Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Claude Bataillon : Géographes génération 1930

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Espaces et Territoires, 2009, 226 pages
Yves Boquet
p. 569-574
Référence(s) :

Claude Bataillon : Géographes génération 1930

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Espaces et Territoires, 2009, 226 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage original examine les carrières et apports de sept géographes français de la même génération, nés vers 1930 et qui ont joué un rôle important dans les mutations et le renouvellement de la géographie française depuis les années 1960 : Roger Brunet, Paul Claval, Olivier Dollfus, François Durand-Dastès, Armand Frémont, Fernand Verger et l’auteur, Claude Bataillon.

2Dans l’introduction de l’ouvrage, préfacé par Marie-Claire Robic, Claude Bataillon justifie le besoin d’une « histoire vivante » de la géographie « à partir de ses acteurs » et reprend un de ses articles (Hérodote, 1979) : « Un guide vert de la géographie établie en France », posant ainsi un jalon des évolutions survenues.

3Le corps de l’ouvrage se compose de deux parties. Dans la première, “Récit”, Claude Bataillon retrace les parcours « anastomosés », parallèles et entrecroisés, de ses sept personnages, traitant de leurs origines familiales, de leurs parcours scolaires, de leur passage par l’agrégation, leurs diplômes de recherche supérieure, leur passage éventuel par l’armée et l’Afrique du Nord au temps de la guerre d’Algérie, la préparation des thèses d’État, l’avancement des carrières « dans la tourmente des années 70 », les responsabilités croissantes (fondation de revues : L’Espace Géographique, Mappemonde, Géographie et Cultures…), la notoriété acquise dans le monde de la géographie française, les fonctions de gestion institutionnelle (recteur Frémont, implications à la DATAR (A. Frémont, R. Brunet) et en même temps les efforts pour changer les institutions, y compris la sacro-sainte agrégation, enfin la production et diffusion d’une géographie rénovée.

4Dans un second temps, Claude Bataillon, se mettant en retrait du groupe, donne la parole à ses collègues (ou aux proches d’Olivier Dollfus aujourd’hui décédé) pour 6 chapitres où chacun d’entre eux, tour à tour, cherche à dégager les moments forts de sa carrière, retient quelques références bibliographiques clés et republie un ou deux textes représentatifs de sa pensée, de son œuvre. Pour Olivier Dollfus, des grands espaces andins à la mondialisation, il apparaît que les regards attentifs, sélectifs et contrastés de Pierre Gourou et Jean Dresch, l’ont amené à une transition du monde tropical vers le Tiers Monde, de la géographie physique globale au regard sur le monde pris dans sa totalité. François Dustand-Dastès, des climats de l’Inde à l’épistémologie, évoque l’implantation de la géographie théorique et quantitative en France, et réfléchit sur le particulier et le général en géographie. Armand Frémont, dans un chapitre intitulé « Vivre l’espace normand, aménager l’espace français » réexamine la genèse et l’évolution du concept d’espace vécu qui a assuré sa notoriété. Fernand Verger (« Des marais aux satellites ») met en exergue un texte sur les tourbières avant d’analyser le rôle des satellites et de l’informatique au service du géographe. Paul Claval, qui avait déjà rédigé en 1996 sa propre autobiographie scientifique (La géographie comme genre de vie, L’Harmattan), l’actualise de manière condensée en replaçant ses travaux dans le champ général des sciences humaines et en proposant une « Vue cavalière sur 50 ans de découvertes sur les processus spatiaux ». Enfin, Roger Brunet, dans un chapitre intitulé « L’ère des organisateurs », reprend plusieurs extraits de chapitres ou de conférences antérieures.

5Ce livre, est riche en informations sur les vies, les carrières mais surtout en réflexions sur l’évolution de la pensée des sept géographes qui en sont les héros, sur l’influence qu’ont pu exercer sur eux d’autres géographes (on trouve en annexe des références à des personnalités aussi différentes que P. Birot, R. Blanchard, A. Cholley, E. Dalmasso, P. George, J. Gottmann, etc.. et des contemporains comme C. Grataloup, R. Knafou, H. Théry..). On y retrouve les combats, les affrontements, les expériences des dernières décennies au sein des institutions universitaires et de recherche, le CNRS, le GIP Reclus, le développement de nouvelles techniques (télédétection), l’implication et l’engagement des géographes dans la décolonisation puis l’aménagement du territoire. Parmi les sélections de textes représentatifs, celles effectuées par F. Durand-Dastès et A. Frémont sont des textes épistémologiques de grand intérêt dont la (re)lecture est à recommander.

6Un bel ouvrage assurément, clair, enrichissant, et qui sera fort utile aux étudiants en géographie, en particulier ceux préparant les concours et ceux qui suivent des cours d’épistémologie de la géographie, mais qui à notre avis mérite deux critiques majeures.

7Sans rien enlever aux mérites scientifiques de Fernand Verger, on est un peu surpris de le voir en compagnie de géographes dont le champ de réflexion a été beaucoup plus épistémologique que technique, et son chapitre plein de schorres, pollens, tourbes et pixels semble presque incongru dans l’ensemble.

8D’autre part, on s’interroge sur l’absence notable d’Yves Lacoste, pourtant de la même génération que les autres auteurs (né en 1929), bien qu’il apparaisse çà et là au fil de l’ouvrage : nul ne peut nier l’importance de la revue Hérodote dans le renouvellement des approches de la géographie, et personne n’a oublié ses joutes parfois brutales avec Roger Brunet au travers de leurs revues, ni ses articles sur le Vietnam, revisitant ô combien le terrain de Pierre Gourou, ses livres sur le Tiers Monde, ou ses attaques contre « la géographie des professeurs ». Comment un livre présentant les « protagonistes qui ont produit des innovations dans le système intellectuel et institutionnel de la géographie française des années 1960-70-80 » (p. 14), leurs débats, leurs apports à la rénovation de la géographie, peut-il négliger Yves Lacoste ? Est-ce parce qu’il n’a pas participé, à la différence des personnages centraux du livre, à la création de L’Espace Géographique, ou parce que Claude Bataillon l’avait déjà inclus dans un article de Cybergéo de même nature, autour des disciples de Pierre George (avec R. Guglielmo, A. Prenant, M. Rochefort et R. Dugrand) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Claude Bataillon : Géographes génération 1930 », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 569-574.

Référence électronique

Yves Boquet, « Claude Bataillon : Géographes génération 1930 », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/3871

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals