment dans le cas des personnes issues de couples appartenant à des groupes différents. C’est notamment pourquoi s’est développée dans l’ancienne Yougoslavie la catégorie des « Yougoslaves » qui recouvrait des enfants de couples mixtes ainsi que ceux qui refusaient d’entrer dans le jeu des représentations ethniques.

39Il existe aussi des raisons objectives, dont nous évoquerons les principales, notamment dans le cas macédonien sur lequel repose notre analyse. Ces raisons ne sont parfois guère perceptibles à un observateur étranger à la région qui ne dispose généralement pas des éléments culturels lui permettant de les mettre en évidence.

Manque de précision de certaines dénominations

40Il en va ainsi du manque de précision de certains vocables ou de leur usage pour des ensembles dont une large part semble extérieure au vocable.

41Au premier type appartient le terme « Macédonien » et au second celui de « Turc ».

  • 9 Au recensement de 1994, dans l’est du pays, un chef de ménage a choisi de se déclarer Bulgare par s (...)
  • 10 Il suffit même qu’ils oublient de mentionner le complétif « musulmans » pour qu’ils apparaissent co (...)

42Au-delà même du discours, souvent extérieur à ce groupe, sur ce qu’est véritablement la nationalité macédonienne (ainsi, pour les Bulgares, les Macédoniens sont des Bulgares9, et des Serbes pour les Serbes), cette appellation recouvre des Slavo-Macédoniens orthodoxes et des Slavo-Macédoniens musulmans, ceux-là même dont les ancêtres avaient été convertis à l’Islam du temps de la domination ottomane. Si les premiers n’ont d’autre choix que de se déclarer Macédoniens, une partie des seconds se déclarent tantôt Macédoniens s’ils font référence à leur origine slavo-macédonienne10, tantôt Turcs si ce qui importe le plus pour eux est leur attachement à l’Islam.

43Ce glissement est d’autant plus facile, que dans cette région, anciennement intégrée à l’Empire ottoman, on avait l’habitude de désigner comme Turcs tous ceux qui avaient embrassé la religion des conquérants, indépendamment de leur appartenance culturelle. C’est ainsi, qu’en Macédoine, les Albanais sont souvent dénommés comme Turcs par les personnes âgées. Cela explique, sans doute, le fait que lors des émeutes de Gostivar en 1997, le drapeau turc était associé au drapeau albanais.

Degré d’intégration

44Le degré d’intégration au sein du groupe majoritaire joue également un rôle dans la déclaration faite et, par conséquent, dans les éventuelles variations. L’attitude des Valaques retrace bien cette situation. Beaucoup se déclarent Macédoniens car il n’y a guère de raisons de ne pas le faire, et pourtant il s’agit de l’une des nationalités proposées par la statistique yougoslave depuis longtemps. Mais l’appartenance nationale valaque n’a jamais fait l’objet d’une revendication. Ils sont parfaitement intégrés et se considèrent comme de vrais Macédoniens car ils ont toujours vécu en Macédoine, comme en témoignent les mots valaques qui auraient été tracés sur le sarcophage de Philippe II, le père d’Alexandre. De plus, leur culture de la discrétion et de la loyauté à l’égard du pouvoir des pays dans lesquels ils vivent, ne leur permet pas de se déclarer d’une appartenance qui les distinguerait de celle du pays [Gossiaux, 2002]. Cela conduit, semble-t-il, à une sous-déclaration de cette identité qui est pourtant reconnue officiellement dans la constitution macédonienne.

45Il semble toutefois que la revendication de l’origine valaque soit en recrudescence dans l’ensemble des Balkans [Trifon, 2007]. La (re)découverte des origines qui touche particulièrement l’intelligentsia et le monde politique ou des affaires en Macédoine, en constitue sans doute l’une des expressions. C’est peut-être dans ce cadre qu’il convient d’interpréter le fait que le nombre de passages de Valaques à Macédoniens enregistrés en 2002 (400) est plus de deux fois plus faible que celui de Macédoniens à Valaques (985) (Tableau 3).

Pression des autres groupes

  • 11 Les mêmes pressions existent au moment des élections. La communauté islamique de Macédoine est égal (...)

46Les groupes minoritaires font fréquemment l’objet de pressions au nom de l’identité religieuse, pour qu’ils ajoutent, au recensement11, leur poids démographique aux autres groupes musulmans, Albanais ou Turcs. C’est notamment le cas des Macédoniens musulmans et des Roms. On rapporte que ces pressions peuvent recourir à des incitations financières.

47Notons toutefois, qu’en dehors de toute pression, il semble que, dans certains villages, des Macédoniens musulmans se déclarent notamment Turcs pour tenter d’obtenir les avantages qu’ils pourraient tirer de cette déclaration, en matière scolaire principalement.

Rôle de la définition des représentations politiques

48Nous avons également tenté de voir si ces changements dans la déclaration d’appartenance ethnique n’avaient pas été provoqués, au moins pour partie, par l’introduction d’une nouvelle disposition pour mieux assurer la représentation des minorités. En effet, les accords d’Ohrid du 13 août 2001, pris suite à la rébellion d’une partie de la communauté albanaise en 2000, avaient défini des seuils au-delà desquels les minorités nationales obtenaient un certain nombre d’avantages allant de la mise en place d’écoles dans la langue de la minorité à la présence dans les instances représentatives de la municipalité.

49En vertu de ces accords, l’albanais, langue de la seule minorité dont l’effectif dépassait 20 %, devenait la seconde langue nationale officielle, même si le macédonien garde une suprématie en étant notamment la langue des relations internationales. À l’échelon local, partout où au moins 20 % de la population parle une langue spécifique, cette langue doit être utilisée comme langue officielle avec le macédonien. Par ces accords, la Macédoine s’engageait aussi à financer l’enseignement primaire et secondaire dans la langue de toute minorité qui dans une zone représentait au moins 20 % de la population.

50C’est naturellement avant tout dans les régions albanophones que ces nouvelles dispositions pouvaient avoir une influence et ce d’autant plus que, langue officielle de l’État, l’albanais se voyait reconnu comme langue dans laquelle les étudiants pouvaient faire leurs études universitaires. Ainsi, au seuil de 50 % permettant de diriger une municipalité, s’est rajouté un nouvel enjeu politique, le seuil de 20 % permettant à une langue nationale de devenir également langue officielle en plus du macédonien.

51L’analyse de la distribution des municipalités selon la taille relative des diverses nationalités révèle qu’en 1994 elle suivait une évolution très régulière et aucun niveau particulier ne concentrait un plus grand nombre de municipalités. Au contraire en 2002, cette même distribution fait apparaître quelques plateaux (Tableau 4). Ces plateaux semblent particulièrement présents pour la communauté albanaise et lui sont presque exclusivement favorables.

Tableau 4. Municipalités se situant, en 2002, autour des seuils définis, selon l’appartenance ethnique ( %)

Albanais

Macédoniens

Turcs

1994

2002

1994

2002

1994

2002

2011
Rostusa

10.15

12.47

1236
Vrapciste

12.60

2216
Caska

21.90

12.99

0019
Grand Skopje

12.93

15.19

1015 Aracinovo

12.98

1309
Debar

13.48

1643
Krucevo

17.27

21.3

1686 Labunista

13.81

1791
Murtino

13.70

1376
Dolneni

13.69

21.5

2160 Tearce

14.03

1562
Konce

14.76

2054
Sopiste

19.34

21.5

1309 Debar

14.05

1970
Radovis

16.38

2194
Capari

19.27

21.8

2208
Centar Zupa

14.31

1163
Vasilevo

17.46

1902
Petrovec

22.42

1252
Vrutok

14.35

1511 Karbinci

17.61

1058
Bistrica

25.79

1368
Dolna Banjica

16.14

1686
Labunista

25.22

17.83

1678
Kumanovo

26.10

1287
Gostivar

28.34

2151
Studenicani

21.20

19.7

1520
Kicevo

28.64

2178
Tetovo

29.12

1228
Vranestica

18.68

20.0

2135
Struga

41.04

1244
Vratnica

40.91

1376
Dolneni

25.23

22.52

1724
Mavrovi Anovi

41.32

1376
Dolneni

41.06

2186
Topolcani

22.93

26.21

1368
Dolna Banjica

49,37

50.1

2259
Cucer Sandevo

32.99

41.22

1368
Dolna Banjica

32.18

29.82

1236
Vrapciste

47.79

50.6

2135
Struga

56.66

48.3

1406
Zitose

50.02

54.59

1902
Petrovec

51.63

51.4

1686
Labunista

21.13

55.53

2011
Rostusa

31.01

54.61

1287 Gostivar

56.77

1520
Kicevo

55.23

1244 Vratnica

57.54

1724
Mavrovi Anovi

55.82

1422
Zelenikovo

57.01

1678
Kumanovo

59.74

52Cependant, même si seuls les Albanais semblent concernés, les Macédoniens n’en sont sans doute pas moins impliqués. En effet, de même que les Albanais pouvaient tenter d’accroître leur proportion afin d’obtenir des avantages politiques, les Macédoniens pouvaient essayer de faire diminuer cette proportion, en surestimant leur propre nombre.

53À Krucevo, les Albanais atteignent le seuil de 20 % en vertu d’un dépassement de près de 15 % de la population attendue. En même temps le déficit de la population turque s’élève à environ 50 %. Il apparaît ainsi que ce seuil a pu être atteint, en grande partie, par le fait que la moitié de ceux qui s’étaient déclarés Turcs en 2004 ont changé leur déclaration pour se faire enregistrer comme Albanais. À Dolneni, la situation est très semblable avec, cependant, une augmentation de la population albanaise de 30 % et un transfert de seulement 20 % de Turcs. À Sopiste et Capari, les changements viennent d’un moindre déficit absolu d’Albanais que de Macédoniens. À Dolna Banjica, la moitié de l’excès par rapport à la population attendue tient au seul excès des Albanais. À Vrapciste, la raison des changements n’est pas claire, mais les déplacements de déclaration des Turcs aux Albanais fournissent une part de l’explication. À Struga, la diminution du nombre de Macédoniens est due aux échanges au sein des communautés musulmanes (entre Macédoniens musulmans, Turcs et Albanais) et aussi le passage de Macédoniens à la minorité valaque. À Petrovec, on observe une stagnation des Macédoniens et une augmentation des Albanais et des Roms. À Studenicani, l’augmentation des Turcs est inférieure à celle des Albanais, qui sont les plus nombreux (68 %).

54De tous ces exemples on peut dire que pour tenter d’atteindre le niveau recherché il faut obtenir l’acceptation des groupes les plus proches pour qu’une partie d’entre eux se déclarent membres de la communauté la plus proche du seuil. Dans ce jeu les communautés musulmanes sont favorisées car elles bénéficient de plusieurs possibilités.

55Il est intéressant de noter que si pour les Albanais le plateau est toujours situé au-dessus du seuil, dans le cas de Struga il semble que l’effort n’ait pas seulement porté sur l’élévation de la proportion des Albanais, mais aussi sur la limitation de la déclaration comme Macédoniens des membres des minorités orthodoxes.

En guise de conclusion

56Ainsi, de nombreux facteurs influent sur la déclaration de l’affiliation ethnique faite dans les recensements yougoslaves et plus particulièrement en Macédoine. Les variations touchent plus particulièrement les groupes les plus minoritaires. D’autre part, l’importance de ces variations dépend largement de la taille de la zone étudiée et peut atteindre des niveaux relativement élevés à l’échelon local, pour peu qu’un maximum de conditions soient présentes.

57Il n’en faut pas moins garder à l’esprit que, pour l’ensemble du pays, ces variations sont somme toute mineures puisque, à l’échelle de toute la Macédoine, elles ne concernent que 3 % des couplages réalisés entre les réponses faites en 1994 et 2002. Ce qui n’en permet pas plus d’assurer que la représentation des groupes ethniques donnée par le recensement soit conforme à la réalité, si tant est que la réalité, ou l’objectivité, ait véritablement un sens dans le domaine de la description de groupes ethniques. L’image donnée pour les groupes les plus nombreux est sans doute relativement précise, mais un grand flou entoure sans doute les groupes les plus minoritaires.

Haut de page

Bibliographie

CATTARUZZA Amaël (2004), Nations, nationalités et citoyenneté dans les Balkans. Le bouleversement démographique monténégrin, Espace Populations Sociétés, n° 3, pp. °577-589.

COURBAGE Youssef (2003), Autour des recensements et des élections : réflexions sur la population en Macédoine, Population, vol. 58, n° 4-5, pp. 489-510.

DERENS Jean-Arnault (2008), Balkans, la mosaïque brisée. Frontières, territoires et identités (2008), Éditions du Cygne.

GOSSIAUX Jean-François (1993), Recensements et conflits « ethniques » dans les Balkans, La Pensée, n° 296, pp. 23-31.

GOSSIAUX Jean-François (1996), Yougoslavie : quand la démocratie n’est plus un jeu, Annales Histoire, Sciences Sociales, n° 4, (juillet-août), pp. 837-848.

GOSSIAUX Jean-François (2002), Pouvoirs ethniques dans les Balkans, PUF, 217 p.

LABBÉ Morgane (1997), Les nationalités dans les Balkans : de l’usage des recensements, L’Espace géographique, n° 1, pp. 35-48.

SARDON Jean-Paul (2000), Le recensement de 1994 dans l’ex-République yougoslave de Macédoine, Population, n° 4-5, pp. 787-800.

MRDJEN Snjezana (2000), Structures démographiques, nationalités et territoires en ex-Yougoslavie, Thèse de Doctorat en Démographie et Sciences Sociales, EHESS.

MRDJEN Snjezana (2002), Narodnost u popisima. Promjenljiva i nestalna kategorija, Stanovnistvo, vol. XL, n° 1-4, pp. 77-103.

TRIFON Nicolas (2007), Les Aroumains en Roumanie depuis 1990 : comment se passer d’une (belle-) mère patrie devenue encombrante, Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 38, n° 4, (décembre), pp. 172-199.

Haut de page

Notes

1 Une première version de ce texte a été présentée, sous le titre À propos de quelques biais de déclaration de l'appartenance ethnique dans les Balkans au XVe colloque de L’AIDELF, Démographie et Cultures, Québec, 25-29 août 2009.

2 C’est cette fonction du recensement qui explique la plupart des tentatives de fraude observées dans le passé dans quelques communes françaises.

3 Cette mission visait à s’assurer que les droits des personnes à se déclarer, en toute liberté, membres de la communauté de leur choix étaient pleinement respectés.

4 Le changement de définition du lieu de résidence au recensement de 2002, par rapport à celle en vigueur en 1994, passage de la résidence officielle à la résidence habituelle, ne devrait guère introduire de distorsion car, dans la plupart des cas, résidence officielle et résidence habituelle sont les mêmes.

5 Pour limiter l’effet des variations aléatoires, nous n’avons retenu dans l’analyse que les municipalités dans lesquelles l’effectif de la population du groupe national excédait 50 habitants.

6 Parfois dénommés Torbèches.

7 Cette analyse a pu être réalisée grâce à l’aide précieuse de Sören Netterström (Statistics Denmark), expert IT (Information Technology) de cette mission d’analyse de la qualité du recensement, qui a eu lieu à Skopje du 19 novembre au 3 décembre 2003.

8 Compte-tenu du nombre annuel de naissances, et donc de leur nombre journalier, cette hypothèse ne doit pas être loin d’être vérifiée, seules les municipalités les plus peuplées, comme Skopje, …, pourraient s’écarter légèrement de cette situation.

9 Au recensement de 1994, dans l’est du pays, un chef de ménage a choisi de se déclarer Bulgare par simple mécontentement à l’égard de la politique menée par le gouvernement.

10 Il suffit même qu’ils oublient de mentionner le complétif « musulmans » pour qu’ils apparaissent comme Macédoniens, comme s’ils étaient orthodoxes. De plus, comme cela a été mentionné dans les rapports des observateurs des recensements de 1994 et 2002, certains agents recenseurs répondaient eux-mêmes à la question sur l’appartenance ethnique, sans poser au préalable la question et sans chercher à donner une réponse que n’aurait pas acceptée la personne interrogée, tant la réponse paraissait évidente.

11 Les mêmes pressions existent au moment des élections. La communauté islamique de Macédoine est également le théâtre d’une lutte d’influence entre les Albanais et les autres groupes musulmans, principalement Turcs et Macédoniens musulmans [Derens, 2008, p. 86].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Phalier Sardon, « Affiliation ethnique et pression sociale en Macédoine », Espace populations sociétés, 2008/3 | 2008, 401-410.

Référence électronique

Phalier Sardon, « Affiliation ethnique et pression sociale en Macédoine », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/3478 ; DOI : 10.4000/eps.3478

Haut de page

Auteur

Phalier Sardon

Observatoire Européen de la Démographie et de l’Action Sociale
2 bis, rue du Prieuré
78107 Saint-Germain-en-Laye Cedex
odeurope@wanadoo.fr
Institut National d’Études Démographiques
133, Boulevard Davout
75980 Paris Cedex 20

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals