Navigation – Plan du site
Articles

La géographie de l’Extrême Droite peut-elle s’expliquer par l’ « ethnocentrisme » des territoires ? Une analyse multiscalaire en Europe occidentale

Can Extreme Right Voting be Explained by Ethnocentrism? A Multiscalar Analysis in Western Europe
Gilles Van Hamme
p. 441-452

Résumés

Le vote d’Extrême Droite en Europe est associé à des positionnements individuels sur les questions de l’immigration, de la sécurité ou encore de la mondialisation. Cet article s’interroge sur la relation écologique entre le vote d’Extrême Droite et des attitudes comme l’intolérance vis-à-vis des étrangers. Nous montrerons que la géographie de l’ « ethnocentrisme » est marquée par l’importance des oppositions entre les zones urbaines et métropolitaines et les zones plus périphériques ou d’industrialisation ancienne. Mais nous montrerons surtout que cette géographie des attitudes politiques typiques de l’Extrême Droite n’est pas corrélée à celle du vote en faveur des partis d’Extrême droite. Se pose alors la question centrale de la capacité – différenciée spatialement – des partis à mobiliser un électorat potentiel plus ou moins important. À travers une analyse multiscalaire qualitative, plusieurs pistes seront évoquées : les systèmes politiques nationaux, le contexte socio-économique ou l’importance d’un clivage urbain/périurbain.

Haut de page

Texte intégral

1La vie politique est structurée autour d’enjeux dont l’importance varie dans le temps et dans l’espace.

2En Europe occidentale, le système partisan s’est cristallisé à travers l’opposition gauche/droite. Historiquement, cette opposition recouvre deux clivages fondamentaux associés à des enjeux politiques : le clivage capital/travail associé à la question de la distribution des ressources ; le clivage Église/État associé à la question du conservatisme éthique [Lipset, Rokkan, 1969]. Dans cette perspective, les enjeux séparant la gauche de la droite se structurent donc autour de la double opposition sur le libéralisme culturel et le libéralisme économique. À ces clivages traditionnels s’ajoute une opposition entre les individus adoptant des attitudes « universalistes ouvertes » et ceux qui se distinguent par leurs valeurs « ethnocentriques fermées » [Kitschelt, Mac Gann, 1997 ; Perrineau, 1999 ; Ignazi, 1999 ; Chiche et al., 2002 ; Grunberg, Schweisguth, 2003]. Cette opposition recouvre une série d’attitudes de plus en plus structurantes des comportements politiques individuels, au premier rang desquels se trouve la question des immigrés et de l’immigration, mais aussi les attitudes sécuritaires ou les opinions vis-à-vis de la construction européenne et de la mondialisation.

3Ces enjeux très discriminants des attitudes politiques individuelles se traduisent pourtant très imparfaitement dans le vote, notamment parce qu’ils sont partiellement transversaux au clivage gauche/droite [Kitschelt, Mac Gann, 1997 ; Schweisguth, Grunberg, 2003]. En général, l’inertie du système partisan rend mal compte de l’émergence de ces enjeux. Certes, l’électorat de gauche apparaît en moyenne plus universaliste que celui de droite, mais cela masque l’hétérogénéité profonde de la gauche sur ces questions, entre son électorat issu des classes salariées intermédiaires et son électorat issu des classes salariées d’exécution. L’importance croissante de ces enjeux a donc ouvert un espace politique qui a permis l’émergence de nouvelles formations politiques [Ignazi, 1999] : les partis écologistes et d’Extrême droite ont dès lors pu capter les électorats situés sur les pôles opposés de ce clivage. Comme le note Pierro Ignazi (1999) : « L’autoréalisation personnelle a favorisé l’éclosion des partis écologistes-libertaires alors que l’anomie-aliénation donne aujourd’hui du grain à moudre aux nouveaux partis d’Extrême droite ».

  • 1 La stigmatisation systématique de l’ethnocentrisme des « classes populaires » doit être revue dans (...)

4Étant donné le lien entre les attitudes « ethnocentriques »1 et le vote d’Extrême droite au niveau individuel [Kitschelt, Mac Gann, 1997 ; Mayer, 2002], l’hypothèse peut être posée que le niveau d’ « ethnocentrisme » d’un territoire peut expliquer le vote d’Extrême droite. Autrement dit, nous posons ici la question de savoir si les territoires où la population est en moyenne plus « fermée » dans sa conception du monde sont aussi ceux où l’Extrême droite obtient ses meilleurs scores. Dans cet article, nous tenterons de tester cette hypothèse selon deux échelles d’analyse différentes : le niveau local en Belgique et régional en Europe occidentale.

5La faiblesse des liens qui seront observés entre les attitudes politiques spécifiques à l’Extrême droite et le vote d’Extrême droite impose de s’interroger sur la capacité, différenciée au niveau régional, des partis d’Extrême droite à cristalliser l’électorat « ethnocentrique ». Plusieurs hypothèses seront discutées afin d’aborder cette question cruciale. L’objectif est ici avant tout d’ouvrir des pistes sur les déterminants du vote d’Extrême droite à l’échelle régionale en discutant quelques explications privilégiées dans la littérature politique ou de géographie électorale. Premièrement, les facteurs strictement politiques liés aux systèmes partisans et à l’organisation interne de l’Extrême droite doivent être pris en compte [Klandermans, Mayer, 1999 ; Ivaldi, 2004]. Deuxièmement, l’hypothèse d’un vote des perdants de la mondialisation [Betz, 2004] mérite notre attention dans la mesure où l’impact de la mondialisation n’est pas seulement différencié sur le plan social, il l’est aussi profondément sur le plan spatial. Troisièmement, nous évoquerons l’intérêt d’un changement d’échelle qui prenne en compte les clivages urbain/périurbain/rural plutôt que les seules oppositions régionales et locales [Buléon et al., 2003 ; Agnew, Shin, 2007]. Enfin, pour le cas de la Belgique, nous évoquerons l’hypothèse de l’importance de l’encadrement social comme frein au vote d’Extrême droite [Van Hamme, 2007].

6Après avoir expliqué la construction d’un indicateur d’ « ethnocentrisme » à l’échelle régionale en Europe occidentale et en Belgique (section 1), nous mettrons en relation cet indicateur avec le vote d’Extrême droite, tant à l’échelle locale en Belgique que régionale en Europe occidentale (section 2). Dans la section 3, nous explorerons les pistes explicatives des faibles corrélations observées au cours de la section 2.

1. Une échelle des attitudes politiques en Europe occidentale

7Les attitudes politiques peuvent être définies comme les prises de position de nature politique susceptibles de différencier les individus et de structurer leur comportement électoral [Frognier, 1994].

8Pour aborder la question complexe des attitudes politiques, nous allons d’abord repérer les grands clivages structurants, c’est-à-dire les valeurs et attitudes politiques les plus discriminantes au niveau individuel. Pour y parvenir, nous avons à la fois travaillé sur l’enquête postélectorale en Belgique et l’European Social Survey (ESS) sur l’ensemble des pays d’Europe occidentale.

  • 2 Précisons que les non réponses et sans opinion ont été confondues et la valeur moyenne sur la quest (...)

9À partir de ces enquêtes, nous avons réalisé une analyse en composantes principales sur l’ensemble des questions se rapportant à des attitudes politiques, en excluant les quelques questions qui ne sont pas fondées sur des degrés d’adhésion quantifiables2.

10Les deux analyses (Belgique et Europe occidentale) ont clairement fait ressortir l’opposition sur les questions relatives à l’immigration et à la sécurité sur la première composante. Cette composante reprend une part importante de l’information, avec une valeur propre supérieure à 10 dans les deux analyses, bien supérieure à la variance prise en compte par la deuxième composante. Sur l’enquête postélectorale belge, la deuxième composante oppose les tenants de l’intervention de l’État pour réduire les inégalités à ceux plus favorables au laisser-faire et aux régulations par le marché. Les composantes suivantes reprennent une part assez faible de l’information et reflètent parfois la cohérence relative de schémas de pensée de groupes sociaux limités plutôt que des clivages majeurs. Sur l’enquête européenne, les composantes montrent une faible cohérence dès la seconde composante. Cela s’explique par la structure même de l’enquête : elle pose peu de questions sur les valeurs et attitudes politiques, à l’exception de celles portant sur les étrangers et les immigrés ; la plupart des autres questions portant sur les attitudes politiques sont dispersées, avec souvent une seule question sur les principales dimensions structurantes des attitudes politiques, comme l’attitude vis-à-vis de l’environnement, des inégalités socio-économiques, du progressisme éthique….

11Nous n’avons pas repris telles quelles les dimensions construites par l’analyse quantitative sur l’ensemble des questions. Cela se justifie par la difficulté d’interprétation des composantes au-delà de la seconde et le nombre inégal de questions se rapportant aux diverses thématiques.

12Nous avons préféré extraire de l’analyse générale les clivages les plus significatifs et établir pour ceux-ci des indicateurs moins ambigus. Ces clivages sont par ailleurs ceux décrits par la littérature sociopolitique [Kitschelt, Mc Gann, 1997 ; Billiet, 1998, 2003 ; Chiche et al., 2002] : d’une part, l’opposition sur le rôle de l’État et la tolérance vis-à-vis des inégalités, qui recouvre largement le clivage gauche/droite, et, d’autre part, l’opposition sur l’adhésion aux valeurs de type « universaliste » ou inversement « ethnocentrique » [Grunberg, Schweisguth, 2003].

13Nous avons dès lors construit par de nouvelles ACP des indicateurs pour chacun de ces clivages. En Belgique, notre indicateur d’ « universalisme versus ethnocentrisme »est basé sur les questions sécuritaires, l’adhésion au système politique et le positionnement sur les questions relatives à l’immigration et à la tolérance vis-à-vis des étrangers. Il donne à chaque individu un score sur une échelle d’ « universalisme versus ethnocentrisme ».

14Sur l’enquête européenne, nous avons pris ces différentes dimensions (sécurité, immigration…) séparément dans la mesure où elles ne montraient pas des corrélations aussi élevées entre elles. Nous avons opté pour la création d’indicateurs des différents clivages de valeurs et d’attitudes politiques définis a priori, en reprenant les échelles d’attitudes synthétisées par Billiet (1998, 2003). Celui-ci présente douze dimensions d’attitudes politiques potentiellement explicatives du choix électoral. Chacune de ces dimensions est synthétisée par un certain nombre d’indicateurs pertinents. En appliquant cette démarche sur l’ESS, nous nous sommes heurtés à quelques difficultés : il y a souvent peu d’indicateurs pour chacune des dimensions, souvent un seul ou aucun ; pour certaines dimensions – en particulier la dimension écologique – les rares questions posées sont en fait peu pertinentes ou ambiguës pour construire une échelle solide d’attitudes politiques. Pour chacune des 10 dimensions définies a priori et pour lesquelles nous disposons d’une question au moins, nous avons synthétisé l’information par une analyse en composantes principales (ACP) sur les réponses individuelles. Pour toutes ces analyses, les 33 417 individus ont été pondérés en fonction du poids de la population de la région dans laquelle ils résident (au niveau NUTS 1). Cette pondération est rendue nécessaire car l’enquête présente d’importants déséquilibres de représentativité des individus d’un pays à l’autre, dans la mesure où le nombre d’enquêtés se situe autour de 2000 pour chacun des pays. Une pondération régionale plutôt que nationale est par ailleurs plus en adéquation avec l’objectif final de produire une géographie des attitudes politiques à l’échelle régionale en Europe.

15De cette façon, nous disposons pour chaque individu d’un score sur une échelle « universalisme versus ethnocentrisme », complété dans l’enquête européenne par des indicateurs sur les questions relatives à la sécurité ou à l’individualisme. Ces indicateurs constituent la base d’une géographie de l’  « ethnocentrisme » en Europe occidentale et en Belgique. Pour compléter le tableau des attitudes politiques, nous avons de la même façon élaboré un indicateur de libéralisme économique sur base des questions se rapportant à la redistribution des richesses.

  • 3 Soulignons que le schéma produit à partir des enquêtes belges dessine un espace des attitudes polit (...)

16Les indicateurs d’« ethnocentrisme » construits en Belgique et sur l’Europe occidentale permettent de dessiner l’espace des attitudes politiques (graphique 1). Sur l’axe « universalisme versus ethnocentrisme », l’opposition entre l’électorat écologiste et d’Extrême droite apparaît de façon très nette, alors que les autres forces politiques se distinguent plus nettement sur l’axe du libéralisme économique, conformément à ce que décrit la littérature politique3 Ce schéma se reproduit dans les différents pays mais de façon décalée d’un pays à l’autre, ce qui met en évidence les très fortes différences internationales sur les questions de l’immigration ou de la sécurité.

Figure 1. Position de l’électorat des principales familles politiques et dans quelques pays d’Europe occidentale sur la question de l’ « ethnocentrisme versus universalisme » et du libéralisme économique

Figure 1. Position de l’électorat des principales familles politiques et dans quelques pays d’Europe occidentale sur la question de l’ « ethnocentrisme versus universalisme » et du libéralisme économique

EC = Écologistes, DR = Droite, XG= extrème-gauche, XD = Extrème droite, DS = Sociaux démocrates, Reg = Régionalistes
SE = Suède, DE = Allemagne, FR = France, PT = Portugal
La combinaison pays-parti donne la position de l’électorat du parti dans ce pays.
Remarque : La position moyenne du pays inclut aussi les autres partis, les votants blanc et les non votants.

Source : ESS 2002 et 2004.

2. Géographie des attitudes politiques et du vote d’Extrême droite en Europe occidentale

  • 4 ESS 2002 et 2004 : Enquêtes postélectorales de 1999 et 2003 en Belgique.
  • 5 De ce point de vue, les enquêtes ESS de 2002 et 2004 sont strictement identiques.

17Afin d’établir une géographie des attitudes politiques – et de l’ « ethnocentrisme » en particulier –, nous avons sommé les enquêtes à deux dates différentes4, ce qui imposait de ne reprendre que les questions rigoureusement identiques sur les deux enquêtes5.

  • 6 18 des 163 régions ont un effectif inférieur à 100 et 7 inférieurs à 50.

18Cette opération permet d’atteindre des effectifs suffisamment élevés : 406 personnes par région dans l’ESS6. En Belgique, certains arrondissements ont dû être fusionnés de façon à atteindre des effectifs suffisants : l’effectif moyen par arrondissement est de 209 et le minimum de 74.

  • 7 Même dans ces trois cas, les scores sont en fait inférieurs à la moyenne nationale, mais de façon p (...)

19La géographie des attitudes politiques présente des contrastes importants qui doivent être analysés à la fois à l’échelle nationale et régionale (figures 2 et 3). En effet, l’échelle d’ « ethnocentrisme » présente de forts contrastes nationaux entre la Suède, d’une part, la Grèce et le Portugal, d’autre part. En dehors de ces cas extrêmes, les différences régionales sont aussi très marquées : elles singularisent presque systématiquement les grandes métropoles caractérisées par un indicateur élevé sur l’échelle de l’ «universalisme ». Un tel constat est pertinent pour presque toutes les grandes métropoles d’Europe occidentale. Seules quelques capitales méridionales font exception : Rome, Lisbonne et Athènes7.

  • 8 Remarquez l’opposition entre Charleroi, ville industrielle sans véritable bourgeoisie intellectuell (...)

20À une échelle plus fine en Belgique, il n’y a pas d’opposition spatiale entre la Flandre et la Wallonie (figure 3). L’opposition géographique se situe plutôt entre les régions centrales dominées par les grandes villes et les espaces plus périphériques. Aussi, les arrondissements incluant les grandes villes universitaires apparaissent systématiquement plus « universalistes » ; les zones rurales le sont en moyenne nettement moins, mais c’est surtout le Hainaut anciennement industriel qui se distingue par son très haut score « ethnocentrique »8.

21Il apparaît dès lors que la géographie de l’ « ethnocentrisme » se structure avant tout dans une opposition entre les espaces métropolitains et les espaces plus périphériques. Les données ne permettent pas d’affiner l’analyse pour percevoir si à une échelle plus fine – et dans des villes plus petites –, une opposition urbain/rural peut être observée de façon systématique, ou si l’opposition majeure est bien celle observée ici, à savoir celle entre les métropoles et les espaces non métropolitains.

22Comme le démontrent les tableaux 1 et 2, il n’y a pas de relation simple entre le vote d’Extrême droite et l’ « ethnocentrisme ». En effet, à l’échelle européenne, l’absence totale d’Extrême droite dans certains pays méditerranéens caractérisés par de hauts scores sur l’échelle d’ « ethnocentrisme »  est spectaculaire. Mais, même en effaçant les contrastes entre les pays, il n’existe pas de corrélation entre le vote pour l’Extrême droite et le niveau d’ « ethnocentrisme »  C’est bien ce que confirme une analyse à une échelle plus fine sur la Belgique : la Flandre a une Extrême droite nettement plus forte malgré un « universalisme » un peu plus élevé que la Wallonie ; au sein de la Flandre, les arrondissements les plus « ethnocentriques » ne sont pas forcément ceux qui donnent le plus de suffrages au Vlaams Blok. Tout se passe comme si, en Flandre – et singulièrement dans la province d’Anvers –, les tendances « ethnocentriques » de certaines catégories se traduisaient électoralement par un vote d’Extrême droite, alors qu’en Wallonie – et plus particulièrement dans le Hainaut –, l’ « ethnocentrisme »  de segments importants de la population reste fortement encadrée par les partis traditionnels. En revanche, le vote écologiste apparaît à l’échelle européenne modestement corrélée à l’échelle d’ « universalisme versus ethnocentrisme », de même qu’à des positionnements peu répressifs sur la criminalité.

Figure 2. Extrème-droite et « ethnocentrisme » par région en Europe occidentale au début des années 2000

Figure 2. Extrème-droite et « ethnocentrisme » par région en Europe occidentale au début des années 2000

Figure 3. Extrème-droite et « universalisme » par pseudo-arrondissement* en Belgique au début des années 2000

Figure 3. Extrème-droite et « universalisme » par pseudo-arrondissement* en Belgique au début des années 2000

Tableau 1. Corrélations (R de Pearson) entre les échelles d’attitudes et le comportement électoral à trois échelles d’analyse géographique.

Échelle d’attitude politiques

Échelle géographique

Écolo

Gauche

Extrème-droite

Universalisme

1

-0,132

0,111

-0,050

versus

2

-0,414**

-0,052

-0,006

ethnocentrisme

3

-0,185*

0,087

-0,020

1

0,492**

-0,016

-0,084

Sécuritaire

2

0,186

-0,023

-0,018

3

0,177*

-0,087

0,019

Libéralisme

1

0,345**

-0,425**

-0,160

économique

2

0,161

-0,432**

-0,091

3

0,112

-0,210**

-0,080

** corrélations significatives au seuil de 1% ; * au seuil de 5%
1 = Corrélations des données à l’échelle NUTS1/2
2 = Corrélations des données à l’échelle NUTS1/2 avec les données rapportées aux moyennes nationales

Tableau 2. Corrélations (R de Pearson) entre les échelles d’attitudes et le comportement électoral à l’échelle des arrondissements en Belgique

Écologiste

Extrêm-droite

Universalisme versus

1

0,327

0,090

etnocentrisme

2

0,007

-0,434*

Libéralisme économique

1

-0,628**

0,789**

Versus égalitarisme

2

-0,113

-0,032

** corrélations significatives au seuil de 1% ; * au seuil de 5%

1 = Corrélations à l’échelle des arrondissements

2 = Corrélations avec les scores des arrondissements réduits aux moyennes régionales de la Flandre et de la Wallonie

Remarque : certains arrondissements peu peuplés ont été fusionnés

3. Freins et accélérateurs au vote d’Extrême droite

23L’absence de corrélation géographique entre le niveau moyen d’ « ethnocentrisme » et le vote d’Extrême droite pose la question de la capacité des partis d’extrême droite à mobiliser leur électorat potentiel, c’est-à-dire l’électorat « ethnocentrique », ainsi que des contextes locaux et régionaux favorables à cette mobilisation.

24Au cours de cette section, nous explorons plusieurs pistes issues de la littérature et qui permettent d’ébaucher une analyse multiscalaire et multidisciplinaire du vote d’Extrême droite en Europe occidentale.

3.1. L’importance de la dimension nationale

25La géographie de l’Extrême droite en Europe occidentale est avant tout un fait national. Cela ressort clairement de la lecture de la carte. Une analyse de variance du vote d’Extrême droite en Europe occidentale fait apparaître que 80% de la variance s’explique à l’échelle nationale (tableau 3). L’absence d’une Extrême droite significative dans de nombreux pays est en effet le fait essentiel de la géographie de l’Extrême droite. À l’intérieur des pays où l’Extrême droite a des scores significatifs, les écarts entre régions sont pourtant élevés.

Tableau 3. Part de la variance (%) des résultats des élections européennes selon les différents niveaux de découpage géographique, 1999-2004.

 

Gauche

Droite classique

Extrême droite

NUTS2/3_NUTS1

16,6

13,4

7,1

NUTS1_NUTS0

45,1

31,3

13,6

NUTS0_EUR

38,3

55,3

79,3

 Total (NUTS 23_EUR)

100

100

100

Note : les analyses sont pondérées par la population régionale

  • 9 Dans les années 1980, le Vlaams Blok a fortement réorienté son discours autour de la question de l’ (...)

26Si l’Extrême droite ne s’explique pas par des attitudes politiques spécifiques et que la dimension nationale est la plus discriminante, c’est donc d’abord dans l’analyse des structures politiques nationales qu’il faut chercher à expliquer ces différences internationales. Nous ne développerons pas ici l’ensemble des théories développées dans la littérature politique. Nous voudrions évoquer deux pistes intéressantes. La première est que le système politique laisse un espace plus ou moins grand à l’émergence de l’Extrême droite. Cela reflète finalement les histoires et structures d’opportunités politiques offertes dans le cadre des différents systèmes politiques nationaux, c’est-à-dire les opportunités d’émergence de partis liées aux structures de l’espace politique partisan national [Ivaldi, 2004]. Ces opportunités sont elles-mêmes liées aux positionnements politiques des différents partis (offre électorale) en regard de la demande électorale. La seconde piste se rapporte à l’organisation même des partis d’Extrême droite et à leur capacité à se positionner sur l’échiquier politique. En effet, l’existence de réseaux spécifiques (ou structures de rémanence) – surtout lorsqu’ils sont intégrés à des réseaux plus larges pas forcément marqués par le sceau diabolique de l’Extrême droite – a aussi pu servir de noyaux de structuration partisane à l’échelle nationale [Klandermans, Mayer, 1999]. La différence entre la Flandre et la Wallonie est très illustrative. L’Extrême droite flamande a pu s’appuyer sur l’existence de réseaux nationalistes dont les segments extrémistes marginaux (mais pas toujours marginalisés) ont constitué le noyau dur autour duquel une expansion a pu avoir lieu dans des circonstances politiques et sociales plus favorables des années 1980 [Gijsels, Vander Velpen, 1992]. Par le mouvement flamand, les structures d’organisation de l’Extrême droite préexistaient – et aussi n’étaient pas totalement isolées dans la sphère politique flamande –, ce qui a permis à ce mouvement de capitaliser le mécontentement sur un discours parfois éloigné de ses préoccupations nationalistes d’origine9. De tels réseaux existent bien évidemment en Italie – où le courant fasciste a survécu à la fin de la guerre – ou en France, où les réseaux liés à la guerre d’Algérie semblent avoir joué un rôle important de ce point de vue [Klandermans, Mayer, 1999].

3.2. L’hypothèse des perdants de la mondialisation

27De nombreuses études ont montré le caractère sociologiquement discriminant du vote d’Extrême droite, même si celui-ci a pu varier au cours du temps et de l’espace [Billiet, 1998 ; Perrineau, 1999 ; Mayer, 2002 ; Marissal et al., 2007] : ce vote y apparaît comme spécifique des classes salariées d’exécution (employés ou ouvriers), même s’il n’en est jamais l’exclusive. Par ailleurs, le chômage et la précarisation apparaissent comme des facteurs aggravants. Betz (2004) a résumé ces facteurs en liant le vote d’Extrême droite aux perdants de la mondialisation : une partie de ceux qui ne peuvent pas faire face aux mutations rapides induites par la mondialisation seraient plus enclins à voter pour l’Extrême droite. La demande croissante de qualification et les menaces permanentes de délocalisation des segments peu qualifiés de la production génèrent des peurs de la part de ceux qui ont encore quelque chose à perdre, mais aussi des « perdants de la mondialisation ». Dans cette optique, l’accent mis sur le nationalisme et la fermeture des frontières – en particulier aux immigrés peu qualifiés – s’avère un discours porteur.

28Cette hypothèse peut naturellement être traduite au niveau régional, tant les mutations économiques de ces dernières décennies ont touché les régions de façon inégale. Dans cette logique, les régions les plus touchées par le chômage et celles où le poids de l’industrie est le plus élevé constituent des contextes potentiellement plus favorables à l’Extrême droite. Pourtant, les corrélations constatées sont faibles ou non significatives entre ces structures économiques régionales et le vote d’Extrême droite (tableau 4). Certes, le fait d’éliminer le facteur national améliore quelque peu la relation, mais celle-ci reste très faible.

29On ne saurait toutefois déduire de l’absence de relation systématique à l’échelle régionale en Europe occidentale le fait que l’Extrême droite n’est pas favorisée par des contextes locaux ou régionaux de crise ou de précarité face aux mutations économiques. Tout au plus, peut-on affirmer que cette relation n’est pas systématique et exige une contextualisation des analyses. En effet, de nombreuses études ont pu montrer – en particulier à l’échelle locale – l’impact de niveaux de chômage et de précarité élevés sur le vote d’Extrême droite [Auburtin, Gehring, 2003 ; Agnew, Shin, 2007 ; Van Hamme, 2009]. Toutefois, ces analyses soulignent que la précarité économique se double de facteurs géographiques spécifiques, comme la relégation en banlieue dans le contexte français. Par exemple, le vote d’Extrême droite est bien corrélé au taux de chômage dans le contexte français, au niveau départemental et local. Mais cette corrélation ne saurait être séparée des contextes géographiques spécifiques dans lesquels la crise se déploie.

Tableau 4. Corrélations (R de Pearson) entre des indicateurs régionaux liés à la menace de la mondialisation et le vote d’Extrême droite, à l’échelle NUTS2/3 au début des années 2000

Indicateurs bruts

Indicateur en
ratio
par rapport aux
moyennes nationales

Part de l’industrie

0,070

0,143**

Part des salariés
d’exécution

-0,071

0,130*

Taux de chômage

-0,090

0,008

** corrélations significatives au seuil de 1% ; * au seuil de 5%
Remarque : les scores de l’Extrême droite sont la moyenne entre leurs scores aux européennes de 1999 et de 2004 ; les indicateurs contextuels se rapportent à l’année 2001.

3.3. La nécessité d’un changement d’échelle et l’exploration de nouvelles pistes

30Nous proposons ici deux pistes pour mieux comprendre la géographie de l’Extrême droite et la relation complexe avec la perception des étrangers. Ces deux pistes nécessitent par rapport aux analyses menées ci-dessus un changement d’échelle mais aussi une contextualisation systématique des analyses.

31Premièrement, de nombreuses analyses géographiques du vote d’Extrême droite à une échelle fine ont mis en évidence l’importance du clivage urbain/périrubain/rural [Buléon et al., 2003 ; Marissal et al., 2007].

32D’une part, la géographie du clivage « ethnocentrisme versus universalisme » est fortement déterminée par la centralité spatiale. Les métropoles européennes (figure 2) et les arrondissements des grandes villes belges (figure 3) sont des territoires systématiquement plus « universalistes » que les espaces ruraux et/ou périphériques. Ces positionnements très universalistes apparaissent bien corrélés à un vote écologiste. En revanche, ce positionnement « universaliste » n’induit pas toujours une faiblesse de l’Extrême droite, comme en témoigne l’absence de corrélation entre ces deux indicateurs. Toutefois, l’échelle grossière ne permet pas d’appréhender réellement la question de la relation entre la position dans la hiérarchie urbaine et l’attitude vis-à-vis des étrangers.

33D’autre part, des analyses fines – menées en particulier en France mais aussi en Italie – ont mis en évidence l’impact spécifique de la distance à la ville dans le vote d’Extrême droite. En France en particulier, la relégation sociale se double alors d’une relégation spatiale dans des banlieues mal desservies. Ce contexte spécifique induit des scores plus élevés pour l’Extrême droite au fur et à mesure que l’on s’éloigne des centres-villes, avec des scores maxima situés à quelques dizaines de kilomètres en moyenne des grandes agglomérations. En revanche, le milieu rural est en moyenne moins favorable au vote d’Extrême droite. En Italie du Nord aussi, les milieux industriels périurbains constituent un terrain favorable au vote de l’Extrême droite, en particulier la ligue du Nord [Agnew, Shin, 2007]. Ici aussi, le rapport à la ville et les contextes socio-économiques spécifiques semblent se renforcer pour favoriser un vote extrême. En Belgique aussi, le déploiement périurbain induit des clivages politiques marqués [Van Hamme, 2007]. Néanmoins, cela ne se traduit pas par un vote plus élevé pour l’Extrême droite, bien au contraire. Le périurbain est ici largement le fait des classes moyennes supérieures soucieuses d’accéder à la propriété : autrement dit, l’éloignement de la ville n’y est pas perçu comme une relégation mais plus souvent comme un choix de vie. Cette relégation est en revanche une réalité d’une partie des quartiers centraux

34Tout ceci plaide pour des analyses contextualisées et menées à une échelle fine. Cela montre aussi l’importance de traiter simultanément et dialectiquement le contexte socio-économique (crise locale) et les facteurs plus strictement géographiques. En effet, si toutes les analyses s’accordent sur l’importance du clivage urbain/périurbain [Walks, 2005 ; Buléon et al., 2003], son impact sur le vote d’Extrême droite dépend fortement du contenu social des centres et des banlieues, lui-même très lié aux structures intra-urbaines.

  • 10 Le concept d’encadrement social recouvre l’ensemble des institutions inscrites dans le territoire q (...)

35Deuxièmement, les analyses socio-politiques ont souvent souligné l’importance du capital social – ou plutôt de son absence – dans le vote d’Extrême droite : l’isolement social serait un facteur favorable au vote d’Extrême droite. Au niveau territorial, cela reviendrait à poser l’hypothèse que le poids de l’encadrement social10 au niveau local pourrait constituer un frein à l’expansion de l’Extrême droite. Un tel effet a été montré sur base d’indicateurs très sommaires dans le contexte flamand [Coffé et al., 2007]. Il serait nécessaire de pousser plus loin les analyses pour évaluer l’impact de l’isolement social et d’un contexte d’encadrement social lâche sur le vote d’Extrême droite.

Conclusions

36L’émergence d’une Extrême droite forte dans certains pays à partir des années 1980 apparaît fortement liée au nouveau contexte socio-économique de précarisation de certains segments peu qualifiés de la population et à l’acuité accrue des questions liées à l’immigration ou à la sécurité. D’une part, le vote d’Extrême droite apparaît plus spécifique des classes salariées d’exécution et des personnes peu diplômées et, d’autre part, des positions dures vis-à-vis des étrangers, en termes de répression de la criminalité ou de désarroi par rapport au monde politique accroissent très fortement la probabilité des individus à voter pour l’Extrême droite dans un contexte donné.

37Toutefois, la traduction de ces explications sur le plan spatial ne fonctionne pas. D’une part, l’ « ethnocentrisme » et le vote d’Extrême droite ne sont corrélés ni à l’échelle régionale en Europe occidentale, ni à l’échelle plus locale en Belgique. Les pays où l’Extrême droite réalise ses meilleurs scores ne sont pas – loin s’en faut – ceux où les positions moyennes de l’électorat sont les plus hostiles aux immigrés et aux étrangers. Inversement, les pays les plus « ethnocentriques » – en particulier dans le sud de l’Europe – n’ont tout simplement pas d’Extrême droite significative. En Belgique, la Flandre où l’Extrême droite réalise ses meilleurs scores n’est pas plus « fermée » que la Wallonie, de même qu’une ville comme Anvers – qui constitue le bastion du Vlaams Blok – a un électorat nettement plus « ouvert » par rapport aux étrangers que le celui du reste de la Flandre. D’autre part, les territoires les plus touchés – réellement ou potentiellement – par la crise ne sont pas ceux où l’Extrême droite obtient ses meilleurs résultats.

38Cette absence de lien systématique traduit d’abord en partie l’inadéquation – ou plutôt l’incomplétude – des échelles d’analyse adoptées. C’est seulement en adoptant une analyse multiscalaire que la percée différenciée de l’Extrême droite peut être appréhendée dans sa complexité.

39La percée différenciée de l’Extrême droite à partir des années 1980 en Europe occidentale peut s’expliquer en tenant compte des facteurs pertinents aux différentes échelles d’analyse :

40à l’échelle globale, les mutations sociales et économiques (crise et chômage, déclin de groupes sociaux entiers, segmentation et différenciation des groupes sociaux,…) donnent à l’Extrême droite un potentiel électoral renouvelé. L’hypothèse est donc que le passage transnational au capitalisme flexible et ses conséquences sociales ont permis une augmentation du potentiel de l’Extrême droite, notamment par la montée des valeurs « ethnocentriques ». Cet « ethnocentrisme » favorise potentiellement le développement à l’échelle européenne d’un mouvement d’Extrême droite. Mais ce développement potentiel ne devient effectif que dans des contextes politiques nationaux spécifiques ;

  • à l’échelle nationale, les systèmes politiques sont plus ou moins réceptifs à l’émergence des mouvements d’Extrême droite. Ce n’est pas tant le potentiel social ou même attitudinal (l’ « ethnocentrisme »), que la réceptivité des systèmes politiques nationaux à l’émergence de l’Extrême droite qui constitue la clé des différences nationales. L’affaiblissement des encadrements traditionnels, la mauvaise prise en compte de segments entiers de la population par le système partisan, le système électoral, ou l’instabilité des systèmes politiques sont autant de freins ou d’accélérateurs (parfois brutaux) à l’Extrême droite. L’existence de réseaux spécifiques (ou structures de rémanence) – surtout lorsqu’ils sont intégrés à des réseaux plus larges pas forcément marqués par le sceau diabolique de l’extrême droite – a aussi pu servir de noyaux de structuration partisane à l’échelle nationale. Autrement dit, les facteurs liés à l’offre politique ont été plus déterminants que ceux liés à la demande;

  • à l’échelle régionale, les évolutions socio-économiques (et surtout leur rythme) et les formes d’encadrement traditionnel peuvent expliquer la différenciation régionale de l’implantation de l’Extrême droite. Par exemple, le déclin industriel dans des zones où la classe ouvrière est plus faiblement encadrée se traduit généralement par une plus forte montée de l’Extrême droite ;

  • à l’échelle locale, une analyse en termes de freins à l’implantation de l’Extrême droite peut aussi s’avérer opérationnelle. Par exemple, l’intensité des encadrements traditionnels peut constituer un frein. Cet encadrement peut se concrétiser par des associations de nature politique (partis, syndicats, …) ou simplement survivre sur d’autres modes (clientélisme, notabilisme,….). L’échelle locale est aussi celle qui permet de mettre en avant les oppositions géographiques plus fines, en particulier le gradient d’urbanité. Toutefois, la mise en contexte d’analyses géographiques montre sans doute que ce n’est pas seulement la position par rapport aux centres urbains qui constitue la clé explicative essentielle mais bien le contenu social associé à ce positionnement. La périurbanité vécue comme relégation dans les classes inférieures (situation en France) ou comme choix dans les classes supérieures (situation en Belgique) pourrait dès lors avoir un impact différencié sur le vote d’Extrême droite.

Haut de page

Bibliographie

AGNEW J.A. (2007), “Remaking Italy? Place configurations and Italian historical Politics under the « Second Republic »”, Modern Italy, vol. 12, n° 1, pp. 17-38

AGNEW J.A., Shin M.E. (2007), The geographical dynamics of Italian electoral change, 1987-2001, Electoral studies, vol. 26, n° 2, pp. 287-302.

AUBURTIN E., GEHRING J.-M. (2003), Géographie électorale de la Lorraine en 2002 : permanences et mutations, Mosella, n° 1-2, pp. 4-26.

BETZ H.-G. (2004), La droite populiste en Europe, Paris, Autrement.

BILLIET J. (1998), Qui vote pour le Vlaams Blok ?, in Delwit P., De Waele J.-M., Rea A., L’extrême droite en France et en Belgique, Bruxelles, Editions complexe

BILLIET J. (2003), « Le Parti démocrate-chrétien en Flandre », in P. Delwit., Démocraties chrétiennes et conservatismes en Europe : une nouvelle convergence ? Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, pp. 225-257.

BULEON P., FOURQUET J., RAVENEL L. (2003), Vote et gradient d’urbanité : les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002, Espace, Population, Sociétés, n° 3, pp. 469-482.

CHICHE J., HAEGEL F., TIBERJ V. (2002), » La fragmentation partisane », in G. Grunberg., N. Mayer, P.M. Sniderman., La démocratie à l’épreuve. Une nouvelle approche de l’opinion des Français, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 203-238.

COFFE H., HEYNDELS B., VERMEIR J. (2007), Fertile grounds for extreme right-wing parties: Explaining the Vlaams Blok’s electoral success, Electoral studies, vol. 26, n° 1, pp. 142-155.

GIJSBERTS M., LUBBERS M., SCHEEPERS P. (2002), Extreme-right voting in Western Europe, European journal of political research, vol. 41, pp. 345-378.

GIJSELS H., VANDER VELPEN J. (1992), Le chagrin des Flamands, Le Vlaams Blok de 1938 à nos jours, Bruxelles, Editions EPO.

GRUNBERG G., SCHWEISGUTH E. (2003), « La tripartition de l’espace politique », in P. Perrineau, c ; Ysmal, Le vote de tous les refus. Les élections présidentielles et législatives de 2002, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 341-362.

IGNAZI P. (1999), « Les partis d’Extrême droite : les fruits inachevés de la société postindustrielle », in P ; Perrineau., Les croisés de la société fermée, Paris, Cevipof.

IVALDI G. (2004), Droites populistes et extrêmes en Europe occidentale, Paris, La documentation française.

JACKMAN R.W., VOLPERT K. (1996), Conditions favouring parties of the extreme right in Western Europe, British Journal of political science, vol. 26, n) 4, pp. 501-521.

KLANDERMANS B., Mayer N. (1999), Militer à l’Extrême droite, in P. Perrineau, Les croisés de la société fermée, Paris, Cevipof.

KITSCHELT H., MC GANN A.J. (1997), The radical right in Western Europe, a comparative analysis, Ann Arbor, University of Michigan Press.

MARISSAL P., MEDINA LOCKHART P., VANDERMOTTEN C., VAN HAMME G. (2007), Atlas de Belgique, Géographie politique, Bruxelles, SPFC.

MAYER N. (2002), Ces Français qui votent Le Pen, Paris, Flammarion.

Lipset S.M., Rokkan S. (1967), Party systems and voter alignments: cross-national perspectives, New York, Free Press.

PERRINEAU P. (sous la dir. de) (1999), Les croisés de la société fermée, Paris, Cevipof.

Van Hamme G. (2007), « La géographie du vote et les cultures politiques régionales », in A.-P. Frognier, L. De Winter, P. Baudewyns, Élections : le reflux ?, Bruxelles, De Boeck, pp. 157-182.

VAN HAMME G. (2007), Classes sociales et géographie des comportements politiques en Europe occidentale, Thèse de doctorat, Bruxelles, ULB.

WALKS R. A. (2005), City-suburban electoral polarization in Great Britain, 1950-2001, Transactions of the Institute of British geographers, vol. 30, n° 4, p. 500-517.

Haut de page

Notes

1 La stigmatisation systématique de l’ethnocentrisme des « classes populaires » doit être revue dans une perspective plus globale et nous pousse à utiliser ces termes avec des guillemets : d’abord, cet ethnocentrisme s’inscrit dans un contexte de précarisation croissante qui pousse les classes salariées d’exécution à chercher des protections dans les cadres existants; ensuite, la moyenne masque la très grande diversité des schémas de pensée au sein de ces groupes, notamment en fonction de la diversité de leur socialisation politique [Pierru, 2005] Par ailleurs, les valeurs universalistes des classes salariées moyennes et supérieures correspondent à une volonté très générale d’une société ouverte ou cosmopolite pour des catégories peu confrontées au quotidien aux conséquences potentielles de cette ouverture. Or, comme le rappelle Etienne Schweisguth (1994), « les principes des classes supérieures restent pourtant très lâches quant à ces traductions concrètes en matière de politique économique et sociale ».

2 Précisons que les non réponses et sans opinion ont été confondues et la valeur moyenne sur la question leur a été affectée. Ce type de traitement peu habituel peut se justifier dans la mesure où notre unité d’analyse est le territoire et non l’individu en tant que tel. Dans une telle perspective, il est préférable de ne pas exclure des individus en leur affectant une valeur neutre pour garder un nombre suffisant d’individus dans les analyses géographiques.

3 Soulignons que le schéma produit à partir des enquêtes belges dessine un espace des attitudes politiques très similaire

4 ESS 2002 et 2004 : Enquêtes postélectorales de 1999 et 2003 en Belgique.

5 De ce point de vue, les enquêtes ESS de 2002 et 2004 sont strictement identiques.

6 18 des 163 régions ont un effectif inférieur à 100 et 7 inférieurs à 50.

7 Même dans ces trois cas, les scores sont en fait inférieurs à la moyenne nationale, mais de façon peu significative.

8 Remarquez l’opposition entre Charleroi, ville industrielle sans véritable bourgeoisie intellectuelle, et Liège ou Mons, cette dernière étant pourtant située au sein même des espaces en crise du Hainaut.

9 Dans les années 1980, le Vlaams Blok a fortement réorienté son discours autour de la question de l’immigration, qui devient alors un enjeu saillant.

10 Le concept d’encadrement social recouvre l’ensemble des institutions inscrites dans le territoire qui préexistent aux individus et lui fournissent des réseaux de relations plus ou moins denses et cohérentes sur le plan idéologique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Position de l’électorat des principales familles politiques et dans quelques pays d’Europe occidentale sur la question de l’ « ethnocentrisme versus universalisme » et du libéralisme économique
Légende EC = Écologistes, DR = Droite, XG= extrème-gauche, XD = Extrème droite, DS = Sociaux démocrates, Reg = RégionalistesSE = Suède, DE = Allemagne, FR = France, PT = PortugalLa combinaison pays-parti donne la position de l’électorat du parti dans ce pays.Remarque : La position moyenne du pays inclut aussi les autres partis, les votants blanc et les non votants.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/3510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2. Extrème-droite et « ethnocentrisme » par région en Europe occidentale au début des années 2000
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/3510/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 3. Extrème-droite et « universalisme » par pseudo-arrondissement* en Belgique au début des années 2000
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/3510/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Van Hamme, « La géographie de l’Extrême Droite peut-elle s’expliquer par l’ « ethnocentrisme » des territoires ? Une analyse multiscalaire en Europe occidentale », Espace populations sociétés, 2008/3 | 2008, 441-452.

Référence électronique

Gilles Van Hamme, « La géographie de l’Extrême Droite peut-elle s’expliquer par l’ « ethnocentrisme » des territoires ? Une analyse multiscalaire en Europe occidentale », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/3510

Haut de page

Auteur

Gilles Van Hamme

IGEAT/ULB
Université Libre de Bruxelles
Campus de la Plaine - CP 246
Boulevard du Triomphe
B. 1050 Bruxelles
gvhamme@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
wiellevédent
br erWiellevéde/logor la /javan>socialejs/j ly.je re/n>e/logor la /javan>socialejs/a e/logor la /javan>s>//ln", igurt : "Imigumss="s des, Pol" }, // Zoom s">Ha: "I
<<<<<<<<<<Co>   – ">wsletter.openedgo n texte insub Pous s"-toggle-shtw" <<<<<<<<<<<<<<<<<<Logo CNRS - InfrMentions lffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />Mentions lffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />Entsavoirui foaneps/ntions l /s d’infffffs/ntions l /logo ntions l ang="ciences humaines et xt:titlns l s d’infffffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />  – ">Logo CNRS - InfrMentions lffffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />   – 200"OpenEfr">Mentions lffffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />  – <64>e deqenEfr">Mentions lffffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />Mentions lffffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />Mentions lffffffffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />   – Mentions lffffffffff /s d’infffffs/ntions l /s d’infght="16"ffffffffff logoevvvvv -->Lettres texte insub Pou" <<<<<<<<<<<<<<<<<<lnrte xt:titlns l s d’infffffffffffffffffffffffff logoevvvvvvvevvvvvheight="64" />2t lnrt.php?a=pan>bonne43">s xt:titAccé;er en >Mentions lffffff /s d’infffffs/ntions l /logo ntions l t="64" />   – <140/li>ciences humaFreemiumenedgo ffs/ntions l /s d’infons l /logo -->  – aitement levarlevar<<<<<aitemwsletter.opennabel><ffffff< class="numbe-share" <<<<<<<<<<<<<"hidden">Affiltexte insub Pou" <<<<<<<<<<<<<<<<<< ang="frt:titlns l ">Affil16"ffffffffff<<<<<<<<<<<<<<<<< l16"ffffffffff<<<<<<<<<<<<<<<<< t"> :hhtt> dn Europe occidentale  dn t"Entb64" :hhtt> dn
l16"ffffffffff<<<<<<<<<<<<<<<<< t"E; & :hhtt>
dnciences et tecs>LoTo Universittechnologsp
dn<a hrefffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff/logo            ulul>
t dnP> dn t"E ="foo:hhtt> dn

t"="fooimiguméo:hhtt> dn0755-7809as dn l16"ffffffffff<<<<<<<<<<<<<<<<< t"Accèso:hhtt> dnwsle>
as dn
  – <2883">Voiruentticace l’enseionalogue wsletter.openedition.orgnfffffffffffffffffffffffff<<<<<<<<<<<<<Af<<<<<<< l16"ffffffffff<<<<<<<<<<<<<<<<< t"DOI :hhtt> dn10.4000.fr hrr"> - . =clandary -Class="sete réfé1 <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<Affiltexte inshare" <<<<<<<<<<<<Af nttexte in>< t="64" />La géo+s%E2%80%99ie de l+p...&url=&via=wsletter.opActuclass="setwitdiv buttum-wiel/tMentions l<<<<<<<Af nttexte in>< t="64" /> faclbook.com/sharer.php?u=%3Ct:ti+xml%3A211;%3D%22fr%22+211;%3D%22fr%22%3ELa+g%C3%A9-3510"ie+de+l%E2%80%99ng="%C3%AAme+ang="f+">La géo+s%E2%80%99ie de l+p...&href="h Mentions l<<<<<<<Af nttexte in>< t="64" />La géo+s%E2%80%99ie de l+p...&href="h google buttum-wiel/tMentions l<< eil16"ffhht="16"ffffffli> class="align-r/cnr" <<<<<<<<<<<<< logoevvvvv --><>